Nous avons 1901 invités et 80 inscrits en ligne

Vignobles de la Coulée de Serrant

  • Messages : 3568
  • Remerciements reçus 984
Dimitri

Et je pense que la dernière expérience vendredi dernier ne va pas t’inciter à franchir le pas
Cela dit je trouve que tu as eu le palais un peu dur avec cette coulée 92.
C'est sur qu'on n'est pas dans les standards des vins actuels
Je l'ai trouvée plutôt agréable, non oxydée. Pas de quoi grimper au lustre, mais sans défaut majeur.
Didier
23 Déc 2016 21:14 #871

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Thierry Debaisieux
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 21533
  • Remerciements reçus 54

Réponse de Thierry Debaisieux sur le sujet Re: Nicolas Joly, clos de la Coulée de Serrant, Savennières

J'ai quand même bu de bonnes choses en Coulée de Serrant.

Mes deux meilleurs souvenirs:
1973 et 1998 ( que même Luc a trouvé agréable)
Mes bons:
1995, surtout en moelleux, et 1999.
24 Déc 2016 09:04 #872

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 7
  • Remerciements reçus 0

Réponse de L. SAURA sur le sujet CR: Coulée de Serrant 1979

Bonjour à tous,

Mon meilleur souvenir,daté de 2015:

CR: COULÉE DE SERRANT-1979

Dégustée à l'aveugle,cette bouteille achetée sur un site de vente aux enchères aurait pu être un véritable casse-gueule.Il n'en fût rien.
La robe,d'un beau jaune étincelant,ne fait pas son âge.Le nez,un peu muet au départ,se complexifie pour offrir des notes de beurre(ce qui nous fera dire chardonnay en premier lieu),puis des notes de foin,de tisane,d'herbes,de fleurs des champs.....Point de pomme,point de tarte tatin,point de coing....La bouche offre cette acidité saillante,mais drôlement bien intégrée au gras.Le vin est ample,épousant avec harmonie l'ensemble du palais.La finale est longue.Elle dure et propose des notes rétro-olfactives de toutes beauté,rappelant les arômes décrit précédemment.C'est déjà exceptionnel en l'état.
La découverte de l'étiquette nous fait jubiler.Comment est-ce possible?Aucune trace d'oxydation....
Un vin dont les raisins ont été ramassés tôt?
Un moût protégé avec des doses de soufre importantes?
Quand la coulée atteint ce niveau,c'est vraiment fabuleux.Coup de coeur!Noté 18
24 Déc 2016 10:39 #873

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5072
  • Remerciements reçus 315
Je crois que le domaine n était pas encore en BioD, avec sa vision portée a son paroxysme.
Les vins était peut être encore fait par la mère de NJ a cette époque ?!
24 Déc 2016 11:01 #874

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 7
  • Remerciements reçus 0
Oui,c'est l'époque de sa maman.
24 Déc 2016 11:29 #875

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4363
  • Remerciements reçus 2016
Biodynamie et vin : les bonnes paroles de Nicolas Joly
www.larvf.com/,nicol...
didier
Mal- voyant depuis 29 ans et passionné de vins comme vous tous
18 Jan 2017 13:47 #876

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 7299
  • Remerciements reçus 6340

Réponse de Jean-Loup Guerrin sur le sujet CR: Savennières – Coulée de Serrant – 1989

CR: Savennières – Coulée de Serrant – 1989

Bouteille bue lors d'une soirée mémorable relatée ICI

Jean-Loup
La robe est d’un or très ambré.
Puissant et baroque, le nez se montre très changeant à l’aération dans le verre. Ce sont d’abord les hydrocarbures qui dominent, puis un côté marin (algue, iode), puis les fruits secs et enfin les fruits jaunes.
Concentrée, dense et au volume confortable, la bouche est sur un fruité compoté. C’est surtout dans la finale très persistante qu’une trame énergique longiligne se dévoile grâce à une forte acidité.
Très Bien ++ / Excellent
Ce superbe vin surclasse par sa puissance une salade de lentilles et poulpes grillés.

Julien
Nez puissant sur la marée, l'iode puis le citron confit. Bouche minérale, gourmande, équilibrée. Y'a bon, très bon même !

Yann
Robe dorée
Nez caoutchouc, avec notes boisées, champignons frais.
Bouche caressante, patinée avec un beau volume et c’est très bien équilibré. C’est assez long sur les notes caoutchouc, de fruits mûrs et miellées. J’y retrouve les notes iodées dont mes camarades de table parlent. Petite sensation de SR à ce stade en ce qui me concerne. Ca n’enlèvera rien au plaisir pris sur cette Coulée qui est la plus belle bue à ce jour en ce qui me concerne.
Très bien

Vivien
La robe est d’un or profond.
Le nez est très marqué par les coquilles d’huîtres, les coquilles de la Saint-Jacques, je me croirais carrément chez moi à Port en Bessin… Puis apparaît le coing, l’orange confite, c’est extrêmement iodé et coquillagé.
La bouche est de très grande puissance, avec une première attaque très sèche, puis les passages en bouche suivants apparaissent de plus en plus riches, avec de très belles notes de curry et de safran. Le vin est de grande largeur, de très haute maturité, sur une grande déclinaison d’épices. La matière est noble et la structure est construite sur une très belle acidité basale. Je retiens particulièrement la déclinaison d’épices tout au long du parcours en bouche et même au-delà de ce magnifique vin.
Excellent

Didier
Quand ce n’est pas oxydé et déviant, c’est vraiment grand. Forcément un peu d’évolution mais non oxydative. Puissant, riche, complexe et très long. Probablement quelques grammes de SR. La bouteille a été vidée sans hésitation. C’est un signe. Bel accord avec des lamelles d’encornets aux épices sur des lentilles en vinaigrette.

Jean-Loup
05 Fév 2017 14:51 #877

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 84260
  • Remerciements reçus 10292
Bu lors du VDEWS 2016

CR: Clos de la Coulée de Serrant, Savennières, 2006



Robe sur un doré ambré net.
Nez ultra puissant, sur des notes de raisins secs, d'abricot, de pierre humide, avec également des vapeurs alcooliques certaines.
Bouche massive, d'une grande densité et impact, à la richesse de corps presque moelleuse mais tranchée par une très forte acidité.
L'aromatique est baroque, compromis de notes de fruits secs, entre l'abricot et la figue, de datte, d'une légère oxydation, avec des goûts minéraux et une amertume qui lui donnent une vraie présence et allonge.
La charge alcoolique s'exprime toutefois à l'excès sur une finale longue mais presque brutale de puissance et qui m'évoque un peu l'équilibre des vins oranges.
Bien à très bien mais un style auquel je n'adhère pas vraiment.
15 Fév 2017 17:38 #878
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19
  • Remerciements reçus 0

Réponse de Sharky sur le sujet Coulée de Serrant

Bonjour, j'ai deux Clos de la coulée de Serrant que j'ai récupéré il y a quelques mois.
Par curiosité, j'aimerais bien les mettre en dégustation (l'une ou l'autre) demain soir avec des amis.
Il s'agit d'un 92 ou d'un 97.
Ma question est lequel boire préférentiellement, et comment les préparer pour la soirée de demain?
Bien cordialement.
Pierre
21 Mar 2017 13:55 #879

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19530
  • Remerciements reçus 3064

Réponse de mgtusi sur le sujet Coulée de Serrant

Le 97 a 97% de chance d'être oxydé, le 92, peut être que 92%. C'est la raison pour laquelle les vieilles Coulées se goûtent mieux.
Ce sont surtout tes amis qu'il faut bien préparer.
Michel
21 Mar 2017 14:32 #880

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3915
  • Remerciements reçus 1968

Réponse de Vougeot sur le sujet Coulée de Serrant

Michel est taquin, mais sur le fond, il a raison.
Ce domaine est connu pour l'extrême variabilité de ses bouteilles. Le très bon côtoie l'infâme et c'est insupportable pour les amateurs que nous sommes.
Pour en revenir à ta Coulée, je pense que le 92 ne gagnera rien à être conservé. Pour l'avoir bu il y a quelques années, je me rappelle d'un beau vin. Ouverture et carafage le midi pour le soir te permettront, je pense, de l'apprécier.
Si toutefois elle n'est pas oxydée...
Amicalement,
Vincent, parti découvrir d'autres horizons.
21 Mar 2017 15:08 #881

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19
  • Remerciements reçus 0

Réponse de Sharky sur le sujet Coulée de Serrant

Merci bien.
21 Mar 2017 15:09 #882

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19
  • Remerciements reçus 0

Réponse de Sharky sur le sujet Coulée de Serrant 1992

CR: Coulée de Serrant 1992

Oxydée!
Bouchon en relativement bon état pour l'âge.
Pour complément, à l'ouverture présence prononcée des amers et alcooleux, c'est réduit.
J'ai ressenti le côté jurassien des vins sous voile.
La bouche est ample et puissante presque grasse, mais se résume en amers et sensation métallique, ferreuse, et alcool.
Plus ou pas fruits! C'est très difficile de ressentir le chenin.
Pas d'acidité.
Après pas mal d'heures (10h) le vin n'a pas évolué, on l'essaie en fin de repas sur le fromage.
Ca passe sur un magoth, fromage de l'Appenzel, et un parthenay cendré, sans être extraordinaire.
Aujourd'hui regouté vers 17h mais cette fois fatigué.
Clairement bouteille qui a passé son tour, mais qui a eu le don d'attiser notre curiosité.
Cordialement
23 Mar 2017 17:22 #883

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 26094
  • Remerciements reçus 945

Réponse de Luc Javaux sur le sujet Coulée de Serrant 1992

Sois le bienvenu dans le monde enchanté de la Coulée de Serrant...
28 Mar 2017 16:27 #884

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3182
  • Remerciements reçus 56

Réponse de E.L. sur le sujet Coulée de Serrant

Je ne serais pas aussi dur que Michel
Il y a quelques temps avec les PACA on avait goutté clos de la bergerie et coulée de Serrant assez vieux
Autant le clos de la bergerie était tout juste bon pour mettre dans une sauce aux morilles autant la coulée de Serrant ne se gouttait pas mal bien que loin de valoir le prix payé (à mon avis)
Eric L.
Un bon repas sans bon vin c'est comme un tagada sans tsoin tsoin
28 Mar 2017 17:08 #885

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19530
  • Remerciements reçus 3064

Réponse de mgtusi sur le sujet Coulée de Serrant

Autant le clos de la bergerie était tout juste bon pour mettre dans une sauce aux morilles autant la coulée de Serrant ne se gouttait pas mal bien que loin de valoir le prix payé (à mon avis)


Heureusement que tu n'es pas aussi dur que moi :)
Michel
28 Mar 2017 19:27 #886

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2945
  • Remerciements reçus 1256
Dégustée ICI

CR: Clos de la Coulée de serrant – Savenières Blanc 1998.
Robe relativement sombre et évoluée, ça doit avoir quelques années ça !
Le nez est expressif, sur des notes oxydatives de noix fraiche, des touches de sous bois, avec de la mirabelle confite et une belle fraicheur minérale en arrière plan.
En bouche, le vin déploie un gros volume, une amplitude profondeur et un côté crémeux rappellent certains chardonnay. La finale briochée est un poil alcooleuse mais l’ensemble reste bien agréable.
Il est vrai qu’avec un plat, cette bouteille sera plus évidente que dégustée seule.
Bien +
A la vue de l’étiquette, agréablement surpris par la tenue de cette bouteille qui inspire un vieillissement normal et non altéré par une quelconque déviance.
Je ne mettrais pas cependant le prix que ce vin est vendu, personnellement.
Antoine. Passionné tout court
03 Mai 2017 21:33 #887

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2021
  • Remerciements reçus 356

Réponse de daniel popp sur le sujet Clos de la Coulée de serrant – Savennières Blanc 1995

CR: Clos de la Coulée de serrant – Savennières Blanc 1995.
cr tiré de Catherine et les garçons se retrouvent en Loire autour d'un 1947 de légende.
En savoir plus sur www.lapassionduvin.c...

catherine
j’ai beaucoup, beaucoup aimé ce Savennières, il faudrait être difficile, me direz-vous… Un nez très sec et minéral, une bouche saline, très rhum/raisin, une très belle acidité, c’est vraiment un beau et grand vin.

daniel
Nez profond, complexe, massif et tendu à la fois ; on perçoit des parfums de raisins secs, de rhum, de la cire d'abeille, des essences de miel ; un paysage évolutif, tout en finesse subtile malgré le volume.
La bouche au caractère salin a un sacré relief, tout en opulence retenue sur un équilibre sec de sec avec toujours cette fine pointe de tendresse des grands chenins ; rehaussée ici par une salinité d'anthologie dont l'appétence et la persistance font sourire l'acidité qui tient la baraque.
08 Aoû 2017 18:19 #888

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2021
  • Remerciements reçus 356

Réponse de daniel popp sur le sujet Coulée de Serrant 1995.

CR: Clos de la Coulée de serrant 1995.
Catherine et les garçons se retrouvent en Loire autour d'un 1947 de légende.
En savoir plus sur www.lapassionduvin.c...

catherine
j’ai beaucoup, beaucoup aimé ce Savennières, il faudrait être difficile, me direz-vous… Un nez très sec et minéral, une bouche saline, très rhum/raisin, une très belle acidité, c’est vraiment un beau et grand vin.

daniel
nez profond, complexe, massif et tendu à la fois ; on perçoit des parfums de raisins secs, de rhum, de la cire d'abeille, des essences de miel ; un paysage évolutif, tout en finesse subtile malgré le volume.
La bouche au caractère salin a un sacré relief, tout en opulence retenue sur un équilibre sec de sec avec toujours cette fine pointe de tendresse des grands chenins ; rehaussée ici par une salinité d'anthologie dont l'appétence et la persistance font sourire l'acidité qui tient la baraque.
Assurément, à l'avis de tous, un grand blanc de Loire et l'une des meilleures Coulées de Serrant goutées à ce jour.
08 Aoû 2017 19:53 #889

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 12016
  • Remerciements reçus 2113

Réponse de jean-luc javaux sur le sujet Coulée de Serrant. Savennière La Roche aux moines 1995.

Clos de la Coulée de serrant. Savennière La Roche aux moines 1995


Bonjour Daniel,

petite question du "chipotteur" de service.
Je suis assez méticuleux, voire maniaque peut-être mais il me semblait que la Coulée de Serrant était l' Appellation en elle même...
C'est marqué "Savennières La Roche aux Moines" sur l'étiquette?
Il me semblait que le Savenières La Roche aux Moines était le Clos de la Bergerie.
Est-ce alors cette dernière bouteille que vous avez bue?
Désolé si je n'ai rien compris.... :? ... mais je crois que "La Roche aux Moines" n'est pas correct... ;)

jlj
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Frisette
09 Aoû 2017 08:41 #890

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1872
  • Remerciements reçus 1167
En 95, il y avait 4 vins. Un clos de la bergerie (ou autre nom car il existe aussi une autre mention pour ce vin), un roche aux moines et deux coulées de Serrant dont une VT.

Ma seule visite au domaine. C'était en 97.
Denis
09 Aoû 2017 09:28 #891

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 12016
  • Remerciements reçus 2113

Réponse de jean-luc javaux sur le sujet Coulée de Serrant. Savennière La Roche aux moines 1995.

En 95, il y avait 4 vins. Un clos de la bergerie (ou autre nom car il existe aussi une autre mention pour ce vin), un roche aux moines et deux coulées de Serrant dont une VT.

Ma seule visite au domaine. C'était en 97.


Ok.
Mais, à mon sens, Coulée de Serrant c'est AOC (ou AOP si l'on veut...) Coulée de Serrant et pas La Roche aux Moines...
Ce n'était pas le cas en 1995 ??? :?

jlj
09 Aoû 2017 10:28 #892

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1872
  • Remerciements reçus 1167
J'avais mal lu ta question jean Luc. Tu as raison, les deux sont bien distincts...
Denis
09 Aoû 2017 12:05 #893

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2021
  • Remerciements reçus 356
Quelques éléments de réponse, allant dans ton sens, Jean-Luc.

Déjà Wikipedia

Le vignoble de Savennières "s'étend sur environ 150 hectares (moy. 2005/2009), dont 33 hectares pour Savennières-Roche-aux-Moines et 7 hectares pour Savennières-Coulée-de-Serrant.

L'INAO a validé, lors de sa réunion de fin septembre 2011 5, l'adoption des AOC Savennières Coulée de Serrant et AOC Savennières Roche aux Moines. Elles deviennent distinctes de l'AOC Savennières. La publication au Journal Officiel doit encore avoir lieu pour rendre cette décision officielle."
.

Mais aussi le Dico du vin, ,un peu long mais instructif :

Roche-aux-Moines (AOC Savennières-Roche-aux-Moines) Anjou (Loire) vins blancs secs ou demi secs : jusqu’en 2011, la Coulée-de-Serrant et la Roche-aux-moines étaient deux dénominations géographiques complémentaires de l’AOC Savennières. Aujourd’hui, l’ancienne appellation se retrouve divisée en trois AOC :

1/Savennières,
2/Savennières-Coulée- de -Serrant,
3/ Savennières-Roche- aux-moines.

Savennières-Roche-aux-moines, nouvelle entité à part entière est un terroir unique, à l’aplomb de la Loire, véritable éperon rocheux qui s’avance vertigineusement sur le fleuve. Un haut rocher sur la rive gauche (en fait c’est la rive droite) de la Loire précise la charte de donation aux moines de Saint-Nicolas en 1285. Il jouit d’une exposition plein sud idéale avec un ensoleillement maximum. La Roche-aux-moines est en plus bordée à l’est par un voisin prestigieux à la réputation mondiale, la Coulée-de-Serrant.

La forte unité de ses vignerons

Que faudrait-il souhaiter à cette nouvelle appellation répartie sur 22 ha (33 autres hectares possibles) quand on sait la forte unité qui lie ses vignerons. Ils ont à cœur de présenter au monde des vins exceptionnels, reflet de leur terroir au sein du Val de Loire, inscrit depuis une dizaine d’années au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’Unesco.

L’histoire a marqué profondément ce coin de terre au sol pauvre et au sous-sol volcanique situé sur les contreforts du Massif armoricain. L’histoire géologique d’abord à partir de l’ère primaire avec des formations schisteuses et schisto-gréseuses suivie d’une forte activité volcanique laissant des filons de type rhyolithe et spilites. Résultat, des sols peu profonds, peu fertiles et très caillouteux, idéal pour un cépage, maître absolu de ce coin d’Anjou, le chenin.

1130, naissance de l’appellation

Une autre histoire, celle des hommes avec une date emblématique pour l’appellation, l’an 1130. Elle marque l’apparition de la dénomination Roche-aux-Moines. La mise en valeur du lieu a été faite par les moines de l’abbaye de Saint-Nicolas jusqu’à la Révolution française et par un grand vigneron, Pierre Guillory. Ce dernier, a laissé son empreinte sur une grande partie du XIXe siècle par des avancées techniques de grande importance.

Il y a peu de temps encore, l’appellation ne comptait que trois propriétaires : la famille Joly côté Coulée, le Baron Brincard, du Château de la Bizolière et la famille Lagrange qui se partageaient le reste. C’est à cette dernière que Monique Laroche (un nom prédestiné pour cette appellation !) va acheter l’essentiel des parcelles au début des années 80. Monique puis Tessa sa fille, aujourd’hui présidente de l’association qui regroupe les 8 producteurs de l’appellation se sont engagées dans l’agriculture biologique (2009, première année de conversion) et ont commencé à replanter (un premier hectare en chenin dès 2010).

Les 7 contraintes de l’appellation

Le cépage chenin est le seul cépage autorisé;
Les désherbants de synthèse sont prohibés, tout comme les insecticides;
Des rendements faibles : maximum 30 hl/ha;
Les vendanges manuelles par tries successives sont obligatoires; les raisins sont cueillis à maturation optimale par, au minimum, deux tries successives de grappes sur pied;
La chaptalisation est interdite;
Les vignerons s’engagent à élever leurs vins en un minimum de 10 mois;
La mise en bouteille se fait obligatoirement au domaine ou au château;

En plus,

les vignerons projettent de recourir à la lutte par confusion sexuelle.

Parfois un peu austère les premières années

La Roche-aux-moine est un très grand vin de garde (plusieurs décennies, peut être bu dès 5 ans) à la robe profonde, de couleur paille à or aux reflets verts, évoluant sur le vieil or aux reflets ambrés. Il possède un nez intense, parfois austère dans les premières années. Arômes de tilleul, d’anis, de pamplemousse, de poire, de miel et de pâte de coings. Marqué d’une forte minéralité, il évolue sur la noisette, les épices douces et sur des notes confites (pamplemousse, citron).

Les 8 vignerons de l’AOC Savennières-Roche-aux-Moines

Clément Barault,
Domaine des Forges : Stéphane Branchereau,
Domaine FL : Julien Fournier,
Château de la Roche aux Moines : Virginie Joly, (c'est moi qui rajoute : le Clos de la Bergerie)
Domaine aux Moines : Tessa Laroche,
Damien Laureau,
Château Pierre Bise : René Papin,
Eric Morgat.


Quid de 1995 ?

Quand on regarde l'étiquette, déjà un premier facteur de confusion : sous le millésime, il est précisé Nicolas Joly propriétaire viticulteur au Château de la Roche aux Moines. 49170 Savennières...alors qu'il est indiqué plus haut Clos de la Coulée de Serrant. Appellation Savennières Coulée de Serrant controlée. Cela bien avant que l'INAO n'entérine l'appellation, l'étiquette aurait-elle été changée depuis ?
J'ai fini par appeler le domaine qui m'a confirmé que le CCS avait toujours été séparé de la Roche aux Moines, même si les deux terroirs se jouxtent et que le CSS est domicilié au lieu dit Château de la Roche aux Moine. Ouf !!

Merci aux admin' de retirer Roche au Moine dans mon titre.

Daniel
09 Aoû 2017 15:14 #894

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 12016
  • Remerciements reçus 2113
Voilà Daniel! C'est ok. :)

jlj
09 Aoû 2017 15:57 #895

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1872
  • Remerciements reçus 1167
Ah oui, le clos de la Bergerie, c'est le Roche aux Moines.
Le vieux clos se dénommait Becherelle auparavant...
J'ai un peu tout confondu...
Denis
09 Aoû 2017 16:04 #896

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 621
  • Remerciements reçus 1042

Réponse de Damien72 sur le sujet CR: Coulée de Serrant 2004

CR: Coulée de Serrant 2004

Flacon provenant de la cave d'un château de la Sarthe lors d'une vente aux enchères . La cave était particulièrement humide . Le bouchon est à ma grande surprise totalement imbibé .



La couleur de la robe et le bouchon me font craindre une oxydation prématurée...
Eh bien absolument pas .
Le nez est très complexe sur l'encaustique et fruits blancs : poire , raisins secs , abricot ...
Je retrouve des notes de rhum et de l'orange amère .
C'est confirmé en bouche , je pense à une crème pâtissière au rhum , une amandine aux poires ...un vin de dessert B)
La finale est un peu trop portée sur l'alcool mais on est face à un vin qui ne peut pas laisser insensible.
J'avais touché ce flacon à 34 euros , c'est ok pour moi . À 70 ou au delà je passe mon tour .
Je garde un tiers du flacon . Si des changements majeurs interviennent, je posterais .
TRÈS BON
10 Sep 2017 16:00 #897
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1874
  • Remerciements reçus 1050
Comme je vous envie Catherine et Daniel...1995 ? c'est mon plus beau souvenir de Coulée...à l'opposé du 1985, tristement sur-dominé par cette odeur soufrée qui ne plait qu'au puriste philuméniste convaincu.
29 Oct 2017 12:43 #898

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 432
  • Remerciements reçus 451

Réponse de No Sport sur le sujet CR: Savennières Clos de la Coulée de Serrant 2013

CR: Savennières Clos de la Coulée de Serrant 2013 - Nicolas Joly

A la lecture du forum et de certaines expériences calamiteuses sur des Coulées âgées, j'ai pris un peu peur pour cet exemplaire de la Coulée de Serrant reposant dans ma cave et je me suis décidé à l'ouvrir jeune.

Bien m'en a pris, je crois, car le bouchon de facture modeste était pratiquement complétement imbibé... 8-x

A l'ouverture, le vin dégageait des arômes marqués de fruits jaunes, en particulier la prune. Je l'ai laissé reposé 48 heures en oxygénation lente, ce qui est, semble-t-il ma meilleure méthode pour tirer partie de ce vin original et quelque peu "nature".

Au moment de la dégustation, le vin avait conservé ses arômes de fruits jaunes, auquel s'ajoutait un bouquet complexe (fenouil, badiane, acacia...). Cependant en bouche, ressortait assez fortement un arôme de quetsche légèrement fermentée (limite, tirée d'un tonneau pour fabriquer de l'eau de vie).

En conclusion, un vin unique, c'est certain mais pourrais je le qualifier de grand vin ? Je n'en suis pas persuadé car si ce vin m'a interpellé, interloqué même, il ne m'a pas transporté...

(Carton rouge pour la qualité du bouchon : lorsqu'on produit des vins qui se vendent 50 à 60 €, on apporte un peu de soin aux conditions qui en permettent la conservation :( )
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Frisette, DaGau
05 Nov 2017 20:39 #899

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 214
  • Remerciements reçus 89

(Carton rouge pour la qualité du bouchon : lorsqu'on produit des vins qui se vendent 50 à 60 €, on apporte un peu de soin aux conditions qui en permettent la conservation


Absolument d'accord ! C'est le point que je trouve presque le plus choquant avec les vins du domaine. On parle d'un surcoût de combien? 30 cts grand max ? sur des vins à 50€ht départ domaine, ça semblerait raisonnable.
07 Nov 2017 15:27 #900

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck