Nous avons 630 invités et 12 inscrits en ligne

Condrieu vu par Invinoveritas

  • Messages : 21539
  • Remerciements reçus 51

Thierry Debaisieux a créé le sujet : Condrieu vu par Invinoveritas

Je viens de découvrir dans le forum "dégustation" le commentaire de la dernière dégustation de Invinoveritas.

Je coppie ici les notes intéressantes sur les Condrieu:
tout le monde ne regarde pas chaque forum:

" Autres vins dégustés :
 Série de vins de l'appellation Condrieu :
9. Condrieu - Domaine Georges Vernay "Coteaux de Vernon" 1999 :
DS13,5 – PP12,5 – PC13 – LG13. Note moyenne : 13 - Prix : 45 €
- Robe brillante, peu intense.
- Nez exhalant des notes d'abricot, de pêche, de guimauve, avec une pointe végétale.
- Bouche dénuée de sucre, proposant des notes doucereuses de guimauve, de fruits blancs et jaunes, de fraise des bois associées à  de la réglisse. Elle reste toutefois simple, assez courte et défaillante en acidité. On pense à  un viognier du Languedoc/Roussillon.

10. Condrieu - Domaine Georges Vernay "Coteaux de Vernon" 1991 en 37,5 cl :
DS10 – PP10 – PC10 – LG10. Note moyenne : 10 - Prix : 40 €
- Robe possédant un supplément d'intensité colorante.
- Nez liégeux, désagréable, à  la limite du défaut.
- Bouche usée, délétère, sans structure. Le vin a-t-il été bon quelques années auparavant ?

11. Condrieu - Villard "Quintessence" 1999 en 50 cl
DS14,5 – PP14 – PC14 – LG13,5. Note moyenne : 14 - Prix : 40 €
- Belle robe brillante et dorée.
- Nez plutôt intense conjuguant des notes d'agrumes (en particulier cédrat), de coing, de mangue, d'abricot, de pamplemousse.
- Bouche aromatiquement simple (goûts rappelant le calisson), manquant de nervosité. On peut penser à  Gaillac ou encore à  l'Anjou.

12. Condrieu - Cuilleron "Les Ayguets" 1999 en 50 cl :
DS14 – PP14 – PC13,5 – LG14. Note moyenne : 14 - Prix : 40 €
- Robe avenante, intense, cuivrée (reflets verts).
- Nez gourmand et complexe délivrant des notes de poire, de lychee, de rose, de safran, de coing, de fruits exotiques et de caramel.
- Bouche à  l'avenant, avec de belles notes fraîches d'orange et une finale sur la peau de pamplemousse. Là  aussi on hésite entre Gaillac et l'Alsace (pinot gris, voire gewurztraminer). Liqueur correcte donc, même si le vin bénéficierait grandement d'un supplément d'acidité.

13. Condrieu - Cuilleron "Essence d'Automne" 1999 en 37,5 cl :
DS15 – PP16 – PC16 – LG16. Note moyenne : 16 - Prix : 40 €
- Robe intense, cuivrée, brillante.
- Nez marquée par le coing, l'orange confite, le chocolat, le raisin sec, le citron vert.
- En bouche, on est séduit par une liqueur persistante, équilibrée, particulièrement friande. On a su ici tirer le meilleur parti de la défaillance chronique en acidité du cépage, par un passerillage talentueux. De loin le vin le plus convaincant de la série."

Merci pour cette information.
Thierry
#1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 21539
  • Remerciements reçus 51

Thierry Debaisieux a répondu au sujet : Re: Condrieu vu par Invinoveritas

J'ai lu et relu le commentaire sur Essence d'Automne 99.
Tout-à -fait d'accord, mais le 2000 me semble plus équilibré, étant à  mon avis doté d'un peu plus d'acidité...
J'ai découvert le 2000 avant le 1999, j'ai donc trouvé ce dernier un peu "mou", si on peut dire et trouver un défaut à  une si belle bouteille...

Parmi les amis qui ont découvert ces mêmes bouteilles avec moi, certains indiquaient une préférence pour les Ayguets 99, plus "frais", plus "vifs".
Ils trouvaient l'Essence " un peu trop ... concentré, puissant..."

Encore merci pour l'ensemble des notes,
Thierry
#2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 21539
  • Remerciements reçus 51

Thierry Debaisieux a répondu au sujet : Re: Condrieu vu par Invinoveritas

Auteur: DidierT (192.233.20.85)
Date: 06-08-2003 23:40

Je suis surpris par les notes de dégustations du Coteau de Vernon 99 que j'ai dégusté il n'y a pas si longtemps. Mon impression est très loin de celle rapportée ici, notamment j'ai le souvenir d'une grande longueur et équilibre en bouche. La bouteille avait été carafée mais je ne pense pas que cela est une telle influence.
Cette bouteille avait aussi été ouverte lors des rencontres Flammandes et avait confirmée mon impression initiale. Le groupe était d'ailleurs d'accord sur le haut niveau de cette bouteille (Voir notes).

Comme quoi, il peut y avoir de grande différence soit d'appréciation ou de bouteille

Didier
#3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 21539
  • Remerciements reçus 51

Thierry Debaisieux a répondu au sujet : Re: Condrieu vu par Invinoveritas

j'ai copié ici la note de Didier déposée dans "Dégustation".

Je pense comme lui...

Mais je me suis surtout fixé sur les commentaires des liquoreux: pour une fois que j'ai le plaisir d'en lire!

Cordialement,
Thierry
#4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: Condrieu vu par Invinoveritas

Quelques notes complémentaires, avec en particulier les condrieu secs et liquoreux :

 Georges Vernay (11 vins)
Domaine de taille moyenne. L'accueil, assuré principalement par le mari de Christine Vernay, est particulièrement convivial, enjoué et détendu. On découvre certainement ici l'un des tous meilleurs producteurs sur l'appellation Condrieu, en dépit de la réserve générale que nous adressons à  ce type de vin en conclusion. Ceux-ci sont exclusivement vinifiés en sec. Ils se révèlent puissants et fins, longs et équilibrés. Les rouges ne sont pas en reste, concentrés, purs et fruités (mention spéciale pour la cuvée "maison rouge" en Côte-Rôtie). Ils manquent tout de même encore de race et d'élan pour passer dans la catégorie "grand vin".

 Vins dégustés :
 VDP des collines rhodaniennes viognier 99. Notes : DS13,5 – PC14 – LG13,5 – PP13,5. Moyenne : 13,5.
Robe plutôt pâle. Nez exprimant l'abricot, la guimauve, avec des notes végétales. Bouche équilibrée, fruitée mais simple.

 CONDRIEU "Terrasses de l'empire" 99. Notes : DS14 – PC14 – LG14 – PP14. Moyenne : 14.
Robe pâle. Nez moyennement intense, floral (violette) et fruité. Bouche équilibrée, reprenant à  son compte ces arômes.

 CONDRIEU "Chaillées de l'enfer" 98. Notes : DS14,5 – PC?? (Bouchon ?) – LG15,5 – PP15. Moyenne : 15.
Nez subtil, fin, avec ses notes de fruits blancs et exotiques, de melon. Bouche ample et persistante. Boisé intégré. Une bonne acidité soutient ce vin épicé (gingembre).

 CONDRIEU "Coteaux de Vernon" 98. Notes : DS15,5 – PC15,5 – LG15 – PP15. Moyenne : 15/15,5.
Nez intense : guimauve, fruits, épices. La bouche n'est pas en reste, assez complexe, avec peut-être un peu plus de rondeur que la précédente.

 CONDRIEU "Chaillées de l'enfer" 1999 (Fût assemblé) . Notes : DS14,5 – PC15 – LG14,5/15 – PP15. Moyenne : 14,5/15.
Le nez exprime du fruit, da la guimauve, de la réglisse. Bouche pour le moment moins expressive que celle du 98. Proche tout de même, dotée d'une bonne acidité.

 CONDRIEU "Coteaux de Vernon" 99 (Fût assemblé) . Notes : DS15 – PC14,5/15 – LG14,5/15 – PP15. Moyenne : 14,5/15.
Ici aussi, le nez exprime du fruit, da la guimauve, de la réglisse. Bouche complète, mûre, plus en rondeur. Le vin, plus récent, est aussi sans surprise réelle plus muet que celui du 98.

 SAIN-JOSEPH 99. Notes : DS14 – PC14,5 – LG14 – PP14,5. Moyenne : 14/14,5.
Joli nez développant des notes de fruits mûrs, d'épices, de réglisse, de violette. Bouche nette, fraîche, plutôt flatteuse.

 Cà”TE-Rà”TIE "maison rouge" 97. Notes : DS15/15,5 – PC14 – LG14,5 – PP15,5. Moyenne : 15.
Pas de viognier dans cette cuvée. Bouche fine et fraîche, un peu fermée. Des notes de violette et de réglisse.

 Cà”TE-Rà”TIE 99 (sur fût). Notes : DS15,5/16 – PC15 – LG15/16 – PP15,5. Moyenne : 15,5.
Environ 10% de viognier dans cette cuvée générique. Nez exprimant les fruits mûrs, le pruneau. Belle bouche ample et équilibrée, de bonne longueur.

 Cà”TE-Rà”TIE "maison rouge" 98. Notes : DS15,5/16 – PC15 – LG15,5/16 – PP16. Moyenne : 15,5/16.
Nez exprimant l'élevage en fût neuf. La bouche est équilibrée et assez longue. On n'y sent pas la relative dureté du millésime.

 CONDRIEU "Coteaux de Vernon" 91. Notes : DS15 – PC15 – LG15,5 – PP15. Moyenne : 15.
Un Condrieu d'âge vénérable, pour essayer de se faire une idée sur la capacité à  vieillir des vins de cette appellation. Robe engageante : soutenue, brillante, vieil or. Sans surprise, le nez est évolué, avec de belles notes de miel, de pain d'épices, d'anis et de menthol. Il n'est pour autant pas exempt de fraîcheur, des notes complémentaires de poire fraîche, de fruits exotiques lui conférant encore de la jeunesse. La bouche exprime le miel, la nougatine. Elle paraît peu alcoolisée. Pas spectaculaire, mais intéressant.

*****************************

 François Villard (11 vins)
Petit domaine récent. Accueil volubile, simple et particulièrement technique par ce passionné de vins. On ne s'étonne pas de son amitié et de sa collaboration effective avec Yves Cuilleron. Comme chez ce dernier, les rouges, particulièrement extraits, nous ont parus difficiles à  juger en raison d'une certaine violence tannique entraînant un manque de fraîcheur évident. Mais le fruit est présent et l'on peut espérer que cette férocité des tannins (en ce sens qu'ils nous font littéralement grimacer) s'estompera avec le temps, se révélant plus un gage de longévité qu'un signe d'austérité durable. Ici aussi, les blancs semblent plus policés : vins d'appellation Condrieu de belle facture, tant en sec qu'en moelleux. A noter également une recherche intéressante en vins rosés et liquoreux impliquant un cépage rouge (syrah). F. Villard mène une activité de négoce en collaboration avec Gaillard et Cuilleron (cuvée Sotanum, notamment).

 Vins dégustés :
 SAINT-JOSEPH blanc "Mairlant" 1999. Notes : DS13,5 – PC14 – LG14 – PP14,5. Moyenne : 14.
50% marsanne, 50% roussanne. Nez sur le fruit (fruits blancs, citron, abricot) et la guimauve. Bouche un peu austère, légèrement amère. Belle matière, équilibrée.

 CONDRIEU "Terrasses du Palat" 1999. Notes : DS14,5 – PC14,5 – LG14,5 – PP14. Moyenne : 14,5.
Nez exprimant les fruits blancs ainsi que la guimauve. Bouche austère, bonne acidité. Finale un peu chaude.

 CONDRIEU "Le grand vallon" 1999. Notes : DS13,5 – PC14 – LG14 – PP14,5. Moyenne : 14.
Nez similaire au précédent. La bouche semble (encore ?) peu généreuse dans son expression fruitée. Bonne vivacité, en revanche.

 CONDRIEU "Deponcins" 1999. Notes : DS14,5 – PC15,5 – LG14,5/15 – PP15,5. Moyenne : 15.
Ce vin semble caractérisé par un caractère plus massif. Il est minéral et séveux, épicé. On peut lui reprocher un petit manque de typicité (on pense ainsi au chardonnay).

 VDP des collines rhodaniennes "rosé de reflet" 96. Notes : DS13 – PC13 – LG13,5 – PP13. Moyenne : 13.
Nez non dénué d'intérêt pour ce "vieux" rosé de saignée. Un nez intense exprimant le bourgeon de cassis, la rose, la framboise, les fruits exotiques (lytchee, mangoustan). Une pointe animale. La bouche, sur le déclin, est surprenante, dans l'expression de ces notes baroques.

 SAINT-JOSEPH "reflet" 98. Notes : DS14 – PC13,5 – LG14,5/15 – PP14,5. Moyenne : 14.
Nez exprimant des notes de Cà”TE-Rà”TIE : réglisse, fleurs (rose, violette). Des notes légèrement brûlées. Belle minéralité. En bouche, des notes de café pour une finale réglissée. Le vin reflète un élevage en bois volontaire. Il est corpulent, compact, austère, fermé.

 Cà”TE-Rà”TIE "Brocarde" 98. Notes : DS14,5 – PC14,5 – LG15 – PP14,5. Moyenne : 14,5.
Nez boisé. La bouche ressemble à  celle du vin précédent : austère, fermée, encore relativement muette.

 SAINT-JOSEPH "reflet" 99 (fût). Notes : DS14,5 – PC14 – LG15 – PP15. Moyenne : 14,5 .
Le vin est servi un peu trop chaud et dégage des notes d'alcool un peu agressives. Difficile à  goûter, le vin semble posséder le caractère généreux et soyeux du millésime.

 Cà”TE-Rà”TIE "Brocarde" 99 (fût neuf). Notes : DS15 – PC15 – LG15,5 – PP15. Moyenne : 15.
10% de viognier dans cette cuvée. Nez boisé. La bouche possède une structure tannique impressionnante, un peu violente. Le vin, viril et possédant des notes plus méridionales, paraît peu typé "Cà”TE-Rà”TIE". Son évolution dans le temps sera intéressante à  suivre, en particulier l'assagissement des tannins.

 Vin moelleux "Après tout". Notes : DS15 – PC16 – LG15,5 – PP16. Moyenne : 15,5.
Assemblage marsanne, viognier, syrah. On note la présence rare d'un cépage rouge dans l'élaboration de ce vin moelleux. Robe orangée, peu intense. Nez assez simple et peu intense exprimant l'abricot, la nèfle, le safran. La bouche donne un légère impression tannique. Des notes de vin passerillé (raisin sec, figue, …). On peut lui reprocher une relative mollesse. Un vin atypique, assez réussi, toutefois.

 CONDRIEU "quintessence" 99 (fût). Notes : DS15 – PC15 – LG14,5 – PP15,5. Moyenne : 15.
110 g de sucre résiduel dans cette cuvée. Nez muet. La bouche, mieux équilibré par l'acidité n'est pour autant pas vraiment convaincante, à  cause de son manque d'expression (pour le moment ?). Elle manque singulièrement de conversation.

*************************
 Yves Cuilleron (16 vins)
Domaine assez important. L'accueil que nous réserve Yves Cuilleron est précis, modeste et particulièrement riche d'informations techniques. Les rouges, très extraits, ne nous convainquent pas en raison de leurs tannins agressifs (ce défaut s'estompera-t-il avec le temps ?). Ils sont ainsi difficiles à  juger : le fruit est bel et bien présent mais ils manquent de fraîcheur désaltérante. En blanc, les vins sont plus frais, plus assagis, moins déroutants : de beaux vins d'appellation Condrieu, en sec et en moelleux. Activité de négoce développée en collaboration avec Gaillard et Villard (cuvée Sotanum, notamment, analysée plus haut).

 Vins dégustés :
 SAINT-JOSEPH blanc "Le Lombard" (100% Marsanne) 1999. Notes : DS14 – PC14 – LG13,5 – PP14. Moyenne : 14.
Robe dorée limpide. Nez riche, épicé (cannelle, curry, gingembre), cire et fruits confits. Gras et riche en bouche, saveur de poire beurrée, personnalité affirmée.

 SAINT-JOSEPH blanc (100% Roussanne) 1999. Notes : DS13,5 – PC13,5 – LG14,5 – PP14,5. Moyenne : 14.
Doré plus intense. Nez très mûr, expressif, un peu lourd : banane, caramel, pêche au sirop, épices. Bouche grasse, sapide et structurée.

 CONDRIEU "La Petite Côte" 1999. Notes : DS13,5 – PC13,5 – LG14 – PP14,5. Moyenne : 14.
Pâle, très aromatique (guimauve, abricot), avec une pointe de grillé. Bouche sympathique, fruitée, d'expression plutôt simple et indolente, avec heureusement une touche de minéralité en finale.

 CONDRIEU "Les Chaillets" 1999. Notes : DS14,5 – PC14,5/15 – LG15,5 – PP15. Moyenne : 15.
Doré pâle, reflets verts. Nez puissant, assez racé, notes complexes de miel épicé sur un fond de guimauve, boisé lactique bien intégré. Matière dense et minérale bien équilibrée par l'acidité, finale très propre.

 CONDRIEU "les Ayguets" 1999 (100 g de sucre résiduel) . Notes : DS15,5 – PC16/15,5 – LG15 – PP15,5. Moyenne : 15,5.
Robe très dorée, presque cuivrée. Nez intense, bien défini, nèfle épicée de curry et de safran. Importante liqueur qui tapisse le palais, saveurs puissantes de nèfle, de coing épicé, un vin au panache assez décadent, équilibré jusqu'à  la finale un peu mollassonne.

 CONDRIEU "Essence d'Automne" 1999 (sur fût, 300 g de sucre résiduel) . Notes : DS15,5 – PC17 – LG16 – PP16,5. Moyenne : 16.
Aspect visqueux, trouble, couleur abricot. Nez d'une grande puissance mais très incisif et pur : nèfle, abricot sec, curry, safran. Matière onctueuse, comme un Pedro Ximenez blanc, presque écrasante de liqueur mais qui parvient à  garder équilibre et pureté aromatique, vin hors norme.

 SAINT-JOSEPH 1999 (échantillons sur fût, non assemblés). Estimation de la note finale : 13,5/14.
 Les Vessettes (jeunes vignes) : Notes : DS13 – PC14 – LG13. Moyenne : 13,5.
 Robe très intense, presque noire, comme les suivantes. Nez concentré, réglissé, fruit de mûre, matière puissante mais droite, le fruit parait presque surmûr.
 La Ribaudie (jeunes vignes) : Notes : DS13 – PC14,5 – LG13,5. Moyenne : 13,5 .
 Nez moins fruité mais davantage typé (violette, minéral, animal), matière très structurée avec un fort goût de terroir.
 Serrières : Notes : DS13,5 – PC14 – LG14,5. Moyenne : 14.
 Beaucoup de fruit au nez, avec de la violette, plein en bouche, structuré, poivré.
 Le Pêcher (éraflé) : Notes : DS13,5 – PC14 – LG14. Moyenne : 14.
 Nez concentré mais fermé, notes de viandox et d'herbes sèches, grand fruité de cassis et tannins féroces en bouche.
 Le Pêcher (non éraflé) : Notes : DS13,5 – PC13,5 – LG13,5. Moyenne : 13,5.
 Nez plus floral et délié, sur la violette, matière un peu plus lâche, avec des tannins saillants.

 SAINT-JOSEPH "Les Sérines" 1999 (échantillons sur fût neuf). Notes : DS14,5/15 – PC14 – LG14,5 – PP15. Moyenne : 14,5.
Beau fruit concentré au nez, notes épicées, boisé bien intégré. On note du volume en bouche, beaucoup de fruit et des tannins très présents.

 Cà”TE-Rà”TIE 1999 (échantillons sur fût, non assemblés) . Estimation de la note finale : 15/15,5.
 Bassenon (jeunes vignes) : Notes : DS15/15,5 – PC14/14,5 – LG15,5 – PP15,5. Moyenne : 15.
 Nez intense et racé, beaucoup de fruit mais aussi des notes florales et minérales, matière dense et structurée.
 Vieillères : Notes : DS15,5/16 – PC15,5/16 – LG15 - PP16. Moyenne : 15;5.
 Lard fumé et cassis au nez, puissant, minéral et distingué, matière dense, stricte mais pleine, beaucoup de fruit et de structure tannique.
Tous ces rouges paraissent très extraits, denses, prometteurs mais bruts, pour ne pas dire brutaux.

 SAINT-JOSEPH "Les Serines" 1998. Notes : DS15/15,5 – PC15 – LG14,5/15 – PP15,5. Moyenne : 15.
Robe dense très colorée. Nez sur le fruit, puissant, non sans finesse, avec une animalité naissante. Grosse structure en bouche, tannins rocailleux mais très beau fruit.

 Cà”TE-Rà”TIE "Coteau de Bassenon" 1998. Notes : DS15/15,5 – PC15 – LG14,5/15 – PP15,5. Moyenne : 15.
Couleur très sombre. Nez puissant, vindicatif même, très minéral, épicé, avec une forte animalité (tripes de poulet). On devine une matière dense et pleine dans ce corps assez revêche en l'état.

*************************************
 Maison Guigal (9 vins)
Cette très célèbre maison travaille à  la fois en négoce et en propriétaire (12 ha en Côte-Rôtie pour 2 ha de Condrieu). En tout, près de 4 millions de bouteilles (dont à  peu près 2 millions de bouteilles de Côtes-du-Rhône) sont produites chaque année. On visite en conséquence un hall d'expédition robotisé, la rationalisation de la salle d'expédition côtoyant la tradition du chai.
Accueil convivial, par l'un des responsables du domaine, mais décevant car impersonnel et manquant de conviction (on nous propose curieusement de déguster des bouteilles déjà  entamées, qui semblent être restées sur la table depuis la dernière visite).
Il nous est tout de même permis de goûter la Turque 1998, en fin d'élevage sur fût. Les vins sont de qualité inégale, en fonction de leur origine (négoce, propriété et terroirs respectifs) et de l'exigence qualitative dont leur élaboration fait l'objet. Même si le château d'Ampuis et La Doriane ne déméritent pas, il est à  ce titre assez logique que seule la cuvée "La Turque", élevée en bois neuf ("La Mouline" et "La Landonne", les 2 autres cuvées vedettes du domaine, ne nous sont pas dévoilées), nous convainque réellement de son appartenance à  la catégorie "grand vin".

 Vins dégustés :
 CONDRIEU 99. Notes : DS13,5 – PC13,5 – LG13 – PP13 Moyenne : 13,25.
Nez évoquant la pêche, l'abricot. La bouche est relativement simple, très légèrement amère.

 CONDRIEU La Doriane 96. Notes : DS14,5/15 – PC14,5 – LG15/15,5- PP15. Moyenne : 15.
Nez plus marqué, plus boisé que le précédent. Des notes de fruits (ananas) et d'épices (gingembre). La bouche est assez longue, fruitée.

 HERMITAGE blanc 96 (seulement 3% de roussanne). Notes : DS14 – PC14 – LG15- PP14. Moyenne : 14.
Nez sur la pomme au four, le coing, la cire. Bouche ample et épicée, avec une très légère pointe amère.

 Cà”TES-DU-RHà”NE rouge 98. Notes : DS12,5 – PC12,5/13 – LG13,5 – PP14. Moyenne : 13.
Joli nez fruité et frais. Bouche simple, poivrée.

 Cà”TE-Rà”TIE Brune et Blonde 97. Notes : DS14 – PC15 – LG15/15,5 – PP15,5. Moyenne : 15.
Nez fin, minéral, offrant une belle complexité : fruits, épices, violette, réglisse, lard fumé, animal. Bouche rappelant ces notes, équilibrée et de longueur correcte.

 Cà”TE-Rà”TIE château d'Ampuis 97. Notes : DS15– PC14 – LG15,5/16 – PP16. Moyenne : 15,5.
Nez un peu masqué par le bois pour le moment. Bouche concentrée, soyeuse, puissante mais fine. Beau retour fruité en finale.

 Cà”TE-Rà”TIE La Landonne 81 (pas de viognier dans cette cuvée). Notes : DS15 – PC14 – LG15 – PP15. Moyenne : 15.
Robe trouble. Nez tertiaire, complexe et viril, offrant sans surprise un bouquet évolué : animal, cuir, épices, tabac, feuilles mortes, champignon, fruits à  l'eau de vie. Malgré cette race aromatique certaine, la bouche n'est pas tout à  fait convaincante, à  cause de ses tannins un peu secs. Le fruit est encore bien présent, mais le vin présente des signes de fatigue. Jugement bien entendu réservé quant aux conditions de conservation du vin après ouverture.

 Cà”TE-Rà”TIE La Turque 98 (prélevée sur fût). Notes : DS17,5 – PC16 – LG17,5 – PP17,5. Moyenne : 17.
Nez magnifique, boisé intégré pour une de ces 3 cuvées mythiques produites en propriété. Dense mais subtil, il prodigue des notes logiquement encore simples de fruits (framboise), de vanille, d'épices. La bouche est équilibrée, séveuse, nette et droite. Beaucoup de fruit, un côté oriental encore réservé (l'ostentation devrait naître avec le temps) pour ce vin prometteur mais déjà  friand, au boisé parfaitement intégré.

 CONDRIEU Luminescence 99 (demi bouteille). Notes : DS14 – PC14 – LG13,5 – PP14. Moyenne : 14.
Nez assez profond pour cette nouvelle cuvée de Condrieu, non de vendange tardive, mais de vendange précoce (comme la définit lui-même notre hôte). Des notes de poire au sirop, de coing, de confiserie (guimauve), de réglisse. La bouche est marquée par le lychee, la vanille, les épices, et dotée d'une longueur correcte. Elle s'avère malheureusement un peu déséquilibrée (finale alcooleuse ainsi qu'un peu défaillante en acidité). Nous avons été plus enthousiasmés par son caractère inédit que par ses réelles qualités organoleptiques (en tout cas sur cet échantillon là ).
#5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: Condrieu vu par Invinoveritas

Dégustation en mai 2003 :

1. Condrieu : Domaine Vernay "Coteaux de Vernon" 1990 :
DS15,5 - PP14,5 – PC14,5 - LG15 – VM15. Note moyenne : 15 - Prix : 40 €
- Robe brillante et dorée.
- Nez évolué, sur la cire, le miel d'acacia, le menthol, avec une pointe truffée, pétrolée, des senteurs exotiques. Ce nez évoque un Jurançon ou un vin alsacien moelleux (VT, SGN).
- Bouche dénuée de sucre, grasse, prometteuse aromatiquement mais manquant de nervosité et d'éclat en finale. La défaillance en acidité exclut Jurançon. Ce vin semble démontrer les difficultés de vieillissement du viognier.

Rappel pour le 91 dégusté au domaine en novembre 2000 :
 CONDRIEU "Coteaux de Vernon" 91. Notes : DS15 – PC15 – LG15,5 – PP15. Moyenne : 15.
Un Condrieu d'âge vénérable, pour essayer de se faire une idée sur la capacité à  vieillir des vins de cette appellation. Robe engageante : soutenue, brillante, vieil or. Sans surprise, le nez est évolué, avec de belles notes de miel, de pain d'épices, d'anis et de menthol. Il n'est pour autant pas exempt de fraîcheur, des notes complémentaires de poire fraîche, de fruits exotiques lui conférant encore de la jeunesse. La bouche exprime le miel, la nougatine. Elle paraît peu alcoolisée. Pas spectaculaire, mais intéressant.
#6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 21539
  • Remerciements reçus 51

Thierry Debaisieux a répondu au sujet : Re: Condrieu vu par Invinoveritas

Je viens de découvrir et de savourer cette somme d'informations déposée par Invinoveritas!

C'est un réel plaisir que de lire ces notes précises...

Merci, vraiment.
Thierry
#7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: Condrieu vu par Invinoveritas

bonjour,

excusez-moi mais j'ai un petit problème avec tout ce que je lis.
Vous avez vu les prix des cuvées dont vous parlez et en plus pour achetez du"Coteau du Vernon" faut avoir de bonnes adresse pour le client non averti.
N'y a t'il personne d'autre que ces 3 mousquetaire qui avec une vigne de même pas 10 ans font soit disant un vin superieur à  toutes les Cote-Rotie.
J'ai Sotanum 98 et 99 achetez sur conseil. J'aurai mieux fait de m'abstenir, car à  part des notes fumés du à  l'élevage et une extraction extreme je n'ai jamais eu de plaisir à  déguster ces vins.
Pour moi l'autre rive n'a rien a craindre.

De plus j'ai rencontré François Villard à  Oullins cette année et son attitude à  été deplorable. Même Yves Gangloff, sont voisin de stand ne savait quoi dire. Quand on est vignerons on ne casse pas les vins d'un vigneron d'une autre région quand des clients sont en discussion avec lui.
Il faut savoir être modeste et respecer le travail des autres.
Pour ce qui est de Pierre Gaillard, Visite au domaine au mois de mai 2002. J'avais pris RDV bien avant, come d'habitude. Donc j'arrive au domaine et la Mme Gaillard nous reçoit avec des Condrieu qui résulte de la dégustation d'un de leur importateur en visite chez eux le matin. Super à  part que le caveau été a plus de 20°C et que les vins n'avait pas été remis au frais. Vous imaginez un Condrieu à  cette temperature. Le comble est le discours de Mme "Il ne faut pas servir les Condrieu trop froid , ça les casse".
Merci du renseignement.
Ici je ne parle pas de la qualité des vins mais plus du Star Systeme qui régne autour de ces vignerons. Et je pense que des personnes plus simple et peut-être avec des vins un peu plus modeste, merite beaucoup plus que ces Star qui m'exaspere.(iii)(iii)(iii)
Excusez moi de ce coup de gueule mais de toujours entendre parler d'eux quand on parle de Condrieu, Yen a marre.
Surtout quand c'est mon journal préféré et le seul que je lis.

Merci

Saint-Vernier
#8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 21539
  • Remerciements reçus 51

Thierry Debaisieux a répondu au sujet : Re: Condrieu vu par Invinoveritas

Bonjour,

Je ne connais pas François Villard.
J'ai découverts ses vins avec ses condrieu 99.
Je suis tombé sous le charme...
Je le suis resté avec ses 2000 et 2001...
J'achète chez lui en primeurs.

Toujours en 99, j'ai adoré les trois condrieu de Vernay.
là , j'achète depuis plus longtemps chez les cavistes (1995).
Je suis heureux de ce que je bois...

Je connais La Doriane depuis 96: de belles bouteilles, à  mon humble avis.

J'adore les liquoreux de Cuilleron.

Je me limite donc à  Villard, Vernay, Cuilleron et Guigal, quand j'achète du condrieu.

J'ai un peu de Bonnette de Rostaing: à  mon avis, pas meilleur, pas moins cher.

Que me conseilles-tu comme alternative?

Cordialement,
Thierry
#9

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: Condrieu vu par Invinoveritas

Je joins le CR d'une dégustation de condrieu 2000, pour des pistes complémentaires (éventuellement moins chères - c'est malheureusement un des rares CRs où manquent les prix). La Loye, de Gerin n'est (entre autre) pas commentée.

Sotanum, parait effectivement très (trop) boisé. Un vin qui peut faire perdre la tête à  certains journalistes ...

Je ne pense pas (nos CRs le confirment) que les rouges du trio soient les meilleurs, loin s'en faut : on trouve plus racé, plus typé, avec des tannins moins saillants ailleurs ...

***********************
Club toulousain In Vino Veritas

Condrieu 2000 - Le 09 décembre 2002

Synthèse des commentaires de dégustation : Pascal Perez.

Quelques commentaires de contexte :
- Cette dégustation propose la plupart des belles cuvées de Condrieu (en sec) sur le millésime 2000.
- Les vins sont dégustés à  l'aveugle.
- Les vins ont été carafés une heure avant le début de la dégustation.
- Les vins sont listés dans l'ordre de service.
- Nombre de dégustateurs : une quinzaine.
- PP : Pascal Perez - DS : Didier Sanchez - LG : Laurent Gibet.
- Dégustation accueillie par le club Itinéraire des Vins.

 Domaine du Monteillet 2000 :
Notes : DS16,5 - LG15,5 - PP16 . Moyenne : 16
 Nez encore fermé, présentant de légères notes grillées, de la vanille, des agrumes et un soupçon de menthol.
 La bouche est grasse ; elle possède de la matière et une vivacité qui lui confère de l'équilibre ; le tout est élégant; de l'ananas et un boisé vanillé plutôt subtil sont présents; la finale, de bonne longueur, est agréable, sur les agrumes.

 Louis Chèze : Cuvée de Breze 2000 :
Notes : DS15,5/16 - LG16 - PP15,5. Moyenne : 15,5+
 Nez classique, très floral sur la rose et le lilas, guimauve aussi mais sans lourdeur.
 La bouche, sur le lychee, est grasse et équilibrée sans atteindre tout à  fait l'harmonie de celle du vin précédent ; sa finale, en particulier, est un peu moins nerveuse, même si la présence de gingembre la sauve de la mollesse.

 Pierre Gaillard 2000 :
Notes : DS16 - LG16,5 - PP16 Moyenne : 16
 Le premier nez est réduit, puis arbore des senteurs florales, de guimauve et d'épices poivrées.
 La bouche est beurrée et concentrée mais possède une belle vivacité fort opportune : l'équilibre est là  ; la finale est de bonne longueur et est relancée par des agrumes.

 E. Guigal : La Doriane 2000 :
Notes : DS16 - LG16 - PP16. Moyenne : 16
 Nez saturé de notes boisées : grillé assez intense, café ; de la mandarine finit par percer.
 La bouche est beaucoup plus convaincante ; elle est puissante, grasse, minérale et équilibrée par une très belle acidité ; l'élevage paraît bien intégré et laisse place au vin même si la réglisse est bien présente et que la finale voit le retour du boisé.

 François Villard : DePoncins 2000 :
Notes : DS17 - LG17 - PP17. Moyenne : 17
 Nez jaillissant et complexe d'abricot, d'iris, de rose et d'épices.
 La bouche est dense et minérale, avec un fruit très pur ; elle offre un superbe équilibre ; la finale est juteuse, avec une sensation salée et offre une grande longueur ; l'alcool est complètement intégré, l'élevage aussi.

 René Rostaing : La Bonnette 2000 :
Notes : DS14 - LG14 - PP14, 5. Moyenne : 14
 Nez monolithique sur l'abricot.
 La bouche arbore une attaque grasse et puissante mais elle s'affaisse quelque peu par la suite ; le vin n'a pas la vivacité des précédents et paraît un peu mou ; l'ensemble reste honnête.

 Yves Cuilleron : Les Chaillets 2000 :
Notes : DS15,5/16 - LG15 - PP15,5 . Moyenne : 15,5
 Nez expressif, grillé, violette, lilas et mandarine.
 La bouche est elle aussi grillée, mais elle arbore également un beau fruit ; encore compacte et fermée, elle est droite et équilibrée par une vivacité de bonne tenue. La finale est assez longue.

 Mathilde et Yves Gangloff 2000 :
Notes : DS15 - LG15 - PP15,5 . Moyenne : 15
 Nez un peu monocorde sur la rose et le lychee.
 La bouche est agréable avec un beau fruit mûr, de la pêche jaune ; un peu de sucre résiduel et un peu moins de vivacité la rendent moins équilibrée que celle des meilleurs sans toutefois aller jusqu'à  de la lourdeur ; longueur moyenne.

 Alain Paret : Lys de Volan 2000 :
Notes : DS15,5/16 - LG16,5 - PP17 . Moyenne : 16+
 Nez complexe et original de poire, pêche blanche, anis, verveine.
 La bouche est dense, tendue, et encore sur la réserve aromatiquement ; elle semble prometteuse de par sa constitution ; on y décèle pour l'instant des notes de réglisse blanche, mais aussi beaucoup de minéralité ; la longue finale sur les agrumes vient parachever l'impression d'ensemble favorable.

 André Perret : Chéry 2000 :
 Nez bouchonné.
 Vin défectueux.

 Georges Vernay : Côteaux du Vernon 2000 :
Notes : DS15 + - LG15,5 - PP16,5 . Moyenne : 15,5
 Nez complexe de poire, de cire et d'épices contrebalancées par une fraîcheur mentholée.
 La bouche présente une bonne matière mais se caractérise surtout par une grande fraîcheur encore accentuée par une sensation poivrée ; encore timide, elle est assez tendue et minérale et offre un bel équilibre ; bonne longueur.

 Delas Frères : Clos Boucher 2000 :
Notes : DS14,5 - LG14,5 - PP15,5 . Moyenne : 14,5
 Nez de poire, de buis et de rose.
 La bouche est manifestement fermée ; sa matière est moyenne à  bonne ; elle arbore toutefois un bon équilibre avec de la fraîcheur (sa tension est réelle) et un beau fruit de poire ; finale de longueur moyenne.

 François Merlin : cuvée Jeanraude 2000 :
Notes : DS14,5 - LG15 - PP16 . Moyenne : 15
 Nez expressif : notes de réglisse, de poire, de café entrelacés de notes minérales (craie).
 La bouche est pure et minérale ; la aussi elle est tendue par une belle fraîcheur; encore réservée aromatiquement, elle arbore une bonne chair et sa longue finale est une bonne conclusion pour l'ensemble.

Conclusion :
- Dégustation d'une remarquable homogénéité dans le bon à  très bon niveau qui vient quelque peu bousculer l'idée mitigée que nous pouvions avoir de cette appellation, à  quelques viticulteurs d'élite près.
- En particulier, la fraîcheur que tous les vins montrent nous a surpris et ravis.
- Le carafage préalable a sûrement commencé à  épanouir les plus fermés d'entre eux.
- Assurément de grands vins d'apéritif ou pour l'accompagnement de viandes blanches et poissons en sauce.
#10

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 21539
  • Remerciements reçus 51

Thierry Debaisieux a répondu au sujet : Re: Condrieu vu par Invinoveritas

Une nouvelle fois merci pour ce compte-rendu.
Si j'avais bu pas mal de 99 (cf. les rubriques respectives), je ne connais qu'un des 2000.

Voici ma note:La Bonnette 2000 – Condrieu – Rostaing
Nez sur les fruits : orange, abricot sec et potiron. Bouche élégante, avec du gras en milieu de bouche et une impression nette d'abricots secs et de potiron , qui débouche sur une belle finale sur les zestes d'orange avec une discrète amertume. Beau Condrieu, plus dans le style Vernay que dans celui de Guigal.

Cordialement. Thierry
#11

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: Condrieu vu par Invinoveritas

Dommage pour le "Coteau de Chery" 2000 d'André Perret car André reste ce que je préfere sur Condrieu de plus que les prix sur le Condrieu générique reste trés doux.
Gangloff et Domaine Chéze sont aussi, mais dans un registre plus costau, de rés beaux vins blancs. Là  les prix commencent à  être significatifs.
Là , je retrouve dans le CR précédent la diversité et la recherche de vignerons moins médiatiques qui pour moi caractérise IVV, ce qui manqué au 1er.(hhh)(hhh)
Sinon pour le millésime 2000 sur Condrieu il ne faut trop en attendre, dans l'ensemble il est facile et flatteur mais manque, à  mon gout de structure et d'équilibre. Par contre les 2001, quel régal et quelle plénitude pour moi un superbe millésime.

Amicalement

Saint-Vernier
#12

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 21539
  • Remerciements reçus 51

Thierry Debaisieux a répondu au sujet : Re: Condrieu vu par Invinoveritas

Merci pour ces quelques pistes d'alternatives aux classiques de la région.

J'ai fait une unique mais excellente rencontre avec Chéry de Perret:

"Perret:Chery 1999: le nez est composé d'abricot, d'un peu d'agrumes et surtout de violettes. On les retrouve en bouche, elle est équilibrée, séduisante et longue, pleine de charme...Pour moi, un très grand vin."

Amicalement,
Thierry
#13

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck