Nous avons 869 invités et 29 inscrits en ligne

Deux Pommards, 40 ans d'écart...

  • Messages : 874
  • Remerciements reçus 196

lutembi a créé le sujet : Deux Pommards, 40 ans d'écart...

Deux Pommard, 40 ans d’écart…

Anniversaire multiple en cette fin de mois de mai: nous sommes 5 concernés, de 1965 à 2013…
En lice, parmi d’autres joyeux flacons, deux Pommard, l’un de l’année qui a suivi ma naissance, 1966, l’autre de l’année de ma fille, 2006, 40 ans les séparent...
Rien à l’aveugle pour moi.

Mise en train:


Domaine Foreau, Vouvray Brut Réserve 2007:



Teinte aux reflets jaune d’or qui trahit l’âge du vin, petites bulles très fines et peu nombreuses:
Le nez se présente entêtant sur le miel et l’encaustique, pommes et coings, fleurs de sureau, cédrat confit.
La bouche est vive, assez riche, vivifiante, plutôt généreuse, finissant sur des très jolis amers plutôt marqués qui ne plairont pas à tout le monde autour de la table. Une petite note pré-oxydative apparait en finale. Le vin se finit sur une touche très rafraîchissante, très salivante, très apéritive.
J’aime beaucoup.


Hospices de Beaune, Cuvée Dames de la Charité, Remoissenet Père et fils 1966.

Une bouteille qui me vient de mon vieil oncle Louis, Loulou pour nous, décédé depuis une bonne quinzaine d’années, sans doute achetée aux Hospices de Beaune avec quelques unes de ses congénères à la fin des années 60…
Pas simple à ouvrir sans dégâts, mais nous y sommes parvenu, le bouchon a tenu et j'ai réussi à l'extraire sans dommage...



Pas facile de photographier une telle robe… Le vin est d’une couleur brique aux reflets tendant sur le marron, assez trouble malgré tous les efforts faits pour déplacer la bouteille sans agitation excessive. De belles larmes glissent le long du verre.

Le nez est clairement celui d'un vin vieux, avec des notes entre confiture de vieux garçon et léger madère. Bon, déjà ce n’est pas bouchonné, pas non plus parti dans l’acétique… Non non, c’est bien du vin… On cherche encore, et viennent au delà des notes de fruits cuits, entre pruneau et cerise kirschée, un trait d’autres fruits rouges, de fraises cuites, du cuir, du sous bois un peu champignoneux… C’est cela, on sent l’élixir à la Champignac… Ah c’est bien le tonton Loup, ça, de nous laisser de quoi nous ragaillardir après toutes ces années d’absence…
Autant le nez a des accents de vin vieux, autant la bouche surprend par sa qualité, sa netteté et sa présence, et là, on entre vraiment dans le vin, et même clairement en Bourgogne : C’est simplement délicieux, et on retrouve complètement le pinot bourguignon, fraîcheur, tension minérale, tout cela se glissant tout autour de la langue, avec quelques menus tanins qui tiennent toujours après plus de 50 ans… Il existe vraiment ce vin, il a tenu toutes ces années, ces déplacements, et en plus c’est long cette affaire… Après une entrée assez tendre, le vin monte en puissance en milieu de bouche et dévoile plus de puissance. Quelle finale ! Cette fois c’est vraiment la cerise qui fait sa loi, accompagnée de fraises écrasées, quelques notes poussiéreuses, fine acidité…
Que dire, comment commenter… C’était juste chouette, de la mémoire en bouteille….


Domaine Chantal Lescure, Pommard les Vaumuriens 2006.



Couleur grenat, avec de légers reflets oranges au bord du disque.
Joli nez, épices, cerise très mure, épices douces, roses séchées, dans un ensemble très élégant et avenant.
La bouche est assez ronde, facile d’accès. Le vin tourne gentiment en bouche, sous-tendu par une fine acidité accompagnée d’une très légère sucrosité. Les tanins sont très souples, et une jolie matière assez veloutée s’enroule gentiment autour des papilles. Très belle finale sur de légers amers, cerises et fruits noirs, avec une petite note fumée qui s’éternise.
Le vin est beau, très bon, certainement moins porteur d'émotions que le précédent mais a offert un point d'appui, un contrepoint harmonieux à son ainé sans démériter.

À déguster les deux en parallèle, une parenté semble exister, entre cerises, une certaine suavité, une convergence nous a semblé se dessiner entre ces deux vins de la même appellation à 40 ans de distance. Je n'étais pas à l'aveugle, mais d'autres oui, et ils ont eu le même ressenti sur ce point.
#1
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Yves Zermatten, PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, PBAES, monta, Eric B, matlebat, Vougeot, mgtusi, A42T, Jean-Loup Guerrin, LADIDE78, bibi64, starbuck, ysildur, vvigne, KosTa74, Kumquat, Kiravi, nishaton

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck