Les Nuits au Grand Jour 2020 : petit CR

    • Messages : 299
    • Remerciements reçus 140

    No Sport a créé le sujet : Les Nuits au Grand Jour 2019 : petit CR

    Avec du retard, je me lance dans le compte-rendu des Nuits au Grand Jour 2019 (9-10 mars), salon des viticulteurs de Nuits Saint Georges (un peu élargi depuis l’origine) qui a lieu le week-end de la vente des Hospices de Nuits. Excusez le style un peu télégraphique et liminaire (voire parcellaire, subjectif aussi) mais ce fut une journée dense avec une quarantaine de vins goûtés.

    Nous partons, mon camarade et moi, dès potron-minet d’Ile de France afin de faire l’ouverture.
    Une fois le petit noir avalé, histoire de nous donner du courage face à la terrible corvée qui nous attend, nous voici face au stand de Thibault Liger Bel Air (nous sommes les seconds, un autre Lpvien est déjà sur les lieux, preuve que LPV contribue dangereusement à l’uniformisation des goûts…).

    Domaine Thibault Liger-Belair.

    Pour ma part, c’est ma 1ère rencontre en chair et en os avec Thibault Liger Bel Air et il me faut rendre hommage à la passion qui l’anime et qu’il partage avec patience et pédagogie.
    Preuve d’un sens absolu du détail et d’une recherche de perfection dans l’élaboration de ses vins, il nous explique notamment comment il sélectionne au sein de ses propres forêts les chênes qui seront utilisés pour les tonneaux, poussant le vice jusqu’à sélectionner et réserver les cœurs des meilleurs arbres aux meilleures cuvées, laissant la périphérie aux cuvées moins nobles. De son point de vue, le chêne doit être à peine chauffé pour ne pas maquiller le vin et exprimer seulement ou presque les seuls arômes du bois pur.
    L’approche est un rien fondamentaliste mais avec de tels soins et ceux accordés lors de la vinification, nul doute que les vins du domaine expriment une qualité peu commune.

    Passons aux quelques cuvées présentées sur un millésime 2016 compliqué, voire catastrophique en termes de météo et de rendement sur certaines parcelles :

    Bourgogne les Grands Chaillots 2016
    Nez ouvert, fruits rouges frais, pivoine, plein, belle allonge, un générique de fort belle facture qui boxe une taille au-dessus. B++
    Haute Côtes de Nuits les 3 terroirs 2016
    Cuvée particulière car les 3 parcelles de HCN qui sont d’habitude distinguées ont été trop largement affectés par les aléas climatiques de l’année. D’où l’obligation de les réunir en une seule pour 2016.
    Nez plutôt mutique, touche de soyeux en bouche mais cela ne s’exprime guère en l’état. B sur le moment ; à revoir
    Chambolle Musigny 2016
    Vanille au nez, fruits noirs, réduction, un peu bousculé avec un milieu de bouche fuyant, du soyeux et des tannins marqués en finale. Charmeur mais plutôt de mauvaise humeur pour l’instant. B+
    Nuits Saint Georges 1er cru les Saint Georges 2016
    Là, on grimpe plusieurs marches. Beau panier de fruits rouges et noirs, bâti sur la fraicheur sans manquer de profondeur, des tanins aigus mais nobles, une matière soyeuse, pour les amateurs de pinot dentelle. TB+/Exc
    Charmes Chambertin 2016
    Pointe de réduction, matière de taffetas de fruits noirs, touche réglissée, tannins pointus. Là où les Saint Georges jouait une gamme aérienne comme les violons en début d’orchestre, le Charmes joue une partition plus grave, hautbois et percussions. Mais l’harmonie n’est pas encore tout à fait en place. TB+

    Domaine de l’Arlot
    Un autre domaine que j’aime bien surtout pour le Clos des Forêts. Accueil professionnel mais pas viticole.
    Nuits saint Georges 1er cru Mont des Oiseaux 2017
    Premier contact avec cette cuvée. Style facile, vanille entêtante, tannins marqués. Perso, je passe mon chemin. AB
    Nuits Saint Georges 1er cru les Forêts saint Georges 2016
    Un petit monstre de puissance contenue. Grande classe « classique » comme j’aime. A encaver pour de nombreuses années. TB+/Exc

    Domaine Robert Chevillon
    Voilà un producteur qui m’intrigue car il s’agit tout de même d’un des quatre animateurs « historiques » de Nuits Saint Georges (avec Gouges, Chicotot et Michelot) et je m’attends à du « level », de l’expression du terroir version XXL, dans le plus pur style classique, quoi. Pourtant, pour la seconde rencontre, pas de quoi, une nouvelle fois, hisser le drapeau au sommet de l’Everest Nuiton. Ou alors c’est que je ne comprends pas le style.
    Nuits Saint Georges Vieilles Vignes 2015
    Sur les fruits noirs, typé Nuits côté Vosne, poudré, un peu fluide. B(+)
    Nuits Saint Georges 1er cru Chaignots 2015
    Plutôt fruits rouges, floral, tannins marqués et un peu durs. A attendre. B(+)
    Nuits Saint Georges 1er cru Perrière 2015
    Boisé marqué, réglisse, poudré. A attendre. B

    Domaine Jérôme Chezeaux
    Première rencontre avec ce domaine qui propose des cuvées intéressantes.
    Nuits Saint Georges 2016
    Typé Nuiton, bonne persistance B++
    Nuits Saint Georges 1er cru les Pruliers 2016
    Nez expressif, bouche en retrait, boisé marqué (réglisse) mais cela devrait se fondre. Du potentiel. TB
    Nuits Saint Georges 1er cru les Vaucrains 2016
    Nez riche, herbe coupée, réduction, animal, puissance, du potentiel. Correspond à mon image des Vaucrains. TB(+)

    Domaine Faiveley
    Force commerciale mais pas grand-chose d’intéressant proposé à ce salon.
    Nuits Saint Georges 1er cru 2015
    Assez consensuel avec un fruité fortement arrondi par un boisé prégnant. Tannins accrocheurs en finale. B(+)

    Domaine Gachot-Monot

    Petit domaine méconnu qui fait pourtant des vins dans un style plutôt moderne et accessible (cuvaisons plus courtes que le standard classique). J’aime bien le rapport Q/P.
    Cotes de nuits Les Chaillots 2017
    Parcelle intéressante car pentue et caillouteuse qui permet à ce CdN de sortir souvent de sa catégorie. Sur 2017, le minéral s’exprime moins, laissant toute sa place au fruit (et à la vanille un peu excédentaire). B+
    Cotes de nuits Les Chaillots 2015
    Assez proche du 2017, fruits noirs et boisé masque un peu le minéral. Parait à boire. B+
    Nuits Saint Georges Les Crots 2017
    Parcelle village contiguë du 1er cru éponyme. Culture en terrasse en raison de la forte pente. Très nuiton, en puissance, je retrouve le terroir, miam. TB
    Nuits Saint Georges 1er cru Les Poulettes 2017
    Dans un style plus charnu que puissant, plein, boisé intégrable. B+/TB

    Domaine Philippe Gavignet

    Un domaine reconnu pour certaines de ses cuvées (Chaboeufs, Bousselots, Argillats) que j’apprécie sans le porter au pinacle.
    Hautes Côtes de Nuit les Dames Huguettes 2017
    Sur la fraicheur et le fruit, touche minérale, manque un peu de corps mais c’est B+
    Nuits saint Georges Vieilles Vignes 2017
    Facile, fruit et boisé, fruits noirs B(+)
    Nuits Saint Georges Les Argillats 2016
    Touche de souffre, plein, plus classe B+
    Nuits Saint Georges 1er cru Les Chaboeufs 2016
    Vin agréable, animal, gourmand, accessible en l’état, du plaisir. TB
    Nuits Saint Georges 1er cru Les Bousselots 2016
    Nez ouvert. Vin agréable, sur les fruits, dans un style plein mais il manque un petit supplément d’âme B++
    Nuits Saint Georges 1er cru Les Pruliers 2016
    Friand et ouvert, proche des Chaboeufs TB

    Domaine Chantal Lescure
    Je sais que ce domaine a sa petite réputation mais, pour la seconde fois, j’ai eu un peu de mal à accrocher.
    Nuits Saint Georges 2016
    Réunion de deux parcelles (les Herbues et les Tuyaux). Soyeux, tannins serrés qui brident le plaisir en l’état. B
    Pommard les Vignots 2016
    Parcelle sur le versant sud et sur marnes blanches. Séduisant, plein, ouvert, du potentiel B+/TB

    Maison Moillard
    Première rencontre avec ce négociant nuiton.
    Nuits Saint Georges 1er cru les Saint Georges 2013
    Fruité, plein mais milieu de bouche un peu fluide, tannins encore accrocheurs. Agréable mais pas au niveau de son terroir. B+

    Domaine des Perdrix
    Un des domaines stars du salon et il faut reconnaitre que leur cuvée phare a de la classe.
    Nuits Saint Georges 1er cru les Perdrix 2016
    Très soyeux (du taffetas) plein, très séduisant même si je préfère les terroirs qui « tabassent » à cette expression plus délicate. Du temps et du potentiel TB+/EXC

    Domaine Remoriquet
    Il y a quelques belles cuvées ici. Il faut sélectionner cependant.
    Nuit Saint Georges 2015
    Sur la cerise, agréable mais des tannins accrocheurs. A attendre encore. B++
    Nuits Saint Georges 1er cru Rue de Chaux 2015
    Marqué par le bois (vanille, réglisse), un peu court. J’ai bu chez Chicotot des Rue de Chaux bien supérieurs. B(+)
    Nuits Saint Georges les Allots 2016
    Encore discret et sur la réserve mais une matière poudrée et soyeuse qui invite à la patience. B+/TB
    Nuits Saint Georges 1er cru les Damodes 2016
    Un Damodes gourmand et soyeux, Amers en finale. Attendre TB
    Vosne Romanée 1er cru Au-dessus des Malconsorts 2012
    Fruité mûr et pur, animal, tannins encore marqués qui incitent à attendre. TB+

    Domaine Daniel Rion
    Premiers NSG du domaine que je goûte. Je n’ai pas été embarqué pour cette fois.
    Nuits Saint Georges Les Lavières 2013
    Du boisé (réglisse), des tannins, des amers marqués : tout cela peut se fondre mais en l’état parait peu convaincant. B(+)
    Nuits Saint Georges 1er cru les Vignes Rondes 2016
    Première fois que je goûte ce terroir, curiosité donc mais un peu gâchée par un style moderne (fruité rond, boisé luxueux) qui masque (pour l’instant ?) la terre. B+ ?

    Voilà pour l’essentiel (j’ai raconté le passage épique en début de soirée chez Chicotot), si ce n’est le savoureux passage à la Cabotte, petit restaurant hautement recommandable (aaaaah, les œufs en meurette au chardonnay : mon coup de cœur de 2019) et un autre passage en coup de vent au domaine Bony (que je ne connaissais pas) qui a réalisé un Nuits Saint Georges 1er cru les Damodes 2016, remarquable de plaisir immédiat.
    #1
    Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Frisette, starbuck, LoneWD, Pins, Fre, Kiravi

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 299
    • Remerciements reçus 140

    No Sport a répondu au sujet : Les Nuits au Grand Jour 2019

    Nouvelle édition le 7 et 8 mars pour les amateurs ( www.nuitsaugrandjour... ).
    Perso, je ferai le pèlerinage le 8, donc si un autre Lpvien de passage a envie de serrer une poigne amicale, cherchez un trio composé d'un grand et d'un petit binoclards qui ont pour point commun d'avoir abusé de la cuisine au beurre (le petit, c'est bibi) et d'un jeune brun barbu tendance bobo rebelle ;)
    #2

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 299
    • Remerciements reçus 140

    No Sport a répondu au sujet : Les Nuits au Grand Jour 2020 : petit CR

    Passage au Salon « les Nuits au Grand Jour » le 8 mars 2020. Salon à taille humaine, local en grande partie donc assez authentique, même si l’on peut parfois regretter que certains domaines engagent des commerciaux ou intérimaires qui ne connaissent pas grand-chose à leurs vins et à leur histoire.
    Les impressions reproduite ci-dessous sont l’expression d’un ressenti personnel sur le moment et n’expriment pas de jugement de valeur.

    Nous commençons par le Domaine Gachot-Monot dont j’apprécie souvent certaines cuvées à bon rapport Q/P. Le style est moderne et seul le millésime 2018, bousculé par une mise récente en bouteille, est présenté :
    Côtes de Nuits Villages 2018 : le vin a de la mâche mais le fruit est en retrait. Peu agréable en l’état.
    Côtes de Nuits Village « Les Chaillots » 2018. Climat que j’affectionne (parcelle pentue, bien drainée). On grimpe quelques marches par rapport au précèdent. Fruit expressif, minéral, de la chair. Vraiment intéressant.
    Nuit Saint Georges « Les Herbues » 2018. NSG Village côté Vosne. Fruité et aimable mais court et manquant de chair. Facile.
    Nuit Saint Georges « les Crots » 2018. Autre parcelle village entre le 1er cru éponyme et els Hauts Pruliers. Culture en terrasse. Profil nuiton classique. Vin plus ample, épicé ; tannins affirmés. Prometteur.
    Nuit Saint Georges 1er cru les Poulettes 2018. Haut de la combe des Vallerots. Ample et aimable. Doit se mettre en place.

    Domaine Truchetet ; petit domaine de moins de 6 hectares en conversion bio. Une petite activité négoce naissante. De l’attention à la vigne.
    Cotes de Nuits Villages 2018 : agréable et épice mais un peu cher.
    Nuit Saint Georges Vieilles Vignes 2017 : regroupement de parcelles de + 100 ans « les Topons » et « Charbonnières ». Vin plein, complexe, épicé, promis à grand avenir. J’ai aimé.
    Nuit Saint Georges « les Topons » 2018 : expérience de vendanges entières. À ce stade, la rafle masque partiellement le fruit mais il y a une vraie promesse et un pari potentiellement réussi.

    Domaine Petitot ; petit domaine également.
    Cotes de Nuits Villages « les Vignottes » 2017 : vignes de 80 ans en face du Clos de la Maréchale. Léger, épicé, facile avec un boisé marqué.
    Nuit Saint Georges « les Poisets » 2017 : parcelle village sous « les Cailles ». sur la fraicheur, végétal. Un peu court.

    Domaine Thibault Liger Bel Air ; une des principales locomotives de l’appellation (et d’autres). Thibault Liger Bel-Air m’impressionne une nouvelle fois. D’abord, c’est un grand seigneur qui partage avec gourmandise et simplicité sa passion des terroirs, de ses vignes et de la vinification. Ensuite, ses vins sont vraiment remarquables et la gamme est très cohérente, sans fausse note.
    Moulin à Vent les Rouchaux 2017 : difficile d’imaginer qu’on se trouve hors Bourgogne ; vin sombre exhalant senteurs de rose et de terre mouillée. Complexe et fin. Impressionnant.
    Hautes Côtes de Nuit La Roche 2017 : Minéral et souligné d’une fine amertume. Doit attendre.
    Chambolle-Musigny Vieilles Vignes 2017 : 40% de vendanges entières. Fruit pur et minéralité, expression chambolléenne très séduisante. De l’avenir.
    Clos Vougeot 2017 : Le vin est bousculé certes et il faut encore que beaucoup d’éléments se mettent en place et trouvent leur équilibre mais, la promesse est très grande. Nez expressif et puissance se conjuguent.
    Nuit Saint Georges 1er cru les Saint Georges 2017 : Comme l’an dernier, c’est une claque. Une structure fine à l’allure d’une cathédrale du gothique flamboyant. Une grande élégance et une belle fraicheur. Magnifique.

    Domaine des Perdrix ; un autre cador de l’appellation, en particulier pour le 1er cru les Perdrix, en quasi-monopole.
    Nuit Saint Georges 1er cru les Terres Blanches 2013 ; fin, léger sans que cela soit vraiment un défaut (2013 quoi), élégance sur les fruits rouges légèrement acidulés.
    Nuit Saint Georges 1er cru les Perdrix 2017 : davantage de chair et de maturité que le cru précédent. Très élégant sur les fruits noirs. Complexe. Relativement peu tannique.

    Domaine Remoriquet : on a eu la chance de discuter avec le fils (je suppose) sur leur entente avec certains vignerons des Hautes Côtes pour déterminer la maturité des raisons des différentes parcelles à partir de dégustations collégiales des grains. Intéressante approche collective. La gamme présentée cette année semble réussie et assez homogène.
    Hautes Côtes de Nuit 2016 : le vin sur le fruit, à croquer sans attendre, pour un plaisir immédiat mais substantiel.
    Nuit Saint Georges 2016 : équilibré, typiquement nuiton, épicé, accessible, manque un poil de longueur.
    Nuit Saint Georges « Les Allots » 2017. Cuir, concentré, fruits noirs. Pas tout à fait en place à ce stade mais prometteur.
    Nuit Saint Georges 1er cru les Bousselots 2017. Expression soyeuse des fruits rouges frais. Délicat et équilibré.
    Nuit Saint Georges 1er cru Rue de Chaux 2016. Expression séduisante du fruit. Tannins serrés mais prometteurs. À attendre pour profiter pleinement de la finesse et de la délicatesse perceptibles.

    Domaine Philippe Gavignet : il y a ici des cuvées élégantes mais il y a de la réduction cette fois et peut-être (?) quelques brettanomyces qui se sont invitées dans une ou deux cuvées. Élevage de 12 mois pour les HCN et 18 mois pour les NSG.
    Hautes Côtes de Nuits Clos de l’Hermitage 2018. Vigne jeune de 4 ans. Fruit immédiat, sur le plaisir ; vin de copains.
    Hautes Côtes de Nuits Clos des Dames Huguettes 2017. Sur la réduction (soupçon de bretts ?). Un beau fruit toutefois. Un peu court.
    Nuit Saint Georges Vieilles Vignes 2017 ; issues des parcelles Les Athées et les Tuyaux. De la réduction une nouvelle fois et davantage marquée (bretts ?). Le vin en devient légèrement animal, ce qui n’est pas (encore) désagréable.
    Nuits Saint Georges 1er cru les Chaboeufs 2017 ; là encore, l’expression du fruit est belle. Il m’a manqué un peu de longueur.
    Nuits Saint Georges 1er cru les Pruliers 2017. Pour moi, le plus abouti de la gamme présentée. Fraicheur et équilibre, tannins fins. Du potentiel.

    Domaine François Legros : première fois que je déguste. Gamme plutôt homogène, accessible et gourmande. Mon interrogation, cela tient-il dans le temps ?
    Nuit Saint Georges 1er cru Aux Thorey 2017 : Fruits noirs soulignés par la vanille. Accessible et facile.
    Nuit Saint Georges 1er cru Roncière 2017 : typé Vosne, séducteur, gourmand.
    Morey Saint Denis 1er cru Clos Sorbé 2017 : sur la cerise pâtissière ; parait un peu simple.

    Domaine Daniel Rion. Domaine qui lorgne du côté de Vosne et cela se ressent. Du boisé généralisé que la matière devra intégrer.
    Côte de Nuits 2018 : souple, frais, pointe d’animalité. Agréable.
    Nuit Saint Georges les Lavières 2016. Boisé, grillé, tannins souples. Du fruit, de la gourmandise mais il faudra que le terroir s’exprime une fois que le boisé aura pu se fondre.
    Nuit Saint Georges 1er cru Hauts Pruliers 2016 ; profil comparable avec un boisé encore présent. Une pointe d’amertume et davantage de caractère.
    Vosne-Romanée 1er cru « les Beaumonts » 2017 : j’ai dû passer à côté de ce vin qui m’a sur le moment paru en dessous de son pedigree. Il faut dire qu’on s’approchait de la fin.

    La pause s’impose. On passe aux nourritures terrestres (remarquables) à la Cabotte, on y boit un vraiment superbe Hautes Côtes de Nuits le Prieuré 2015 de Thibault Liger Bel-Air et on refait un passage rapide au salon, avant d’aller saluer nos amis du domaine Chicotot.

    Effet de séquence ? Fatigue du palais ? Nos deux passages au Domaine de l’Arlot (clos du Chapeau, Clos des Forêts 2014 et 2017) et au domaine Gouges (Nuit Saint Georges) déçoivent mais on ne veut en tirer aucune conclusion et on décide que la vraie pause (1/2 d’heure en fait…) s’impose vraiment, avant de redémarrer chez Pascale et Jojo (CR dans le fil dédié).

    Vivement l’année prochaine !
    #3
    Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, PBAES, Eric B, Vaudésir, sebus, Frisette, starbuck, Cristobal, DaGau, Vesale

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    Modérateurs: Cédric42120GildasPBAESstarbuckMartinezVougeotjean-luc javaux