Nous avons 1392 invités et 75 inscrits en ligne

Au coeur du Villa d'Este Wine Symposium 2015

  • Messages : 83275
  • Remerciements reçus 8863

oliv a créé le sujet : Au coeur du Villa d'Este Wine Symposium 2015

Villa d'Este Wine Symposium

Édition 2015



Un marronnier à l'automne, les esprits tordus et affûtés diront qu'il y a comme une prédisposition !

Pourtant, quand les feuilles tombent des arbres, que l'air rafraichit d'une humidité brumeuse et que les cocottes entament leur long travail de remontée des placards, il y a dans l'atmosphère comme un petit frétillement gourmand, un truc qui me titille les entournures, un petit son lointain qui vous chatouille l'oreille et me colle immédiatement la banane !

C'est le doux son du Yabadabadou, cette petite musique envoutante qui résonne depuis maintenant 7 ans des couloirs capitonnés de la Villa d'Este jusqu'aux rives les plus lointaines du Lac de Come et dont les scientifiques les plus pointus n'auraient toujours pas encore réussi à isoler la provenance...
Parce qu'on est des gentils et que le fait de lever cette énigme ésotérique fondamentale peut aussi intéresser les LPViens inscrits sur le forum depuis moins d'un an, quelques pistes :

Édition 2012 : lapassionduvin.com/p...
Édition 2013 : lapassionduvin.com/p...
Édition 2014 : lapassionduvin.com/p...

C'est donc l'heure de réviser ses classiques, de repasser son costard et d'affûter sa plume Sergent Major.
Les lecteurs réguliers de LPV auront pris connaissance de l'état de déliquescence avancée des neurones mollassons de votre serviteur ces derniers temps.
Téméraire autant qu'optimiste, voilà que j'ai la bonne idée de caler un rapide aller-retour en Bourgogne la veille de l'évènement pour retrouver mon Al'.
Ca risque pas d'arranger mon jet-lag, cette petite affaire là...

Des précautions ont été prises avec mise en batterie de réveils multiples et installation de cornes de brume afin d'éviter l'impair en réitérant un débarquement anticipé ou, pire, en risquant la fatale panne d'oreiller.

C'est donc avec l'allure certainement blafarde et déphasée d'un Bill Murray chez Sofia Coppola que je termine la dernière lessive de mes tenues de combat avant de prendre le rail puis les airs vers l'Italie !



Lancement de l'évènement par le Président Mauss


La Buserati est prête à nous convoyer depuis l'aéroport de Milan et c'est donc accompagné de quelques savants convives à l'air bien plus respectable que le mien que nous rejoignons à une vitesse toute italienne le lac de Côme.

Cette année, le soleil est de la partie et irradie le lac de promesses de paysages somptueux.
Mais les balades seront pour plus tard car à peine le temps du check-in et de retrouver l'atmosphère ouatée de la Villa d'Este, ses couloirs interminables et sa moquette profonde que le Président Mauss m'intercepte sur la terrasse avec l'énergie d'un Panzer fonçant sur Stalingrad et la bonhommie d'un Jacques Martin au temps de l’École des Fans.

Quelques secondes à se raconter les derniers évènements depuis notre précédente rencontre et à anticiper ceux à venir sur les 3 prochains jours qu'il est temps de rejoindre la salle Impero pour la première dégustation de prestige...




Comme tous les ans, on vous dira tout !
Mais pas plus... B)

A suivre...

Oliv,
Lost in Gustation
#1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5072
  • Remerciements reçus 314

ols a répondu au sujet : Re: Au coeur du Villa d'Este Wine Symposium 2015

Vivement la suite (tu):)-D
#2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1401
  • Remerciements reçus 13

hopla67 a répondu au sujet : Re: Au coeur du Villa d'Este Wine Symposium 2015

Maison Trimbach Grand cru Clos Sainte Hune?
Feuillet validé par Pierre ou Jean Trimbach ;) ?
#3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 134
  • Remerciements reçus 32

Stephane M a répondu au sujet : Re: Au coeur du Villa d'Este Wine Symposium 2015

La maison Trimbach commence à produire et revendiquer des Grands crus.
Voire la cuvée de Riesling Grand cru Geisberg, par exemple.

Après, sur le Clos St Hune, ce serait une autre étape, le Clos St Hune serait une mention complémentaire, l'appellation serait Grand Cru Rosacker.
#4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1938
  • Remerciements reçus 643

sideway a répondu au sujet : Re: Au coeur du Villa d'Este Wine Symposium 2015

oliv écrivait:
> l'allure certainement blafarde et
> déphasée d'un Bill Murray chez Sofia Coppola


Pour le coup, c'est plutôt F. Mauss qui ressemble à Bill Murray ! B)

> avant de prendre le rail puis les airs vers
> l'Italie !


Tu as donc pris Air Cocaïne ! B)- :D

Frèdè
#5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1401
  • Remerciements reçus 13

hopla67 a répondu au sujet : Re: Au coeur du Villa d'Este Wine Symposium 2015

Stephane M écrivait:
> La maison Trimbach commence à produire et
> revendiquer des Grands crus.
> Voire la cuvée de Riesling Grand cru Geisberg, par
> exemple.
>
> Après, sur le Clos St Hune, ce serait une autre
> étape, le Clos St Hune serait une mention
> complémentaire, l'appellation serait Grand Cru
> Rosacker.

Le GC Geisberg n'est pas un exemple, mais est à ce jour le seul cas de GC chez Trimbach.
Le couvent de Ribeauvillé, qui leur a cédé ses vignes sur le Geisberg, aurait souhaité la commercialisation avec la mention GC. Parallèlement, la charte sur les GC a également été modifiée, allant dans le sens de ce que souhaite la famille Trimbach.
Peut-être qu'oliv nous en dira plus suite à la photo de dégustation présentée en teasing ci dessus. ;)
#6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 83275
  • Remerciements reçus 8863

oliv a répondu au sujet : Re: Au coeur du Villa d'Este Wine Symposium 2015

De djieu, y'a vraiment jamais rien qui échappe aux LPViens ! :D

Effectivement, il s'agit bien d'une verticale de Clos Ste Hune (magnifique d'ailleurs, ceci pour vous faire patienter le temps de la rédaction de ce beau moment) et vu la politique de la maison sur le sujet, pas sûr que cette mention aurait passé l'imprimatur.
M'enfin, si Pierre Trimbach qui commentait la dégustation et Anne qui y assistait dans la salle ne se sont pas levés en cœur pour hurler au sacrilège, on considèrera cet indirect abus de langage comme validé par la direction générale de la maison. :)-D

Sinon, tous ceux qui ont la chance d'appartenir au premier cercle proche du Président Mauss le savent : toujours se méfier de son air placide, Bertha n'est jamais loin ! (:P)

Oliv
#7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 83275
  • Remerciements reçus 8863

oliv a répondu au sujet : Re: Au coeur du Villa d'Este Wine Symposium 2015

Villa d'Este Wine Symposium 2015

Une verticale du Clos Ste Hune - Maison Trimbach


A peine le temps de récupérer la clé de ma chambre, un truc qui fait au moins la taille de mon appartement, et de déballer mes petites affaires que je découvre avec effroi que... mes cravates sont restées sur le cintre à Paris ! ::o
Quand je vous dis qu'en ce moment, j'ai les patates au fond du sac et les derniers neurones qui collent...

Les mauvaises langues diront qu'il y a de l'acte manqué derrière cet oubli, sûrement un truc de mon inconscient pour résister aux tortures et quolibets à venir de la part du Fonz' et de sa clique toujours prompte à se gondoler sur ma tronche de cake, qui plus est quand elle est apprêtée en reluisante tenue de sauteries !

Bon, pas le temps de conjecturer sur comment je vais m'en sortir sans perdre la face ce soir en version cou-nu, gardons l'esprit clair car du sérieux s'annonce avec la première dégustation de prestige consacrée au Clos Ste Hune.

En piste !





Clos Ste Hune, 2010
Année froide, millésime de petits rendements (coulure) avec de l'acidité et de la concentration


Robe sur un doré léger marqué de très fins reflets verts.
Nez puissant, complexe, dense et serré, compromis de notes d’hydrocarbure et minérales puis de crème de menthe, l’aération libérant une étonnante touche de liqueur de framboise.
La bouche est tendue et très concentrée, sur une acidité tranchante qui lance un toucher dense et impactant, provoquant une sensation comprimée d’extraits secs énormes qui doivent se fondre pour libérer leur matière. L’aromatique fine et serrée, sur le citron vert et des touches minérales participe de cette impression de légère austérité.
Finale énorme de puissance, sur des amers structurants et toujours cette acidité laser qui étirent le vin.
A attendre impérativement afin de décomprimer ce superbe ensemble.
Très beau ! Vivement plus tard ! (tu)

Clos Ste Hune, 2005
Été sec, avec une bonne réponse des sols calcaires au stress hydrique


Robe jaune paille enrobée de vert de gris.
Nez fin, un peu austère, sur le minéral (pierre frottée, craie humide) et au fruit citronné agréable.
Très jolie bouche pleine et posée, d’une ampleur agréable et d’un équilibre franc apporté par une belle acidité sans aridité.
L’aromatique est délicate, entre les agrumes et le minéral.
Finale d’une bonne persistance sans être interminable, comme si le vin se situait entre deux âges et refusait de choisir totalement son camp entre sa fraicheur de jeunesse et la complexité d’évolution qu’apporte la garde.
A attendre, je pense.

Clos Ste Hune, 1995
Année classique, avec quelques traces de pourriture noble sur les parcelles aux sols les plus légers


Robe sur un doré grisé léger.
Superbe nez offrant un bouquet complexe, sur les fruits secs (abricot, papaye), le tabac blond, senteurs enrobées de notes fraiches et noble de menthe avec un côté crémeux. Superbe !
La bouche est magnifique, dense en attaque, sur une acidité vertébrale qui lance de manière très bien intégrée une matière très structurée. L’ensemble est d’un charme aromatique certain mais reste assez pointu et dense, tout en tension et en tranchant.
La finale est puissante, marquée d’une acidité presque ferme.
Un vin à qui il ne manque qu’un peu de chair pour offrir plus de confort en bouche et déclencher alors un énorme plaisir.
Très bon ! (tu) Et à revoir à table où quelque chose me dit qu'il pourrait bien marquer des points.

Clos Ste Hune, 1990
Année de maturité des raisins parfaite, avec une pourriture noble de grande qualité


Robe d'un doré très fin.
Nez délicat, complexe et précis, sur la peau d'agrumes (le citron et à l'aération de superbes notes de pamplemousse) puis des notes minérales difficiles à décrire mais qui créent un bouquet fin d'une grande noblesse d'expression.
La bouche suit un parcours similaire, délicate en attaque, sur une matière posée qui semblerait presque fragile si n'était un équilibre absolument monumental qui étire en profondeur une manière absolument remarquable de précision !
La construction de ce vin mérite les plus grands superlatifs, emplissant la bouche d'une puissance certaine sans rien sacrifier à la finesse ni à la précision, sur une aromatique délicieuse au point d'évolution parfait.
La finale est magnifique d'élégance, réussissant à unir une puissance contenue et une extrême délicatesse dans un ensemble classieux comme seuls les plus grands vins parviennent à le faire.
Somptueux ! (tu)(tu)

Clos Ste Hune, 1983
Hiver clément mais pluvieux, comme le printemps. Été chaud et sec.
Vendanges du 6 au 27 octobre puis du 21 au 24 novembre



Robe étonnante car la plus claire de la dégustation, presque cristalline.
Nez chafouin, presque rébarbatif, sur des notes médicinales (sparadrap) et d'alcool de pharmacie.
Bouche un peu lente en attaque, sur une matière large et glycérinée mais qui manque de tenue et de capacité de rebond malgré la présence d'une belle acidité.
L'aromatique pierreuse et terne n'arrange pas l'affaire en rendant le tout très austère.
Quelques amers relancent un peu la finale en faisant saliver mais force est de constater que ce vin manque de charme.
Une bouteille en dedans ?
Je n'ai pas aimé.

Clos Ste Hune, 1976
Eté caniculaire, sans une goutte d'eau de juin à septembre.
Des orages de mi-septembre ont permis le développement de la pourriture noble.



Robe vieil or ambré, nettement plus teintée que tous les autres vins de la verticale.
Nez complexe, un peu instable, sur des notes d'évolution certaine, sur le cuir, les fruits secs, la datte, de petites senteurs empyreumatiques.
La bouche se joue en deux temps, semblant large et quasi massive en attaque, sur une matière très riche, l'acidité arrive en milieu de bouche pour trancher dans cette masse et la mobiliser, offrant alors un ensemble très puissant, trop peut-être pour la dégustation mais qui doit pouvoir faire un malheur à table, sur un grand prisme de plats de la cuisine classique.
L'ensemble est d'une impeccable tenue, sur une complexité aromatique d'évolution très intéressante, sur des notes de tabac blond, de peau d'orange séchée et de pierre humide.
La finale est d'une énorme persistance, presque d'une décadence baroque dans sa richesse pourtant sans sucrosité.
Très beau. Et sûrement grandiose à table. (tu)

Clos Ste Hune, 1971
Eté chaud mais temps froid pendant les vendanges.
Millésime de petits rendements dus à la coulure



Robe sur un doré net.
Nez évolué, très beau compromis de notes torréfiées et empyreumatiques (chocolat, café, poudre noire) et fruitées, sur l'ananas confit.
La bouche contraste fortement avec le 1976, immédiatement nerveuse et tranchante, sur une construction tonique et rythmée au moyen d'une superbe acidité qui propulse le vin dans un ensemble profond et d'une jolie chair à la droiture certaine .
L'aromatique est complexe, bel ensemble franc et précis de goûts de menthe poivrée, de grain de café avec encore un fruit bien vivant et qui s'exprime sur un léger exotisme (ananas, papaye).
Très jolie finale salivante à souhait et dont la tension froide ne verse jamais dans le strident.
Très beau mais à réserver quand même aux amateurs de vins tranchants.

Clos Ste Hune, 1966


Robe vieil or.
Nez sur un immédiat grillé, entre le maïs soufflé, la peau de poulet grillé, des notes de pierre humide puis de marmelade d'orange.
Grande attaque dense et charnue à la fois, avec une puissance fondue au déroulé impressionnant sans aucun point de faiblesse.
L'aromatique complexe et franche, sur des goûts d'évolution finement grillés rafraichis par des notes mentholées et encore du fruit (mandarine) participe à étirer et donner du rythme à ce superbe ensemble.
L'équilibre est remarquablement réussi, sur une matière suave et nerveuse à la fois particulièrement agréable en bouche.
Finale très puissante, presque brutale par des amers qui appellent la table pour se rééquilibrer et d'une persistance mentholée impressionnante.
Superbe ! (tu)


Tour de table avec Pierre Trimbach, Eric Rousseau et Helmut Dönnhoff

Une magnifique dégustation qui illustre le très haut niveau et l'impressionnante tenue à la garde du Clos Ste Hune.

Un vin puissant, dense, au tranchant toujours parfaitement assumé et auquel la patine des ans apporte un fondu indispensable pour dépasser son austérité de jeunesse qui peut parfois sembler brutale.





Alors que la nuit est tombée sur le Lac de Côme, il est temps de libérer la salle aux équipes de la Villa d'Este qui vont s'y affairer afin de préparer les tables pour le premier diner qui s'annonce.

A suivre...

Oliv
#8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5221
  • Remerciements reçus 1995

Olivier Mottard a répondu au sujet : Re: Au coeur du Villa d'Este Wine Symposium 2015

Sompteux et appétent compte-rendu ! (tu)
La suite s'annonce grandiose. ;)

Olivier
#9

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5072
  • Remerciements reçus 314

ols a répondu au sujet : Re: Au coeur du Villa d'Este Wine Symposium 2015

Je suis du même avis !
[size=x-small]Toujours présente aussi la jolie brune[/size]B)
gros plan sur l auteur de ces lignes en pleine concentration (a droite) [size=x-small]J ai déjà fouiné sur facebook.. l impatience sans doute[/size] :S
www.facebook.com/dav...
#10

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1832
  • Remerciements reçus 1915

leteckel a répondu au sujet : Re: Au coeur du Villa d'Este Wine Symposium 2015

Ben moi qui me disait qu'enfin j'allais pouvoir mettre un visage sur ce "grand homme" en repérant le seul dégustateur non cravaté....

Tain, y en a pas un qu'en a une :D !

Du coup, Oliv', ça t'as pas manqué...;) ?

Arnould.

ArnoulD avec un D comme Dusse
#11

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5072
  • Remerciements reçus 314

ols a répondu au sujet : Re: Au coeur du Villa d'Este Wine Symposium 2015

C est mieux sans cravate, ça fait genre "vétéran" :D
[size=small]Dame, c est que ça fait déjà plusieurs années qu il se dévoue pour notre plus grand plaisir !![/size]
#12

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 83275
  • Remerciements reçus 8863

oliv a répondu au sujet : Re: Au coeur du Villa d'Este Wine Symposium 2015

Grrrr, j'avais pourtant laissé des consignes pour éviter les paparazzi ! :X

Sinon, le port de la cravate n'est demandé que pour les diners.
Le reste du temps, comme ici lors d'un séminaire, la tenue décontractée (comme ne l'indique pas ma trogne de tringle à rideaux) est de rigueur !

Oliv
#13

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1832
  • Remerciements reçus 1915

leteckel a répondu au sujet : Re: Au coeur du Villa d'Este Wine Symposium 2015

Un séminaire, c'est bien là où on travaille ;) ?

Faut que je réclame le même à mon boss...

Arnould.

ArnoulD avec un D comme Dusse
#14

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5716
  • Remerciements reçus 295

sly14 a répondu au sujet : Re: Au coeur du Villa d'Este Wine Symposium 2015

Oliv

Demande au lobby une cravate.
Sinon le Trimbach 76 me donne fortement envie.

Bonne dégustation partout.

Cordialement

Sylvain
#15

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1410
  • Remerciements reçus 316

jclqu a répondu au sujet : Re: Au coeur du Villa d'Este Wine Symposium 2015

Étonnant le 83, les autres tables, c'était pareil ou bien ?

JC
LPV Lutèce
#16

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 14166
  • Remerciements reçus 9

François Audouze a répondu au sujet : Re: Au coeur du Villa d'Este Wine Symposium 2015

Depuis longtemps, on considérait 1976 comme le plus grand Sainte-Hune. Je l'ai bu 7 fois et la dernière fois il me semblait avoir un peu moins de vigueur.
Ce CR d'oliv est encourageant.

Je vais dîner vendredi avec Pierre Trimbach et le 1975 qu'il considère comme son préféré.
Je l'ai bu une fois avec un 1976 que j'ai préféré, mais il était grand. On va voir.


Cordialement,
François Audouze
#17

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5716
  • Remerciements reçus 295

sly14 a répondu au sujet : Re: Au coeur du Villa d'Este Wine Symposium 2015

Il y en a qui ont de la chance! Si il y a une belle âme pour une pauvre âme sur un 76.

Cordialement

Sylvain
#18

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 83275
  • Remerciements reçus 8863

oliv a répondu au sujet : Re: Au coeur du Villa d'Este Wine Symposium 2015

Je l'ai bu 7 fois et la dernière fois il me semblait avoir un peu moins de vigueur.


Aucune faiblesse inquiétante sur ce 1976 mais ce vin m'a tout de même semblé moins frais que certains de ses collègues.
A moins que sa richesse de constitution corresponde tout simplement moins à mes goûts.

Étonnant le 83, les autres tables, c'était pareil ou bien ?


Ce vin n'a pas été cité parmi leurs préférés par les convives interrogés lors du tour de table.
Au final, une quasi unanimité (rarement vécue d'ailleurs) s'est fait autour des 1990 et 1966, avec un accessit sur le 1976.
#19

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 108
  • Remerciements reçus 0

padddy a répondu au sujet : Re: Au coeur du Villa d'Este Wine Symposium 2015

ols écrivait:
> Je suis du même avis !
> [size=x-small]Toujours présente aussi la jolie
> brune[/size]B)
> gros plan sur l auteur de ces lignes en pleine
> concentration (a droite) [size=x-small]J ai déjà
> fouiné sur facebook.. l impatience sans
> doute[/size] :S
> www.facebook.com/dav...
> 72088747452.-2207520000.1447255085./93474591658006
> 2/?type=3&permPage=1

Oui j'a fais pareil mais sans arriver à la localiser...
#20

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6081
  • Remerciements reçus 1748

Marc C a répondu au sujet : Re: Au coeur du Villa d'Este Wine Symposium 2015

Très intéressant ce lien Facebook (merci Serge!)! La conférence d'Etienne Klein était intéressante ? J'ai cru voir un gros minet également :D

Marc
#21

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5072
  • Remerciements reçus 314

ols a répondu au sujet : Re: Au coeur du Villa d'Este Wine Symposium 2015

;)
#22

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1183
  • Remerciements reçus 10

Nemo73 a répondu au sujet : Re: Au coeur du Villa d'Este Wine Symposium 2015

Toujours présente aussi la jolie brune !
Mais quelle est cette brune ? Goute-t'elle bien ? B)
#23

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2523
  • Remerciements reçus 151

hannibal a répondu au sujet : Re: Au coeur du Villa d'Este Wine Symposium 2015

Mais quelle est cette brune ?

zupimages.net/up/15/...
#24

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1183
  • Remerciements reçus 10

Nemo73 a répondu au sujet : Re: Au coeur du Villa d'Este Wine Symposium 2015

En effet ! Dans l'oreillette, on me siffle que j'ai raté l'épisode précédent ! Elle récidive donc cette année !

A noter un peu moins de torsade dans la chevelure, des perles de culture remises au placard ! Jaune poussin et rose bonbon n'ont semble-t'il pas duré ! Que s'est-il passé ! Hannibal est-il passé par là !
#25

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2523
  • Remerciements reçus 151

hannibal a répondu au sujet : Re: Au coeur du Villa d'Este Wine Symposium 2015

[size=large]Oui mes amis, car c'est ici, au cœur de la Villa d'Este, que de troublantes intrigues se nouent....[/size]

zupimages.net/up/15/...

Mais chut, n'en disons pas plus pour l'instant
#26

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 83275
  • Remerciements reçus 8863

oliv a répondu au sujet : Re: Au coeur du Villa d'Este Wine Symposium 2015

Ce soir, même la vigne pleure...


Même si cette série de reportages, comme tout discours sur le vin, est totalement dérisoire et pourrait donner l'impression d'une certaine indécence en ces heures terribles et face à la tragédie qui touche notre pays, il est hors de question de laisser l'effroi et la terreur instrumentaliser nos vies !

J'ai donc pris la décision tout du moins d'essayer de ne rien changer à la narration des instants de plaisir, d'amitié et de partage que ce forum nous permet régulièrement de vivre et dont j'essaie, pour ma part, de témoigner par ces lignes.

Le monde LPVien, celui de la convivialité, de la générosité et du bonheur d'être ensemble, est un espace de vie et donc une réponse digne et belle à l'ignoble folie des obscurantistes de tous bords.

Courage à tous, restez-vous même, sans modération !

Oliv

#27

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 83275
  • Remerciements reçus 8863

oliv a répondu au sujet : Re: Au coeur du Villa d'Este Wine Symposium 2015

Villa d'Este Wine Symposium

Édition 2015


La Paulée du jeudi


Les anciens lecteurs s'en souviennent peut-être mais François Mauss a eu l'excellente idée de placer le premier diner du Symposium sous le principe d'une Paulée.

Chacun est en effet invité à partager à sa table une ou deux bouteilles de ses apports, excellente initiative qui mène souvent à un joyeux cauchemar pour les serveurs et maitres d'hôtel de la Villa d'Este qui voient vite les convives se lever pour incarner au mieux la faculté qu'a le vin de tisser des liens et déclencher des envies de communication.

La qualité des plats servis par le chef Michele Zambanini constitue souvent un facteur démultiplicateur au plaisir ressenti sur cette première soirée qui permet également de lancer l'évènement en brisant la glace entre les invités.

C'est peu de dire qu'encore cette année, le résultat fut à la hauteur des espérances de l'organisateur, dans les assiettes et les verres comme sur les visages où l'ambiance a vite monté vers des sommets de plaisir et de bonne humeur !

A table ! (:D





Ferghettina, Franciacorta docg, Pas Dosé 2007 Riserva 33


Robe jaune paille assez claire.
Nez sympathique, sur de jolies senteurs fruitées, sur la poire bien mûre et d'étonnantes notes d'olive verte.
La bouche est plus instable, sur une curieuse attaque sucraillonne totalement dissociée d'une acidité ferme.
La bulle un peu carrée et raide participe à un léger sentiment de sévérité.
Dommage car le nez était sympa.



Amuse bouche



Weingut Matthias Müller, Riesling Spätlese Trocken, 2011


Robe sur un léger doré.
Nez franc et agréable, sur la craie humide, le tabac blond, de fins aromes de peau de lime.
Bouche d'une immédiate gourmandise, sur une construction franche et délicate, à la belle trame acide parfaitement tenue par une matière délicate et souple.
L'aromatique en pleine phase avec son joli nez et une finale facile et terriblement désaltérante rend ce vin presque irrésistible dans sa simplicité parfaitement assumée.
Un grand petit vin, séché à la vitesse de la lumière ! (tu)

Domaine des Muses, Valais, Marsanne, Réserve, 2010


Robe sur un doré léger.
Nez très puissant, opulent, sur des notes de fleurs et de fruits blancs (jasmin, pêche), de raisin frais et qui tire presque sur l'Eau de Cologne.
Bouche très, trop riche à mon goût, sur une matière rondouillarde à la sucrosité lourde qui l'empâte. L'aromatique reste généreuse, toujours sur ces notes de fruits et de fleurs blanches très riches.
Finale lourde, solaire et qui manque de nerf à mon goût.

Domaine Bonneau du Martray, Corton Charlemagne, 2002


Bouchon parfait.
Robe cristalline, à peine teintée d'un léger gris vert.
Nez discret et fin à l'ouverture sans préparation, sur de délicates notes d'amandes grillées et de très légères fleurs blanches.
La bouche est superbe de trame, toute en droiture et en matière d'une puissance parfaitement contenue par une acidité magnifique.
L'équilibre est là mais force est de reconnaitre qu'hormis cette parfaite structure, le vin se livre peu.
Mais alors que j'espérais qu'il se réveille aromatiquement (car la bouteille a été ouverte sur table et l'expérience m'a appris que les vins du domaine sont souvent meilleurs après une longue aération), le vin regouté en fin de repas a littéralement viré au muet, n'offrant plus que son toucher cristallin à l'acidité parfaitement intégré.
La finale élancée et longue confirme le potentiel de ce vin que, ce soir là, je n'ai pas réussi à comprendre et qui m'a rappelé des Chablis de Raveneau qui goutaient parfois comme de l'eau de roche.
A revoir, avec un peu de préparation et de suivi.

Domaine de la Romanée Conti, Bâtard-Montrachet, 2000


Robe sur un doré fort.
Nez riche et ample, sur les fruits jaunes enrobés de senteurs d'évolution (moka froid) et d'un joli grillé très agréable.
Bouche très puissant, à l'immédiat toucher large qui emplit le palais d'une matière glycérinée qui frise l'opulence.
L'aromatique est plus fraiche que sur la bouteille goûtée au domaine au printemps , avec un joli fruit riche enrobé de notes légères anisées et de fleurs blanches.
La finale est d'une très grande persistance mais reste dans un registre très large qui manque un peu de fraicheur et d'allant à mon goût.
Un vin riche !



Tortelli alla carbonara, fondant de brocoli et bacon grillé
Derrière cet intitulé d'une banalité totale qui évoquerait presque la pizzéria du coin, mama mia, quel pied !!
Les pâtes sont incroyables de goût, vraisemblablement cuites (à la perfection) dans un bouillon d'une grande concentration.
Et la crème de brocoli parfaitement relancée par le croustillant du bacon est une idée brillante pour rappeler le moelleux de la carbonara habituelle sans y adjoindre un surcroit de gras.
Brillantissime ! De la cuisine niveau *** ! (tu)(tu)



Castello di Gabbiano, Chianti Classico, Riserva, 2011


Robe totalement noire.
Nez discret, mat, sur les fruits noirs, le pruneau, de fortes senteurs de chocolat noir.
La bouche est lourde et carrée, d'une grande densité qui confine à l'impénétrable.
L'ensemble est compliqué à apprécier, tabassant le palais de sa concentration, en tout cas bien trop jeune et large pour mon pauvre pdf.
La finale est marquée par des tanins fermes et une amertume vraiment rébarbative.
Pas du tout évident que cette masse se fonde à la garde.

Domaine de l'A, Côtes-de-Castillon, 2011
Magnum


Robe sombre, sur un violet bien brillant.
Nez agréable, jeune mais d'une très jolie tenue, sur les fruits noirs frais, un boisé élégant qui apporte de la complexité.
Bouche souple, à la belle texture velouté, presque crémeuse mais sans lourdeur ni masse écœurante pour autant.
Le milieu de bouche gagne du nerf et se resserre autour d'une bonne acidité et des tanins encore puissants.
Finale ferme mais franche et qui doit pouvoir trouver un très joli équilibre à la garde au vu de la qualité de la matière première.
Très beau potentiel.



Contrefilet de bœuf du Piémont, chanterelles et pommes de terre fumées
Un modèle de cuisine classique, parfait pour mettre en valeur les vins rouges !



Domaine Donatsch, Pinot Noir Malans, Unique, 2012


Robe grenat sombre.
Nez riche et généreux, sur les fruits compotés, des rouges aux noirs, des notes de sucre cuit.
Bouche un peu lourde, d'une ampleur légèrement sucrée qui manque un peu de gniac pour gagner en tonus et en allonge.
Les goûts fruités sont simples mais agréables, toujours sur les fruits des bois passés en cuisson.
La finale en revanche est simplette et trop riche pour bien s'accorder avec la délicatesse du plat.
Bien.

Weingut Bernhard Huber, Spätburgunder Bienenberg GG, 2011


Robe grenat dense, d'une jeunesse certaine.
Nez sur les fruits bien mûrs, oscillant entre les fruits rouges et noirs et un joli ensemble épicé. Ensemble assez droit mais classe.
Bouche charnue, d'un joli volume équilibré par une belle acidité qui crée un vin franc, assez septentrional dans son expression mais sans dureté ni sécheresse.
Finale salivante et encore un peu ferme mais qui doit pouvoir trouver un point d'équilibre très intéressant à la garde.
Joli vin.
A suivre.

Weingut Martin Wassmer, Schlatter Spätburgunder, 2011


Robe strictement identique au vin précédent.
Beau nez ample et classe, un peu jeune et foufou, sur les fruits rouges, un végétal un peu marqué.
Bouche tendue en attaque, sur une acidité assez ferme qui lance un volume agréable, pas très profond mais sans creux.
L'aromatique reste marquée par le végétal perçu au nez et qui masque un peu le fruit.
La finale est agréable, manquant un peu de puissance pour enrober un ensemble un peu strict, sur une acidité et une amertume assez fermes.
Pas mal mais un peu sévère.

Joseph Drouhin, Musigny Grand Cru, 2003


Robe très profonde, sur un grenat sombre presque violet et sans trace d'évolution.
Nez curieux, puissant et mat, où je ne retrouve pas le pinot, sur un ensemble très fruits noirs tirant sur le pruneau, avec un enrobage épicé très puissant.
Le vin n'étant pas goûté à l'aveugle et alors que j'attends une bouche un peu marquée des excès du millésime, le vin se révèle très carré, sans aucune tendreté ni souplesse confite, sur une acidité forte et une matière d'une très grande densité qui évite l'effet de cisaillement.
L'ensemble n'en reste pas moins serré et quelque part assez austère d'expression, sur une aromatique assez fermée, avec une pointe de volatile qui sied peu au pinot à mon goût.
Les tanins puissants mais pas secs chahutent la finale et participe à ce sentiment de vin pas en place.
A revoir.

Domaine de la Romanée Conti, Echezaux, 2010


Robe d'un beau grenat profond sans noirceur.
Superbe nez élégant et frais, sur des senteurs de petits fruits rouges, de framboise, de grenade matinées de notes épicées.
L'ensemble est aussi classe que gourmand, très précis sans rien sacrifier à une forme d'évidente puissance.
Goûté en parallèle des pinots allemands, force est de constater que la comparaison leur fait du tort.
La bouche est immédiatement gourmande, sur une attaque suave et soyeuse d'une grande délicatesse, d'une impeccable tenue grâce à un volume juteux et charnu bien vivifié par une parfaite acidité. L'aromatique fruitée participe à ce sentiment d'évidence pleine d'une grande lisibilité.
La finale aux tanins doux est longue et fraiche, créant une vraie frustration face au verre vide.
Délicieux ! (tu)

Domaine Jean Louis Chave, Hermitage, 2007
Magnum


Robe sombre, sur un bordeaux violet très profond.
Nez ferme, brutal, mat et peu amène, avec presque pas de fruit, sur des notes charcutières et un léger végétal.
La bouche est froide et dure, sur une grosse acidité qui cisaille le palais et une matière carrée et rêche très inconfortable.
L'aromatique marquée par des notes d'encre de Chine participe au déplaisir d'avoir ce vin en bouche.
Brrrrr...etts ou pas bretts ?
Aussi sexy que d'embrasser Folcoche à pleine bouche.
A revoir.



Latteria Vecchio Crotto et miel au safran



Marie Thérèse Chappaz, Petite Arvine, Grain Noble, 2014
Prélevé sur la seule barrique du domaine

Robe claire, sur un doré très léger.
Très joli nez frais, à la puissance bien maitrisée, sur la poire tapée et les fruits exotiques frais, le raisin blanc, de jolies senteurs de poivre blanc.
Bouche énorme, de liqueur comme d'acidité, sur une puissance réelle qui parvient à ne jamais verser dans l'excès, par sa fraicheur aromatique comme par sa très grande tension.
L'équilibre se joue sur une tenue de bouche remarquable, puissante mais jamais collante ni empâtée.
Les goûts sont croquants, sur les fruits exotiques très mûrs et apportent un surcroit de fraicheur à cette belle structure.
La finale est massive mais pas saturante et d'une très belle persistance.
Un superbe liquoreux à la richesse très bien gérée ! (tu)

Château Raymond Lafon, Sauternes, 1926


Robe acajou digne d'un PX, sur le café.
Nez riche, puissant, très limite en acidité volatile, sur des notes de vinaigre balsamique, de caramel brun, de café.
Bouche puissante, avec encore du sucre mais un peu linéaire, sur une acidité vinaigrée brutale qui, si elle tient le vin, amène un côté monolithique.
L'aromatique est marquée par de fortes notes torréfiées sans beaucoup de complexité.
Finale étirée par de jolis amers mais là encore un peu trop marquée par la volatile qui crée un effet de morsure.
En vie mais pas l'extase.

Flan au caramel, cœur de poire et glace à la réglisse




La soirée a passé vite, très vite, presque trop... si n'étaient ces dizaines d'heures de sommeil en retard à rattraper.
Il est plus que temps de rejoindre la chambre d'un pas chaloupé, cette petite démarche au tangage léger bien connu des LPViens et signe des soirées réussies... (:P)

Avec un plumard de la taille d'un stade de foot, les pantoufles qui vous attendent au pied du lit et les chocolats sur l'oreiller, on devrait pouvoir récupérer des légers excès de bonheurs du soir, vous croyez pas ?
C'est qu'il s'agirait pas d'arriver à la bourre ou avec les cheveux qui poussent en dedans aux premiers séminaires qui s'annoncent demain matin.

Et oui, on croit toujours que j'm'amuse ! Mais parfois, paraitrait même que je me fais plaisir...

A demain, bon pied, bon oeil !

Oliv


Crédit photos :
www.candbscene.co.uk...
winetomas.wordpress....
www.borlant.fr/
#28

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 656
  • Remerciements reçus 3

Thibaultmmm a répondu au sujet : Re: Au coeur du Villa d'Este Wine Symposium 2015

Merci pour ces CR de grandes qualités...
Un régal à lire...

Thibault
Un homme qui ne boit que de l'eau a un secret à cacher à ses semblables...
#29

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 11834
  • Remerciements reçus 1851

jean-luc javaux a répondu au sujet : Re: Au coeur du Villa d'Este Wine Symposium 2015

Et pas de photo de la cravate??? :(

C'est habituel sur ce vin de la Romanée Conti la numérotation ? 000000

jlj
#30

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck