Nous avons 1356 invités et 56 inscrits en ligne

Ça crise en Champagne ?

  • Messages : 3975
  • Remerciements reçus 4021

Réponse de starbuck sur le sujet LES CHAMPAGNES SONT BRADES

Il reste un gros problème avec les champagnes produits en volumes industriels et bradés dans les GMS, c'est qu'il faut arriver à les boire.
Comme le dit Jean-Claude Duss dans les Bronzés :" Et surtout bonne chance" :DD

Sylvain
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Steuf
23 Sep 2020 08:37 #721

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 181
  • Remerciements reçus 76

Réponse de alex73 sur le sujet Ça crise en Champagne ?

Malgré la "crise" les bons vignerons continuent à augmenter leur prix: par exemple Larmandier-Bernier...

Alexis
23 Sep 2020 08:48 #722

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 427
  • Remerciements reçus 37

Réponse de fcook41 sur le sujet Ça crise en Champagne ?

oui en vente sur plusieurs site de vente....(terre de vertus.... slurp)
23 Sep 2020 09:00 #723

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 87
  • Remerciements reçus 54

Réponse de Sami sur le sujet Ça crise en Champagne ?

Le seule que j'ai trouvé en promo interessante en GDS pour le moment, c'est le Vranken 1+1 gratuit.

Mais bon c'est mauvais, le Vranken, même à 1+2 gratuit je le prends pas, ou alors pour faire des Spritz.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, LucB, Delphinette
23 Sep 2020 09:47 #724

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • oliv
  • Portrait de oliv Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Super Utilisateur
  • Messages : 84576
  • Remerciements reçus 10720

Réponse de oliv sur le sujet Ça crise en Champagne ?

Champagne
Il n’y aura pas de champagne à prix cassé à Noël !

www.quechoisir.org/a...
03 Oct 2020 17:56 #725

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18918
  • Remerciements reçus 4073

Réponse de Eric B sur le sujet Ça crise en Champagne ?

Champagne : boirons-nous des bulles à Noël ? Les viticulteurs sont inquiets.

www.sudouest.fr/2020...

Eric
Mon blog
13 Oct 2020 06:05 #726

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1896
  • Remerciements reçus 1100

Réponse de vinozzy sur le sujet Ça crise en Champagne ?

Griffoné à 4 mains avec mon ami Frédéric, autour d'une bouteille de Réserve 4 cépages de Barbichon :

La majorité des opérateurs champenois pensent que les notes, avis et railleries lues sur LPV à l'encontre des champagnes, surtout ceux de grande maison/distribution, sont à négliger car issus d'un panel de non-fauchés issus d'un marché de niche : les amateurs (qui se disent ou sont ) éclairés.

Ces marginaux s'interrogent souvent sur LPV , en filigrane : "mais qui achète du Castellane ou du Mercier ?"

Hé bien à relire les derniers posts qui émaillent deci-delà cette rubrique si bien nommée en ces temps moroses et le fil "vendange 2020", je pense que c'est finalement plein de bon sens, ce type de petite pique lue un peu au dessus, du genre "Mais bon c'est mauvais, le Vranken, même à 1+2 gratuit je le prends pas, ou alors pour faire des Spritz."

Il y aurait donc un problème de qualité globale en Champagne ? Sous le masque, certains responsables -mais très peu en public- le mentionne déjà depuis plusieurs années, surtout que cette rubrique "crise en champagne" est née de mémoire après la crise de 2008... donc non, le sieur virus n'a rien à voir avec nos problèmes de fond, c'est un problème à part que je ne traiterai pas aujourd'hui, sauf peut être de "petit voyou, va !", désirant rester son obligé tant qu'il ne nous a pas cloué au lit, contrairement au petit pistou fait ce soir à la maison, qui l'est lui assez, aïoli. Même pas désolé .

Bon, résumons gaiement : pas de bons vins sans de bons raisins. Point final. Inconnu de la champagne généraliste. Les lectures des fils "vendange 2020" et "vendange 2011" en sont des exemples frappants, navrants. Réducteurs et simplistes aussi tant une génération de vignerons engagés et ambitieux s'extrait de cette masse neutre. Nos pages peuvent s'enorgueillir des comptes rendus de toutes ces belles cuvées, qui représentent sans doute une petit 10% des volumes produits .

Mais le reste, hein, le reste ? Ben de très belles cuvées du négoce. Et comme tout bon marché de luxe, aux tarifs sans commune mesure avec le coût de revient et la qualité perçue, si belle soit-elle. Que les amateurs fortunés et pressés se les arrachent ! (entendre ici une incantation fervente et empreinte d'une jalousie non feinte ) : elles tiennent tout un secteur par la marge qu'elles dégagent. Peut être là aussi 10% des volumes Dom Pérignon inclus ? (lire ici un petit clin d'oeil à cette célèbre marque du groupe LVMH qui ne communique jamais sur ses volumes, que l'on dit à 2/3 millions l'an ).

Mais le reste hein, le reste ? Ben là c'est un peu la cata et la loterie, sentiment honnie du consommateur de vin, qui aime tant être rassuré, choyé, grandi par son acquisition. Loterie surtout en fonction des années de base. Y mettre une partie des raisins noirs de 2017 ou des chardonnay en sur-production et sous-maturité de 2020 relève pour les très compétents chefs de cave des grandes unités d'un grand écart technique et intellectuel que l'immense Brigitte Lahaie n'aurait pas souhaité subir.
La sous maturité, tiens, voilà surtout l'ennemie de la matière, de la densité, du goût, de l'équilibre. Justifiant des niveaux de dosage plus élevés ET produisant des vins sans relief, que les effervescents du monde étrillent peu à peu.
Si je voulais être méchant ajoute Frédo, ce que ce billet d'humeur n'arrivera pas à être, je vous écouterai me glisser "mais de faibles degrés c'est chaptaliser, et en champagne cela rapporte aussi". Épiphénomène aggravant qui doit être supprimé, mais pas le moteur de la chute.

Alors crise oui, endémique oui, mais logique et attendue (ou redoutée dans mon cas) : 3 fois hélas oui. Dans ce dur combat face à des produits à bulles aux tarifs et coûts de production imbattables, cette belle région doit faire vraiment évoluer ses pratiques. Culturalement c'est en cours. Enfin à la vitesse de l'agriculture française donc lentement , mais en cours et inéluctable.

Je souhaite donc aux opérateurs et décideurs Champenois, toujours de grands professionnels, de lire ces fils et pages certes éminemment amateurs ou taquins et d'en tirer peut-être juste un doute : "glo-ba-le-ment, c'est à dire y compris vineusement et pas seulement marketinguement, nos produits sont-ils encore adaptés au marché ?"
Car je n'entends et ne lis ici ou là qu'une éternelle question d'adéquation entre prix, image et marché des sparklings....Cela me semble pour le coup réducteur et voué à la poursuite de l'échec.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Paul B., francois999, totolouga, daniel.gureghian, Frisette, starbuck, penmoalic, Olivier LS2, Brody, Delphinette, Cyril_HK
13 Oct 2020 19:26 #727

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 65
  • Remerciements reçus 31

Réponse de Brody sur le sujet Ça crise en Champagne ?

(lire ici un petit clin d'oeil à cette célèbre marque du groupe LVMH qui ne communique jamais sur ses volumes, que l'on dit à 2/3 millions l'an ).


Tu peux même doubler cette estimation, on tourne autour des 6 millions de cols par an chez DomPé... 10% des volumes, 35% de la marge. On est loin des 500 000 bouteilles produites au début des années 70.
15 Oct 2020 13:47 #728

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1896
  • Remerciements reçus 1100

Réponse de vinozzy sur le sujet Ça crise en Champagne ?

Merci Brody, la branche Champagne LVMH a en effet vendue 66 millions de cols en 2018, soit 22% des expéditions de l'AOC....
J'en étais resté à 17/18%, et pour DOMPé, je n'ai aucune info suffisamment officieuse pour te contredire ;-)..mais on s'en moque en fait, ce qui compte c'est bien comprendre que ce sont ces bouteilles, vendue 3 à 6 fois le prix du BSA de base sont pour les grandes maisons une source de cash vitale, leur prix de revient, une fois encore, étant au "pire" du double du BSA.
Je n'y vois d'ailleurs aucun problème, ces produits de luxe étant en général excellents.
15 Oct 2020 19:33 #729

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3824
  • Remerciements reçus 1194

Réponse de agitateur sur le sujet Ça crise en Champagne ?

'' Je souhaite donc aux opérateurs et décideurs Champenois, toujours de grands professionnels, de lire ces fils et pages certes éminemment amateurs ou taquins et d'en tirer peut-être juste un doute : "glo-ba-le-ment, c'est à dire y compris vineusement et pas seulement marketinguement, nos produits sont-ils encore adaptés au marché ?"
Car je n'entends et ne lis ici ou là qu'une éternelle question d'adéquation entre prix, image et marché des sparklings....Cela me semble pour le coup réducteur et voué à la poursuite de l'échec. ''


L'adaptation vineuse au marché est je pense assez secondaire. Pour te contrarier :)
Le CA, la tréso et la masse de marge sont portées par les entrées / milieu de gamme de gamme. Ou ...ils l'étaient, puisque le passé est mort.

C'est quoi le marché sur sparkling en France et dans le monde ? Sur la base retail France, en € TTC consommateur par quille, on aurait:
6 € la cuve close, typiquement le Prosecco. Marché en pleine forme.
7.50 € le crémant en tout venant.
10 € le crémant qualitatif.
15 € les bouses champenoises de grosse cavalerie.
25 € le champagne "de marque" dans la pêtite moyenne
50 € la moindre cuvée de champ un sélective. C'est le coeur du consommateur averti ou pas type LPVien.
No limit ensuite.

Le ressort de l'élasticité du prix est cassé. Pour des années, et longtemps.
Produire un champ ne coute pas vraiment plus cher à produire qu'un crémant.
Le juste prix en rapport du vineux dans le verre, c'est de diviser les prix par 2, toute gammes confondues. Bien sûr, on peut faire exception des Viti indep, qui proposent par ex un blanc de blanc millésimé avec un bon élevage à 25 €, ce qui serait un vrai prix en rapport avec le cout de prod. La division par 2 serait valable pour les "grandes" maisons. Evidemment, les cadres intermédiaires, cadres sup et actionnaires ne seront pas d'accord. Ils sont sur-numéraires et palpent beaucoup trop, mais feront en sorte que leur poste tienne encore qq années....
Remarquez, la cariste pense la même chose. Dans la chasse au coût, on risque d'en diminuer le nombre ( avant même celui des cadres moyens ). Le dit cariste risque de devoir bosser plus dur, dans une plateforme régionale d'enseigne de GD, pour toucher 2.5 fois moins.

Si on divise par 2 le prix retail de tous les segments ( ou disons 1.5 pour l'entrée d'entrée de gamme ) alors on peut revenir à la pleine production. Bien sûr, les marges seront pas les mêmes. Admettons que le champ' à 50 € se vende 25, et celui à 25 se vende à 15, croyez vous que la ménagère pour Noel ou le LPVien en consommera beaucoup plus qu'il y a 5 ou 10 ans ? Non, pas plus que çà. Mais ça ca tiendra le volume. Sinon, l'AOC est morte telle qu'on la connait.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Cyril_HK
15 Oct 2020 20:35 #730

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1896
  • Remerciements reçus 1100

Réponse de vinozzy sur le sujet Ça crise en Champagne ?

Bonsoir, je reprends le flambeau après le mail initial de mon ami frédo, et ce soir en réponse à agitateur ci-dessus lu.

La version de la crise d'agitateur est plutôt assez bien foutue (la version, pas la crise). Très centrée aussi sur le marché français alors que l'export progresse d'année en année.
Je pense même qu'il y a largement la place à l’international pour 320/350 millions de bouteilles à moyen terme. Soit un bon 10% de plus qu'en 2019. Ambitieux au vue de l'année en cours, certes.

Pour autant, c'est les possibles suivants abordés qui m'interrogent :

"Evidemment, les cadres intermédiaires, cadres sup et actionnaires ne seront pas d'accord. Ils sont sur-numéraires et palpent beaucoup trop, mais feront en sorte que leur poste tienne encore qq années....
Remarquez, la cariste pense la même chose. Dans la chasse au coût, on risque d'en diminuer le nombre ( avant même celui des cadres moyens ). Le dit cariste risque de devoir bosser plus dur, dans une plateforme régionale d'enseigne de GD, pour toucher 2.5 fois moins
."


Nous ne parlons pas ici de boites où règne une gabegie financière comme celle des maisons de disques des années 80/90 (c'est du vécu...). On peut même dire que le prix de revient pour un négociant est divisé en 3 parties principales :
-la matière : 1.2 kilos de raisin à 6.50 € moyenne soit en gros 8 euros par bouteille
-la façon : peu ou prou 2.50 à 4.50 € par col du pressurage à la mise en bouteille
-le stockage : 3 ans de stock en bouteille + 1 année en vin clair cela fait des bâtiments, des caves... beaucoup de bâtiments, de caves..et un coût financier de tout cela comme du stock de vins , certes modestisé par les taux bas depuis 3/4 ans : un total de 2 € par col semble une moyenne
-la commercialisation et mise en avant du produit : gros, gros poste pour les négociants : de 2 à 5 € par col selon la gamme et je suis volontairement réducteur...il faut rester sur un segment haut de gamme du vin avec ses codes...

Bref, en dessous de 16 € HT en moyenne point de salut et point de marge du tout. Comme il faut rémunérer les actionnaires (comme partout), investir, se désendetter...ajoutez à la recette quelques euros bienvenus...

Pour bien connaitre le fonctionnement des usines des grandes maisons, il n'y a pas tant de choses à gratter qui peuvent équivaloir à la baisse de 50 centimes par kilo de raisin (que je prophétise pour 2022 après 15 cts en 2020 et 30 cts sans doute en 2021), même si, oui, la convention collective y est assez intéressante au regard de postes équivalents dans l'industrie. Mais de là à citer le cariste qui pourrait diviser par 2.5 son salaire, tu es vraiment un agitateur ;) : il serait en dessous du salaire minimum, largement.

En tous cas, tu m'as emmené loin du propos relayé de frédo qui se voulait qualitatif avant tout, et récolter à juste maturité, c'est cher : de l'amour propre et un peu de volonté. Pas un centime.

Enfin, les tarifs que tu cites sont un peu élevés même si c'est l'exemple qui prévaut : il y a tant de bons champagnes chez les récoltants autour de 17/22 € ttc départ cave, où le rapport qualité prix me semble satisfaisant par rapport aux vins tranquilles ou rouges que je peux acquérir à longueur de décennies....et aux effervescents qualitativement comparables (vaste sujet au coeur de cet échange).

Bref, pas morte du tout la champagne, encore faut-elle qu'elle se bouge un poil avec à la base un produit en progression et oui, un bon positionnement...et qu'on trouve un vaccin rapidement, la fête consommatrice de bulles, elle, se meurt...
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Bernard, Frisette, Olivier LS2, Garfield, Delphinette
16 Oct 2020 20:43 #731

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1737
  • Remerciements reçus 2138

Réponse de Blog sur le sujet Ça crise en Champagne ?

Réflexion intéressante, très grande région viticole que la champagne avec des modèles économiques et des produits vraiment divers : des vignerons, des maisons et des rentiers ... Peut on s’émouvoir que les maisons et les rentiers gagnent moins ?

Laurent
16 Oct 2020 22:14 #732

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • oliv
  • Portrait de oliv Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Super Utilisateur
  • Messages : 84576
  • Remerciements reçus 10720

Réponse de oliv sur le sujet Ça crise en Champagne ?

Entretien
Séverine Frerson , chef de caves de la maison Perrier-Jouët: "La champagne a toujours  su  rebondir ".

avis-vin.lefigaro.fr...
17 Oct 2020 19:32 #733

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1896
  • Remerciements reçus 1100

Réponse de vinozzy sur le sujet Ça crise en Champagne ?

Parole de blog :
"Réflexion intéressante, très grande région viticole que la champagne avec des modèles économiques et des produits vraiment divers : des vignerons, des maisons et des rentiers ... Peut on s’émouvoir que les maisons et les rentiers gagnent moins ?"

On ne peut pas être contre la rente (revenu logique indispensable de l'investisseur) mais contre un certain niveau de la rente. Et oui, le prix du kilo de raisin, du foncier, ont atteint des niveaux élevés au vu de la matière parfois livrée. Mais tout cela a commencé à bouger... cela continuera t-il ?
Il ne nous appartient pas de définir un niveau "normal" dont seul le marché décide. Peut-on avancer qu'au delà de 6 € pour un kilo non certifié AB, c'est difficilement explicable..donc justifiable ?

Quant aux "maisons " (entendre les négociants faisant plusieurs millions de cols chacun), il s'agit avant tout de moyennes et grandes entités économiques, comme on dit de moyennes et grandes entreprises dont le mérite est avant tout d'employer plusieurs milliers de salariés. Faire cela ou des chaussures made in france, je ne vois pas la différence, je vois juste l'indispensabilité de faire de l'effervescent en france plutot que là où l'on ne cotise pas pour ma retraite ou ma couverture sociale, etc...en plus clair nous sommes tous heureux que se soit développé un tissu industriel qui peut produire de très belles choses à des prix abordables si la matière travaillée est du niveau nécessaire pour ce faire.
Des rentes de situation se sont constituées ? Pas tant que cela, les cours erratiques en bourse de Lanson ou autre Vranken, éternels outsiders du géant LVMH le prouvent (et bien avant la pandémie...): c'est peu relutif au finale, car la marge est avant tout générée chez les vendeurs de raisins, mais cela, nous l'avons déjà abordé.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Frisette
18 Oct 2020 12:45 #734

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1737
  • Remerciements reçus 2138

Réponse de Blog sur le sujet Ça crise en Champagne ?

Effectivement, je ne critique pas le principe de la rente ni ne met en doute l’utilité économique et sociale des maisons. Je trouve juste un peu ridicule ces effusions autour du prix du raisin qui passe de 9 à 7,5 € le kg ou de ces millions de bouteilles imbuvables qui ne trouvent pas preneur ... Comme tu le dis ces problèmes ne sont pas nouveaux et ça me fait un peu mal que ces gens viennent se plaindre et réclament des aides. Ça me ferait encore plus mal qu’on leur en donne ...
Il y a certainement mieux à faire avec les milliards qu’on trouvé planqués au fond des tiroirs...

Laurent
18 Oct 2020 14:34 #735

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1896
  • Remerciements reçus 1100

Réponse de vinozzy sur le sujet Ça crise en Champagne ?

"""Comme tu le dis ces problèmes ne sont pas nouveaux et ça me fait un peu mal que ces gens viennent se plaindre et réclament des aides. Ça me ferait encore plus mal qu’on leur en donne ...
""
haha, sacré blog, je ne doute que tu sois un gars formidable (comme Gh' le Joyeux Martien, cf. Gotlib et sa rubrique-à-brac) , mais là mon ami buveur de bons vins, rions ensemble (tu peux rire jaune si tu veux) car depuis mars, on a eu successivement :
-aide mensuelle de 1500 €
-chômage partiel
-prêt garantis par l'état et report des échéances d'emprunt
-remise exceptionnelle de 2400 € par exploitant
-remise de charges patronales entre 50 et 80% des charges de février à mai.
-et l'annonce de ce jour (sans doute pas la dernière) : la filière viticole fera l'objet de nouvelles remises de charges sociales en 2021

Il va de soi que plus on a perdu de chiffre d'affaires entre 02/20 et 05/20 par exemple, plus ces aides sont/seront élevées, mais aussi que parfois, sans aucune perte pendant le confinement, on peut être attributaire de quelques unes, ce qui est toujours le cas lorsqu'on prend une mesure nationale confrontée sur le terrain régional au remplissage d'imprimés simplistes.
22 Oct 2020 20:34 #736

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1737
  • Remerciements reçus 2138

Réponse de Blog sur le sujet Ça crise en Champagne ?

Bon en vrai comme diraient les jeunes, je m’en foutrais un peu si les vins étaient certifiés bons :D Est ce qu’on pourrait imaginer la publication d’un formulaire « simpliste » sur le sujet ?

Laurent
22 Oct 2020 21:08 #737

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 340
  • Remerciements reçus 138

Réponse de alcas sur le sujet Ça crise en Champagne ?

je viens de lire avec attention les avis des uns et des autres sur la crise générée par un maudit virus mais peut être pas que lui le fautif....

Au préalable il faut dire qu'un prix de vente est formé par la confrontation de l'offre et de la demande et n'a pour ces produits qui sortent en général de l'ordinaire qu'un modeste lien avec le prix de revient. La solution inverse serait le prix "administré" qui en général tire la qualité vers le bas ...
Dans les foires aux vins on rencontre en effet chaque année des offres anormalement bases pour des bouteilles dont on pense qu'elles ont subi moultes manipulations (merci l'automatisation) et sont au point pour être bues... En fait ceux qui les achètent ne cherchent autre chose qu'à mettre sur leur table une marque "champagne" qui a acquis suffisamment de réputation pour satisfaire des convives qui sont honorés ainsi!!! Il nous arrive trop souvent de devoir faire ainsi semblant d'apprécier de tels breuvages selon les règles de bienséances. ...
Mais cela signifie aussi hélas que peu de français connaissent les vins ou tout simplement ne disposent pas de revenus suffisants pour accéder à autre chose en matière de vin.
Les fabricants se délestent donc de milliers de bouteilles a bas prix , (peut être même faites à cette intention?) pour gagner la trésorerie indispensable pour faire fonctionner leurs entreprises et pas seulement en cas de problème immédiat. Pourquoi leur faire reproche de ça. Un caviste me disait cet été qu'il avait du mal à vendre des bouteilles au prix supérieur à 10 euros!
S'agissant du débat sur l'assistance qui n'a jamais été à ce point dispensée sur tous les secteurs d'activité, espérons qu'un jour peut être prochain, un sévère rappel à l'ordre ne se fasse entendre.
N'oublions pas le coût de l'agriculture annuel récurrent en France avec notamment près de 10 milliards pour la PAC, et 13 à 14 milliards d'euros pour compenser le déficit des prestations sociales agricoles...
N'oublions pas non plus que les dites "grandes maisons " de Champagne ou d'ailleurs payent impôts et taxes parmi les plus élevés au monde et contribuent au rééquilibrage de la balance commerciale .
N'oublions pas non plus que leurs salariés ont (en principe) les salaires qu'ils méritent et qu'ils sont soumis eux aussi à la sanction fiscale . L'impôt sur le revenu progressif étant la sanction du travail et de la réussite... Quant aux investisseurs (actionnaires) n'oublions pas que le dividende qu'ils encaissent (parfois) n'est que la rémunération du risque prit. Ils sont aussi sanctionnés fiscalement lourdement.
Pour terminer souhaitons que rapidement la vie économique reprenne son cours normal , il en va de l'intérêt de nous tous
Vive le champagne quand il est très bon ...
Cordialement
23 Oct 2020 18:57 #738

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • oliv
  • Portrait de oliv Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Super Utilisateur
  • Messages : 84576
  • Remerciements reçus 10720

Réponse de oliv sur le sujet Ça crise en Champagne ?


12 Nov 2020 10:01 #739
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1725
  • Remerciements reçus 687

Réponse de rkrk sur le sujet Ça crise en Champagne ?

rétracté
12 Nov 2020 23:14 #740

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • oliv
  • Portrait de oliv Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Super Utilisateur
  • Messages : 84576
  • Remerciements reçus 10720

Réponse de oliv sur le sujet Ça crise en Champagne ?

Coronavirus
Les petits vignerons de Champagne en pleine crise !

www.rtl.fr/actu/econ...
15 Nov 2020 12:51 #741

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • oliv
  • Portrait de oliv Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Super Utilisateur
  • Messages : 84576
  • Remerciements reçus 10720

Réponse de oliv sur le sujet Ça crise en Champagne ?

Champagne
Une production au ralenti.

www.francetvinfo.fr/...
22 Nov 2020 18:55 #742

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • oliv
  • Portrait de oliv Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Super Utilisateur
  • Messages : 84576
  • Remerciements reçus 10720

Réponse de oliv sur le sujet Ça crise en Champagne ?

Champagne
9,90 € TTC le Champagne chez Intermarché, quand le prix de revient dépasse 10 € HT !

www.vitisphere.com/a...
26 Mar 2021 11:09 #743

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 181
  • Remerciements reçus 76

Réponse de alex73 sur le sujet Ça crise en Champagne ?

Que peut-on avoir de bon pour ce prix là, si ce n'est l'étiquette?

Alexis
26 Mar 2021 15:53 #744

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1896
  • Remerciements reçus 1100

Réponse de vinozzy sur le sujet Ça crise en Champagne ?

Bonjour,

"du champagne à 9.90 TTC alors que le prix de revient est de 10 € HT"

Tout n'est pas forcément si facilement compréhensible sur le net. Je me permets de vous donner un éclairage différent du titre de ce journal.

Pour un vigneron lambda, jusqu'en 2019 inclus où les rendements officiels approchaient 10 000 kilos par hectare, le prix de revient pouvait avoisiner les 3.50/4 € du kilo....allez, un peu d'analytique : 1.2 kilos par bouteille, plus frais de pressurage, vinification, mise en bouteille ...on arrivait possiblement à 6/7 € HT la bouteille au stade dit "sur lattes", soit avant dégorgement..
Tout cela en moyenne, de rares faisant un peu moins, de plus ambitieux ou récents investisseurs dépensant jusque 10/12€ HT par col au même stade.
Mais si ce vigneron vend moins, par exemple à cause d'une pandémie, et qu'il doit assurer ses dépenses courantes (salaires, emprunts..le classique), il peut vendre ce stcok invendu à un négociant...au prix du marché, comme tout produit en france..et là, pendant cette période où l'on a plutôt des excédents que des besoins, le prix est actuellement proche de 6.50 € le col oour des bouteilles sans identité particulière.
Fin de la première partie.

Le négociant qui achète environ 6.50 € HT va dégorger, habiller, mettre en caisse et expédier. Autant dire que tout cela est fait au moins cher possible, disons un prix au total de 8.5 € HT en moyenne. On peut donc retrouver ce tarif imbattable de 9.90 TTc en magasin sans crier au loup. Car peut être que l'accord entre ce négociant et cette grande distribution inclus : 400 000 cols de brut sans année à très bas prix (marge nulle pour les deux, voir légère perte bien difficile à prouver, 50 000 cols à prix moyen (sur lequel on marge un peu), 15 000 cols à bons prix (là, belle marge).

Ce n'est ici qu'une compréhension d'un modèle qui peut encore m'échapper, je vous remercie de rectifier si je suis à côté de la plaque.

En résumé, schéma inévitable et juste le reflet du marché. Vous remarquerez que je ne note jamais de référence à la qualité du vin, il n'y a aucune raison objective que celui à 9.90 € soit moins bon que le vin vendu habituellement 12/13 € en GD. C'est le même. Sans doute toujours assez "médiocre" au regard de nos exigences d'amateurs, mais pas dis-qualifiable en raison du prix.

Cette petite et contestable démonstration n'aura plus aucune valeur lorsqu'on étudiera les mêmes paramètres pour la vendange 2020 au rendement de 8 000 kilos à l'hectare. Là... à 9.90 ttc on sera peut être encore dans le prix de marché, mais vraiment à perte.

Bonne soirée.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: philippe loiseau, Benoit Hardy
26 Mar 2021 19:11 #745

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 181
  • Remerciements reçus 76

Réponse de alex73 sur le sujet Ça crise en Champagne ?

Ta démonstration est intéressante. Je me permettrais de résumer et d'aller droit au but: la bouteille vendue à 9,90€ équivaut probablement en terme de qualité à celle vendue à 12€ en grande surface. Donc très certainement loin de ce qu'attendent les LPViens qui lisent ces lignes... Personnellement je n'achèterai pas :cheer:

Alexis
26 Mar 2021 19:19 #746

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2471
  • Remerciements reçus 663

Réponse de Galinsky sur le sujet Ça crise en Champagne ?

Bonjour,

"du champagne à 9.90 TTC alors que le prix de revient est de 10 € HT"

Tout n'est pas forcément si facilement compréhensible sur le net. Je me permets de vous donner un éclairage différent du titre de ce journal.

Pour un vigneron lambda, jusqu'en 2019 inclus où les rendements officiels approchaient 10 000 kilos par hectare, le prix de revient pouvait avoisiner les 3.50/4 € du kilo....allez, un peu d'analytique : 1.2 kilos par bouteille, plus frais de pressurage, vinification, mise en bouteille ...on arrivait possiblement à 6/7 € HT la bouteille au stade dit "sur lattes", soit avant dégorgement..
Tout cela en moyenne, de rares faisant un peu moins, de plus ambitieux ou récents investisseurs dépensant jusque 10/12€ HT par col au même stade.
Mais si ce vigneron vend moins, par exemple à cause d'une pandémie, et qu'il doit assurer ses dépenses courantes (salaires, emprunts..le classique), il peut vendre ce stcok invendu à un négociant...au prix du marché, comme tout produit en france..et là, pendant cette période où l'on a plutôt des excédents que des besoins, le prix est actuellement proche de 6.50 € le col oour des bouteilles sans identité particulière.
Fin de la première partie.

Le négociant qui achète environ 6.50 € HT va dégorger, habiller, mettre en caisse et expédier. Autant dire que tout cela est fait au moins cher possible, disons un prix au total de 8.5 € HT en moyenne. On peut donc retrouver ce tarif imbattable de 9.90 TTc en magasin sans crier au loup. Car peut être que l'accord entre ce négociant et cette grande distribution inclus : 400 000 cols de brut sans année à très bas prix (marge nulle pour les deux, voir légère perte bien difficile à prouver, 50 000 cols à prix moyen (sur lequel on marge un peu), 15 000 cols à bons prix (là, belle marge).

Ce n'est ici qu'une compréhension d'un modèle qui peut encore m'échapper, je vous remercie de rectifier si je suis à côté de la plaque.

En résumé, schéma inévitable et juste le reflet du marché. Vous remarquerez que je ne note jamais de référence à la qualité du vin, il n'y a aucune raison objective que celui à 9.90 € soit moins bon que le vin vendu habituellement 12/13 € en GD. C'est le même. Sans doute toujours assez "médiocre" au regard de nos exigences d'amateurs, mais pas dis-qualifiable en raison du prix.

Cette petite et contestable démonstration n'aura plus aucune valeur lorsqu'on étudiera les mêmes paramètres pour la vendange 2020 au rendement de 8 000 kilos à l'hectare. Là... à 9.90 ttc on sera peut être encore dans le prix de marché, mais vraiment à perte.

Bonne soirée.


Bonsoir,

Le raisonnement et les calculs se tiennent sur la base de la cuvée, mais si l'on prend en compte les prix qui peuvent se retrouver sur les tailles, je pense que l'on peut arriver à ces prix de ventes, non ?

Belle soirée

Eric
26 Mar 2021 20:30 #747

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1896
  • Remerciements reçus 1100

Réponse de vinozzy sur le sujet Ça crise en Champagne ?

Mon message ne vaut que pour un vigneron, une maison de taille moyenne qui veulent faire de la trésorerie. Il n'est même pas évident que le contenu de la bouteille ait la moindre importance dans ces transactions dont le but pour le distributeur n'est que la mise en avant d'une image de "facilitateur d’économie pour le client".

Le marché des vins dit "de cuvée" (premier jus au début du pressurage) contre les vins dit "de taille" (fin de presse du raisin) est marginal en quantité, mais oui, peut aussi être le moteur de prix de vente bas. Pour bien que cela soit compris, précisons que le prix des vins clairs (jus de raisin fermenté avant mise en bouteille) est jusque 30% en dessous de celui de la cuvée. Mais une fois encore, je manque d'info sur la question.

Toutes les régions ont ainsi sans doute leurs sous- classifications et leur marché interne..elles font le bonheur des foires aux vins..quand je vois des belles appellations bourguignonnes à vil prix...je me dis "pas possible !" et je n'y crois jamais, mais je me suis arrêté devant l'offre : c'est donc globalement déjà gagné pour intermarché..
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Benoit Hardy
26 Mar 2021 21:03 #748

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1896
  • Remerciements reçus 1100

Réponse de vinozzy sur le sujet Ça crise en Champagne ?

alex73 résumait :
Ta démonstration est intéressante. Je me permettrais de résumer et d'aller droit au but: la bouteille vendue à 9,90€ équivaut probablement en terme de qualité à celle vendue à 12€ en grande surface. Donc très certainement loin de ce qu'attendent les LPViens qui lisent ces lignes... Personnellement je n'achèterai pas

Et si on goutait ce vin sans a-priori, comme ce qu'il est : un effervescent à 10 € ? Peut être ne serait-il pas si ridicule. Qui sait ?

Je ne tenterai pas mais pour celui qui met habituellement 5/7 euros pour une Aoc mois prestigieuse... un petit écart pour avoir du "Champagne" sur la table pour Pâques ou une occasion ? cela fonctionne comme cela depuis 30 ans : le Champagne et le carburant sont les 2 premiers produits d'appel de la GD.

Maintenant, oui Alex73, tout cela n'a rien à voir avec nos attentes qualitatives.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Benoit Hardy
26 Mar 2021 21:05 #749

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3824
  • Remerciements reçus 1194

Réponse de agitateur sur le sujet Ça crise en Champagne ?

Vous remarquerez que je ne note jamais de référence à la qualité du vin, il n'y a aucune raison objective que celui à 9.90 € soit moins bon que le vin vendu habituellement 12/13 € en GD. C'est le même. .


Je ne connais pas en détail le marché champ', mais en extrapolant à d'autres structurés de manières équivalentes, j'élargirai la fourchette. Je dirai que le 9.90 est sans doute le "même qu'entre 12 et 20. Je rajoute qq points:

Un prix de revient à 35 000 € par Ha pour faire du raisin ( on ne parle que de celà ce stade ) est d'une débilité absolue, donc on part en travers dès la première brique.
Un prix de revient on y met ce qu'on veut.
Jamais de la vie ( normale...) ça ne doit coûter celà. SAUF....si on intègre le remboursement du foncier ( ce qui n'a pas lieu d'être d'un point de vue comptable puisqu'il ne s'amortit pas ) et si on veut vivre en sous traitant TOUT et en se comportant en rentier gestionnaire qui veut vivre sur 4 Ha, en anticipant la succession ( et ses frais ). Ce qu'aucune structure industrielle tradi et normale ne saurait faire passer. En tenant compte des coûts variables liés à des pratiques autres, une immense majorité de vignerons français vivent "bien" avec ce qui serait en équivalent.....la moitié.

Idem pour les frais intermédiaires, vinif, prise de mousse, mise, etc....Si une entreprise vivait bien avec des couts doublés par rapport à d'autres, elle a un réel souci structurel quand le marché se retourne, mais c'est son problème. Mais c'est facile d'appeler au conjoncturel quand le structurel est moisi à la base, alors que le premier n'est qu'un révélateur de réel pb sous jancent.

Un producteur vend rarement ( ou pas longtemps....) 100% de sa prod à perte. Mais sur une fraction minoritaire, ça peut être pas rare du tout, même avant covid. Et même réalisé par une structure globalement lucrative en moyenne, à la fin.

La qualité est un critère secondaire de fixation du prix. Le premier, c'est le savoir vendre, et ça se résume pas au prix le plus bas.

La vie est la même sur tous les marchés pour des produits banalités. Vous êtes substituables par le voisin sans difficultés. Quand le rapport offre demande est favorable au producteur, produire sans aucune maitrise de la filière aval à soi même est facilement bénéfique sans trop d'efforts. Quand les cours s'effondrent, c'est la course sans fin vers le bas. Il y a toujours un voisin en grand besoin de tréso immédiate qui vendra encore plus à perte que vous. Celui qui maitrise, c'est celui qui a une "marque" ET un réseau de distrib', la connaissance du marché et une implantation historique. Si vous êtes déjà implanté chez un client, il ne vous demandera pas de baisser de 30%. Quelques % tout au plus. Mais si vous voulez être le nouvel entrant sur un marché nouveau, c'est un massacre. Le marché peut se passer à -50% de ce que vous auriez pu proposer il y a 2 ans, avec un espoir raisonnable de réussite.

La variable d'ajustement actuelle, et pas seulement en champagne, c'est le premier maillon à la production, le plus amont. C'est elle qui va vivre un grand apurement. Les maillons suivants ont des couts fixes, une approche Fi plus rationnelle, et font ou ne font pas.

Enfin ( ou pas, y'aurait tant de remarques à faire ): come tu l'as dit, il y a la marge compensée. Ou autres dérivés.
Un acteur vend une partie à zéro ou négatif à la GD qui revend à proche zéro.
Stratégie d'asphyxie, pour tuer les autres.
Conserver ses lignes chez un client, et ses volumes. Si on sort pour ré entrer, on vendra encore moins cher plus tard ailleurs ou même ici.
Eventuellement, c''est mieux, on compense grassement par ailleurs. Même cout de revient mais prix double sur la marque qui va bien.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier_26, Benoit Hardy
26 Mar 2021 21:09 #750

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck