Nous avons 1291 invités et 27 inscrits en ligne

Ça crise en Champagne ?

  • Messages : 188
  • Remerciements reçus 78

Réponse de alex73 sur le sujet Ça crise en Champagne ?

@Vinozzy:
Je te laisse tirer le premier et nous donner les résultats de ta dégustation... zX En général les champagnes "premiers prix" sont sur dosés (à mon goût) soit pour plaire au plus grand nombre, soit pour masquer d'autres défauts.
Alexis

Alexis
26 Mar 2021 21:11 #751

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1923
  • Remerciements reçus 1145

Réponse de vinozzy sur le sujet Ça crise en Champagne ?

hahaha...Agitateur, tu n'es pas facile à suivre... Un style assez Célinien et touffu, qui sent l'urgence. Ca me plait assez.

Sur le fond, et à te relire 2 fois, il me semble que tu ne remets en cause aucune de mes assertions, ce qui bien sûr ne m'aurait pas dérangé, du moment qu'on se culture l'un l'autre avec respect, le reste n'est que billevesées.

Tiens, je rebondis tout de même (hop ! quelle agilité ) : si, si, 35 000 € par hectare est vraiment le point médian de prix de revient de la culture, ce qui n'inclue aucunement le foncier et sans doute pas beaucoup de pratiques dites "écologiquement vertueuses". Mais c'est un constat. Si on produit 11 000 kilos comme dans les années 2010/2018 avec cette surface alors c'est peut être assez confortable à gérer, si on produit 9000 kilos voir 8000 comme en 2020...ouille à la sortie, le marché n'ayant que faire de ces variations.
N'oublions pas également que la champagne décide elle même de ses rendements année après année, qui ne sont pas calculés en hectolitres/ha comme presque partout ailleurs. Cela évite aussi des crises majeures et des bradages généralisés qui casseraient irrémédiablement une image et un marché toujours fragile, je dirai même de plus en plus fragile dans un monde d'effervescence débridée.

Alex73 : bien vu : pour le dosage, on n'attends pas un bel extra-brut.. :unsure:

"42 est la réponse. mais quelle est la question ?" Douglas Adams H2G2, , guide du voyageur galactique.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Benoit Hardy
26 Mar 2021 21:23 #752

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3849
  • Remerciements reçus 1231

Réponse de agitateur sur le sujet Ça crise en Champagne ?

Un style assez Célinien et touffu,

Je ne sais pas, pas le temps ni l'envie de structurer et développer sur 500 lignes non plus.....s'il en reste la substantifique moelle rabelaisienne ça la lecture, c'est bien là l'essentiel.
Bon, je suis un rustre "scientiste" assumé et fier de l'être, mon style peut être bourru pour les lettrés. Le réalisme Célinien me va aussi.

il me semble que tu ne remets en cause aucune de mes assertions,

C'est très majoritairement vrai !!!

Tiens, je rebondis tout de même (hop ! quelle agilité ) : si, si, 35 000 € par hectare est vraiment le point médian de prix de revient de la culture, ce qui n'inclue aucunement le foncier et sans doute pas beaucoup de pratiques dites "écologiquement vertueuses"

C'est bien là le sujet ou nos visions divergent.
C'est un seuil proprement inentendable, sauf à être l'aveu même d'un modèle économique intenable ( sauf à vivre sur une bulle....tant qu'elle vit ...joli // non ?? ).
On parle là d'un atelier ( au sens BU business Unit ) de "simple" production de raisin. Le cout moyen des études est le reflet d'un recours quasi général et aveugle à la sous traitance, et donc au fait de générer un revenu sans trop rien faire et sur peu de surface. Soyons clairs.
Un producteur de beaujolais, en cru à 10 000 pieds / Ha, vendanges manu, pentes, peu de méca, etc.... et vendant ses fioles à 10 € HT sortie de gros ( soit 20 € TTC conso en prix moyen ) a des couts considérablement supérieurs ( vinif, commerce, etc...) et pourra vivre tout à fait dignement. Et quantité d'autres AOC à petite surface moyennes ( toutes les autres, en fait ).
Changeons de style, prenons un liquoreux ambitieux d'une petite structure. Tout le monde comprendra que le coût de revient par litre produit n'aura rien de facile comparé à la bulle champ. 10 Hl / Ha en moyenne annuelle, 1 330 cols plus tard, pour 35 000 € à la vigne seule. 27 euros par fiole de cout de revient de raisin. Une fiole à 100- TTC mini consommateur....qui dirait que c'est fait à perte ?

N'oublions pas également que la champagne décide elle même de ses rendements année après année, qui ne sont pas calculés en hectolitres/ha comme presque partout ailleurs.

Ce n'es pas si rare !
Cahors il y a 15 ans a baissé son rendement de 20% pendant que le cours dévissait de quasi 50%.
Bordeaux vient de faire de même, même ratios en gros.
Ce sont des filtres, pleinement assumés par les instances dirigeantes, qui visent à éliminer les plus faibles économiquement en situation de surproduction. Qu'on peut définir aussi par incapacité à vendre les volumes produits.
Ce ne sont pas les moins bons en qualité qui disparaissent, ce sont les moins aptes économiquement. Oui c'est malheureux....
Le modèle éco à terme d'un producteur de générique, c'est de faire vivre un salarié à un tarif salarié à sur X Ha. Pas de faire vivre une famille entière très confortablement sur X/3 Ha. C'est un nivellement par le bas, mais c'est le consommateur qui décide.....
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Benoit Hardy
26 Mar 2021 22:53 #753

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1923
  • Remerciements reçus 1145

Réponse de vinozzy sur le sujet Ça crise en Champagne ?

Notre co-listier Agitateur, en parlant du coût de revient en champagne à l'hectare : ""35 000 €/hectare, C'est un seuil proprement inentendable, sauf à être l'aveu même d'un modèle économique intenable ( sauf à vivre sur une bulle....tant qu'elle vit ...joli // non ?? ).
On parle là d'un atelier ( au sens BU business Unit ) de "simple" production de raisin. Le cout moyen des études est le reflet d'un recours quasi général et aveugle à la sous traitance, et donc au fait de générer un revenu sans trop rien faire et sur peu de surface. Soyons clairs.""


Bon...cet assertion, comme mon avis d'ailleurs, n'ont pas beaucoup d'importance devant les faits. Que l'on exprime croire que les vignerons champenois ne travaillent pas ou peu et utilisent massivement la sous traitance reste un point de vue que mon observation quotidienne réfute, et à la limite de l'insulte pour le vigneron qui fait bien ses 10 heures par jour 6 jours par semaine. L'utilisation d'un prestataire de service pour les traitements phytos, premier et souvent unique poste de sous traitance d'une partie des vignerons de métier n'est pas prégnant en matière de charges.
Et c'est souvent une très bonne chose de confier l'application de produits : le matériel utilisé dans nos vignobles pentus, excentrés du siège de l'exploitation et plantés serré et parfois en dévers, imposant une disponibilité sur site comme un matériel de haut niveau technique, peut être inaccessible au petit exploitant.

Quant au gel qui arrive ce matin et demain, espérons qu'il n'aura pas les mêmes funestes conséquences qu'en 2016 ou 2017 ou 1/4 de la Champagne n'avait pas fait la moitié de l'Aoc en terme de rendement, avec un niveau bien plus catastrophique dans l'Aube..

Je conseille car le rapport est mince mais existant d'écouter l'introduction de l'émission On Va Déguster de dimanche de Pôques 2021 : www.franceinter.fr/e... , les bases y sont posées pour parler des différences de mode de travail entre vignobles..donc de coût.

"42 est la réponse. mais quelle est la question ?" Douglas Adams H2G2, , guide du voyageur galactique.
05 Avr 2021 08:45 #754

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck