Nous avons 1102 invités et 15 inscrits en ligne

Domaine Louis Sipp

  • Messages : 653
  • Remerciements reçus 1387
CR: Louis Sipp Riesling Kirchberg de Ribeauvillé 2012

Sans préparation.
Robe jeune et peu intense.
Aromatique de bonne intensité, pur, notes classique d'hydrocarbure et empyreumatique, puis des fruits jaune, agrumes.
Matière de 1/2 corps, pure, joli touché gras.
Structure marquée une acidité "limite" mais pas astringente. C'est très sec.
Finale de bonne longueur, minérale et salivante.
A garder sans aucun doute.
Bel accord avec un vieux gouda.
À servir peu frais.
A J+2, le vin s'assouplit, tout en restant assez sapide.
Au final, un Riesling qui m'a plus, au profil sec et tranchant, à ne pas mettre dans toutes les bouches en l'état, et à bien accompagner.
Plutôt Très Bien 
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, breizhmanu, starbuck, Garfield, Bug
16 Fév 2021 18:35 #841

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 687
  • Remerciements reçus 234
CR: Pinot Gris Vendanges Tardives 2008 – Domaine Louis Sipp



Robe or paille assez foncée.
Nez assez puissant sur le sucre roux, le miel, la datte, quelques notes de fruits confits.
L’attaque en bouche est grasse, dense, la matière riche est péniblement équilibrée par une acidité présente mais à mon gout insuffisante pour relancer le vin.
Les arômes de sucre roux et d’abricot confit renforcent la douceur du vin, sans tomber dans l’écœurement, tout du moins pour les becs sucrés.
On appréciera ce vin pour son coté tertiaire toujours charmant même si je pense que je l’aurais apprécié plus jeune, plus fougueux et probablement plus varié aromatiquement.
Longueur correcte, salivante, un peu pâteuse.
Un vin plaisant qu’il est grand temps de boire. Très bon accord avec un émincé d’échine de porc au gingembre et à l’orange.

Sylv1
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, starbuck, BATARDO, éricH, Bug
02 Mar 2021 20:21 #842
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 54
  • Remerciements reçus 114
CR: Domaine Louis Sipp - Riesling - Grand Cru Kirchberg de Ribeauvillé - 2013

Bu avant hier un Riesling Grand Cru Kirchberg de Ribeauvillé acheté par mon père au domaine.
La robe présente quelques notes d’évolution. Le nez est sur le citron, je sens que le vin va être tendu en bouche et je ne me trompe pas ( dû au millésime ? ). Il y a quand même une petite balance entre l’acidité et le gras mais c’est l’acidité qui domine. Je n’ai pas perçu de notes de pétrole, mais je n’y suis pas encore habitué. Je ne sais pas si cette acidité pourra s’équilibrer avec le temps mais il est prêt à boire, pour ceux qui aiment.
Il a bien accompagné une blanquette de veau !

Olivier
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, Papé, leteckel, BATARDO, samgriz, éricH, Garfield
03 Mar 2021 19:29 #843

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6263
  • Remerciements reçus 4055
CR: Domaine Louis Sipp, Alsace Grand Cru (Riesling), Osterberg, 2017

Ouverture immédiate
Robe jaune claire à reflets verts. Le nez est très précis sur les agrumes et le kiwi, avec une grande prédominance citronnée. D'ailleurs mon fils qui voulait sentir, s'est exclamé d'un "Wouha Papa comme ça sent le citron!!!" (4 ans, ça s'éduque de bonheur dans le Forez!!!). On retrouve un côté finement fumé en complément. La bouche se montre très droite, ferme, avec une belle sensation de maturité et une matière qui se montre confortable et relativement dense, ce qui lui fait gagner en confort de bouche. C'est tendu sans être laser (on est sur un indice entre 1et 2), encore assez primaire, l'aromatique se portant essentiellement sur le citron, le citron vert, un peu de mandarine et de kiwi, avec quelques notes de poivre blanc et de fumé en complément. Belle finale étirée, sèche sans être aride. Très Bien à Excellent (16,5/20), belle première rencontre avec le domaine.

Flo (Florian) LPV Forez
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, Moriendi, bibi64, Vaudésir, DUROCHER, starbuck, BATARDO, samgriz, éricH, Lionel73, Bug, Gaija
05 Avr 2021 21:41 #844

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1305
  • Remerciements reçus 416

Réponse de bulgalsa sur le sujet CR: Louis Sipp Muehlforst riesling 2016

Louis Sipp Muehlforst riesling2016

Mes impressions:
La robe est jaune pâle. Le nez dégage des arômes pétrolés puissants à l'extrême sur lesquels aimeraient bien survoler des arômes de fleurs jaunes. La bouche est sur le même registre puissant qui renverse tout sur son message avec une minéralité et une salinité affirmée.
Vin surprenant quand on ne s'attend pas à cette puissance, mais très bon malgré tout. Mais difficile de boire plus de deux verres. Je dois être un mauvais dégustateur, parce que la grande finesse mentionnée sur la fiche du domaine, je la ressens comme de la puissance.

Luc
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, breizhmanu, DUROCHER, BATARDO, ysildur, éricH, Garfield, Bug
03 Mai 2021 09:00 #845

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 653
  • Remerciements reçus 1387

Réponse de vvigne sur le sujet CR: Louis Sipp Riesling Osterberg 2015

CR: Louis Sipp Riesling Osterberg 2015
Sans prise de notes.  
Un bien beau Riesling de grande jeunesse certes assez variétale, mais pur et présentant un joli fond, bien équilibré.
Les millésimes chauds vont bien à ce domaine me semble-t-il.
A garder
Joli rapport qualité/prix.
Plutôt Très Bien
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, BATARDO, Bug
03 Jui 2021 18:32 #846

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4060
  • Remerciements reçus 4223
CR: Domaine Louis Sipp, Gewurztraminer Grand cru Osterberg 2010

Gaétan avait oublié que je n'aime pas le Munster et il en avait prévu pour accompagner cette dernière bouteille.
Avant de goûter j'imagine donc que c'est un Gewurzt.
Les arômes de litchi le confirment très vite.

C'est vraiment plaisant au nez mais c'est encore meilleur en bouche avec une belle acidité qui donne de la vigueur.
Le sucre semble parfaitement intégré conférant à l'ensemble un bel équilibre.
J'imagine un millésime assez frais comme 2008, on n'est pas loin.

Ayant laissé le Chambolle à Gaétan, je suis reparti avec cette bouteille et j'ai pu suivre son évolution deux jours plus tard.
La bouteille n'a pas bougé et le vin était aussi plaisant 48h plus tard.
Une très belle bouteille parfaitement à point mais qui doit pouvoir encore bien se garder.

www.lapassionduvin.c...

Sylvain
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, denaire, Gilles
15 Jui 2021 08:44 #847

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2180
  • Remerciements reçus 3267
CR: Domaine Louis Sipp - Riesling - Grand Cru Kirchberg de Ribeauvillé - Verticale 1971 / 2016

Le message de Luc (Bulgalsa) déclencha en moi une certaine envie de participer à cette dégustation pour plusieurs raisons : de ce que j'avais déjà gouté, j'aimais le style épuré, tranchant et vif des vins du domaine (bon, c'est vrai que les millésimes dégustés s'y prêtaient - 2008 et 2010), les post de Luc sur les vins et les tables du secteur me faisaient penser qu'on partageait quelques affinités de goûts, et enfin la possibilité de tremper mes lèvres dans le millésime qui m'a vu naitre (2006 ou 2001 ? ) fini de me décider à envoyer un MP à Luc pour voir si une rencontre sur place pouvait s'envisager...ce qui fût fait ce samedi matin à 10h00...pas pétantes pour moi (arrivé le dernier du groupe avec 10 mn de retard , j'ai failli faire honte à Luc qui avait réussi à faire patienter l'assemblée forcément assoiffée : une quinzaine d'amateurs, visiblement de tous horizons...y compris de Belgique au vu de l'accent à la table voisine).

Bref, voici les quelques notes prises lors de la dégustation qui débuta vers 10h30, après quelques explications pédagogiques fournies par Etienne SIPP sur le domaine (peu interventionniste), le secteur (Ribeauvillé, caractérisé par la fraicheur du climat générant une forte acidité dans les vins) , et surtout le terroir en question (GC KIrchberg, particulièrement pentu, voire dangereux à travailler en tracteur) dont nous allions goûter les vins qui y étaient produit depuis 50 ans à travers une verticale 10 millésimes !
Les vins ont tous été ouvert, goûté et épaulé la veille au soir avant d'être rebouché.

CR: 2016 : Nez fin, citronné, léger pétrole avec presque une touche "sucrée" au nez.
Bouche fraiche, bien tendue, avec une jolie longueur sur des amers un peu sensibles en finale. Très bien.

CR: 2011 (servi en magnum) : Nez bien pétroleux (même si ça s'atténuera à l'aération) qui domine le citron vert, touche mentholée, plantes médicinales, c'est frais et plutôt appétent. La bouche est plutôt large, avec une sensation de gras sans doute matérialisée par des légers SR (9.1 g). L'équilibre est préservé mais c'est bien moins mon style. Moyen en l'état.
(A la table d'à côté, un participant qui a tout vu / tout bu ) indique que le vin se montrerait bien moins évolué qu'en bouteille...normal, en même temps).

CR: 2006 : On attaque les robes dorées. Nez sur le champignon, les fruits jaunes (prune), une touche miéllée et en cherchant bien un léger terpénne.
La bouche est sur les agrumes bien mûrs, peut-être un poil chaleureuse en finale mais ça reste parfaitement sec malgré la chaleur du millésime. Longueur moyenne. J'ai apprécié la structure du vin mais moins l'aromatique. Bien

CR: 2001 : Luc me glisse avant le service qu'il est venu en partie pour goûter (et peut-être acheter) ce millésime particulièrement réputé.
Le nez juste après le service nous refroidit d'entrée : sur l'encaustique (dixit Luc, et je partage), un poil d'oxydation et une touche miéllé. Bref, pas très avenant...
Grosse matière en bouche (il y a du vin !), avec un niveau d'acidité qui équilibre parfaitement le vin. Il y a un côté presque "liquoreux" mais ça goûte sec (oui, je sais, c'est peut-être antinomique mais c'est comme cela que je l'ai ressenti). 
Très bien pour la structure, et moyen sur l'aromatique avec ce gros doute sur le nez à l'ouverture. Peut-être une bouteille en dessous mais une petite déception sur ce millésime tant attendu.

CR: 1996 : Bouchon au nez (derrière, ça champignonne sur la truffe blanche). En bouche, idem, mais je ne sens plus que le bouchon même si le maître des lieux trouve ça léger...
Il semble y avoir une grosse acidité. Dommage, car le profil du vin aurait pu bien me convenir...dommage aussi que la bouteille ne soit pas remplacée ! 

CR: 1991 : Avec ce millésime, on entre dans un autre monde aromatique.
Superbe nez, complexe, minéral, mentholé, sur les agrumes, la truffe blanche, aucun signe de pétrole.
Bouche fuselée, tendue, aromatique sur les agrumes mûrs, très belle acidité.
Hé bé, c'est un véritable coup de cœur inattendu (même par son géniteur) au vu d'un millésime considéré comme plutôt moyen dans la région. Excellent. 

CR: 1986 : Nez sur les fruits mûrs, la truffe, une pointe torréfiée (ressentie quand un participant la note). La bouche est puissante, sur les agrumes confits, mais des amers un peu trop prégnants et une acidité un peu dissociée le rend bien moins agréable que le 1991.
Très bien pour le nez / Moyen pour la bouche.

CR: 1981 : Nez plus fermé (et qui le restera), un peu d'agrumes, minéral.
La bouche est bien sèche, très tendue, et présente une grosse longueur sur des amers bien intégrés. Finale salivante. Très bien.

CR: 1976 : Magnifique robe dorée signant un âge certain.
Nez également un peu fermé, sur les agrumes mais ça reste bien discret, pointe mentholée.
Bouche présentant un beau volume. L'ensemble est parfaitement équilibré et les 15.5 g de SR sont parfaitement insensibles alors que l'acidité est très basse (annoncée 4.3 g). Grosse persistance en bouche sur une finale mentholée. Très beau vin.

CR: 1971 : Etienne SIPP précise que le millésime serait l'alter égo de 1921, et avait très mal débuté pour finir avec une maturité parfaite.
Superbe robe dorée.
Nez superbe, bien ouvert sur les fruits mûrs, confits, pointe miéllée (cire d'abeille dit Luc, et c'est bien ça). C'est très beau.
Bouche avec du volume, une matière concentrée mais ça goûte bien sec. Arômes de citron vert (?), de fruits jaunes. Grosse acidité ressentie. Il y a moins de longueur que sur le 1976 mais c'est d'une jeunesse bluffante. Excellent

S'en suivra quelques emplettes (mais le prix des millésimes anciens s'emballent vite, avec c'est vrai l'avantage d'avoir pu goûter et l'assurance d'une parfaite conservation) et une belle randonnée avec Luc qui se terminera dans les vignes de l'Osterberg !

Merci à Etienne SIPP pour la dégustation et à Luc pour m'avoir donné l'envie / l'occasion d'y participer. 




 

ArnoulD avec un D comme Dusse
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, Olivier Mottard, Super-Pingouin, Gibus, bulgalsa, LADIDE78, GILT, Vaudésir, iceteayer, tomy63, Frisette, GAET, starbuck, ysildur, Vyat, éricH, Kiravi, Garfield
25 Juil 2021 20:16 #848
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1305
  • Remerciements reçus 416
 Mes propres commentaires sur cette dégustation animée par Etienne Sipp qui m'a effectivement donné l'occasion de faire la rencontre sympathique et agréable de l'affable Arnould.

Je ne reviendrai pas sur les caractéristiques du Grand Cru Kirchberg de Ribeauvillé pour la simple et bonne raison que Patrick Böttcher en avait fait une très bonne description le 15 février 2009 à l'occasion d'une autre verticale de ce cru de ce même domaine (verticale remarquable, je recommande vivement la lecture du lien en ce sens qu'elle contient, en plus de la verticale, une longue discussion avec Etienne Sipp et d'autres éléments relatifs à l'historique).
Verticale du 15 février 2009  

Je reprends donc uniquement ici l'extrait de cette verticale lié à la description du Grand Cru Kirchberg de Ribeauvillé par Patrick Böttcher:

Le Grand Cru Kirchberg de Ribeauvillé
Classé Grand Cru par décret de 1975, ce terroir a été cité pour la première fois en 1328.
Ce coteau bénéficie d'une exposition Sud et Sud-ouest qui, associée à une pente très marquée, lui confère un excellent ensoleillement au moment de la maturation. Son substrat est constitué, en aval, de marnes dolomitiques triasiques et de dolomies du Muschelkalk inférieur, en amont, de marnes bariolées gréseuses et gypsifères du Muschelkalk moyen. Des sols argileux, souvent très caillouteux, accueillent ce vignoble situé à une altitude de 270 à 350 m.
Le tout confère aux vins une grande minéralité proche de celle du Geisberg voisin ainsi que beaucoup de fraicheur grâce à une acidité bien présente.
Les parcelles de Riesling se situent au cœur historique du Grand Cru, d'une part dans la pente marquée située au Sud et d'autre part dans la partie centrale du plateau. La roche mère est située à une cinquantaine de centimètres de la surface. Cela oblige les vieilles vignes de 31 ans d'âge à plonger leurs racines profondément.
Les dernières vignes ont été plantées avec une densité de 6250 pieds à l'hectare.



Toutes les bouteilles ont été ouvertes la veille.
(abréviations: SR= Sucres Résiduels; AT = acide tartrique)

Quant à mes propres impressions:

CR: Louis Sipp Kirchberg de Ribeauvillé riesling 2016
(SR: 3,9g/l - AT: 4,7g/l)
La robe est jaune pâle. Le nez dégage des senteurs florales, d'agrumes et un léger côté beurré; un vin moyennement ouvert au nez. 
En bouche, un vin ample et rond avec de l'amertume se propageant en mileu de bouche et tirant vers une forte acidité en fin de bouche.
Très bonne longueur.
Suivant E. Sipp, "il faut juste être patient pour ce vin, de l'ordre de 7 à 8 ans pour ce millésime dégageant beaucoup de fraicheur".
Bien à très bien.

CR: Louis Sipp Kirchberg de Ribeauvillé riesling 2011 - servi en magnum
(SR: 9,1g/l - AT: 4,4g/l)
La robe est jaune pâle prononcée.
Les arômes terpéniques prédominent avec secondairement des arômes mentholés.
En bouche, la présence de sucres résiduels n'empêchent pas un très bon équilibre de ce vin qui n'est pas assez sec à mon goût.
Selon E. Sipp, il s'agit d'un millésime "beaucoup plus solaire", bénéficiant d'un automne très beau et avec une typicité marquée par le pétrole. Les vendanges ont été précoces cette année-là. La structure de ce vin est moyennement corpulente.
Moyen.

CR: Louis Sipp Kirchberg de Ribeauvillé riesling 2006
(SR: 8,2g/l - AT: 5,2g/l)
Suivant Etienne Sipp, "ce vin pourrait être une projection de ce que pourrait devenir le millésime 2016 puisque la construction du 2016 est identique à celle du 2006: de l'acidité, du froid, un millésime cauchemardesque avec de très fortes pluies : 120mm en 2 jours. Mais heureusement, nous avons rentré les raisins juste avant les pluies, ce qui fait que finalement, la marque de ce millésime ne s'applique pas à cette cuvée".
Au nez, ce vin est vraiment simple, avec des arômes lactés pour ce qui est en plus un nez discret.
En bouche, il est droit et tendu, mais avec une finale courte. Il s'agit d'un vin avec une belle structure ciselée, en dentelle. 
Très bien, grâce à la bouche.

CR: Louis Sipp Kirchberg de Ribeauvillé riesling 2001
(SR: 10,6g/l - AT: 5,2g/l)
La robe est jaune or prononcée.
Le nez fait présager le pire: de l'encaustique et des arômes lactés;  un nez pas avenant du tout, peut-être dû au phénomène de réduction. Mais heureusement, une vigoureuse aération dans le verre transfigure ce nez pour l'épanouir vers des arômes terpéniques, ouf, avec en supplément des arômes de fruits confits et de coing. Ce vin dégage en bouche une harmonie grandiose, de l'élégance et de la sapidité.
Un vin qui fait peur à l'ouverture pour devenir magnifique à la dégustation.

CR: Louis Sipp Kirchberg de Ribeauvillé riesling 1996
(SR: 10,6g/l - AT: 5,2g/l)
Il s'agit du premier millésime de E. Sipp, et pas de chance pour le coup... bouchonné!

CR: Louis Sipp Kirchberg de Ribeauvillé riesling 1991
(SR: 8,1g/l - AT: 6,6g/l)
La robe est jaune paille.
Le nez est magnifique et complexe, avec des arômes tertiaires et de truffe blanche.
En bouche, il dégage de beaux amers. Un vin structuré par l'élégance et un caractère svelte, aérien presque.
Splendide.

CR: Louis Sipp Kirchberg de Ribeauvillé riesling 1986
(SR et AT non indiqués )
La robe est jaune or.
Le nez dégage des arômes de fruits divers à maturité et, ainsi que le fait remarquer quelqu'un dans l'assistance, des arômes torréfiés.
Ce vin est plus puissant, tant au nez qu'en bouche, et avec une structure plus charpentée que le précédent. Sa marque de fabrique est quand même l'acidité et de l'amertume.
Moyen.

CR: Louis Sipp Kirchberg de Ribeauvillé riesling 1981
(SR: 5,5g/l - AT: 5,4g/l)
La robe est jaune or prononcée.
Un vin qui, d'après E. Sipp, "dégage de l'énergie, de l'explosivité".
Je ressens à mon étonnement des notes boisées.
En bouche, ce vin est très sec, minéral et, secondairement, des amers. La persistance arômatique est énorme, interminable même, la plus longue indiscutablement de tous les millésimes dégustés ce jour-là.
Très bon.

CR: Louis Sipp Kirchberg de Ribeauvillé riesling 1976
(SR: 15,5g/l - AT: 4,3g/l)
La robe est d'intensité forte sur l'or prononcé.
Le nez est discret et dégage des arômes mentholés.
En bouche, les 15,5g de sucre ne sont pas du tout ressentis. Une fraîcheur étonnante émane de ce vin. Une très belle bouche structurée par l'élégance et la droiture, un vin qui répond parfaitement à la définition du terme "pleinitude".
Très beau vin, alors même que c'est celui-ci qui a l'acidité la plus basse. Comme l'indique E. Sipp, "le potentiel de garde n'est pas déterminé que par l'acidité".

CR: Louis Sipp Kirchberg de Ribeauvillé riesling 1971
(SR et AT non indiqués )
Climatiquement, "1971 rejoint 2021" d'après E. Sipp.
La robe est jaune or prononcée.
Le nez est beau et complexe:des arômes tertaires, de mirabelle et de cire d'abeille, avec en retrait des arômes balsamiques et fruités.
En bouche, le vin est sec et montre une grande concentration. Une belle amplitude et largeur, pour terminer avec une finale assez longue.
Très beau vin.

En conclusion, pour les millésimes 1981, 1976 et 1971, je défie quiconque à l'aveugle de déterminer que ces vins ont plus de 40 ans.
Si les millésimes plus récents suivent la même trajectoire, on peut les encaver sans souci. Après, les aléas des vinifications, réchauffement et autres... 

Et la conclusion de la conclusion a été une petite randonnée bienvenue vers les trois châteaux surplombant Ribeauvillé pour nous débarrasser des toxines accumulées pendant la dégustation.

Dégustation du Grand Cru Kirchberg de Ribeauvillé, vue sur le Grand Cru Geisberg pendant la dégustation et nos pas nous ayant menés vers le Grand Cru Osterberg: tiercé gagnant samedi!

Luc
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, Super-Pingouin, breizhmanu, LADIDE78, Vaudésir, Frisette, GAET, starbuck, leteckel, Vyat, éricH, Kiravi, Garfield
26 Juil 2021 07:06 #849

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck