Nous avons 1320 invités et 61 inscrits en ligne

Groupe de dégustation: Viva España Session 2

  • Messages : 767
  • Remerciements reçus 982

ysildur a créé le sujet : Groupe de dégustation: Viva España

En discutant avec quelques amis, nous nous sommes rendu compte que nous avions tous l’envie de découvrir les vins d’Espagne et de surcroît, de tenter notre chance au prestigieux concours de dégustations à l’aveugle du caviste espagnol Vila Viniteca.

Pour ce faire, nous avons prévus de réaliser (a minima) 6 sessions de dégustations pour découvrir les principales régions et appellations du pays. Pour égayer nos sessions, et comme nous ne voulions pas y consacrer de soirées particulières, lors de chaque session, seront dégustés 1 ou 2 effervescent(s) et 1 oxydatif.

Notre première soirée, consacrée à la Galice s’est déroulée en ce début de semaine, juste avant que ne débarque la canicule. Au programme 13 vins dont 7 blancs, 3 rouges, 2 effervescents et 1 oxydatif.



1) La robe est jaune, limite or. Le nez porte sur des arômes de pêche blanche, des notes florales et un soupçon de fruits exotiques.
La bouche se montre fraîche et légère en attaque. Le vin est en demi-puissance, légèrement gras sur des notes très florale et de pêche blanche. La finale est très saline et portée par de jolis amers. Voilà un joli vin d’apéro à déguster sur une terrasse l’été !

Il s’agit de la cuvée Viña Meín de chez Emilio Rojo, D.O. Ribeiro avec un assemblage de 70% Treixadura, Godello, Loureira, Torrontés, Albario et Lado, 2018.

2) La robe est plus pâle, jaune avec des reflets verts. Le nez développe des notes citronnées, grillées, un peu de fruits exotiques et une pointe de fumé. Je lui trouve un côté bourguignon à ce vin.
La bouche possède une jolie matière sur les fruits exotiques, l’abricot, les mêmes notes fumées qu’au nez. Le tout est structuré autour d’une belle fraîcheur et donne au vin des accents un peu chablisien à mon sens. Voilà un joli vin de plaisir, facile d’accès et gourmand à souhait.

Il s’agit de la cuvée Louro de chez Rafael Palacios, D.O. Valdeorras avec un assemblage de 92% Godello et 8% Treixadura sur le millésime 2019 .

3) Pour continuer, nous enchaînons avec une première bulle. Sa robe est d’un bel or.
Le nez propose des notes pâtissières, de fruits jaunes bien mûrs.
En bouche, la bulle se montre assez agressive. Il faudra bien aérer ce vin pour obtenir un peu plus de finesse de ce côté-là. En dehors de cela, elle est puissante, massive, un peu lourde et termine sur des amers manquants de précisions. Cette bouteille a été dégorgée en fin 2019 et en l’état, elle n’apporte qu’un plaisir limité. A revoir.

Il s’agit de la cuvée Agosarat de la Cave Guilera, D.O. Cava avec un assemblage de Macabeo, Parellada, Xarel·Lo sur le millésime 2006

4) La deuxième bulle de la soirée propose également une robe or. Assez intense.
Le nez se présente assez bizarrement, sur des notes de pomme au four, d’eau de vie, de balsamique et des marqueurs d’un vin oxydatif (des notes de noix fraîche à l’aération).
En bouche la bulle est nettement plus fine et agréable. La matière est bien équilibrée, mais l’aromatique n’est pas très agréable; sur des notes alimentaires, de fruits mûrs, une pointe pâtissière et une forte sensation d’hydrocarbure. Vu le prix et la réputation du domaine, c’est une réelle déception. Dégorgée également en fin 2019. N’ayant pas de recul sur ce domaine et cette cuvée, difficile de dire s’il s’agit d’un défaut de bouteille ou non.

Il s’agit de la cuvée Reserva Particular de chez Recaredo, Corpinnat avec un assemblage de Macabeo et Xarel·lo sur le millésime 2007.

Nous revenons aux blancs tranquilles après ces 2 relatives déceptions.

5) La robe est plutôt pâle, avec des reflets verts.
Le nez est un peu réduit, sur des arômes fermentaires, les fruits blancs.
La bouche est un modèle d’équilibre entre une jolie matière, une belle minéralité et une finale saline présentant de beaux amers. Il n’a pas une grosse présence aromatique, mais c’est un joli vin de gastronomie. A noter que la cuvée est élevée en jarre.

Il s’agit de la cuvée A’ via de chez O Morto Wines, D.O. Ribeiro en 100% treixadura, 2018.

6) Le blanc suivant n’est pas non plus très coloré. La robe est pâle avec quelques reflets verts.
Le nez est extrêmement exubérant sur des arômes de fruits exotiques (fruits de la passion, ananas, mangue) et une pointe végétale.
En bouche, je retrouve cette même exubérance. C’est parfumé à l’excès. Un demi-verre, c’est très bon, plus le vin commence à écœurer. Pourtant, au niveau structurel, c’est très bien fait. Le vin ne manque pas de matière, mais ce qui frappe, c’est son côté traçant, ciselé qui lui confère une très belle longueur. A voir si en le laissant un peu vieillir, il pourra gagner en finesse aromatique. Pour le reste, il faut reconnaître que c’est bien fait.

Il s’agit de la cuvée Selección Añada de chez Pazo de Señorans, D.O. Rías Baixas, 100% albariño, millésime 2011 .

7) Le blanc suivant propose une robe plus soutenue, d’un beau jaune or.
Le nez est floral, un peu cire, une pointe herbacée, un peu de fruits blancs. Assez jolie en soi.
La bouche se montre ronde et ample en attaque. L’aromatique est dominée par des notes florales et de poire. La finale saline donne une belle longueur au vin. Il n’a pas autant de fraîcheur que le vin précédent, mais il est plus classe et raffiné. Fera un beau compagnon de table.

Il s’agit de la cuvée La Comtesse de chez Pazo de Barrantes, D.O. Rías Baixas,100% albariño, millésime 2016

8) La robe est également plus jaune dorée. Le nez est presque sucré, sur des arômes de poire, de coing, d’ananas, un côté un peu aigre-doux.
Le vin se goûte sec. La bouche se structure autour d’une belle droiture. L’aromatique est fine et complexe, sur les fruits jaunes, des notes florales et d’ananas rôtis. C’est un joli vin qui ne fait que gagner à l’aération.

Il s’agit de la cuvée Etiqueta Negra de chez Terras Gauda, D.O. Rías Baixas avec un assemblage de 70% Albariño, 20% Caríño blanco et 10% de Loureiro, 2017.

9) Nous voici au dernier blanc de la série. La robe est jaune dorée. Le nez se montre sucré, sur le safran, l’ananas rôti, la rhubarbe, le fruit de la passion, la mangue.
Pourtant le vin se goûte sec. La bouche se montre riche et volumineuse, mais bien vite une acidité traçante vient rappeler sur quel cépage nous sommes. L’aromatique est semblable à celle du nez. C’est complexe et très long, mais il manque un peu de finesse par rapport aux 2 vins précédents.
Il s’agit d’une cuvée vinifiée en vin sec dont les raisins ont connu le botrytis.

Il s’agit de la cuvée Gallaecia de chez Martin Codax, D.O. Rías Baixas,100% albariño, millésime 2016.

10) Pour commencer les rouges, nous avons un vin à la robe rubis, moyennement sombre.
L’aromatique aux nez est agréable, sur les petits fruits rouges, la cerise du nord, un trait végétal et une pointe de cassis.
La bouche est fraîche, juteuse, pétante de fruits rouges (framboise, cerise). J’ai presque l’impression d’être en face d’un vin élevé en carbo, alors que d’après ce que j’ai trouvé, ce n’est pas le cas. La finale présente un léger trait végétal et des tanins assez souple. Bref, on n’est pas face à un vin d’une grande complexité, mais il se boit tout seul.

Il s’agit de la cuvée Camiño Real de chez Guímaro, D.O. Ribeira Sacra avec un assemblage de 80% Mencía, Garnacha Tintorera, Caíño Tinto, Mouratón, Souson, 2018 .

11) Le second vin a également une robe rubis, moyennement sombre. Néanmoins, elle semble plus concentrée que sur le 1er rouge.
Le nez est également sur les fruits rouges (framboise, cerise), des épices douces et un trait végétal. C’est plus complexe et fin que pour le 1er vin.
La bouche est ample, ronde en attaque. Néanmoins, le corps reste très juteux et frais, grâce à une jolie relance sur un trait végétal. La finale est marquée par de fins tanins encore un peu présents. Le tout démontre une cuvée plus ambitieuse et qui se boit déjà très bien.

Il s’agit de la cuvée Penapedre de chez Eulogio Pomares, D.O. Ribeira Sacra avec un assemblage de 64% Mencía, 21% Garnacha Tinta et 14 % de jerez, 2017.


12) Le dernier rouge a une robe plus sombre et déjà sur le grenat.
Le nez est assez dominé par des notes épicées, vanillée, un côté cire, balsamique, le jus de viande et le cassis.
En bouche, le vin est doté d’une belle matière, ronde et suave, mais bien contrebalancée par une jolie fraîcheur qui rend le tout très digeste malgré une matière qui semble plus riche. L’aromatique est dominée par les notes d’élevages qui doivent encore clairement se fondre ; le jus de viande, le cassis. Le tout est d’une très belle longueur. Clairement un vin à attendre encore entre 5 et 10 ans pour que l’élevage se fonde. Il me semble qu’il a les épaule pour cela.

Il s’agit de la cuvée Lacima de chez Dominio do Bibei, D.O. Ribeira Sacra avec un assemblage composé à 90% par du Mencia sur le millésime 2013.

13) Pour terminer, nous goûtons un Oloroso. La robe est brune/ ambrée.
Le nez est très classe sur de fine note de caramel, moka, noix fraîche et café.
La bouche est fraîche, fluide. L’alcool magistralement intégré. Un vin profond, de méditation…ne nous aura manqué qu’un bon cigare ! Et voilà qui me réconcilie avec les Xeres, mes précédentes expériences n’ayant pas été très concluantes.

Il s’agit d’un Oloroso, VORS (solera de 30 ans) de chez Lustau, : D.O. Jerez, en 100% palomino.



Voilà qui clôture notre première soirée.
J’en retiens que la Galice possède un patrimoine vinicole qui vaut largement de s’y intéresser avec des vins à la fois vifs et complexes. Si l’albarino m’était déjà familier, je suis très content d’avoir découvert le godello et le treixadura en blanc, ainsi que le mencia en rouge qui méritent que l’on s’y attarde. Je retiens aussi un faux départ pour les effervescents. Nous verrons si la tendance s’inversera lors de la prochaine soirée. Enfin, je crois avoir trouvé une nouvelle madeleine de Proust avec cet Oloroso de chez Lustau…je sens que le tavco va encore faire mal ..

La prochaine soirée sera consacrée à plusieurs régions : le Levante, la région de Murcie et les îles.

Laurent
#1
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: claudius, oliv, tht, Olivier_26, Jean-Bernard, rkrk, Gibus, peterka, breizhmanu, Jean-Loup Guerrin, LADIDE78, bibi64, Vaudésir, sebus, leteckel, Lomax, Cristobal, FlavFirst, Kiravi

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1647
  • Remerciements reçus 440

rkrk a répondu au sujet : Groupe de dégustation: Viva España

Jolie sélection pour découvrir le Nord-Ouest de l'Espagne, un style de vin dont beaucoup ne soupçonnent même pas l'existence :)

Pour moi, la référence en Valdeorras est "As Sortes" de Rafael Palacios, le grand frère du sympathique "Louro".

Je suis d'accord que le grand vin de Pazo Senorans peut être marqué par l'élevage (jamais bu aussi vieux) et que cela fait un peu exercise de style.

Quant à la Mencia je connais surtout les vin de Palacios, entre "Petalos" (parfois assez tannique) et les villages/parcellaires (très bons mais chers).

Ralf
#2
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: ysildur

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6843
  • Remerciements reçus 4441

Jean-Loup Guerrin a répondu au sujet : Groupe de dégustation: Viva España

@ Laurent : je reconnais là le grand professionnalisme et la fougue de la jeunesse d'un dégustateur qui cherche à aller toujours plus haut !

@ Ralf : j'ai souvenir d'un Petalos del Bierzo excellent mais sur le fruit sans tanins. Un rapide coup d'œil sur le fil dédié montre que la présence tannique dépend en fait des millésimes voire des bouteilles (ou des dégustateurs ;)).

Jean-Loup
#3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 767
  • Remerciements reçus 982

ysildur a répondu au sujet : Groupe de dégustation: Viva España

Concernant le Pazo Senorans, j'avoue qu'il est too much dans l'aromatique a mon goût.

Pour Palacios, après avoir bien aimé Louro, je crains fort craquer un jour pour sa cuvée haut de gamme, même si on est sur du x3 par rapport à Louro...

On a pas encore défini les vins de la session qui sera consacrée à la Castille y Leon, mais je pense que l'on verra à nouveau du Palacios en Bierzo:), mais est-ce le même?

@Jean-Loup, le problème, c'est quand tu tombes sur d'autres personnes qui sont comme cela également...il y a un effet d'entraînement qui commence ;)

Laurent
#4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18212
  • Remerciements reçus 3156

Eric B a répondu au sujet : Groupe de dégustation: Viva España

On a pas encore défini les vins de la session qui sera consacrée à la Castille y Leon, mais je pense que l'on verra à nouveau du Palacios en Bierzo:), mais est-ce le même?

Il y a en effet un autre Palacios en Bierzo qui fait des vins mettant plus en valeur le Mencia – qui le mérite bien. Ce cépage est très attachant!

Eric
Mon blog
#5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 767
  • Remerciements reçus 982

ysildur a répondu au sujet : Groupe de dégustation: Viva España Session 2

Après la Galice, notre groupe s’est réuni en début de semaine pour poursuivre son exploration du vignoble espagnol.

Cette seconde session était consacrée au Levante (Les régions de Valence et Murcie), La Navarre, et les îles. De nouveau, un cava et un Xeres complètent la dégustation.
Globalement, les vins des îles sont sortis du lot. Plus accessibles, digestes, prêts à boire en jeunesse et proposant des cépages endémiques qui sont assez originaux. Pour les vins du Levante, même si on sent une maîtrise technique, il y a encore globalement des vins assez massif, chaleureux, qui vont demander du temps pour pouvoir mieux s’apprécier.

1) La robe est assez pâle. Le nez est marqué par des notes fumées, de fruits blancs et un peu d’agrumes. Globalement, peu exubérant.
La bouche se montre fraîche, facile, agréable mais sans grande matière. Le tout est marqué par une jolie amertume sur des arômes de pomme et de citron. Un vin d’apéro, pour se mettre les papilles en places.

Il s’agit d’un vin de Ca'n Verdura, cuvée Supernova Moll, D.O. Binissalem Mallorca, îles Baléares, 100% Prensal blanc, 2018

2) Ce vin a une robe bien plus soutenue ; couleur paille avec des reflets or.
Le nez est assez monolithique, sur des notes fumées, florale. La bouche est ronde, ample, portée par une amertume assez puissante et une finale très saline. Un vin qui doit encore se se mettre en place, mais qui en l’état est déjà un beau vin de gastronomie.

Il s’agit d’un vin de Diego Bermejo, cuvée Seco Ecológico, D.O. Lanzarote, îles canaries, 100% Vijariego blanco, 2018

3) Le dernier blanc a une robe jaune paille, or. Le nez est assez puissant, exubérant sur des notes fumées, tourbées, de fruits blancs. Un peu jurassien dans l’âme.
La bouche se montre puissante, épicée. Elle est néanmoins soutenue par une jolie fraîcheur sur le citron, la pomme verte. On ressent un côté un peu champignon de Paris en fin de bouche. Un joli vin.

Il s’agit d’un vin de la cave Artifice, cuvée viduenos, D.O. Ycoden-Daute-Isora, îles canaries, assemblage de gual, listan blanca, marmajuelo, 2017

4) Pour continuer, nous passons au cava de la soirée. Sa robe est jaune soutenue, or.
Le nez, assez puissant, développe des arômes de pomme, d’abricot, de citron confit.
La bulle est moyennement fine. La bouche se montre assez ronde, charmeuse, vineuse ; un peu d’acidité donne du peps au milieu de bouche assez opulent. La finale se développe autour d’une jolie amertume. C’est très bien fait, mais je lui trouve un manque de finesse. Bref, dans la même gamme de prix, je reste fidèle au champagne.

Il s’agit d’un vin de chez Agustí Torelló Mata, cuvée Kripta, D.O. Cava, Macabeo (45%), Xarel·lo (20%) et Parellada (35%), 2011

5) Le premier rouge possède une robe rubis, moyennement profonde.
Le nez se développe sur les fruits rouges, la cerise tagada, une pointe végétale, épicée. Assez sympa.
L’attaque en bouche est fraîche, légère. Le corps se montre fruité, facile, juteux, sans grande matière. Le jus termine sur une jolie fraîcheur provenant d’un trait végétal. Un rouge sympa, mais peut être un peu trop cher. Un « vin de copains ».

Il s’agit d’un vin de la cave Can Majoral cuvée Callet, D.O. Pla i LLevant, îles baléares, 100% callet, 2017

6) La robe est cerise, assez pâle. Le nez, puissant, sur des notes fumées, de soufre, de fruits rouges. Un nez franc, qui plait ou ne plait pas.
La bouche est ronde et bien fruitée en attaque, ensuite les puissants arômes de soufre prennent le dessus et porte le vin assez loin. Le corps est équilibré par une belle fraîcheur sur les fruits rouges, une pointe végétale. La finale se montre épicée, un peu sur le piment d’Espelette. Un vin vraiment original qui laisse son terroir fortement s’exprimer.

Il s’agit d’un vin de la cave Puro Rofe, D.O. Lanzarote, îles canaries, 100% listan negro (vignes de + de 100 ans), 2018

7) On enchaîne avec, de nouveau, un vin à la couleur cerise pâle. Le nez est hyper charmeur, sur la cerise, les fruits rouges à l’alcool, les épices, un peu de floral.
La bouche se montre à la hauteur du nez : gourmande, juteuse, sur les fruits rouges, les épices. Ce vin n’a pas une longueur de dingue, mais son équilibre est top et son aromatique fine et agréable. Quotient de torchabilité assez élevé !

Il s’agit d’un vin de la cave Ca'n verdura viticultors cuvée supernova, D.O. Binissalem, îles baléares, 100% manto negro, 2017

8) Ici, nous nous retrouvons face à un vin possédant une robe plus soutenue, sombre, sur les tons rubis. Le nez est un peu fermé, sur les fruits rouges, une touche florale, une note levurée.
La bouche se déploie sur une matière ronde, chocolatée, avec des fruits rouges confiturés. En l’état, les tanins sont encore bien présents et l’alcool ressort un peu trop à mon goût. Un vin à attendre.

Il s’agit d’un vin de la Cave Artazu, cuvée santa cruz, D.O. Navarra, Navarre, 100% grenache noir

9) Ici la robe est presque noire, violacée. Le nez assez puissant, développe des arômes de mûre, cassis, un peu prune. La bouche semble assez cadenassée. Elle attaque sur un côté juteux, mais rapidement on arrive sur des arômes de fruits très confiturés et surtout une finale musclée et asséchante. Pas hyper convaincu en l’état.

Il s’agit d’un vin de Bruno Murciano, cuvée El Sueño Bobal Cepas Centenarias Caliza, D.O. Utiel-Requena, Levante (Murcie), 100% Bobal, 2016

10) Nous continuons sur un vin à la robe rubis, assez sombre. L’aromatique se développe sur les fruits noirs confits ; des épices douces, une touche de vanille et une note animale.
La bouche s’ouvre sur un côté juteux, frais, avant de gagner en amplitude et puissance. Le tout est encore bien jeune, mais assez agréable.

Il s’agit d’un vin de chez Enrique Mendoza, cuvée Estrecho, D.O. Alicante, Levante (Valence), 100% mourvèdre, 2016

11) L’avant dernier rouge propose aussi une robe rubis, assez sombre. L’aromatique est sur les fruits noirs et un côté animal/ sanguin. On retrouve aussi des épices douces.
La bouche se montre suave, ronde, puissantes, sur les fruits noirs, les épices, un côté animal. L’alcool ressort un peu, mais il est bien contrebalancé par un trait végétal qui amène un peu de fraîcheur en fin de bouche. Un vin qui devrait être sympa d’ici quelques années.

Il s’agit d’un vin de la Finca casa castillo, cuvée las gravas, D.O. Jumilla, Levante (Murcie), Mourvèdre (70%), de Syrah (15%) et de grenache noir (15%), 2017

12) Le dernier rouge présente aussi une robe assez sombre, presque noire. Le nez, charmeur, présente des arômes de fruits noirs, de cire, une pointe balsamique, et des épices douces.
La bouche, bien que puissante et démonstrative, est admirablement bien équilibrée. En effet, après une attaque assez ample et puissante, sur les fruits noirs confiturés, le milieu de bouche se montre frais et juteux sur des notes sanguines et de violette qui amènent de la finesse à ce vin. En l’état, la finale est encore bien marquée par un boisé un peu sucré et noix de coco, mais dans quelques années, il sera certainement un très beau vin.

Il s’agit d’un vin de la cave Castano, cuvée casa cisca, D.O. Yecla,Levante (Murcie), 100% mourvèdre, 2015

13) Nous terminons avec un amontillado. La robe est brune/ orangée. Le nez développe des arômes de caramel, de cire, de noix fraîche. La bouche se montre fraîche, digeste, assez fine. Par rapport à l’Oloroso de la première session, il fait un peu dilué, mais il s’agit d’une bouteille 2 fois moins onéreuses aussi.

Il s’agit d’un vin de la cave Lustau, cuvée Amontillado Escuadrilla, D.O. Jerez, Andalousie, 100% palomino .



Voilà qui clôture cette seconde session. Nous nous retrouverons en Octobre pour la session suivante.

Laurent
#6
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: claudius, Olivier Mottard, peterka, Jean-Loup Guerrin, Val59, sebus, FlavFirst, Kiravi

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 397
  • Remerciements reçus 87

Cristobal a répondu au sujet : Groupe de dégustation: Viva España Session 2

Salut Ysildur,
Je plussois pour Las Gravas dont j'ai aimé les 2003 et 2007 (il m'en reste 1 bouteille) mais dont la dernière bue en février dernier montrait quelques signes de fatigue.
Je n'ai plus goûté sur des millésimes plus récents.
Merci pour ce CR

Salutations
Christophe
#7
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: ysildur

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck