Nous avons 2243 invités et 76 inscrits en ligne

VegaFina Nicaragua - gran reserva 2020

  • Messages : 2520
  • Remerciements reçus 141

hannibal a créé le sujet : VegaFina Cigars

VEGAFINA CIGARS
(République Dominicaine)



VegaFina est l’une marque dominicaine phare de cigares de l’un des 5 groupes mondiaux de tabac, Imperial Brands (anciennement Imperial Tobbacco, qui depuis sa création en 1901 avec la fusion de petits cigarettiers britanniques faisant face à la concurrence U.S. a avalé nombre de ses concurrents dont le franco espagnol Altadis).

Petit rappel historique :
Pour mémoire, la République Dominicaine a vu il y a 60 ans de nombreux producteurs de cigares cubains s’installer alors que la révolution cubaine nationalisait leurs manufactures historiques imposant un monopole de la production pendant que les Etats-Unis imposaient un embargo sur l’importation des vitoles de la Havane. Avec l’implantation de consortiums américains et britanniques l’ile est devenue depuis 1994 le plus important producteur et exportateurs de cigares roulés main à travers le monde. C’est d’ailleurs en République Dominicaine, dans la ville de La Romana, qu’est installée la plus grande manufacture de cigares du monde, La Tabacalera de Garcia (140000 cigares premiums roulés chaque jour).


C’est justement sous l’égide du directeur de cette manufacture, José Seijas, qu’est née la marque VegaFina.
La gamme est composée de cigares d’assemblage (cape équatorienne, sous-cape de Sumatra et tripe faite d’un mélange de tabac dominicain et nicaraguayen).
Passés relativement inaperçus en France, ils reviennent en 2003 sous le label VegaFina Classic ensuite également déclinés sous 2 autres gammes, VegaFina Maduro (avec une partie de tabac brésilien), et VegaFina Fortaleza 2 (cape mexicaine en lieu de l’équatorienne).
Décidé à prendre un siège à la table des marques cubaines en pleine vogue et de dépasser les frontières du marché historique américain en séduisant beaucoup plus largement les amateurs européens, Javier Elmúdesi qui avait pris la direction de la manufacture depuis 2012 lança la production de séries limitées annuelles souvent constituées de feuilles vieillies plusieurs années.

Une nouvelle impulsion en 2014 avec la mise sur le marché de la gamme VegaFina Nicaragua dont les modules (le Short, le Gran Puros et le Robusto), sont exclusivement originaires du terroir nicaraguayen. Il sont composés de feuilles achetées auprès de producteurs locaux spécialement sélectionnés et après un vieillissement d’au moins 4 ans il font le voyage vers la Dominique pour y être assemblées (6 mois de recherche et d’essais ont été nécessaires à l’équipe de Maîtres composeurs, le Grupo del Maestros, pour parvenir au mélange, la liga, recherché).





Je crée cette rubrique pour cette marque, qui propose régulièrement des cigares de grande qualité à des prix attractifs, roulés main à Romana, dans la Tabacalera de Garcia en République Dominicaine (usine qui produit aussi Trinidad, Upmann, Roméo et Montecristo pour le marché américain).

La gamme VegaFina comprend 10 modules différents auxquels s’ajoute annuellement un module en série limitée.
Les cigares de cette maison sont entièrement roulés à la main avec une sélection de tabacs réputés plutôt doux en sélectionnant particulièrement les variétés Olor (odeur) et Piloto Cubano (Pilote cubain) cultivées en République Dominicaine, ainsi que du tabac péruvien en quantité restreinte.
Pour la sous-cape, un tabac du Brésil a été retenu. La Cape quant à elle provient d’Equateur (variété Connecticut).
Les modules en série limitée peuvent être produit à partir d'un seul terroir, ou adopter des assemblages différents de la gamme usuelle.

En ce moment je vous recommande tout spécialement le Robusto Linea Maduro, qui pour 4 euros et quelques représente un rapport qualité/prix exceptionnel, ainsi que le Toro Extra PitGail Anejado 7 ans d'âge, dont il faut savoir profiter tant qu'il est proposé.
C'est un intéressant mélange d'habano équatorien, de tabac d'Indonésie, de République Dominicaine et du Nicaragua.
A noter également le VegaFina Fortaleza 2 Stalk Cut, qui ne devrait pas tarder à débarquer sur le territoire français
Copyright photos VegaFina Cigars
#1
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2520
  • Remerciements reçus 141

hannibal a répondu au sujet : CR: VegaFina Cigars Série Spéciale '' Ometepe ''

CR: Vega Fina - Série Spéciale '' OMETEPE ''

Il vient tout juste de débarquer sur nos terres sous la forme d'un roboratif MAGNUM (soit grosso modo un double robusto ou toro gordo)
Rien qu'à l'odeur et l'aspect on sent tout de suite qu'on a affaire à du lourd.

Robe colorado, duveteuse, superbe
Arômes de baies rouges, cacao, humus

En bouche, à l'aveugle, on partirait direct sur Cuba et du Hoyo haut de gamme en particulier, avec une touche de rusticité sauvage en plus (ou en moins suivant les goûts), complexe et harmonieux
C'est onctueux, riche et plein, combustion parfaite, on joue dans la cour des grands.
#2
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, aquablue, Galinsky, Steuf

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9071
  • Remerciements reçus 352

RaymondM a répondu au sujet : CR: VegaFina - '' Gran Reserva 20eme Anniversario ''

CR: VegaFina - Gran Reserva 20eme Anniversario

Bon cigare à la cape sombre, de très belle fabrication manuelle.
Bien que le cigare soit dominicain, la tripe est en partie du Nicaragua.
Il reste tout au long sur une légère amertume très supportable.

Dans la catégorie, tout de même inférieur au El Credito cher à Hannibal.

Raymond
#3
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: hannibal, Steuf

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9071
  • Remerciements reçus 352

RaymondM a répondu au sujet : CR: VegaFina Cigars - '' Ometepe ''

CR: VegaFina Cigars - '' Ometepe ''

Ce cigare est un pur Nicaragua , cape et tripe.
L’aspect est superbe, sombre, mais gras et souple comme rarement dans les cigares non cubains.

Tirage parfait d’une grande douceur.
Après un début difficile il prend son envol vers un excellent niveau avec du caractère et une bonne complexité.

Peut-être le meilleur Nicaragua fumé !
Merci Hannibal.

Raymond
#4
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, Steuf

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5145
  • Remerciements reçus 1502

Olivier Mottard a répondu au sujet : VEGAFINA CIGARS Ometepe Nicaragua

Hannibal, Raymond,

Un cadeau de ma belle-sœur qui attend sagement en cave depuis deux mois.
Vos CR me donne vraiment envie de le déguster !

Amicalement,

Olivier
#5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9071
  • Remerciements reçus 352

RaymondM a répondu au sujet : CR: VegaFina Cigars - '' Ometepe ''

CR: VegaFina Cigars - '' Ometepe ''
Nicaragua

Nouvel Ometepe fumé hier et confirmation de la grande qualité de ce cigare.
Je crois que je vais faire quelques réserves

Raymond
#6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2520
  • Remerciements reçus 141

hannibal a répondu au sujet : VegaFina Cigars - Ometepe (Nicaragua)

Tu m'en laisses un ou deux, Raymond... Allez, s'il te plait...
#7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9071
  • Remerciements reçus 352

RaymondM a répondu au sujet : CR: VegaFina Cigars - '' Ometepe '' (Nicaragua)

CR: VegaFina Cigars - '' Ometepe ''

Avant de racheter les stocks de ma Civette j’ai demandé à en fumer un d’une autre boite : C'est toujours aussi bon !
La régularité semble donc de mise.

Raymond
#8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2520
  • Remerciements reçus 141

hannibal a répondu au sujet : VEGAFINA CIGARS Ometepe Nicaragua

RaymondM a écrit: '' La régularité semble donc de mise ''

Je confirme.
C'est une édition limitée et VegaFina est très fiable (à part le Robusto Maduro dont la cape varie de très maduro à colorado soutenu. Toujours bon, cigare facile, un peu moins le maduro parfois retors - la cape brûle moins bien d'où effet de cône intérieur ou déséquilibre, ce qu'on retrouve dans d'autres maduro ou double maduro, Rocky Patel Vintage et autres- alors que le colorado flirte parfois avec l'Ometepe)

RAS sur la première boîte et la deuxième suit le même chemin.
#9

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2520
  • Remerciements reçus 141

hannibal a répondu au sujet : CR: VegaFina Cigars - '' Ometepe ''

CR: VegaFina Cigars - '' Ometepe ''

Allez, je ne résiste pas : troisième boîte et toujours aussi hallucinant !
(J'ai refumé un Hoyo de San Juan récemment, plus doux, un de mes cigares préférés, mais je préfère celui-là. C'est clairement un cigare d'exception. Faites des stocks si vous le pouvez !

Avec un Solera 21 La Hechicera (Colombie), on n'est pas loin du Nirvana.
#10
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Galinsky

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4720
  • Remerciements reçus 185

dfried a répondu au sujet : CR: VegaFina Nicaragua - Ometepe

CR: VegaFina Nicaragua Cigars - Ometepe
Nicaragua – Edition Limitée 2019
Magnum (Gran robusto) : 14cm - ø 2,1cm (ring 54)



Cela fait quelques semaines que je vois avec quel entrain Hannibal défend ce cigare (avec la confirmation de Raymond).
Sachant qu'il ne s'émeut pas pour rien en matière de vitoles, je suis de plus en plus chatouillé par l'envie de l’essayer. Un bon copain m’en a donné l’occasion.
(Fumé dans un fumoir équipé).

Cape : Maduro quasi chocolat finement nervurée, très souple (peut-être un poil trop humide), grasse et lisse.

A cru : Notes fortes de grain de café torréfié, bois oriental et cuir. Un parfum étonnamment gourmand.

Allumage parfait.

1er tiers : Dès la 1ère bouffée le cigare est rond, suave, sur de douces notes crémeuses de café et de noisette, avec une trame très discrètement boisées. Une douceur dont je n’ai pas l’habitude aussi tôt dans la dégustation. La fumée est ample et le cigare se consume tranquillement. Il est très facile à reprendre en bouche même après une pause de quelques minutes, qui ne l’éteint pas.
Tout reste très, très doux. La seule note un peu puissante est une touche de chocolat noir matinée de cuir blond. Il n’y a aucune amertume. Les saveurs ne sont pas réellement miellées, plutôt sur le massepain, les épices douces et toujours de savoureuses notes de moka parfois un peu plus café, parfois un peu plus fève de cacao.
Le cigare est bien construit. La cendre tient magnifiquement, s’agrandissant mm après mm au bout de la vitole sans plier. Je remarque néanmoins une différence de coloration sur cette colonne de cendre, une partie bien plus claire que l’autre, qui pourrait être un signe d’un roulage pas totalement uniforme.
Pour autant, je ne décèle rien à la dégustation de troublant. Tout au contraire, je passe un superbe moment.

2e tiers : Un coup de téléphone m’oblige à sortir de ma rêverie. En posant le cigare je me rends compte être déjà nettement parvenu au second tiers sans que je ne m’en sois aperçu. Il n’y a pas eu la modification usuelle au passage de ce palier.
La conversation terminée je reviens à ma table et me rends compte que dans la précipitation j’ai fait tomber le cigare, qui s’est éteint.
Il se rallume comme si de rien n’était et reprend, offrant à nouveau cet appétissant bouquet gourmand. Le tirage reste parfait.
Petit à petit une saveur de cuir blond prend ses aises. C’est toujours aussi rond et suave.
Cette trame accompagne à merveille les touches d’épices orientales, qui circulent en son long ainsi que le café et les fruits secs grillés, qui s’égaillent sur le palais. Vers la fin de ce tiers un petit poivre se fait jour ainsi qu’une fine saveur de sous-bois.

3e tiers : Le cuir blond et les notes torréfiées s’accompagnent d’un léger poivre, qui se montre un peu plus insistant. Pour autant, le cigare demeure très suave avec encore quelques rares éclats crémeux. C’est plutôt l’intensité et la concentration des saveurs, café, cacao noir, noix, épices un peu fortes, et un retour du boisé, qui augmentent.
Jusqu’au bout ce cigare se sera montré doux, mais avec une véritable complexité gustative.

Bien sûr, je pourrais penser à certaines vitoles cubaines, qui procurent un cran supérieur de profondeur complexe et de déclinaisons de saveurs plus évolutives. Certaines qui offrent également un peu plus de nerf dynamisant la dégustation.
Alors certes au regard de ma description on pourrait croire que cet Ometepe fut relativement linéaire.
Mais en fait, il m’a surtout semblé être comme un parfum subtil. Un effluve tendre, dont l’accroche suspend le temps et propulse en un instant dans une dimension de paisible rêverie.

Je savais que je fumais un nicaraguayen. Si je ne l’avais pas su, aurais-je estimé différemment ce cigare ?
Honnêtement, que ce soit pour sa belle construction (je crois que le roulage pourrait bénéficier d'être un peu plus serré pour franchir une marche qualitative supplémentaire), ou pour ses saveurs, il pourrait sans rougir appartenir à la gamme de certaines manufactures cubaines. Ma méconnaissance des cigares non cubains m'aurait donc induit en erreur.
Je ne sais donc pas si comme le dit Hannibal, l'Ometepe pourrait être le meilleur cigare nicaraguayen du moment. Il fait en tout cas un bon cubain.

Une fois la dégustation terminée (et ici j’ai vraiment eu l’impression d’avoir goûté à quelque chose de gourmand), une petite verrine de chez Pain de Sucre intitulée ‘’Comme un planteur’’, sorte de mini blanc-manger avec de la pulpe de mangue et de fruit de la passion très légèrement aromatisé au rhum brun, s’est très joliment mariée avec les saveurs, qui demeuraient aux palais.

J’ai une furieuse envie de le fumer à nouveau.
La prochaine fois, si j'ai cette chance, je prendrais soin de tenter d’utiliser un plus petit diamètre d’emporte-pièce voulant voir si je n’ai pas laissé un peu trop de liberté à la fumée de ce cigare dont les feuilles pourraient être roulées de manière un peu moins aérées, je crois.

Un rapport qualité/prix/plaisir top.
Le cigare type que l'on peut apercevoir du coin de l’œil, et alors que l'on n'avait pas prévu de fumer ce jour là, qu'on déguste sur un coup de tête pendant une fin de matinée ou un après-midi tranquille.
Pour moi ce fut un soir, et ce fut tout aussi bon.

Merci pour cette découverte chers amateurs non moins experts LPViens ! (tu)
Copyright VegaFina Cigars
#11
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, Galinsky, hannibal, Frisette

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2395
  • Remerciements reçus 452

Galinsky a répondu au sujet : CR: VegaFina Nicaragua - Ometepe

C'est une première de mon côté, après avoir tasté du cubain pendant de longues et nombreuses années, ceux-ci correspondant pleinement à mes goûts.

Après avoir échangé avec mon Torcedor préféré lors ma dernière venue sur la perle des Caraïbes et ensuite lors de notre déjeuner sur Paris, l'idée d'allumer un puro nicaraguayen a commencé à germer.

C'est dans un deuxième temps après avoir lu les différentes évocations par l'ami Hannibal ainsi que ceux de Denis, j'ai eu follement l'envie de vérifier par moi-même la qualité des cigares produite par ce pays....

Chose faite en ce vendredi avec un CR:VegaFina Omepete (Nicaragua)

La première chose qui me plait est sa cape, d'une belle couleur maduro et bien brillante (grasse)

La chose qui me déplaît un peu plus est le préservatif qui enveloppe chaque cigare :whistle:

Le tirage à cru évoque le chocolat noir (cacao), le thé longuement infusé et les épices -

L'allumage et le tirage sont parfait, les premières bouffées sont assez puissante avec cette réminiscence de notes chocolatées, du boisée et un peu d'amertume - Puis lentement mais surement tout cela s'atténue pour être remplacé par des notes pâtissières savoureuses, la fumée est dense et le tirage s'avère impeccable du début à la fin.
Au fur et à mesure ou la vitole se consume pour aller vers le deuxième tiers, les notes se font plus complexe, mais jamais roboratives. Avec de belles notes aromatiques de cuir délicat et un coté chocolat suave et délicat. La dernière partie du troisième tiers s'avère un peu plus marquée par la puissance.

En résumé, un très beau et bon moment de plaisir... trop court, qui me donne l'envie d'aller plus loin dans l'exploration des terroirs du Nicaragua. TRÈS BIEN

C'est cela LPV, le partage des plaisirs.

A quand la première rencontre du Gunthard Club au pays des puros (en tout cas, je suis partant) !

Eric
#12
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, dfried

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9071
  • Remerciements reçus 352

RaymondM a répondu au sujet : VegaFina Nicaragua - Ometepe

Ca y est , la production du Ometepe est épuisée et sauf exception( fin de stock) il est désormais impossible d’en trouver .
Dommage ça sera difficile de trouver un cigare de cette qualité .....à ce prix .
En tout cas pas le Vega Fina 1998 que je viens d’essayer .
Par la même occasion j’ai appris que Ometepe n’est autre que le nom d’une île située au milieu de l’immense lac Nicaragua dans le pays du même nom.

Raymond
#13
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, Galinsky

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2520
  • Remerciements reçus 141

hannibal a répondu au sujet : VegaFina Nicaragua - Ometepe

Eh oui, Raymond, je confirme avec toi que c'est un bien grand malheur qui nous frappe avec la disparition de cet excellent cigare, et je confirme également que si le 98 n'est pas mauvais (privilégier le plus petit) il est loin d'être au niveau.
Je profite de l'occasion pour signaler au passage un autre excellent (dans un genre très différent) cigare fumé dernièrement, le CLE (Christian Eiroa) Prieto y Prensado Box Press (forme carrée des cigares tassés en boîte), au prix hélas plus élevé que le Vega.
#14

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 22
  • Remerciements reçus 6

elreytristan a répondu au sujet : VegaFina Nicaragua - Ometepe

Je n'ai malheureusement jamais eu l'occasion de goûter le VF Ometepe mais j'ai pris beaucoup de plaisir avec VF 1998 VF52 (un robusto je viens de vérifier) pour ma part.
Je l'ai essayé suite à sa note et son classement de cigare de l'année sur la revue l'amateur de cigare. Personnellement j'ai trouvé son rapport prix/plaisir excellent ...
Il existe aussi le V54 qui est un grand robusto c'est peut être celui là que vous avez essayé, je souhaitais l'essayé aussi mais je ne l'ai pas trouvé encore.

Peut être que le problème de gout vient aussi que le Ometepe était un Puro Nicaragua, assez rare dans les terroirs hors cuba il me semble alors que ce dernier VF 1998 possède une cape Equatorienne, une sous cape Indonésienne, et une tripe Nicaragua, Rep Dom, Colombie ( Ca fait un peu mondialisation 5 pays dans un même cigare mais on voyage au moins ... ;-)) )
#15

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2520
  • Remerciements reçus 141

hannibal a répondu au sujet : VegaFina Nicaragua - Ometepe

Les VF 1998 sont très sympas mais irréguliers
Effectivement ils n'ont pas la finesse remarquable de l'Ometepe dont il faut espérer que VF retrouve rapidement la formule (PS les VF Nicaragua ne sont pas mal non plus, on retrouve un peu du style Ometepe)
#16

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2520
  • Remerciements reçus 141

hannibal a répondu au sujet : VegaFina Nicaragua - gran reserva 2020



CR: VEGA FINA GRAN RESERVA 2020

ATTENTION NOUVEAUTE : alors c'est quoi le nouveau VEGA FINA GRAN RESERVA 2020 ?
Ben, comme son nom l'indique, une nouveauté de 2020 et surtout le plus fantastique nez cacaoté kirché pâtissier (genre forêt noire) qu'il m'ait été donné de renifler. Une robe de toute beauté, cuivrée et marbrée à souhait, recouverte de ce fin duvet fermentaire qui donne à la feuille ce velouté incomparable (une spécialité cubaine en principe) et promet des sommets d'extase intellectuelle et gustative. C'est tellement beau qu'on n'ose à peine y toucher, craquer l'allumette fatidique qui viendra mettre un terme à ces préliminaires.
Bon et alors si on le dégustait, maintenant, ce petit cigare (pas si petit que ça, il s'agit tout de même d'un toro 6 x 50) ? Cape nicaragua, sous-cape idem et tripe dominicaines, minimum cinq ans d'âge, 7560 boîtes de 10, 1800 pour la France. Le coupe est bonne, le tirage très convenable. C'est d'un très bon niveau général mais assez diaboliquement corsé, ce qui ne plaira sans doute pas à tout le monde. Il y a un côté crémeux, rôti et métallique qui trahit l'âge des feuilles. L'image et le goût de la peau dorée et craquante d'un poulet de ferme sortant du four me vient à l'esprit. On arrive très vite sur un style assez cubain type gros modules Hoyo ou Partagas, avec une finesse et une complexité qui montent nettement en puissance. Ce n'est encore pas cette fois qu'on va retrouver le modèle d'équilibre idyllique du légendaire Ometepe mais on est quand même face à un cigare d'une qualité remarquable, qui tient bien en bouche et sait modérer ses ardeurs en cours de route. Il peut même devenir, passé le premier tiers, assez fascinant.
#17
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, dfried, Galinsky

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck