Nous avons 1864 invités et 67 inscrits en ligne

Un repas, mes amis ...

  • Messages : 3493
  • Remerciements reçus 2853

starbuck a créé le sujet : Un repas, mes amis ...

Poteau sortant !

Grace à LPV, une personne que j'ai côtoyée il y a plusieurs années m'a interpellé un jour en me disant "Bonjour Starbuck".

J'ignorais qu'il était amateur de bon vin. Nous avons gardé le contact, c'est un lecteur fidèle de ce forum.
Après plusieurs mails puis un échange de bouteilles, le déroulement logique des choses a fait que nous nous sommes retrouvé chez moi autour d'un bon repas.

Un jour il m'avait donné la liste des domaines bourguignons où il va ainsi que ceux où il possède une allocation.
C'est ainsi que j'ai appris qu'il avait une alloc chez Jacques Carillon. Je lui avais demandé s'il était possible de me fournir une bouteille de Bienvenues pour que je puisse goûter ce grand cru.
Il m'a alors appris qu'il n'en avait désormais qu'une par an mais que nous pourrions en partager une ensemble.
Voici pour la genèse de ce premier repas.

Bienvenues Bâtard Montrachet 2005 domaine Louis Carillon

Elle n'est pas bue à l'aveugle puisque c'est cette bouteille qui est à l'origine du repas.
Premier nez et première fois pour moi que je m'apprête à déguster un grand cru de la famille du Montrachet.
Je dois être dans le même état d'excitation qu'un supporter de l'Atletico Madrid avant que Griezmann ne tire le penalty qui ramènera le score à 1 partout.
Et là cette odeur de noix qui te monte dans les narines comme un ballon qui s'écrase sur la barre transversale.
En une fraction de seconde tu comprends que ça ne sera pas pour cette fois !

Mon ami me dit alors qu'il n'a croisé que deux bouteilles de Montrachet dans sa vie et que les deux étaient oxydées.
L'analogie avec une finale de ligue des champions m'est venue parce qu'il me parle de ces 2 bouteilles comme un supporter stéphanois parlerait 40 ans plus tard de ces 2 ballons écrasés sur ces maudits poteaux carrés.

J'avais une bouteille de secours au frais mais on n'apprend pas à un vieux singe à faire des grimaces.
Mon ami qui va en Bourgogne depuis plus de 30 ans considère que les blancs de la côte de Beaune sont les meilleurs vins blancs du monde ... quand ils ne sont pas déviants.
La couleur à travers la bouteille lui avait mis le doute et par précaution il avait sa propre bouteille de secours.

Bâtard Montrachet 2007 Domaine Morey-Coffinet

Ne dit-on pas que c'est à la qualité du banc des remplaçants que l'on juge du potentiel d'un grand club ?
C'est sans doute pareil pour une cave.
Le premier nez est assez classique d'un très bon chardonnay sans être pour autant extraordinaire.
Heureusement au fil du repas le vin va gagner en complexité. L'aération lui a été profitable. Le reste de la bouteille bu le lendemain soir sera d'ailleurs encore meilleur.
Le nez est un bouquet de fleurs blanches mêlées aux notes d'agrumes assez gourmandes.
Avec un peu plus d'aération, les arômes de noisette verte ressortent plus nettement
En bouche ce grand cru possède beaucoup d'amplitude avec un bel équilibre entre gras et fraîcheur et de beaux amers.
Il me fait penser à un beau 1er cru de Meursault
Malheureusement on peut lui reprocher une finale un peu courte là où on pourrait s'attendre à une belle envolée.

Pour garder une comparaison sportive, cette bouteille me fait penser à Laurent Fignon dans le tour de France 89.
A quelques secondes près dans la finale, ça aurait pu être magnifique.

Chambertin 2002 Domaine Pierre Damoy

Celle là je la bois à l'aveugle.
Le nez n'est pas extraordinaire.Un peu de griottes et de pruneaux.
Je vois mon ami faire la moue, j'imagine que ce doit être une belle étiquette mais le ramage n'est pas à la hauteur du plumage.
J'annonce un 2007 et non nous sommes bien sur une grosse appellation d'une très bonne année.
Mon ami est un peu comme un prince qatari qui aurait mis les moyens pour gagner la ligue des champions mais qui buterait tous les ans en quart de finale.
En bouche le vin est relativement soyeux avec une longueur honorable mais ça manque clairement de complexité.
Un très bon village ou un bon 1er cru mais assurément pas au niveau de ce qu'on peut attendre d'un Chambertin.
Pourtant mon ami avait déjà bu une jumelle qui était excellente, comme quoi en sortant du même carton de la même cave, il peut y avoir de grosses différences.

Trotanoy 2001

C'est mon apport pour la soirée.
Je n'en ai qu'une et comme toutes les rives droites 2001 m'ont plus ces derniers temps, je pense que ça doit être pas mal en ce moment.
La robe est très profonde et le nez fortement marqué par les fruits noirs et un peu de réglisse.
Ca me parait peut-être encore trop jeune car j'attendais un peu plus de complexité.
En bouche la matière est imposante mais les tannins ont encore besoin de s'assagir.
La finale est déjà belle mais le plaisir est un peu gâché par l'idée que j'ai sans doute ouvert cette bouteille trop tôt.
Pour rester sur une image footballistique, je dirais que c'est Ronaldo au championnat d'Europe 2004.
Il y a tout pour gagner mais c'est encore trop jeune.

J'admets que mon raisonnement peut être critiquable et que je suis sans doute influencé par le prestige de l'étiquette parce que objectivement j'ai pris plus de plaisir avec une Rouget du même millésime pour rester sur Pomerol.

Pour finir une petite photo des vedettes de la soirée.
On aurait pu espérer mieux mais ça reste une belle expérience et on se dit qu'on fera mieux la prochaine fois car l'essentiel est ailleurs.
Nous avons passé une très bonne soirée qui s'est poursuivie qqs jours plus tard par une journée en Bourgogne.


Sylvain
#1
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: romu, Backhus

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5843
  • Remerciements reçus 2985

Frisette a répondu au sujet : Poteau sortant

Merci pour ce très beau CR, Starbuck!(tu)
Tes analogies sportives m'ont fait sourire, (notamment celle des ballons sur les poteaux carrés...maudit poteaux...) et je les trouve fort à propos!

Flo (Florian) LPV Forez
#2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3304
  • Remerciements reçus 352

iceteayer a répondu au sujet : Poteau sortant

Ca fout quand même les croquettes des vins de ce niveau qui ne sont justement pas... au niveau!

julien
#3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3493
  • Remerciements reçus 2853

starbuck a répondu au sujet : Poteau rentrant

J'ai deux amis amateurs de vin dans le sens où je l'entends et logiquement nous nous sommes retrouvés pour un repas dégustation.
Autant le dire tout de suite, le titre ne laisse pas planer de doute sur la réussite de notre dimanche, nous avons apprécié les bouteilles ouvertes.

Domaine Trimbach, cuvée Frederic Emile 2007

Bu en apéritif, ce riesling me plait beaucoup.
De belles notes d'agrumes assez gourmandes, je dirais presque exotiques qui viennent compléter des touches minérales mais surtout un vin qui pétrole plein pot.
Mes amis sont assez d'accord avec moi, il y a une grosse marche qualitative par rapport à d'autres riesling plus courants.
La finale est très pure, toute en longueur. A cinq avec deux épouses la bouteille est rapidement terminée, à table maintenant.

Domaine Leflaive, Puligny-Montrachet 1er cru Les Pucelles 2001

Bu à l'aveugle sur un poisson grillé au beurre.
La robe est jaune foncée, là c'est sur qu'on n'est pas devant un 2013.
Le nez est très fruité, je ne perçois pas trop de notes minérales.
En bouche, c'est gourmand et la rétro est assez nouvelle pour moi qui n'ai pas l'habitude de boire des "vieux" chardonnay.
Point de noisette verte ou autres marqueurs habituels de mes bourgognes blancs qui ne sont jamais plus vieux que 2007.
L'apporteur de la bouteille est un peu déçu mais il faut dire qu'il en déjà bu d'autres sacrément excellentes.
Les 2 couples de "jeunots" que nous sommes, apprécient beaucoup ce vin qui garde une belle persistance en bouche.
Imaginant bien que le choix se porte entre Chassagne, Puligny et Meursault en fonction de ce que je sais de la cave du propriétaire, je propose un Puligny 1er cru limitrophe de Meursault.
Pas trop mal vu sur le coup là.

Château Margaux 1986

Bu à l'aveugle sur un filet de boeuf.
La robe parait encore très jeune alors que mon ami avait proposé un Bordeaux à maturité.
Le nez reste un peu fermé mais le coté boite à cigare et tabac blond m'évoque la rive gauche.
On ne perçoit encore pas d'arômes de Bordeaux anciens.
En bouche les tannins restent un poil astringent mais la matière est magnifique.
Ce vin a visiblement encore besoin d'aération.
Je vois un vin de type St Estèphe, Pauillac ou St Julien et pour l'année je suis prêt à miser sur 1996.
Flop, le vin a 10 ans de plus et c'est l'appellation Margaux avec le château himself.
C'est notre premier château Margaux et j'avoue être un peu dérouté par la puissance alors que je l'aurais imaginé tout en dentelle.

Fort heureusement, nous ne sommes pratiquement plus que 3 sur cette bouteille ce qui nous laissera le temps de mieux la découvrir après un léger rafraîchissement ainsi qu'une aération prolongée.
Le nez va gagner en complexité et la bouche devient plus suave surtout sur le 3ème verre.
La longueur est magistrale.
Nous finirons la bouteille après avoir goûté la Grange des pères qui suivait et ça ne l'a pas du tout écrasé.
Je pense que si nous avions été à 10 sur la bouteille, nous serions sans doute passés à coté à moins de l'avoir carafée.
En prenant le temps de le voir évoluer nous avons pu mesurer tout le potentiel de ce vin qui à mon avis peut encore supporter une garde conséquente.

Grange des pères 2009

C'est mon apport et nous ne sommes pas à l'aveugle puisque je leurs avais dit qu'il ne m'en restait qu'une bouteille et que je souhaitais leurs faire découvrir.
La bouteille est identique à sa soeur jumelle bue il y a qqs mois.
Une jolie complexité sur le mélange de fruits rouges et noirs. Un ami perçoit des mûres alors que sa femme voit plutôt des framboises.
Un vin qui respire le sud et la garrigue avec des touches florales que l'on n'a pas l'habitude de percevoir dans les vins.
Il faut dire que nous sommes une tablée qui boit très peu de vins sudistes donc l'originalité de ce domaine surprend toujours.
Ayant un peu plus de 2010 et 2012, je vais sans doute essayer d'en laisser vieillir un peu pour voir ce que ça donne avec plus de temps en cave.
Mais pour tous les convives, il s'agit d'un très bon vin.

Domaine Jean-Claude Credoz, Château Chalon 2005

Notre hôte s'est mis aux vins du jura il y a qqs années et il propose de nous faire découvrir son domaine de prédilection pour accompagner le plateau de fromage.
Je ne sais pas si c'est à cause de la saison mais je perçois des arômes de noix vertes, c'est un vin taillé pour durer et nous le goûtons sans doute trop jeune.
J'avais une très mauvaise expérience des vins jaunes, je dois dire que celui là est nettement meilleur mais ce n'est encore pas forcement ce que je vais rechercher.
Je suis sans doute encore trop "Côte de Beaune addict"

Notre passion commune et notre amitié grandissante font que nous allons nous retrouver pour une petite virée en Burgundy après les vendanges.
Je remercie encore mes amis pour leur accueil et leur générosité.
Comme l'écrit mieux que moi Oliv, les amis c'est la vie. J'ai déjà hâte d'être à notre prochaine rencontre.


Sylvain
#4
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1410
  • Remerciements reçus 316

jclqu a répondu au sujet : Poteau rentrant

Belle dégustation, vous vous êtes gatés ! (tu)

JC
LPV Lutèce
#5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 305
  • Remerciements reçus 30

lugdunum a répondu au sujet : Re: Poteau rentrant

Superbe dégustation !
#6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4256
  • Remerciements reçus 1653

LADIDE78 a répondu au sujet : Re: Poteau rentrant

superbe

didier:)-D

Mal- voyant depuis 29 ans et passionné de vins comme vous tous
#7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 11850
  • Remerciements reçus 1861

jean-luc javaux a répondu au sujet : Re: Poteau rentrant

Belles bouteilles!
Château-Chalon, c'est (presque) à côté de la Côte d' Or, mais cela peut secouer pas mal en effet un "Côte de Beaune addict" ...

jlj
#8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3493
  • Remerciements reçus 2853

starbuck a répondu au sujet : Un repas, mes amis ...

En ouvrant ma boite mail, je découvre un message de Gaétan m'invitant à venir déguster plusieurs bouteilles en début de week-end.
Le genre d'invitation qui ne peut pas se refuser. Nous avons encore en mémoire notre dernier repas et nous pensons tous les deux qu'il ne serait pas désagréable que l'on se croise plus souvent autour d'un verre.
5 bouteilles pour 2, c'est un truc à faire passer Sir Winston pour un petit joueur mais mon ami me rassure assez vite, il aura de la visite pour les repas suivants, nous ne sommes pas "obligés" de vider toutes les bouteilles B)

Pour une simple dégustation, j'ai tout de même droit à des amuses bouches, des saint jacques poêlées, une belle pièce de boeuf et un plateau de fromages pour le moins copieux.

Domaine Bott-Geyl - Riesling Grand Cru Schoenenbourg 2008

Un nez marqué par les fruits jaunes, un brin exotique mais ça pétrole plein pot, pas de doute, c'est bien un Riesling.
Le vin semble sortir de sa phase de jeunesse et entrer dans sa période de plénitude.
En bouche, c'est assez rond avec une belle amplitude.
Une belle petite acidité permet d'élancer une finale qui est assez longue.
Je ne suis pas un spécialiste des millésimes alsaciens mais je suis étonné de découvrir un vin plus gourmand que tendu en 2008.
Une belle découverte pour moi

Françoise & Denis Clair - Saint Aubin 1er Cru Les murgers des dents de chien 2008

Un chardonnay assez classique au nez et une bouche agréable.
Rien ne dépasse,l'amplitude est correcte, je dirais que cette bouteille n'a ni vice ni vertue.
C'est le genre de vin assez facile que tout le monde aimera mais que l'on aura oublié après le repas.
Mon ami suit le domaine depuis plusieurs millésimes, d'autres bouteilles doivent procurer un peu plus d'émotions.

Domaine Parigot, Chassagne-Montrachet 1er Cru "Clos Saint-Jean" 2009

Un joli nez assez complexe, un peu de noisette verte, des touches florales mais surtout un fruité gourmand (mangue, pamplemousse et citron)
La bouche est à la fois ronde tout en ayant une belle tension et la finale est très belle.
Aucune lourdeur dans ce Bourgogne blanc de 2009 qui prouve une nouvelle fois qu'il est possible de faire de très bons chardonnay sur un millésime réputé chaud.
Je croyais que le domaine Parigot était connu pour ses pinots noirs, je constate qu'ils savent faire dans les deux couleurs.

Domaine Parigot - Pommard 1er Cru Epenots 2008

Un nez assez frais et autant le dire tout de suite, je ne suis pas à l'aveugle donc j'ai bien vu qu'il y avait un 8 à la fin du millésime.
Ne dit-on pas qu'il faut remonter sur son vélo lorsque l'on a fait une chute !
Après ma dernière expérience douloureuse avec le 1er cru 2008 du domaine des Lambrays, rien de tel que de tenter un nouveau 08 pour voir.
Le nez présente donc beaucoup de fraicheur mais également des notes fruitées, plutôt sur la groseille que la griotte bien mûre.
En bouche l'acidité est assez marquée mais le vin accompagne bien la pièce de boeuf.
Les tannins sont fondus et il n'y a aucune astringence.
Je n'irai pas jusqu'à dire que le vin est gourmand mais il possède une énergie qui le rend savoureux avec la viande.

Une bouteille qui passe donc bien à table mais qui aurait sans doute eu un peu plus de mal en dégustation pure.
En même temps il faut bien admettre que le vin est essentiellement bu durant les repas.

Domaine Jean-Claude Credoz - Côtes du Jura Savagnin 2011

Ouvert pour accompagner le plateau de fromages, c'est une très belle découverte pour moi qui était un peu rétif aux vins du Jura.
Le nez sur la pomme verte me plait beaucoup.
En bouche le vin présente une belle amplitude sans jamais être envahissant et la finale assez longue se termine sur des notes de noix.
Je me dis que ça doit matcher avec une raclette.
Si je ne suis pas fan des vins jaunes, je commence à me dire que je pourrais tout de même avoir un peu de vin de cette région en cave au travers des Côtes du Jura de ce niveau.

Pour finir une photo des stars du repas ainsi que du plateau de fromages qui mettrait au tapis bien des plateaux de restaurants.
Encore merci Gaétan et à bientôt pour une virée en Bourgogne en compagnie cette fois de notre guide expérimenté ;)


Sylvain
#9
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3493
  • Remerciements reçus 2853

starbuck a répondu au sujet : Un repas, mes amis ...

Après nous avoir ouvert les portes de domaines bourguignons où nous ne pourrions pas aller, Gérard nous a invité chez lui fin novembre pour un repas dégustation en compagnie de ses enfants.
Je lui avais dit que j'apportais ma bouteille de Rouliers 09/10 car je n'en avais qu'une et que je souhaitais l'ouvrir avec lui. C'est un des rares vins que je possédais et qu'il ne connaissait pas.
Pour le reste, notre hôte se chargeait de tout.
J'ai prévenu Gaétan qu'il était sans doute préférable d'oublier le simple pot belge et de passer tout de suite à l'EPO au niveau de la préparation parce qu'on risquait d'avoir un enchaînement de cols hors catégories durant cette étape.

Les vins sont servis par paire à l'aveugle

Albert Boxler, Riesling Grand cru Sommerberg 2009

On commence l'apéro avec deux Riesling assez caractéristiques de leur millésime.
Ce 2009 pétrole un peu mais il est assez rond. Un vin que je qualifierai un peu péjorativement de passe partout en raison de son manque de complexité mais il n'est pas clivant. Tout le monde aime mais on pourrait en attendre un peu plus de cette étiquette.
On mettra ça sur l'effet millésime.

Domaine Josmeyer, Riesling Grand cru Hengst 2007

Des arômes plus caractéristiques du Riesling avec plus de minéralité et une acidité plus marquée.
J'avais trouvé le millésime car il me faisait penser à la cuvée Frédéric Emile 2007.
Un vin plus tranchant et moins facile d'accès.
C'était pour moi une première avec ces deux domaines donc j'ignore si les bouteilles sont plus représentatives du domaine ou du millésime.
Les deux vins m'ont plu dans leur style différent.
Voyons maintenant la paire de chardonnay

Domaine Vincent Dauvissat, Chablis grand cru "Les Clos" 2009

Un nez un peu fermé qui va doucement s'ouvrir au cours du repas.
C'est très minéral. Je place le vin en haut de coteau. Je propose un 1er cru de Chassagne.
Le vin n'a pas un franc succès autour de la table d'autant que nous avons déjà le 4ème vin dans le verre.
Quand tu as mis le nez au dessus du verre suivant, il est bien difficile de revenir sur celui ci.
Gérard enlève la chaussette assez rapidement en étant un peu déçu d'avoir ouvert cette bouteille.
Encore une découverte pour moi avec ce grand cru de chez Dauvissat qui mériterait sans doute encore plusieurs années de garde.

Domaine Louis Carillon, Bienvenues-Bâtard-Montrachet 2006

Quel nez les amis ! Une complexité assez impressionnante.
Tout le monde a déjà goûté que j'ai encore mon nez sur le verre.
Le genre de vin qu'on ne croise pas assez souvent.
C'est finement brioché avec de magnifiques arômes floraux et des fruits jaunes délicats.
La bouche est monumentale. Beaucoup d'amplitude, c'est aussi large que profond.
L'acidité est parfaitement intégrée et porte le vin très loin dans une finale interminable.

Avec Gaétan nous mesurons la chance que nous avons de pouvoir toucher à un des sommets de la côte de Beaune.
Gérard qui était un peu déçu des trois premières bouteilles est rassuré. On arrêterait là qu'on serait déjà comblé mais il y a encore qqs rouges à découvrir.

Gérard ayant lu que nous avions bu un Meursault de chez Coche-Dury à Pommard nous taquine un peu en disant qu'il n'avait pas ouvert de vin de ce domaine parce que nous en buvions souvent.
Cochophiles d'accord mais surtout cochophiles débutants B)
Du coup il nous demande si nous voulions goûter à un Coche rouge.
Inutile de vous narrer notre réponse.
Il y aura donc 3 vins dans la série de bourgogne rouge.

Domaine Coche-Dury, Volnay 1er cru 2001

Mis à part le domaine, le reste est à l'aveugle.
J'avais d'ailleurs cru comprendre que c'était un générique quand Gérard nous a dit qu'il allait chercher un Bourgogne de chez Coche.
La robe est déjà évoluée.
Au nez le vin est plaisant avec des notes de sous-bois et de petites baies fruitées.
En bouche, c'est tout en délicatesse avec une structure que je trouve très correcte pour un générique.
Je suis étonné de découvrir qu'il s'agit d'un 1er cru quand il enlève la chaussette.
Ca reste un très bon vin qui conviendrait parfaitement pour un très bon repas mais je ne peux qu'approuver ceux qui trouvent que les prix en 2ème main sont délirants.
Une expérience intéressante et enrichissante.

Domaine Armand Rousseau, Ruchottes Chambertin grand cru, Clos des Ruchottes 2006

Là on monte de plusieurs niveaux.
C'est plus jeune, le nez est très fruité, c'est complexe, on passe des petits fruits rouges aux myrtilles.
La bouche est en finesse avec une légère minéralité. Les épices douces exaltent dans le verre sans pour autant qu'il y ait de volatilité trop présente. Les tannins sont fondus, le vin est une caresse.
La finale est magnifique. C'est vraiment un vin que j'aime.
Merci Gérard, c'était formidable ... comment ça il y a encore un bourgogne après un tel vin.

Domaine Gros Frère et Soeur, Richebourg 1990

Mais qu'est-ce qu'il nous a servi ?
Je n'avais jamais senti un vin pareil.
C'est des fleurs séchées, un peu de limon fraîchement remué, des fruits confits ... Impossible de dater cette bouteille.
La bouche est d'une délicatesse absolue, c'est de la dentelle mais une dentelle majestueuse qui occupe tout l'espace.
Le vin présente une amplitude extrême, l'absolue perfection qui s'exprime sans que rien ne dépasse.
Il n'y a rien de trop ou de pas assez, je ne note jamais les vins que je bois mais là je pense avoir goûté ce qui peut prétendre au 100/100
L'unanimité est totale autour de la table. Pour Gaétan, ma femme et moi, c'est le plus grand vin que l'on ait eu la chance de boire jusqu'à ce jour.

Pour l'anecdote, Gérard en avait acheté un carton de 6 à 150F la bouteille et pour notre plus grand bonheur, au lieu de vendre, il partage avec des jeunes passionnés.

La suite prochainement ...

Sylvain
#10
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, MathiasB, Psylo, TristanBP, 4fingers, Frisette

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3493
  • Remerciements reçus 2853

starbuck a répondu au sujet : Un repas, mes amis ...

Il est maintenant temps de se pencher sur la paire de Bordeaux.
Notre hôte nous avait prévenu dès notre arrivée, il y a une bouteille dont il espérait beaucoup qui ne lui plaisait pas trop à l'ouverture.
Je ne me souviens plus de l' ordre de service mais d'après la photo elle a du passer en premier.

Château Lafleur, Pomerol 1989

Toujours à l'aveugle, nous avons une robe encore jeune mais un nez assez évolué.
Ce n'est pas très complexe. En bouche les tannins semblent sortir leurs griffes, le vin est tout simplement déséquilibré.
Est-ce un problème sur cette bouteille ou bien le château a-t-il raté ce millésime pourtant réputé ?
Bref, un vin certes buvable mais absolument pas au niveau attendu.
Très grosse frustration pour Gérard qui avait acheté cette bouteille en primeur.
Nous sommes bien entendu déçu par ce rendez-vous manqué avec une belle étiquette de Pomerol à maturité mais il nous a déjà tellement gâté ce soir que nous oublions vite cette bouteille. La soirée n'est pas finie d'autant que dans l'autre verre il y a un Bordeaux qui tient la route et pas qu'un peu !

Tertre Roteboeuf 1995

Une robe profonde et un nez d'une gourmandise extrême.
J'écarte très vite le médoc ainsi que Pomerol (pas de truffes) mais je ne propose pas St Emilion alors que ça paraissait si logique.
C'est là qu'on mesure combien il est facile de décrire un vin avec précision quand on a l'étiquette sous les yeux.
En fait ce Bordeaux ne ressemble à aucun Bordeaux que j'ai déjà bu.
C'est des fruits avec une bonne maturité sans que cela ne soit lourd grâce à une belle acidité.
En bouche la matière est imposante mais tout en rondeur.
La buvabilité est redoutable et la finale magnifique.
Si je n'avais pas su que c'était une paire de Bordeaux qui était servie, je l'aurais sans doute situé dans la galaxie des inclassables que sont Trévallon, Grange des pères et autres que je ne connais encore pas.
Une nouvelle découverte grâce à notre ami et la confirmation pour moi que 95 est un très bon millésime en rive droite.

Henri Bonneau, les Rouliers 09/10

Ce sera la seule bouteille bue étiquette découverte puisque c'est mon apport.
Mes souvenirs sont moins précis vers la fin du repas.
Une robe profonde et un nez très jeune sur les fruits noirs.
C'est dense sans être lourd. L'alcool n'est pas trop présent et le vin se laisse facilement boire bien que nous soyons déjà à la 10 ème bouteille.
Une bouteille qui serait sans doute plus à son aise, seule à être servie pour un repas entre amis autour d'une pièce de boeuf.

Voilà c'est fini.
Gérard avait prévu 8 bouteilles, j'en avais apporté une et il nous a généreusement ouvert une Coche-dury qui n'était pas prévu au programme. Tout en continuant à discuter à propos de vin, nous finissons les fonds de certaines bouteilles et nous trouvons un point commun autour de la table: On se passe facilement de champagne même dans une belle occasion.
D'ailleurs si nous apprécions un bon Champagne à l'apéro, nous n'aimons pas finir un repas sur des bulles.
Gaétan dit alors qu'il préfère finir un repas avec un Sauternes sur le dessert.
Aussitôt Gérard nous propose d'en ouvrir une bouteille.
Ce serait mal poli de refuser :)
Le temps de la rafraîchir car elle n'était pas prévue et voici notre 2ème extra qui sera le 5ème col hors catégorie de la soirée.

Yquem 1982

Je passe sur les arômes, il y a tout ce qu'on peut trouver dans un grand Sauternes.
Nous sommes de nouveau en aveugle et en bouche je trouve que c'est plus fin que Rieussec par exemple mais plus dense qu'un Barsac. Je le situe gustativement entre Climens et Rieussec. Gérard sourit et me dit que c'est géographiquement vrai.
Ma femme avait pensé à Yquem mais je ferais un piètre candidat dans un concours à l'aveugle car je n'ai trouvé aucune bouteille de la soirée. Bon sang mais c'est évident que c'est un yquem !
Il n'y avait qu'à voir la vitesse à laquelle la bouteille s'est vidée y compris dans les verres de ceux qui n'en voulaient qu'une goutte pour goûter mais qui n'ont pas hésité à se faire resservir ensuite ;)
Il reste toujours une petite place pour une gorgée d'Yquem B)

5 bouteilles fabuleuses ( Richebourg, Bienvenues, Clos des Ruchottes, Tertre Roteboeuf et Yquem)
4 très bons vins ( les 2 Riesling, le Volnay et les rouliers)
1 bouteille ouverte trop tôt ( le chablis) et 1 loupé ( Lafleur)

Quelle soirée ! Nous ne sommes pas prêt de l'oublier.
Un grand merci à Gérard et à sa famille pour l'accueil, le repas et le partage.

Sylvain
#11
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: MathiasB, david84

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 83287
  • Remerciements reçus 8869

oliv a répondu au sujet : CR: Un repas, mes amis ...

Ca, c'est du grand moment, quand le vin se partage et permet de transcender les différences de générations !

Superbe compte-rendu, à tous les niveaux ! (tu)
#12
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: starbuck

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1410
  • Remerciements reçus 316

jclqu a répondu au sujet : CR: Un repas, mes amis ...

Wahou ! Y a même pas un Esmonin... ^^

Sacrée déguste au top

JC
LPV Lutèce
#13

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 30
  • Remerciements reçus 1

drado a répondu au sujet : CR: Un repas, mes amis ...

Trop sympa tes CR, tes comparaisons sportives me parlent tout à fait, j'espère qu'il y en aura d'autres!!

drado
Instagram : ra_wines
#14

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9086
  • Remerciements reçus 386

RaymondM a répondu au sujet : CR: Un repas, mes amis ...

Je viens de boire ce même Richebourg 1990 Gros frères et soeur à Noël

Je partage l'enthousiasme sur la qualité de ce vin que j'avais déjà bu dans le passé sans jamais le trouver au niveau actuel . Grand vin , d'une finesse un peu surprenante dans ce cru souvent plus
charnu . Je ne lui mettrais pas 100/100 mais peut être bien 96 ou 97

Bu juste avant le Vosne Romanée 90 du même domaine a permis de mesurerla différence entre un bon vin très agréable et un grand vin

Raymond
#15

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3493
  • Remerciements reçus 2853

starbuck a répondu au sujet : Un repas, mes amis ...

jclqu écrit: Wahou ! Y a même pas un Esmonin... ^^

Sacrée déguste au top


Le thème était "les vins rares", ou plutôt des vins qu'on avait jamais bu.

Concernant les vins de Sylvie Esmonin, j'imagine bien Gérard répondre en plaisantant que j'en bois maintenant plus que lui :D
J'ai déjà sacrifié 2 Gevrey 2013 et 1 Volnay 2010 que j'avais acheté par ailleurs alors qu'il n'a toujours pas touché aux siennes.

Raymond, ta remarque est intéressante mais je ne sais pas s'il restera beaucoup de Richebourg 2015 dans 26 ans.
Désormais ce ne doit plus être le même type de clientèle qui achète ce vin par carton complet

Sylvain
#16

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9086
  • Remerciements reçus 386

RaymondM a répondu au sujet : CR: Un repas, mes amis ...

C'est vrai qu'à cette époque ( la sortie 90 ) et plus encore dans les années 70 ( mes premiers achats chez Gros frères et soeur ) on pouvait encore acheter des Richebourg par 3, 4 ou même 6 selon les années . C'est devenu impossible pour la majorité des amateurs .
Les Vosne Romanée c'était par 12 , 18 ou 24 ;)

Raymond
#17

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3493
  • Remerciements reçus 2853

starbuck a répondu au sujet : Un repas, mes amis ...

Ayant dit à Gaétan que je vendais une vache laitière de 8 ans à un boucher qui se spécialise dans la maturation de la viande, il m'avait répondu que je devrais récupérer 2 côtes car il aimerait voir ce que ça donne dans l'assiette.
je lui avais dis OK, je fourni la viande mais je te laisse le privilège de la faire cuire.
Naturellement il a proposé à Gérard de se joindre à nous avec comme consigne de ne pas apporter de vin. Nous ne voudrions pas abuser de sa générosité.

La viande était vraiment extra mais voyons ce qu'il y avait à boire.
Un Riesling en apéro dont je ne me souviens plus ( désolé il faudra m'en ouvrir une autre pour que la mémoire revienne :) )
Pour excuse, c'était il y a un mois et je n'ai aucune note.
Passons maintenant sur notre côte de Beaune adorée.
Après 2 expériences moyennes avec un 2009 et 2008, Gaétan ouvre de nouveau une cuvée qu'il apprécie.

Domaine Denis Clair, Saint Aubin 1er cru "Les murgers des dents de chien" 2014

Un nez typique du chardonnay avec une belle gourmandise fruitée, l'élevage n'est pas envahissant.
La bouche est équilibrée avec de beaux amers. L'acidité est idéale pour donner de l'énergie au vin.
Un vin encore jeune mais qui s'approche facilement. C'est plaisant à boire.
Ca valait le coup d'insister ;)

Ensuite nous passons à la bouteille de Gérard. Eh oui il n'est pas venu les mains vides mais c'est "presque rien" :)

Domaine Pierre Damoy, Bourgogne 2008

Un générique rouge sur 2008, j'avaux encore jamais goûté B)
Un nez un peu évolué avec déjà des arômes de sous-bois mais encore un peu de fruits noirs.
C'est étonnement complexe a ce niveau d'appellation.
La bouche est fraîche mais sans excès. On ne peut pas qualifier ce vin de trop acide.
Les tanins restent dociles et les verres se vident facilement.
On pourrait reprocher un manque de structure si nous étions à l'aveugle mais étiquette découverte, c'est plutôt une agréable surprise pour une entrée de gamme dans ce millésime.

Ensuite Gaétan nous propose 3 bouteilles à l'aveugle.

Domaine Tortochot, Mazis Chambertin 2009

Un nez ouvert, légèrement fruité sur les fruits noirs avec des notes de griottes.
Une bouche assez facile, souple sans beaucoup de matière.
La finale est correcte sans plus.
Avec Gérard, on s'accorde pour dire qu'il doit s'agir d'une appellation village.

Domaine Tortochot, Charmes Chambertin 2009

Là on monte en gamme.
Le nez est plus riche et la bouche présente plus de structure.
Les tanins accrochent légèrement et la finale est très légèrement astringente.
On imagine plus facilement un beau 1er cru qui a encore besoin d'un peu de garde.

Domaine Tortochot, Chambertin 2009

Le vin est encore fermé au nez.
En bouche la matière est bien plus imposante que les vins précédents mais c'est une bouteille qui mérite clairement d'être oubliée encore un moment en cave.
A revoir sereinement dans plusieurs années.
Là ce doit être un grand cru

Lorsque Gaétan nous montre les étiquettes, nous sommes étonnés par le Mazis qui n'est pas du tout au niveau de son appellation surtout dans un bon millésime. Il n'était allé au domaine que cette année là donc il n'a pas beaucoup d'informations.
On peut supposer que la parcelle est particulièrement mal placée ou qu'il s'agit de très jeunes vignes que le domaine ne déclasse pas.
Le Charmes et le Chambertin semblent plus conformes à ce qu'on peut attendre même si l'on peut dire que sur ces trois bouteilles, le domaine ne nous a pas fait une grosse impression.

Voilà, c'est fini pour 2016.
Vivement 2017 pour que je retrouve mes amis autour d'un bon repas et de quelques bouteilles :woohoo:

Sylvain
#18

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3493
  • Remerciements reçus 2853

starbuck a répondu au sujet : Un repas, mes amis ...

Je retrouve mes 2 amis pour fêter mon anniversaire.
Gérard a apporté une première bouteille pour commencer l'apéro

Domaine Delaporte, cuvée Silex 2015
C'était une soirée tout Bourgogne mais Gaétan avait à peine mis le nez sur le verre qu'il dit "Sauvignon, c'est un vin de Loire"
Effectivement c'est bien ça. Un nez sur les fruits jaunes bien mûres et juteux. C'est facile d'accès, gourmand bref un vin qui appellerait à se resservir s'il n'y avait pas une série derrière.
Je bois trop peu de vin de Loire car je dois bien reconnaître qu'il s'y fait de belles choses en blanc.

Domaine Rapet, Pernand Vergelesses 1er cru "Sous frétille" 2010
J'en avais déjà bu 2 avec grand plaisir et je souhaitais faire mieux découvrir ce domaine à Gérard.
Le vin était complètement fermé. Gaétan qui est également client du domaine ne reconnait pas cette cuvée qu'il apprécie beaucoup habituellement.
Le mardi soir soit 72 h plus tard, le vin s'est réveillé mais n'était pas au niveau déjà connu.
J'espère à ce moment là que ce n'est pas la lune qui s'est levée du pied gauche parce qu'il en reste à venir sur lesquelles je compte beaucoup.

Domaine Leflaive, Puligny Montrachet 1er cru "Clavoillon" 2010
Ouf, le 1er nez nous rassure vite, le vin n'est pas fermé.
On perçoit des agrumes et de la minéralité. En bouche ce n'est pas très ample au début mais la finale est belle.
Le vin ne va cesser de s'améliorer au fil de la soirée.
Cette bouteille dégage une sensation de pureté, c'est net, l'élevage semble s'effacer pour laisser parler le fruit et le sol.
Gérard avait dit Puligny tout de suite.
A ce moment nous préférons tous le suivant mais Gaétan qui est revenu sur les blancs avec le fromage trouve qu'il s'est bien ouvert et qu'il a encore gagné en longueur dans la finale.
Le fond de bouteille bu le lendemain était excellent.

Domaine Matrot, Puligny Montrachet 1er cru "Les chalumeaux" 2011
J'aurais voulu ouvrir un 2010 mais n'en ayant pas, j'ouvre un 2011
Je craignais que la comparaison soit difficile avec un 2010 de chez Leflaive et bien au contraire, cette cuvée que j'apprécie beaucoup va éblouir mes invités.
Le nez est riche sur la brioche, la noisette, l'amande mais il y a aussi de jolies notes fruités sur les fruits jaunes et les agrumes.
En bouche c'est ample avec une belle acidité qui donne de l'équilibre à l'ensemble.
Il lui manquerait un peu de peps dans la finale pour être une grande bouteille mais c'est le blanc de la soirée.
Il faut que j'arrête de dire que je n'aime pas les 2011 en Bourgogne blanc
Mes 2 amis viendront avec moi au domaine lorsque j'irai chercher mes 2015.

Passons aux rouges. J'ai suivi un conseil lu sur LPV et je commence par les millésimes les plus anciens.

Domaine Gros F&S, Richebourg 1997
Celle là n'est à l'aveugle pour personne car c'était la seule bouteille prévue de longue date.
Gérard avait une appréhension par rapport au millésime 97.
Les doutes sont très vite levés.
Le nez est magnifique avec un peu de sous-bois mais tout en délicatesse, il y a toujours du fruit et un peu de fleurs séchées.
C'est vraiment complexe et j'oserai dire qu'il me fait penser à ce même Richebourg mais de la grande année 90 que Gérard nous avait ouvert 2 mois plus tôt.
En bouche les limites du millésime sont tout de même là car le vin ne présente pas autant d'amplitude ni de longueur que le 90 mais ça reste une excellente bouteille.
Pour mon 4ème Richebourg je retrouve cette sensation de vin en dentelle qui s'exprime par vagues successives.
C'est soyeux, délicat, l'acidité est idéale pour laisser les qualités du vin s'exprimer entièrement.
Une bouteille qui doit être sur son plateau d'apogée.
Nos deux femmes qui n'aiment pas trop les bourgognes d'un âge avancé sont d'accord avec nous pour dire qu'il s'agit d'une très grande bouteille.
Encore une belle réussite pour ce domaine que j'aime de plus en plus.

Domaine Confuron-Cotetidot - Vosne-Romanée 1er cru Les Suchots 2001
Je tenais à découvrir ce domaine, la bouteille vient de la cave d'un LPVien ;)
C'est clair que cette bouteille n'a pas été ouverte dans une série qui lui permet de dominer les débats.
Après le Richebourg, le style est radicalement différent.
Le nez semble même plus vieux que la 97 précédente.
Du sous-bois et des feuilles mortes, du menthol, des fruits noirs, c'est un nez auquel je ne suis pas habitué.
Bien que le vin fasse âgé, il garde de la fraîcheur.
En bouche la matière semble un peu plus ferme et les tannins sont bien présents.
48h plus tard, les deux derniers verres semblaient meilleurs.
Au nez je dirais qu'il est temps de boire cette bouteille mais la bouche semble dire qu'il est encore trop tôt.
Une découverte intéressante.

Clos de tart 2001
Une bouteille à l'étiquette abîmée qui se vendait moins cher que ses soeurs à l'étiquette impeccable.
Comme nous ne sommes pas là pour s'exciter devant l'étiquette mais pour boire ce qu'il y a dans la bouteille, ce problème n'en ai pas un pour nous.
Quel nez ! C'est concentré avec beaucoup de fruits noirs, de la réglisse et des épices.
Mes 2 amis sont à l'aveugle et n'ont jamais croisé un nez pareil avant.
Ce n'est pas vraiment la Bourgogne que l'on connait mais pas dans le Rhône nord non plus.
La bouche est imposante, la matière est très dense mais les tannins semblent parfaitement intégrés.
Il y a beaucoup de force mais avec harmonie, l'amplitude est maximale mais sans aucune lourdeur.
La finale est grandiose comme un feu d'artifice puissant mais d'une grande beauté.
Pour prendre une comparaison sportive, j'imagine un gymnaste souple et agile dont la force est au service de l'élégance.
Gérard avait proposé Dugat-Py en premier puis Clos de Tart bien que ce soit la première fois pour lui comme pour nous.
Ce grand cru était à la hauteur des espoirs placés dans cette bouteille, magnifique :)

Domaine Pierre Damoy, Chambertin Clos de Beze 2007
C'est la 2ème bouteille de Gérard, je suis donc à l'aveugle.
Avant de nous servir il craint que ce soit bien difficile de passer après le Clos de Tart.
Effectivement ce fût le cas car le nez était assez discret et la bouche légèrement astringente.
Impossible de retrouver la cuvée que nous avions dégustée en octobre sur les millésimes 14 et 15.
Il reste à espérer que le vin soit dans une mauvaise phase et qu'un peu de garde lui soit profitable.

Je n'ai pas proposé le Sauternes que j'avais au frais, nous préférons revenir sur le Richebourg et le Clos de Tart pour finir la soirée.
Ce fût encore une fois un beau moment de partage entre passionnés.
Nul doute qu'on se recroisera plusieurs fois cette année autour de belles bouteilles

Sylvain
#19
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, PBAES, Vougeot, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, LADIDE78, Frisette, jclqu, drado

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3425
  • Remerciements reçus 847

didierv a répondu au sujet : Un repas, mes amis ...

Domaine Gros F&S, Richebourg 1997

Tant mieux que cette bouteille se soit bien goutée. J'ai bu un Richebourg 89 ce we, j'en avais ouvert un autre il y a quelques années . C’était tout juste bon, tout comme les 2 Grands Echezeaux complètements morts et les 2 Clos Vougeot Le Musigni d'une maigreur ..... bus au cours des dernières années.
Sur ces 6 bouteilles pas une seule n'était au niveau ou elle aurait du se trouver.
Je pense sauf si on me contredit que le Domaine a foiré son millésime 89. Ou alors j'ai récupéré une caisse daubée

Didier
#20

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3493
  • Remerciements reçus 2853

starbuck a répondu au sujet : Un repas, mes amis ...

C'est un repas qui a eu lieu à la fin du mois d'avril et il est temps que j'en laisse une trace car je ne voudrais rien perdre des moments vécus avec mes amis.
Gaétan m'avait dit qu'il avait une envie de Syrah.

Jean-Marc Bernhard Riesling Schlossberg 2013
Un très beau Riesling assez classique, citron, pétrole et une finale en tension assez longue
Ca commence fort

Domaine Denis Clair, St Aubin 1er cru "En Remilly" 2014
C'est la deuxième cuvée de ce vigneron que Gaétan nous fait découvrir sur 2014 et elle est également plaisante.
Un nez typiquement chardonnay, une amplitude correcte, bref un vin agréable à boire.
Une nouvelle preuve que 2014 sera une réussite pour les chardonnay de bourgogne

Domaine Michel Bouzereau, Meursault 1er cru "Perrières" 2005
C'est un apport de Gérard. On imagine bien qu'il ne s'agit pas d'un vin trop jeune.
Je commence à prendre de plus en plus de plaisir avec les chardonnay qui ont un peu d'âge.
Un nez auquel je suis encore trop peu habitué mais j'apprécie ces fruits jaunes à maturité ainsi que les agrumes plus douces.
En bouche le vin est légèrement mou dans un premier temps et Gérard ne semble pas satisfait de sa bouteille.
Avec un peu de temps à l'air, il se réveille, gagne en complexité et même en tension.
Le vin semble retrouver son énergie.
Gaétan et moi trouvons le vin très bon alors que Gérard reste déçu car il en attendait plus.
J'avoue qu'à ce moment je préfère la même cuvée sur 2007.

Pour être plus complet, Gérard m'a fourni une jumelle que je souhaitais ouvrir pour mon anniversaire de mariage qqs jours plus tard.
Cette deuxième bouteille de Perrières 2005 était encore plus complexe au nez et présentait une très grande amplitude en bouche.
Une acidité idéale comme la première mais une finale bien plus longue. J'avoue que si la première bouteille ne permettait pas de prétendre à un classement en grand cru, la seconde en avait toutes les qualités.

Domaine Thibault Liger Bélair, Corton "Les renardes" 2007
Gérard doit être client du domaine depuis 2006. Gaétan lui avait dit qu'il aimerait bien goûter les saint Georges de ce millésime.
La bouteille étant masquée, un je ne sais quoi me fait penser que ça ne sera pas cette cuvée.
Pourtant dans un premier temps nous retrouvons les qualités de cette cuvée découverte peu de temps avant au domaine.
C'est très fin, tout en longueur et en tension avec une palette aromatique typique du domaine et particulièrement de la cuvée St Georges.
Nous annonçons le NSG 1er cru sur 2006 mais encore une fois nous confondons cette cuvée avec celle de Corton "Renardes"
Je suis étonné de trouver autant de qualité dans un 2007
Thibault nous avait dit qu'il affectionnait sa parcelle de Corton "Renardes", je dois avouer qu'après avoir goûter 2007 en bouteille et 2015 sur fût, je n'en suis pas étonné.

Nous passons maintenant aux 3 bouteilles de Syrah que Gaétan nous a préparé

Domaine Pierre Gonon, St Joseph 2015
Nous sommes à l'aveugle et de toute façon en cette fin avril je n'ai encore jamais entendu parler de cette cuvée ni de ce vigneron.
Après le Bourgogne ce vin semble presque agressif. Gaétan l'avait carafé dès l'ouverture le matin car il s'était dit qu'il avait sans doute commis un infanticide.
Trop extrait, trop sudiste ou simplement trop jeune. Aucun plaisir à ce stade.
J'ai découvert par la suite un peu étonné que c'était un vin très recherché.
Il faudrait revoir sur un millésime plus ancien ou attendre longtemps avant d'ouvrir une autre 2015

Domaine du Coulet, Cornas "les billes noires" 2012
Quand ça veut pas ... Gaétan n'a pas eu la main heureuse puisque cette deuxième bouteille est également un peu too much.
Est-ce une extraction beaucoup trop forte ou nos palais qui ne sont pas adaptés mais Gérard et moi n'apprécions pas excessivement cette deuxième Syrah.
N'insistons pas trop et puis il a une 3ème quille à venir

Domaine Jamet, Côte Rôtie 2006
Nez sur la violette, les épices, les fruits noirs, une légère pointe réglissée, je pense immédiatement à une Côte Rôtie d'autant que j'imagine bien qu'il finisse sa série par une cuvée de cette appellation.
Le nez me laissait penser que la cuvée était encore assez jeune mais la bouche est plus mature avec des tannins soyeux, une grande amplitude et une finale qui appelle à se resservir.
Beaucoup de matière, le vin est à la fois imposant mais tout en délicatesse. J'aime beaucoup, Gérard aussi.
Très belle découverte que cette bouteille d'un domaine que je ne connaissais que de nom

Domaine Guigal, Côte Rôtie Brune et Blonde 1999
C'est mon apport
Une très belle bouteille en pleine apogée.
Un nez complexe avec déjà un peu d'arômes de sous-bois mais toujours beaucoup de fruits noirs.
Une bouche proposant une belle structure qui s'exprime avec délicatesse.
Une main de fer dans un gant de velours. C'est soyeux et la finale est magnifique
C'est excellent et prouve que 99 est vraiment un grand millésime pour le Rhône septentrional.

Sylvain
#21

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3493
  • Remerciements reçus 2853

starbuck a répondu au sujet : Un repas, mes amis ...

Notre précédent repas avait eu lieu un vendredi.
Le dimanche matin Gaétan me téléphone pour me dire de passer chez lui goûter une bouteille qui avait été ouverte la veille chez Gérard.
En fait Il était invité le samedi soir à proximité de chez notre ami et ce dernier lui avait dit de passer boire l'apéro puis lui avait donné le reste de la bouteille pour me la faire goûter.
Qu'est-ce que ça pouvait bien être pour qu'il tienne à me la faire découvrir ? !!!

Je passe vite fait chez Gaétan qui nous en sert 2 verres pour goûter cette bouteille mystère.

La robe est or jaune et le nez indique tout de suite que la bouteille a plus de 10 ans.
Des fruits jaunes un peu confits et des arômes de noix d'amandes entières.
Une bouche agréable, certes manquant de tonicité mais un vin plaisant à boire qui reste équilibré du début de bouche jusque la finale.
Le vin a moins de vigueur que "les pucelles" 2001 qu'il nous avait déjà fait découvrir.
Soit c'est plus vieux, soit c'est un millésime plus mou.
Je manque de repaires dans les chardonnay anciens et je suis influencé par notre dégustation de l'avant veille.
Gérard semblait perturbé par sa bouteille de 2005 et il paraissait craindre un peu pour ses blancs de 2006.
Au petit jeu de l'aveugle, j'annonce donc un Meursault 2006.
Gaétan me dit que j'ai presque juste ... à 14 ans près !
et il retire la chaussette



C'est donc une CR: Meursault 1er cru "Les Poruzots" 1992 d'Olivier Leflaive

Instantanément je repense à notre dernier repas pendant lequel à un moment où nous parlions des qualités des millésimes, j'avais fait remarquer avoir entendu que 1992 était un grand millésime en blanc mais un petit en rouge. Nous avions dû bifurquer sur 92 en parlant de 2008.
Gérard a eu envie de voir où en était ce grand millésime en chardonnay en ouvrant une de ses dernières bouteilles puis il a encore une fois partagé cette expérience avec les deux petits jeunots passionnés que nous sommes.

Encore une fois merci Gérard pour tout ce que tu partages. C'est toujours un plaisir et de nouvelles découvertes pour nous.

Sylvain
#22
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Loup Guerrin, LoneWD

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3493
  • Remerciements reçus 2853

starbuck a répondu au sujet : Un repas, mes amis ...

Nous nous retrouvons le 31 octobre pour fêter HALLO WINE chez Gaétan

On commence par une paire de champagne provenant de la cave de notre hôte
Champagne Laherte Cuvée 7
Une bulle très fine, une belle fraîcheur mais je ne lui trouve pas une grande complexité
Un bon champagne d'apéritif mais rien de particulier pour moi

Champagne Stéphane Coquillette, cuvée By Louis 2010
Un blanc de noir extra brut
Je suis déjà satisfait d'avoir trouvé à l'aveugle que c'était un 100% pinot noir
Un nez plus riche que le précédent avec plus de densité en bouche, un coté vineux qui me plait bien.
Un champagne qui pourrait faire un bon partenaire pour un repas
Une belle découverte

Nous passons ensuite aux blancs. Gérard avait pour mission de nous proposer 2 côte de Beaune en parallèle
Domaine Niellon, Chassagne-Montrachet 1er cru "Les vergers" 2008
Un nez assez discret, aucun défaut apparent mais très peu expressif.
La bouche est dans la continuité, un vin mou que je place sur 2006.
Impossible d'imaginer que ce soit un 1er cru de 2008
Lorsque la chaussette est relevée, Gérard nous explique que ce domaine fût placé sous le feu des projecteurs il y a une dizaine d'année par Robert Parker.
Je n'avais encore jamais entendu parler de ce domaine et je me dis que soit Parker n'est vraiment pas fait pour la Bourgogne, soit la bouteille achetée chez un caviste présente un problème.
Pour plaisanter, je dis que c'est de la confiture de chardonnay.
Heureusement il y a une 2ème bouteille qui va nous mettre une belle claque

Domaine Buisson-Charles, Meursault 1er cru "Bouches-Chères" 2008
Un nez d'excellent chardonnay, C'est fruité, floral avec de belles notes minérales.
L'élevage semble presque imperceptible.
Cette bouteille m'évoque le Genevrières 2007 de JB Bouzereau
Le vin ne présente aucun creux en bouche et s'exprime plus en longueur qu'en largeur avec une très belle finale.
C'est gourmand sans être lourd et le vin fait l'unanimité autour de la table.
Une très belle réussite

Nous passons aux rouges avec au programme une petite horizontale 1997 du domaine Gros Frère et Soeur
Grand Echézeaux 1997
Un nez sur les fruits noirs et les arômes évolués de type "sous-bois", je retrouve ce coté "Pauillacais" d'autant que nous avons le Clos Vougeot qui pinote plein pot dans le verre d'à coté.
En bouche le vin est un peu plus austère avec des tannins qui assèchent un peu.
Gaétan me dira que le fond de la bouteille bu le lendemain avait un peu gagné et s'était arrondie.
La longueur est tout de même appréciable mais ce vin a beaucoup souffert de passer avec deux conscrits qui le dominent largement

Clos Vougeot Musigni 1997
Un nez d'une gourmandise absolue sur les fruits rouges à maturité avec des notes florales de fleurs séchées
Pas trop de notes épicées pour un Clos Vougeot
Mais c'est en bouche que ce vin va gagner le titre de rouge de la soirée
Un soyeux absolu, c'est une caresse en bouche, de la dentelle au point qu'on se dit qu'il mérite bien le nom de Musigni accolé à celui du grand cru
Si le GE pouvait nous rappeler que 97 n'est pas un grand millésime, ce CV nous prouve qu'il était possible de faire excellent tout de même.
Pour avoir déjà pu apprécier un Clos Vougeot Musigni 2002, je me dis que cette cuvée mérite bien de passer du temps en cave avant d'être ouverte

Richebourg 1997
Nous en avions déjà bu une, celle ci sera légèrement inférieure.
Un nez exceptionnel de complexité avec des fleurs séchées, du sous-bois, des fruits noirs, un peu de framboise.
A ce moment on s'attend à décoller quand le vin sera en bouche mais nous en espérions peut- être trop.
Le vin est vraiment très bon mais il manque un peu d'amplitude et la finale est moins longue que la dernière fois.
La bouteille de Clos Vougeot fut terminée mais il restait un verre de Richebourg.
Cela permettra à Gaétan de nous dire que le vin n'était pas mort le lendemain.
Cette expérience nous laisse à penser qu'il n'y a pas forcement d'intérêts à garder plus longtemps en cave les 97 et qu'il est sans doute préférable de les boire tant qu'ils procurent encore beaucoup de plaisir

Pour le fromage, Gaétan nous sort un blanc toujours en aveugle
Domaine Buisson Charles, Meursault 1er cru "Gouttes d'or" 2008
Elle n'était pas prévue mais avec la claque que nous avions pris avec l'autre 1er cru du même domaine et du même millésime, Gaétan a trouvé à juste titre qu'il serait intéressant de comparer.
Et bien flop les amis, comme quoi !
Le nez est beurré avec des belles notes citronnées, la bouteille ne présente pas de défauts
En bouche le vin manque de tonicité et je le place là aussi sur 2006 ou 2009 mais jamais sur 2008
C'est une belle bouteille mais très nettement inférieure au "Bouches-Chères"
Pour moi c'est un bon Meursault village mais pas un 1er cru !

Pour le dessert, c'est mon apport
Chateau Gilette, crème de tête 1989
J'étais passé à coté il y a 2 ans, cette fois nous allons finir le repas en feu d'artifice
Un nez d'une rare complexité sur les fruits exotiques confits et légèrement rôtis.
Une bouche qui allie parfaitement fraîcheur et gourmandise, amplitude et longueur.
Une immense bouteille qui fera de l'ombre au dessert.
Gaétan est d'ailleurs assez d'accord avec moi pour dire qu'une telle bouteille est un dessert à elle toute seule.
J'adore ces moments où le vin se suffit à lui même.

Encore une excellente soirée de passée avec mes amis avant de se retrouver 3 jours plus tard pour un périple en Côte de Nuits.
C'est que nous avons des 2015 à récupérer et des 2016 à goûter :)

Sylvain
#23
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, PBAES, Eric B, Vougeot, Marc C, LADIDE78, condorcet, Frisette, leteckel, LoneWD, Pins, Damien72

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3493
  • Remerciements reçus 2853

starbuck a répondu au sujet : Un repas, mes amis ...

Je retrouve mes 2 amis à l'invitation de Gaétan pour un repas simple.
Il avait envie de nous faire découvrir 2 vins du sud de la Bourgogne.
Bien entendu nous ne viendrons pas les mains vides. Gérard avec 2 vins à maturité et moi avec une petite bombe de 2015 qui a ses adeptes sur LPV.

Je prends l'apéro en cours en raison d'un imprévu qui m'a fait perdre du temps.

Domaine Huet, Vouvray "Le haut lieu" 1989 Moelleux
Mon CR va être d'une extrême modestie car je me suis fait balader tant que je n'ai pas eu l'étiquette sous les yeux
J'étais incapable de donner un cépage, une région ni même de dater cette bouteille.
Il y a un peu de sucre résiduel mais les arômes sont totalement nouveaux pour moi
Gaétan avait trouver le secteur avant que j'arrive mais ce vin me perturbe, non pas que je ne le trouve pas bon mais il bouscule tous mes repères.
J'ai emporté le reste de la bouteille chez moi et j'ai pu la finir plus tard avec ma femme. Le vin n'avait pas bougé, à croire qu'il peut encore supporter une garde très conséquente.
Une expérience intéressante et une nouvelle découverte. Ce n'est pas le style de vin que je préfère mais il est bon parfois de s'ouvrir d'autres horizons.

Bret Brothers, Pouilly-Fuissé "Terres de Vergisson" 2014
Gaétan venant peu de temps avant d'apprécier une bouteille de ce domaine dans un resto parisien, il nous ouvre cette bouteille qui semble provenir de la partie négoce.
Autant le dire tout de suite, il fut déçu par cette bouteille.
Un chardonnay assez simple . Ce n'est pas cette bouteille qui va faire descendre plus au sud ceux qui trouvent que la Côte de Beaune devient trop chère.

Domaine Saumaize-Michelin, Saint Véran "Les crêches" 2015
Là c'est tout autre chose
Un nez typique de Chardonnay avec une belle fraîcheur, des agrumes gourmandes et des notes minérales.
La bouche est assez vive avec une belle acidité et une jolie finale qui donne envie de se resservir.
Bref, une très belle bouteille capable de rivaliser avec des appellations situées plus au nord d'autant plus dans ce millésime 2015.
Gaétan suit maintenant ce domaine dont il apprécie les vins et le vigneron.
J'aurai sans doute l'occasion de croiser à nouveau des vins de leur gamme

Domaine Joblot, Givry 1er cru "Servoisine" 2015
Il s'agit donc de mon apport. J'ai pu en obtenir un carton chez un de mes deux cavistes messins qui en avait une belle allocation.
Une robe profonde avec un nez riche qui pinote sur les petits fruits rouges délicieusement complétés par des notes de mûres et de réglisse.
En bouche la matière présente une structure assez forte si bien que mes amis placent cette bouteille dans le secteur de Gevrey-Chambertin
Surprise à la levée de la chaussette. Gaétan s'étonne de voir un Givry avec une telle densité et Gérard me dit qu'il ne retrouve pas le style plus fluet des vins de ce domaine qu'il avait déjà croisé par le passé sans avoir envie d'y revenir.
Un très bon RQP y compris en seconde main chez un caviste raisonnable.

Château Léoville Barton 1988
Quand Gérard ouvre un Bordeaux, inutile de chercher si c'est un 2009 dans une bonne phase ou de chercher entre 2004 et 2005, nous sommes forcement dans le siècle passé.
Ce vin va continuellement s'ouvrir dans nos verres.
Au début le nez se fait encore discret mais avec le duo agitation+aération, le vin se réveille nous donnant clairement une typicité médocaine avec des notes de boite à cigares qui vont se faire de plus en plus dominantes.
Si le nez est très agréable, la bouche a néanmoins un petit creux en deuxième partie laissant par là supposer que le millésime n'est pas un des plus grands.
Le vin reste cependant très bon à boire sans astringence mais il lui manque un petit truc pour être grand
Gaétan part sur St Estèphe alors que des souvenirs de Pauillac me viennent à l'esprit.
Sur le millésime, je ne suis pas trop mal parce que j'avais proposé un millésime un peu plus faible que 89 et 90 mais restant dans cette période.
J'aurais bien vu un Pauillac 1986
Gérard fini par nous annoncer St Julien, je dis donc Las Cases ... à force on fini par ne plus être loin mais cette expérience à l'aveugle me fait penser aux écrits d'Eric qui pense sans doute à juste titre qu'il n'y a pas de véritables typicités communales dans ce secteur du médoc.

Ce fut encore un bon moment de partage avec mes amis en attendant notre prochaine virée bourguignonne et une fameuse horizontale de 2015 que nous attendons avec impatience

Sylvain
#24
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: LADIDE78, Agnès C, leteckel, Pins

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3493
  • Remerciements reçus 2853

starbuck a répondu au sujet : Un repas, mes amis ...

Quand le chardonnay est orange, tu deviens vert et tu n'as plus qu'à passer au rouge

Je recevais mes deux amis samedi dernier.
Ne soyons pas superstitieux, espérons que le 13 ne portera pas malheur.
J'évite de passer sous une échelle ou de marcher sur la queue d'un chat noir, c'est que j'ai prévu d'ouvrir la plus grosse quille de Chardonnay de ma modeste cave.
Cette parcelle me fait un peu rêver, le nom, l'emplacement, la vue quand on s'y trouve ...
Le programme sera Chardonnay puis vieux Bordeaux après un apéro durant lequel je souhaite leur faire découvrir un vin du domaine Dagueneau

Domaine Dagueneau Pur Sang 2012
J'avais découvert la cuvée Silex à la Taverne du port de Marseillan avec beaucoup de plaisir
Les vins de ce domaine ne sont pas vendus à emporter pour une raison évidente mais je suis parvenu à convaincre le patron devenu un ami que je souhaitais mieux découvrir ce domaine avec mes deux amis passionnés.
C'est ainsi que j'ai pu remonter cette bouteille.
Autant le dire tout de suite, je ne vois pas beaucoup de points communs entre les 2 bouteilles.
Pur Sang présente une matière très imposante presque tannique avec de légers arômes de fruits rouges.
Celle là dans un verre noir doit perturber nombre d'amateurs.
Mes 2 amis qui connaissent bien mieux la Loire que moi n'évoquent pas le Sauvignon immédiatement.
Trouvant le vin fermé à l'ouverture, je l'ai carafé près d'une heure.
Il n'aura de toute façon pas bougé sur 72h
Si la cuvée Silex m'avait enchanté, Pur Sang du même millésime mérite à mon avis une garde conséquente pour donner plus de plaisir

Domaine Chartron, Clos des Chevaliers 2007


Vu le titre vous avez sans doute déjà compris que le carrosse s'est transformé en citrouille.
Lorsque je verse un fond de verre à l'ouverture vers 16h, je suis comme Thierry Gilardi lors de la finale de la coupe du monde 2006 au moment où il découvre le coup de boule de Zidane au ralenti.
Ah Non ! pas ça ! pas maintenant !
Jusqu'à présent j'étais globalement épargné par les bouchons et la prémox mais là j'ai pris cher.
Le nez ne laissait aucun doute, de la noix et de la pomme.
Je sais que c'est la période des galettes mais je n'avais pas envie de servir un mauvais cidre à ce moment du repas.

Domaine Matrot, Meursault 1er cru Blagny 2008
C'est ma bouteille de remplacement
Elle aura très bien tenue son rôle.
Un nez équilibré que Gérard placera à Puligny, Gaétan pensera à un Meursault avec des typicités de Puligny
Mes amis sont plus forts que moi au petit jeu de l'aveugle.
C'est vrai que cette bouteille ne présentait pas trop de gras, un bouquet floral légèrement fruité et une belle acidité.
En bouche le vin est équilibré avec une jolie finale qui souffrira cependant de la comparaison avec la bouteille de Gérard.
Une bouteille plaisante à boire qui mérite bien son rang de 1er cru. Le secteur de Blagny est souvent minoré quand on parle de Meursault mais je trouve que le domaine Matrot y réussit régulièrement une jolie cuvée.

Domaine Carillon, Bienvenues Bâtard Montrachet 2007
C'est donc un apport de Gérard et je suis à l'aveugle
Immédiatement je suis impressionné par la structure du vin
Le nez était déjà bien complexe, là c'est sur que Gérard n'a pas sorti une petite bouteille de sa cave mais la bouche est impressionnante.
Je connais ses domaines habituels mais j'imagine qu'il nous a encore sorti un truc de derrière les cartons comme un Bâtard bien né.
La bouche présente une amplitude assez incroyable et la finale tout en puissance reste longue et large.
L'intérêt de l'aveugle est assez remarquable car sur le coup là Gaétan voit un vin moins puissant que le Bienvenues 06 alors que moi je le trouve plus imposant
Par contre je n'avais pas trouvé le millésime car j'imagine 07 plus acide et moins dense.
J'aurais plutôt pensé à un 2005
Quoiqu'il en soit nous avions là une immense bouteille. Ce grand cru du domaine Carillon est vraiment une très grosse quille.
Le fait que ce soit un 2007 me fait encore plus regretter que le Chevalier soit tombé de sa monture en heurtant un noyer car nous aurions pu comparer les deux grands crus dans le même millésime.



Passons aux vieux Bordeaux

Château Léoville Las Cases 1979
J'en avais déjà bu une sur mon lot de 2
Je souhaitais faire découvrir cette bouteille à mes amis, c'est de là que venait l'idée du thème vieux Bordeaux (avant 1991)
La robe commence à tuiler mais pas tant que ça pour un vin de près de 40 ans
Le nez est classiquement médocain, Gérard ne s'y trompe pas
Un beau Bordeaux à maturité
Au niveau de la bouche les avis vont légèrement diverger.
Je trouve les tannins complètement fondus, une belle amplitude et une finale en délicatesse
C'est presque Chambolle sur Médoc
Ma femme qui n'aime pas trop les Bordeaux apprécie le vin, c'est pourquoi je le signale
L'épouse de Gaétan le préférera même au suivant
C'est vrai que rien n'accroche et que le vin est très facile à boire
Gérard trouvera qu'il manque un peu de matière, avis renforcé à la découverte de l'étiquette.
Pour lui cette bouteille n'est pas typique d'un grand Las Cases. Je le crois volontiers puisqu'il en a dégusté bien plus que moi notamment un 1961 en compagnie du père de l'actuel propriétaire du château.

Château Mouton Rothschild 1986
Une robe incroyablement concentrée.
Gérard, on avait dit d'apporter des Bordeaux d'avant 1991, celle là est bien plus jeune !
ha d'accord, c'est d'avant 1991 !
Le nez sur le tabac blond, la boite à cigares, le cassis, si ça c'est pas un Pauillac ... yes j'ai trouvé
La bouche est d'une amplitude extrême, ce doit vraiment être un grand vin
Ok c'est mon premier 100/100 Parker
Quelle densité, quelle structure et une finale persistante.
Un petit bémol toutefois, les tannins sont tellement imposants qu'ils en restent légèrement astringents.
Avec la pièce de faux-filet, ça ne pose aucun problème mais en dégustation pure, c'est vrai que le vin mérite encore d'attendre un peu en cave.
Une immense bouteille qui selon moi n'a pas encore atteint son apogée.
Et puisque le prix des vins agite plusieurs discussions sur LPV, Gérard avait acheté cette bouteille 250 Francs
Encore une très belle expérience

Vieux Château Certan 1986
Une robe également profonde, à croire que les grands Bordeaux sont éternels.
On retrouve des arômes de boite à cigares , des fruits noirs, un peu de champignons sans pour autant dire que ça truffe à plein nez.
Le vin présente une jolie complexité, beaucoup d'harmonie avec un peu tous les marqueurs bordelais réunis.
Cela fera dire à Gérard qu'il pourrait s'agir de Figeac, un rive droite avec une forte proportion de cabernet.
Là je dis chapeau parce qu'on est vraiment dans le même style d'assemblage même si c'est une appellation voisine.

En bouche le vin est soyeux, c'est une main de fer dans un gant de velours.
La matière reste imposante mais s'exprime avec élégance, rien ne semble dépasser
L'amplitude est presque onctueuse et la finale très longue semble s'étirer en douceur.
Un vin qui doit être à son apogée. Un immense plaisir à boire un vin de ce niveau.
Il ne s'est pas fait écraser par le passage de son conscrit de chez Mouton Rothschild juste avant.



Ainsi s'achève notre dernier repas qui va générer de nouveaux et excellents souvenirs
A bientôt pour d'autres belles aventures autour de bonnes bouteilles

Sylvain
#25
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Eric B, Moriendi, LADIDE78, Frisette, leteckel, LoneWD, Pins

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3493
  • Remerciements reçus 2853

starbuck a répondu au sujet : Un repas, mes amis ...

Richebourg et Rayas jusqu'aux tirs aux buts

Je retrouve mes 2 amis le soir de Russie-Croatie mais nous ne regarderons pas le match
C'est un autre point commun que j'ai avec Gérard, celui d'avoir été extrêmement passionné par le sport mais de s'en être détaché.
Il me raconte que pour les JO de 64 et 68, il écoutait les retransmissions des épreuves sur une radio dans son internat.
Idem pour moi qui m'étais relevé la nuit en 84 pour voir l'épreuve de perche à Los Angeles.
Tour de France, coupe du monde de foot, on s'intéressait à tout puis le dopage, l'aspect purement commercial et d'autres facteurs ont fait que l'on s'en est un peu éloigné.
Mais tel un amateur de vin qui se moque des bordelais en costard annonçant l'année du siècle tous les ans mais prenant tout de même une claque en ouvrant un vieux Bordeaux, nous suivons les résultats.
Vers la fin du repas Gérard me demande si je connais le résultat du match et prenant ma tablette, je lui annonce que ce fut serré.
Un peu comme notre duel au sommet avec 2 bouteilles bien difficiles à départager.
Pour commencer, j'ouvre un chablis mgtusien

Isabelle et Denis Pommier, Chablis 1er cru "Cotes de Lechet" 2012
Un bouchon sec et cassant, imbibé à moitié mais heureusement un vin sans défaut
Un vin gras sur les fruits jaunes et les agrumes à maturité.
Aucune trace de coquilles d'huitres si bien que mes amis n'arriveront pas à situer cette bouteille à l'aveugle.
Une belle tension et une finale agréable.
A noter que le fond de la bouteille avait encore gagné 48h plus tard
Une belle découverte pour nous (merci michel ;) )
Par contre vu l'état du bouchon, si j'en avais d'autres je ne les garderai plus longtemps en cave

Domaine Vincent Dauvissat, Chablis 1er cru La Forest, 2005
Une bouteille apportée par Gaétan qui nous prévient que le vin est peut-être encore un peu fermé
Un nez qui ne m'évoque pas grand chose pour ne pas dire rien.
Gaétan précise alors n'avoir lu que des bonnes choses jusqu'à ce qu'Oliv sorte un CR très négatif
En le lisant je ne peux qu'être d'accord quand Oliv parle de phase d'hibernation
Un vin illisible ... un peu comme "Les Clos " 2009 chez Gérard qui ajoutera que ça doit faire 4 ou 5 fois qu'il croise un vin de chez Dauvissat et que c'est toujours pareil.
Finalement c'est peut-être aussi bien ainsi, il y a déjà tellement de domaines qui nous font envie qu'il est peut-être souhaitable de ne pas tomber amoureux de tous les domaines ayant du succès sur LPV

Domaine Louis Carillon, Puligny-Montrachet 1er cru "Les Perrières" 2008
Gérard n'ouvre encore pas de 1er cru 2008 mais ayant gouté une jumelle chez sa fille peu de temps avant, il décide de nous faire profiter de cette cuvée qu'il affectionne.
Un nez qui carillonne, je trouve immédiatement le domaine
Un peu de bergamote, pas trop de minéralité et des fruits jaunes très purs, des belles notes citronnées.
Un vin harmonieux, ample avec une belle tension. C'est vif mais sans excès si bien que je pense plus à 2007 qu'à 2008
A priori le domaine a bien réussi ses 2008, ne tombant pas dans les excès d'amers.
Il parait que le Bienvenues 2008 est grandiose.
Un domaine qui fait des vins de garde à ne pas ouvrir trop vite mais quand ils sont prêts, qu'est-ce que c'est bon !



Passons maintenant aux rouges
On commence par les 2 bouteilles apportées par mes invités

Domaine Confuron-Gindre, Vosne Romanée 1er cru "Les Brulées" 1999
Un nez évolué dominé par les arômes de tabac, de bois brulé et pourtant nous ne sommes pas autour d'un barbecue.
A l'aveugle ni Gérard ni moi n'avons été capable de situer le vin mais après coup je me dis que c'est la première fois que j'ai des notes de brulé aussi forte sur un vin.
Est-ce vraiment typique de cette appellation ? C'en est en tout cas troublant.
En bouche le vin ne semble pas encore prêt car les tannins restent virils et apportent de l'astringence.
La matière est belle mais c'est une bouteille qui a besoin d'un morceau de viande pour être appréciée.
Elle a surtout fortement pâti de la concurrence car Gérard nous a sorti un vin aussi beau et aussi droit qu'une volée de Pavard

Thibault Liger-Bélair, Richebourg 2007
Un nez très complexe
J'écarte assez vite le secteur Morey/Gevrey parce que je ne perçois pas mes marqueurs habituels.
Aucune notes terreuses, pas trop de fruits noirs.
C'est un vin dont la complexité est florale, légèrement fruitée et minérale.
Un vin qui possède une belle structure mais qui s'exprime tout en longueur.
C'est un coureur de 400m. Il n'a pas d'explosivité immédiate en bouche mais c'est un long sprint, tout en élégance.
Aucun creux, c'est régulier du début à la fin.
J'imagine une très belle appellation sur Vosne en 2001 ou 2002
Je n'aurais pas pensé à un Richebourg car ce vin n'a pas une amplitude extrême que l'on peut attendre sur ce grand cru mais il faut admettre que c'est un vin zéro défaut procurant bien du plaisir.
Sans doute pas le plus grand Richebourg mais une excellente bouteille dans ce millésime qui n'est pas toujours facile pour les pinots.
On se faisait également la remarque concernant le style du vigneron.
Nous n'avons pas encore dégusté souvent ses vins mais nous trouvons qu'il marque chaque cuvée de son empreinte.
De la pureté, de l'élégance et une finesse des tannins pour parvenir à des vins qui s'expriment en longueur.

J'ouvre ensuite 2 bouteilles en parallèle
Louis Jadot, Griotte Chambertin 2006
Le peu de messages laissaient à penser qu'il ne fallait pas en attendre de trop, pourtant je pense au contraire que cette bouteille est pleine de potentiel et aurait mérité de patienter en cave.
Un nez plus sudiste, Gaétan qui a acheté la Rayas à suivre avec moi pense que j'ai placé un vin du Rhône.
Cela aurait pu être le cas mais j'ai changé d'avis au dernier moment par rapport aux températures extérieures
Des arômes assez concentrés sur les fruits noirs avec un peu de cerise bien mûre
Une grosse matière en bouche si bien que Gaétan me dira que cette bouteille lui fait un peu penser à un Clos de Tart
Des tannins présents mais jamais agressifs même si nous pensons unanimement que ce vin va gagner à être gardé encore plusieurs années en cave.
Une finale assez massive manquant un peu d'élégance même si là aussi le fait d'avoir été placé entre 2 très gros calibres lui a sans doute causé du tort

Rayas 2000
Que dire de plus que tout ce qui a déjà été dit sur LPV !
La bouteille fut ouverte vers 16h pour une dégustation vers 22h
Effectivement ce vin mérite d'être aéré car nous n'avons pas trouvé les marqueurs habituels du domaine dès le début.
Je l'ai servi dans les Réveal up intense et le vin a gagné en complexité tout au long de la dégustation
Les notes de fraise écrasées nous sont parvenues sur le 2ème verre.
Au delà des arômes, c'est surtout la qualité de bouche qui est à souligner.
Un vin très pur, droit et long. Une belle matière qui s'exprime en finesse avec une finale interminable.
La comparaison involontaire avec le Richebourg était finalement judicieuse.
Ce Rayas ne correspond absolument pas à ce que nous connaissons sur Chateauneuf et c'est à se demander s'il ne mériterait pas une AOC à lui tout seul.
Encore une cuvée iconique que l'on va rêver de recroiser un jour



Nous avons essayé de départager le Rayas et le Richebourg en allant jusqu'à la dernière goutte additionnelle mais il y avait toujours égalité au terme des 75 cl réglementaires.
Arrive la séance des tirs aux buts
Gérard marque pour Rayas et Richebourg
idem pour Gaétan et moi, nous sommes donc à 3 partout
L'épouse de Gaétan met Rayas sur le poteau et Richebourg sur la barre en votant Griotte
C'est ma femme qui arrive en 5ème tireur et elle va donner la victoire à son vin rouge préféré en choisissant le Richebourg
Encore une magnifique soirée avec mes amis, il faudrait en faire plus souvent :miam:

Sylvain
#26
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, dt, Eric B, jean-luc javaux, Moriendi, Frisette, leteckel, jclqu, LoneWD, lugdunum, Damien72

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1835
  • Remerciements reçus 1925

leteckel a répondu au sujet : Un repas, mes amis ...

Domaine Vincent Dauvissat, Chablis 1er cru La Forest, 2005
Une bouteille apportée par Gaétan qui nous prévient que le vin est peut-être encore un peu fermé
Un nez qui ne m'évoque pas grand chose pour ne pas dire rien.
Gaétan précise alors n'avoir lu que des bonnes choses jusqu'à ce qu'Oliv sorte un CR très négatif
En le lisant je ne peux qu'être d'accord quand Oliv parle de phase d'hibernation



De la variabilité des bouteilles : www.lapassionduvin.c... ... bue à un mois d'intervalle de celle d'Oliv :roll:

Et dans ma mémoire, le nez n'avait rien de fermé, au contraire d'ailleurs…

ArnoulD avec un D comme Dusse
#27

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2400
  • Remerciements reçus 1141

GILT a répondu au sujet : Un repas, mes amis ...

Je n'ai malheureusement pas goûté votre bouteille ni celle d'Oliv mais les vins de ce domaine peuvent être suivant mon expérience parfois mutiques ( bus trop tôt?).

Gilles
#28

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4599
  • Remerciements reçus 1763

Vaudésir a répondu au sujet : Un repas, mes amis ...

Bouchon sec et imbibé sur Pommier ça me parle, Fourchaume 2012 avec un début d'oxydation www.lapassionduvin.c...
Dauvissat peut causant aussi sur Forest 2007 www.lapassionduvin.c...
Stéphane
#29

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5843
  • Remerciements reçus 2985

Frisette a répondu au sujet : Un repas, mes amis ...

Joli repas, l'ordre de dégustation à l'air d'avoir été bon! Manquait juste une Turque ! ;)

Flo (Florian) LPV Forez
#30

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck