Nous avons 1377 invités et 72 inscrits en ligne

Domaine Philippe Vandelle, L’Etoile

  • Guest
  • Portrait de Guest Auteur du sujet
  • Visiteur

Guest a créé le sujet : Domaine Philippe Vandelle, L’Etoile


Domaine Philippe Vandelle
186, rue Bouillod
39570 L’Etoile
Tél : +33(0)384 86 49 57
Fax : +33(0)384 86 49 58
www.vinsphilippevand ...




J'ai visité le domaine de Philippe Vandelle durant l'année 2002. En tant que vigneron comme en tant qu'homme, c'est un personnage extrêmement sympathique et intéressant. En outre, j'accompagnais un groupe très peu « intéressant » d'un point de vue commercial (à  peu près que des adolescents), et il a pourtant pris le temps de nous faire visiter la totalité de son domaine, nous expliquant sur site les méthodes de fabrication de chacun de ses vins, et notamment celles de ses vins spéciaux : vin de paille, vin jaune, mais également macvin et crémant. Nous avons pu apprécier, de visu, le passerillage des raisins destinés à  l'élaboration du vin de paille et le vieillissement des pièces de vin jaune…

Quant à  ses vins (ses vins blancs du moins, les rouges étant ici comme ailleurs dans le jura plutôt anecdotiques…), ils sont pour moi extraordinaires. Si je n'en avais qu'un à  retenir, ce serait incontestablement son Etoile chardonnay vieilles vignes 1999. Je ne sais pas comment décrire ce vin. C'est un véritable ovni. Il est même tellement particulier que je ne pense pas qu'on puisse le décrire avec les mots classiques de l'Å“nologie : arômes de noix, etc. Ce qui me vient à  l'esprit : « attaque ultra-agressive en forme de coup de poing dans les papilles, puis la bouche se transforme, petit à  petit, en un prodige absolu de douceur et de sensualité ». Ce côté dual de la bouche est pour moi exceptionnel. Je n'avais jamais rien ressenti de similaire jusque là  : vraiment, l'attaque est ultra-agressive, réellement difficile et, à  vrai dire, plutôt désagréable, et puis, et puis… le vin se transforme au bout de quelques secondes en quelque chose de complètement différent, quelque chose d'extrêmement tendre et « consolateur ». S'il me fallait un mot pour résumer ça, c'est « l'antagonisme ». « Contraste » serait insuffisant. « Fossé » n'irait pas car, en même temps, l'enchaînement entre les deux expériences est parfait, le lien sublime ; la fin de bouche est d'autant plus agréable qu'elle intervient après une attaque particulièrement « secouante ». Et puis elle dure, elle dure…La longueur est vraiment étonnante. J'insiste sur ce vin car, contrairement aux autres, j'ai pu le boire plusieurs fois, et pas seulement le goûter. Voilà â€¦ Le nez est quant à  lui moins prenant, même s'il est, évidemment, très typé. Le rapport qualité/prix est très bon, c'est également à  mettre à  son crédit. Celui des ses vins jaunes, vins de paille, crémants ne l'est pas moins.

Tous les vins du domaine sont issus de vendanges manuelles, excepté certains savagnins et les chardonnay qui ne sont pas issus de vieilles vignes… Ceux-ci sont très bons, mais néanmoins ils sont pour moi nettement moins intéressants que les vieilles vignes. Pour ce qui est de l'élevage, c'est très clair : tous les vins sont élevés sans ouillage, en pièces ou feuillettes de chênes (achetées d'occasion à  des viticulteurs de Bourgogne, c'est la règle dans le Jura) et sous voile, qu'ils soient issus de Chardonnay ou de Savagnin. Vin jaune : plus de six ans et trois mois d'élevage comme le veut la réglementation. Savagnin : trois ans. Chardonnay : deux ans. Le Chardonnay peut donc s'élever sous voile. Mais il ne devient pas pour autant vin jaune (il n'y a pas apparition dans le vin d'éthanal et autres composants caractéristiques du vin jaune). De même, tout savagnin élevé sous voile, même s'il l'était pendant plus de six ans et trois mois, n'est pas automatiquement un vin jaune. Certaines pièces se transforment dans ce sens, d'autres ne se transforment pas, ou pas de cette façon. A l'origine, Philippe Vandelle élève quasiment tous ses vins de savagnins de la même manière (excepté ceux qu'il intègre à  son vin de paille ou à  son crémant), puis il écarte, progressivement, tous ceux qui ne se transforment pas en vin jaune, pour ne les élever « que » trois ans et les vendre sous l'appellation « Etoile savagnin »

(à  noter que c'est ce qui se passe à  peu près partout dans le Jura. Vin jaune : 30 euros en moyenne/ Vin du jura cépage savagnin : 10 euros… Le calcul est vite fait pour les vignerons : tous élèvent au départ leur savagnin dans la direction vin jaune… D'où conclusion : 100% des savagnins vendus dans le jura sont en fait des « vins jaunes ratés » ; ils ont été écartés en cours de route de la voie la plus prestigieuse… Le tri entre « savagnin normal » et « savagnin à  vin jaune » n'est quasiment jamais effectué au départ).

C'est cela la magie du vin jaune… Le vigneron fait sa part de travail, mais en dernier ressort, c'est la nature qui décide. Certaines années, Philippe Vandelle doit écarter quasiment toutes ses pièces de savagnin car aucune ou presque ne s'est transformée en vin jaune (c'est pour cette raison qu'il n'a pas de vin jaune millésimé 92, ou 93 je ne sais plus). D'autres années, il en conserve une grande majorité, et ne propose alors que peu d'Etoile cépage savagnin élevée trois ans. Tout cela est pour lui, et pour moi, assez fascinant…

Je voudrais revenir enfin sur cette controverse ouillage/non ouillage qui est abordée dans d'autres forums, à  partir de cet exemple de Philippe Vandelle. Pour moi, les vins de ce domaine sont, je l'ai dit, exceptionnels et extraordinaires. Maintenant, est-ce vraiment positif pour ce vigneron ? D'un point de vue commercial, je ne le pense pas : je serai prêt à  parier que neuf personnes « non éduquées » sur dix qui goûteraient ses vins ne les apprécieraient pas du tout. Du point de vue du prestige, je ne le pense pas non plus : ses vins sont tellement particuliers qu'ils ne sont en aucun cas « comparables » avec des vins « normaux ». A eux tout seuls, ils constituent une expérience unique, mais c'est une expérience qu'on ne peut rapprocher d'absolument aucun autre vin, si ce n'est certains autres vins du jura. De manière caricaturale, on pourrait dire que comparer un chardonnay vieilles vignes de Philippe Vandelle avec un chardonnay de Bourgogne, c'est un peu comme comparer un cognac avec une bière… Et ça, ça n'est pas un avantage : jamais on ne pourra dire que son vin est « meilleur » qu'un Bourgogne (j'adore personnellement les Bourgogne), on pourra seulement dire qu'il est « différent »… Pour moi, le développement du ouillage dans le Jura ne peut se comprendre que par rapport à  cet état de fait : il correspond à  une volonté, chez certains vignerons du jura, de rendre leurs vins « comparables » avec d'autres vins, des les sortir du ghetto des vins typés Jura. Bref, il y a une volonté, chez ces vignerons, d'accéder à  un nouveau public (avec des vins du Jura qui soient appréciables par Monsieur tout le monde) et à  un nouveau statut (avec des vins du Jura qui puissent rivaliser avec des Bourgogne ou autres vins blancs). Je suis sûr que, si les vins du Jura étaient déjà  prestigieux et réputés comme ils le méritent, les mêmes vignerons hurleraient contre le ouillage… Bref, le mouvement vers ce type de vin est pour moi compréhensible… Mais il est regrettable : tout d'abord, des vins comme ceux de Philippe Vandelle s'inscrivent pleinement dans une tradition, dans une histoire, dans un terroir. Et, sans être le moins du monde passéiste ou rétrograde, je pense que c'est extrêmement important, dans le sens où cela fait intimement partie de l'expérience qu'on peut avoir d'un vin. Que les chanceux (pas moi) qui ont déjà  eu la chance de goûter un Yquem, un Pétrus ou un Montrachet osent prétendre qu'ils n'ont « vécu » ces vins que du point de vue organoleptique… Boire ces vins, outre le plaisir des papilles, c'est embrasser un monde, c'est côtoyer un imaginaire. Et bien, boire les vins de Philippe Vandelle, c'est peu ou prou la même chose pour moi… Maintenant, venons-en au plaisir des papilles : là  encore, je trouve le vin de Philippe Vandelle sublime, car en plus d'être excellent, il marque. C'est réellement, et je suis sincère, la plus grosse « baffe » que je me sois jamais prise dans le domaine du vin. Alors certes, on attend pas d'un vin qu'il ne nous mette que des baffes, mais c'est quand même une expérience très intéressante que de pouvoir goûter un vin et d'y retrouver des caractéristiques qu'on ne retrouvera nulle part ailleurs. Et je défie tous les vins ouillés du Jura de me procurer autant de surprise mais également de plaisir, n'en déplaise aux vignerons qui s'échinent à  Â« démontrer » la supériorité de ces vins sur les vins non ouillés. Clairement, les vins non ouillés sont plus typés, plus sensationnels, plus forts. A côté d'eux, les vins ouillés du Jura sont pâles et aseptisés. Mais voilà , ils touchent plus de gens, même s'ils les touchent moins… Finalement, vous avez compris que je préfère, et de très loin, les vins typés comme ceux de Philippe Vandelle (qu'on ne vienne pas me dire qu'ils sont trop typés ou caricaturaux ; c'est la caractéristique historique des vins du Jura que de ne pas être ouillés), et que, dans mon for intérieur, je suis totalement contre les vins du Jura ouillés. J'espère juste qu'après avoir lu cette modeste contribution, vous aurez envie de goûter les vins de Philippe Vandelle afin de vous faire votre propre opinion…

PS : je ne crache pas indistinctement sur les vins ouillés. Ils représentent d'une part, un élargissement du savoir-faire et de la palette des vignerons du Jura, ce qui est toujours bienvenu (même si, quelque part, c'est un alignement plus qu'un élargissement…), et d'autre part, ils ont peut-être l'avantage d'initier les gens qui n'ont pas l'expérience du vin du Jura, pour leur permettre ensuite d'apprécier à  leur juste valeur les vins non ouillés. A mon avis, les gammes de vins en Jura risquent dans les prochaines années de se séparer explicitement entre vins non ouillés et vins ouillés, et ce chez tous les vignerons...
#1
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest Auteur du sujet
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: Philippe Vandelle

Ceci dit, j'aimerais savoir si certains d'entre vous ont déjà  goûté les vins de Philippe Vandelle, et ce qu'ils en pensent...

Cordialement,
Horacio
#2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 120
  • Remerciements reçus 0

franckrc a répondu au sujet : Re: Philippe Vandelle

J'ai fait ma première virée jurassienne avec me petite famille durant les vacances scolaires de février.

J'ai accompagné ce sejour des vins de Rolet ; j'ai fait un saut à  Arbois au caveau de Stéphane Tissot pour reconstituer ma cave en vin du Jura.

D'une façon générale, les blancs "typés" ou ouillés et les rouges (trousseau, poulsard, assemblages) m'ont tous plu. En fait, j'adore les vins du Jura.

Ce qui m'a surpris - et là  j'en viens à  Philippe Vandelle - c'est que j'ai trouvé les meilleurs vignerons... chez le boulanger, à  la fruitière, chez Atac, au Proxi du village. Chose que je n'ai vue nulle part ailleurs surtout pas dans ma région d'origine, l'Anjou.

Chez Atac de Mouthe, j'ai fait l'acquisition de quelques flacons de P. Vandelle, "L'Etoile 2000", mais je ne l'ai pas goûté.

Horacio, quel est le cépage de ce vin ? sa vinification ? vendange manuelle ou mécanique ? Comment est-il en dégustation ?

Amicalement,
Franck.
#3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest Auteur du sujet
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: Philippe Vandelle

Franck,

Ce que tu dis n'est pas forcément surprenant lorsque l'on sait qu'une grande partie de la production jurassienne est consommée sur place, par les autochtones et les touristes et, de ce fait, les régions montagneuses à  vocation touristique, notamment par l'attrait du ski, favorisent l'écoulement de la production. La majorité des vignerons démarchent et cherchent à  se placer chez les commerçants locaux pour cette raison, car, pour l'instant, très peu d'entre eux n'ont rien à  vendre, au contraire. Les grosses forces de vente (Henri Maire, les différentes fruitières(= coopératives) d'Arbois ou de Pupillin) visent plutôt la grande distribution.

Concernant les vins de Philippe Vandelle, je n'ai pas encore eu l'occasion de les goûter depuis qu'il commercialise sous son nom. Je vais me débrouiller pour en trouver rapidement pour pouvoir en parler avec Horacio (dont j'apprécie beaucoup la ferveur à  les défendre) en connaissance de cause.

Cordialement,

Olif
#4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest Auteur du sujet
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: Philippe Vandelle

Franck, si je me rappelle bien, Philippe Vandelle commercialise trois types d'Etoile: un chardonnay, un chardonnay vieilles vignes et un savagnin. Les deux derniers sont vendangés à  la main. A priori, si tes bouteilles portent une étiquette "Etoile 2000" sans indication de cépage, il doit s'agir de la cuvée chardonnay. Cette cuvée est vinifiée "à  la bourguignonne" comme tous les vins de Philippe Vandelle, et élevée deux ans en pièces de chêne comme la cuvée vieilles vignes. Je n'ai pas goûté le millésime 2000, je pense qu'il vient juste d'être commercialisé.

Ce domaine en est effectivement à  ses premières cuvées, mais il est issu comme j'ai déjà  pu le lire sur d'autres forums de lpdv d'une scission du Chateau de l'Etoile. L'oncle de Philippe Vandelle a conservé le château et une partie des vignes, son père et lui-même se sont mis à  leur nom, avec l'autre partie des vignes. C'est vrai également que les deux principaux canaux de distribution dans le Jura sont la vente directe au domaine et la vente dans la région. Pour ma part, j'ai eu la chance de me trouver dans le jura au moment des dernières FAV, et Attac notamment avait une offre locale impressionnante, à  des prix imbattables.

Olif, j'espère ne pas voir été trop brutal dans mon "plaidoyer". Je suis absolument convaincu que des personnes comme Alain Labet et Stéphane Tissot sont des vignerons sincères et talentueux, mais il est vrai que j'aimerais qu'un Philippe Vandelle reconnu à  leur niveau, ce qui est loin d'être le cas... pour l'instant du moins. Faire un grand vin, ça peut être découvrir de nouvelles méthodes, de nouvelles techniques, de nouveaux goûts ("du neuf, toujours du neuf"), mais ça peut être également réinterpréter, rejouer et renouveler sans cesse une tradition. Certes, c'est moins voyant et porteur, mais c'est tout aussi important, surtout quand cette tradition est riche et belle comme l'est celle des vins du Jura (... dans le Languedoc à  l'inverse, je comprends tout à  fait que les vignerons se tournent en bloc vers des techniques modernes...). Ceci dit, je comprends tout à  fait que les vins ouillés puissent renouveler la viticulture dans le Jura. Ces vins représentent effectivement la voie royale pour accéder rapidement à  une reconnaissance nationale. Mais, quand je bois des bons vins blancs typés du Jura (tous ne le sont pas, et le "goût de jaune" connaît bien des variantes), je me demande simplement s'ils méritent d'être placés d'emblée au premier rang... Ah, l'attrait de la nouveauté (ou de la mode ?)... Personnellement, je pense que les qualités intrinsèques des vins du Jura (et leur originalité) leur auraient de toutes façons attiré, à  terme, les faveurs du public.
Amicalement,
horacio
#5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest Auteur du sujet
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: Philippe Vandelle

Horacio,

Je n'ai pas du tout été "choqué" par la vigueur de ton plaidoyer, bien au contraire, la conviction que tu y mets renforce sa sincérité.

Je ne suis par contre pas sûr que l'oxydation ménagée pour produire des vins blancs dans le Jura soit aussi ancestrale que ça. La plupart des domaines proposaient (et proposent toujours) une cuvée d'assemblage chardonnay et savagnin, qui, souvent, ne comportait pas plus de 25 à  30% de savagnin; ça, c'est la tradition! Le savagnin pur, en élevage oxydatif, n'est venu qu'après.

Personnellement, je crois qu'il y a un produit phare dans le Jura, le vin jaune, finalement assez peu consommé car assimilé à  un vin luxueux, et qui a suscité un véritable engouement pour ces vins de savagnin, car plus accessibles immédiatement et qui donnaient l'impression d'approcher un peu le divin nectar. Je n'ai pas souvenir qu'au début des années 80, beaucoup de vignerons produisaient des cuvées exclusives de savagnin (le domaine André et Mireille Tissot, par exemple, n'en commercialisait pas mais mettait en bouteilles ces "jaunes avortés" pour un usage culinaire).

Il n'y a pas non plus de raisons d'opposer les deux écoles car je les trouve complémentaires; je ne suis pas sûr non plus que l'originalité des vins du Jura leur attire forcément les faveurs du public car au contraire, ils déroutent, même lorsqu'ils sont bons et bien vinifiés. L'oxydation et les arômes de noix qui en découlent sont un défaut majeur pour un vin hors le Jura ! Et surprennent plus d'un dégustateur non initié!
La voie des chardonnays ouillés n'est pas pour autant plus facile car sur ce terrain-là , la concurrence est rude. Mais ce n'est qu'en produisant des vins de qualité qui ne renient pas leurs origines et qui mettent en valeur leur terroir que le Jura ira de l'avant, j'en suis convaincu; et tous les bons vignerons jurassiens, même avec des cuvées non ouillées, qui ont tout à  fait leur place dans la gamme des vins jurassiens, seront gagnants !

Olif
#6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest Auteur du sujet
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: Philippe Vandelle

Si je peux me permettre de donner mon opinion de néophyte en ce qui concerne le Jura, je dirais que j'adore le vin jaune, j'adore les grands vins blancs de type chardonnay ouillés, mais les cuvées que je qualifierais d'intermédiaires, c'est-à -dire des vins de chardonnay et/ou de savagnin non ouillés ne me semblent pas d'un grand intérêt. J'ai encore pu en faire l'expérience lors d'une dégustation récente de 3 vins du domaine Berthet-Bondet (cfr rubrique ad hoc). Le seul intérêt que je pourrais y voir est d'habituer doucement les palais récalcitrants au choc que constitue la découverte d'un grand vin jaune. Pour le reste, ce type d'élevage n'apporte rien au vin, masque en grande partie le terroir et a tendance à  uniformiser tout un pan de la production jurassienne.

Luc
#7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest Auteur du sujet
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: Philippe Vandelle

Mais ton avis de néophyte en Jura nous intéresse beaucoup, Luc!
D'abord, parce qu'il t'arrive d'en boire, ce qui n'est pas le cas de tous les passionnés.com :-) , et ensuite parce que ton expérience d'amateur de vins est grande.

Je ne suis évidemment pas d'accord avec le peu d'intérêt que tu trouves aux cuvées non ouillées, mais je le comprends parfaitement, car comme je l'ai déjà  souligné, ce sont des cuvées faites pour s'accorder avec une cuisine jurassienne traditionnelle, qui s'exporte peu, ou des bouteilles à  ouvrir, comme ça, à  l'apéritif, avec quelques morceaux de comté. Cela fait partie de la culture franc-comtoise (et encore, pas toute la Franche-Comté, car le nord de la région, Montbéliard et Belfort, louche déjà  en direction de l'Alsace!). Bien sûr, elles pourront également servir d'introduction au monde du vin jaune.
Ce n'est donc qu'avec des cuvées plus universelles que le Jura pourra convertir véritablement les amateurs de vin.

Amicalement,

Olif
#8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 17933
  • Remerciements reçus 1784

Jérôme Pérez a répondu au sujet : Re: Philippe Vandelle

Mais ces cuvées n'ont-elles pas vocations à  "singer" le vin jaune? (je reprends les mots volontairement forts d'un caviste de la région édités dans la RVF.
N'arrive-t-il pas que certaines cuvées de vin jaune soient déclassées en arbois ou côtes du jura, quand le vigneron s'aperçoit que la qualité n'est pas au rendez-vous de ce que l'on est en droit d'attendre d'un tel vin?
Que ce se passe-t-il alors? Assemblage? Mise en bouteille sous le nom de savagnin?

Jérôme Pérez
#9

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest Auteur du sujet
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: Philippe Vandelle

Olif,

Je pense effectivement qu'étant donné la faible superficie des surfaces plantées en savagnin (par rapport au Chardonnay), le 100% savagnin est une invention récente. Quand je parle de "tradition", je ne pense pas cependant qu'au cépage, mais à  toute la gamme des particularités qui constituent la spécifité du vignoble jurassien (dont l'absence de ouillage).

Je n'ai qu'une petite expérience des vins du Jura, mais pour ma part, ce sont souvent les vins 100% savagnin qui m'ont déçu plutôt que les vins à  base de chardonnay, alors qu'ils sont systématiquement vendus plus cher. Je préfère d'ailleurs le chardonnay de Philippe Vandelle à  son savagnin. Ma "conversion" aux vins du Jura est assez récente, ceci explique peut-être cela. Je m'explique: chaque bouteille de vin très typé Jura est pour moi un grand plaisir (ah... cet Etoile 1990 de la semaine dernière... malheureux que la bouteille ne contienne que 75cl..), mais c'est peut-être parce que je n'ai pas souvent l'occasion d'en boire, alors que toi qui à  l'inverse connaît très bien la région, tu te lasses peut-être de retrouver toujours le même caractère chez les vins jurassiens que tu bois. Ceci dit, je ne suis pas certain que tous les vin non ouillés soient effectivement uniformisés par leur goût de jaune. Au contraire, la faible gamme de vins que j'ai pu boire m'ont semblé assez différents: vins plus ou moins souples, plus ou moins concentrés, plus ou moins oxydés, etc.

Amicalement,
Horacio
#10

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest Auteur du sujet
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: Philippe Vandelle

Jérôme,

Le "déclassement" de certains fûts de jaune en Côtes du Jura ou Arbois peut se produire pour plusieurs raisons: soit parce que le fût n'a pas pris correctement le voile et ne pourra pas produire un bon vin jaune, voire pas de vin jaune du tout (ou alors du vinaigre, cela arrive et c'est commercialisé localement, même plutôt cher!), donc il est logique que le vigneron stoppe l'élevage et ces vins peuvent alors entrer dans la constitution de cuvées pur savagnin ou d'assemblage, ou alors, l'élevage est arrêté volontairement pour produire une cuvée de savagnin pur, vendue plus chère que le simple chardonnay, dans le but de répondre à  une demande locale assez forte pour ce type de vin. Certains se refusent à  cette démarche car elle pénalise le vin jaune.

Les cuvées de savagnin ouillées impliquent de la part du vigneron de sélectionner de façon irrémédiable des raisins qui ne pourront jamais donner du vin jaune et lui font prendre un risque économique légèrement plus grand, fort acceptable cependant si la qualité est au rendez-vous. Ces vins sont toutefois plus difficiles à  écouler localement car ne correspondent pas à  l'attente des consommateurs (sauf de ma pomme, entre autres ;-) ).

Horacio,

Je suis d'accord avec toi pour dire que les cuvées non ouillées ne sont pas toutes identiques malgré une palette d'arômes plutôt restreinte (noix, curry, épices, miel), la patte du vigneron peut entraîner de grandes différences. Et je ne me lasse pas, comme tu l'évoques, j'apprécie surtout que la diversité soit au rendez-vous et surtout qu'elle se traduise par un renouveau qualitatif.

Et pour terminer, je suis heureux de voir le forum Jura s'animer de cette façon!

Amicalement,

Olif
#11

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest Auteur du sujet
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: Philippe Vandelle

Olif, je suis très heureux également, c'est une forme de reconnaissance... Et si je peux me permettre d'apporter mon grain de sel sur ce site qui est par ailleurs très intéressant, je pense que la séparation du forum "Jura et Savoie" eu deux forums "Jura" et "Savoie" en serait une autre! Je sais bien que tous les guides font ça, mais je pense que ça a à  peu près autant de sens que de faire une rubrique "Bordeaux et Sud-Ouest" ou "Bourgogne et Alsace". Donc voilà , message aux gentils animateurs de ce site: si vous voulez faire progresser la reconnaissance des vins du Jura (et des vins de Savoie), n'hésitez pas à  leur accorder à  chacune un forum propre!

Concernant notre discussion sur les vins ouillés/non ouillés, je voudrais juste ajouter une chose, sans revenir sur la qualité des uns ou des autres: certes, les vins non ouillés sont sans doute moins au goût du public aujourd'hui, mais les goûts évoluent plus vite qu'on ne pense... Les vins souples et peu concentrés étaient la norme il y a seulement quelques dizaines d'années. Si on remonte plus avant, on note que le bordelais a bâti sa notoriété sur les "clarets", vin clairs dont les anglais étaient particulièrement amateurs. Aujourd'hui, la tendance (la mode) est plutôt aux vins concentrés et puissants, comme le sont d'ailleurs certains vins du Jura. Demain, dans un contexte de concurrence mondiale, elle sera peut-être aux vins typés, aux vins qui se démarquent, aux vins qui ont une âme... Bref, tout ça pour dire que je pense sincèrement que les vins typés du Jura sont aujourd'hui dans une sorte de purgatoire du goût, mais que cette situation ne durera peut-être pas. Je remarque d'ailleurs que les vins du Jura sont en train de faire une certaine percée en ce moment à  Paris (où je réside). Et oui, c'est la percée du vin jaune... Pfff... Bon, plus sérieusement, c'est vrai que cette percée est peut-être dûe à  des vins un peu plus aseptisés/ouillés (là  je provoque un peu...). Oh là  là , je m'éloigne beaucoup de Philippe Vandelle...
Cordialement,
Horacio
#12

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest Auteur du sujet
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: Philippe Vandelle

Je me permets de reproduire ici un message posté récemment sur Dégustateurs.com à  propos de la dernière Percée du Vin Jaune. "Mention TB" pour les vieilles vignes de Philippe Vandelle, c'est également le vin de lui que je préfère, même si ici c'est le caractère "équilibré" du vin qui est mis en avant, alors que j'apprécie avant tout son côté "explosif"... Amicalement,
Horacio

"Je me suis rendu à  la percée du Vin Jaune et voici mes réflexions.
Sur l'évènement en lui-même :
Claustrophobes s'abstenir, le succès de la manifestation est tel que s'approcher des caveaux de dégustation est un exercice digne de Fort Alamo ou du métro parisien en temps de grève ! Des dizaines de milliers de personnes sur le site d'Arlay qui est un petit village, celà  montre que la renommée dépasse maintenant le cadre régional. Mais je dois dire que tout le monde sait garder sa bonhomie et je pense surtout aux viticulteurs et à  leurs relations venues prêter main forte dont la journée est particulièrement éreintante.
L'organisation est remarquable avec notamment un service de bus (de très nombreux bus !) qui vous emmène et vous ramène à  votre parking.
Sur les vins :
Mention TB :
Le Vieilles Vignes de Ph. vandelle, un vin typé et bien équilibré.
Les Chardonnay de André et Mireille Tissot montrent la formidable
adaptation du cépage au terroir avec des vins à  la fois harmonieux
et profonds.
Le côtes-du-jura de Rolet et fils (assemblage de Chardonnay et de Savagnin) et leur Arbois Tradition (Savagnin), vins puissants au goût de jaune marqué (plus subtil peut-être pour le premier).
Les vins jaunes de Rolet et AM Tissot que j'ai trouvé assez similaire (même terroir ?), c'est à  dire très puissants et typés avec une pointe d'acidité, à  mon avis les meilleurs Jaunes que j'ai goutés et un potentiel de garde énorme.
A un degré moindre, le Château-Chalon de Macle harmonieux et équilibré, un goût de jaune subtil (les CC sont réputés avec un goût de jaune moins marqué) : je ne suis pas tout à  fait l'avis de la RVF qui l'a encensé.
Les autres vins goûtés :
Le vin Jaune de Michel Tissot : harmonieux mais moins puissant que les précédents.
Le VJ de Quillot-Robelin fils : tout juste plaisant (après Rolet et AM Tissot, on devient difficile).
L'assemblage de AM Tissot (Pinot, Poulsard) : Joli fruité et bonne tenue, peut être pas encore au niveau de ce que le terroir peut exprimer.
Le coup de coeur d'Hachette pour le Trousseau AM Tissot n'était pas disponible à  la dégustation.

Bref, un vignoble passionnant injustement méconnu (combien de mes relations ignorent tout de ces vins et ont parfois des a priori !!) mais que je privilégierai volontiers dans mes achats (la part laissé au Jura dans les "exemples" de caves idéales me semble trop mineure).

Cordialement, Bruno"
#13

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2895
  • Remerciements reçus 3

Olif a répondu au sujet : CR: Côtes du Jura, trousseau 2002, Philippe Vandelle

CR: Côtes du Jura, trousseau 2002, Philippe Vandelle
Encore un fort joli trousseau sur son fruit, gouleyant, pas intensément concentré et complexe, plutôt simple dans son expression comme beaucoup de ces vins lorsqu'ils sont jeunes. Petits fruits rouges, cannelle et notes confiturées, de l'allonge et une grande fraîcheur. Un vin dont on peut profiter maintenant mais qui devrait gagner en complexité au vieillissement.

Olif
#14

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest Auteur du sujet
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: Philippe Vandelle

J'avais également goûté le trousseau 2000 au domaine. Je me rappelle d'un vin simple... voir trop simple, et surtout court en bouche. J'avais été plutôt déçu car je m'attendais à  un vin de garde (donc un vin "solide"), même si, là  encore, je manque de points de comparaison dans le jura. Aussi, le millésime 2000 était peut-être moins favorable que 2002 dans cette région.

horacio
#15

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest Auteur du sujet
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: Philippe Vandelle

Horacio,

Je n'ai pas gouté le TR 2002 mais je suis d'accord avec toi au sujet du 2000.

Il faut remettre le contexte. L'etoile est une appellation produisant uniquement des vins blancs. Ce n'est pas la terre de prédilection du Trousseau mais surement que sur 2002, super millésime en rouge dans le Jura (Pour une fois que les rouges du Jura font la nique au rouge du sud!!!(aaa)), Philippe a pu produire des rouges gourmant comme le décrit Olif.
J'ai rarement était conqui par des Trousseau provenant d'ailleur que Montigny.

Cordialement

Saint-Vernier
#16

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 26094
  • Remerciements reçus 916

Luc Javaux a répondu au sujet : CR: L'Etoile 2003 - Philippe Vandelle

Auteur: Lab
Date: le 16/09/2005 à 17:22
CR: L'Etoile 2003 - Philippe Vandelle
Chers amis,

Voici ma première rencontre avec ce vigneron sympathique qui est aussi très sérieux (il pratique la lutte raisonnée, ne réalisant les traitements qu'avec mesure, au vu des explications données lors de la visite de son domaine).

Cette cuvée de base (5,6 Euros) est constituée de chardonnay (mais je ne crois pas qu'elle soit ouillée, en raison d'un côté légèrement oxydatif... Help !!!).

La robe est claire et le nez est floral, avec un côté minéral et de la fraîcheur (agrumes).
En bouche, le vin est gras et avec de l'alcool (mais pas trop) et une certaine acidité (qui m'aurait fait hésiter entre 2002 et 2003). La longueur est très correcte.

Vu son prix, ce vin est vraiment un bon achat, vu son prix. Bref, encore un 2003 qui aurait fait bonne figure dans notre dégustation des blancs 2003 (je sais, je me réveille un peu tard...:-(...).

Amicalement,

Lab
#17

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest Auteur du sujet
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: Philippe Vandelle

Chers amis,

Merci à Luc d'avoir 'recadré' mon message' (je n'avais pas retrouvé un message relatif à P. Vandelle, malgré l'utilisation de la fonction 'Recherche'. Je ne suis pas doué...:-(...).

Je voulais juste préciser une chose (qui va sans doute semer le zizanie...): Philippe Vandelle me semble sérieux pas parce qu'il pratique la lutte raisonnée...
Euh, non, je ne suis pas devenu aussi cartésien que Luc...:-(...

Amicalement,

Laurent
#18

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2362
  • Remerciements reçus 594

letournaisien a répondu au sujet : CR: Philippe Vandelle L'Etoile visite au domaine

CR: Philippe Vandelle L'Etoile visite au domaine

Philippe Vandelle nous accueille pour une visite des caves (on apprend tout de la mise au point des vins du Jura, y compris des machines à tourner les bouteilles pour le Crémant en passant par la cave à jaune), des vignes (on a pu observer comment P. Vandelle pratique l’agriculture raisonnée en diminuant chaque année le nombre de traitements, en favorisant la biodiversité et les prédateurs naturels ainsi que sa gestion de l’enherbement). Et enfin, une très belle dégustation a conclu cette enrichissante rencontre. Tous les blancs ayant connu le voile, Philippe Vandelle ne soufre pas mais pratique une filtration stérile pour éviter tout trace de réduction. Philippe Vandelle élève ses jaunes dans des caves, pas trop humides et même bien aérées.
Prix de vente indiqué au domaine. Excellents rapports qualité/prix.

Crémant du Jura (2007) (6,20€)
Nez floral et fruité, note de pomme. Vif et long. B
Poulsard 2008 (6€)
Joli fruit, léger. B
Trousseau 2009 (6,50€)
Mise récente. Joli fruit, fraise des bois, léger.

Chardonnay 2008 (6,20€)
6 mois de voile. Joli fruit, finale sur les fruits secs. B
Chardonnay Tradition 2007 (6,70€)
15 mois de voile. Pomme, épices douces, céleri. Bel équilibre. B
Vieilles vignes (chardonnay) 2006 (7,90€)
2 ans de voile, assemblage chardonnay et savagnin. Un nez très typé sur les fruits secs, le profil est rond mais la finale est portée par l’acidité.
Savagnin 2006 (10,50€)
3 ans de voile, mise très récente. Peu expressif en l’état
Vin Jaune 2002 (22,50€)
Nez fin, sur les épices, développement aromatique en longueur. Légère volatile. B
Vin Jaune 2001 (23€)
Nez sur la noix fraîche, volume, gras, puissance. Un vin flatteur. TB
Vin de Paille 2005 (17,50€)
Pressé fin décembre 2005. Superbe nez de fruits exotiques et confits. Le fruit confit domine : abricot, ananas, coing. Equilibre parfait entre acidité/sucre/alcool. Magnifique.
Macvin (11€80)
100% chardonnay. Très joli fruit et bel équilibre.

Mais aussi, au restaurant Les Arcades à Arbois:
Le Chainai ouillé (savagnin) 2007: très joli vin, rafraîchissant, parfait pour l’apéritif

Julien
#19

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 557
  • Remerciements reçus 0

ricou a répondu au sujet : LPV Jura : Les vandales chez Vandelle

LPV Jura : Les vandales chez Vandelle

La pluie de la nuit a douché le climat mais pas notre enthousiasme. Sous un ciel couvert, frais et venteux nous faisons la route jusqu’au village de l’Etoile. Rendez-vous a été pris au caveau de Philippe Vandelle pour 10h00.

Le caveau se situe au pied du mont Muzard, l’une des 5 collines auxquelles le village et l’A.O.C. de l’Etoile doivent leur nom. Après un accueil fort sympathique, nous reprenons les voitures pour monter au chai, au sommet de la même colline. L’occasion d’admirer la vue sur les vignes et les collines du Revermont qui ondulent à perte de vue. Il faudra revenir en profiter sous le soleil…

Une fois arrivé au chai, Philippe Vandelle nous explique brièvement l’histoire du domaine, anciennement GAEC château de l’Etoile qui a été séparé en 2 pour des raisons administratives lorsque les deux frères (le père et l’oncle de Philippe) ont pris leur retraite en 2001.

Nous enchainons sur la visite du chai à proprement parlé.
Nous pouvons tout d’abord admirer un magnifique engin spatial, un enjambeur avec des rampes qui permettent de brumiser les traitements directement au contact des feuilles et pas en nuage au-dessus des vignes.
Nous entrons ensuite dans la pièce où les raisins dédiés au vin de paille sont séchées. Là, nous recevons un petit cours didactique sur les différents parasites de la vigne.
Dans la pièce suivante se trouve une machine à vendanger. Il s’agit là d’un investissement important. Pour en amortir le coût, Philippe Vandelle fait du travail à façon pour ses collègues. D’après lui, cet équipement est extrêmement bien adapté à la vendange du savagnin. Sur le domaine, environ 50% des raisins sont ramassées à la machine, mais pas les raisins à crémant (trop fragiles).
Nous descendons ensuite aux étages inférieurs où se trouvent les cuves de fermentation et où sont entreposés les fûts.

La qualité générale de l’installation est frappante et semble quasi-neuve. Pourtant, elle a déjà 20 ans. Ce qui est également frappant, c’est l’ergonomie du chai avec 3 niveaux (réception/presse, fermentation, élevage) qui met à profit la gravité afin de minimiser les opérations de pompage.

De retour au caveau, nous passons à la dégustation en commençant par les blancs (pas le temps de goûter les rouges vu le timing) :
www.vinsphilippevand...
Chardonnay 2010 (non ouillé, 6 mois de fût, essentiellement les fûts qui ne prennent pas le voile)

Chris d’U : Nez floral, un vin léger et fruité avec une pointe de sucre résiduel
Ricou : Assez neutre. Belle finale toutefois.

CR: Tradition 2009 (chardonnay, 18 mois sous voile)

Chris d’U : Nez sur la pomme fraîche. La bouche est encore florale, le caractère oxydatif se perçoit à peine. Belle finale salivante et une impression de très léger sucre résiduel.
Ricou : Beaucoup plus typé. Belle et longue finale. Bien.

CR: Vieilles Vignes 2009 (assemblage chardonnay/savagnin, 80/20, vignes de 50 ans)

Chris d’U : Au nez on perçoit de la rondeur, de la pomme et un peu de noix à l’aération. La bouche est longue, salivante avec des notes de pommes et un effet menthol qui donne de la fraîcheur
Ricou : très typé au nez, assez rond en bouche. Finale un peu courte.

CR: Savagnin 2008

Chris d’U : Nez de croûte de fromage, prune fraiche, de la rondeur. La bouche d’abord souple s’avère bien acide ce qui donne beaucoup de fraîcheur au vin. Finale salivante, citronné, un peu râpeuse (comme un jus de citron).
Ricou : Nez un peu bizarre. Bonne tenue en bouche. Oxydatif.

CR: Vin Jaune 2002

Chris d’U : Joli nez sur la pomme, la prune et les épices. En bouche, l’attaque est souple, savoureuse avec des notes de croûte de comté. Belle acidité, de la fraicheur citronnée, grande finesse, finale salivante, persistante où apparaît une touche de morille.
Ricou : Aromatique flatteuse. Rond, tenu par une bonne acidité, facile, bonne persistance. Très agréable en l’état.

CR: Vin Jaune 2004

Chris d’U : Nez peu expressif avec quelques notes d’alcool et de médicament. La bouche est équilibrée, plus puissante que le 2002, fruitée (de la pomme et autre chose que je n’identifie pas). On reste sur l’acidité avec un côté pierre, caillouteux. Assez peu typé (ou alors typé Etoile que je connais encore peu ?) ; à l’aération, on retrouve une touche de pomme et de morille qui vient tardivement.
Ricou : Plus acide, plus fin, moins aromatique en l’état. Acidulé. Sans doute un peu moins persistant.

CR: Vin Jaune 2005 (en vente en juillet)

Chris d’U : Le nez est assez neutre, des notes de noisette et une légère pointe d’alcool. La bouche est puissante et ronde, très puissante. Un jaune plus classique avec une trame acide, citronnée et des notes de pomme et de noix.
Ricou : Le meilleur. Acidité marquée, puissance. Très bien. A oublier au fond de sa cave.

CR: Vin de Paille 2008 (120 gr/l de SR)

Chris d’U : Le nez d’abord discret s’ouvre sur le caramel et d’autres choses. Très joli fruit en bouche, ainsi qu’un goût de foie gras ; la fin de verre est sur le pruneau. Superbe équilibre, finale un peu sèche et légère amertume
Ricou : Très beau. Beau fruit, bien net. Excellent. Très au-dessus de la « mêlée », le meilleur Paille du week-end avec celui du château d’Arlay.

CR: Macvin

Chris d’U : Joli nez sur le marc, du fruit, des notes de café. En bouche, on trouve de la fraicheur, de la rondeur. Bel équilibre, le sucre est un peu perceptible mais l’acidité reste en finale et garde la fraîcheur.
Ricou : Très bien. Parfaitement défini, clair et net. Egalement le meilleur Macvin du week-end avec celui du château d’Arlay.

CR: Poulsard blanc 2011 (vinifié en blanc)

Profitant d’une année exceptionnelle (les plus beaux poulsards que Philippe Vandelle ai jamais vu), Philippe Vandelle s’est amusé sur cette cuvée à vinifier le poulsard en blanc. A noter, ce poulsard vinifié en blanc peut se prévaloir de l’appellation « l’Etoile ».

Chris d’U : La robe est très légèrement rosée ; Le nez évoque un rosé floral, sur le bonbon anglais. Dans un verre sombre, on serait persuadé de boire un rosé ; et c’est là que la bouche est déstabilisante, elle est sèche comme un blanc. L’attaque est ronde et souple mais très vite, ça devient vif et très sec. Etonnant !
Ricou : Belle surprise. Un peu léger en bouche mais belle finale. Me fais penser à un excellent blanc de Cassis.

CR: Rosé d’Eté 2011 (Poulsard de Saignée. Même vignes que le poulsard blanc, 3 jours de cuvaison)

Chris d’U : « rosé intense » On retrouve un nez de poulsard avec des notes de groseille. En bouche, aromatique de rouge léger plutôt que rosé en fait.
Ricou : Groseille. La petite amertume en fin de bouche qui pousse à se resservir. Un bon p’tit rosé. Entre rosé d’apéro et rosé gastronomique.

Conclusions :

Chris d’U : Merci à Philippe Vandelle pour son accueil, sa disponibilité, les beaux vins qu'il nous a fait déguster (et aussi son sens de la répartie à "Almanach Vermot'Jo" ;)

Ricou : Beaucoup de plaisir à découvrir ce domaine et particulièrement Philippe Vandelle qui s’est montré extrêmement disponible et pédagogue. Les vins sont de belles factures. Pour moi, mention spéciale pour le paille. Un beau domaine, un vigneron sympa et de bonnes quilles. Bref, je reviendrai.

Chris d'U et Stéph
#20

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3756
  • Remerciements reçus 0

Claude chibani a répondu au sujet : Re: Philippe Vandelle

Merci pour ce beau CR (tu)

Claude

Claude
"La musique commence là ou s'arrête le pouvoir des mots" R. Wagner
#21

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 45
  • Remerciements reçus 0

FPG a répondu au sujet : Re: Philippe Vandelle

Ouups Message précédent parti un peu vite...

Bonsoir et merci pour un CR très instructif et très utile, car plein d'informations.

Je suis déjà passé au domaine où l'accueil est effectivement très sympa et il doit me rester encore quelques bouteilles de jaune en cave.

Ceci étant, aucune bouteille de ce domaine ne m'a à ce jour enthousiasmé.

Et lorsque je lis "machine à vendanger", alors là, pour moi, c'est terminé. Idem lorsque j'entends "levures exogènes" (je ne dis pas que c'est le cas ici).

Le vin jaune est un produit de haute couture (je ne parle pas des infâmes piquettes que l'on trouve hélas en nombre et à prix cassé) et le recours à la machine à vendanger est tout simplement, à mon humble avis, inacceptable.

La prochaine fois, je vous conseille vivement d'aller au Domaine de Montbourgeau.

Cordialement.

FPG
#22

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 82787
  • Remerciements reçus 8249

oliv a répondu au sujet : Re: Philippe Vandelle

Les Jurradicts ont anticipé ton conseil ! ;)

lapassionduvin.com/p...

[size=x-small]D'ailleurs, il vient ce CR oui ou bien ? B)[/size]
#23

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2181
  • Remerciements reçus 931

chrisdu74 a répondu au sujet : Re: Philippe Vandelle

On a déjà effectivement visité Montbourgeau, pas plus tard que la veille de Vandelle - Oliv, la réponse est ...... bien ..... plus tard , patience ;)

Et lorsque je lis "machine à vendanger", alors là, pour moi, c'est terminé. Idem lorsque j'entends "levures exogènes" (je ne dis pas que c'est le cas ici). Le vin jaune est un produit de haute couture (je ne parle pas des infâmes piquettes que l'on trouve hélas en nombre et à prix cassé) et le recours à la machine à vendanger est tout simplement, à mon humble avis, inacceptable.

J'ai aussi été surpris mais je suis incapable de faire la différence en dégustation. Je ne sais pas depuis quand la machine est en service au domaine mais sur les jaunes 2002, 2004 et 2005 (on en bu pas mal ces 3 dernières années lors de nos visites) le fait est que ceux de Vandelle ne déparent pas du lot, en particulier le 2002 que j'ai trouvé très agréable. Et je reviendrai pour le 2005.

Chris d'U
#24

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2362
  • Remerciements reçus 594

letournaisien a répondu au sujet : Re: Philippe Vandelle

Je trouve FPG très dur avec Philippe Vandelle. Certes, je déplore aussi l'utilisation de la machine à vendanger qui oblige à soufrer davantage. Cependant, lorsque je me penche sur le rapport qualité/prix des vins de P. Vandelle et de sa politique commerciale (essentiellement clientèle directe), je me dis qu'il réussit bien son coup. Les vins sont à prix modiques, certes pas au niveau des meilleurs, mais ils sont bien moins chers. Par exemple, il y a deux ans, 22-23 euros pour un Jaune. C'était déjà près de 10€ moins cher que bon nombre d'autres. A ce niveau de prix, c'est un des meilleurs. Montbourgeau est un peu plus cher (26-30 € si j'ai bon souvenir).

Par ailleurs, comme je me retrouve dans votre CR. On avait passé un excellent moment en mai 2010 chez Philippe Vandelle.

Julien
#25

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1321
  • Remerciements reçus 0

Altau a répondu au sujet : Re: Philippe Vandelle

letournaisien, je partage totalement ton avis.

Les vins de Ph. Vandelle ne sont pas les meilleurs de la région mais leurs prix les rendent tout à fait intéressants.
#26

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 45
  • Remerciements reçus 0

FPG a répondu au sujet : Re: Philippe Vandelle

Bonsoir à tous.

C'était ma première "intervention" sur LPV (que je lis depuis de nombreuses années) et je réalise qu'en fait chacun réagit en fonction de l'approche qu'il a du vin. Mon propos n'était pas de dénigrer durement Philippe Vandelle, parce que j'aime les vignerons et que je les respecte.

Ma réaction a été déclenchée par l'agacement d'apprendre qu'un bon vigneron, sympathique et accueillant, disposant d'un excellent terroir (le Mont Morin si je ne m'abuse), de vieilles vignes et plein de bonnes intentions puisqu'en agriculture raisonnée, est tombé dans ce que je considère être le piège d'une soit-disant modernité qui fait à mon sens régresser plus qu'avancer. Et pourquoi pas finalement un peu de chimie pour aider? Et pourquoi pas des levures exogènes pour faire partir un fût qui ne prend pas le voile? C'est le danger de cette démarche, qui va à contre courant de ce que mettent en pratique les meilleurs vignerons du Jura, ainsi que la jeune génération montante. Et ce n'est pas un refus en bloc de la modernité, bien au contraire.

En ce qui concerne le rapport qualité/prix, je suis d'accord que ses vins sont très bien placés. Chacun son approche du vin, et elles sont toutes également respectables. En ce qui me concerne, je ne recherche que la grande qualité (ce qui ne veut pas dire que je me limite aux vignerons connus, aux soit-disant grands millésimes et aux bouteilles les plus chères). C'est pourquoi je regrette toujours que quelqu'un qui a tout pour faire très bon, ne fasse finalement que bon. C'est mon approche et elle n'est ni meilleure, ni moins bonne que celle de quelqu'un qui recherche un bon rapport qualité/prix. Je reste cependant sceptique sur le bénéfice économique que procure la machine à vendanger. La preuve, il doit prendre/perdre du temps pour rentabiliser sa coûteuse machine. Je ne suis donc pas si sûr qu'il aurait dû changer sa politique de prix s'il en était resté à la vendange manuelle.

Par ailleurs, je suis aussi très sensible à l'accueil à la cave qui fait pour moi partie intégrante du plaisir. Je comprends donc parfaitement que lorsque l'on a eu un super contact avec un vigneron, on ait envie d'y retourner. Si on aime l'homme, souvent on aime son vin et vice versa.

Maintenant, la difficulté réside dans le fait que ce n'est à mon sens qu'au fil du temps que les différences commencent à se marquer. Ce n'est pas tout de suite que Jean Mâcle a compris que les levures exogènes n'étaient pas compatibles avec un grand Château-Chalon (certaines de mes bouteilles de la fin des années 70 n'ont pas tenu 10 ans...malgré des conditions de conservation très bonnes) et qu'il a fait marche arrière.

Je me réjouis donc de lire les CR à venir sur ce domaine, et de profiter de vos expériences. Je remercie encore une fois les auteurs du CR de samedi pour la mine d'information qu'ils nous ont donnée en plus des notes de dégustation.

Cordialement.

FPG
#27

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2181
  • Remerciements reçus 931

chrisdu74 a répondu au sujet : Re: Philippe Vandelle

"FPG", on ne connais pas encore ton style. Ta façon très policée d'exprimer fermement tes idées sera sûrement appréciée ici; néanmoins, certains pourraient y lire une façon habile de suggérer que ceux qui t'ont répondu n'ont pas ton niveau d'exigence, introduisant ainsi une forme de jugement de valeur; ce qui tu en conviendras sera diversement apprécié.

On lira avec intérêt ici et ailleurs, les comptes rendus de tes dégustations qui étayent tes opinions. Moi, je trouve que la machine et les levures "exogènes" , ce nest pas très satisfaisant d'un point de vue "intellectuel" mais je n'ai pas la compétence ni l'expérience pour conclure que ceux qui pratiquent ça font de moins bons vins que les autres.

Pour les 2 sujets que tu soulèves, je suggère de continuer le débat sur les fils dédiés :

Pour la machine à vendanger :

lapassionduvin.com/p...
ou
lapassionduvin.com/p...

et sur les levures : juste 26 pages

lapassionduvin.com/p...

Chris d'U
#28

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 769
  • Remerciements reçus 10

yannhry a répondu au sujet : Philippe Vandelle - Question concernant le Vin Jaune 1995

Suite à la découverte de ce domaine gràace à Alain (Altau) j'ai fait l'acquisitionde deux bouteilles de vin jaune du millésime 1995.
Je souhaiterais avoir vos avis sur l'apogée probable de ce vin (j'ai posé la question pas mail au domaine, mais pas encore de réponse à ce jour; mais je sais qu c'est une période peu propice pour déranger les vignerons...)

Merci d'avance.

Yann
#29

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 311
  • Remerciements reçus 18

Hubert a répondu au sujet : CR: Philippe Vandelle - Chardonnay 2010

CR: Philippe Vandelle - Chardonnay 2010

Une bouteille ouverte au débotté, sur un menu dominical en grande partie improvisé : salade d'endives, noix, andouille ; côtelettes de porc, choucroute ; fromages (chèvre).
La robe est jolie, plutôt brillante mais peu intense pour un Jura.
Le nez est amical, il se dévoile avec charme, à l'aveugle on ne penserait pas du tout à un oxydatif, on est sur des fleurs blanches et la pomme golden avec une pointe de zeste de citron jaune.
Sans être grande ni très puissante, la bouche est jolie à l'attaque, on retrouve le couple pomme-agrumes, et ce n'est qu'à la rétro que l'on distingue quelques traces, effluves, de goût de jaune, discrètes comme un voile (c'est le cas de le dire !). Certes le vin n'est ni puissant ni très ample, mais la qualité de l'accord avec le gras et le fumé de l'andouille, l'amer de l'endive, et même la choucroute, m'étonne.
Jolie bouteille à prix cadeau !

Hubert
#30

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck