Nous avons 1644 invités et 57 inscrits en ligne

Un déjeuner au Laurent : on est jeunes, on est beaux et on s'aime !

  • Messages : 976
  • Remerciements reçus 155

mauss.th a répondu au sujet : Re: Un déjeuner au Laurent : on est jeunes, on est beaux et on s'aime !

J'avais déjà donné un avis un peu mitigé sur le FE 2009, qui pour moi est marqué par quelques flagrances pas très nettes, ce qui n'empêche pas de prendre un certain plaisir sur ce vin, mais...

Le Geisberg, à l'aveugle, quasiment tout le monde lui a donné 10/15 ans d'âge. Le vin était bien bon ce jour là, d'autant plus sur les plats. Un riesling marqué Alsace, assez pétroleux, mais avec de la mâche et de beaux amers d'agrumes. Cependant si j'en avais des bouteilles, je les boirais assez vite.

Le Saint-Hune m'a troublé, serré en dégustation, rond et presque langoureux en bouche, pas définit comme à son habitude. De plus, j'ai trouvé l'aromatique plaisante mais pas vraiment riesling, très florale. Un vin qui me décevait un poil, mais qui a pris une autre dimension lors d'un accord mets et vins d'école, qu'Oliv nous décriera plus tard. De quoi rappeler que Trimbach fait des vins pour la table et non pour l'apéro.

Cependant le 2007, voire même le 2006, me plaisent (bien) plus que ce 2009.

Au final, 2009 chez Trimbach ne match pas vraiment avec mes goûts.
#31

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3118
  • Remerciements reçus 3

DidierT a répondu au sujet : Re: Un déjeuner au Laurent : on est jeunes, on est beaux et on s'aime !

Merci Olivier pour ce magnifique CR. je vois que le Barbaresco de Bruno Giacosa a encore frappé. J'adore ce Domaine. Sinon, Clos des Ruchottes chez Rousseau se hisse doucement mais sûrement dans les grands du Domaine. 2007 commence à donner des bouteilles très plaisantes.

Dommage pour Prum que j'apprécie, encore trop jeune.

Didier
#32

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 976
  • Remerciements reçus 155

mauss.th a répondu au sujet : Re: Un déjeuner au Laurent : on est jeunes, on est beaux et on s'aime !

Pour JJ Prüm l'équation est simple:

Soit la bouteille à 15/20 ans, et c'est prêt.
Soit il faut aérer au minimum deux heures, le temps que le souffre aille voire ailleurs.

Sinon, déception en vue!
#33

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 207
  • Remerciements reçus 0

Mahour a répondu au sujet : Re: Un déjeuner au Laurent : on est jeunes, on est beaux et on s'aime !

@ Matthieu,

C'est un domaine que j'aime vraiment beaucoup. Et dont les bouteilles vieillissent très bien. Sans aller jusqu'à sainte hune, j'ai ouvert mercredi FE 90 et 96, et FE 83 il y a deux mois. Trois bouteilles splendides.

@ Thomas,

Je préfère aussi le style de 2007, mes préférés en ce moment étant les 2001 suivis de près par les 2002. Pourtant, je reste convaincu que les 2009 seront très bons à grands. Il n'y a pas la même acidité que dans d'autres millésimes mais ils ne manquent pas de fraîcheur. Et tu as raison, 2009 a donné des rieslings très floraux.

Pour être sûr que l'on parle de la même chose, je précise que décris les cuvées destinées à la garde.

Merci,

Maher
#34

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 7981
  • Remerciements reçus 855

hyllos a répondu au sujet : Re: Un déjeuner au Laurent : on est jeunes, on est beaux et on s'aime !

De mon côté, c'est un domaine que j'apprécie de moins en moins, avec des vins assez convenus. J'ai notamment FE 2002 en cave qui a été à chaque fois d'un ennui tel que j'ai ouvert autre chose, j'ai été particulièrement deçu par son evolution. En jeunesse, je lui trouve par contre le mérite de la régularité.
#35

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5948
  • Remerciements reçus 1269

Marc C a répondu au sujet : Re: Un déjeuner au Laurent : on est jeunes, on est beaux et on s'aime !

De la truffe d'été, tout fout le camp (:P)

Les Puffeney ont l'air en demi teinte, une mauvaise passe ?

Marc
#36

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 951
  • Remerciements reçus 1

hédoniste a répondu au sujet : Re: Un déjeuner au Laurent : on est jeunes, on est beaux et on s'aime !

Juste superbe ! (tu)

Marc Lotin
Il ne faut pas toujours tout s'autoriser...mais ne jamais rien s'interdire.
#37

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 568
  • Remerciements reçus 61

Jon1 a répondu au sujet : Re: Un déjeuner au Laurent : on est jeunes, on est beaux et on s'aime !

[quote="Joh. Jos. Prüm, Wehlener Sonnenuhr, Auslese, 2007

Robe grisée à peine teintée.
Nez affreusement soufré, totalement bloqué et qui ne laisse passer que de maigres senteurs de fruits jaunes et de menthe.
Bouche fraiche, désaltérante, sur un équilibre sucre acidité délicat et nerveux, sur des goûts mentholés mais là encore très soufrés (allumette).
Force est de constater que le vin refuse de se livrer vraiment et qu'il va falloir attendre pour espérer plus de complexité.
A revoir. Mais quand ?"]

[/quote]

J'ai bu ce même vin dans un restaurant de Francfort hier soir et il était juste superbe. Le vin étant servi au verre, je ne saurai dire depuis quand la bouteille a été ouverte. J'y ai trouvé des notes d'ananas, de groseille à maquereaux, un très bel équilibre et une longueur phénoménale. Dommage, le verre ne faisait que 5cl. Je n'avais jamais bu de vin dans ce type de verre (sorte de galopin sur pied haut)

Modification: En regardant la douloureuse, je vois qu'il s'agit d'un Joh. Jos. Prüm, Brauneberger Juffer Sonneuhr Auslese GoldKapsel 2007. C'est pour ça aussi que c'était si douloureux au niveau du portefeuille et que le verre était si petit! ;) Ca m'apprendra à ne pas tourner cette fois mon pouce dans ma main avant de poster.

J'on / Arnaud "LPV92 - Les ptits crachoirs"
#38

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 81832
  • Remerciements reçus 7225

oliv a répondu au sujet : Re: Un déjeuner au Laurent : on est jeunes, on est beaux et on s'aime !

(tu)

Donc confirmation que ces vins sont faits pour être attendus. Longtemps !
Ou à défaut de patience, généreusement aérés !
#39

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 81832
  • Remerciements reçus 7225

oliv a répondu au sujet : Re: Un déjeuner au Laurent : on est jeunes, on est beaux et on s'aime !

Un déjeuner au Laurent

Petit stomac-storming entre copains entre midi et deux (et plus car affinités) afin de mouliner du chapeau !

Car c'est la rentrée pour tous les gros bosseurs et les grands moments de l'automne à venir, ça se prépare... (:P)

Oliv





Girolles, fèves et pâte "cappelletti", royale d'une sauce poulette


Domaine Jean Michel Guillon, Marsannay, Clos des Portes (Monopole), 2009


Robe profonde, sur un beau grenat bleuté.
Premier nez riche et généreux, sur un beau fruit bien mûr (cassis frais, cerise) enrobé de belles notes épicées. L'aération ramènera un très joli petit trait vert qui donne lui beaucoup de cachet.
La bouche est agréable, sur une matière bien mûre, souple et d'une certaine vigueur et qui ne verse jamais ni dans la lourdeur ni dans la rusticité.
Le fruit est pur sans être confit et participe à la fraicheur et gourmandise de ce bel ensemble.
La finale n'est pas interminable mais d'une grande lisibilité et aisance, ce qui fait qu'on se ressert avec facilité.
Un très bon vin.



Pigeon de Vendée rôti, carottes maraîchères aux épices et compotée d'aigre-doux



Shizen, Vin de Yamanashi (Japon), Cuvée Denis Dubourdieu, 2011
Cépage Koshu


Robe cristalline, à peine teintée.
Nez discret et fin, un peu trop d'ailleurs, sur de minces senteurs de poire enrobées d'un ensemble de notes fluettes et difficiles à définir, entre le minéral et le végétal.
La bouche est marquée d'une attaque acide dantesque, un truc à faire passer un aligoté de cuve pour une vendange tardive.
Force est de constater aux rictus qui marquent nos visages qu'en l'état, c'est du brutal et plutôt une boisson d'homme !
La tension est énorme et sa morsure confine à l'agression. La discrétion aromatique, sur un très léger végétal anisé, n'aide pas à apporter du charme à cette acidité virulente.
La finale stridente se désagrège très vite dans un côté citrique qui devient presque désagréable.
Pas convaincu.



Fromages
#40

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 834
  • Remerciements reçus 0

La Vie est une Fête a répondu au sujet : Re: Un déjeuner au Laurent : on est jeunes, on est beaux et on s'aime !

L'entrée est très appétissante ...

Pour le shizen , goûté à 2 reprises...je peux dire que la deuxième fois je l'ai reconnu...j'avais gardé en mémoire l'acidité de la première expérience :D
Mais je n'ai pas non plus été convaincu...

Laurent
#41

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 310
  • Remerciements reçus 8

Nono le Tonneau a répondu au sujet : Re: Un déjeuner au Laurent : on est jeunes, on est beaux et on s'aime !

"un truc à faire passer un aligoté de cuve pour une vendange tardive." :D :D (tu)

Arnaud - LPV Vaucluse
#42

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 81832
  • Remerciements reçus 7225

oliv a répondu au sujet : Philippe Bourguignon prend sa retraite !

Philippe Bourguignon, le directeur du restaurant Laurent, une personnalité du vin d'une compétence à hauteur de sa modestie, auteur d'un des livres les plus justes écrits sur les accords mets/vins, un grand grand monsieur, prend une retraite fort méritée à la fin de l'année.

François Mauss en parle mieux que moi : gje.mabulle.com/inde...

Tempus fugit...
#43

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 11683
  • Remerciements reçus 1722

jean-luc javaux a répondu au sujet : Re: Philippe Bourguignon prend sa retraite !

Superbe, même si difficile, hommage-portrait de la part de Monsieur Mauss.
Et que Monsieur Bourguignon profite pleinement des moments de loisirs dont il va enfin bénéficier!

jlj
#44

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 14168
  • Remerciements reçus 9

François Audouze a répondu au sujet : Re: Philippe Bourguignon prend sa retraite !

le nombre de repas que j'ai faits au Laurent dépasse de loin tous ceux d'autres restaurants.
J'ai fait un court message d'hommage mais j'ai retrouvé une histoire du restaurant Laurent depuis la création du café du Cirque en 1842. c'est passionnant

RESTAURANT LAURENT


Cordialement,
François Audouze
#45

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 81832
  • Remerciements reçus 7225

oliv a répondu au sujet : Un dîner au Laurent, autour d'Etienne Klein

Un dîner au Laurent, autour d'Etienne Klein


François Mauss est un homme qui possède beaucoup de qualités: sa bonhommie, renommée de tous, sa générosité, reconnue de beaucoup, son intelligence toujours savamment drapée dans une naïveté affichée et dont les proches savent qu'il ne faut pas en être dupe plus d'une petite seconde.

Mais en plus de tout ça, chez François, il y a une volonté de transmettre aux autres un peu de ce que la vie lui a offert, de ne pas profiter sans partager, de ne rien laisser perdre et de l'idée qu'on est plus riche des souvenirs qu'on a laissés aux autres que de ce qu'on a accumulé pour soi.
Faire se rencontrer les intelligences pour les mutualiser comme mettre le pied aux étriers des belles choses aux générations qui lui succèderont est un de ses talents.
Dans un monde du vin de plus en plus pavanant, où les ego étouffent trop souvent la vérité simple du plaisir d'être ensemble, je peux témoigner de ce que ma passion du vin doit déjà à des amis comme François, des amateurs comme Alain, comme Eric, de ceux qui savent avec simplicité dépasser les barrières de l'âge et de l'argent et vous permettre de partager, ensemble et sans affect, leurs vins et leurs connaissances.

Mais François a une autre qualité, celle de faire sortir le monde du vin et de la table de ses limites et de le confronter à d'autres esthétiques, de l'Art ou de l'esprit.
Ce soir, c'est donc autour de l'extraordinaire Etienne Klein que le Président Mauss a décidé de réunir une jeunesse brillante.
Vous avez de suite compris que c'est pas de moi qu'on cause, si ma jeunesse finissante fait de moins en moins illusion, niveau brio intellectuel, y'a jamais eu d'escroquerie en vue ou de tromperie sur la marchandise !
Non, ce soir, c'est entouré d'une équipe de jeunes centraliens que nous échangerons sur les choses du vin, de la table, de la science et de la vie.
Emballé par la personnalité d'Etienne Klein, un type dont on est ravi qu'il ait appliqué son talent aux choses de l'esprit et pas à monter une secte car m'est avis qu'il aurait pu ramasser les foules plus vite qu'un papier glu les mouches avec un tel talent de pédagogue et d'explication des choses les plus complexes, ces jeunes ont monté un site pour y compiler les interventions du Maître.

Petit conseil d'ami: éteignez quelques minutes la TV d'Hanouna et allez faire un tour sur etienneklein.fr/ .
C'est aussi bénévole et gratuit que LPV et on sort de ces visionnages un peu beaucoup plus riche qu'avant d'y être entré !




Et comme autour de la table sont également présents le violoniste Nicolas Dautricourt et Philippe Bourguignon et son savoir du vin aussi imposant que sa gentillesse est discrète, pas besoin de vous dire que les échanges ont fusé !
Passionnant d'écouter chacun trouver des passerelles dans le secteur d'activité de l'autre.
Et fabuleux moment de constater l'émotion d'une jeune scientifique, violoniste amateur, qui n'aurait peut-être jamais imaginé dans sa vie pouvoir approcher un Stradivarius. J'ai cru me revoir le jour où Alain et François m'ont permis de boire la Romanée Conti !

Pour permettre des instants pareils, de ceux où l'on rentre à la maison enrichi d'échanges et de l'expérience de ceux qui sont plus brillants que vous, mon François, encore une fois, merci !

On attaque ? (:D





Champagne Servaux Fils, 2005



Robe sur un doré bien présent.
Nez assez discret, sur des notes un peu pâtissières, entre la tarte amandine et la brioche.
Bouche facile, confortable, sur une matière assez riche à la bulle fine mais manquant de tonus ainsi que de complexité aromatique.
Finale douce mais un peu anodine, manquant de vinosité et de profondeur.
Bien.



Girolles, fèves et pâte "cappelletti", royale d'une sauce poulette



Weingut Von Winning, Forster Jesuitengarten GG, Riesling trocken, 2014
AP 510632707115



Robe jaune paille, très légèrement teintée.
Très beau nez, ample et complexe, d'une jeunesse et richesse certaine et qu'il faut tempérer en l'état en jouant sur une température de service fraiche.
L'ensemble avant de se réchauffer et de virer un peu plus dans l'excès est superbe, sur de très belles notes florales et d'agrumes, sur la fleur d'oranger, le jasmin très léger enrobé d'un élevage très réussi, sur des notes douces qui apportent beaucoup de complexité.
La bouche, elle aussi, demande à rester bien tempérée pour exprimer pleinement une trame superbe à la richesse bien maitrisée, sur un volume à la fois ample et auquel une belle acidité mûre apporte rythme et profondeur.
Les goûts sont délicieusement évidents, très floraux et sur des notes crémeuses très agréables.
Une fois le vin réchauffé, l'ensemble bascule dans un côté rococo de jeunesse qui me convient moins.
La finale est d'une persistance proportionnelle à sa gourmandise, c'est à dire fort respectable.
Très beau vin, à suivre avec grand intérêt pour voir comment il va évoluer ! (tu)


Weingut Fred Loister, Langenlois Spiegel, Kamptal DAC, 2014



Robe terne, sur un jaune grisé.
Nez très serré, sur des notes minérales, entre le salpêtre, la craie mouillé et le silex mâtiné d'un léger végétal.
Bouche peu amène, sur une attaque acide amère très peu confortable, avec un côté déséquilibré qui, allié à une aromatique peu causante crée un effet d'austérité qui n'appelle pas à la jouissance.
Finale stricte, un peu aride même, sur des amers secs peu avenants.
Je n'ai pas aimé.



Pigeon à peine fumé et rôti, navets fondants au foie gras relevés au gingembre acidulé
croustilles de céréales



Luciano Sandrone, Nebbiolo d'Alba, Valmaggiore, 2013



Robe pourpre assez peu extraite et d'une jeunesse évidente.
Très joli nez tout en franchise, sur les fruits rouges bien mûrs, la prune enrobés de notes florales et épicées très agréables.
La bouche est délicieusement évidente, sur une construction pleine où une matière sans grande puissance mais sans aucun creux s'accorde parfaitement avec une acidité mûre et bien intégrée pour former un ensemble juteux et franc, d'un évident plaisir gourmand.
Le vin déroule sa précision de constitution comme d'arômes jusque dans une finale facile et fraiche qui appelle à se resservir avec avidité.
Très bon.
Du grand vin de soif à acheter en magnum ! (tu)


Château Ausone, Saint-Émilion 1er Grand Cru Classé A, 2008



Robe grenat bleutée plutôt claire et sans trace d'évolution.
Nez encore jeune mais d'une grande douceur et précision. L'élevage est encore un peu présent, sur des notes crémeuses et parfumées mais qui n'écrasent pas un très joli ensemble fruité, sur le coulis de fruits frais, entre la fraise des bois et des notes plus profondes, sur le cassis/myrtille.
L'attaque en bouche est remarquable de douceur, sur une matière suave à l'acidité structurelle parfaitement posée.
La qualité redoutable des tanins, présents mais caressants apporte comme une accélération sur la langue qui, en faisant saliver, relance sa douce présence tactile.
Si la qualité de structure est de grande classe, il reste encore à affiner l'aromatique à mon goût en intégrant mieux l'élevage et en gagnant en complexité.
Finale caressante d'une grande persistance, même sur ces notes encore un peu primaires.
Très beau. (tu)
Et accord parfait sur la chair du pigeon, comme s'il allait de soie !

Pierre-Jacques Druet, Bourgueil, Cuvée Grand Mont, 1989
Magnum



Aucun doute, on plonge !
La robe est encore sombre mais d'une évolution orangée sur le disque qui dit qu'on change de décennie.
Nez un peu trop végétal à mon goût, où le poivron vert s'exprime à l'excès et prend le pas sur de pourtant jolies senteurs de fruits noirs épicés.
Bouche honnête mais assez froide, sur une matière sans beaucoup de fond et une acidité assez saillante comme des tanins encore fermes (et qui paraissent évidemment rustiques après ceux incroyablement soyeux d'Ausone).
Finale agréable, d'une certaine complexité aromatique si l'on est pas trop rétif au cabernet fourbe (ce que je suis) mais qui reste quand même d'une certaine austérité.
Assez bien.



Saint Nectaire & Comté vieux



Vin mystère, PMG d'un très grand domaine de Côte de Nuits
Si les vins sont tous servis à l'aveugle, celui-là le restera pour le moment, en attendant l'accord du Président !

En tout cas, je peux juste dire que quand on sait faire un grand vin officiel, force est de constater que l'officieux n'est pas mal non plus... :)

Domaine Macle, Côtes du Jura, 2005



Robe d'un joli doré.
Magnifique nez précis et à la générosité sans excès, sur des senteurs bien mûres de tarte au noix de pécan, de sirop d'érable, de fruits secs beurrés.
Bouche absolument délicieuse, d'une immédiate présence charnue et d'un gras qui tapisse le palais, une acidité tonique mobilisant ce bel ensemble.
Le vin réussit la synthèse parfaite entre richesse et fraîcheur, quand la constitution signe le potentiel et que la trame acide sert de moteur.
Finale aussi longue qu'irrésistiblement facile, sur de beaux goûts complexes et francs, toujours sur ces délicieuses notes un peu pâtissières.
Je craignais qu'il soit fermé, on en était loin.
Superbe. (tu)



Pomme verte "tagliatelle" mi-cuite dans une nage aux saveurs thaï, fraises et sorbet citronnelle

Un dessert absolument fabuleux de fraîcheur et de précision de goûts, quand le croquant répond à l'acidulé dans un myriade de délicatesse !
Un vrai petit bijou, bravo au chef Alain Pégouret ! (tu)(tu)




Quelle magnifique soirée, qu'on aurait souhaité pouvoir prolonger longtemps !

Si Etienne Klein ou nos quatre jeunes physiciens me lisent, peut-être pourront-ils m'expliquer avec des arguments à eux pourquoi ces moments de plaisir intenses passent encore bien plus vite que la vitesse de la lumière ?
Et si jamais une passion était née ce soir là, ces colonnes vous tendent les bras pour nous parler des vins !

Amitiés à tous,
Oliv


Crédit photos
www.fromage-pouillot...
www.comte-fromage.fr...
#46

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18081
  • Remerciements reçus 1753

mgtusi a répondu au sujet : Re: Un déjeuner au Laurent : on est jeunes, on est beaux et on s'aime !

Ausone 2008 (photo) ou Ausone 2000 (titre) ?

Michel
#47

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 81832
  • Remerciements reçus 7225

oliv a répondu au sujet : Re: Un déjeuner au Laurent : on est jeunes, on est beaux et on s'aime !

2008.
Plus je me relis, moins je vois les fautes !
C'est la spéciale Oliv, à chaque CR, j'en fais au moins une...

Je corrige.
#48

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 757
  • Remerciements reçus 622

LoneWD a répondu au sujet : Re: Un déjeuner au Laurent : on est jeunes, on est beaux et on s'aime !

La grande classe Oliv !

Rémy
#49

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 546
  • Remerciements reçus 39

Benjamin Dgnn a répondu au sujet : Re: Un déjeuner au Laurent : on est jeunes, on est beaux et on s'aime !

Quel dîner !

Étienne Klein est passionnant. Je l'écoute chaque semaine dans La Conversation Scientifique sur France Culture. Je vous conseille vivement son émission.

Benjamin
#50

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1399
  • Remerciements reçus 245

jclqu a répondu au sujet : Re: Un diner au Laurent, autour d'Etienne Klein

(tu)

JC
LPV Lutèce
#51

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 26075
  • Remerciements reçus 879

Luc Javaux a répondu au sujet : Re: Un dîner au Laurent, autour d'Etienne Klein

Et accord parfait sur la chair du pigeon, comme s'il allait de soie !

Celle-là, je l'aime tellement que je regrette de ne pas y avoir pensé avant !

Luc
#52

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 17884
  • Remerciements reçus 2702

Eric B a répondu au sujet : Re: Un dîner au Laurent, autour d'Etienne Klein

C'est tout de même dommage de ne pas servir un Riesling doux mosellan avec le dessert. On dirait qu'il est fait pour ;)

Eric
Mon blog
#53

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3810
  • Remerciements reçus 1603

Vougeot a répondu au sujet : Re: Un dîner au Laurent, autour d'Etienne Klein

Merci pour ce beau CR, Oliv.
Je constate que plus les années passent et plus la classe du CduJ MACLE 2005 s'affirme !

Amitiés,

Vincent

Vincent, amateur de melon et de curé nantais
#54

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4118
  • Remerciements reçus 1375

LADIDE78 a répondu au sujet : Re: Un dîner au Laurent, autour d'Etienne Klein

Oliv

Superbe CR (tu)

didier

Mal- voyant depuis 29 ans et passionné de vins comme vous tous
#55

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5074
  • Remerciements reçus 312

ols a répondu au sujet : Re: Un dîner au Laurent, autour d'Etienne Klein

Nous n en sauront pas plus sur ce vin mystère ?
[size=x-small]Serge curieux comme un vieux chat[/size]
#56

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 554
  • Remerciements reçus 747

bassaler a répondu au sujet : Re: Un déjeuner au Laurent : on est jeunes, on est beaux et on s'aime !

Vincent, pendant que le jaune de Macle prend de la couleur, les cheveux d'Oliv se teintent de blanc !
Lao Tseu, 2016
#57

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 81832
  • Remerciements reçus 7225

oliv a répondu au sujet : Re: Un déjeuner au Laurent : on est jeunes, on est beaux et on s'aime !

Ouf, je m'en sors bien, le vin aurait pu s'arrondir avec le temps.........

Signé le rolling Marcheur de G.
#58

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 81832
  • Remerciements reçus 7225

oliv a répondu au sujet : Un dîner au Laurent autour de la Mélanosporum !

Un dîner au Laurent autour de la truffe noire


Comme je l'ai déjà expliqué en ces colonnes à de nombreuses occasions, le Président Mauss est un homme qui affiche de nombreuses qualités !
Sa générosité jamais surjouée, sa force de persuasion comme sa capacité à l'auto-dérision sont reconnues et appréciées de tous ceux qui ont un jour croisé le verre, l'assiette ou la simple causerie avec lui.

Mais une des choses que j'admire le plus chez François, c'est son enthousiasme face aux belles choses de la vie et sa capacité à ne jamais s'enfermer dans les certitudes blasées de celui qui a pourtant déjà tant vécu.
Il y a chez lui cette magnifique faculté d'émerveillement qui interdit aux hiérarchies trop établies de vous étouffer de leurs certitudes sédimentées, celles qui finissent par ne plus parler qu'aux experts qui ont tout vu, tout bu mais qui sont seuls avec leur savoir.
Cette volonté de découvrir et de faire découvrir, de partager et de faire profiter chacun de ce potentiel que l'autre a à lui offrir, c'est véritablement ce qui rend à mes yeux cet homme génial et rarissime dans ce monde d'experts où les discussions de salon ressemblent trop souvent à des sudations bouffies en vase clos entre intellectuels étouffés d'une culture élitiste qu'ils ne savent plus transmettre.






Le Président aura donc réuni ce soir là des personnalités aussi diverses qu'éminentes, qui représentant des Arts (le charmant violoniste Nicolas Dautricourt et son Stradivarius, le musicologue et brillant poète Alain Duault, le taquin dessinateur Voutch), qui des sciences (l'astrophysicien de renom Jean Audouze, au savoir-être modeste et discret, le jeune et brillant neurobiologiste, grand connaisseur en vins, Gabriel Lepousez), de la médecine (toujours avoir un chirurgien à sa table, en cas d'urgence, ça peut servir !) comme du monde du vin et de la gastronomie (le grand chef Alain Dutournier, à l'accent et à la faconde si généreuse, l'autre LPV et expert en vins, Laurent Vialette et le néo retraité qui connait la maison mieux que personne, l'immense Philippe Bourguignon).

Donc pas besoin de vous dire que l'Oliv au milieu d'un aréopage d'un tel niveau, il plie sous double mètres en quatre pour se faire tout petit et il ouvre grand son bec et ses oreilles pour profiter au mieux de chaque seconde des plaisirs intellectuels et gourmands des grands moments qui s'annoncent !

Ah oui, au fait, la thématique du soir, c'est la Mélano ! :woohoo:

Mais quelque chose me dit que vous vous en seriez aperçus tout seuls... :whistle: B)

En piste !





Maison Trimbach, Riesling, Frédéric Emile, 2008



Robe claire, sur un doré très léger.
Beau nez fin et droit, sur la peau d'agrumes, le citron vert enrobé de délicates notes minérales (naphte) dans un ensemble très élégant.
Bouche à l'attaque laser, sur une construction élancée et ultra tonique mais à l'acidité structurelle parfaitement intégrée à une matière dense à cœur et qui permet d'éviter tout effet de morsure ou de déséquilibre.
Les goûts sont en pleine phase avec les aromes du nez, sans exubérance mais d'une grande précision.
Finale qui claque sur le palais, salivante et désaltérante tout en laissant une superbe et longue impression d'extraits secs. J'adore !
Splendide ! (tu)



Canapés à la truffe



Domaine des Comtes Lafon, Meursault-Genevrières 1er cru, 1997



Robe vieil or.
Nez nettement évolué mais pas abimé, où un bouquet complexe exprime l'âge du vin par des notes de fruits secs, sur le toffee, la tarte au noix de pécan mais avec encore du fruit (citron confit) qui rafraichit l'ensemble.
Bouche riche, à l'attaque ample qui tapisse immédiatement le palais d'une matière grasse mais sans mollesse grâce à l'apport moteur d'une belle acidité.
Les goûts sont pâtissiers, sur des notes de pâte brisée bien beurrée sortant du four.
Finale agréable, un peu replète à mon goût toutefois, en particulier à côté du tonus remarquable du Frédéric Émile.
Bien à très bien mais je pense qu'il ne faut plus attendre.



Truffe fraiche, artichauts et radis noir en vinaigrette



Château La Gaffelière, Saint-Emilion, 1955
Magnum



Robe sur un beau grenat clair, très légèrement évolué.
Nez au joli bouquet classiquement bordelais, droit mais agréable car sans austérité, sur le cuir, des notes d'encre et d'épices qui répondent bien à de jolies senteurs de confiture de fruits rouges.
En soi, la bouche semble en dessous du nez, sur une structure légère un peu faiblarde à coeur.
Mais la magie de l'accord va totalement transformer le vin, l'étirant, lui donnant comme une structure et une allonge qu'il n'avait pas en dégustation seule, relançant son caractère fondu aux tanins imperceptibles et qui pouvait sembler un peu léger jusque là.
Son aromatique répond parfaitement aux notes truffées, la gastrique qui accompagne le feuilleté semblant le réveiller pour provoquer alors un délicieux accord bourgeois d'une totale évidence et plaisir.
Très bon !



Truffe noire en feuilleté

Plat absolument magnifique d'équilibre et de noblesse, avec une truffe plus proche de la boule de pétanque que du cochonnet... :evil:
La cuisine française classique, c'est quand même quelque chose, en particulier pour mettre les vins en valeur !



Bouchard Père & Fils, Beaune Grèves 1er cru, Vigne de l'Enfant Jésus, 1961
Magnum



Robe rubis foncée d'une jeunesse incroyable pour un vin de cet âge, à peine marquée d'un léger orangé.
Nez agréable, un peu comprimé à l'ouverture et qui va se détendre lentement pour libérer à l'aération un très joli ensemble totalement bourguignon de notes de petits fruits rouges (framboise) et d'épices douces matinées d'un léger grillé poivre blanc.
Bouche puissante et mobile, incroyable de jeunesse (on dirait un vin de 10 à 20 ans max), sur une réelle densité de texture et de matière, nerveuse à cœur, avec comme encore un potentiel conséquent pour intégrer ses éléments, notamment des tanins encore perceptibles.
Finale remarquable de persistance mais c'est dingue de constater que ce vin énergique (qui n'a jamais bougé d'une cave parfaite selon Laurent Vialette) n'est d'évidence de toucher de bouche pas encore totalement fondu.
Je comprends comment la maison Bouchard peut proposer d'extraordinaires vins de plus d'un siècle quand je vois le niveau de ce cinquantenaire.
Très bien !



Château La Cabanne, Pomerol, 1989



Robe grenat assez claire et tuilée sur l'extérieur du disque.
Nez serré, assez mat, avec une pointe animale qui prend un peu le pas sur les notes épicées (thé de Noël).
Bouche assez linéaire, sur une matière veloutée mais qui semble manquer de reliefs et de capacité de relance.
Si les goûts sont sans défaut, ils sont assez simples et sans réelle complexité d'expression.
La finale est trop légère et s'éteint très rapidement.
A boire.



Noix de ris de veau truffée, macaroni farcis et gratinés

Plat une nouvelle fois somptueux de maîtrise et de classicisme, d'une précision de texture et intensité de goûts absolument parfaits pour mettre les vins en valeur.
Grand moment ! Un de plus ! (tu) (tu)



Domaine de Nays-Labassère, Jurançon, 1988


Robe sur un beau doré très brillant.
Nez somptueux, envoûtant, précis et puissant à la fois et où se répondent des senteurs minérales et truffées enrobées de notes fraiches de fruits exotiques (fruit de la passion), de confiture de coing et de caramel blond. Quelle classe !
Bouche remarquable de maitrise et de concentration, d'une grande jeunesse encore, sur une liqueur à la richesse sans excès car parfaitement mobilisée par une acidité puissante et salivante qui évite tout effet de lourdeur.
La complexité aromatique du nez s'exprime également en bouche dans un ensemble terriblement savoureux et qui concilie une grande puissance d'expression à une élégance certaine.
La finale claque sur la langue et prolonge longtemps ses goûts délicieux, portée par une vraie générosité .
Superbe ! (tu)



Des mystères de la truffe, du petit manseng et de l'ortolan par Alain Dutournier



Domaine de la Romanée Conti, La Tâche, 1996



Robe grenat claire sans trace de réelle évolution.
Très beau nez de pinot en vendange entière, quand une légère brise mentholée excite des notes croquantes de petits fruits rouges frais, entre la groseille et la framboise fraichement ramassée. Tout est frais dans ce nez !
Bouche à l'attaque énergique propulsée par une acidité haute mais qui, dans son expression froide, s'étire encore et encore sur le palais sans jamais s'abimer dans une morsure pas mure ou un déséquilibre.
La tenue de bouche et le déroulé du vin sont remarquables, sur une présence et une droiture certaine mais sans austérité et ce même si le vin reste encore assez ferme et comme un peu réservé aromatiquement.
La finale semble encore très jeune, se resserrant autour de tanins présents mais sans aucune sécheresse.
C'est vraiment très bon mais je pense que le meilleur est encore à venir sur cette bouteille très jeune encore.
Très bien.



Comté 36 mois



Domaine Macle, Château-Chalon, 2003



Robe sur un doré assez léger.
Beau nez, très expressif et assez puissant, sur la tarte aux noix, la poudre de curry et des notes de fruits jaunes en arrière plan. Aucune charge alcoolique n'émane du verre.
Très belle bouche à la puissance de corps parfaitement contenue et mobilisée par une superbe acidité qui porte et relance le vin en créant un effet de scansion qui lui donne un cachet et une allonge terribles.
Finale puissante aux goûts francs, sur une matière concentrée mais carénée là encore par cette magnifique acidité.
Superbe vin ! (tu)



Brownie et ganache chocolat



Etko, Commandaria, Centurion, 2000



Robe acajou assez claire, on voit presque au travers.
Très beau nez gourmand et noble, sur le caramel au lait, le chocolat mousseux, la datte, des notes de fruits secs et d'épices douces.
Bouche délicieusement juteuse, où une sucrosité bien posée mais sans une once d’empâtement est portée par une très belle acidité dans un ensemble à la fois gourmand et aérien.
Les goûts sont francs, d'une grande complexité, toujours sur la datte et la praline et le vin possède une buvabilité remarquable, sans aucune présence de vapeurs d'alcool ou de caractère roboratif.
Finale longue et gourmande, avec un vrai caractère et originalité.
Délicieux ! (tu)



Les explications du chef, Alain Pégouret





Comme toujours lors des grands moments, la soirée a passé à la vitesse de la lumière, emplie de merveilleux plaisirs gourmands et de bonheurs intellectuels, de musique et de poésie, de mots de lettres et d'esprit.
Des instants pareils vous font vous sentir meilleur.

Et dire que j'ai même pas eu le temps de demander à Jean Audouze une explication rationnelle du phénomène (la physique du temps, hein, pas son petit frère)... :oops: .

Oliv
#59
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Gildas, Sylv1, Gombi, legui, Vougeot, totolouga, arelate, Galinsky, denaire, peterka, bassaler, LADIDE78, Thibaultmmm, sly14, fredhamster, condorcet, 4fingers, Frisette, leteckel, POP, david84, Damien72

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5385
  • Remerciements reçus 2145

Frisette a répondu au sujet : Un dîner au Laurent autour de la Mélanosporum !

Merci Oliv' pour ce nouveau magnifique récit...Juste pour dire que FA ne peut pas renier sa parenté avec son frère Jean!!!

Flo (Florian) LPV Forez
#60

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck