Nous avons 1634 invités et 77 inscrits en ligne

Vignobles de la Coulée de Serrant

  • Messages : 7299
  • Remerciements reçus 6340

Réponse de Jean-Loup Guerrin sur le sujet Coulée de Serrant

Oui, la ficelle est un peu grosse !
(tu)
06 Nov 2018 17:29 #931

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18762
  • Remerciements reçus 3894

Réponse de Eric B sur le sujet Coulée de Serrant

On m'a, très récemment, raconté que dans le Bordelais plusieurs vinificateurs, dans des domaines appartenant à des fonds de pension ou des Chinois, ont été à deux doigts d'être virés comme des incapables car la production avait baissé de 10%.

Les vinificateurs n'y sont pour rien (à moins qu'on ne leur reproche de ne pas mettre de l'eau dans leur vin ;) ). Ce sont les chefs de culture les incapables (ce n'est évidemment pas ce que je pense. Je me place de leur point de vue).
Eric
Mon blog
06 Nov 2018 19:48 #932

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3795
  • Remerciements reçus 1175

Réponse de agitateur sur le sujet Coulée de Serrant

On m'a, très récemment, raconté que dans le Bordelais plusieurs vinificateurs, dans des domaines appartenant à des fonds de pension ou des Chinois, ont été à deux doigts d'être virés comme des incapables


De manière plus précise:
- ça ne concerne pas forcément ( ou pas que ) les méchants chinois et méchants fonds de pension. A la limite, ça concerne surtout du bon actionnariat familial à la française.
- Pour une baisse de 10%, cette année, non je ne crois pas. Plus que 10.
- Comme le dit Eric B, pas les vinificateurs mais les chefs de culture. Ou directeur technique ou directeur tout court.
- ce n'était pas à 2 doigts, c'est allé au bout. Il y a en "beaucoup" d'envois de lettres recommandés cet été, et celà a engendré un mercato plus animé que les années habituelles. Enfin, mercato un peu spécial, quand on quitte un grand club dans ces conditions on peut quitter l'Europe ( ou le département dans le cas qui nous occupe ) car on est indésirable dans la zone.

Il faut remettre les choses dans leur contexte, je la fais schématique:
- propriétés prestigieuses, enjeux financiers TRES importants
- Les moyens sont "illimités": si on argumente et tire la sonnette d'alarme en demandant plus de moyens, ils sont financés. Ne pas tirer la sonnette est une faute grave. ( besoin de plus de tractoriste, plus de tracteurs, etc...si on ne demande pas on n'a pas de refus mais on n'a plus d'excuses....si on demande sans avoir gain de cause on a de la marge en perte acceptable )
- Par le fait susnommé, il n'y a pas d'obligation de moyen mais une obligation de résultat. Le caractère exceptionnel de l'année ne tient plus.
- donc si on n'a pas le volume attendu on prend la porte.

Après, il est vrai que certains actionnaires ont avalé des couleuvres et d'autres ont été "durs", mais la vie est injuste ma pov' lucette.
06 Nov 2018 20:08 #933

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1668
  • Remerciements reçus 1914
CR: Domaine de la Coulée de Serrant - Clos de la Coulée de Serrant 2013

Le vin a été carafé 1 h avant d'être remis en bouteille pour le service.
Robe sur un vieil or avec des flotteurs, c'est assez décadent.
Nez sur le coing, l'encaustique classique d'un chenin de Loire.
En bouche, ça pétille un peu, l'acidité est mordante, ça arrache.
L'aromatique est totalement effacée par ce maelstrom de sensations agressives.
Ça fini raide sur une acidité décapante.
Le vin semble s'améliorer un peu au cours de la soirée, ou alors c'est nous qui nous habituons.
A pain in the ass
Laurent
20 Nov 2018 08:46 #934

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 26094
  • Remerciements reçus 945
Tsss, encore un amateur peu connaisseur...


Luc
20 Nov 2018 09:33 #935

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 596
  • Remerciements reçus 944
CR: Savennières, Clos de la Coulée de Serrant 2009, Nicolas Joly : robe dorée de belle facture. Un vin qui dégage une impression de puissance, presque tannique, une minéralité / granulosité exacerbée, une pointe oxydative juste dosée. Impressionnant en apéritif . Excellent
25 Nov 2018 09:13 #936

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 12016
  • Remerciements reçus 2113
une pointe oxydative juste dosée

Cela veut dire que parfois (souvent?) ils "dosent" trop mais que sur ce coup, ils ont réussi pile poil leur niveau d'oxydation?
B)

jlj
(déjà loin)
25 Nov 2018 09:40 #937

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 596
  • Remerciements reçus 944
Disons pour rester soft, il a su éviter le syndrome du Pierre Morey :)
25 Nov 2018 10:59 #938

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1193
  • Remerciements reçus 545
Robe or, orangée, couleur soutenue. Nez agrumes d'orange confite. En bouche souplesse marquée par le fruit, le miel. Finesse. Patine. Equilibre. C'est 'moelleux',
CR: Nicolas Joly 'Clos de la Coulée de Serrant' 1995.
Bel accord avec foie gras et lit de mâche, insolite car c'est relevé et sensiblement poivré.

Bue en cette occasion www.lapassionduvin.c...
23 Déc 2018 23:56 #939
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2809
  • Remerciements reçus 581
CR: Clos de la Coulée de Serrant – Savennières-Coulée de Serrant – 1998

dégusté ici

Jean-loup:

La robe est parée d’un or ambré peu soutenu.
D’une très belle intensité, le nez virevolte entre fruits compotés, coing, pain d’épices et miel, avec en permanence une très fine touche oxydative qui rajoute à la complexité et que j’apprécie lorsque ce n’est pas dominant.
La bouche combine des arômes tertiaires, une grande acidité vertébrale et une sensation de très légers sucres résiduels. Le tout est très harmonieux, jusqu’à une finale salivante.
Très Bien ++ / Excellent
Le plat s’est accordé à merveille (4+ / 5) avec le vin en faisant ressortir les épices de celui-ci.


Cédric:

Nez à consonance moelleuse sur des fruits secs, presque confits... pointe d'épice.
En bouche, à contrario, c'est parfaitement sec. C'est plutôt rond sur une aromatique de fruits mûrs, avec des notes de pain d'épices. La fin de bouche est déconcertante entre perception oxydative et terpénique. Une belle acidité donne du peps en finale.

Très Bien
Cédric - LPV FOREZ
07 Fév 2019 16:19 #940

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 869
  • Remerciements reçus 1262
CR: Clos de la Coulée de Serrant – Savennières-clos de la Bergerie- 2010

Bouteille ouverte pour notre repas annuel du club de dégustation.

Etant en charge d'organiser les apports de chacun et les accords mets/vins, je me faisais une joie de goûter un vin de ce domaine.

On me confie la bouteille à l'arrivée au restaurant qui nous acceuille (Attablez-vous à Namur, Belgique). J'ouvre la bouteille. Le bouchon est assez inquiétant, déjà bien abîmé pour un millésime si récent.

Bon, je me sers un peu de vin pour le goûter et voir si le vin demande une préparation spécifique ou non... La robe est très évoluée, sur l’or, l'ambré...

Le nez est très marqué par la poire à l'alcool.

La bouche est complètement dissociée entre d'une part une attaque très riche et alcooleuse sur la poire et une seconde partie dominée par une amertume assez désagréable... A mon sens le vin est daubé. J'appelle la personne ayant amenée le vin, elle le goûte, même conclusion....On en peut pas servir cela. Heureusement, elle aura prévu le coup et nous nous sommes régalée d'un taille aux loups clos Michet 2012.

Pour la petite histoire, nous avons regoûté le vin en fin de repas, de même que le sommelier du resto, et la conclusion restera la même: daubé de chez daubé. C'est assez dommage, tant la matière derrière les défauts relevés semblait belle.

Bref, grosse déception, et je vais attendre qu'une bonne âme souhaite me faire goûter la coulée de Serrant.
Vu le risque sur ce domaine, je n'ai pas envie de claquer 60 euros pour rien^^
Laurent
25 Mar 2019 13:27 #941

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 7299
  • Remerciements reçus 6340

Vu le risque sur ce domaine, je n'ai pas envie de claquer 60 euros pour rien.

Oui, Laurent. Visiblement tu as lu les dernières pages de ce fil... avec quelques bonnes surprises et beaucoup de mauvaises.

Jean-Loup
25 Mar 2019 15:02 #942

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 869
  • Remerciements reçus 1262
En effet Jean-Loup, du fait de cette mauvaise expérience j'ai lu quelques pages du fil...et c'est clairement une (mauvaise) habitude de tomber sur ce genre de bouteille. Pour un domaine qui a cette réputation, c'est franchement inquiétant. ..
Laurent
25 Mar 2019 18:30 #943

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1185
  • Remerciements reçus 1570
Bu à cette occasion

CR: Clos de la Coulée de Serrant - Savonnières Coulée de Serrant 2007

Alors que je m'apprête à déboucher une bouteille, on me tend un verre à l'aveugle, le vin a été ouvert au déjeuner, et il fallait m'en garder un peu semble-t-il. Délicate attention!

La robe est très dorée aux reflets orangés
A peine le nez au dessus du verre, je dis "Chenin", avec ces notes de miel et de coing intenses, visiblement on ne veut pas me faire mariner plus longtemps et on me révèle de suite l'identité du vin, ce qui valide le cépage.
Ce superbe nez s'ouvre sur des notes exotiques, de fumé, et peut-être même un peu de truffe, vraiment splendide.
La bouche est glycérinée, au volume large, elle développe une énorme puissance la finale est épicée et poivrée avec une intensité aromatique ahurissante. C'est très long. Le millésime? ça me paraît déjà d'un certain âge, complexe et riche; Je tente 2003, raté!

C'est la première fois que je goûte à un vin de Nicolas Joly, largement commenté sur le forum.
Les nombreux posts sur le fil dédié m'ont toujours dissuadé d'en acheter ne serait-ce qu'une bouteille, mais je dois bien avouer que si j'avais pu avoir un deuxième verre je me serais pas fait prié.
C'était vraiment excellent!
Sébastien
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Gibus, DUROCHER
27 Jui 2019 22:31 #944

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1193
  • Remerciements reçus 545
Bonjour,

Rare opportunité de goûter La Coulée de Serrant au travers d'une verticale de seize millésimes (dont un Savennières moelleux), répartis sur trois décennies.
Merci SM.

La dégustation a débuté par deux autres AOC Savennières du domaine :

CR: Coulée de Serrant - Clos de la Bergerie 2004 (AOC Savennières, Roche-aux-Moines). Robe jaune ambrée. Larme en densité. Eclat. Nez agrumes orange. Puissance. Miel et coing. En bouche plus d'acidité ressentie, citron confit. Chaleur et alcool mais un volume équilibré. "Majesté de la robe, notes de noix au nez. Amertume." Pour moi une matière en légèreté avec une acidité qui prend le pas sur l'amertume.

CR: Coulée de Serrant - Les Vieux Clos 2006 (AOC Savennières). Robe jaune ambrée. Particules claires. Nez pomme, acétique, lactique, légère réduction. Agrumes en retrait. En bouche fruit en souplesse, confiture, sucre sensible. Acidité aussi. Au réchauffement des notes d'ananas particulières que je ne trouverai pas dans la Coulée de Serrant dégustée par la suite. "Frais, élégant. Finale un peu plate."

Verticale CR: Coulée de Serrant - La Coulée de Serrant - AOC Savennières-Coulée de Serrant :

CR: 1983 (carafé, bouchon enfoncé dans la bouteille). Robe or avec de l'éclat, légers reflets verts. Nez terpénique, vernis, champignon léger. "Métallique." Bouche fruit citronné en force, fraîcheur. Très salin, "minéral". Persistance et longueur. Vin sec. Coing, miel léger (acacias). Acidité et équilibre.

CR: 1986. Bouteille callipyge. Robe or, légèrement plus mate que le précédant. Nez en fraîcheur, fruité, mais liège sensible. En bouche le fruit se devine, bouchonné sans déviance tertiaire. Coing, citron, souplesse. Présence mesurée.

CR: 1988. Robe or. Couleur. Du grain. Trouble. Nez fermé. Bouche agrumes citronnés, fruité en finesse équilibre et acidité.

CR: 1989. Robe ambrée. Très fines particules. Nez vernis. "Chlore." En bouche corps léger, "un vin qui a mangé ses sucres". Citronné.

Bon accord avec une salade de crevettes roses, vermicelles de riz et concombre.

CR: 1990. Robe ambrée. Légers reflets verts. Mate. Nez agrumes citronnés et "truffe noire, marqueur du millésime." En bouche finesse et équilibre. Légèreté. Finale tendue. A l'aération et au réchauffement le vin prend de l'ampleur. Fruité agrumes citronnés.

CR: 1991. Robe or lumineuse. Nez frais et fruité. En bouche les agrumes avec une complexité inédite dans la série (un des verres que j'attends aussi plus longuement et auquel je reviens). Citron et orange en bouche. Kumquat. Plus riche et gourmand.

CR: 1994. Robe ambrée en lumière. Nez fruité citronné, botrytisé. Comme pour le précédant un vin avec un fruité épanoui, moins tendu. Agrumes confits. Orangette.

(Inversion sans conséquence dans l'ordre de service prévu).

CR: 1993. Robe ambrée. Couleur en densité. Nez agrumes et coing, pointe fermentaire pomme. Léger. Au réchauffement souplesse d'un fruit discret en matière.

CR: 1997. Robe ambre, reflets oranges. Nez poire, sucre. Alcool de fruit. Fermentaire. Bouquet fruité. Confituré. Sucré. Pointe "zan, réglisse." Au réchauffement le corps prend de l'ampleur. Coing.

CR: 1998. Liège décrié que je ne perçois pas immédiatement. Citronné et tendu. Cela reste fermé.

CR: 1999. Robe or cuivrée et lumineuse. Nez agrumes, pointe fruits blancs, note lactée. Acidité en bouche pour un vin plutôt fermé.

L'effet de séquence se fait ressentir, un risotto très chargé en Grano Padano n'aide pas. Pour la suite un morceau de Roquefort garni de pâte de coing magnifie mieux le vin.

CR: 2003. Robe or. Nez agrumes citronnés et sulfites. "Œuf pourri." En bouche toujours les légers agrumes citronnés confits, conjonction de souplesse et de tension. Du corps, pointe fromage (lacté appuyé). Caractère, je définis comme qualité plutôt que défaut.

CR: 2004. Robe ambrée à reflets clairs. Du fruit au nez, chaleur marquée, pointe botrytis. En bouche de l'acidité. En contraste, plutôt fermé.

CR: 2014. Robe or. Fraîcheur. Fruit agrumes citronnés. Accessible, structure jeune et chargée aussi, "tannique."

CR: 2015. Couleur marquée avec une robe or dense et mate. Puissance et richesse des agrumes citronnés au nez et en bouche. Gourmand, et toujours proche d'une acidité et d'un équilibre bien définis que l'on retrouve dans tous les vins de cette série.

Pour finir un CR: Coulée de Serrant, Savennières-Coulée de Serrant, Moelleux 1995
Robe ambrée reflets rouille. Sucre. Fruit un peu éteint. Chaleur et souplesse d'agrumes citronnés confits.

Des vins qui font preuve de constance. L'équilibre d'un fruité de citron confit, plus acide que souple, en mesure. Miel, coing, pomme. La persistance est celle d'un vin d'exception. Parfois des caractéristiques d'authenticité, qui peuvent déranger voire carrément être considérées comme ratées. Une certaine austérité aussi (absentes les notes mirabelle, pêche blanche, litchi, abricot, fruits de la passion; ...).
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Gibus, Jean-Loup Guerrin, GILT, DUROCHER, f.aubin, Frisette, leteckel, Damien72, Jullux
03 Juil 2019 11:26 #945

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1193
  • Remerciements reçus 545
Pour l'anecdote en épilogue du dîner CR: Elixir de Monbazillac, Violet-Quenin, (Suc-Fontvielle, non millésimé).
Robe marron noire.
Nez caramel, brûlé, café.
Bouche pétrolée, mélasse, sirupeux chargé, onctueux, cassonade. Pointe infusée type Chartreuse, médicinale. Pour bien accompagner une tarte aux pommes.

A noter que l'effet de séquence, la préparation du vin, la singularité du ressenti, modifient fatalement notre jugement.
Le Clos de la Coulée de Serrant 1995 moelleux m'avait fait excellente impression lors de cette soirée : www.lapassionduvin.c...
03 Juil 2019 12:50 #946

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18762
  • Remerciements reçus 3894
Merci SM

On ne peut plus approprié pour une verticale Coulée de Serrant ;)

Dommage qu'il n'y ait pas eu de 1996. Clairement le plus CdS que j'aie jamais bu.
Eric
Mon blog
03 Juil 2019 12:57 #947

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1193
  • Remerciements reçus 545

Réponse de DaGau sur le sujet Coulée de Serrant

Et le Jasnières (on ne parlait pas encore d'AOC alors) le plus "Curnonsky" que tu aies jamais bu ;) ?
03 Juil 2019 14:50 #948

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3568
  • Remerciements reçus 984
Quelle a été la préparation des bouteilles ?
Didier
03 Juil 2019 16:49 #949

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1193
  • Remerciements reçus 545

Réponse de DaGau sur le sujet Coulée de Serrant

Bien rafraichies (10 à 12°), aération minimale (d'à peine 15 minutes à deux heures suivant l'ordre de service, série de bouteilles ouvertes en deux fois). Deux millésimes carafés (1983 pour cause de bouchon enfoncé et 2015 ouvert et servi dans la foulée). Plusieurs verres de service pour déguster.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: didierv, Gibus
03 Juil 2019 22:43 #950

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 26094
  • Remerciements reçus 945

Réponse de Luc Javaux sur le sujet Coulée de Serrant

J'ai lu le CR de cette verticale, et j'avoue rester un peu sur ma faim.
Au final, on ne sait pas vraiment si les vins sont bons ou pas, s'ils ont plu, ou pas...


Luc
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: TIMO
04 Juil 2019 10:46 #951

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 244
  • Remerciements reçus 181

Réponse de th7513 sur le sujet Coulée de Serrant

En tout cas, pas une seule bouteille daubée sur 18, c'est déjà un succès incroyable cette verticale ! zX
Cordialement,
Thomas.
04 Juil 2019 12:14 #952

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3915
  • Remerciements reçus 1968

Réponse de Vougeot sur le sujet Coulée de Serrant

En tout cas, pas une seule bouteille daubée sur 18, c'est déjà un succès incroyable cette verticale !


Hummm...
Je n'ai pas vraiment la même lecture... :whistle:
Vincent, parti découvrir d'autres horizons.
04 Juil 2019 12:15 #953

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 244
  • Remerciements reçus 181

Réponse de th7513 sur le sujet Coulée de Serrant

Alors le CR est édulcoré...
Cordialement,
Thomas.
04 Juil 2019 12:16 #954

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3915
  • Remerciements reçus 1968

Réponse de Vougeot sur le sujet Coulée de Serrant

1983 vernis, "Métallique."

1986. liège sensible. En bouche le fruit se devine, bouchonné sans déviance tertiaire.

1988. Trouble. Nez fermé.

1989. Nez vernis. "Chlore."

1993. pointe fermentaire pomme.

1997. Fermentaire.

1998. Liège décrié que je ne perçois pas immédiatement.

1999. vin plutôt fermé.

2003. Nez agrumes citronnés et sulfites. "Œuf pourri."

2004. chaleur marquée, pointe botrytis. En bouche de l'acidité. En contraste, plutôt fermé.

Au Royaume de la Coulée de Serrant, le débat est toujours ouvert... ;)
Vincent, parti découvrir d'autres horizons.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Loup Guerrin
04 Juil 2019 12:22 #955

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18762
  • Remerciements reçus 3894

Réponse de Eric B sur le sujet Coulée de Serrant

C'est plus Highway to hell que Stairway to heaven ;)
Eric
Mon blog
04 Juil 2019 12:51 #956

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 116
  • Remerciements reçus 81

Réponse de Antoine Mougin sur le sujet Coulée de Serrant

C'est tout de même bien inquiétant tout cela...

Donc, la Coulée de Serrant, considéré par Curnonsky comme un des plus grands vin de France avec Le Château-Chalon, l'Yquem, le Montrachet et le Chateau-Grillet, considéré par les spécialistes comme la quintessence du Chenin (en sec, tandis que ce serait le Quart de Chaume et le Bonnezeaux le sont en liquoreux) serait donc un vin extrêmement inégal, en proie à l'oxydation ? Comment ça se fait que la presse à toujours tolérée cela alors ?

Moi qui voulais rendre visite au domaine, partant avec un ami à la Baule rejoindre ma famille en voiture dans une semaine et que c'est juste à proximité de l'autoroute A11, cela vaut t'il toujours le coup d'y aller ou bien vous me conseillez d'aller ailleurs dans le coin ?

Parce que je n'ai pas vraiment envie de mettre 50-60 euros (voir plus si je prends un millésime plus ancien) pour boire un vin oxydé ou qui sent la boite d'allumettes, quand bien même il vaut mieux payer ce prix au domaine que 80-100 euros chez un caviste.Imaginez l'un d'entre vous qui se retrouve avec un Batard-Montrachet oxydé (!)
Surtout que je vais à Berlin milieu août également et qu'on peut trouver d'excellents Riesling de Moselle à 25-30 euros en Kabinett et Spatlese (pour les Auslese Goldkapsel et BA et TBA, c'est une autre histoire bien entendu). Et pas loin de chez Joly se trouve le domaine Patrick Baudoin, qui fait apparament de très beaux Anjou et Côteaux du Layon, sans compter son Quart de Chaume Zerzilles.

Quand j'ai payé 65 euros mon Quart de Chaume 97 de chez Suronde par exemple, c'était un vin fabuleux, magnifique. Il était à son apogée. Je veux retrouver cette sensation pour une Coulée de Serrant. C'est juste un exemple pour prendre une expérience d'un grand vin de la Loire (ou le Haut-Lieu 1ère Trie 2003 de chez Huet aussi)

Merci de votre attention.

Antoine
23 Juil 2019 18:52 #957

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6134
  • Remerciements reçus 3775

Réponse de Frisette sur le sujet Coulée de Serrant

Imaginez l'un d'entre vous qui se retrouve avec un Batard-Montrachet oxydé (!)


Alors ça, c'est arrivé un paquet de fois, ça arrive et ça arrivera encore! Il ne faut pas croire que les grandes régions et les grands vins sont épargnés!

Concernant la Coulée de Serrant, je n'ai pas suffisamment d'expérience mais le peu que j'en ai croisé ne m'incite pas du tout à m'y arrêter, d'autant que dans le coin, il y a pléthore de très bons domaines.

Enfin, la référence à Curnonsky me fait toujours un peu sourire : comme si ce classement devait rester gravé dans le marbre! La vérité d'un jour n'est pas forcément celle du lendemain..

En tout cas, bon voyage et bonne visite, qu'elle qu'elle soit...et n'oublie pas un petit compte rendu! ;)
Flo (Florian) LPV Forez
23 Juil 2019 19:21 #958

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3915
  • Remerciements reçus 1968

Réponse de Vougeot sur le sujet Coulée de Serrant

Aucun intérêt à aller à La Coulée du Grand Bonze biodynamiste. Ce n'est pas lui qui reçoit. Juste un-e salarié-e qui fait goûter deux ou trois vins du dernier millésime. Sans trop parler, en plus...
Vincent, parti découvrir d'autres horizons.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oenoJB
23 Juil 2019 20:28 #959

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 7299
  • Remerciements reçus 6340

Réponse de Jean-Loup Guerrin sur le sujet Coulée de Serrant

J'ai été un fan de la Coulée de Serrant mais n'en achète plus suite à trop de déconvenues.

Jean-Loup
23 Juil 2019 20:51 #960

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck