Nous avons 1046 invités et 69 inscrits en ligne

CR: Dönnhoff Tonschiefer 2012

  • Messages : 1281
  • Remerciements reçus 194

GAET a répondu au sujet : Re: Hermannshöhle GG 2010 vs Clos Windsbuhl 2010

Bonjour David,

Je ne dirais qu'une chose "Chapeau bas !" ;)
Gaëtan
#211

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 7929
  • Remerciements reçus 809

hyllos a répondu au sujet : Re: Hermannshöhle GG 2010 vs Clos Windsbuhl 2010

Plusieurs remarques.

- Couleur : la couleur n'est pas qu'un problème de vinification. Il y a aussi la maturité des baies. Les riesling sont toujours plus clairs en Allemagne, pourtant ils sont souvent élevés en barrique et pas en cuve. A mon avis, outre la vinification, il y a le climat.

- Terroir : la marque du terroir ça n'est pas la minéralité (je ne dis pas que tu le penses, mais c'est ce qu'on comprend). Chaque terroir a une patte différente. Le Piesporter Goldtröpfchen donne des notes fumées, le Ürziger Würzgarten, des vins avec des notes exotiques et une sucrosité douce, le Doctor, des vins tendus et minéraux avec un fruit plus tourné agrume. Résumer le terroir aux impressions de caillou, d'amertume et d'acidité, c'est réducteur.
#212

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 952
  • Remerciements reçus 1

hédoniste a répondu au sujet : Hermannshöhle GG 2010 vs Clos Windsbuhl 2010

Très instructif ce comparatif.
Je me suis toujours demandé ce que donnerait la comparaison Allemagne vs Alsace, j'ai une réponse.
Mais finalement, tu as raison, peu importe qui l'emporte, ce sont de très bons vins, peu importe la nationalité !

Marc Lotin
Il ne faut pas toujours tout s'autoriser...mais ne jamais rien s'interdire.
#213

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 691
  • Remerciements reçus 373

David Chapot a répondu au sujet : Re: Dönnhoff

Hyllos,
Ce que tu écris m'éclaire et je t'en remercie.
- Ta remarque sur la couleur est très juste. Mais je voulais dire qu'il faisait très clair pour un riesling allemand de 18 ans.
- Certains terroirs allemands de Moselle/Nahe sont plus froids, conduisent à des maturités plus tardives qu'en Alsace me semble-t-il; je n'aurais pas dit ça du Palatinat ou de Baden. Je me souviens d'une intervention d'Olivier Humbrecht sur cette différence entre les rieslings allemands et les siens sur un forum dans les années 2000-2004, je crois qu'il nous avait rappelé l'importance fondamentale de la température moyenne des lieux.
- Je sais que le terroir apporte certaines notes avec les mêmes pierres en surface : le citronné de la Brauneberger Juffer Sonnenuhr (et des nuances selon les parcelles), l'aspect crémeux de la Wehlener Sonnenuhr, les vins de Graach sont plus massifs... Et pourtant c'est de l'ardoise grise partout. Ceci dit, dans le Ürziger Würzgarten, c'est de l'ardoise rouge, ce n'est pas la même chose que l'ardoise grise.
Dans le cas qui nous concerne, les Schlossböckelheimer Kupfergrube et Felsenberg ont des cailloux en surface qui sont identiques mais c'est l'exposition, d'autres caractéristiques du sol qui jouent. Et la dégustation des 2 en parallèle ne laissait aucun doute sur lequel était le meilleur.
Bref, cette expérience sans prétention m'a rappelé que rieslings allemands (de Nahe) et alsaciens sont différents, par le climat certainement, la vinification peut-être aussi (dose de soufre), mais il va falloir creuser la part des deux et chercher des données chiffrées (et en discuter avec des personnes compétentes techniquement). Je comparerai de même 2 vins de grès pour discuter à nouveau de cette différence.
David.
#214

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 691
  • Remerciements reçus 373

David Chapot a répondu au sujet : Annonce Verticale Dönnhoff/Haag : 1990 -> 2013

Message publié avec l'accord de Thierry Debaisieux :

Bonjour,

Je vous contacte pour vous proposer une journée de dégustation à Ampuis le 13 juin 2015 autour des rieslings de 1990 à 2013 de 2 domaines majeurs en Allemagne et de renommée mondiale : le domaine Hermann Dönnhoff dans la région de la Nahe (entre la Moselle et le Rhin) et Fritz Haag dans la vallée de la Moselle.

Le matin, nous dégusterons des Grands Crus secs d'Helmut Dönnhoff, dont 4 millésimes d'Hermannshöhle qui a été désigné à plusieurs reprises "Vin allemand sec de l'année" par la revue Feinschmecker. Nous comparerons le 2010 à
une référence d'Alsace, le Clos Windsbuhl du domaine Zind-Humbrecht.

La fin de la matinée et l'après-midi seront consacrées à ce qui constitue pour moi la véritable spécificité des rieslings allemands, les vins fruités, demi-secs voire liquoreux. Ils sont caractérisés par un taux d'alcool très réduit (7-9%), une acidité marquée souvent réhaussée d'une trace de CO2 en vin jeune et un fruité que je qualifierais d'estival. Nous terminerons la dégustation par une Beerenauslese de Wilhem Haag, des Auslese des enchères ainsi qu'un vin de glace d'Helmut Dönnhoff (Eiswein) qui sont particulièrement rares/recherchés.

Comme d'habitude, je propose tous les vins au prix du dernier millésime payé à la propriété (ou au prix coûtant quand je les ai achetés en dehors des domaines).

Au final, pour 30 vins dégustés (ce qui peut sembler beaucoup mais n'oubliez pas que les vins fruités ont un taux d'alcool de 7-9% et je peux en supprimer lors de la dégustation si ça fait trop), le budget devrait avoisiner 110e/personne sur la base de 14 participants payants (dont moi bien sûr) + 10€ de droit de bouchon par personne pour l'endroit qui nous accueille.

Si vous êtes intéressé, merci de me contacter par message privé.

Cordialement,

David Chapot.
******************************************************************************
Programme de la dégustation "Les rieslings d'Helmut Dönnhoff et Wilhelm Haag"

Matin : Les Grands Crus Secs d'Helmut Dönnhoff
**********************************************

- Tonschiefer 2013 (vin d'entrée de gamme, sur terroir d'ardoise grise) : 12e
- Höllenpfad 2013 : 17e (certainement un futur grand cru, acquis récemment)
- Schlossböckelheimer Felsenberg 2007 et 2003 : 2x20e (le terroir du Felsenberg avant qu'il soit revendiqué grand cru en 2010)

- Grands Crus 2012 : Felsenberg, Dellchen et Hermmanshöhle : 32, 36 et 38e
- Grands Crus 2010 : Comparaison Hermannshöhle et Clos Windsbuhl 2010 de Zind-Humbrecht : (38 et 55)
- Dellchen/Hermannshöhle 2007 et Hermannshöhle 2003 (36e+38e + 45e - acheté récemment)

En guise d'apéritif, des Kabinett fruités et légers :
- Oberhäuser Leistenberg 2012, 2007 et 2002 d'Helmut Dönnhoff : 3x12e
- Brauneberger Juffer Sonnenuhr 2002 de Fritz Haag : 15e

Après-midi : Les vins fruités, moelleux et liquoreux de Moselle et de la Nahe *****************************************************************************

Spätlese :
- Brauneberger Juffer Sonnenuhr : 2002, 1997 et 1997 version enchères et 1990 : 18x3e + 35e
- Oberhäuser Brücke : 2007/1997 : 2x25e

Auslese :
- Oberhäuser Brücke : 2007-1998 : 2 x (2x25e/0,375L)
- Niederhäuser Hermmannshöhle : 2007-1998 : 2 x (2x25e/0,375L)
- Brauneberger Juffer Sonnenuhr Auslese Goldkapsel : 2002, 1995 et 1992 : 3 x 40e

Liquoreux :
- Brauneberger Juffer Sonnenuhr Beerenauslese 1994 : 140e
- Oberhaüser Brücke Auslese Enchères 2007
- Oberhaüser Brücke Eiswein 2000 : 2x(95e/0,375L) : 190e
#215

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1281
  • Remerciements reçus 194

GAET a répondu au sujet : CR: Dönnhoff Schlossböckeheimer Kupfergrube Spätlese 2004

CR: Dönnhoff Schlossböckeheimer Kupfergrube Spätlese 2004
Bue en accompagnement de pâtes fraîches avec du saumon à la crème et une pointe de noix de muscade

Oeil : Jaune doré brillante
Nez : premier sur le citron, puis le citron... Cela évolue vers la fraise, le caramel salé. En finale on revient vers le citron, les agrumes
En bouche : très grande digestibilité comme d'habitude avec une très belle persistance aromatique. On retrouve des arômes similaires en bouche.
Tout le monde a adoré, comme d'habitude !

Excellent
#216

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1870
  • Remerciements reçus 0

stephvocel a répondu au sujet : CR: Hermannshöhle Grosses Gewächs 2010 Dönnhoff

CR: Hermannshöhle Grosses Gewächs 2010 Dönnhoff

La robe est sur le fameux or pâle à reflets verts, le nez part sur la pèche blanche et la poire, déroutant pour ceux comme moi qui sont habitués aux arômes "pétrolés" de certains riesling alsaciens.
La bouche est grasse et traçante, superbe d'équilibre.
Avec un peu de respiration, le nez perd son côté fruité pour aller vers des odeurs de craie et un côté "pierres mouillées", le vin gagne en amplitude et fini sur de subtils arômes salins.

Un vin qui fait preuve d'une belle vivacité, qui évolue rapidement et positivement en cours de dégustation et dont chaque verre est meilleur que le précédent.
Un très beau vin avec un bel avenir, qui devrait ravir ceux qui aiment le travail de François Cotat tant les cuvées semblent jumelles.

A noter que le vin m'a semblé peu soufré, les précédents riesling Allemands en dégustation ayant eu une fameuse tendance à me monter un crâne, il n'en fut rien dans ce cas ci.

Merci à son généreux donateur.

Stéphane
#217

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1281
  • Remerciements reçus 194

GAET a répondu au sujet : CR: Dönnhoff Niederhäuser Hermannshöhle - Riesling - Spätlese - 2004

CR: Dönnhoff Niederhäuser Hermannshöhle - Riesling - Spätlese - 2004

En accompagnement d'une queue lotte au beurre blanc.
Bouchon : pas de problème
La robe est magnifique, or, scintillante, brillante
Le Nez sur un pétrole très fin, le citron, les agrumes. Puis on évolue sur la vanille, la menthe fraîche. Très grande richesse olfactive.
En bouche : on retrouve les agrumes, grande finesse, délicatesse, longueur, très bel équilibre, minérale, très grande digestibilité. Très bel équilibre sucre/acidité.
Excellent comme d'habitude

J+2 Bu pour lui-même
Nez sur la pomme, le miel d'acacia. On demande qu'à humer cette farandole de senteur
En bouche : l'acidité est plus tranchante, quelle harmonie. Que c'est bon ! Quelle buvabilité.
.

Gaëtan
#218

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 976
  • Remerciements reçus 155

mauss.th a répondu au sujet : Re: Dönnhoff

Bravo Gaet ;)
#219

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 716
  • Remerciements reçus 5

psykopat a répondu au sujet : CR:Dönnhoff Felsenberg Riesling Großes Gewächs 2011

CR:Dönnhoff Felsenberg Riesling Großes Gewächs 2011
Une robe paille, un peu de perlant pour ouvrir le nez, puis d'élégantes notes de pamplemousse, de verveine, de fleurs blanches, d'agrumes avec une touche minérale.
La bouche est construite autour d'une belle fraicheur, d'une matière légère mais intense, c'est tonique, agréable et doté d'une longue persistance, minérale et fruitée.
Un Riesling tout en élégance retenue. Très bien

CénoSillicaphobe approuvé
www.leverasoif.com
www.australian-rarit...
Ni Dieu ni maître, même buveur....
#220

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1281
  • Remerciements reçus 194

GAET a répondu au sujet : CR: Dönnhoff Schlossböckeheimer Kupfergrube Spätlese 2004

CR: Dönnhoff Schlossböckeheimer Kupfergrube Spätlese 2004

En accompagnement de cuisine asiatique
Je me retrouve en tout point dans mon CR de la dernière fois

Bouchon : pas de problème
La robe est magnifique, or, scintillante, brillante
Le Nez sur un pétrole très fin, le citron, les agrumes. Puis on évolue sur la crème de vanille, la menthe fraîche. Très grande richesse olfactive.
En bouche : on retrouve les agrumes, grande finesse, délicatesse, longueur, très bel équilibre, minérale, très grande digestibilité. Très bel équilibre sucre/acidité.
Excellent comme d'habitude
#221

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 65
  • Remerciements reçus 0

Franz1979 a répondu au sujet : Re: Dönnhoff

CR:
Visite au domaine aujourd'hui sous une chaleur écrasante avec un groupe d'amis. Accueil très sympathique et en toute simplicité. Dégustation conduite par la belle-fille de Helmut Dönnhoff.

Nous n'avons pas goûté toute la gamme, de nombreuses références étant déjà épuisées. Peu de notes prises, impressions sur le vif.

2014 Riesling trocken: sol volcanique, bouche ample et fruitée, mais cela reste sec (4-6 g de sucres résiduels).
Appelé aussi Gutsriesling en Allemagne, c'est le vin de base du domaine, lequel est composé de raisins issus de
différentes parcelles. Très bon rapport qualité/prix.

2014 Tonschiefer Riesling trocken: un peu plus minéral, mais un peu fluet au milieu à mon goût.

2014 Roxheimer Höllenpfad Riesling trocken: très belle longueur, amertume et minéralité. Excellent !
Höllenpfad signifiant "sentier vers l'enfer", il s'agit d'une parcelle pentue exposée plein sud.

2014 Felsenberg Felsentürmchen Riesling trocken Grosses Gewächs. Encore plus minéral que le précédent. Trop jeune en l'état.

2014 Riesling Qualitätswein feinherb: joli fruité, se boit comme un rien surtout par ce temps. Epuisé.

2014 Oberhäuser Leistenberg: encore plus sucré que le précédent (40g), 9° d'alcool. Très gouleyant. Epuisé.

2014 Niederhäuser Hermannshöhle Riesling Spätlese: excellent, 80g de sucres résiduels, potentiel de vieillissement de 30-40 ans.

Et un extra pour finir:

2003 Oberhäuser Brücke Riesling Auslese: nez incroyable de pomme au four et autres fruits mûrs, trés belle longueur. Top ! Malheureusement indisponible à la vente
au domaine, se trouve encore sur le marché parallèle.

Une première puisque je ne connaissais les vins de Dönnhoff que de nom. Expérience positive même si nous n'avons pas pu goûter à tout. Très grands vins !
Et à noter la simplicité et la gentillesse de Helmut Dönnhoff qui a même pris le temps de nous expliquer son système d'énergie solaire qui sert
à refroidir l'entrepôt.

Salutations d'Allemagne
#222

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 691
  • Remerciements reçus 373

David Chapot a répondu au sujet : CR: Felsenberg Felsentürmchen Grosses Gewächs 2012

Ouvert ce soir pour un apéro estival un Riesling Felsenberg Grosses Gewächs 2012 d'Helmut et Cornelius Dönnhoff :
Robe : reflets verts, claire, quelques bulles de CO2
Nez : nez de silex, fougère, mais ce sont les fruits jaunes bien mûrs qui prennent le dessus dans un premier temps; nez assez primaire/simple à l'ouverture, fruité/raisin blanc frais. Après montée en température, le caractère minéral reprend le dessus, joue, puis le nez se cale entre minéralité et fougère.
Bouche : mélange raffiné de densité tout en gardant un côté cristallin/aérien : l'alliance de la pureté de l'eau avec l'épaisseur de l'huile. On a l'impression d'une trace de sucre résiduel mais j'opte davantage pour la maturité du raisin (2012 était un millésime étonnant, très mûr mais sans une once de botrytis, jusqu'à l'Oberhäuser Brücke Auslese des enchères tout du moins). Lorsque l'on fait tourner le vin sur sa langue et lorsqu'on laisse le vin se poser dans le verre, la tension minérale (de type silex plus que saline) s'impose tranquillement.
Conclusion : Très bien - Excellent. Vin certes très jeune mais d'un superbe équilibre entre matière et caractère aérien, d'une très grande qualité, dont on ne se lasse jamais au cours de la soirée car il révèle toujours une nouvelle facette.
David Chapot.
#223

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 691
  • Remerciements reçus 373

David Chapot a répondu au sujet : CR: Dönnhoff Niederhäuser Hermannhöhle Auslese 2009

En cette soirée estivale qui marque le début de mes vacances, j'ai envie d'un vin pur, simple, sans artifice et j'ouvre tout naturellement cette Niederhäuser Hermannhöhle Auslese 2009 d'Helmut et Cornelius Dönnhoff :
Robe : paille presque or, dense mais claire.
Nez : nez profond, d'une grande amplitude, de fruits blancs, jaunes, une touche de pierre chaude, du miel ainsi que de botrytis. Le nez est concentré mais a besoin que la température du vin augmente pour s'exprimer.
Bouche : première bouche sur l'acidité et le botrytis, avec une impression de nerf qui sert d'introduction à une bouche plus ample, dans laquelle les fruits jaunes, le sucre et une certaine viscosité sont prédominants. Lorsque sa température augmente, le vin s'apaise, le mordant de l'attaque "s'étale dans le temps", s'estompe au début et donne du nerf à la finale. Le volume en bouche reste superbe, harmonieux.
Conclusion : Très bien-Excellent On redécouvre à chaque fois le sens du mot équilibre et pureté avec les vins d'Helmut. Le vin n'est pas le plus ceci, le plus cela, mais il est parfaitement harmonieux et équilibré. Une telle grâce n'a pas beaucoup d'équivalent dans mes références.
David Chapot.
#224

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 691
  • Remerciements reçus 373

David Chapot a répondu au sujet : Re: Dönnhoff

Soirée estivale avec 2 vins d'entrée de gamme de Dönnhoff en versions fruitée et "sec" issues du terroir d'ardoise grise de l'Oberhäuser Leistenberg dans le millésime 2012 :

1) Oberhäuser Leistenberg Kabinett 2012 (fruité) :
Robe : paille très pâle, quelques bulles de CO2.
Nez : nez de fruits blancs, assez retenu, quelques arômes de levure, une touche d'ardoise si on le sait.
Bouche : entrée en bouche minérale, sur l'ardoise. Le vin n'est jamais lourd/sucré, il garde toujours un petit côté piquant/acidulé, la petite opulence est vite équilibrée par la finale un peu sêche de l'ardoise.
Conclusion : Bien. Vin délicat, raffiné, dont Éric Texier m'avait dit qu'il se boit "par seaux"! Le sucre résiduel perçu me semble assez faible (15g/L) mais, lorsqu'on compare les degrés d'alcool des versions sec et fruité dont les richesses de moût sont proches a priori (3% soit 3x7g/L=21g/L 3x17g/L=51g/L), on se rend compte que le vin fruité doit plutôt être à 50-60g/L mais que l'acidité fait dire moins.

2) Riesling Tonschiefer 2012 (sec) :
Robe : paille très pâle, quelques bulles de CO2.
Nez : nez avant tout d'ardoise, un peu de levure, très retenu.
Bouche : l'entrée en bouche est immédiatement plus ample que le vin fruité du fait du plus fort taux d'alcool (12,5% vs 9,5%) mais immédiatement sêche/tannique de par le côté ardoise. Le sucre résiduel me semble faible mais non négligeable (moins de 5-10g/L) car le moelleux persiste toujours. Un vin posé, tracé par l'ardoise, sapide, de caractère.
Conclusion : Bien. Le vin fait le job pour accompagner un poisson d'eau douce (truite en l'occurrence). L'ardoise est marquée et donne une direction forte au vin.

David Chapot.
#225

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 971
  • Remerciements reçus 601

peterka a répondu au sujet : Re: Dönnhoff

Supputer ainsi le taux de SR me parait un peu "hasardeux", pourquoi ne pas demander les analyses au domaine ? En général, les producteurs allemands les donnent facilement.
Je n'ai pas compris ton calcul pour arriver à 30g/l, d'ailleurs...

Pierre
#226

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 691
  • Remerciements reçus 373

David Chapot a répondu au sujet : Re: Dönnhoff

Bonsoir,

Les chiffres avancés l'étaient sans prétention, juste par ressenti, pour essayer de comprendre "à l'aveugle" (sans les données sous les yeux)

L'idée était de dire que le sucre résiduel ne se sent pas dans le Leistenberg à cause de la forte acidité. Le 30g/L 50-60g/L que j'ai estimés par le calcul dans le 2012 (contre 15g/L ressenti) vient tout simplement des 3% d'alcool de différence qui font 21g/L 51g/L de sucre résiduel supplémentaire à richesse de moût supposée identique entre ces deux vins venant de la même parcelle et du même niveau de qualité (le Tonschiefer était revendiqué Kabinett trocken avant). Avec les 5-10g/L estimés pour le Tonschiefer + 21g/L 51g/L de sucre sous forme d'alcool, on arrive à une estimation de 31g/L 60g/L pour l'Oberhäuser Leistenberg Kabinett contre 15g/L ressentis (à la louche). Conclusion : le Kabinett fait moins sucré qu'il n'est en réalité.

Je n'ai pas les données pour le 2012 mais celles pour le 2014 sont les suivantes :
- Tonschiefer : 12% Alkohol, 8 Gramm Säure und 6 Gramm Restzucker
- Oberhäuser Leistenberg Kabinett : 9% Alkohol 10 Gramm Säure und fast 40 Gramm Restzucker
C'est en accord avec mon ressenti (sans prétention encore une fois, mais pour essayer de comprendre de manière simple) : la forte acidité (10g/L>6g/L) rend le sucre résiduel moins perceptible qu'il n'est en réalité.

J'espère que j'ai été plus clair, et je répète que c'est une réflexion à voix haute mais sans base d'analyse précise,

David Chapot.
#227

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 971
  • Remerciements reçus 601

peterka a répondu au sujet : Re: Dönnhoff

Merci pour les précisions, j'avais bien compris que tu mettais en avant ton ressenti.
Dans ton calcul, ne confonds tu pas le taux d'alcool potentiel exprimé en degrés Oe (effectivement 1% vol correspond à environ 7 degrés Oe) et la quantité de sucre (exprimée en gr/lit) nécessaire
pour obtenir 1% vol d'alcool en plus soit environ 17 gr ?
#228

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 691
  • Remerciements reçus 373

David Chapot a répondu au sujet : Re: Dönnhoff

Bonjour Peterka,
Tu as raison, j'ai confondu les chiffres...
Merci de ta perspicacité, je modifie mes posts initiaux en conséquence.
Bonne journée,
David.
#229

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 691
  • Remerciements reçus 373

David Chapot a répondu au sujet : CR: Dönnhoff Dellchen Grosses Gewächs 2008

Ouvert ce soir à l'apéro un Dellchen Grosses Gewächs 2008 de Dönnhoff (non, je ne bois pas que ça) :
Robe : paille, or clair; pas de bulles de CO2 visibles.
Nez : nez de pêche jaune, d'abricot, et une note d'ardoise; arômes mûrs qui donnent l'impression que le vin contiendra un peu de sucre résiduel.
Bouche : bouche fraîche au début mais ample, avec de la matière; la bouche est longue, presque moëlleuse tout en restant sêche et svelte de par l'acidité. Finale sur l'ardoise qui donne de l'éclat au vin.
Conclusion : Excellent. Vin raffiné, possédant de la densité et de la longueur sans lourdeur, harmonieux tout simplement.
David Chapot.
#230

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 971
  • Remerciements reçus 601

peterka a répondu au sujet : CR: Dönnhoff Dellchen Grosses Gewächs 2008

Bonjour David

Le domaine m'avait communiqué en son temps les données techniques de ce vin.
Pour info :
Acidité : 8,1 gr/l
SR : 8,2 gr/l
SO2 libre : 52 mg/l
SO2 total : 126 mg/l

Voici les commentaires de la dégustation horizontale "riesling 2008" réalisée en 2011 (c'est la synthèse du groupe)
"Bouquet très réservé mais de grande élégance et à la complexité naissante. On décèle des agrumes (citron, pamplemousse rose), de la pêche de vigne, des notes de fruit rouge (fraise), une touche florale et de tabac blond.
Minéralité discrètement omniprésente et surmaturité soigneusement évitée contribuent à rendre le profil de bouche cristallin comme de l’eau de roche, d’une architecture linéaire dessinée à la pointe sèche. C’est retenu, juteux et concentré. Finale dense et longue.
Vin tout en subtilité et demi-teinte au grand potentiel et d’une noblesse de style évidente."

Je vois qu'il tient toutes ses promesses.

Pierre
#231

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1281
  • Remerciements reçus 194

GAET a répondu au sujet : Re: Dönnhoff Oberhauser Leistenberg Kabinett 2012

Bonsoir,

Sauf erreur ou omission de ma part les S.R sont de 25g sur cette cuvée.

Cordialement
Gaëtan
#232

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 691
  • Remerciements reçus 373

David Chapot a répondu au sujet : Re: Dönnhoff

Bonsoir,

- Gaëtan : c'est fort possible pour le 2012, je n'ai fait qu'une recherche sur le millésime 2014 pour avoir un ordre de grandeur des teneurs en sucre résiduel. Fainéantise de ma part.

- Pierre, je suis impressionné par l'acuité de vos notes de dégustation; la fraise, le tabac blond, alors qu'à 3 ans les vins sont assez tourmentés dans leur expression aromatique il me semble, sont des référentiels auxquels je ne pense tout simplement pas. L'image de l'eau de roche, le côté cristallin et ciselé je rajoute conviennent évidemment très bien pour décrire ce vin. Je pourrais effectivement demander les données techniques au domaine (où je me rends d'ailleurs cette semaine) mais ce ne sont généralement des considérations que je n'ai qu'a posteriori car lorsqu'on voit une personne qu'on connait depuis 20 ans seulement 2-3h/an, on a d'autres sujets de discussion plus importants.

Je reprends la dégustation du vin à l'aune de vos commentaires. Le premier nez rappelle l'écorce de pamplemousse rose effectivement (avec le côté amer, que l'on associe aussi à l'ardoise), mais actuellement, c'est bien le chewing-gum à la pêche/l'abricot, des fruits jaunes mûrs mais pas surmûrs qui dominent, bien tempérés par la minéralité de type ardoise cependant qui lui confère de la race. Le terme d'architecture linéaire dessinée à la pointe sêche est particulièrement pertinent, ainsi que les qualificatifs retenu, juteux et concentré.

En résumé, les Grosses Gewächse de Cornelius et Helmut sont de grands vins secs, discrets, qui ne payent pas forcément de mine, mais longs, profonds, raffinés, délicats, qui ont des choses à dire; comme Helmut en quelque sorte (je connais moins Cornelius qui a réalisé ce vin). Pour comparer avec la bourgogne, le Dellchen est peut-être le Chevalier-Montrachet La Cabotte de la gamme, le Felsenberg le Meursault-Perrières et l'Hermannshöhle le Montrachet?

David Chapot (qui va bientôt retourner à ses syrah)
#233

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 691
  • Remerciements reçus 373

David Chapot a répondu au sujet : Re: Dönnhoff

Ce soir, je bois ce qui est peut-être ma dernière demi-bouteille du Niederhäuser Hermmanshöhle Auslese 1997 d'Helmut Dönnhoff :
Robe : jaune paille soutenu, encore jeune.
Nez : c'est le citron confit qui domaine, kumkat, ainsi qu'une petite touche de crème; des odeurs florales/sucrées/terpéniques aussi.
Bouche : entrée en matière plutôt sucrée même si elle est relevée par les arômes de citron confit, assez simple; le vin possède de l'ampleur mais l'aromatique reste simple, étonnante pour moi (car je n'avais pas le souvenir de notes de citron confit autant marquées) ais pas évoluée du tout.
Conclusion : Bien/Très bien seulement si j'ose dire (je suis trop exigeant). Un vin parfaitement équilibré mais à l'aromatique/la structure assez simple/lisible (ce qui surprend pour un vin de la maison).
David Chapot.
#234

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1281
  • Remerciements reçus 194

GAET a répondu au sujet : CR: Dönnhoff Niederhäuser Hermannshöhle - Riesling - Spätlese - 2004

CR: Dönnhoff Niederhäuser Hermannshöhle - Riesling - Spätlese - 2004
En accompagnement d'un rôti de lotte et son beurre blanc

Robe : Jaune dorée brillante
Nez : En premier sur le citron, puis le citron avec de fines notes de pétrole... Cela évolue vers la fraise, le caramel salé. Puis on revient vers le citron, les agrumes et cela continue à évoluer. Le nez est vraiment envoûtant
En bouche : On a très grande digestibilité comme d'habitude avec une grande persistance aromatique. Les arômes en bouche sont similaires à ceux du nez..
Un verre en appelle un autre !

EXCELLENT
#235

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3276
  • Remerciements reçus 251

iceteayer a répondu au sujet : CR:Dönnhoff, Oberhäuser Leistenberg, Kabinett 2014

Dönnhoff, Oberhäuser Leistenberg, Kabinett 2014

Robe pâle.
Nez assez simple sur les agrumes, le citron jaune surtout, un peu de pétrole.
La bouche est légèrement perlante en attaque (mais ça disparait avec l'air), pour donner une matière gourmande, avec des SR bien équilibrés.
Matière douce, légère avec une finale correcte.

Un bon vin, surtout pour le prix, même si ça manque un peu de personnalité.

julien
#236

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 976
  • Remerciements reçus 155

mauss.th a répondu au sujet : Re: Dönnhoff

Pour avoir de la personnalité, il vaut mieux attendre ce vin un moment.

C'est tellement jeune que c'est beaucoup lui demander.
#237

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 120
  • Remerciements reçus 0

ciclista a répondu au sujet : Re: Dönnhoff

Boh, peut etre qu'il se commence a ferme'. Mais quand je l'ai goute, l'anne' derriere ete' la meilleure version de Leistenberg dans ma mémoire: parfait Kabinett ... Fruit riche et nez trez expressif, raisin, ananas, fraise. Bouche incroyablement juteux, savoureux et cohérente. Persistence vraiment important. Chapeau!
#238

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1281
  • Remerciements reçus 194

GAET a répondu au sujet : CR: Dönnhoff Norheimer Kirschheck Riesling Spätlese 2010

CR: Dönnhoff Norheimer Kirschheck Riesling Spätlese 2010

Donnhoff c'est toujours aussi bon. La bouteille se vide à vitesse grand V, un verre en appelle un autre !

Robe : verte/dorée, brillante
Nez : 1er sur les agrumes, citron jaune/vert. Puis cela évolue vers les fleurs, l'ananas
En bouche : C'est fluide, extrêmement digeste, mais avec une belle longueur. On reste sur les agrumes C'est un très beau vin en devenir.
Très bien
Tous les convives ont apprécié cette découverte

A J+3 c'est encore mieux sur les fruits blancs, l'aubépine. C'est une gourmandise !
#239

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 691
  • Remerciements reçus 373

David Chapot a répondu au sujet : CR: Öberhäuser Brücke Auslese #21 1998 Dönnhoff (vin des enchères)

Bu aujourd'hui un Oberhäuser Brücke Auslese #21 1998 Dönnhoff (vin des enchères)
Robe : Viel or, reflets bronze, concentrée
Nez : abricot roti, très botrytisé, miellé, écroces d'agrumes (orange), superbe, es nuances plus mentholées.
Bouche : très grande richesse en bouche (nettement plus que le Guiraud 1986 qui suivra), mais une fraîcheur magnifique qui évoque le citron, une sorte de liqueur d'orange/d'abricot citronnée. Longueur interminable (10s), mais le vin reste léger malgré son immense richesse.
Conclusion
: Excellent+ Un riesling aussi concentré, mais aussi grâcieux et délicat, aussi frais, nettement plus que ce que la robe laissait supposer, est remarquable. En pleine forme à 18 ans, en 1/2 bouteille, le potentiel de ce vin était absolument remarquable à la naissance. Je n'ose imaginer ce que doivent donner les 3 Eisweine que ce millésime a permis de faire...
David Chapot.
#240

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezVougeotjean-luc javauxCédric42120starbuck