Nous avons 2605 invités et 3 inscrits en ligne

Riesling: Alsace vs outre-Rhin

  • Messages : 2095
  • Remerciements reçus 1053

jd-krasaki a créé le sujet : Riesling: Alsace vs outre-Rhin

Avec mon groupe de dégustation, une séance de comparaison (organisée de manière pas nécessairement méthodique ni rationnelle) de rieslings d'au-delà et d'en-deçà du Rhin.

Toutes les bouteilles sont servies ouvertes et "épaulées" le midi pour le soir. L'ordre de service tentait de s'accommoder entre sucrosité croissante, complexité croissante, et puissance croissante... Un beau morceau d'abondance nous sustente durant la dégustation.

CR: Florian Beck-Hartweg, Alsace Riesling, Dambach 2014
Jolie robe prononcée, nez sur la pomme, la tarte tatin, les fruits frais, le zeste d’agrumes. La bouche est légèrement perlante, fraiche, sur les agrumes, il y a une matière plutôt ronde. On termine sur une petite amertume acidulée, la finale retombe vite. Sympathique et facile à boire, gagne des points à l'aération.

CR: Dr F. Weins Prum, Mosel Saar Ruwer, Wehlener Sonneuhr Kabinett 2008
Robe pale, nez complexe mais bien marqué sur le diesel mal réglé, le goudron, avec des notes d’agrumes (citron vert notamment) et une touche d’asperge verte. La bouche est d’un bel équilibre frais, sagement tendue, légère avec de belles notes d’agrumes. La finale est légèrement lactée, fruitée, élégante et longue.

CR: Léon Beyer, Alsace Riesling, Comtes d’Eguisheim 2010
Nez discret, charmant, finement citronné, pierre mouillée, la bouche est équilibrée, tout en tension citronnée sans être stridente, finale longue, un peu dure.

CR: Dr Loosen, Mosel, Kabinett Blue slate 2015
Robe très pâle, presque transparente, quelques bulles sur le bord du verre. Le nez est très simple, sur les fruits frais avec une pointe de minéralité fumée. La bouche est perlante, légèrement tendre, avec une gentille acidité, fruitée, légère. C’est excessivement facile à boire, il ne faut pas lui demander de complexité, c’est vraiment pour la soif.

CR: Keller, Rheinhessen, von der Fels 2012
Très beau nez complexe, joliment citronné, avec de la croute de fromage, de la physallis, de la fumée, de l’amande amère et une touche de caoutchouc. Bouche élégante, droite, légèrement perlante, très belle vivacité caillouteuse, finale sur le pamplemousse, assez persistante. Très bel ensemble cohérent, très bon.

CR: Bott Geyl, Alsace Grand Cru Riesling Schoenenbourg 2012
Nez sur la banane mûre (cette note partira à l’aération), l’amande, la pomme mûre, le pain d’épice et la gousse de vanille fraîche. La bouche est pleine, charnue, sérieuse, presque alcooleuse, mais tout en conservant une bonne fraîcheur poivrée et un toucher soyeux. La finale est longue, légèrement pétrolée et marque une petite tendreté.

CR: Maximin Grünhauser (Von Schubert), Mosel Saar Ruwer, Auslese Herrenberg 2006
Robe dorée, nez superbe sur la cire, le miel, la mirabelle en confiture, un peu de caramélisé. L’attaque est moelleuse, et s’équilibre rapidement sur une vivacité en fond de bouche pour atteindre une combinaison sucre et acidité qui me plaît beaucoup, c’est velouté, beaucoup de plaisir, la finale est longue, sur le pain frais sorti du four, la confiture d’abricot (oserai-je ajouter « au chaudron ») et une jolie acidité persistante. Très bien.

Au final ce fut une séance bien passionnante, avec des vins aux personnalités assez marquées et contrastées, de belles découvertes, et des ressentis très très différents entre les participants.

JD | Lutèce
#1
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: LADIDE78

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck