Nous avons 1114 invités et 16 inscrits en ligne

Culture du Saint-Joseph au domaine Voge acte VII : Les vendanges, et la fête des vendanges !

  • Messages : 27
  • Remerciements reçus 0

LPV Rhône a créé le sujet : Culture du Saint-Joseph au domaine Voge acte VII : Les vendanges, et la fête des vendanges !

Vendredi 11 septembre 14 heures, tout le monde ou presque est sur le coteau pour la dernière étape. Il manque Nico, qui n’a pas pu se libérer avec une semaine d’avance, et Stéphane en retard car bloqué par un accident sur l’autoroute.

Notre mission est simple : on commence comme ça
[/url][/center] Pour terminer ainsi : [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040579.JPG][/url][/center] Mais entre temps il y a quelques étapes. Déjà nous sommes répartis en deux catégories : d’abord les coupeurs, munis d’un seau et d’une vendangette, petit sécateur peu coupant. On comprendra vite pourquoi, cela évite que les coupures soient trop graves, il parait que cela arrive forcément tous les jours dès qu’on a dix vendangeurs qui travaillent. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040520.JPG][/url][/center] Albéric nous conseille gentiment d’aller dans le sens de la pente, il est plus facile d’être en-dessous du cep, les grappes sont suffisamment basses… On a aussi Lionel, du domaine Voge, qui est venu nous aider et c’est bienvenu. Alors on commence ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040527.JPG][/url][/center] Chaque coupeur remplit consciencieusement son seau, ce qui est relativement simple cette année : la vendange est tellement saine qu’il n’y a rien à trier (même si la verdeur de certains pépins montre qu’un blocage de maturité s’est parfois produit sur certains ceps qui ont souffert). [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040538.JPG][/url][/center] Le second personnage intervient alors en la personne du porteur. Il s’ennuie parfois un peu en attendant, n’est-ce pas Patrice ? Il faut dire que le temps est particulièrement agréable, pas trop chaud, et que la vue est belle. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040536.JPG][/url][/center] Mais au fur et à mesure que sa hotte se remplit il commence parfois à trouver le temps long. A la fin il y a quand même 30 kilos de raisin dans ce bac en plastique guère confortable qu’il s’agit de descendre dans une pente assez raide ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040539.JPG][/url][/center] On vérifie qu’aucune grappe n’a été oubliée, on a fait place nette : [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040531.JPG][/url][/center] Notre parcelle est terminée, on en attaque une autre car cela va vite, et il nous faut quand même un peu de jus pour satisfaire nos envies de boire notre cru de Saint Joseph… Le contenu des hottes est versé dans des bacs, qui seront rentrés dans la fourgonnette, pour être emmenés à la cave. Les bacs sont faits pour s’empiler les uns sur les autres sans écraser le raisin présent dans les bacs du dessous, comme souvent c’est bien pensé… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040540.JPG][/url][/center] C’est fini, enfin presque, et on sent quand même que c’est un effort physique particulier. Nous sommes éprouvés à des degrés divers, contents mais aussi contents de nous arrêter ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040541.JPG][/url][/center] Cela tombe bien, l’équipe du domaine n’a pas fini d’égrapper sa vendange de Cornas, cela nous laisse le temps de commencer notre collation dans la salle maintenant bien connue, et Albéric reste même avec nous. C’est le signe d’un fonctionnement bien huilé à la cave ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040544.JPG][/url][/center] Décidément, c’est bien organisé : à peine nos trois blancs terminés, et quels blancs, et juste remis de nos émotions, on peut aller s’occuper de la vendange. Au milieu des guêpes très attirées par le sucre des raisins, il faut vider les bacs dans l’égrappoir, machine qui rentre des grappes d’un côté, et sépare les baies des rafles. Tout le monde s’y met à tour de rôle : Patrice T et Christophe, Patrice D et Laurent, [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/BENNES.JPG][/url][/center] Françoise remplace Laurent, puis Albéric s’y met et je le rejoins L’égrappoir fait bien son travail, d’un côté les rafles [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040574.JPG][/url][/center] De l’autre les baies qu’une vis sans fin amène dans un gros tuyau, où les grains sont dirigés dans la cuve à plafond mobile (1200 litres de capacité) [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040578.JPG][/url][/center] Dernière étape : quelques bacs non égrappés pour former un « chapeau » pendant la fermentation, et donner quelques arômes supplémentaires. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040584.JPG][/url][/center] La cuve est maintenant remplie, peut-être même trop remplie car la fermentation va faire augmenter le volume. A Albéric d’organiser les délestages ! C’est maintenant parti pour 15 jours à 3 semaines de macération avant le décuvage que nous viendrons suivre, puis environ 14/15 mois d’élevage. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040604.JPG][/url][/center] Et là, surprise : notre première dégustation du Saint joseph 2009, qui ravit tout le monde. C’est bon, sucré bien sur, sur des notes framboisées… nous sommes contents ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/VINNOUVEAU.JPG][/url][/center] Patrice teste la vendange avec le réfractomètre : 12°9, c’est bien. Le vin devrait être parfumé, et ne pas avoir trop d’alcool est plutôt un avantage. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040598.JPG][/url][/center] On goûte même le Côtes du Rhône ramassé deux jours plus tôt, ce qui donne déjà lieu à discussions… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040609.JPG][/url][/center] De retour dans la salle de dégustation, Alain Voge nous fait le plaisir de rester un moment avec nous, goûte les blancs et commence les rouges… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040612.JPG][/url][/center] C’est que du bonheur, n’est-ce pas Christophe ? [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040613.JPG][/url][/center] La dégustation reprend son cours, un grand et beau moment de partage et d’échange [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040614.JPG][/url][/center] C’est facile, il suffit de ne pas se prendre la tête, encore qu’on puisse parfois se poser des questions ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040615.JPG][/url][/center] On ne remerciera jamais assez Albéric, qui nous a ainsi ouvert les portes du domaine Voge pour que nous puissions connaître ce qui fait le fruit de notre passion : de la vigne au vin. Merci Albéric, et c’est avec plaisir que nous lui offrons une bouteille d’une autre région, un Meursault 2004 de Jean-François COCHE-DURY. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040617.JPG][/url][/center] A l’issue de la première séance il nous avait dit « Le vin c’est la convivialité » et c’est bien ainsi que toute cette saison s’est déroulée. On ne pouvait pas finir sans une superbe dégustation, Laurent avait proposé appellations prestigieuses, j’avais rajouté millénaire précédent… Les voilà, avant les commentaires, et nous nous sommes régalés et bien décidés à ne pas en rester là. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040626.JPG][/url][/center] Jean-Louis pour LPV Rhône [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château Rayas 1999[/color][/b] Le nez est fumé, sur les fruits jaunes, une pointe vanillée, l’amande. La bouche est très grasse mais l’équilibre superbe, d’une grande fraîcheur buccale. Bonne longueur. Un vin sudiste en bouche mais à l’équilibre plus nordiste. Décidément mon second rayas blanc fait que c’est le Chateauneuf blanc que j’apprécie le plus au vieillissement. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Nez minéral sur la coquille d'huître et les fruits blancs. La bouche fraîche développe de beaux arômes citronnés, tout en finesse, où l'on retrouve le chèvrefeuille. C'est gras sans être lourd. Belle finale anisée terminant sur des notes d'élevage (beurre) déjà bien intégrées. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château de Beaucastel 1998[/color][/b] Le nez est sur le miel, l’encaustique, la cire d’abeille, la mirabelle. La bouche est très grasse, très mielleuse, moins aérienne que le précédent mais l’équilibre est respecté. La bouche possède plus d’ampleur et se termine par une jolie finale saline malgré une pointe d’alcool. Le meilleur Beaucastel blanc que j’ai bu sans note d’oxydation. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe or et pointe oxydative au nez, complétée par des fruits jaunes bien mûrs, notamment l'abricot. Il me rappelle celui d'une vieille Marestel ou d'une vieille roussane. La richesse du nez peut nous emmener vers un vin ayant des sucres. La bouche est riche, sur le coing, les écorces d'agrumes confites, complétée par de délicates touches de fleurs d'oranger et de safran. Il y a de la fraîcheur malgré un ensemble déjà patiné, encaustique. La rétro miellée conclue la belle finale d'un vin déjà très gourmand. [b]Très bien +[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Palette Château Simone 1994[/color][/b] Le nez embaume le miel avec une pointe d’hydrocarbure, l’encaustique, le touty très exubérant car très ouvert. Aucune note d’élevage perceptible. La bouche est grasse, riche, de grande ampleur avec une fraîcheur singulière alors même que le miel est toujours présent. Longue finale qui persiste longtemps. Un formidable Simone qui montre qu’il est impératif d’attendre ce blanc. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Robe claire, tirant sur le vert et nez discret, quelques notes d'hydrocarbures. Le pamplemousse domine une bouche fluide, où fraicheur et belle acidité se conjuguent. Manque peut être un peu de complexité. Bonne longueur pour un vin qui ne fait pas son âge et peut encore tenir la garde. [b]Bien ++[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Chateauneuf du Pape Domaine Henri Bonneau « Réserve des Célestins » 1970[/b][/color] Passé une note de réduction, le nez se développe sur des arômes de framboise, de griotte, d’orange amère, de viande, de sang de bœuf et d’épices. Très beau nez complexe. En bouche, c’est la structure du vin qui domine mais le charme du nez s’est évaporé, dominé qu’il est par une acidité marquée. On note toutefois des fruits rouges acidulés, une pointe d’alcool malgré une finale de bonne longueur. Le vin est loin d’être mort mais il a clairement dépassé son apogée pour le plaisir procuré en bouche, sur cette bouteille. Respect néanmoins. Merci Jean-Louis. [b]Bien +[/b] (Laurent) La robe rubis présente une légère turbidité et annonce un vieux vin. Le nez animal, de sous-bois est relayé par une bouche acidulée sur la griotte, le kirsh. Manque un peu de peps et de longueur. On sent le poids des années mais la finesse et l'élégance de l'ensemble sont remarquables. Il n'attendait que son gibier à plume pour s'envoler. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Corton Domaine Bonneau du Martray 1996[/b][/color] Le nez présente beaucoup de finesse sur des arômes de bonbon, de caramel, un aspect floral et végétal puis mentholé à l’aération. La bouche est gourmande, bien équilibrée malgré une acidité sensible, encore assez tannique. Cela manque un peu d’ampleur et la finale est un peu dure. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Robe soutenue pour le cépage et l'âge, nez sur la réglisse et le menthol. La bouche est fine, la trame serrée, où ressortent la minéralité du terroir et des notes légèrement fumées. Assez bonne longueur. Vin pas vraiment typé Pinot quoique très élégant. L'ensemble est déjà bien fondu, difficile de dire s'il gagnera à vieillir encore. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Barolo Domaine Elio Grasso ‘Casa Maté » 1998[/b][/color] Le nez est dominé par l’alcool et les fruits noirs. La bouche est puissante, encore tannique, sans lourdeur, le vin conjugue un côté massif et aérien conjugué et est soutenu par une acidité bienvenue. Belle finale persistante sur les fruits rouges. Un vin encore bien jeune. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe sombre, nez jeune et puissant, où l'alcool ressort un peu, qui peut nous emmnener vers une syrah pour son côté violette. La bouche chaleureuse confirme avec d'énormes tannins, où l'on décèle les fruits rouges, les épices et la garrigue. Ce côté sudiste nous amène vers un Mourvèdre voire un Tannat dans sa jeunesse. C'est trop jeune à ce stade, à attendre patiemment car beau potentiel. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux du Languedoc Domaine Peyre Rose « Clos des Cistes » 1996[/color][/b] Le nez est terreux (verre de terre et huître pour Albéric, ça c’est fait !) ; sur les fruits noirs, une pointe d’alcool puis évolue à l’aération sur des notes de tabac , d’épices, de réglisse, un côté floral et une sensation de sucrosité. C’est très fin. La bouche est enrobée, possède de la gourmandise mais reste un peu chaleureuse et encore tannique malgré une belle finale. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Nez discrètement fumé, légèrement animal, épicé, volumineux. La bouche présente une mache fine, une sucrosité suffisante pour être agréable. Les fruits noirs et le zan régalent au milieu de tannins encore présents. Il reste une pointe chaleureuse au milieu de cette puissance mais tout cela devrait pouvoir se fondre. Très belle longueur. Devrait se bonifier encore sur 5 ans. [b]Très bien (+)[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux D’Aix Domaine de Trevallon 1990[/color][/b] Le nez est très floral, végétal (cabernet), puis une pointe animale et de confiture de prune au second nez. La bouche est ronde avec une pointe de sucrosité bienvenue qui rend le vin diablement gourmand. La Bouche possède encore beaucoup de corps sur des arômes de fruits noirs confiturés. Fabuleuse finale de grande longueur. Le plus grand Trevallon qu’il m’ait été donné de déguster. [b]Très Bien +/Excellent[/b] (Laurent) Superbe nez sur le cèdre, les épices, le cuir et les fruits mûrs. La bouche est un régal d'équilibre, où se mêlent tellement d'éléments qu'ils finissent par n'en faire qu'un, ponctué d'une légère sucrosité. Tout cela s'achève sur une finale gourmande de fruits rouges et noirs confiturés, une rétro sur la marmelade de fraise. Il ne manque que la truffe pour atteindre la perfection mais je l'aime d'amour. Un grand vin à maturité et qui devrait encore le rester encore longtemps. [b]Excellent[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Chateauneuf du Pape Domaine Lucien Barrot 1981[/color][/b] Le vin s’ouvre sur un nez de sous-bois, de mousseron, une pointe animale, c’est chaleureux sur les épices douces et la terre humide. La bouche est fortement glycérinée sur la cerise à l’eau de vin. C’est gourmand malgré un alcool présent. Un vin de caractère à la longue finale toujours dans son plateau de maturité. Impressionnant. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Nez sur le pruneau, la figue et une pointe d'alcool. La trame est large, le milieu de bouche est solide, un peu de cacao amer et l'on enchaîne sur une longueur soutenue. Vin d'une jeunesse insolente pour ce trentenaire. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Bonnezeaux Domaine des Petits Quarts « Le Malabé 1ère trie » 1997[/color][/b] Le nez est très botrytisé, sur les fruits exotiques (litchi, mangue), la confiture d’orange. La bouche est imposante en sucre, on est sur un gros liquoreux encore très rôti, sur le sirop de miel. Bonne finale soutenue par une acidité perceptible qui facilite la dégustation. Un vin encore à attendre impérativement qui va traverser les décennies. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe dorée et nez sur les fruits exotiques, en ressortent l'ananas et la mangue, le litchi et une pointe de menthol. La bouche, grasse, est exubérante, rôtie, suave et présente une fraîcheur qui équilibre les gros sucres. Le caramel et le turron réhaussent un ensemble déjà très gourmand. A attendre longtemps. [b]Très bien +[/b] (Christophe)[img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040525.JPG][/url]

Pour terminer ainsi :
[/url][/center] Mais entre temps il y a quelques étapes. Déjà nous sommes répartis en deux catégories : d’abord les coupeurs, munis d’un seau et d’une vendangette, petit sécateur peu coupant. On comprendra vite pourquoi, cela évite que les coupures soient trop graves, il parait que cela arrive forcément tous les jours dès qu’on a dix vendangeurs qui travaillent. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040520.JPG][/url][/center] Albéric nous conseille gentiment d’aller dans le sens de la pente, il est plus facile d’être en-dessous du cep, les grappes sont suffisamment basses… On a aussi Lionel, du domaine Voge, qui est venu nous aider et c’est bienvenu. Alors on commence ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040527.JPG][/url][/center] Chaque coupeur remplit consciencieusement son seau, ce qui est relativement simple cette année : la vendange est tellement saine qu’il n’y a rien à trier (même si la verdeur de certains pépins montre qu’un blocage de maturité s’est parfois produit sur certains ceps qui ont souffert). [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040538.JPG][/url][/center] Le second personnage intervient alors en la personne du porteur. Il s’ennuie parfois un peu en attendant, n’est-ce pas Patrice ? Il faut dire que le temps est particulièrement agréable, pas trop chaud, et que la vue est belle. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040536.JPG][/url][/center] Mais au fur et à mesure que sa hotte se remplit il commence parfois à trouver le temps long. A la fin il y a quand même 30 kilos de raisin dans ce bac en plastique guère confortable qu’il s’agit de descendre dans une pente assez raide ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040539.JPG][/url][/center] On vérifie qu’aucune grappe n’a été oubliée, on a fait place nette : [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040531.JPG][/url][/center] Notre parcelle est terminée, on en attaque une autre car cela va vite, et il nous faut quand même un peu de jus pour satisfaire nos envies de boire notre cru de Saint Joseph… Le contenu des hottes est versé dans des bacs, qui seront rentrés dans la fourgonnette, pour être emmenés à la cave. Les bacs sont faits pour s’empiler les uns sur les autres sans écraser le raisin présent dans les bacs du dessous, comme souvent c’est bien pensé… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040540.JPG][/url][/center] C’est fini, enfin presque, et on sent quand même que c’est un effort physique particulier. Nous sommes éprouvés à des degrés divers, contents mais aussi contents de nous arrêter ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040541.JPG][/url][/center] Cela tombe bien, l’équipe du domaine n’a pas fini d’égrapper sa vendange de Cornas, cela nous laisse le temps de commencer notre collation dans la salle maintenant bien connue, et Albéric reste même avec nous. C’est le signe d’un fonctionnement bien huilé à la cave ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040544.JPG][/url][/center] Décidément, c’est bien organisé : à peine nos trois blancs terminés, et quels blancs, et juste remis de nos émotions, on peut aller s’occuper de la vendange. Au milieu des guêpes très attirées par le sucre des raisins, il faut vider les bacs dans l’égrappoir, machine qui rentre des grappes d’un côté, et sépare les baies des rafles. Tout le monde s’y met à tour de rôle : Patrice T et Christophe, Patrice D et Laurent, [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/BENNES.JPG][/url][/center] Françoise remplace Laurent, puis Albéric s’y met et je le rejoins L’égrappoir fait bien son travail, d’un côté les rafles [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040574.JPG][/url][/center] De l’autre les baies qu’une vis sans fin amène dans un gros tuyau, où les grains sont dirigés dans la cuve à plafond mobile (1200 litres de capacité) [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040578.JPG][/url][/center] Dernière étape : quelques bacs non égrappés pour former un « chapeau » pendant la fermentation, et donner quelques arômes supplémentaires. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040584.JPG][/url][/center] La cuve est maintenant remplie, peut-être même trop remplie car la fermentation va faire augmenter le volume. A Albéric d’organiser les délestages ! C’est maintenant parti pour 15 jours à 3 semaines de macération avant le décuvage que nous viendrons suivre, puis environ 14/15 mois d’élevage. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040604.JPG][/url][/center] Et là, surprise : notre première dégustation du Saint joseph 2009, qui ravit tout le monde. C’est bon, sucré bien sur, sur des notes framboisées… nous sommes contents ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/VINNOUVEAU.JPG][/url][/center] Patrice teste la vendange avec le réfractomètre : 12°9, c’est bien. Le vin devrait être parfumé, et ne pas avoir trop d’alcool est plutôt un avantage. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040598.JPG][/url][/center] On goûte même le Côtes du Rhône ramassé deux jours plus tôt, ce qui donne déjà lieu à discussions… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040609.JPG][/url][/center] De retour dans la salle de dégustation, Alain Voge nous fait le plaisir de rester un moment avec nous, goûte les blancs et commence les rouges… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040612.JPG][/url][/center] C’est que du bonheur, n’est-ce pas Christophe ? [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040613.JPG][/url][/center] La dégustation reprend son cours, un grand et beau moment de partage et d’échange [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040614.JPG][/url][/center] C’est facile, il suffit de ne pas se prendre la tête, encore qu’on puisse parfois se poser des questions ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040615.JPG][/url][/center] On ne remerciera jamais assez Albéric, qui nous a ainsi ouvert les portes du domaine Voge pour que nous puissions connaître ce qui fait le fruit de notre passion : de la vigne au vin. Merci Albéric, et c’est avec plaisir que nous lui offrons une bouteille d’une autre région, un Meursault 2004 de Jean-François COCHE-DURY. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040617.JPG][/url][/center] A l’issue de la première séance il nous avait dit « Le vin c’est la convivialité » et c’est bien ainsi que toute cette saison s’est déroulée. On ne pouvait pas finir sans une superbe dégustation, Laurent avait proposé appellations prestigieuses, j’avais rajouté millénaire précédent… Les voilà, avant les commentaires, et nous nous sommes régalés et bien décidés à ne pas en rester là. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040626.JPG][/url][/center] Jean-Louis pour LPV Rhône [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château Rayas 1999[/color][/b] Le nez est fumé, sur les fruits jaunes, une pointe vanillée, l’amande. La bouche est très grasse mais l’équilibre superbe, d’une grande fraîcheur buccale. Bonne longueur. Un vin sudiste en bouche mais à l’équilibre plus nordiste. Décidément mon second rayas blanc fait que c’est le Chateauneuf blanc que j’apprécie le plus au vieillissement. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Nez minéral sur la coquille d'huître et les fruits blancs. La bouche fraîche développe de beaux arômes citronnés, tout en finesse, où l'on retrouve le chèvrefeuille. C'est gras sans être lourd. Belle finale anisée terminant sur des notes d'élevage (beurre) déjà bien intégrées. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château de Beaucastel 1998[/color][/b] Le nez est sur le miel, l’encaustique, la cire d’abeille, la mirabelle. La bouche est très grasse, très mielleuse, moins aérienne que le précédent mais l’équilibre est respecté. La bouche possède plus d’ampleur et se termine par une jolie finale saline malgré une pointe d’alcool. Le meilleur Beaucastel blanc que j’ai bu sans note d’oxydation. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe or et pointe oxydative au nez, complétée par des fruits jaunes bien mûrs, notamment l'abricot. Il me rappelle celui d'une vieille Marestel ou d'une vieille roussane. La richesse du nez peut nous emmener vers un vin ayant des sucres. La bouche est riche, sur le coing, les écorces d'agrumes confites, complétée par de délicates touches de fleurs d'oranger et de safran. Il y a de la fraîcheur malgré un ensemble déjà patiné, encaustique. La rétro miellée conclue la belle finale d'un vin déjà très gourmand. [b]Très bien +[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Palette Château Simone 1994[/color][/b] Le nez embaume le miel avec une pointe d’hydrocarbure, l’encaustique, le touty très exubérant car très ouvert. Aucune note d’élevage perceptible. La bouche est grasse, riche, de grande ampleur avec une fraîcheur singulière alors même que le miel est toujours présent. Longue finale qui persiste longtemps. Un formidable Simone qui montre qu’il est impératif d’attendre ce blanc. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Robe claire, tirant sur le vert et nez discret, quelques notes d'hydrocarbures. Le pamplemousse domine une bouche fluide, où fraicheur et belle acidité se conjuguent. Manque peut être un peu de complexité. Bonne longueur pour un vin qui ne fait pas son âge et peut encore tenir la garde. [b]Bien ++[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Chateauneuf du Pape Domaine Henri Bonneau « Réserve des Célestins » 1970[/b][/color] Passé une note de réduction, le nez se développe sur des arômes de framboise, de griotte, d’orange amère, de viande, de sang de bœuf et d’épices. Très beau nez complexe. En bouche, c’est la structure du vin qui domine mais le charme du nez s’est évaporé, dominé qu’il est par une acidité marquée. On note toutefois des fruits rouges acidulés, une pointe d’alcool malgré une finale de bonne longueur. Le vin est loin d’être mort mais il a clairement dépassé son apogée pour le plaisir procuré en bouche, sur cette bouteille. Respect néanmoins. Merci Jean-Louis. [b]Bien +[/b] (Laurent) La robe rubis présente une légère turbidité et annonce un vieux vin. Le nez animal, de sous-bois est relayé par une bouche acidulée sur la griotte, le kirsh. Manque un peu de peps et de longueur. On sent le poids des années mais la finesse et l'élégance de l'ensemble sont remarquables. Il n'attendait que son gibier à plume pour s'envoler. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Corton Domaine Bonneau du Martray 1996[/b][/color] Le nez présente beaucoup de finesse sur des arômes de bonbon, de caramel, un aspect floral et végétal puis mentholé à l’aération. La bouche est gourmande, bien équilibrée malgré une acidité sensible, encore assez tannique. Cela manque un peu d’ampleur et la finale est un peu dure. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Robe soutenue pour le cépage et l'âge, nez sur la réglisse et le menthol. La bouche est fine, la trame serrée, où ressortent la minéralité du terroir et des notes légèrement fumées. Assez bonne longueur. Vin pas vraiment typé Pinot quoique très élégant. L'ensemble est déjà bien fondu, difficile de dire s'il gagnera à vieillir encore. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Barolo Domaine Elio Grasso ‘Casa Maté » 1998[/b][/color] Le nez est dominé par l’alcool et les fruits noirs. La bouche est puissante, encore tannique, sans lourdeur, le vin conjugue un côté massif et aérien conjugué et est soutenu par une acidité bienvenue. Belle finale persistante sur les fruits rouges. Un vin encore bien jeune. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe sombre, nez jeune et puissant, où l'alcool ressort un peu, qui peut nous emmnener vers une syrah pour son côté violette. La bouche chaleureuse confirme avec d'énormes tannins, où l'on décèle les fruits rouges, les épices et la garrigue. Ce côté sudiste nous amène vers un Mourvèdre voire un Tannat dans sa jeunesse. C'est trop jeune à ce stade, à attendre patiemment car beau potentiel. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux du Languedoc Domaine Peyre Rose « Clos des Cistes » 1996[/color][/b] Le nez est terreux (verre de terre et huître pour Albéric, ça c’est fait !) ; sur les fruits noirs, une pointe d’alcool puis évolue à l’aération sur des notes de tabac , d’épices, de réglisse, un côté floral et une sensation de sucrosité. C’est très fin. La bouche est enrobée, possède de la gourmandise mais reste un peu chaleureuse et encore tannique malgré une belle finale. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Nez discrètement fumé, légèrement animal, épicé, volumineux. La bouche présente une mache fine, une sucrosité suffisante pour être agréable. Les fruits noirs et le zan régalent au milieu de tannins encore présents. Il reste une pointe chaleureuse au milieu de cette puissance mais tout cela devrait pouvoir se fondre. Très belle longueur. Devrait se bonifier encore sur 5 ans. [b]Très bien (+)[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux D’Aix Domaine de Trevallon 1990[/color][/b] Le nez est très floral, végétal (cabernet), puis une pointe animale et de confiture de prune au second nez. La bouche est ronde avec une pointe de sucrosité bienvenue qui rend le vin diablement gourmand. La Bouche possède encore beaucoup de corps sur des arômes de fruits noirs confiturés. Fabuleuse finale de grande longueur. Le plus grand Trevallon qu’il m’ait été donné de déguster. [b]Très Bien +/Excellent[/b] (Laurent) Superbe nez sur le cèdre, les épices, le cuir et les fruits mûrs. La bouche est un régal d'équilibre, où se mêlent tellement d'éléments qu'ils finissent par n'en faire qu'un, ponctué d'une légère sucrosité. Tout cela s'achève sur une finale gourmande de fruits rouges et noirs confiturés, une rétro sur la marmelade de fraise. Il ne manque que la truffe pour atteindre la perfection mais je l'aime d'amour. Un grand vin à maturité et qui devrait encore le rester encore longtemps. [b]Excellent[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Chateauneuf du Pape Domaine Lucien Barrot 1981[/color][/b] Le vin s’ouvre sur un nez de sous-bois, de mousseron, une pointe animale, c’est chaleureux sur les épices douces et la terre humide. La bouche est fortement glycérinée sur la cerise à l’eau de vin. C’est gourmand malgré un alcool présent. Un vin de caractère à la longue finale toujours dans son plateau de maturité. Impressionnant. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Nez sur le pruneau, la figue et une pointe d'alcool. La trame est large, le milieu de bouche est solide, un peu de cacao amer et l'on enchaîne sur une longueur soutenue. Vin d'une jeunesse insolente pour ce trentenaire. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Bonnezeaux Domaine des Petits Quarts « Le Malabé 1ère trie » 1997[/color][/b] Le nez est très botrytisé, sur les fruits exotiques (litchi, mangue), la confiture d’orange. La bouche est imposante en sucre, on est sur un gros liquoreux encore très rôti, sur le sirop de miel. Bonne finale soutenue par une acidité perceptible qui facilite la dégustation. Un vin encore à attendre impérativement qui va traverser les décennies. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe dorée et nez sur les fruits exotiques, en ressortent l'ananas et la mangue, le litchi et une pointe de menthol. La bouche, grasse, est exubérante, rôtie, suave et présente une fraîcheur qui équilibre les gros sucres. Le caramel et le turron réhaussent un ensemble déjà très gourmand. A attendre longtemps. [b]Très bien +[/b] (Christophe)[img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040579.JPG][/url]

Mais entre temps il y a quelques étapes.

Déjà nous sommes répartis en deux catégories : d’abord les coupeurs, munis d’un seau et d’une vendangette, petit sécateur peu coupant. On comprendra vite pourquoi, cela évite que les coupures soient trop graves, il parait que cela arrive forcément tous les jours dès qu’on a dix vendangeurs qui travaillent.
[/url][/center] Albéric nous conseille gentiment d’aller dans le sens de la pente, il est plus facile d’être en-dessous du cep, les grappes sont suffisamment basses… On a aussi Lionel, du domaine Voge, qui est venu nous aider et c’est bienvenu. Alors on commence ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040527.JPG][/url][/center] Chaque coupeur remplit consciencieusement son seau, ce qui est relativement simple cette année : la vendange est tellement saine qu’il n’y a rien à trier (même si la verdeur de certains pépins montre qu’un blocage de maturité s’est parfois produit sur certains ceps qui ont souffert). [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040538.JPG][/url][/center] Le second personnage intervient alors en la personne du porteur. Il s’ennuie parfois un peu en attendant, n’est-ce pas Patrice ? Il faut dire que le temps est particulièrement agréable, pas trop chaud, et que la vue est belle. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040536.JPG][/url][/center] Mais au fur et à mesure que sa hotte se remplit il commence parfois à trouver le temps long. A la fin il y a quand même 30 kilos de raisin dans ce bac en plastique guère confortable qu’il s’agit de descendre dans une pente assez raide ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040539.JPG][/url][/center] On vérifie qu’aucune grappe n’a été oubliée, on a fait place nette : [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040531.JPG][/url][/center] Notre parcelle est terminée, on en attaque une autre car cela va vite, et il nous faut quand même un peu de jus pour satisfaire nos envies de boire notre cru de Saint Joseph… Le contenu des hottes est versé dans des bacs, qui seront rentrés dans la fourgonnette, pour être emmenés à la cave. Les bacs sont faits pour s’empiler les uns sur les autres sans écraser le raisin présent dans les bacs du dessous, comme souvent c’est bien pensé… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040540.JPG][/url][/center] C’est fini, enfin presque, et on sent quand même que c’est un effort physique particulier. Nous sommes éprouvés à des degrés divers, contents mais aussi contents de nous arrêter ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040541.JPG][/url][/center] Cela tombe bien, l’équipe du domaine n’a pas fini d’égrapper sa vendange de Cornas, cela nous laisse le temps de commencer notre collation dans la salle maintenant bien connue, et Albéric reste même avec nous. C’est le signe d’un fonctionnement bien huilé à la cave ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040544.JPG][/url][/center] Décidément, c’est bien organisé : à peine nos trois blancs terminés, et quels blancs, et juste remis de nos émotions, on peut aller s’occuper de la vendange. Au milieu des guêpes très attirées par le sucre des raisins, il faut vider les bacs dans l’égrappoir, machine qui rentre des grappes d’un côté, et sépare les baies des rafles. Tout le monde s’y met à tour de rôle : Patrice T et Christophe, Patrice D et Laurent, [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/BENNES.JPG][/url][/center] Françoise remplace Laurent, puis Albéric s’y met et je le rejoins L’égrappoir fait bien son travail, d’un côté les rafles [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040574.JPG][/url][/center] De l’autre les baies qu’une vis sans fin amène dans un gros tuyau, où les grains sont dirigés dans la cuve à plafond mobile (1200 litres de capacité) [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040578.JPG][/url][/center] Dernière étape : quelques bacs non égrappés pour former un « chapeau » pendant la fermentation, et donner quelques arômes supplémentaires. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040584.JPG][/url][/center] La cuve est maintenant remplie, peut-être même trop remplie car la fermentation va faire augmenter le volume. A Albéric d’organiser les délestages ! C’est maintenant parti pour 15 jours à 3 semaines de macération avant le décuvage que nous viendrons suivre, puis environ 14/15 mois d’élevage. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040604.JPG][/url][/center] Et là, surprise : notre première dégustation du Saint joseph 2009, qui ravit tout le monde. C’est bon, sucré bien sur, sur des notes framboisées… nous sommes contents ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/VINNOUVEAU.JPG][/url][/center] Patrice teste la vendange avec le réfractomètre : 12°9, c’est bien. Le vin devrait être parfumé, et ne pas avoir trop d’alcool est plutôt un avantage. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040598.JPG][/url][/center] On goûte même le Côtes du Rhône ramassé deux jours plus tôt, ce qui donne déjà lieu à discussions… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040609.JPG][/url][/center] De retour dans la salle de dégustation, Alain Voge nous fait le plaisir de rester un moment avec nous, goûte les blancs et commence les rouges… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040612.JPG][/url][/center] C’est que du bonheur, n’est-ce pas Christophe ? [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040613.JPG][/url][/center] La dégustation reprend son cours, un grand et beau moment de partage et d’échange [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040614.JPG][/url][/center] C’est facile, il suffit de ne pas se prendre la tête, encore qu’on puisse parfois se poser des questions ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040615.JPG][/url][/center] On ne remerciera jamais assez Albéric, qui nous a ainsi ouvert les portes du domaine Voge pour que nous puissions connaître ce qui fait le fruit de notre passion : de la vigne au vin. Merci Albéric, et c’est avec plaisir que nous lui offrons une bouteille d’une autre région, un Meursault 2004 de Jean-François COCHE-DURY. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040617.JPG][/url][/center] A l’issue de la première séance il nous avait dit « Le vin c’est la convivialité » et c’est bien ainsi que toute cette saison s’est déroulée. On ne pouvait pas finir sans une superbe dégustation, Laurent avait proposé appellations prestigieuses, j’avais rajouté millénaire précédent… Les voilà, avant les commentaires, et nous nous sommes régalés et bien décidés à ne pas en rester là. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040626.JPG][/url][/center] Jean-Louis pour LPV Rhône [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château Rayas 1999[/color][/b] Le nez est fumé, sur les fruits jaunes, une pointe vanillée, l’amande. La bouche est très grasse mais l’équilibre superbe, d’une grande fraîcheur buccale. Bonne longueur. Un vin sudiste en bouche mais à l’équilibre plus nordiste. Décidément mon second rayas blanc fait que c’est le Chateauneuf blanc que j’apprécie le plus au vieillissement. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Nez minéral sur la coquille d'huître et les fruits blancs. La bouche fraîche développe de beaux arômes citronnés, tout en finesse, où l'on retrouve le chèvrefeuille. C'est gras sans être lourd. Belle finale anisée terminant sur des notes d'élevage (beurre) déjà bien intégrées. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château de Beaucastel 1998[/color][/b] Le nez est sur le miel, l’encaustique, la cire d’abeille, la mirabelle. La bouche est très grasse, très mielleuse, moins aérienne que le précédent mais l’équilibre est respecté. La bouche possède plus d’ampleur et se termine par une jolie finale saline malgré une pointe d’alcool. Le meilleur Beaucastel blanc que j’ai bu sans note d’oxydation. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe or et pointe oxydative au nez, complétée par des fruits jaunes bien mûrs, notamment l'abricot. Il me rappelle celui d'une vieille Marestel ou d'une vieille roussane. La richesse du nez peut nous emmener vers un vin ayant des sucres. La bouche est riche, sur le coing, les écorces d'agrumes confites, complétée par de délicates touches de fleurs d'oranger et de safran. Il y a de la fraîcheur malgré un ensemble déjà patiné, encaustique. La rétro miellée conclue la belle finale d'un vin déjà très gourmand. [b]Très bien +[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Palette Château Simone 1994[/color][/b] Le nez embaume le miel avec une pointe d’hydrocarbure, l’encaustique, le touty très exubérant car très ouvert. Aucune note d’élevage perceptible. La bouche est grasse, riche, de grande ampleur avec une fraîcheur singulière alors même que le miel est toujours présent. Longue finale qui persiste longtemps. Un formidable Simone qui montre qu’il est impératif d’attendre ce blanc. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Robe claire, tirant sur le vert et nez discret, quelques notes d'hydrocarbures. Le pamplemousse domine une bouche fluide, où fraicheur et belle acidité se conjuguent. Manque peut être un peu de complexité. Bonne longueur pour un vin qui ne fait pas son âge et peut encore tenir la garde. [b]Bien ++[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Chateauneuf du Pape Domaine Henri Bonneau « Réserve des Célestins » 1970[/b][/color] Passé une note de réduction, le nez se développe sur des arômes de framboise, de griotte, d’orange amère, de viande, de sang de bœuf et d’épices. Très beau nez complexe. En bouche, c’est la structure du vin qui domine mais le charme du nez s’est évaporé, dominé qu’il est par une acidité marquée. On note toutefois des fruits rouges acidulés, une pointe d’alcool malgré une finale de bonne longueur. Le vin est loin d’être mort mais il a clairement dépassé son apogée pour le plaisir procuré en bouche, sur cette bouteille. Respect néanmoins. Merci Jean-Louis. [b]Bien +[/b] (Laurent) La robe rubis présente une légère turbidité et annonce un vieux vin. Le nez animal, de sous-bois est relayé par une bouche acidulée sur la griotte, le kirsh. Manque un peu de peps et de longueur. On sent le poids des années mais la finesse et l'élégance de l'ensemble sont remarquables. Il n'attendait que son gibier à plume pour s'envoler. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Corton Domaine Bonneau du Martray 1996[/b][/color] Le nez présente beaucoup de finesse sur des arômes de bonbon, de caramel, un aspect floral et végétal puis mentholé à l’aération. La bouche est gourmande, bien équilibrée malgré une acidité sensible, encore assez tannique. Cela manque un peu d’ampleur et la finale est un peu dure. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Robe soutenue pour le cépage et l'âge, nez sur la réglisse et le menthol. La bouche est fine, la trame serrée, où ressortent la minéralité du terroir et des notes légèrement fumées. Assez bonne longueur. Vin pas vraiment typé Pinot quoique très élégant. L'ensemble est déjà bien fondu, difficile de dire s'il gagnera à vieillir encore. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Barolo Domaine Elio Grasso ‘Casa Maté » 1998[/b][/color] Le nez est dominé par l’alcool et les fruits noirs. La bouche est puissante, encore tannique, sans lourdeur, le vin conjugue un côté massif et aérien conjugué et est soutenu par une acidité bienvenue. Belle finale persistante sur les fruits rouges. Un vin encore bien jeune. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe sombre, nez jeune et puissant, où l'alcool ressort un peu, qui peut nous emmnener vers une syrah pour son côté violette. La bouche chaleureuse confirme avec d'énormes tannins, où l'on décèle les fruits rouges, les épices et la garrigue. Ce côté sudiste nous amène vers un Mourvèdre voire un Tannat dans sa jeunesse. C'est trop jeune à ce stade, à attendre patiemment car beau potentiel. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux du Languedoc Domaine Peyre Rose « Clos des Cistes » 1996[/color][/b] Le nez est terreux (verre de terre et huître pour Albéric, ça c’est fait !) ; sur les fruits noirs, une pointe d’alcool puis évolue à l’aération sur des notes de tabac , d’épices, de réglisse, un côté floral et une sensation de sucrosité. C’est très fin. La bouche est enrobée, possède de la gourmandise mais reste un peu chaleureuse et encore tannique malgré une belle finale. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Nez discrètement fumé, légèrement animal, épicé, volumineux. La bouche présente une mache fine, une sucrosité suffisante pour être agréable. Les fruits noirs et le zan régalent au milieu de tannins encore présents. Il reste une pointe chaleureuse au milieu de cette puissance mais tout cela devrait pouvoir se fondre. Très belle longueur. Devrait se bonifier encore sur 5 ans. [b]Très bien (+)[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux D’Aix Domaine de Trevallon 1990[/color][/b] Le nez est très floral, végétal (cabernet), puis une pointe animale et de confiture de prune au second nez. La bouche est ronde avec une pointe de sucrosité bienvenue qui rend le vin diablement gourmand. La Bouche possède encore beaucoup de corps sur des arômes de fruits noirs confiturés. Fabuleuse finale de grande longueur. Le plus grand Trevallon qu’il m’ait été donné de déguster. [b]Très Bien +/Excellent[/b] (Laurent) Superbe nez sur le cèdre, les épices, le cuir et les fruits mûrs. La bouche est un régal d'équilibre, où se mêlent tellement d'éléments qu'ils finissent par n'en faire qu'un, ponctué d'une légère sucrosité. Tout cela s'achève sur une finale gourmande de fruits rouges et noirs confiturés, une rétro sur la marmelade de fraise. Il ne manque que la truffe pour atteindre la perfection mais je l'aime d'amour. Un grand vin à maturité et qui devrait encore le rester encore longtemps. [b]Excellent[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Chateauneuf du Pape Domaine Lucien Barrot 1981[/color][/b] Le vin s’ouvre sur un nez de sous-bois, de mousseron, une pointe animale, c’est chaleureux sur les épices douces et la terre humide. La bouche est fortement glycérinée sur la cerise à l’eau de vin. C’est gourmand malgré un alcool présent. Un vin de caractère à la longue finale toujours dans son plateau de maturité. Impressionnant. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Nez sur le pruneau, la figue et une pointe d'alcool. La trame est large, le milieu de bouche est solide, un peu de cacao amer et l'on enchaîne sur une longueur soutenue. Vin d'une jeunesse insolente pour ce trentenaire. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Bonnezeaux Domaine des Petits Quarts « Le Malabé 1ère trie » 1997[/color][/b] Le nez est très botrytisé, sur les fruits exotiques (litchi, mangue), la confiture d’orange. La bouche est imposante en sucre, on est sur un gros liquoreux encore très rôti, sur le sirop de miel. Bonne finale soutenue par une acidité perceptible qui facilite la dégustation. Un vin encore à attendre impérativement qui va traverser les décennies. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe dorée et nez sur les fruits exotiques, en ressortent l'ananas et la mangue, le litchi et une pointe de menthol. La bouche, grasse, est exubérante, rôtie, suave et présente une fraîcheur qui équilibre les gros sucres. Le caramel et le turron réhaussent un ensemble déjà très gourmand. A attendre longtemps. [b]Très bien +[/b] (Christophe)[img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040520.JPG][/url]

Albéric nous conseille gentiment d’aller dans le sens de la pente, il est plus facile d’être en-dessous du cep, les grappes sont suffisamment basses… On a aussi Lionel, du domaine Voge, qui est venu nous aider et c’est bienvenu. Alors on commence !
[/url][/center] Chaque coupeur remplit consciencieusement son seau, ce qui est relativement simple cette année : la vendange est tellement saine qu’il n’y a rien à trier (même si la verdeur de certains pépins montre qu’un blocage de maturité s’est parfois produit sur certains ceps qui ont souffert). [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040538.JPG][/url][/center] Le second personnage intervient alors en la personne du porteur. Il s’ennuie parfois un peu en attendant, n’est-ce pas Patrice ? Il faut dire que le temps est particulièrement agréable, pas trop chaud, et que la vue est belle. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040536.JPG][/url][/center] Mais au fur et à mesure que sa hotte se remplit il commence parfois à trouver le temps long. A la fin il y a quand même 30 kilos de raisin dans ce bac en plastique guère confortable qu’il s’agit de descendre dans une pente assez raide ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040539.JPG][/url][/center] On vérifie qu’aucune grappe n’a été oubliée, on a fait place nette : [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040531.JPG][/url][/center] Notre parcelle est terminée, on en attaque une autre car cela va vite, et il nous faut quand même un peu de jus pour satisfaire nos envies de boire notre cru de Saint Joseph… Le contenu des hottes est versé dans des bacs, qui seront rentrés dans la fourgonnette, pour être emmenés à la cave. Les bacs sont faits pour s’empiler les uns sur les autres sans écraser le raisin présent dans les bacs du dessous, comme souvent c’est bien pensé… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040540.JPG][/url][/center] C’est fini, enfin presque, et on sent quand même que c’est un effort physique particulier. Nous sommes éprouvés à des degrés divers, contents mais aussi contents de nous arrêter ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040541.JPG][/url][/center] Cela tombe bien, l’équipe du domaine n’a pas fini d’égrapper sa vendange de Cornas, cela nous laisse le temps de commencer notre collation dans la salle maintenant bien connue, et Albéric reste même avec nous. C’est le signe d’un fonctionnement bien huilé à la cave ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040544.JPG][/url][/center] Décidément, c’est bien organisé : à peine nos trois blancs terminés, et quels blancs, et juste remis de nos émotions, on peut aller s’occuper de la vendange. Au milieu des guêpes très attirées par le sucre des raisins, il faut vider les bacs dans l’égrappoir, machine qui rentre des grappes d’un côté, et sépare les baies des rafles. Tout le monde s’y met à tour de rôle : Patrice T et Christophe, Patrice D et Laurent, [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/BENNES.JPG][/url][/center] Françoise remplace Laurent, puis Albéric s’y met et je le rejoins L’égrappoir fait bien son travail, d’un côté les rafles [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040574.JPG][/url][/center] De l’autre les baies qu’une vis sans fin amène dans un gros tuyau, où les grains sont dirigés dans la cuve à plafond mobile (1200 litres de capacité) [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040578.JPG][/url][/center] Dernière étape : quelques bacs non égrappés pour former un « chapeau » pendant la fermentation, et donner quelques arômes supplémentaires. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040584.JPG][/url][/center] La cuve est maintenant remplie, peut-être même trop remplie car la fermentation va faire augmenter le volume. A Albéric d’organiser les délestages ! C’est maintenant parti pour 15 jours à 3 semaines de macération avant le décuvage que nous viendrons suivre, puis environ 14/15 mois d’élevage. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040604.JPG][/url][/center] Et là, surprise : notre première dégustation du Saint joseph 2009, qui ravit tout le monde. C’est bon, sucré bien sur, sur des notes framboisées… nous sommes contents ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/VINNOUVEAU.JPG][/url][/center] Patrice teste la vendange avec le réfractomètre : 12°9, c’est bien. Le vin devrait être parfumé, et ne pas avoir trop d’alcool est plutôt un avantage. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040598.JPG][/url][/center] On goûte même le Côtes du Rhône ramassé deux jours plus tôt, ce qui donne déjà lieu à discussions… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040609.JPG][/url][/center] De retour dans la salle de dégustation, Alain Voge nous fait le plaisir de rester un moment avec nous, goûte les blancs et commence les rouges… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040612.JPG][/url][/center] C’est que du bonheur, n’est-ce pas Christophe ? [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040613.JPG][/url][/center] La dégustation reprend son cours, un grand et beau moment de partage et d’échange [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040614.JPG][/url][/center] C’est facile, il suffit de ne pas se prendre la tête, encore qu’on puisse parfois se poser des questions ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040615.JPG][/url][/center] On ne remerciera jamais assez Albéric, qui nous a ainsi ouvert les portes du domaine Voge pour que nous puissions connaître ce qui fait le fruit de notre passion : de la vigne au vin. Merci Albéric, et c’est avec plaisir que nous lui offrons une bouteille d’une autre région, un Meursault 2004 de Jean-François COCHE-DURY. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040617.JPG][/url][/center] A l’issue de la première séance il nous avait dit « Le vin c’est la convivialité » et c’est bien ainsi que toute cette saison s’est déroulée. On ne pouvait pas finir sans une superbe dégustation, Laurent avait proposé appellations prestigieuses, j’avais rajouté millénaire précédent… Les voilà, avant les commentaires, et nous nous sommes régalés et bien décidés à ne pas en rester là. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040626.JPG][/url][/center] Jean-Louis pour LPV Rhône [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château Rayas 1999[/color][/b] Le nez est fumé, sur les fruits jaunes, une pointe vanillée, l’amande. La bouche est très grasse mais l’équilibre superbe, d’une grande fraîcheur buccale. Bonne longueur. Un vin sudiste en bouche mais à l’équilibre plus nordiste. Décidément mon second rayas blanc fait que c’est le Chateauneuf blanc que j’apprécie le plus au vieillissement. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Nez minéral sur la coquille d'huître et les fruits blancs. La bouche fraîche développe de beaux arômes citronnés, tout en finesse, où l'on retrouve le chèvrefeuille. C'est gras sans être lourd. Belle finale anisée terminant sur des notes d'élevage (beurre) déjà bien intégrées. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château de Beaucastel 1998[/color][/b] Le nez est sur le miel, l’encaustique, la cire d’abeille, la mirabelle. La bouche est très grasse, très mielleuse, moins aérienne que le précédent mais l’équilibre est respecté. La bouche possède plus d’ampleur et se termine par une jolie finale saline malgré une pointe d’alcool. Le meilleur Beaucastel blanc que j’ai bu sans note d’oxydation. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe or et pointe oxydative au nez, complétée par des fruits jaunes bien mûrs, notamment l'abricot. Il me rappelle celui d'une vieille Marestel ou d'une vieille roussane. La richesse du nez peut nous emmener vers un vin ayant des sucres. La bouche est riche, sur le coing, les écorces d'agrumes confites, complétée par de délicates touches de fleurs d'oranger et de safran. Il y a de la fraîcheur malgré un ensemble déjà patiné, encaustique. La rétro miellée conclue la belle finale d'un vin déjà très gourmand. [b]Très bien +[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Palette Château Simone 1994[/color][/b] Le nez embaume le miel avec une pointe d’hydrocarbure, l’encaustique, le touty très exubérant car très ouvert. Aucune note d’élevage perceptible. La bouche est grasse, riche, de grande ampleur avec une fraîcheur singulière alors même que le miel est toujours présent. Longue finale qui persiste longtemps. Un formidable Simone qui montre qu’il est impératif d’attendre ce blanc. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Robe claire, tirant sur le vert et nez discret, quelques notes d'hydrocarbures. Le pamplemousse domine une bouche fluide, où fraicheur et belle acidité se conjuguent. Manque peut être un peu de complexité. Bonne longueur pour un vin qui ne fait pas son âge et peut encore tenir la garde. [b]Bien ++[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Chateauneuf du Pape Domaine Henri Bonneau « Réserve des Célestins » 1970[/b][/color] Passé une note de réduction, le nez se développe sur des arômes de framboise, de griotte, d’orange amère, de viande, de sang de bœuf et d’épices. Très beau nez complexe. En bouche, c’est la structure du vin qui domine mais le charme du nez s’est évaporé, dominé qu’il est par une acidité marquée. On note toutefois des fruits rouges acidulés, une pointe d’alcool malgré une finale de bonne longueur. Le vin est loin d’être mort mais il a clairement dépassé son apogée pour le plaisir procuré en bouche, sur cette bouteille. Respect néanmoins. Merci Jean-Louis. [b]Bien +[/b] (Laurent) La robe rubis présente une légère turbidité et annonce un vieux vin. Le nez animal, de sous-bois est relayé par une bouche acidulée sur la griotte, le kirsh. Manque un peu de peps et de longueur. On sent le poids des années mais la finesse et l'élégance de l'ensemble sont remarquables. Il n'attendait que son gibier à plume pour s'envoler. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Corton Domaine Bonneau du Martray 1996[/b][/color] Le nez présente beaucoup de finesse sur des arômes de bonbon, de caramel, un aspect floral et végétal puis mentholé à l’aération. La bouche est gourmande, bien équilibrée malgré une acidité sensible, encore assez tannique. Cela manque un peu d’ampleur et la finale est un peu dure. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Robe soutenue pour le cépage et l'âge, nez sur la réglisse et le menthol. La bouche est fine, la trame serrée, où ressortent la minéralité du terroir et des notes légèrement fumées. Assez bonne longueur. Vin pas vraiment typé Pinot quoique très élégant. L'ensemble est déjà bien fondu, difficile de dire s'il gagnera à vieillir encore. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Barolo Domaine Elio Grasso ‘Casa Maté » 1998[/b][/color] Le nez est dominé par l’alcool et les fruits noirs. La bouche est puissante, encore tannique, sans lourdeur, le vin conjugue un côté massif et aérien conjugué et est soutenu par une acidité bienvenue. Belle finale persistante sur les fruits rouges. Un vin encore bien jeune. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe sombre, nez jeune et puissant, où l'alcool ressort un peu, qui peut nous emmnener vers une syrah pour son côté violette. La bouche chaleureuse confirme avec d'énormes tannins, où l'on décèle les fruits rouges, les épices et la garrigue. Ce côté sudiste nous amène vers un Mourvèdre voire un Tannat dans sa jeunesse. C'est trop jeune à ce stade, à attendre patiemment car beau potentiel. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux du Languedoc Domaine Peyre Rose « Clos des Cistes » 1996[/color][/b] Le nez est terreux (verre de terre et huître pour Albéric, ça c’est fait !) ; sur les fruits noirs, une pointe d’alcool puis évolue à l’aération sur des notes de tabac , d’épices, de réglisse, un côté floral et une sensation de sucrosité. C’est très fin. La bouche est enrobée, possède de la gourmandise mais reste un peu chaleureuse et encore tannique malgré une belle finale. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Nez discrètement fumé, légèrement animal, épicé, volumineux. La bouche présente une mache fine, une sucrosité suffisante pour être agréable. Les fruits noirs et le zan régalent au milieu de tannins encore présents. Il reste une pointe chaleureuse au milieu de cette puissance mais tout cela devrait pouvoir se fondre. Très belle longueur. Devrait se bonifier encore sur 5 ans. [b]Très bien (+)[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux D’Aix Domaine de Trevallon 1990[/color][/b] Le nez est très floral, végétal (cabernet), puis une pointe animale et de confiture de prune au second nez. La bouche est ronde avec une pointe de sucrosité bienvenue qui rend le vin diablement gourmand. La Bouche possède encore beaucoup de corps sur des arômes de fruits noirs confiturés. Fabuleuse finale de grande longueur. Le plus grand Trevallon qu’il m’ait été donné de déguster. [b]Très Bien +/Excellent[/b] (Laurent) Superbe nez sur le cèdre, les épices, le cuir et les fruits mûrs. La bouche est un régal d'équilibre, où se mêlent tellement d'éléments qu'ils finissent par n'en faire qu'un, ponctué d'une légère sucrosité. Tout cela s'achève sur une finale gourmande de fruits rouges et noirs confiturés, une rétro sur la marmelade de fraise. Il ne manque que la truffe pour atteindre la perfection mais je l'aime d'amour. Un grand vin à maturité et qui devrait encore le rester encore longtemps. [b]Excellent[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Chateauneuf du Pape Domaine Lucien Barrot 1981[/color][/b] Le vin s’ouvre sur un nez de sous-bois, de mousseron, une pointe animale, c’est chaleureux sur les épices douces et la terre humide. La bouche est fortement glycérinée sur la cerise à l’eau de vin. C’est gourmand malgré un alcool présent. Un vin de caractère à la longue finale toujours dans son plateau de maturité. Impressionnant. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Nez sur le pruneau, la figue et une pointe d'alcool. La trame est large, le milieu de bouche est solide, un peu de cacao amer et l'on enchaîne sur une longueur soutenue. Vin d'une jeunesse insolente pour ce trentenaire. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Bonnezeaux Domaine des Petits Quarts « Le Malabé 1ère trie » 1997[/color][/b] Le nez est très botrytisé, sur les fruits exotiques (litchi, mangue), la confiture d’orange. La bouche est imposante en sucre, on est sur un gros liquoreux encore très rôti, sur le sirop de miel. Bonne finale soutenue par une acidité perceptible qui facilite la dégustation. Un vin encore à attendre impérativement qui va traverser les décennies. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe dorée et nez sur les fruits exotiques, en ressortent l'ananas et la mangue, le litchi et une pointe de menthol. La bouche, grasse, est exubérante, rôtie, suave et présente une fraîcheur qui équilibre les gros sucres. Le caramel et le turron réhaussent un ensemble déjà très gourmand. A attendre longtemps. [b]Très bien +[/b] (Christophe)[img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040527.JPG][/url]

Chaque coupeur remplit consciencieusement son seau, ce qui est relativement simple cette année : la vendange est tellement saine qu’il n’y a rien à trier (même si la verdeur de certains pépins montre qu’un blocage de maturité s’est parfois produit sur certains ceps qui ont souffert).
[/url][/center] Le second personnage intervient alors en la personne du porteur. Il s’ennuie parfois un peu en attendant, n’est-ce pas Patrice ? Il faut dire que le temps est particulièrement agréable, pas trop chaud, et que la vue est belle. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040536.JPG][/url][/center] Mais au fur et à mesure que sa hotte se remplit il commence parfois à trouver le temps long. A la fin il y a quand même 30 kilos de raisin dans ce bac en plastique guère confortable qu’il s’agit de descendre dans une pente assez raide ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040539.JPG][/url][/center] On vérifie qu’aucune grappe n’a été oubliée, on a fait place nette : [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040531.JPG][/url][/center] Notre parcelle est terminée, on en attaque une autre car cela va vite, et il nous faut quand même un peu de jus pour satisfaire nos envies de boire notre cru de Saint Joseph… Le contenu des hottes est versé dans des bacs, qui seront rentrés dans la fourgonnette, pour être emmenés à la cave. Les bacs sont faits pour s’empiler les uns sur les autres sans écraser le raisin présent dans les bacs du dessous, comme souvent c’est bien pensé… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040540.JPG][/url][/center] C’est fini, enfin presque, et on sent quand même que c’est un effort physique particulier. Nous sommes éprouvés à des degrés divers, contents mais aussi contents de nous arrêter ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040541.JPG][/url][/center] Cela tombe bien, l’équipe du domaine n’a pas fini d’égrapper sa vendange de Cornas, cela nous laisse le temps de commencer notre collation dans la salle maintenant bien connue, et Albéric reste même avec nous. C’est le signe d’un fonctionnement bien huilé à la cave ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040544.JPG][/url][/center] Décidément, c’est bien organisé : à peine nos trois blancs terminés, et quels blancs, et juste remis de nos émotions, on peut aller s’occuper de la vendange. Au milieu des guêpes très attirées par le sucre des raisins, il faut vider les bacs dans l’égrappoir, machine qui rentre des grappes d’un côté, et sépare les baies des rafles. Tout le monde s’y met à tour de rôle : Patrice T et Christophe, Patrice D et Laurent, [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/BENNES.JPG][/url][/center] Françoise remplace Laurent, puis Albéric s’y met et je le rejoins L’égrappoir fait bien son travail, d’un côté les rafles [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040574.JPG][/url][/center] De l’autre les baies qu’une vis sans fin amène dans un gros tuyau, où les grains sont dirigés dans la cuve à plafond mobile (1200 litres de capacité) [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040578.JPG][/url][/center] Dernière étape : quelques bacs non égrappés pour former un « chapeau » pendant la fermentation, et donner quelques arômes supplémentaires. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040584.JPG][/url][/center] La cuve est maintenant remplie, peut-être même trop remplie car la fermentation va faire augmenter le volume. A Albéric d’organiser les délestages ! C’est maintenant parti pour 15 jours à 3 semaines de macération avant le décuvage que nous viendrons suivre, puis environ 14/15 mois d’élevage. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040604.JPG][/url][/center] Et là, surprise : notre première dégustation du Saint joseph 2009, qui ravit tout le monde. C’est bon, sucré bien sur, sur des notes framboisées… nous sommes contents ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/VINNOUVEAU.JPG][/url][/center] Patrice teste la vendange avec le réfractomètre : 12°9, c’est bien. Le vin devrait être parfumé, et ne pas avoir trop d’alcool est plutôt un avantage. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040598.JPG][/url][/center] On goûte même le Côtes du Rhône ramassé deux jours plus tôt, ce qui donne déjà lieu à discussions… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040609.JPG][/url][/center] De retour dans la salle de dégustation, Alain Voge nous fait le plaisir de rester un moment avec nous, goûte les blancs et commence les rouges… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040612.JPG][/url][/center] C’est que du bonheur, n’est-ce pas Christophe ? [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040613.JPG][/url][/center] La dégustation reprend son cours, un grand et beau moment de partage et d’échange [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040614.JPG][/url][/center] C’est facile, il suffit de ne pas se prendre la tête, encore qu’on puisse parfois se poser des questions ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040615.JPG][/url][/center] On ne remerciera jamais assez Albéric, qui nous a ainsi ouvert les portes du domaine Voge pour que nous puissions connaître ce qui fait le fruit de notre passion : de la vigne au vin. Merci Albéric, et c’est avec plaisir que nous lui offrons une bouteille d’une autre région, un Meursault 2004 de Jean-François COCHE-DURY. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040617.JPG][/url][/center] A l’issue de la première séance il nous avait dit « Le vin c’est la convivialité » et c’est bien ainsi que toute cette saison s’est déroulée. On ne pouvait pas finir sans une superbe dégustation, Laurent avait proposé appellations prestigieuses, j’avais rajouté millénaire précédent… Les voilà, avant les commentaires, et nous nous sommes régalés et bien décidés à ne pas en rester là. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040626.JPG][/url][/center] Jean-Louis pour LPV Rhône [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château Rayas 1999[/color][/b] Le nez est fumé, sur les fruits jaunes, une pointe vanillée, l’amande. La bouche est très grasse mais l’équilibre superbe, d’une grande fraîcheur buccale. Bonne longueur. Un vin sudiste en bouche mais à l’équilibre plus nordiste. Décidément mon second rayas blanc fait que c’est le Chateauneuf blanc que j’apprécie le plus au vieillissement. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Nez minéral sur la coquille d'huître et les fruits blancs. La bouche fraîche développe de beaux arômes citronnés, tout en finesse, où l'on retrouve le chèvrefeuille. C'est gras sans être lourd. Belle finale anisée terminant sur des notes d'élevage (beurre) déjà bien intégrées. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château de Beaucastel 1998[/color][/b] Le nez est sur le miel, l’encaustique, la cire d’abeille, la mirabelle. La bouche est très grasse, très mielleuse, moins aérienne que le précédent mais l’équilibre est respecté. La bouche possède plus d’ampleur et se termine par une jolie finale saline malgré une pointe d’alcool. Le meilleur Beaucastel blanc que j’ai bu sans note d’oxydation. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe or et pointe oxydative au nez, complétée par des fruits jaunes bien mûrs, notamment l'abricot. Il me rappelle celui d'une vieille Marestel ou d'une vieille roussane. La richesse du nez peut nous emmener vers un vin ayant des sucres. La bouche est riche, sur le coing, les écorces d'agrumes confites, complétée par de délicates touches de fleurs d'oranger et de safran. Il y a de la fraîcheur malgré un ensemble déjà patiné, encaustique. La rétro miellée conclue la belle finale d'un vin déjà très gourmand. [b]Très bien +[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Palette Château Simone 1994[/color][/b] Le nez embaume le miel avec une pointe d’hydrocarbure, l’encaustique, le touty très exubérant car très ouvert. Aucune note d’élevage perceptible. La bouche est grasse, riche, de grande ampleur avec une fraîcheur singulière alors même que le miel est toujours présent. Longue finale qui persiste longtemps. Un formidable Simone qui montre qu’il est impératif d’attendre ce blanc. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Robe claire, tirant sur le vert et nez discret, quelques notes d'hydrocarbures. Le pamplemousse domine une bouche fluide, où fraicheur et belle acidité se conjuguent. Manque peut être un peu de complexité. Bonne longueur pour un vin qui ne fait pas son âge et peut encore tenir la garde. [b]Bien ++[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Chateauneuf du Pape Domaine Henri Bonneau « Réserve des Célestins » 1970[/b][/color] Passé une note de réduction, le nez se développe sur des arômes de framboise, de griotte, d’orange amère, de viande, de sang de bœuf et d’épices. Très beau nez complexe. En bouche, c’est la structure du vin qui domine mais le charme du nez s’est évaporé, dominé qu’il est par une acidité marquée. On note toutefois des fruits rouges acidulés, une pointe d’alcool malgré une finale de bonne longueur. Le vin est loin d’être mort mais il a clairement dépassé son apogée pour le plaisir procuré en bouche, sur cette bouteille. Respect néanmoins. Merci Jean-Louis. [b]Bien +[/b] (Laurent) La robe rubis présente une légère turbidité et annonce un vieux vin. Le nez animal, de sous-bois est relayé par une bouche acidulée sur la griotte, le kirsh. Manque un peu de peps et de longueur. On sent le poids des années mais la finesse et l'élégance de l'ensemble sont remarquables. Il n'attendait que son gibier à plume pour s'envoler. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Corton Domaine Bonneau du Martray 1996[/b][/color] Le nez présente beaucoup de finesse sur des arômes de bonbon, de caramel, un aspect floral et végétal puis mentholé à l’aération. La bouche est gourmande, bien équilibrée malgré une acidité sensible, encore assez tannique. Cela manque un peu d’ampleur et la finale est un peu dure. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Robe soutenue pour le cépage et l'âge, nez sur la réglisse et le menthol. La bouche est fine, la trame serrée, où ressortent la minéralité du terroir et des notes légèrement fumées. Assez bonne longueur. Vin pas vraiment typé Pinot quoique très élégant. L'ensemble est déjà bien fondu, difficile de dire s'il gagnera à vieillir encore. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Barolo Domaine Elio Grasso ‘Casa Maté » 1998[/b][/color] Le nez est dominé par l’alcool et les fruits noirs. La bouche est puissante, encore tannique, sans lourdeur, le vin conjugue un côté massif et aérien conjugué et est soutenu par une acidité bienvenue. Belle finale persistante sur les fruits rouges. Un vin encore bien jeune. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe sombre, nez jeune et puissant, où l'alcool ressort un peu, qui peut nous emmnener vers une syrah pour son côté violette. La bouche chaleureuse confirme avec d'énormes tannins, où l'on décèle les fruits rouges, les épices et la garrigue. Ce côté sudiste nous amène vers un Mourvèdre voire un Tannat dans sa jeunesse. C'est trop jeune à ce stade, à attendre patiemment car beau potentiel. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux du Languedoc Domaine Peyre Rose « Clos des Cistes » 1996[/color][/b] Le nez est terreux (verre de terre et huître pour Albéric, ça c’est fait !) ; sur les fruits noirs, une pointe d’alcool puis évolue à l’aération sur des notes de tabac , d’épices, de réglisse, un côté floral et une sensation de sucrosité. C’est très fin. La bouche est enrobée, possède de la gourmandise mais reste un peu chaleureuse et encore tannique malgré une belle finale. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Nez discrètement fumé, légèrement animal, épicé, volumineux. La bouche présente une mache fine, une sucrosité suffisante pour être agréable. Les fruits noirs et le zan régalent au milieu de tannins encore présents. Il reste une pointe chaleureuse au milieu de cette puissance mais tout cela devrait pouvoir se fondre. Très belle longueur. Devrait se bonifier encore sur 5 ans. [b]Très bien (+)[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux D’Aix Domaine de Trevallon 1990[/color][/b] Le nez est très floral, végétal (cabernet), puis une pointe animale et de confiture de prune au second nez. La bouche est ronde avec une pointe de sucrosité bienvenue qui rend le vin diablement gourmand. La Bouche possède encore beaucoup de corps sur des arômes de fruits noirs confiturés. Fabuleuse finale de grande longueur. Le plus grand Trevallon qu’il m’ait été donné de déguster. [b]Très Bien +/Excellent[/b] (Laurent) Superbe nez sur le cèdre, les épices, le cuir et les fruits mûrs. La bouche est un régal d'équilibre, où se mêlent tellement d'éléments qu'ils finissent par n'en faire qu'un, ponctué d'une légère sucrosité. Tout cela s'achève sur une finale gourmande de fruits rouges et noirs confiturés, une rétro sur la marmelade de fraise. Il ne manque que la truffe pour atteindre la perfection mais je l'aime d'amour. Un grand vin à maturité et qui devrait encore le rester encore longtemps. [b]Excellent[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Chateauneuf du Pape Domaine Lucien Barrot 1981[/color][/b] Le vin s’ouvre sur un nez de sous-bois, de mousseron, une pointe animale, c’est chaleureux sur les épices douces et la terre humide. La bouche est fortement glycérinée sur la cerise à l’eau de vin. C’est gourmand malgré un alcool présent. Un vin de caractère à la longue finale toujours dans son plateau de maturité. Impressionnant. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Nez sur le pruneau, la figue et une pointe d'alcool. La trame est large, le milieu de bouche est solide, un peu de cacao amer et l'on enchaîne sur une longueur soutenue. Vin d'une jeunesse insolente pour ce trentenaire. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Bonnezeaux Domaine des Petits Quarts « Le Malabé 1ère trie » 1997[/color][/b] Le nez est très botrytisé, sur les fruits exotiques (litchi, mangue), la confiture d’orange. La bouche est imposante en sucre, on est sur un gros liquoreux encore très rôti, sur le sirop de miel. Bonne finale soutenue par une acidité perceptible qui facilite la dégustation. Un vin encore à attendre impérativement qui va traverser les décennies. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe dorée et nez sur les fruits exotiques, en ressortent l'ananas et la mangue, le litchi et une pointe de menthol. La bouche, grasse, est exubérante, rôtie, suave et présente une fraîcheur qui équilibre les gros sucres. Le caramel et le turron réhaussent un ensemble déjà très gourmand. A attendre longtemps. [b]Très bien +[/b] (Christophe)[img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040538.JPG][/url]

Le second personnage intervient alors en la personne du porteur. Il s’ennuie parfois un peu en attendant, n’est-ce pas Patrice ? Il faut dire que le temps est particulièrement agréable, pas trop chaud, et que la vue est belle.
[/url][/center] Mais au fur et à mesure que sa hotte se remplit il commence parfois à trouver le temps long. A la fin il y a quand même 30 kilos de raisin dans ce bac en plastique guère confortable qu’il s’agit de descendre dans une pente assez raide ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040539.JPG][/url][/center] On vérifie qu’aucune grappe n’a été oubliée, on a fait place nette : [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040531.JPG][/url][/center] Notre parcelle est terminée, on en attaque une autre car cela va vite, et il nous faut quand même un peu de jus pour satisfaire nos envies de boire notre cru de Saint Joseph… Le contenu des hottes est versé dans des bacs, qui seront rentrés dans la fourgonnette, pour être emmenés à la cave. Les bacs sont faits pour s’empiler les uns sur les autres sans écraser le raisin présent dans les bacs du dessous, comme souvent c’est bien pensé… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040540.JPG][/url][/center] C’est fini, enfin presque, et on sent quand même que c’est un effort physique particulier. Nous sommes éprouvés à des degrés divers, contents mais aussi contents de nous arrêter ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040541.JPG][/url][/center] Cela tombe bien, l’équipe du domaine n’a pas fini d’égrapper sa vendange de Cornas, cela nous laisse le temps de commencer notre collation dans la salle maintenant bien connue, et Albéric reste même avec nous. C’est le signe d’un fonctionnement bien huilé à la cave ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040544.JPG][/url][/center] Décidément, c’est bien organisé : à peine nos trois blancs terminés, et quels blancs, et juste remis de nos émotions, on peut aller s’occuper de la vendange. Au milieu des guêpes très attirées par le sucre des raisins, il faut vider les bacs dans l’égrappoir, machine qui rentre des grappes d’un côté, et sépare les baies des rafles. Tout le monde s’y met à tour de rôle : Patrice T et Christophe, Patrice D et Laurent, [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/BENNES.JPG][/url][/center] Françoise remplace Laurent, puis Albéric s’y met et je le rejoins L’égrappoir fait bien son travail, d’un côté les rafles [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040574.JPG][/url][/center] De l’autre les baies qu’une vis sans fin amène dans un gros tuyau, où les grains sont dirigés dans la cuve à plafond mobile (1200 litres de capacité) [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040578.JPG][/url][/center] Dernière étape : quelques bacs non égrappés pour former un « chapeau » pendant la fermentation, et donner quelques arômes supplémentaires. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040584.JPG][/url][/center] La cuve est maintenant remplie, peut-être même trop remplie car la fermentation va faire augmenter le volume. A Albéric d’organiser les délestages ! C’est maintenant parti pour 15 jours à 3 semaines de macération avant le décuvage que nous viendrons suivre, puis environ 14/15 mois d’élevage. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040604.JPG][/url][/center] Et là, surprise : notre première dégustation du Saint joseph 2009, qui ravit tout le monde. C’est bon, sucré bien sur, sur des notes framboisées… nous sommes contents ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/VINNOUVEAU.JPG][/url][/center] Patrice teste la vendange avec le réfractomètre : 12°9, c’est bien. Le vin devrait être parfumé, et ne pas avoir trop d’alcool est plutôt un avantage. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040598.JPG][/url][/center] On goûte même le Côtes du Rhône ramassé deux jours plus tôt, ce qui donne déjà lieu à discussions… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040609.JPG][/url][/center] De retour dans la salle de dégustation, Alain Voge nous fait le plaisir de rester un moment avec nous, goûte les blancs et commence les rouges… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040612.JPG][/url][/center] C’est que du bonheur, n’est-ce pas Christophe ? [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040613.JPG][/url][/center] La dégustation reprend son cours, un grand et beau moment de partage et d’échange [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040614.JPG][/url][/center] C’est facile, il suffit de ne pas se prendre la tête, encore qu’on puisse parfois se poser des questions ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040615.JPG][/url][/center] On ne remerciera jamais assez Albéric, qui nous a ainsi ouvert les portes du domaine Voge pour que nous puissions connaître ce qui fait le fruit de notre passion : de la vigne au vin. Merci Albéric, et c’est avec plaisir que nous lui offrons une bouteille d’une autre région, un Meursault 2004 de Jean-François COCHE-DURY. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040617.JPG][/url][/center] A l’issue de la première séance il nous avait dit « Le vin c’est la convivialité » et c’est bien ainsi que toute cette saison s’est déroulée. On ne pouvait pas finir sans une superbe dégustation, Laurent avait proposé appellations prestigieuses, j’avais rajouté millénaire précédent… Les voilà, avant les commentaires, et nous nous sommes régalés et bien décidés à ne pas en rester là. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040626.JPG][/url][/center] Jean-Louis pour LPV Rhône [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château Rayas 1999[/color][/b] Le nez est fumé, sur les fruits jaunes, une pointe vanillée, l’amande. La bouche est très grasse mais l’équilibre superbe, d’une grande fraîcheur buccale. Bonne longueur. Un vin sudiste en bouche mais à l’équilibre plus nordiste. Décidément mon second rayas blanc fait que c’est le Chateauneuf blanc que j’apprécie le plus au vieillissement. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Nez minéral sur la coquille d'huître et les fruits blancs. La bouche fraîche développe de beaux arômes citronnés, tout en finesse, où l'on retrouve le chèvrefeuille. C'est gras sans être lourd. Belle finale anisée terminant sur des notes d'élevage (beurre) déjà bien intégrées. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château de Beaucastel 1998[/color][/b] Le nez est sur le miel, l’encaustique, la cire d’abeille, la mirabelle. La bouche est très grasse, très mielleuse, moins aérienne que le précédent mais l’équilibre est respecté. La bouche possède plus d’ampleur et se termine par une jolie finale saline malgré une pointe d’alcool. Le meilleur Beaucastel blanc que j’ai bu sans note d’oxydation. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe or et pointe oxydative au nez, complétée par des fruits jaunes bien mûrs, notamment l'abricot. Il me rappelle celui d'une vieille Marestel ou d'une vieille roussane. La richesse du nez peut nous emmener vers un vin ayant des sucres. La bouche est riche, sur le coing, les écorces d'agrumes confites, complétée par de délicates touches de fleurs d'oranger et de safran. Il y a de la fraîcheur malgré un ensemble déjà patiné, encaustique. La rétro miellée conclue la belle finale d'un vin déjà très gourmand. [b]Très bien +[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Palette Château Simone 1994[/color][/b] Le nez embaume le miel avec une pointe d’hydrocarbure, l’encaustique, le touty très exubérant car très ouvert. Aucune note d’élevage perceptible. La bouche est grasse, riche, de grande ampleur avec une fraîcheur singulière alors même que le miel est toujours présent. Longue finale qui persiste longtemps. Un formidable Simone qui montre qu’il est impératif d’attendre ce blanc. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Robe claire, tirant sur le vert et nez discret, quelques notes d'hydrocarbures. Le pamplemousse domine une bouche fluide, où fraicheur et belle acidité se conjuguent. Manque peut être un peu de complexité. Bonne longueur pour un vin qui ne fait pas son âge et peut encore tenir la garde. [b]Bien ++[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Chateauneuf du Pape Domaine Henri Bonneau « Réserve des Célestins » 1970[/b][/color] Passé une note de réduction, le nez se développe sur des arômes de framboise, de griotte, d’orange amère, de viande, de sang de bœuf et d’épices. Très beau nez complexe. En bouche, c’est la structure du vin qui domine mais le charme du nez s’est évaporé, dominé qu’il est par une acidité marquée. On note toutefois des fruits rouges acidulés, une pointe d’alcool malgré une finale de bonne longueur. Le vin est loin d’être mort mais il a clairement dépassé son apogée pour le plaisir procuré en bouche, sur cette bouteille. Respect néanmoins. Merci Jean-Louis. [b]Bien +[/b] (Laurent) La robe rubis présente une légère turbidité et annonce un vieux vin. Le nez animal, de sous-bois est relayé par une bouche acidulée sur la griotte, le kirsh. Manque un peu de peps et de longueur. On sent le poids des années mais la finesse et l'élégance de l'ensemble sont remarquables. Il n'attendait que son gibier à plume pour s'envoler. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Corton Domaine Bonneau du Martray 1996[/b][/color] Le nez présente beaucoup de finesse sur des arômes de bonbon, de caramel, un aspect floral et végétal puis mentholé à l’aération. La bouche est gourmande, bien équilibrée malgré une acidité sensible, encore assez tannique. Cela manque un peu d’ampleur et la finale est un peu dure. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Robe soutenue pour le cépage et l'âge, nez sur la réglisse et le menthol. La bouche est fine, la trame serrée, où ressortent la minéralité du terroir et des notes légèrement fumées. Assez bonne longueur. Vin pas vraiment typé Pinot quoique très élégant. L'ensemble est déjà bien fondu, difficile de dire s'il gagnera à vieillir encore. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Barolo Domaine Elio Grasso ‘Casa Maté » 1998[/b][/color] Le nez est dominé par l’alcool et les fruits noirs. La bouche est puissante, encore tannique, sans lourdeur, le vin conjugue un côté massif et aérien conjugué et est soutenu par une acidité bienvenue. Belle finale persistante sur les fruits rouges. Un vin encore bien jeune. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe sombre, nez jeune et puissant, où l'alcool ressort un peu, qui peut nous emmnener vers une syrah pour son côté violette. La bouche chaleureuse confirme avec d'énormes tannins, où l'on décèle les fruits rouges, les épices et la garrigue. Ce côté sudiste nous amène vers un Mourvèdre voire un Tannat dans sa jeunesse. C'est trop jeune à ce stade, à attendre patiemment car beau potentiel. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux du Languedoc Domaine Peyre Rose « Clos des Cistes » 1996[/color][/b] Le nez est terreux (verre de terre et huître pour Albéric, ça c’est fait !) ; sur les fruits noirs, une pointe d’alcool puis évolue à l’aération sur des notes de tabac , d’épices, de réglisse, un côté floral et une sensation de sucrosité. C’est très fin. La bouche est enrobée, possède de la gourmandise mais reste un peu chaleureuse et encore tannique malgré une belle finale. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Nez discrètement fumé, légèrement animal, épicé, volumineux. La bouche présente une mache fine, une sucrosité suffisante pour être agréable. Les fruits noirs et le zan régalent au milieu de tannins encore présents. Il reste une pointe chaleureuse au milieu de cette puissance mais tout cela devrait pouvoir se fondre. Très belle longueur. Devrait se bonifier encore sur 5 ans. [b]Très bien (+)[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux D’Aix Domaine de Trevallon 1990[/color][/b] Le nez est très floral, végétal (cabernet), puis une pointe animale et de confiture de prune au second nez. La bouche est ronde avec une pointe de sucrosité bienvenue qui rend le vin diablement gourmand. La Bouche possède encore beaucoup de corps sur des arômes de fruits noirs confiturés. Fabuleuse finale de grande longueur. Le plus grand Trevallon qu’il m’ait été donné de déguster. [b]Très Bien +/Excellent[/b] (Laurent) Superbe nez sur le cèdre, les épices, le cuir et les fruits mûrs. La bouche est un régal d'équilibre, où se mêlent tellement d'éléments qu'ils finissent par n'en faire qu'un, ponctué d'une légère sucrosité. Tout cela s'achève sur une finale gourmande de fruits rouges et noirs confiturés, une rétro sur la marmelade de fraise. Il ne manque que la truffe pour atteindre la perfection mais je l'aime d'amour. Un grand vin à maturité et qui devrait encore le rester encore longtemps. [b]Excellent[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Chateauneuf du Pape Domaine Lucien Barrot 1981[/color][/b] Le vin s’ouvre sur un nez de sous-bois, de mousseron, une pointe animale, c’est chaleureux sur les épices douces et la terre humide. La bouche est fortement glycérinée sur la cerise à l’eau de vin. C’est gourmand malgré un alcool présent. Un vin de caractère à la longue finale toujours dans son plateau de maturité. Impressionnant. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Nez sur le pruneau, la figue et une pointe d'alcool. La trame est large, le milieu de bouche est solide, un peu de cacao amer et l'on enchaîne sur une longueur soutenue. Vin d'une jeunesse insolente pour ce trentenaire. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Bonnezeaux Domaine des Petits Quarts « Le Malabé 1ère trie » 1997[/color][/b] Le nez est très botrytisé, sur les fruits exotiques (litchi, mangue), la confiture d’orange. La bouche est imposante en sucre, on est sur un gros liquoreux encore très rôti, sur le sirop de miel. Bonne finale soutenue par une acidité perceptible qui facilite la dégustation. Un vin encore à attendre impérativement qui va traverser les décennies. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe dorée et nez sur les fruits exotiques, en ressortent l'ananas et la mangue, le litchi et une pointe de menthol. La bouche, grasse, est exubérante, rôtie, suave et présente une fraîcheur qui équilibre les gros sucres. Le caramel et le turron réhaussent un ensemble déjà très gourmand. A attendre longtemps. [b]Très bien +[/b] (Christophe)[img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040536.JPG][/url]

Mais au fur et à mesure que sa hotte se remplit il commence parfois à trouver le temps long. A la fin il y a quand même 30 kilos de raisin dans ce bac en plastique guère confortable qu’il s’agit de descendre dans une pente assez raide !
[/url][/center] On vérifie qu’aucune grappe n’a été oubliée, on a fait place nette : [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040531.JPG][/url][/center] Notre parcelle est terminée, on en attaque une autre car cela va vite, et il nous faut quand même un peu de jus pour satisfaire nos envies de boire notre cru de Saint Joseph… Le contenu des hottes est versé dans des bacs, qui seront rentrés dans la fourgonnette, pour être emmenés à la cave. Les bacs sont faits pour s’empiler les uns sur les autres sans écraser le raisin présent dans les bacs du dessous, comme souvent c’est bien pensé… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040540.JPG][/url][/center] C’est fini, enfin presque, et on sent quand même que c’est un effort physique particulier. Nous sommes éprouvés à des degrés divers, contents mais aussi contents de nous arrêter ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040541.JPG][/url][/center] Cela tombe bien, l’équipe du domaine n’a pas fini d’égrapper sa vendange de Cornas, cela nous laisse le temps de commencer notre collation dans la salle maintenant bien connue, et Albéric reste même avec nous. C’est le signe d’un fonctionnement bien huilé à la cave ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040544.JPG][/url][/center] Décidément, c’est bien organisé : à peine nos trois blancs terminés, et quels blancs, et juste remis de nos émotions, on peut aller s’occuper de la vendange. Au milieu des guêpes très attirées par le sucre des raisins, il faut vider les bacs dans l’égrappoir, machine qui rentre des grappes d’un côté, et sépare les baies des rafles. Tout le monde s’y met à tour de rôle : Patrice T et Christophe, Patrice D et Laurent, [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/BENNES.JPG][/url][/center] Françoise remplace Laurent, puis Albéric s’y met et je le rejoins L’égrappoir fait bien son travail, d’un côté les rafles [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040574.JPG][/url][/center] De l’autre les baies qu’une vis sans fin amène dans un gros tuyau, où les grains sont dirigés dans la cuve à plafond mobile (1200 litres de capacité) [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040578.JPG][/url][/center] Dernière étape : quelques bacs non égrappés pour former un « chapeau » pendant la fermentation, et donner quelques arômes supplémentaires. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040584.JPG][/url][/center] La cuve est maintenant remplie, peut-être même trop remplie car la fermentation va faire augmenter le volume. A Albéric d’organiser les délestages ! C’est maintenant parti pour 15 jours à 3 semaines de macération avant le décuvage que nous viendrons suivre, puis environ 14/15 mois d’élevage. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040604.JPG][/url][/center] Et là, surprise : notre première dégustation du Saint joseph 2009, qui ravit tout le monde. C’est bon, sucré bien sur, sur des notes framboisées… nous sommes contents ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/VINNOUVEAU.JPG][/url][/center] Patrice teste la vendange avec le réfractomètre : 12°9, c’est bien. Le vin devrait être parfumé, et ne pas avoir trop d’alcool est plutôt un avantage. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040598.JPG][/url][/center] On goûte même le Côtes du Rhône ramassé deux jours plus tôt, ce qui donne déjà lieu à discussions… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040609.JPG][/url][/center] De retour dans la salle de dégustation, Alain Voge nous fait le plaisir de rester un moment avec nous, goûte les blancs et commence les rouges… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040612.JPG][/url][/center] C’est que du bonheur, n’est-ce pas Christophe ? [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040613.JPG][/url][/center] La dégustation reprend son cours, un grand et beau moment de partage et d’échange [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040614.JPG][/url][/center] C’est facile, il suffit de ne pas se prendre la tête, encore qu’on puisse parfois se poser des questions ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040615.JPG][/url][/center] On ne remerciera jamais assez Albéric, qui nous a ainsi ouvert les portes du domaine Voge pour que nous puissions connaître ce qui fait le fruit de notre passion : de la vigne au vin. Merci Albéric, et c’est avec plaisir que nous lui offrons une bouteille d’une autre région, un Meursault 2004 de Jean-François COCHE-DURY. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040617.JPG][/url][/center] A l’issue de la première séance il nous avait dit « Le vin c’est la convivialité » et c’est bien ainsi que toute cette saison s’est déroulée. On ne pouvait pas finir sans une superbe dégustation, Laurent avait proposé appellations prestigieuses, j’avais rajouté millénaire précédent… Les voilà, avant les commentaires, et nous nous sommes régalés et bien décidés à ne pas en rester là. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040626.JPG][/url][/center] Jean-Louis pour LPV Rhône [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château Rayas 1999[/color][/b] Le nez est fumé, sur les fruits jaunes, une pointe vanillée, l’amande. La bouche est très grasse mais l’équilibre superbe, d’une grande fraîcheur buccale. Bonne longueur. Un vin sudiste en bouche mais à l’équilibre plus nordiste. Décidément mon second rayas blanc fait que c’est le Chateauneuf blanc que j’apprécie le plus au vieillissement. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Nez minéral sur la coquille d'huître et les fruits blancs. La bouche fraîche développe de beaux arômes citronnés, tout en finesse, où l'on retrouve le chèvrefeuille. C'est gras sans être lourd. Belle finale anisée terminant sur des notes d'élevage (beurre) déjà bien intégrées. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château de Beaucastel 1998[/color][/b] Le nez est sur le miel, l’encaustique, la cire d’abeille, la mirabelle. La bouche est très grasse, très mielleuse, moins aérienne que le précédent mais l’équilibre est respecté. La bouche possède plus d’ampleur et se termine par une jolie finale saline malgré une pointe d’alcool. Le meilleur Beaucastel blanc que j’ai bu sans note d’oxydation. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe or et pointe oxydative au nez, complétée par des fruits jaunes bien mûrs, notamment l'abricot. Il me rappelle celui d'une vieille Marestel ou d'une vieille roussane. La richesse du nez peut nous emmener vers un vin ayant des sucres. La bouche est riche, sur le coing, les écorces d'agrumes confites, complétée par de délicates touches de fleurs d'oranger et de safran. Il y a de la fraîcheur malgré un ensemble déjà patiné, encaustique. La rétro miellée conclue la belle finale d'un vin déjà très gourmand. [b]Très bien +[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Palette Château Simone 1994[/color][/b] Le nez embaume le miel avec une pointe d’hydrocarbure, l’encaustique, le touty très exubérant car très ouvert. Aucune note d’élevage perceptible. La bouche est grasse, riche, de grande ampleur avec une fraîcheur singulière alors même que le miel est toujours présent. Longue finale qui persiste longtemps. Un formidable Simone qui montre qu’il est impératif d’attendre ce blanc. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Robe claire, tirant sur le vert et nez discret, quelques notes d'hydrocarbures. Le pamplemousse domine une bouche fluide, où fraicheur et belle acidité se conjuguent. Manque peut être un peu de complexité. Bonne longueur pour un vin qui ne fait pas son âge et peut encore tenir la garde. [b]Bien ++[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Chateauneuf du Pape Domaine Henri Bonneau « Réserve des Célestins » 1970[/b][/color] Passé une note de réduction, le nez se développe sur des arômes de framboise, de griotte, d’orange amère, de viande, de sang de bœuf et d’épices. Très beau nez complexe. En bouche, c’est la structure du vin qui domine mais le charme du nez s’est évaporé, dominé qu’il est par une acidité marquée. On note toutefois des fruits rouges acidulés, une pointe d’alcool malgré une finale de bonne longueur. Le vin est loin d’être mort mais il a clairement dépassé son apogée pour le plaisir procuré en bouche, sur cette bouteille. Respect néanmoins. Merci Jean-Louis. [b]Bien +[/b] (Laurent) La robe rubis présente une légère turbidité et annonce un vieux vin. Le nez animal, de sous-bois est relayé par une bouche acidulée sur la griotte, le kirsh. Manque un peu de peps et de longueur. On sent le poids des années mais la finesse et l'élégance de l'ensemble sont remarquables. Il n'attendait que son gibier à plume pour s'envoler. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Corton Domaine Bonneau du Martray 1996[/b][/color] Le nez présente beaucoup de finesse sur des arômes de bonbon, de caramel, un aspect floral et végétal puis mentholé à l’aération. La bouche est gourmande, bien équilibrée malgré une acidité sensible, encore assez tannique. Cela manque un peu d’ampleur et la finale est un peu dure. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Robe soutenue pour le cépage et l'âge, nez sur la réglisse et le menthol. La bouche est fine, la trame serrée, où ressortent la minéralité du terroir et des notes légèrement fumées. Assez bonne longueur. Vin pas vraiment typé Pinot quoique très élégant. L'ensemble est déjà bien fondu, difficile de dire s'il gagnera à vieillir encore. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Barolo Domaine Elio Grasso ‘Casa Maté » 1998[/b][/color] Le nez est dominé par l’alcool et les fruits noirs. La bouche est puissante, encore tannique, sans lourdeur, le vin conjugue un côté massif et aérien conjugué et est soutenu par une acidité bienvenue. Belle finale persistante sur les fruits rouges. Un vin encore bien jeune. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe sombre, nez jeune et puissant, où l'alcool ressort un peu, qui peut nous emmnener vers une syrah pour son côté violette. La bouche chaleureuse confirme avec d'énormes tannins, où l'on décèle les fruits rouges, les épices et la garrigue. Ce côté sudiste nous amène vers un Mourvèdre voire un Tannat dans sa jeunesse. C'est trop jeune à ce stade, à attendre patiemment car beau potentiel. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux du Languedoc Domaine Peyre Rose « Clos des Cistes » 1996[/color][/b] Le nez est terreux (verre de terre et huître pour Albéric, ça c’est fait !) ; sur les fruits noirs, une pointe d’alcool puis évolue à l’aération sur des notes de tabac , d’épices, de réglisse, un côté floral et une sensation de sucrosité. C’est très fin. La bouche est enrobée, possède de la gourmandise mais reste un peu chaleureuse et encore tannique malgré une belle finale. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Nez discrètement fumé, légèrement animal, épicé, volumineux. La bouche présente une mache fine, une sucrosité suffisante pour être agréable. Les fruits noirs et le zan régalent au milieu de tannins encore présents. Il reste une pointe chaleureuse au milieu de cette puissance mais tout cela devrait pouvoir se fondre. Très belle longueur. Devrait se bonifier encore sur 5 ans. [b]Très bien (+)[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux D’Aix Domaine de Trevallon 1990[/color][/b] Le nez est très floral, végétal (cabernet), puis une pointe animale et de confiture de prune au second nez. La bouche est ronde avec une pointe de sucrosité bienvenue qui rend le vin diablement gourmand. La Bouche possède encore beaucoup de corps sur des arômes de fruits noirs confiturés. Fabuleuse finale de grande longueur. Le plus grand Trevallon qu’il m’ait été donné de déguster. [b]Très Bien +/Excellent[/b] (Laurent) Superbe nez sur le cèdre, les épices, le cuir et les fruits mûrs. La bouche est un régal d'équilibre, où se mêlent tellement d'éléments qu'ils finissent par n'en faire qu'un, ponctué d'une légère sucrosité. Tout cela s'achève sur une finale gourmande de fruits rouges et noirs confiturés, une rétro sur la marmelade de fraise. Il ne manque que la truffe pour atteindre la perfection mais je l'aime d'amour. Un grand vin à maturité et qui devrait encore le rester encore longtemps. [b]Excellent[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Chateauneuf du Pape Domaine Lucien Barrot 1981[/color][/b] Le vin s’ouvre sur un nez de sous-bois, de mousseron, une pointe animale, c’est chaleureux sur les épices douces et la terre humide. La bouche est fortement glycérinée sur la cerise à l’eau de vin. C’est gourmand malgré un alcool présent. Un vin de caractère à la longue finale toujours dans son plateau de maturité. Impressionnant. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Nez sur le pruneau, la figue et une pointe d'alcool. La trame est large, le milieu de bouche est solide, un peu de cacao amer et l'on enchaîne sur une longueur soutenue. Vin d'une jeunesse insolente pour ce trentenaire. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Bonnezeaux Domaine des Petits Quarts « Le Malabé 1ère trie » 1997[/color][/b] Le nez est très botrytisé, sur les fruits exotiques (litchi, mangue), la confiture d’orange. La bouche est imposante en sucre, on est sur un gros liquoreux encore très rôti, sur le sirop de miel. Bonne finale soutenue par une acidité perceptible qui facilite la dégustation. Un vin encore à attendre impérativement qui va traverser les décennies. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe dorée et nez sur les fruits exotiques, en ressortent l'ananas et la mangue, le litchi et une pointe de menthol. La bouche, grasse, est exubérante, rôtie, suave et présente une fraîcheur qui équilibre les gros sucres. Le caramel et le turron réhaussent un ensemble déjà très gourmand. A attendre longtemps. [b]Très bien +[/b] (Christophe)[img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040539.JPG][/url]

On vérifie qu’aucune grappe n’a été oubliée, on a fait place nette :
[/url][/center] Notre parcelle est terminée, on en attaque une autre car cela va vite, et il nous faut quand même un peu de jus pour satisfaire nos envies de boire notre cru de Saint Joseph… Le contenu des hottes est versé dans des bacs, qui seront rentrés dans la fourgonnette, pour être emmenés à la cave. Les bacs sont faits pour s’empiler les uns sur les autres sans écraser le raisin présent dans les bacs du dessous, comme souvent c’est bien pensé… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040540.JPG][/url][/center] C’est fini, enfin presque, et on sent quand même que c’est un effort physique particulier. Nous sommes éprouvés à des degrés divers, contents mais aussi contents de nous arrêter ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040541.JPG][/url][/center] Cela tombe bien, l’équipe du domaine n’a pas fini d’égrapper sa vendange de Cornas, cela nous laisse le temps de commencer notre collation dans la salle maintenant bien connue, et Albéric reste même avec nous. C’est le signe d’un fonctionnement bien huilé à la cave ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040544.JPG][/url][/center] Décidément, c’est bien organisé : à peine nos trois blancs terminés, et quels blancs, et juste remis de nos émotions, on peut aller s’occuper de la vendange. Au milieu des guêpes très attirées par le sucre des raisins, il faut vider les bacs dans l’égrappoir, machine qui rentre des grappes d’un côté, et sépare les baies des rafles. Tout le monde s’y met à tour de rôle : Patrice T et Christophe, Patrice D et Laurent, [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/BENNES.JPG][/url][/center] Françoise remplace Laurent, puis Albéric s’y met et je le rejoins L’égrappoir fait bien son travail, d’un côté les rafles [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040574.JPG][/url][/center] De l’autre les baies qu’une vis sans fin amène dans un gros tuyau, où les grains sont dirigés dans la cuve à plafond mobile (1200 litres de capacité) [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040578.JPG][/url][/center] Dernière étape : quelques bacs non égrappés pour former un « chapeau » pendant la fermentation, et donner quelques arômes supplémentaires. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040584.JPG][/url][/center] La cuve est maintenant remplie, peut-être même trop remplie car la fermentation va faire augmenter le volume. A Albéric d’organiser les délestages ! C’est maintenant parti pour 15 jours à 3 semaines de macération avant le décuvage que nous viendrons suivre, puis environ 14/15 mois d’élevage. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040604.JPG][/url][/center] Et là, surprise : notre première dégustation du Saint joseph 2009, qui ravit tout le monde. C’est bon, sucré bien sur, sur des notes framboisées… nous sommes contents ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/VINNOUVEAU.JPG][/url][/center] Patrice teste la vendange avec le réfractomètre : 12°9, c’est bien. Le vin devrait être parfumé, et ne pas avoir trop d’alcool est plutôt un avantage. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040598.JPG][/url][/center] On goûte même le Côtes du Rhône ramassé deux jours plus tôt, ce qui donne déjà lieu à discussions… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040609.JPG][/url][/center] De retour dans la salle de dégustation, Alain Voge nous fait le plaisir de rester un moment avec nous, goûte les blancs et commence les rouges… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040612.JPG][/url][/center] C’est que du bonheur, n’est-ce pas Christophe ? [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040613.JPG][/url][/center] La dégustation reprend son cours, un grand et beau moment de partage et d’échange [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040614.JPG][/url][/center] C’est facile, il suffit de ne pas se prendre la tête, encore qu’on puisse parfois se poser des questions ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040615.JPG][/url][/center] On ne remerciera jamais assez Albéric, qui nous a ainsi ouvert les portes du domaine Voge pour que nous puissions connaître ce qui fait le fruit de notre passion : de la vigne au vin. Merci Albéric, et c’est avec plaisir que nous lui offrons une bouteille d’une autre région, un Meursault 2004 de Jean-François COCHE-DURY. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040617.JPG][/url][/center] A l’issue de la première séance il nous avait dit « Le vin c’est la convivialité » et c’est bien ainsi que toute cette saison s’est déroulée. On ne pouvait pas finir sans une superbe dégustation, Laurent avait proposé appellations prestigieuses, j’avais rajouté millénaire précédent… Les voilà, avant les commentaires, et nous nous sommes régalés et bien décidés à ne pas en rester là. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040626.JPG][/url][/center] Jean-Louis pour LPV Rhône [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château Rayas 1999[/color][/b] Le nez est fumé, sur les fruits jaunes, une pointe vanillée, l’amande. La bouche est très grasse mais l’équilibre superbe, d’une grande fraîcheur buccale. Bonne longueur. Un vin sudiste en bouche mais à l’équilibre plus nordiste. Décidément mon second rayas blanc fait que c’est le Chateauneuf blanc que j’apprécie le plus au vieillissement. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Nez minéral sur la coquille d'huître et les fruits blancs. La bouche fraîche développe de beaux arômes citronnés, tout en finesse, où l'on retrouve le chèvrefeuille. C'est gras sans être lourd. Belle finale anisée terminant sur des notes d'élevage (beurre) déjà bien intégrées. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château de Beaucastel 1998[/color][/b] Le nez est sur le miel, l’encaustique, la cire d’abeille, la mirabelle. La bouche est très grasse, très mielleuse, moins aérienne que le précédent mais l’équilibre est respecté. La bouche possède plus d’ampleur et se termine par une jolie finale saline malgré une pointe d’alcool. Le meilleur Beaucastel blanc que j’ai bu sans note d’oxydation. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe or et pointe oxydative au nez, complétée par des fruits jaunes bien mûrs, notamment l'abricot. Il me rappelle celui d'une vieille Marestel ou d'une vieille roussane. La richesse du nez peut nous emmener vers un vin ayant des sucres. La bouche est riche, sur le coing, les écorces d'agrumes confites, complétée par de délicates touches de fleurs d'oranger et de safran. Il y a de la fraîcheur malgré un ensemble déjà patiné, encaustique. La rétro miellée conclue la belle finale d'un vin déjà très gourmand. [b]Très bien +[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Palette Château Simone 1994[/color][/b] Le nez embaume le miel avec une pointe d’hydrocarbure, l’encaustique, le touty très exubérant car très ouvert. Aucune note d’élevage perceptible. La bouche est grasse, riche, de grande ampleur avec une fraîcheur singulière alors même que le miel est toujours présent. Longue finale qui persiste longtemps. Un formidable Simone qui montre qu’il est impératif d’attendre ce blanc. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Robe claire, tirant sur le vert et nez discret, quelques notes d'hydrocarbures. Le pamplemousse domine une bouche fluide, où fraicheur et belle acidité se conjuguent. Manque peut être un peu de complexité. Bonne longueur pour un vin qui ne fait pas son âge et peut encore tenir la garde. [b]Bien ++[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Chateauneuf du Pape Domaine Henri Bonneau « Réserve des Célestins » 1970[/b][/color] Passé une note de réduction, le nez se développe sur des arômes de framboise, de griotte, d’orange amère, de viande, de sang de bœuf et d’épices. Très beau nez complexe. En bouche, c’est la structure du vin qui domine mais le charme du nez s’est évaporé, dominé qu’il est par une acidité marquée. On note toutefois des fruits rouges acidulés, une pointe d’alcool malgré une finale de bonne longueur. Le vin est loin d’être mort mais il a clairement dépassé son apogée pour le plaisir procuré en bouche, sur cette bouteille. Respect néanmoins. Merci Jean-Louis. [b]Bien +[/b] (Laurent) La robe rubis présente une légère turbidité et annonce un vieux vin. Le nez animal, de sous-bois est relayé par une bouche acidulée sur la griotte, le kirsh. Manque un peu de peps et de longueur. On sent le poids des années mais la finesse et l'élégance de l'ensemble sont remarquables. Il n'attendait que son gibier à plume pour s'envoler. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Corton Domaine Bonneau du Martray 1996[/b][/color] Le nez présente beaucoup de finesse sur des arômes de bonbon, de caramel, un aspect floral et végétal puis mentholé à l’aération. La bouche est gourmande, bien équilibrée malgré une acidité sensible, encore assez tannique. Cela manque un peu d’ampleur et la finale est un peu dure. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Robe soutenue pour le cépage et l'âge, nez sur la réglisse et le menthol. La bouche est fine, la trame serrée, où ressortent la minéralité du terroir et des notes légèrement fumées. Assez bonne longueur. Vin pas vraiment typé Pinot quoique très élégant. L'ensemble est déjà bien fondu, difficile de dire s'il gagnera à vieillir encore. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Barolo Domaine Elio Grasso ‘Casa Maté » 1998[/b][/color] Le nez est dominé par l’alcool et les fruits noirs. La bouche est puissante, encore tannique, sans lourdeur, le vin conjugue un côté massif et aérien conjugué et est soutenu par une acidité bienvenue. Belle finale persistante sur les fruits rouges. Un vin encore bien jeune. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe sombre, nez jeune et puissant, où l'alcool ressort un peu, qui peut nous emmnener vers une syrah pour son côté violette. La bouche chaleureuse confirme avec d'énormes tannins, où l'on décèle les fruits rouges, les épices et la garrigue. Ce côté sudiste nous amène vers un Mourvèdre voire un Tannat dans sa jeunesse. C'est trop jeune à ce stade, à attendre patiemment car beau potentiel. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux du Languedoc Domaine Peyre Rose « Clos des Cistes » 1996[/color][/b] Le nez est terreux (verre de terre et huître pour Albéric, ça c’est fait !) ; sur les fruits noirs, une pointe d’alcool puis évolue à l’aération sur des notes de tabac , d’épices, de réglisse, un côté floral et une sensation de sucrosité. C’est très fin. La bouche est enrobée, possède de la gourmandise mais reste un peu chaleureuse et encore tannique malgré une belle finale. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Nez discrètement fumé, légèrement animal, épicé, volumineux. La bouche présente une mache fine, une sucrosité suffisante pour être agréable. Les fruits noirs et le zan régalent au milieu de tannins encore présents. Il reste une pointe chaleureuse au milieu de cette puissance mais tout cela devrait pouvoir se fondre. Très belle longueur. Devrait se bonifier encore sur 5 ans. [b]Très bien (+)[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux D’Aix Domaine de Trevallon 1990[/color][/b] Le nez est très floral, végétal (cabernet), puis une pointe animale et de confiture de prune au second nez. La bouche est ronde avec une pointe de sucrosité bienvenue qui rend le vin diablement gourmand. La Bouche possède encore beaucoup de corps sur des arômes de fruits noirs confiturés. Fabuleuse finale de grande longueur. Le plus grand Trevallon qu’il m’ait été donné de déguster. [b]Très Bien +/Excellent[/b] (Laurent) Superbe nez sur le cèdre, les épices, le cuir et les fruits mûrs. La bouche est un régal d'équilibre, où se mêlent tellement d'éléments qu'ils finissent par n'en faire qu'un, ponctué d'une légère sucrosité. Tout cela s'achève sur une finale gourmande de fruits rouges et noirs confiturés, une rétro sur la marmelade de fraise. Il ne manque que la truffe pour atteindre la perfection mais je l'aime d'amour. Un grand vin à maturité et qui devrait encore le rester encore longtemps. [b]Excellent[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Chateauneuf du Pape Domaine Lucien Barrot 1981[/color][/b] Le vin s’ouvre sur un nez de sous-bois, de mousseron, une pointe animale, c’est chaleureux sur les épices douces et la terre humide. La bouche est fortement glycérinée sur la cerise à l’eau de vin. C’est gourmand malgré un alcool présent. Un vin de caractère à la longue finale toujours dans son plateau de maturité. Impressionnant. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Nez sur le pruneau, la figue et une pointe d'alcool. La trame est large, le milieu de bouche est solide, un peu de cacao amer et l'on enchaîne sur une longueur soutenue. Vin d'une jeunesse insolente pour ce trentenaire. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Bonnezeaux Domaine des Petits Quarts « Le Malabé 1ère trie » 1997[/color][/b] Le nez est très botrytisé, sur les fruits exotiques (litchi, mangue), la confiture d’orange. La bouche est imposante en sucre, on est sur un gros liquoreux encore très rôti, sur le sirop de miel. Bonne finale soutenue par une acidité perceptible qui facilite la dégustation. Un vin encore à attendre impérativement qui va traverser les décennies. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe dorée et nez sur les fruits exotiques, en ressortent l'ananas et la mangue, le litchi et une pointe de menthol. La bouche, grasse, est exubérante, rôtie, suave et présente une fraîcheur qui équilibre les gros sucres. Le caramel et le turron réhaussent un ensemble déjà très gourmand. A attendre longtemps. [b]Très bien +[/b] (Christophe)[img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040531.JPG][/url]

Notre parcelle est terminée, on en attaque une autre car cela va vite, et il nous faut quand même un peu de jus pour satisfaire nos envies de boire notre cru de Saint Joseph…

Le contenu des hottes est versé dans des bacs, qui seront rentrés dans la fourgonnette, pour être emmenés à la cave. Les bacs sont faits pour s’empiler les uns sur les autres sans écraser le raisin présent dans les bacs du dessous, comme souvent c’est bien pensé…
[/url][/center] C’est fini, enfin presque, et on sent quand même que c’est un effort physique particulier. Nous sommes éprouvés à des degrés divers, contents mais aussi contents de nous arrêter ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040541.JPG][/url][/center] Cela tombe bien, l’équipe du domaine n’a pas fini d’égrapper sa vendange de Cornas, cela nous laisse le temps de commencer notre collation dans la salle maintenant bien connue, et Albéric reste même avec nous. C’est le signe d’un fonctionnement bien huilé à la cave ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040544.JPG][/url][/center] Décidément, c’est bien organisé : à peine nos trois blancs terminés, et quels blancs, et juste remis de nos émotions, on peut aller s’occuper de la vendange. Au milieu des guêpes très attirées par le sucre des raisins, il faut vider les bacs dans l’égrappoir, machine qui rentre des grappes d’un côté, et sépare les baies des rafles. Tout le monde s’y met à tour de rôle : Patrice T et Christophe, Patrice D et Laurent, [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/BENNES.JPG][/url][/center] Françoise remplace Laurent, puis Albéric s’y met et je le rejoins L’égrappoir fait bien son travail, d’un côté les rafles [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040574.JPG][/url][/center] De l’autre les baies qu’une vis sans fin amène dans un gros tuyau, où les grains sont dirigés dans la cuve à plafond mobile (1200 litres de capacité) [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040578.JPG][/url][/center] Dernière étape : quelques bacs non égrappés pour former un « chapeau » pendant la fermentation, et donner quelques arômes supplémentaires. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040584.JPG][/url][/center] La cuve est maintenant remplie, peut-être même trop remplie car la fermentation va faire augmenter le volume. A Albéric d’organiser les délestages ! C’est maintenant parti pour 15 jours à 3 semaines de macération avant le décuvage que nous viendrons suivre, puis environ 14/15 mois d’élevage. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040604.JPG][/url][/center] Et là, surprise : notre première dégustation du Saint joseph 2009, qui ravit tout le monde. C’est bon, sucré bien sur, sur des notes framboisées… nous sommes contents ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/VINNOUVEAU.JPG][/url][/center] Patrice teste la vendange avec le réfractomètre : 12°9, c’est bien. Le vin devrait être parfumé, et ne pas avoir trop d’alcool est plutôt un avantage. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040598.JPG][/url][/center] On goûte même le Côtes du Rhône ramassé deux jours plus tôt, ce qui donne déjà lieu à discussions… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040609.JPG][/url][/center] De retour dans la salle de dégustation, Alain Voge nous fait le plaisir de rester un moment avec nous, goûte les blancs et commence les rouges… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040612.JPG][/url][/center] C’est que du bonheur, n’est-ce pas Christophe ? [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040613.JPG][/url][/center] La dégustation reprend son cours, un grand et beau moment de partage et d’échange [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040614.JPG][/url][/center] C’est facile, il suffit de ne pas se prendre la tête, encore qu’on puisse parfois se poser des questions ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040615.JPG][/url][/center] On ne remerciera jamais assez Albéric, qui nous a ainsi ouvert les portes du domaine Voge pour que nous puissions connaître ce qui fait le fruit de notre passion : de la vigne au vin. Merci Albéric, et c’est avec plaisir que nous lui offrons une bouteille d’une autre région, un Meursault 2004 de Jean-François COCHE-DURY. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040617.JPG][/url][/center] A l’issue de la première séance il nous avait dit « Le vin c’est la convivialité » et c’est bien ainsi que toute cette saison s’est déroulée. On ne pouvait pas finir sans une superbe dégustation, Laurent avait proposé appellations prestigieuses, j’avais rajouté millénaire précédent… Les voilà, avant les commentaires, et nous nous sommes régalés et bien décidés à ne pas en rester là. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040626.JPG][/url][/center] Jean-Louis pour LPV Rhône [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château Rayas 1999[/color][/b] Le nez est fumé, sur les fruits jaunes, une pointe vanillée, l’amande. La bouche est très grasse mais l’équilibre superbe, d’une grande fraîcheur buccale. Bonne longueur. Un vin sudiste en bouche mais à l’équilibre plus nordiste. Décidément mon second rayas blanc fait que c’est le Chateauneuf blanc que j’apprécie le plus au vieillissement. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Nez minéral sur la coquille d'huître et les fruits blancs. La bouche fraîche développe de beaux arômes citronnés, tout en finesse, où l'on retrouve le chèvrefeuille. C'est gras sans être lourd. Belle finale anisée terminant sur des notes d'élevage (beurre) déjà bien intégrées. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château de Beaucastel 1998[/color][/b] Le nez est sur le miel, l’encaustique, la cire d’abeille, la mirabelle. La bouche est très grasse, très mielleuse, moins aérienne que le précédent mais l’équilibre est respecté. La bouche possède plus d’ampleur et se termine par une jolie finale saline malgré une pointe d’alcool. Le meilleur Beaucastel blanc que j’ai bu sans note d’oxydation. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe or et pointe oxydative au nez, complétée par des fruits jaunes bien mûrs, notamment l'abricot. Il me rappelle celui d'une vieille Marestel ou d'une vieille roussane. La richesse du nez peut nous emmener vers un vin ayant des sucres. La bouche est riche, sur le coing, les écorces d'agrumes confites, complétée par de délicates touches de fleurs d'oranger et de safran. Il y a de la fraîcheur malgré un ensemble déjà patiné, encaustique. La rétro miellée conclue la belle finale d'un vin déjà très gourmand. [b]Très bien +[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Palette Château Simone 1994[/color][/b] Le nez embaume le miel avec une pointe d’hydrocarbure, l’encaustique, le touty très exubérant car très ouvert. Aucune note d’élevage perceptible. La bouche est grasse, riche, de grande ampleur avec une fraîcheur singulière alors même que le miel est toujours présent. Longue finale qui persiste longtemps. Un formidable Simone qui montre qu’il est impératif d’attendre ce blanc. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Robe claire, tirant sur le vert et nez discret, quelques notes d'hydrocarbures. Le pamplemousse domine une bouche fluide, où fraicheur et belle acidité se conjuguent. Manque peut être un peu de complexité. Bonne longueur pour un vin qui ne fait pas son âge et peut encore tenir la garde. [b]Bien ++[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Chateauneuf du Pape Domaine Henri Bonneau « Réserve des Célestins » 1970[/b][/color] Passé une note de réduction, le nez se développe sur des arômes de framboise, de griotte, d’orange amère, de viande, de sang de bœuf et d’épices. Très beau nez complexe. En bouche, c’est la structure du vin qui domine mais le charme du nez s’est évaporé, dominé qu’il est par une acidité marquée. On note toutefois des fruits rouges acidulés, une pointe d’alcool malgré une finale de bonne longueur. Le vin est loin d’être mort mais il a clairement dépassé son apogée pour le plaisir procuré en bouche, sur cette bouteille. Respect néanmoins. Merci Jean-Louis. [b]Bien +[/b] (Laurent) La robe rubis présente une légère turbidité et annonce un vieux vin. Le nez animal, de sous-bois est relayé par une bouche acidulée sur la griotte, le kirsh. Manque un peu de peps et de longueur. On sent le poids des années mais la finesse et l'élégance de l'ensemble sont remarquables. Il n'attendait que son gibier à plume pour s'envoler. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Corton Domaine Bonneau du Martray 1996[/b][/color] Le nez présente beaucoup de finesse sur des arômes de bonbon, de caramel, un aspect floral et végétal puis mentholé à l’aération. La bouche est gourmande, bien équilibrée malgré une acidité sensible, encore assez tannique. Cela manque un peu d’ampleur et la finale est un peu dure. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Robe soutenue pour le cépage et l'âge, nez sur la réglisse et le menthol. La bouche est fine, la trame serrée, où ressortent la minéralité du terroir et des notes légèrement fumées. Assez bonne longueur. Vin pas vraiment typé Pinot quoique très élégant. L'ensemble est déjà bien fondu, difficile de dire s'il gagnera à vieillir encore. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Barolo Domaine Elio Grasso ‘Casa Maté » 1998[/b][/color] Le nez est dominé par l’alcool et les fruits noirs. La bouche est puissante, encore tannique, sans lourdeur, le vin conjugue un côté massif et aérien conjugué et est soutenu par une acidité bienvenue. Belle finale persistante sur les fruits rouges. Un vin encore bien jeune. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe sombre, nez jeune et puissant, où l'alcool ressort un peu, qui peut nous emmnener vers une syrah pour son côté violette. La bouche chaleureuse confirme avec d'énormes tannins, où l'on décèle les fruits rouges, les épices et la garrigue. Ce côté sudiste nous amène vers un Mourvèdre voire un Tannat dans sa jeunesse. C'est trop jeune à ce stade, à attendre patiemment car beau potentiel. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux du Languedoc Domaine Peyre Rose « Clos des Cistes » 1996[/color][/b] Le nez est terreux (verre de terre et huître pour Albéric, ça c’est fait !) ; sur les fruits noirs, une pointe d’alcool puis évolue à l’aération sur des notes de tabac , d’épices, de réglisse, un côté floral et une sensation de sucrosité. C’est très fin. La bouche est enrobée, possède de la gourmandise mais reste un peu chaleureuse et encore tannique malgré une belle finale. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Nez discrètement fumé, légèrement animal, épicé, volumineux. La bouche présente une mache fine, une sucrosité suffisante pour être agréable. Les fruits noirs et le zan régalent au milieu de tannins encore présents. Il reste une pointe chaleureuse au milieu de cette puissance mais tout cela devrait pouvoir se fondre. Très belle longueur. Devrait se bonifier encore sur 5 ans. [b]Très bien (+)[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux D’Aix Domaine de Trevallon 1990[/color][/b] Le nez est très floral, végétal (cabernet), puis une pointe animale et de confiture de prune au second nez. La bouche est ronde avec une pointe de sucrosité bienvenue qui rend le vin diablement gourmand. La Bouche possède encore beaucoup de corps sur des arômes de fruits noirs confiturés. Fabuleuse finale de grande longueur. Le plus grand Trevallon qu’il m’ait été donné de déguster. [b]Très Bien +/Excellent[/b] (Laurent) Superbe nez sur le cèdre, les épices, le cuir et les fruits mûrs. La bouche est un régal d'équilibre, où se mêlent tellement d'éléments qu'ils finissent par n'en faire qu'un, ponctué d'une légère sucrosité. Tout cela s'achève sur une finale gourmande de fruits rouges et noirs confiturés, une rétro sur la marmelade de fraise. Il ne manque que la truffe pour atteindre la perfection mais je l'aime d'amour. Un grand vin à maturité et qui devrait encore le rester encore longtemps. [b]Excellent[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Chateauneuf du Pape Domaine Lucien Barrot 1981[/color][/b] Le vin s’ouvre sur un nez de sous-bois, de mousseron, une pointe animale, c’est chaleureux sur les épices douces et la terre humide. La bouche est fortement glycérinée sur la cerise à l’eau de vin. C’est gourmand malgré un alcool présent. Un vin de caractère à la longue finale toujours dans son plateau de maturité. Impressionnant. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Nez sur le pruneau, la figue et une pointe d'alcool. La trame est large, le milieu de bouche est solide, un peu de cacao amer et l'on enchaîne sur une longueur soutenue. Vin d'une jeunesse insolente pour ce trentenaire. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Bonnezeaux Domaine des Petits Quarts « Le Malabé 1ère trie » 1997[/color][/b] Le nez est très botrytisé, sur les fruits exotiques (litchi, mangue), la confiture d’orange. La bouche est imposante en sucre, on est sur un gros liquoreux encore très rôti, sur le sirop de miel. Bonne finale soutenue par une acidité perceptible qui facilite la dégustation. Un vin encore à attendre impérativement qui va traverser les décennies. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe dorée et nez sur les fruits exotiques, en ressortent l'ananas et la mangue, le litchi et une pointe de menthol. La bouche, grasse, est exubérante, rôtie, suave et présente une fraîcheur qui équilibre les gros sucres. Le caramel et le turron réhaussent un ensemble déjà très gourmand. A attendre longtemps. [b]Très bien +[/b] (Christophe)[img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040540.JPG][/url]

C’est fini, enfin presque, et on sent quand même que c’est un effort physique particulier. Nous sommes éprouvés à des degrés divers, contents mais aussi contents de nous arrêter !
[/url][/center] Cela tombe bien, l’équipe du domaine n’a pas fini d’égrapper sa vendange de Cornas, cela nous laisse le temps de commencer notre collation dans la salle maintenant bien connue, et Albéric reste même avec nous. C’est le signe d’un fonctionnement bien huilé à la cave ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040544.JPG][/url][/center] Décidément, c’est bien organisé : à peine nos trois blancs terminés, et quels blancs, et juste remis de nos émotions, on peut aller s’occuper de la vendange. Au milieu des guêpes très attirées par le sucre des raisins, il faut vider les bacs dans l’égrappoir, machine qui rentre des grappes d’un côté, et sépare les baies des rafles. Tout le monde s’y met à tour de rôle : Patrice T et Christophe, Patrice D et Laurent, [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/BENNES.JPG][/url][/center] Françoise remplace Laurent, puis Albéric s’y met et je le rejoins L’égrappoir fait bien son travail, d’un côté les rafles [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040574.JPG][/url][/center] De l’autre les baies qu’une vis sans fin amène dans un gros tuyau, où les grains sont dirigés dans la cuve à plafond mobile (1200 litres de capacité) [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040578.JPG][/url][/center] Dernière étape : quelques bacs non égrappés pour former un « chapeau » pendant la fermentation, et donner quelques arômes supplémentaires. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040584.JPG][/url][/center] La cuve est maintenant remplie, peut-être même trop remplie car la fermentation va faire augmenter le volume. A Albéric d’organiser les délestages ! C’est maintenant parti pour 15 jours à 3 semaines de macération avant le décuvage que nous viendrons suivre, puis environ 14/15 mois d’élevage. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040604.JPG][/url][/center] Et là, surprise : notre première dégustation du Saint joseph 2009, qui ravit tout le monde. C’est bon, sucré bien sur, sur des notes framboisées… nous sommes contents ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/VINNOUVEAU.JPG][/url][/center] Patrice teste la vendange avec le réfractomètre : 12°9, c’est bien. Le vin devrait être parfumé, et ne pas avoir trop d’alcool est plutôt un avantage. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040598.JPG][/url][/center] On goûte même le Côtes du Rhône ramassé deux jours plus tôt, ce qui donne déjà lieu à discussions… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040609.JPG][/url][/center] De retour dans la salle de dégustation, Alain Voge nous fait le plaisir de rester un moment avec nous, goûte les blancs et commence les rouges… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040612.JPG][/url][/center] C’est que du bonheur, n’est-ce pas Christophe ? [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040613.JPG][/url][/center] La dégustation reprend son cours, un grand et beau moment de partage et d’échange [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040614.JPG][/url][/center] C’est facile, il suffit de ne pas se prendre la tête, encore qu’on puisse parfois se poser des questions ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040615.JPG][/url][/center] On ne remerciera jamais assez Albéric, qui nous a ainsi ouvert les portes du domaine Voge pour que nous puissions connaître ce qui fait le fruit de notre passion : de la vigne au vin. Merci Albéric, et c’est avec plaisir que nous lui offrons une bouteille d’une autre région, un Meursault 2004 de Jean-François COCHE-DURY. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040617.JPG][/url][/center] A l’issue de la première séance il nous avait dit « Le vin c’est la convivialité » et c’est bien ainsi que toute cette saison s’est déroulée. On ne pouvait pas finir sans une superbe dégustation, Laurent avait proposé appellations prestigieuses, j’avais rajouté millénaire précédent… Les voilà, avant les commentaires, et nous nous sommes régalés et bien décidés à ne pas en rester là. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040626.JPG][/url][/center] Jean-Louis pour LPV Rhône [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château Rayas 1999[/color][/b] Le nez est fumé, sur les fruits jaunes, une pointe vanillée, l’amande. La bouche est très grasse mais l’équilibre superbe, d’une grande fraîcheur buccale. Bonne longueur. Un vin sudiste en bouche mais à l’équilibre plus nordiste. Décidément mon second rayas blanc fait que c’est le Chateauneuf blanc que j’apprécie le plus au vieillissement. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Nez minéral sur la coquille d'huître et les fruits blancs. La bouche fraîche développe de beaux arômes citronnés, tout en finesse, où l'on retrouve le chèvrefeuille. C'est gras sans être lourd. Belle finale anisée terminant sur des notes d'élevage (beurre) déjà bien intégrées. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château de Beaucastel 1998[/color][/b] Le nez est sur le miel, l’encaustique, la cire d’abeille, la mirabelle. La bouche est très grasse, très mielleuse, moins aérienne que le précédent mais l’équilibre est respecté. La bouche possède plus d’ampleur et se termine par une jolie finale saline malgré une pointe d’alcool. Le meilleur Beaucastel blanc que j’ai bu sans note d’oxydation. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe or et pointe oxydative au nez, complétée par des fruits jaunes bien mûrs, notamment l'abricot. Il me rappelle celui d'une vieille Marestel ou d'une vieille roussane. La richesse du nez peut nous emmener vers un vin ayant des sucres. La bouche est riche, sur le coing, les écorces d'agrumes confites, complétée par de délicates touches de fleurs d'oranger et de safran. Il y a de la fraîcheur malgré un ensemble déjà patiné, encaustique. La rétro miellée conclue la belle finale d'un vin déjà très gourmand. [b]Très bien +[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Palette Château Simone 1994[/color][/b] Le nez embaume le miel avec une pointe d’hydrocarbure, l’encaustique, le touty très exubérant car très ouvert. Aucune note d’élevage perceptible. La bouche est grasse, riche, de grande ampleur avec une fraîcheur singulière alors même que le miel est toujours présent. Longue finale qui persiste longtemps. Un formidable Simone qui montre qu’il est impératif d’attendre ce blanc. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Robe claire, tirant sur le vert et nez discret, quelques notes d'hydrocarbures. Le pamplemousse domine une bouche fluide, où fraicheur et belle acidité se conjuguent. Manque peut être un peu de complexité. Bonne longueur pour un vin qui ne fait pas son âge et peut encore tenir la garde. [b]Bien ++[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Chateauneuf du Pape Domaine Henri Bonneau « Réserve des Célestins » 1970[/b][/color] Passé une note de réduction, le nez se développe sur des arômes de framboise, de griotte, d’orange amère, de viande, de sang de bœuf et d’épices. Très beau nez complexe. En bouche, c’est la structure du vin qui domine mais le charme du nez s’est évaporé, dominé qu’il est par une acidité marquée. On note toutefois des fruits rouges acidulés, une pointe d’alcool malgré une finale de bonne longueur. Le vin est loin d’être mort mais il a clairement dépassé son apogée pour le plaisir procuré en bouche, sur cette bouteille. Respect néanmoins. Merci Jean-Louis. [b]Bien +[/b] (Laurent) La robe rubis présente une légère turbidité et annonce un vieux vin. Le nez animal, de sous-bois est relayé par une bouche acidulée sur la griotte, le kirsh. Manque un peu de peps et de longueur. On sent le poids des années mais la finesse et l'élégance de l'ensemble sont remarquables. Il n'attendait que son gibier à plume pour s'envoler. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Corton Domaine Bonneau du Martray 1996[/b][/color] Le nez présente beaucoup de finesse sur des arômes de bonbon, de caramel, un aspect floral et végétal puis mentholé à l’aération. La bouche est gourmande, bien équilibrée malgré une acidité sensible, encore assez tannique. Cela manque un peu d’ampleur et la finale est un peu dure. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Robe soutenue pour le cépage et l'âge, nez sur la réglisse et le menthol. La bouche est fine, la trame serrée, où ressortent la minéralité du terroir et des notes légèrement fumées. Assez bonne longueur. Vin pas vraiment typé Pinot quoique très élégant. L'ensemble est déjà bien fondu, difficile de dire s'il gagnera à vieillir encore. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Barolo Domaine Elio Grasso ‘Casa Maté » 1998[/b][/color] Le nez est dominé par l’alcool et les fruits noirs. La bouche est puissante, encore tannique, sans lourdeur, le vin conjugue un côté massif et aérien conjugué et est soutenu par une acidité bienvenue. Belle finale persistante sur les fruits rouges. Un vin encore bien jeune. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe sombre, nez jeune et puissant, où l'alcool ressort un peu, qui peut nous emmnener vers une syrah pour son côté violette. La bouche chaleureuse confirme avec d'énormes tannins, où l'on décèle les fruits rouges, les épices et la garrigue. Ce côté sudiste nous amène vers un Mourvèdre voire un Tannat dans sa jeunesse. C'est trop jeune à ce stade, à attendre patiemment car beau potentiel. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux du Languedoc Domaine Peyre Rose « Clos des Cistes » 1996[/color][/b] Le nez est terreux (verre de terre et huître pour Albéric, ça c’est fait !) ; sur les fruits noirs, une pointe d’alcool puis évolue à l’aération sur des notes de tabac , d’épices, de réglisse, un côté floral et une sensation de sucrosité. C’est très fin. La bouche est enrobée, possède de la gourmandise mais reste un peu chaleureuse et encore tannique malgré une belle finale. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Nez discrètement fumé, légèrement animal, épicé, volumineux. La bouche présente une mache fine, une sucrosité suffisante pour être agréable. Les fruits noirs et le zan régalent au milieu de tannins encore présents. Il reste une pointe chaleureuse au milieu de cette puissance mais tout cela devrait pouvoir se fondre. Très belle longueur. Devrait se bonifier encore sur 5 ans. [b]Très bien (+)[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux D’Aix Domaine de Trevallon 1990[/color][/b] Le nez est très floral, végétal (cabernet), puis une pointe animale et de confiture de prune au second nez. La bouche est ronde avec une pointe de sucrosité bienvenue qui rend le vin diablement gourmand. La Bouche possède encore beaucoup de corps sur des arômes de fruits noirs confiturés. Fabuleuse finale de grande longueur. Le plus grand Trevallon qu’il m’ait été donné de déguster. [b]Très Bien +/Excellent[/b] (Laurent) Superbe nez sur le cèdre, les épices, le cuir et les fruits mûrs. La bouche est un régal d'équilibre, où se mêlent tellement d'éléments qu'ils finissent par n'en faire qu'un, ponctué d'une légère sucrosité. Tout cela s'achève sur une finale gourmande de fruits rouges et noirs confiturés, une rétro sur la marmelade de fraise. Il ne manque que la truffe pour atteindre la perfection mais je l'aime d'amour. Un grand vin à maturité et qui devrait encore le rester encore longtemps. [b]Excellent[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Chateauneuf du Pape Domaine Lucien Barrot 1981[/color][/b] Le vin s’ouvre sur un nez de sous-bois, de mousseron, une pointe animale, c’est chaleureux sur les épices douces et la terre humide. La bouche est fortement glycérinée sur la cerise à l’eau de vin. C’est gourmand malgré un alcool présent. Un vin de caractère à la longue finale toujours dans son plateau de maturité. Impressionnant. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Nez sur le pruneau, la figue et une pointe d'alcool. La trame est large, le milieu de bouche est solide, un peu de cacao amer et l'on enchaîne sur une longueur soutenue. Vin d'une jeunesse insolente pour ce trentenaire. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Bonnezeaux Domaine des Petits Quarts « Le Malabé 1ère trie » 1997[/color][/b] Le nez est très botrytisé, sur les fruits exotiques (litchi, mangue), la confiture d’orange. La bouche est imposante en sucre, on est sur un gros liquoreux encore très rôti, sur le sirop de miel. Bonne finale soutenue par une acidité perceptible qui facilite la dégustation. Un vin encore à attendre impérativement qui va traverser les décennies. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe dorée et nez sur les fruits exotiques, en ressortent l'ananas et la mangue, le litchi et une pointe de menthol. La bouche, grasse, est exubérante, rôtie, suave et présente une fraîcheur qui équilibre les gros sucres. Le caramel et le turron réhaussent un ensemble déjà très gourmand. A attendre longtemps. [b]Très bien +[/b] (Christophe)[img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040541.JPG][/url]

Cela tombe bien, l’équipe du domaine n’a pas fini d’égrapper sa vendange de Cornas, cela nous laisse le temps de commencer notre collation dans la salle maintenant bien connue, et Albéric reste même avec nous. C’est le signe d’un fonctionnement bien huilé à la cave !
[/url][/center] Décidément, c’est bien organisé : à peine nos trois blancs terminés, et quels blancs, et juste remis de nos émotions, on peut aller s’occuper de la vendange. Au milieu des guêpes très attirées par le sucre des raisins, il faut vider les bacs dans l’égrappoir, machine qui rentre des grappes d’un côté, et sépare les baies des rafles. Tout le monde s’y met à tour de rôle : Patrice T et Christophe, Patrice D et Laurent, [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/BENNES.JPG][/url][/center] Françoise remplace Laurent, puis Albéric s’y met et je le rejoins L’égrappoir fait bien son travail, d’un côté les rafles [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040574.JPG][/url][/center] De l’autre les baies qu’une vis sans fin amène dans un gros tuyau, où les grains sont dirigés dans la cuve à plafond mobile (1200 litres de capacité) [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040578.JPG][/url][/center] Dernière étape : quelques bacs non égrappés pour former un « chapeau » pendant la fermentation, et donner quelques arômes supplémentaires. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040584.JPG][/url][/center] La cuve est maintenant remplie, peut-être même trop remplie car la fermentation va faire augmenter le volume. A Albéric d’organiser les délestages ! C’est maintenant parti pour 15 jours à 3 semaines de macération avant le décuvage que nous viendrons suivre, puis environ 14/15 mois d’élevage. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040604.JPG][/url][/center] Et là, surprise : notre première dégustation du Saint joseph 2009, qui ravit tout le monde. C’est bon, sucré bien sur, sur des notes framboisées… nous sommes contents ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/VINNOUVEAU.JPG][/url][/center] Patrice teste la vendange avec le réfractomètre : 12°9, c’est bien. Le vin devrait être parfumé, et ne pas avoir trop d’alcool est plutôt un avantage. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040598.JPG][/url][/center] On goûte même le Côtes du Rhône ramassé deux jours plus tôt, ce qui donne déjà lieu à discussions… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040609.JPG][/url][/center] De retour dans la salle de dégustation, Alain Voge nous fait le plaisir de rester un moment avec nous, goûte les blancs et commence les rouges… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040612.JPG][/url][/center] C’est que du bonheur, n’est-ce pas Christophe ? [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040613.JPG][/url][/center] La dégustation reprend son cours, un grand et beau moment de partage et d’échange [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040614.JPG][/url][/center] C’est facile, il suffit de ne pas se prendre la tête, encore qu’on puisse parfois se poser des questions ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040615.JPG][/url][/center] On ne remerciera jamais assez Albéric, qui nous a ainsi ouvert les portes du domaine Voge pour que nous puissions connaître ce qui fait le fruit de notre passion : de la vigne au vin. Merci Albéric, et c’est avec plaisir que nous lui offrons une bouteille d’une autre région, un Meursault 2004 de Jean-François COCHE-DURY. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040617.JPG][/url][/center] A l’issue de la première séance il nous avait dit « Le vin c’est la convivialité » et c’est bien ainsi que toute cette saison s’est déroulée. On ne pouvait pas finir sans une superbe dégustation, Laurent avait proposé appellations prestigieuses, j’avais rajouté millénaire précédent… Les voilà, avant les commentaires, et nous nous sommes régalés et bien décidés à ne pas en rester là. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040626.JPG][/url][/center] Jean-Louis pour LPV Rhône [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château Rayas 1999[/color][/b] Le nez est fumé, sur les fruits jaunes, une pointe vanillée, l’amande. La bouche est très grasse mais l’équilibre superbe, d’une grande fraîcheur buccale. Bonne longueur. Un vin sudiste en bouche mais à l’équilibre plus nordiste. Décidément mon second rayas blanc fait que c’est le Chateauneuf blanc que j’apprécie le plus au vieillissement. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Nez minéral sur la coquille d'huître et les fruits blancs. La bouche fraîche développe de beaux arômes citronnés, tout en finesse, où l'on retrouve le chèvrefeuille. C'est gras sans être lourd. Belle finale anisée terminant sur des notes d'élevage (beurre) déjà bien intégrées. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château de Beaucastel 1998[/color][/b] Le nez est sur le miel, l’encaustique, la cire d’abeille, la mirabelle. La bouche est très grasse, très mielleuse, moins aérienne que le précédent mais l’équilibre est respecté. La bouche possède plus d’ampleur et se termine par une jolie finale saline malgré une pointe d’alcool. Le meilleur Beaucastel blanc que j’ai bu sans note d’oxydation. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe or et pointe oxydative au nez, complétée par des fruits jaunes bien mûrs, notamment l'abricot. Il me rappelle celui d'une vieille Marestel ou d'une vieille roussane. La richesse du nez peut nous emmener vers un vin ayant des sucres. La bouche est riche, sur le coing, les écorces d'agrumes confites, complétée par de délicates touches de fleurs d'oranger et de safran. Il y a de la fraîcheur malgré un ensemble déjà patiné, encaustique. La rétro miellée conclue la belle finale d'un vin déjà très gourmand. [b]Très bien +[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Palette Château Simone 1994[/color][/b] Le nez embaume le miel avec une pointe d’hydrocarbure, l’encaustique, le touty très exubérant car très ouvert. Aucune note d’élevage perceptible. La bouche est grasse, riche, de grande ampleur avec une fraîcheur singulière alors même que le miel est toujours présent. Longue finale qui persiste longtemps. Un formidable Simone qui montre qu’il est impératif d’attendre ce blanc. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Robe claire, tirant sur le vert et nez discret, quelques notes d'hydrocarbures. Le pamplemousse domine une bouche fluide, où fraicheur et belle acidité se conjuguent. Manque peut être un peu de complexité. Bonne longueur pour un vin qui ne fait pas son âge et peut encore tenir la garde. [b]Bien ++[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Chateauneuf du Pape Domaine Henri Bonneau « Réserve des Célestins » 1970[/b][/color] Passé une note de réduction, le nez se développe sur des arômes de framboise, de griotte, d’orange amère, de viande, de sang de bœuf et d’épices. Très beau nez complexe. En bouche, c’est la structure du vin qui domine mais le charme du nez s’est évaporé, dominé qu’il est par une acidité marquée. On note toutefois des fruits rouges acidulés, une pointe d’alcool malgré une finale de bonne longueur. Le vin est loin d’être mort mais il a clairement dépassé son apogée pour le plaisir procuré en bouche, sur cette bouteille. Respect néanmoins. Merci Jean-Louis. [b]Bien +[/b] (Laurent) La robe rubis présente une légère turbidité et annonce un vieux vin. Le nez animal, de sous-bois est relayé par une bouche acidulée sur la griotte, le kirsh. Manque un peu de peps et de longueur. On sent le poids des années mais la finesse et l'élégance de l'ensemble sont remarquables. Il n'attendait que son gibier à plume pour s'envoler. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Corton Domaine Bonneau du Martray 1996[/b][/color] Le nez présente beaucoup de finesse sur des arômes de bonbon, de caramel, un aspect floral et végétal puis mentholé à l’aération. La bouche est gourmande, bien équilibrée malgré une acidité sensible, encore assez tannique. Cela manque un peu d’ampleur et la finale est un peu dure. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Robe soutenue pour le cépage et l'âge, nez sur la réglisse et le menthol. La bouche est fine, la trame serrée, où ressortent la minéralité du terroir et des notes légèrement fumées. Assez bonne longueur. Vin pas vraiment typé Pinot quoique très élégant. L'ensemble est déjà bien fondu, difficile de dire s'il gagnera à vieillir encore. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Barolo Domaine Elio Grasso ‘Casa Maté » 1998[/b][/color] Le nez est dominé par l’alcool et les fruits noirs. La bouche est puissante, encore tannique, sans lourdeur, le vin conjugue un côté massif et aérien conjugué et est soutenu par une acidité bienvenue. Belle finale persistante sur les fruits rouges. Un vin encore bien jeune. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe sombre, nez jeune et puissant, où l'alcool ressort un peu, qui peut nous emmnener vers une syrah pour son côté violette. La bouche chaleureuse confirme avec d'énormes tannins, où l'on décèle les fruits rouges, les épices et la garrigue. Ce côté sudiste nous amène vers un Mourvèdre voire un Tannat dans sa jeunesse. C'est trop jeune à ce stade, à attendre patiemment car beau potentiel. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux du Languedoc Domaine Peyre Rose « Clos des Cistes » 1996[/color][/b] Le nez est terreux (verre de terre et huître pour Albéric, ça c’est fait !) ; sur les fruits noirs, une pointe d’alcool puis évolue à l’aération sur des notes de tabac , d’épices, de réglisse, un côté floral et une sensation de sucrosité. C’est très fin. La bouche est enrobée, possède de la gourmandise mais reste un peu chaleureuse et encore tannique malgré une belle finale. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Nez discrètement fumé, légèrement animal, épicé, volumineux. La bouche présente une mache fine, une sucrosité suffisante pour être agréable. Les fruits noirs et le zan régalent au milieu de tannins encore présents. Il reste une pointe chaleureuse au milieu de cette puissance mais tout cela devrait pouvoir se fondre. Très belle longueur. Devrait se bonifier encore sur 5 ans. [b]Très bien (+)[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux D’Aix Domaine de Trevallon 1990[/color][/b] Le nez est très floral, végétal (cabernet), puis une pointe animale et de confiture de prune au second nez. La bouche est ronde avec une pointe de sucrosité bienvenue qui rend le vin diablement gourmand. La Bouche possède encore beaucoup de corps sur des arômes de fruits noirs confiturés. Fabuleuse finale de grande longueur. Le plus grand Trevallon qu’il m’ait été donné de déguster. [b]Très Bien +/Excellent[/b] (Laurent) Superbe nez sur le cèdre, les épices, le cuir et les fruits mûrs. La bouche est un régal d'équilibre, où se mêlent tellement d'éléments qu'ils finissent par n'en faire qu'un, ponctué d'une légère sucrosité. Tout cela s'achève sur une finale gourmande de fruits rouges et noirs confiturés, une rétro sur la marmelade de fraise. Il ne manque que la truffe pour atteindre la perfection mais je l'aime d'amour. Un grand vin à maturité et qui devrait encore le rester encore longtemps. [b]Excellent[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Chateauneuf du Pape Domaine Lucien Barrot 1981[/color][/b] Le vin s’ouvre sur un nez de sous-bois, de mousseron, une pointe animale, c’est chaleureux sur les épices douces et la terre humide. La bouche est fortement glycérinée sur la cerise à l’eau de vin. C’est gourmand malgré un alcool présent. Un vin de caractère à la longue finale toujours dans son plateau de maturité. Impressionnant. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Nez sur le pruneau, la figue et une pointe d'alcool. La trame est large, le milieu de bouche est solide, un peu de cacao amer et l'on enchaîne sur une longueur soutenue. Vin d'une jeunesse insolente pour ce trentenaire. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Bonnezeaux Domaine des Petits Quarts « Le Malabé 1ère trie » 1997[/color][/b] Le nez est très botrytisé, sur les fruits exotiques (litchi, mangue), la confiture d’orange. La bouche est imposante en sucre, on est sur un gros liquoreux encore très rôti, sur le sirop de miel. Bonne finale soutenue par une acidité perceptible qui facilite la dégustation. Un vin encore à attendre impérativement qui va traverser les décennies. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe dorée et nez sur les fruits exotiques, en ressortent l'ananas et la mangue, le litchi et une pointe de menthol. La bouche, grasse, est exubérante, rôtie, suave et présente une fraîcheur qui équilibre les gros sucres. Le caramel et le turron réhaussent un ensemble déjà très gourmand. A attendre longtemps. [b]Très bien +[/b] (Christophe)[img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040544.JPG][/url]

Décidément, c’est bien organisé : à peine nos trois blancs terminés, et quels blancs, et juste remis de nos émotions, on peut aller s’occuper de la vendange.

Au milieu des guêpes très attirées par le sucre des raisins, il faut vider les bacs dans l’égrappoir, machine qui rentre des grappes d’un côté, et sépare les baies des rafles. Tout le monde s’y met à tour de rôle :

Patrice T et Christophe, Patrice D et Laurent,
[/url][/center] Françoise remplace Laurent, puis Albéric s’y met et je le rejoins L’égrappoir fait bien son travail, d’un côté les rafles [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040574.JPG][/url][/center] De l’autre les baies qu’une vis sans fin amène dans un gros tuyau, où les grains sont dirigés dans la cuve à plafond mobile (1200 litres de capacité) [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040578.JPG][/url][/center] Dernière étape : quelques bacs non égrappés pour former un « chapeau » pendant la fermentation, et donner quelques arômes supplémentaires. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040584.JPG][/url][/center] La cuve est maintenant remplie, peut-être même trop remplie car la fermentation va faire augmenter le volume. A Albéric d’organiser les délestages ! C’est maintenant parti pour 15 jours à 3 semaines de macération avant le décuvage que nous viendrons suivre, puis environ 14/15 mois d’élevage. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040604.JPG][/url][/center] Et là, surprise : notre première dégustation du Saint joseph 2009, qui ravit tout le monde. C’est bon, sucré bien sur, sur des notes framboisées… nous sommes contents ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/VINNOUVEAU.JPG][/url][/center] Patrice teste la vendange avec le réfractomètre : 12°9, c’est bien. Le vin devrait être parfumé, et ne pas avoir trop d’alcool est plutôt un avantage. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040598.JPG][/url][/center] On goûte même le Côtes du Rhône ramassé deux jours plus tôt, ce qui donne déjà lieu à discussions… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040609.JPG][/url][/center] De retour dans la salle de dégustation, Alain Voge nous fait le plaisir de rester un moment avec nous, goûte les blancs et commence les rouges… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040612.JPG][/url][/center] C’est que du bonheur, n’est-ce pas Christophe ? [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040613.JPG][/url][/center] La dégustation reprend son cours, un grand et beau moment de partage et d’échange [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040614.JPG][/url][/center] C’est facile, il suffit de ne pas se prendre la tête, encore qu’on puisse parfois se poser des questions ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040615.JPG][/url][/center] On ne remerciera jamais assez Albéric, qui nous a ainsi ouvert les portes du domaine Voge pour que nous puissions connaître ce qui fait le fruit de notre passion : de la vigne au vin. Merci Albéric, et c’est avec plaisir que nous lui offrons une bouteille d’une autre région, un Meursault 2004 de Jean-François COCHE-DURY. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040617.JPG][/url][/center] A l’issue de la première séance il nous avait dit « Le vin c’est la convivialité » et c’est bien ainsi que toute cette saison s’est déroulée. On ne pouvait pas finir sans une superbe dégustation, Laurent avait proposé appellations prestigieuses, j’avais rajouté millénaire précédent… Les voilà, avant les commentaires, et nous nous sommes régalés et bien décidés à ne pas en rester là. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040626.JPG][/url][/center] Jean-Louis pour LPV Rhône [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château Rayas 1999[/color][/b] Le nez est fumé, sur les fruits jaunes, une pointe vanillée, l’amande. La bouche est très grasse mais l’équilibre superbe, d’une grande fraîcheur buccale. Bonne longueur. Un vin sudiste en bouche mais à l’équilibre plus nordiste. Décidément mon second rayas blanc fait que c’est le Chateauneuf blanc que j’apprécie le plus au vieillissement. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Nez minéral sur la coquille d'huître et les fruits blancs. La bouche fraîche développe de beaux arômes citronnés, tout en finesse, où l'on retrouve le chèvrefeuille. C'est gras sans être lourd. Belle finale anisée terminant sur des notes d'élevage (beurre) déjà bien intégrées. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château de Beaucastel 1998[/color][/b] Le nez est sur le miel, l’encaustique, la cire d’abeille, la mirabelle. La bouche est très grasse, très mielleuse, moins aérienne que le précédent mais l’équilibre est respecté. La bouche possède plus d’ampleur et se termine par une jolie finale saline malgré une pointe d’alcool. Le meilleur Beaucastel blanc que j’ai bu sans note d’oxydation. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe or et pointe oxydative au nez, complétée par des fruits jaunes bien mûrs, notamment l'abricot. Il me rappelle celui d'une vieille Marestel ou d'une vieille roussane. La richesse du nez peut nous emmener vers un vin ayant des sucres. La bouche est riche, sur le coing, les écorces d'agrumes confites, complétée par de délicates touches de fleurs d'oranger et de safran. Il y a de la fraîcheur malgré un ensemble déjà patiné, encaustique. La rétro miellée conclue la belle finale d'un vin déjà très gourmand. [b]Très bien +[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Palette Château Simone 1994[/color][/b] Le nez embaume le miel avec une pointe d’hydrocarbure, l’encaustique, le touty très exubérant car très ouvert. Aucune note d’élevage perceptible. La bouche est grasse, riche, de grande ampleur avec une fraîcheur singulière alors même que le miel est toujours présent. Longue finale qui persiste longtemps. Un formidable Simone qui montre qu’il est impératif d’attendre ce blanc. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Robe claire, tirant sur le vert et nez discret, quelques notes d'hydrocarbures. Le pamplemousse domine une bouche fluide, où fraicheur et belle acidité se conjuguent. Manque peut être un peu de complexité. Bonne longueur pour un vin qui ne fait pas son âge et peut encore tenir la garde. [b]Bien ++[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Chateauneuf du Pape Domaine Henri Bonneau « Réserve des Célestins » 1970[/b][/color] Passé une note de réduction, le nez se développe sur des arômes de framboise, de griotte, d’orange amère, de viande, de sang de bœuf et d’épices. Très beau nez complexe. En bouche, c’est la structure du vin qui domine mais le charme du nez s’est évaporé, dominé qu’il est par une acidité marquée. On note toutefois des fruits rouges acidulés, une pointe d’alcool malgré une finale de bonne longueur. Le vin est loin d’être mort mais il a clairement dépassé son apogée pour le plaisir procuré en bouche, sur cette bouteille. Respect néanmoins. Merci Jean-Louis. [b]Bien +[/b] (Laurent) La robe rubis présente une légère turbidité et annonce un vieux vin. Le nez animal, de sous-bois est relayé par une bouche acidulée sur la griotte, le kirsh. Manque un peu de peps et de longueur. On sent le poids des années mais la finesse et l'élégance de l'ensemble sont remarquables. Il n'attendait que son gibier à plume pour s'envoler. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Corton Domaine Bonneau du Martray 1996[/b][/color] Le nez présente beaucoup de finesse sur des arômes de bonbon, de caramel, un aspect floral et végétal puis mentholé à l’aération. La bouche est gourmande, bien équilibrée malgré une acidité sensible, encore assez tannique. Cela manque un peu d’ampleur et la finale est un peu dure. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Robe soutenue pour le cépage et l'âge, nez sur la réglisse et le menthol. La bouche est fine, la trame serrée, où ressortent la minéralité du terroir et des notes légèrement fumées. Assez bonne longueur. Vin pas vraiment typé Pinot quoique très élégant. L'ensemble est déjà bien fondu, difficile de dire s'il gagnera à vieillir encore. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Barolo Domaine Elio Grasso ‘Casa Maté » 1998[/b][/color] Le nez est dominé par l’alcool et les fruits noirs. La bouche est puissante, encore tannique, sans lourdeur, le vin conjugue un côté massif et aérien conjugué et est soutenu par une acidité bienvenue. Belle finale persistante sur les fruits rouges. Un vin encore bien jeune. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe sombre, nez jeune et puissant, où l'alcool ressort un peu, qui peut nous emmnener vers une syrah pour son côté violette. La bouche chaleureuse confirme avec d'énormes tannins, où l'on décèle les fruits rouges, les épices et la garrigue. Ce côté sudiste nous amène vers un Mourvèdre voire un Tannat dans sa jeunesse. C'est trop jeune à ce stade, à attendre patiemment car beau potentiel. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux du Languedoc Domaine Peyre Rose « Clos des Cistes » 1996[/color][/b] Le nez est terreux (verre de terre et huître pour Albéric, ça c’est fait !) ; sur les fruits noirs, une pointe d’alcool puis évolue à l’aération sur des notes de tabac , d’épices, de réglisse, un côté floral et une sensation de sucrosité. C’est très fin. La bouche est enrobée, possède de la gourmandise mais reste un peu chaleureuse et encore tannique malgré une belle finale. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Nez discrètement fumé, légèrement animal, épicé, volumineux. La bouche présente une mache fine, une sucrosité suffisante pour être agréable. Les fruits noirs et le zan régalent au milieu de tannins encore présents. Il reste une pointe chaleureuse au milieu de cette puissance mais tout cela devrait pouvoir se fondre. Très belle longueur. Devrait se bonifier encore sur 5 ans. [b]Très bien (+)[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux D’Aix Domaine de Trevallon 1990[/color][/b] Le nez est très floral, végétal (cabernet), puis une pointe animale et de confiture de prune au second nez. La bouche est ronde avec une pointe de sucrosité bienvenue qui rend le vin diablement gourmand. La Bouche possède encore beaucoup de corps sur des arômes de fruits noirs confiturés. Fabuleuse finale de grande longueur. Le plus grand Trevallon qu’il m’ait été donné de déguster. [b]Très Bien +/Excellent[/b] (Laurent) Superbe nez sur le cèdre, les épices, le cuir et les fruits mûrs. La bouche est un régal d'équilibre, où se mêlent tellement d'éléments qu'ils finissent par n'en faire qu'un, ponctué d'une légère sucrosité. Tout cela s'achève sur une finale gourmande de fruits rouges et noirs confiturés, une rétro sur la marmelade de fraise. Il ne manque que la truffe pour atteindre la perfection mais je l'aime d'amour. Un grand vin à maturité et qui devrait encore le rester encore longtemps. [b]Excellent[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Chateauneuf du Pape Domaine Lucien Barrot 1981[/color][/b] Le vin s’ouvre sur un nez de sous-bois, de mousseron, une pointe animale, c’est chaleureux sur les épices douces et la terre humide. La bouche est fortement glycérinée sur la cerise à l’eau de vin. C’est gourmand malgré un alcool présent. Un vin de caractère à la longue finale toujours dans son plateau de maturité. Impressionnant. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Nez sur le pruneau, la figue et une pointe d'alcool. La trame est large, le milieu de bouche est solide, un peu de cacao amer et l'on enchaîne sur une longueur soutenue. Vin d'une jeunesse insolente pour ce trentenaire. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Bonnezeaux Domaine des Petits Quarts « Le Malabé 1ère trie » 1997[/color][/b] Le nez est très botrytisé, sur les fruits exotiques (litchi, mangue), la confiture d’orange. La bouche est imposante en sucre, on est sur un gros liquoreux encore très rôti, sur le sirop de miel. Bonne finale soutenue par une acidité perceptible qui facilite la dégustation. Un vin encore à attendre impérativement qui va traverser les décennies. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe dorée et nez sur les fruits exotiques, en ressortent l'ananas et la mangue, le litchi et une pointe de menthol. La bouche, grasse, est exubérante, rôtie, suave et présente une fraîcheur qui équilibre les gros sucres. Le caramel et le turron réhaussent un ensemble déjà très gourmand. A attendre longtemps. [b]Très bien +[/b] (Christophe)[img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/BENNES.JPG][/url]

Françoise remplace Laurent, puis Albéric s’y met et je le rejoins

L’égrappoir fait bien son travail, d’un côté les rafles
[/url][/center] De l’autre les baies qu’une vis sans fin amène dans un gros tuyau, où les grains sont dirigés dans la cuve à plafond mobile (1200 litres de capacité) [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040578.JPG][/url][/center] Dernière étape : quelques bacs non égrappés pour former un « chapeau » pendant la fermentation, et donner quelques arômes supplémentaires. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040584.JPG][/url][/center] La cuve est maintenant remplie, peut-être même trop remplie car la fermentation va faire augmenter le volume. A Albéric d’organiser les délestages ! C’est maintenant parti pour 15 jours à 3 semaines de macération avant le décuvage que nous viendrons suivre, puis environ 14/15 mois d’élevage. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040604.JPG][/url][/center] Et là, surprise : notre première dégustation du Saint joseph 2009, qui ravit tout le monde. C’est bon, sucré bien sur, sur des notes framboisées… nous sommes contents ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/VINNOUVEAU.JPG][/url][/center] Patrice teste la vendange avec le réfractomètre : 12°9, c’est bien. Le vin devrait être parfumé, et ne pas avoir trop d’alcool est plutôt un avantage. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040598.JPG][/url][/center] On goûte même le Côtes du Rhône ramassé deux jours plus tôt, ce qui donne déjà lieu à discussions… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040609.JPG][/url][/center] De retour dans la salle de dégustation, Alain Voge nous fait le plaisir de rester un moment avec nous, goûte les blancs et commence les rouges… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040612.JPG][/url][/center] C’est que du bonheur, n’est-ce pas Christophe ? [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040613.JPG][/url][/center] La dégustation reprend son cours, un grand et beau moment de partage et d’échange [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040614.JPG][/url][/center] C’est facile, il suffit de ne pas se prendre la tête, encore qu’on puisse parfois se poser des questions ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040615.JPG][/url][/center] On ne remerciera jamais assez Albéric, qui nous a ainsi ouvert les portes du domaine Voge pour que nous puissions connaître ce qui fait le fruit de notre passion : de la vigne au vin. Merci Albéric, et c’est avec plaisir que nous lui offrons une bouteille d’une autre région, un Meursault 2004 de Jean-François COCHE-DURY. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040617.JPG][/url][/center] A l’issue de la première séance il nous avait dit « Le vin c’est la convivialité » et c’est bien ainsi que toute cette saison s’est déroulée. On ne pouvait pas finir sans une superbe dégustation, Laurent avait proposé appellations prestigieuses, j’avais rajouté millénaire précédent… Les voilà, avant les commentaires, et nous nous sommes régalés et bien décidés à ne pas en rester là. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040626.JPG][/url][/center] Jean-Louis pour LPV Rhône [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château Rayas 1999[/color][/b] Le nez est fumé, sur les fruits jaunes, une pointe vanillée, l’amande. La bouche est très grasse mais l’équilibre superbe, d’une grande fraîcheur buccale. Bonne longueur. Un vin sudiste en bouche mais à l’équilibre plus nordiste. Décidément mon second rayas blanc fait que c’est le Chateauneuf blanc que j’apprécie le plus au vieillissement. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Nez minéral sur la coquille d'huître et les fruits blancs. La bouche fraîche développe de beaux arômes citronnés, tout en finesse, où l'on retrouve le chèvrefeuille. C'est gras sans être lourd. Belle finale anisée terminant sur des notes d'élevage (beurre) déjà bien intégrées. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château de Beaucastel 1998[/color][/b] Le nez est sur le miel, l’encaustique, la cire d’abeille, la mirabelle. La bouche est très grasse, très mielleuse, moins aérienne que le précédent mais l’équilibre est respecté. La bouche possède plus d’ampleur et se termine par une jolie finale saline malgré une pointe d’alcool. Le meilleur Beaucastel blanc que j’ai bu sans note d’oxydation. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe or et pointe oxydative au nez, complétée par des fruits jaunes bien mûrs, notamment l'abricot. Il me rappelle celui d'une vieille Marestel ou d'une vieille roussane. La richesse du nez peut nous emmener vers un vin ayant des sucres. La bouche est riche, sur le coing, les écorces d'agrumes confites, complétée par de délicates touches de fleurs d'oranger et de safran. Il y a de la fraîcheur malgré un ensemble déjà patiné, encaustique. La rétro miellée conclue la belle finale d'un vin déjà très gourmand. [b]Très bien +[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Palette Château Simone 1994[/color][/b] Le nez embaume le miel avec une pointe d’hydrocarbure, l’encaustique, le touty très exubérant car très ouvert. Aucune note d’élevage perceptible. La bouche est grasse, riche, de grande ampleur avec une fraîcheur singulière alors même que le miel est toujours présent. Longue finale qui persiste longtemps. Un formidable Simone qui montre qu’il est impératif d’attendre ce blanc. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Robe claire, tirant sur le vert et nez discret, quelques notes d'hydrocarbures. Le pamplemousse domine une bouche fluide, où fraicheur et belle acidité se conjuguent. Manque peut être un peu de complexité. Bonne longueur pour un vin qui ne fait pas son âge et peut encore tenir la garde. [b]Bien ++[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Chateauneuf du Pape Domaine Henri Bonneau « Réserve des Célestins » 1970[/b][/color] Passé une note de réduction, le nez se développe sur des arômes de framboise, de griotte, d’orange amère, de viande, de sang de bœuf et d’épices. Très beau nez complexe. En bouche, c’est la structure du vin qui domine mais le charme du nez s’est évaporé, dominé qu’il est par une acidité marquée. On note toutefois des fruits rouges acidulés, une pointe d’alcool malgré une finale de bonne longueur. Le vin est loin d’être mort mais il a clairement dépassé son apogée pour le plaisir procuré en bouche, sur cette bouteille. Respect néanmoins. Merci Jean-Louis. [b]Bien +[/b] (Laurent) La robe rubis présente une légère turbidité et annonce un vieux vin. Le nez animal, de sous-bois est relayé par une bouche acidulée sur la griotte, le kirsh. Manque un peu de peps et de longueur. On sent le poids des années mais la finesse et l'élégance de l'ensemble sont remarquables. Il n'attendait que son gibier à plume pour s'envoler. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Corton Domaine Bonneau du Martray 1996[/b][/color] Le nez présente beaucoup de finesse sur des arômes de bonbon, de caramel, un aspect floral et végétal puis mentholé à l’aération. La bouche est gourmande, bien équilibrée malgré une acidité sensible, encore assez tannique. Cela manque un peu d’ampleur et la finale est un peu dure. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Robe soutenue pour le cépage et l'âge, nez sur la réglisse et le menthol. La bouche est fine, la trame serrée, où ressortent la minéralité du terroir et des notes légèrement fumées. Assez bonne longueur. Vin pas vraiment typé Pinot quoique très élégant. L'ensemble est déjà bien fondu, difficile de dire s'il gagnera à vieillir encore. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Barolo Domaine Elio Grasso ‘Casa Maté » 1998[/b][/color] Le nez est dominé par l’alcool et les fruits noirs. La bouche est puissante, encore tannique, sans lourdeur, le vin conjugue un côté massif et aérien conjugué et est soutenu par une acidité bienvenue. Belle finale persistante sur les fruits rouges. Un vin encore bien jeune. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe sombre, nez jeune et puissant, où l'alcool ressort un peu, qui peut nous emmnener vers une syrah pour son côté violette. La bouche chaleureuse confirme avec d'énormes tannins, où l'on décèle les fruits rouges, les épices et la garrigue. Ce côté sudiste nous amène vers un Mourvèdre voire un Tannat dans sa jeunesse. C'est trop jeune à ce stade, à attendre patiemment car beau potentiel. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux du Languedoc Domaine Peyre Rose « Clos des Cistes » 1996[/color][/b] Le nez est terreux (verre de terre et huître pour Albéric, ça c’est fait !) ; sur les fruits noirs, une pointe d’alcool puis évolue à l’aération sur des notes de tabac , d’épices, de réglisse, un côté floral et une sensation de sucrosité. C’est très fin. La bouche est enrobée, possède de la gourmandise mais reste un peu chaleureuse et encore tannique malgré une belle finale. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Nez discrètement fumé, légèrement animal, épicé, volumineux. La bouche présente une mache fine, une sucrosité suffisante pour être agréable. Les fruits noirs et le zan régalent au milieu de tannins encore présents. Il reste une pointe chaleureuse au milieu de cette puissance mais tout cela devrait pouvoir se fondre. Très belle longueur. Devrait se bonifier encore sur 5 ans. [b]Très bien (+)[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux D’Aix Domaine de Trevallon 1990[/color][/b] Le nez est très floral, végétal (cabernet), puis une pointe animale et de confiture de prune au second nez. La bouche est ronde avec une pointe de sucrosité bienvenue qui rend le vin diablement gourmand. La Bouche possède encore beaucoup de corps sur des arômes de fruits noirs confiturés. Fabuleuse finale de grande longueur. Le plus grand Trevallon qu’il m’ait été donné de déguster. [b]Très Bien +/Excellent[/b] (Laurent) Superbe nez sur le cèdre, les épices, le cuir et les fruits mûrs. La bouche est un régal d'équilibre, où se mêlent tellement d'éléments qu'ils finissent par n'en faire qu'un, ponctué d'une légère sucrosité. Tout cela s'achève sur une finale gourmande de fruits rouges et noirs confiturés, une rétro sur la marmelade de fraise. Il ne manque que la truffe pour atteindre la perfection mais je l'aime d'amour. Un grand vin à maturité et qui devrait encore le rester encore longtemps. [b]Excellent[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Chateauneuf du Pape Domaine Lucien Barrot 1981[/color][/b] Le vin s’ouvre sur un nez de sous-bois, de mousseron, une pointe animale, c’est chaleureux sur les épices douces et la terre humide. La bouche est fortement glycérinée sur la cerise à l’eau de vin. C’est gourmand malgré un alcool présent. Un vin de caractère à la longue finale toujours dans son plateau de maturité. Impressionnant. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Nez sur le pruneau, la figue et une pointe d'alcool. La trame est large, le milieu de bouche est solide, un peu de cacao amer et l'on enchaîne sur une longueur soutenue. Vin d'une jeunesse insolente pour ce trentenaire. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Bonnezeaux Domaine des Petits Quarts « Le Malabé 1ère trie » 1997[/color][/b] Le nez est très botrytisé, sur les fruits exotiques (litchi, mangue), la confiture d’orange. La bouche est imposante en sucre, on est sur un gros liquoreux encore très rôti, sur le sirop de miel. Bonne finale soutenue par une acidité perceptible qui facilite la dégustation. Un vin encore à attendre impérativement qui va traverser les décennies. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe dorée et nez sur les fruits exotiques, en ressortent l'ananas et la mangue, le litchi et une pointe de menthol. La bouche, grasse, est exubérante, rôtie, suave et présente une fraîcheur qui équilibre les gros sucres. Le caramel et le turron réhaussent un ensemble déjà très gourmand. A attendre longtemps. [b]Très bien +[/b] (Christophe)[img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040574.JPG][/url]

De l’autre les baies qu’une vis sans fin amène dans un gros tuyau, où les grains sont dirigés dans la cuve à plafond mobile (1200 litres de capacité)
[/url][/center] Dernière étape : quelques bacs non égrappés pour former un « chapeau » pendant la fermentation, et donner quelques arômes supplémentaires. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040584.JPG][/url][/center] La cuve est maintenant remplie, peut-être même trop remplie car la fermentation va faire augmenter le volume. A Albéric d’organiser les délestages ! C’est maintenant parti pour 15 jours à 3 semaines de macération avant le décuvage que nous viendrons suivre, puis environ 14/15 mois d’élevage. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040604.JPG][/url][/center] Et là, surprise : notre première dégustation du Saint joseph 2009, qui ravit tout le monde. C’est bon, sucré bien sur, sur des notes framboisées… nous sommes contents ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/VINNOUVEAU.JPG][/url][/center] Patrice teste la vendange avec le réfractomètre : 12°9, c’est bien. Le vin devrait être parfumé, et ne pas avoir trop d’alcool est plutôt un avantage. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040598.JPG][/url][/center] On goûte même le Côtes du Rhône ramassé deux jours plus tôt, ce qui donne déjà lieu à discussions… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040609.JPG][/url][/center] De retour dans la salle de dégustation, Alain Voge nous fait le plaisir de rester un moment avec nous, goûte les blancs et commence les rouges… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040612.JPG][/url][/center] C’est que du bonheur, n’est-ce pas Christophe ? [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040613.JPG][/url][/center] La dégustation reprend son cours, un grand et beau moment de partage et d’échange [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040614.JPG][/url][/center] C’est facile, il suffit de ne pas se prendre la tête, encore qu’on puisse parfois se poser des questions ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040615.JPG][/url][/center] On ne remerciera jamais assez Albéric, qui nous a ainsi ouvert les portes du domaine Voge pour que nous puissions connaître ce qui fait le fruit de notre passion : de la vigne au vin. Merci Albéric, et c’est avec plaisir que nous lui offrons une bouteille d’une autre région, un Meursault 2004 de Jean-François COCHE-DURY. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040617.JPG][/url][/center] A l’issue de la première séance il nous avait dit « Le vin c’est la convivialité » et c’est bien ainsi que toute cette saison s’est déroulée. On ne pouvait pas finir sans une superbe dégustation, Laurent avait proposé appellations prestigieuses, j’avais rajouté millénaire précédent… Les voilà, avant les commentaires, et nous nous sommes régalés et bien décidés à ne pas en rester là. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040626.JPG][/url][/center] Jean-Louis pour LPV Rhône [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château Rayas 1999[/color][/b] Le nez est fumé, sur les fruits jaunes, une pointe vanillée, l’amande. La bouche est très grasse mais l’équilibre superbe, d’une grande fraîcheur buccale. Bonne longueur. Un vin sudiste en bouche mais à l’équilibre plus nordiste. Décidément mon second rayas blanc fait que c’est le Chateauneuf blanc que j’apprécie le plus au vieillissement. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Nez minéral sur la coquille d'huître et les fruits blancs. La bouche fraîche développe de beaux arômes citronnés, tout en finesse, où l'on retrouve le chèvrefeuille. C'est gras sans être lourd. Belle finale anisée terminant sur des notes d'élevage (beurre) déjà bien intégrées. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château de Beaucastel 1998[/color][/b] Le nez est sur le miel, l’encaustique, la cire d’abeille, la mirabelle. La bouche est très grasse, très mielleuse, moins aérienne que le précédent mais l’équilibre est respecté. La bouche possède plus d’ampleur et se termine par une jolie finale saline malgré une pointe d’alcool. Le meilleur Beaucastel blanc que j’ai bu sans note d’oxydation. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe or et pointe oxydative au nez, complétée par des fruits jaunes bien mûrs, notamment l'abricot. Il me rappelle celui d'une vieille Marestel ou d'une vieille roussane. La richesse du nez peut nous emmener vers un vin ayant des sucres. La bouche est riche, sur le coing, les écorces d'agrumes confites, complétée par de délicates touches de fleurs d'oranger et de safran. Il y a de la fraîcheur malgré un ensemble déjà patiné, encaustique. La rétro miellée conclue la belle finale d'un vin déjà très gourmand. [b]Très bien +[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Palette Château Simone 1994[/color][/b] Le nez embaume le miel avec une pointe d’hydrocarbure, l’encaustique, le touty très exubérant car très ouvert. Aucune note d’élevage perceptible. La bouche est grasse, riche, de grande ampleur avec une fraîcheur singulière alors même que le miel est toujours présent. Longue finale qui persiste longtemps. Un formidable Simone qui montre qu’il est impératif d’attendre ce blanc. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Robe claire, tirant sur le vert et nez discret, quelques notes d'hydrocarbures. Le pamplemousse domine une bouche fluide, où fraicheur et belle acidité se conjuguent. Manque peut être un peu de complexité. Bonne longueur pour un vin qui ne fait pas son âge et peut encore tenir la garde. [b]Bien ++[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Chateauneuf du Pape Domaine Henri Bonneau « Réserve des Célestins » 1970[/b][/color] Passé une note de réduction, le nez se développe sur des arômes de framboise, de griotte, d’orange amère, de viande, de sang de bœuf et d’épices. Très beau nez complexe. En bouche, c’est la structure du vin qui domine mais le charme du nez s’est évaporé, dominé qu’il est par une acidité marquée. On note toutefois des fruits rouges acidulés, une pointe d’alcool malgré une finale de bonne longueur. Le vin est loin d’être mort mais il a clairement dépassé son apogée pour le plaisir procuré en bouche, sur cette bouteille. Respect néanmoins. Merci Jean-Louis. [b]Bien +[/b] (Laurent) La robe rubis présente une légère turbidité et annonce un vieux vin. Le nez animal, de sous-bois est relayé par une bouche acidulée sur la griotte, le kirsh. Manque un peu de peps et de longueur. On sent le poids des années mais la finesse et l'élégance de l'ensemble sont remarquables. Il n'attendait que son gibier à plume pour s'envoler. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Corton Domaine Bonneau du Martray 1996[/b][/color] Le nez présente beaucoup de finesse sur des arômes de bonbon, de caramel, un aspect floral et végétal puis mentholé à l’aération. La bouche est gourmande, bien équilibrée malgré une acidité sensible, encore assez tannique. Cela manque un peu d’ampleur et la finale est un peu dure. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Robe soutenue pour le cépage et l'âge, nez sur la réglisse et le menthol. La bouche est fine, la trame serrée, où ressortent la minéralité du terroir et des notes légèrement fumées. Assez bonne longueur. Vin pas vraiment typé Pinot quoique très élégant. L'ensemble est déjà bien fondu, difficile de dire s'il gagnera à vieillir encore. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Barolo Domaine Elio Grasso ‘Casa Maté » 1998[/b][/color] Le nez est dominé par l’alcool et les fruits noirs. La bouche est puissante, encore tannique, sans lourdeur, le vin conjugue un côté massif et aérien conjugué et est soutenu par une acidité bienvenue. Belle finale persistante sur les fruits rouges. Un vin encore bien jeune. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe sombre, nez jeune et puissant, où l'alcool ressort un peu, qui peut nous emmnener vers une syrah pour son côté violette. La bouche chaleureuse confirme avec d'énormes tannins, où l'on décèle les fruits rouges, les épices et la garrigue. Ce côté sudiste nous amène vers un Mourvèdre voire un Tannat dans sa jeunesse. C'est trop jeune à ce stade, à attendre patiemment car beau potentiel. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux du Languedoc Domaine Peyre Rose « Clos des Cistes » 1996[/color][/b] Le nez est terreux (verre de terre et huître pour Albéric, ça c’est fait !) ; sur les fruits noirs, une pointe d’alcool puis évolue à l’aération sur des notes de tabac , d’épices, de réglisse, un côté floral et une sensation de sucrosité. C’est très fin. La bouche est enrobée, possède de la gourmandise mais reste un peu chaleureuse et encore tannique malgré une belle finale. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Nez discrètement fumé, légèrement animal, épicé, volumineux. La bouche présente une mache fine, une sucrosité suffisante pour être agréable. Les fruits noirs et le zan régalent au milieu de tannins encore présents. Il reste une pointe chaleureuse au milieu de cette puissance mais tout cela devrait pouvoir se fondre. Très belle longueur. Devrait se bonifier encore sur 5 ans. [b]Très bien (+)[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux D’Aix Domaine de Trevallon 1990[/color][/b] Le nez est très floral, végétal (cabernet), puis une pointe animale et de confiture de prune au second nez. La bouche est ronde avec une pointe de sucrosité bienvenue qui rend le vin diablement gourmand. La Bouche possède encore beaucoup de corps sur des arômes de fruits noirs confiturés. Fabuleuse finale de grande longueur. Le plus grand Trevallon qu’il m’ait été donné de déguster. [b]Très Bien +/Excellent[/b] (Laurent) Superbe nez sur le cèdre, les épices, le cuir et les fruits mûrs. La bouche est un régal d'équilibre, où se mêlent tellement d'éléments qu'ils finissent par n'en faire qu'un, ponctué d'une légère sucrosité. Tout cela s'achève sur une finale gourmande de fruits rouges et noirs confiturés, une rétro sur la marmelade de fraise. Il ne manque que la truffe pour atteindre la perfection mais je l'aime d'amour. Un grand vin à maturité et qui devrait encore le rester encore longtemps. [b]Excellent[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Chateauneuf du Pape Domaine Lucien Barrot 1981[/color][/b] Le vin s’ouvre sur un nez de sous-bois, de mousseron, une pointe animale, c’est chaleureux sur les épices douces et la terre humide. La bouche est fortement glycérinée sur la cerise à l’eau de vin. C’est gourmand malgré un alcool présent. Un vin de caractère à la longue finale toujours dans son plateau de maturité. Impressionnant. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Nez sur le pruneau, la figue et une pointe d'alcool. La trame est large, le milieu de bouche est solide, un peu de cacao amer et l'on enchaîne sur une longueur soutenue. Vin d'une jeunesse insolente pour ce trentenaire. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Bonnezeaux Domaine des Petits Quarts « Le Malabé 1ère trie » 1997[/color][/b] Le nez est très botrytisé, sur les fruits exotiques (litchi, mangue), la confiture d’orange. La bouche est imposante en sucre, on est sur un gros liquoreux encore très rôti, sur le sirop de miel. Bonne finale soutenue par une acidité perceptible qui facilite la dégustation. Un vin encore à attendre impérativement qui va traverser les décennies. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe dorée et nez sur les fruits exotiques, en ressortent l'ananas et la mangue, le litchi et une pointe de menthol. La bouche, grasse, est exubérante, rôtie, suave et présente une fraîcheur qui équilibre les gros sucres. Le caramel et le turron réhaussent un ensemble déjà très gourmand. A attendre longtemps. [b]Très bien +[/b] (Christophe)[img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040578.JPG][/url]

Dernière étape : quelques bacs non égrappés pour former un « chapeau » pendant la fermentation, et donner quelques arômes supplémentaires.
[/url][/center] La cuve est maintenant remplie, peut-être même trop remplie car la fermentation va faire augmenter le volume. A Albéric d’organiser les délestages ! C’est maintenant parti pour 15 jours à 3 semaines de macération avant le décuvage que nous viendrons suivre, puis environ 14/15 mois d’élevage. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040604.JPG][/url][/center] Et là, surprise : notre première dégustation du Saint joseph 2009, qui ravit tout le monde. C’est bon, sucré bien sur, sur des notes framboisées… nous sommes contents ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/VINNOUVEAU.JPG][/url][/center] Patrice teste la vendange avec le réfractomètre : 12°9, c’est bien. Le vin devrait être parfumé, et ne pas avoir trop d’alcool est plutôt un avantage. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040598.JPG][/url][/center] On goûte même le Côtes du Rhône ramassé deux jours plus tôt, ce qui donne déjà lieu à discussions… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040609.JPG][/url][/center] De retour dans la salle de dégustation, Alain Voge nous fait le plaisir de rester un moment avec nous, goûte les blancs et commence les rouges… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040612.JPG][/url][/center] C’est que du bonheur, n’est-ce pas Christophe ? [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040613.JPG][/url][/center] La dégustation reprend son cours, un grand et beau moment de partage et d’échange [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040614.JPG][/url][/center] C’est facile, il suffit de ne pas se prendre la tête, encore qu’on puisse parfois se poser des questions ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040615.JPG][/url][/center] On ne remerciera jamais assez Albéric, qui nous a ainsi ouvert les portes du domaine Voge pour que nous puissions connaître ce qui fait le fruit de notre passion : de la vigne au vin. Merci Albéric, et c’est avec plaisir que nous lui offrons une bouteille d’une autre région, un Meursault 2004 de Jean-François COCHE-DURY. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040617.JPG][/url][/center] A l’issue de la première séance il nous avait dit « Le vin c’est la convivialité » et c’est bien ainsi que toute cette saison s’est déroulée. On ne pouvait pas finir sans une superbe dégustation, Laurent avait proposé appellations prestigieuses, j’avais rajouté millénaire précédent… Les voilà, avant les commentaires, et nous nous sommes régalés et bien décidés à ne pas en rester là. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040626.JPG][/url][/center] Jean-Louis pour LPV Rhône [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château Rayas 1999[/color][/b] Le nez est fumé, sur les fruits jaunes, une pointe vanillée, l’amande. La bouche est très grasse mais l’équilibre superbe, d’une grande fraîcheur buccale. Bonne longueur. Un vin sudiste en bouche mais à l’équilibre plus nordiste. Décidément mon second rayas blanc fait que c’est le Chateauneuf blanc que j’apprécie le plus au vieillissement. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Nez minéral sur la coquille d'huître et les fruits blancs. La bouche fraîche développe de beaux arômes citronnés, tout en finesse, où l'on retrouve le chèvrefeuille. C'est gras sans être lourd. Belle finale anisée terminant sur des notes d'élevage (beurre) déjà bien intégrées. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château de Beaucastel 1998[/color][/b] Le nez est sur le miel, l’encaustique, la cire d’abeille, la mirabelle. La bouche est très grasse, très mielleuse, moins aérienne que le précédent mais l’équilibre est respecté. La bouche possède plus d’ampleur et se termine par une jolie finale saline malgré une pointe d’alcool. Le meilleur Beaucastel blanc que j’ai bu sans note d’oxydation. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe or et pointe oxydative au nez, complétée par des fruits jaunes bien mûrs, notamment l'abricot. Il me rappelle celui d'une vieille Marestel ou d'une vieille roussane. La richesse du nez peut nous emmener vers un vin ayant des sucres. La bouche est riche, sur le coing, les écorces d'agrumes confites, complétée par de délicates touches de fleurs d'oranger et de safran. Il y a de la fraîcheur malgré un ensemble déjà patiné, encaustique. La rétro miellée conclue la belle finale d'un vin déjà très gourmand. [b]Très bien +[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Palette Château Simone 1994[/color][/b] Le nez embaume le miel avec une pointe d’hydrocarbure, l’encaustique, le touty très exubérant car très ouvert. Aucune note d’élevage perceptible. La bouche est grasse, riche, de grande ampleur avec une fraîcheur singulière alors même que le miel est toujours présent. Longue finale qui persiste longtemps. Un formidable Simone qui montre qu’il est impératif d’attendre ce blanc. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Robe claire, tirant sur le vert et nez discret, quelques notes d'hydrocarbures. Le pamplemousse domine une bouche fluide, où fraicheur et belle acidité se conjuguent. Manque peut être un peu de complexité. Bonne longueur pour un vin qui ne fait pas son âge et peut encore tenir la garde. [b]Bien ++[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Chateauneuf du Pape Domaine Henri Bonneau « Réserve des Célestins » 1970[/b][/color] Passé une note de réduction, le nez se développe sur des arômes de framboise, de griotte, d’orange amère, de viande, de sang de bœuf et d’épices. Très beau nez complexe. En bouche, c’est la structure du vin qui domine mais le charme du nez s’est évaporé, dominé qu’il est par une acidité marquée. On note toutefois des fruits rouges acidulés, une pointe d’alcool malgré une finale de bonne longueur. Le vin est loin d’être mort mais il a clairement dépassé son apogée pour le plaisir procuré en bouche, sur cette bouteille. Respect néanmoins. Merci Jean-Louis. [b]Bien +[/b] (Laurent) La robe rubis présente une légère turbidité et annonce un vieux vin. Le nez animal, de sous-bois est relayé par une bouche acidulée sur la griotte, le kirsh. Manque un peu de peps et de longueur. On sent le poids des années mais la finesse et l'élégance de l'ensemble sont remarquables. Il n'attendait que son gibier à plume pour s'envoler. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Corton Domaine Bonneau du Martray 1996[/b][/color] Le nez présente beaucoup de finesse sur des arômes de bonbon, de caramel, un aspect floral et végétal puis mentholé à l’aération. La bouche est gourmande, bien équilibrée malgré une acidité sensible, encore assez tannique. Cela manque un peu d’ampleur et la finale est un peu dure. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Robe soutenue pour le cépage et l'âge, nez sur la réglisse et le menthol. La bouche est fine, la trame serrée, où ressortent la minéralité du terroir et des notes légèrement fumées. Assez bonne longueur. Vin pas vraiment typé Pinot quoique très élégant. L'ensemble est déjà bien fondu, difficile de dire s'il gagnera à vieillir encore. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Barolo Domaine Elio Grasso ‘Casa Maté » 1998[/b][/color] Le nez est dominé par l’alcool et les fruits noirs. La bouche est puissante, encore tannique, sans lourdeur, le vin conjugue un côté massif et aérien conjugué et est soutenu par une acidité bienvenue. Belle finale persistante sur les fruits rouges. Un vin encore bien jeune. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe sombre, nez jeune et puissant, où l'alcool ressort un peu, qui peut nous emmnener vers une syrah pour son côté violette. La bouche chaleureuse confirme avec d'énormes tannins, où l'on décèle les fruits rouges, les épices et la garrigue. Ce côté sudiste nous amène vers un Mourvèdre voire un Tannat dans sa jeunesse. C'est trop jeune à ce stade, à attendre patiemment car beau potentiel. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux du Languedoc Domaine Peyre Rose « Clos des Cistes » 1996[/color][/b] Le nez est terreux (verre de terre et huître pour Albéric, ça c’est fait !) ; sur les fruits noirs, une pointe d’alcool puis évolue à l’aération sur des notes de tabac , d’épices, de réglisse, un côté floral et une sensation de sucrosité. C’est très fin. La bouche est enrobée, possède de la gourmandise mais reste un peu chaleureuse et encore tannique malgré une belle finale. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Nez discrètement fumé, légèrement animal, épicé, volumineux. La bouche présente une mache fine, une sucrosité suffisante pour être agréable. Les fruits noirs et le zan régalent au milieu de tannins encore présents. Il reste une pointe chaleureuse au milieu de cette puissance mais tout cela devrait pouvoir se fondre. Très belle longueur. Devrait se bonifier encore sur 5 ans. [b]Très bien (+)[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux D’Aix Domaine de Trevallon 1990[/color][/b] Le nez est très floral, végétal (cabernet), puis une pointe animale et de confiture de prune au second nez. La bouche est ronde avec une pointe de sucrosité bienvenue qui rend le vin diablement gourmand. La Bouche possède encore beaucoup de corps sur des arômes de fruits noirs confiturés. Fabuleuse finale de grande longueur. Le plus grand Trevallon qu’il m’ait été donné de déguster. [b]Très Bien +/Excellent[/b] (Laurent) Superbe nez sur le cèdre, les épices, le cuir et les fruits mûrs. La bouche est un régal d'équilibre, où se mêlent tellement d'éléments qu'ils finissent par n'en faire qu'un, ponctué d'une légère sucrosité. Tout cela s'achève sur une finale gourmande de fruits rouges et noirs confiturés, une rétro sur la marmelade de fraise. Il ne manque que la truffe pour atteindre la perfection mais je l'aime d'amour. Un grand vin à maturité et qui devrait encore le rester encore longtemps. [b]Excellent[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Chateauneuf du Pape Domaine Lucien Barrot 1981[/color][/b] Le vin s’ouvre sur un nez de sous-bois, de mousseron, une pointe animale, c’est chaleureux sur les épices douces et la terre humide. La bouche est fortement glycérinée sur la cerise à l’eau de vin. C’est gourmand malgré un alcool présent. Un vin de caractère à la longue finale toujours dans son plateau de maturité. Impressionnant. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Nez sur le pruneau, la figue et une pointe d'alcool. La trame est large, le milieu de bouche est solide, un peu de cacao amer et l'on enchaîne sur une longueur soutenue. Vin d'une jeunesse insolente pour ce trentenaire. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Bonnezeaux Domaine des Petits Quarts « Le Malabé 1ère trie » 1997[/color][/b] Le nez est très botrytisé, sur les fruits exotiques (litchi, mangue), la confiture d’orange. La bouche est imposante en sucre, on est sur un gros liquoreux encore très rôti, sur le sirop de miel. Bonne finale soutenue par une acidité perceptible qui facilite la dégustation. Un vin encore à attendre impérativement qui va traverser les décennies. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe dorée et nez sur les fruits exotiques, en ressortent l'ananas et la mangue, le litchi et une pointe de menthol. La bouche, grasse, est exubérante, rôtie, suave et présente une fraîcheur qui équilibre les gros sucres. Le caramel et le turron réhaussent un ensemble déjà très gourmand. A attendre longtemps. [b]Très bien +[/b] (Christophe)[img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040584.JPG][/url]

La cuve est maintenant remplie, peut-être même trop remplie car la fermentation va faire augmenter le volume. A Albéric d’organiser les délestages !
C’est maintenant parti pour 15 jours à 3 semaines de macération avant le décuvage que nous viendrons suivre, puis environ 14/15 mois d’élevage.
[/url][/center] Et là, surprise : notre première dégustation du Saint joseph 2009, qui ravit tout le monde. C’est bon, sucré bien sur, sur des notes framboisées… nous sommes contents ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/VINNOUVEAU.JPG][/url][/center] Patrice teste la vendange avec le réfractomètre : 12°9, c’est bien. Le vin devrait être parfumé, et ne pas avoir trop d’alcool est plutôt un avantage. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040598.JPG][/url][/center] On goûte même le Côtes du Rhône ramassé deux jours plus tôt, ce qui donne déjà lieu à discussions… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040609.JPG][/url][/center] De retour dans la salle de dégustation, Alain Voge nous fait le plaisir de rester un moment avec nous, goûte les blancs et commence les rouges… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040612.JPG][/url][/center] C’est que du bonheur, n’est-ce pas Christophe ? [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040613.JPG][/url][/center] La dégustation reprend son cours, un grand et beau moment de partage et d’échange [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040614.JPG][/url][/center] C’est facile, il suffit de ne pas se prendre la tête, encore qu’on puisse parfois se poser des questions ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040615.JPG][/url][/center] On ne remerciera jamais assez Albéric, qui nous a ainsi ouvert les portes du domaine Voge pour que nous puissions connaître ce qui fait le fruit de notre passion : de la vigne au vin. Merci Albéric, et c’est avec plaisir que nous lui offrons une bouteille d’une autre région, un Meursault 2004 de Jean-François COCHE-DURY. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040617.JPG][/url][/center] A l’issue de la première séance il nous avait dit « Le vin c’est la convivialité » et c’est bien ainsi que toute cette saison s’est déroulée. On ne pouvait pas finir sans une superbe dégustation, Laurent avait proposé appellations prestigieuses, j’avais rajouté millénaire précédent… Les voilà, avant les commentaires, et nous nous sommes régalés et bien décidés à ne pas en rester là. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040626.JPG][/url][/center] Jean-Louis pour LPV Rhône [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château Rayas 1999[/color][/b] Le nez est fumé, sur les fruits jaunes, une pointe vanillée, l’amande. La bouche est très grasse mais l’équilibre superbe, d’une grande fraîcheur buccale. Bonne longueur. Un vin sudiste en bouche mais à l’équilibre plus nordiste. Décidément mon second rayas blanc fait que c’est le Chateauneuf blanc que j’apprécie le plus au vieillissement. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Nez minéral sur la coquille d'huître et les fruits blancs. La bouche fraîche développe de beaux arômes citronnés, tout en finesse, où l'on retrouve le chèvrefeuille. C'est gras sans être lourd. Belle finale anisée terminant sur des notes d'élevage (beurre) déjà bien intégrées. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château de Beaucastel 1998[/color][/b] Le nez est sur le miel, l’encaustique, la cire d’abeille, la mirabelle. La bouche est très grasse, très mielleuse, moins aérienne que le précédent mais l’équilibre est respecté. La bouche possède plus d’ampleur et se termine par une jolie finale saline malgré une pointe d’alcool. Le meilleur Beaucastel blanc que j’ai bu sans note d’oxydation. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe or et pointe oxydative au nez, complétée par des fruits jaunes bien mûrs, notamment l'abricot. Il me rappelle celui d'une vieille Marestel ou d'une vieille roussane. La richesse du nez peut nous emmener vers un vin ayant des sucres. La bouche est riche, sur le coing, les écorces d'agrumes confites, complétée par de délicates touches de fleurs d'oranger et de safran. Il y a de la fraîcheur malgré un ensemble déjà patiné, encaustique. La rétro miellée conclue la belle finale d'un vin déjà très gourmand. [b]Très bien +[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Palette Château Simone 1994[/color][/b] Le nez embaume le miel avec une pointe d’hydrocarbure, l’encaustique, le touty très exubérant car très ouvert. Aucune note d’élevage perceptible. La bouche est grasse, riche, de grande ampleur avec une fraîcheur singulière alors même que le miel est toujours présent. Longue finale qui persiste longtemps. Un formidable Simone qui montre qu’il est impératif d’attendre ce blanc. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Robe claire, tirant sur le vert et nez discret, quelques notes d'hydrocarbures. Le pamplemousse domine une bouche fluide, où fraicheur et belle acidité se conjuguent. Manque peut être un peu de complexité. Bonne longueur pour un vin qui ne fait pas son âge et peut encore tenir la garde. [b]Bien ++[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Chateauneuf du Pape Domaine Henri Bonneau « Réserve des Célestins » 1970[/b][/color] Passé une note de réduction, le nez se développe sur des arômes de framboise, de griotte, d’orange amère, de viande, de sang de bœuf et d’épices. Très beau nez complexe. En bouche, c’est la structure du vin qui domine mais le charme du nez s’est évaporé, dominé qu’il est par une acidité marquée. On note toutefois des fruits rouges acidulés, une pointe d’alcool malgré une finale de bonne longueur. Le vin est loin d’être mort mais il a clairement dépassé son apogée pour le plaisir procuré en bouche, sur cette bouteille. Respect néanmoins. Merci Jean-Louis. [b]Bien +[/b] (Laurent) La robe rubis présente une légère turbidité et annonce un vieux vin. Le nez animal, de sous-bois est relayé par une bouche acidulée sur la griotte, le kirsh. Manque un peu de peps et de longueur. On sent le poids des années mais la finesse et l'élégance de l'ensemble sont remarquables. Il n'attendait que son gibier à plume pour s'envoler. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Corton Domaine Bonneau du Martray 1996[/b][/color] Le nez présente beaucoup de finesse sur des arômes de bonbon, de caramel, un aspect floral et végétal puis mentholé à l’aération. La bouche est gourmande, bien équilibrée malgré une acidité sensible, encore assez tannique. Cela manque un peu d’ampleur et la finale est un peu dure. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Robe soutenue pour le cépage et l'âge, nez sur la réglisse et le menthol. La bouche est fine, la trame serrée, où ressortent la minéralité du terroir et des notes légèrement fumées. Assez bonne longueur. Vin pas vraiment typé Pinot quoique très élégant. L'ensemble est déjà bien fondu, difficile de dire s'il gagnera à vieillir encore. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Barolo Domaine Elio Grasso ‘Casa Maté » 1998[/b][/color] Le nez est dominé par l’alcool et les fruits noirs. La bouche est puissante, encore tannique, sans lourdeur, le vin conjugue un côté massif et aérien conjugué et est soutenu par une acidité bienvenue. Belle finale persistante sur les fruits rouges. Un vin encore bien jeune. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe sombre, nez jeune et puissant, où l'alcool ressort un peu, qui peut nous emmnener vers une syrah pour son côté violette. La bouche chaleureuse confirme avec d'énormes tannins, où l'on décèle les fruits rouges, les épices et la garrigue. Ce côté sudiste nous amène vers un Mourvèdre voire un Tannat dans sa jeunesse. C'est trop jeune à ce stade, à attendre patiemment car beau potentiel. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux du Languedoc Domaine Peyre Rose « Clos des Cistes » 1996[/color][/b] Le nez est terreux (verre de terre et huître pour Albéric, ça c’est fait !) ; sur les fruits noirs, une pointe d’alcool puis évolue à l’aération sur des notes de tabac , d’épices, de réglisse, un côté floral et une sensation de sucrosité. C’est très fin. La bouche est enrobée, possède de la gourmandise mais reste un peu chaleureuse et encore tannique malgré une belle finale. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Nez discrètement fumé, légèrement animal, épicé, volumineux. La bouche présente une mache fine, une sucrosité suffisante pour être agréable. Les fruits noirs et le zan régalent au milieu de tannins encore présents. Il reste une pointe chaleureuse au milieu de cette puissance mais tout cela devrait pouvoir se fondre. Très belle longueur. Devrait se bonifier encore sur 5 ans. [b]Très bien (+)[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux D’Aix Domaine de Trevallon 1990[/color][/b] Le nez est très floral, végétal (cabernet), puis une pointe animale et de confiture de prune au second nez. La bouche est ronde avec une pointe de sucrosité bienvenue qui rend le vin diablement gourmand. La Bouche possède encore beaucoup de corps sur des arômes de fruits noirs confiturés. Fabuleuse finale de grande longueur. Le plus grand Trevallon qu’il m’ait été donné de déguster. [b]Très Bien +/Excellent[/b] (Laurent) Superbe nez sur le cèdre, les épices, le cuir et les fruits mûrs. La bouche est un régal d'équilibre, où se mêlent tellement d'éléments qu'ils finissent par n'en faire qu'un, ponctué d'une légère sucrosité. Tout cela s'achève sur une finale gourmande de fruits rouges et noirs confiturés, une rétro sur la marmelade de fraise. Il ne manque que la truffe pour atteindre la perfection mais je l'aime d'amour. Un grand vin à maturité et qui devrait encore le rester encore longtemps. [b]Excellent[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Chateauneuf du Pape Domaine Lucien Barrot 1981[/color][/b] Le vin s’ouvre sur un nez de sous-bois, de mousseron, une pointe animale, c’est chaleureux sur les épices douces et la terre humide. La bouche est fortement glycérinée sur la cerise à l’eau de vin. C’est gourmand malgré un alcool présent. Un vin de caractère à la longue finale toujours dans son plateau de maturité. Impressionnant. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Nez sur le pruneau, la figue et une pointe d'alcool. La trame est large, le milieu de bouche est solide, un peu de cacao amer et l'on enchaîne sur une longueur soutenue. Vin d'une jeunesse insolente pour ce trentenaire. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Bonnezeaux Domaine des Petits Quarts « Le Malabé 1ère trie » 1997[/color][/b] Le nez est très botrytisé, sur les fruits exotiques (litchi, mangue), la confiture d’orange. La bouche est imposante en sucre, on est sur un gros liquoreux encore très rôti, sur le sirop de miel. Bonne finale soutenue par une acidité perceptible qui facilite la dégustation. Un vin encore à attendre impérativement qui va traverser les décennies. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe dorée et nez sur les fruits exotiques, en ressortent l'ananas et la mangue, le litchi et une pointe de menthol. La bouche, grasse, est exubérante, rôtie, suave et présente une fraîcheur qui équilibre les gros sucres. Le caramel et le turron réhaussent un ensemble déjà très gourmand. A attendre longtemps. [b]Très bien +[/b] (Christophe)[img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040604.JPG][/url]

Et là, surprise : notre première dégustation du Saint joseph 2009, qui ravit tout le monde. C’est bon, sucré bien sur, sur des notes framboisées… nous sommes contents !
[/url][/center] Patrice teste la vendange avec le réfractomètre : 12°9, c’est bien. Le vin devrait être parfumé, et ne pas avoir trop d’alcool est plutôt un avantage. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040598.JPG][/url][/center] On goûte même le Côtes du Rhône ramassé deux jours plus tôt, ce qui donne déjà lieu à discussions… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040609.JPG][/url][/center] De retour dans la salle de dégustation, Alain Voge nous fait le plaisir de rester un moment avec nous, goûte les blancs et commence les rouges… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040612.JPG][/url][/center] C’est que du bonheur, n’est-ce pas Christophe ? [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040613.JPG][/url][/center] La dégustation reprend son cours, un grand et beau moment de partage et d’échange [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040614.JPG][/url][/center] C’est facile, il suffit de ne pas se prendre la tête, encore qu’on puisse parfois se poser des questions ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040615.JPG][/url][/center] On ne remerciera jamais assez Albéric, qui nous a ainsi ouvert les portes du domaine Voge pour que nous puissions connaître ce qui fait le fruit de notre passion : de la vigne au vin. Merci Albéric, et c’est avec plaisir que nous lui offrons une bouteille d’une autre région, un Meursault 2004 de Jean-François COCHE-DURY. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040617.JPG][/url][/center] A l’issue de la première séance il nous avait dit « Le vin c’est la convivialité » et c’est bien ainsi que toute cette saison s’est déroulée. On ne pouvait pas finir sans une superbe dégustation, Laurent avait proposé appellations prestigieuses, j’avais rajouté millénaire précédent… Les voilà, avant les commentaires, et nous nous sommes régalés et bien décidés à ne pas en rester là. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040626.JPG][/url][/center] Jean-Louis pour LPV Rhône [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château Rayas 1999[/color][/b] Le nez est fumé, sur les fruits jaunes, une pointe vanillée, l’amande. La bouche est très grasse mais l’équilibre superbe, d’une grande fraîcheur buccale. Bonne longueur. Un vin sudiste en bouche mais à l’équilibre plus nordiste. Décidément mon second rayas blanc fait que c’est le Chateauneuf blanc que j’apprécie le plus au vieillissement. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Nez minéral sur la coquille d'huître et les fruits blancs. La bouche fraîche développe de beaux arômes citronnés, tout en finesse, où l'on retrouve le chèvrefeuille. C'est gras sans être lourd. Belle finale anisée terminant sur des notes d'élevage (beurre) déjà bien intégrées. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château de Beaucastel 1998[/color][/b] Le nez est sur le miel, l’encaustique, la cire d’abeille, la mirabelle. La bouche est très grasse, très mielleuse, moins aérienne que le précédent mais l’équilibre est respecté. La bouche possède plus d’ampleur et se termine par une jolie finale saline malgré une pointe d’alcool. Le meilleur Beaucastel blanc que j’ai bu sans note d’oxydation. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe or et pointe oxydative au nez, complétée par des fruits jaunes bien mûrs, notamment l'abricot. Il me rappelle celui d'une vieille Marestel ou d'une vieille roussane. La richesse du nez peut nous emmener vers un vin ayant des sucres. La bouche est riche, sur le coing, les écorces d'agrumes confites, complétée par de délicates touches de fleurs d'oranger et de safran. Il y a de la fraîcheur malgré un ensemble déjà patiné, encaustique. La rétro miellée conclue la belle finale d'un vin déjà très gourmand. [b]Très bien +[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Palette Château Simone 1994[/color][/b] Le nez embaume le miel avec une pointe d’hydrocarbure, l’encaustique, le touty très exubérant car très ouvert. Aucune note d’élevage perceptible. La bouche est grasse, riche, de grande ampleur avec une fraîcheur singulière alors même que le miel est toujours présent. Longue finale qui persiste longtemps. Un formidable Simone qui montre qu’il est impératif d’attendre ce blanc. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Robe claire, tirant sur le vert et nez discret, quelques notes d'hydrocarbures. Le pamplemousse domine une bouche fluide, où fraicheur et belle acidité se conjuguent. Manque peut être un peu de complexité. Bonne longueur pour un vin qui ne fait pas son âge et peut encore tenir la garde. [b]Bien ++[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Chateauneuf du Pape Domaine Henri Bonneau « Réserve des Célestins » 1970[/b][/color] Passé une note de réduction, le nez se développe sur des arômes de framboise, de griotte, d’orange amère, de viande, de sang de bœuf et d’épices. Très beau nez complexe. En bouche, c’est la structure du vin qui domine mais le charme du nez s’est évaporé, dominé qu’il est par une acidité marquée. On note toutefois des fruits rouges acidulés, une pointe d’alcool malgré une finale de bonne longueur. Le vin est loin d’être mort mais il a clairement dépassé son apogée pour le plaisir procuré en bouche, sur cette bouteille. Respect néanmoins. Merci Jean-Louis. [b]Bien +[/b] (Laurent) La robe rubis présente une légère turbidité et annonce un vieux vin. Le nez animal, de sous-bois est relayé par une bouche acidulée sur la griotte, le kirsh. Manque un peu de peps et de longueur. On sent le poids des années mais la finesse et l'élégance de l'ensemble sont remarquables. Il n'attendait que son gibier à plume pour s'envoler. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Corton Domaine Bonneau du Martray 1996[/b][/color] Le nez présente beaucoup de finesse sur des arômes de bonbon, de caramel, un aspect floral et végétal puis mentholé à l’aération. La bouche est gourmande, bien équilibrée malgré une acidité sensible, encore assez tannique. Cela manque un peu d’ampleur et la finale est un peu dure. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Robe soutenue pour le cépage et l'âge, nez sur la réglisse et le menthol. La bouche est fine, la trame serrée, où ressortent la minéralité du terroir et des notes légèrement fumées. Assez bonne longueur. Vin pas vraiment typé Pinot quoique très élégant. L'ensemble est déjà bien fondu, difficile de dire s'il gagnera à vieillir encore. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Barolo Domaine Elio Grasso ‘Casa Maté » 1998[/b][/color] Le nez est dominé par l’alcool et les fruits noirs. La bouche est puissante, encore tannique, sans lourdeur, le vin conjugue un côté massif et aérien conjugué et est soutenu par une acidité bienvenue. Belle finale persistante sur les fruits rouges. Un vin encore bien jeune. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe sombre, nez jeune et puissant, où l'alcool ressort un peu, qui peut nous emmnener vers une syrah pour son côté violette. La bouche chaleureuse confirme avec d'énormes tannins, où l'on décèle les fruits rouges, les épices et la garrigue. Ce côté sudiste nous amène vers un Mourvèdre voire un Tannat dans sa jeunesse. C'est trop jeune à ce stade, à attendre patiemment car beau potentiel. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux du Languedoc Domaine Peyre Rose « Clos des Cistes » 1996[/color][/b] Le nez est terreux (verre de terre et huître pour Albéric, ça c’est fait !) ; sur les fruits noirs, une pointe d’alcool puis évolue à l’aération sur des notes de tabac , d’épices, de réglisse, un côté floral et une sensation de sucrosité. C’est très fin. La bouche est enrobée, possède de la gourmandise mais reste un peu chaleureuse et encore tannique malgré une belle finale. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Nez discrètement fumé, légèrement animal, épicé, volumineux. La bouche présente une mache fine, une sucrosité suffisante pour être agréable. Les fruits noirs et le zan régalent au milieu de tannins encore présents. Il reste une pointe chaleureuse au milieu de cette puissance mais tout cela devrait pouvoir se fondre. Très belle longueur. Devrait se bonifier encore sur 5 ans. [b]Très bien (+)[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux D’Aix Domaine de Trevallon 1990[/color][/b] Le nez est très floral, végétal (cabernet), puis une pointe animale et de confiture de prune au second nez. La bouche est ronde avec une pointe de sucrosité bienvenue qui rend le vin diablement gourmand. La Bouche possède encore beaucoup de corps sur des arômes de fruits noirs confiturés. Fabuleuse finale de grande longueur. Le plus grand Trevallon qu’il m’ait été donné de déguster. [b]Très Bien +/Excellent[/b] (Laurent) Superbe nez sur le cèdre, les épices, le cuir et les fruits mûrs. La bouche est un régal d'équilibre, où se mêlent tellement d'éléments qu'ils finissent par n'en faire qu'un, ponctué d'une légère sucrosité. Tout cela s'achève sur une finale gourmande de fruits rouges et noirs confiturés, une rétro sur la marmelade de fraise. Il ne manque que la truffe pour atteindre la perfection mais je l'aime d'amour. Un grand vin à maturité et qui devrait encore le rester encore longtemps. [b]Excellent[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Chateauneuf du Pape Domaine Lucien Barrot 1981[/color][/b] Le vin s’ouvre sur un nez de sous-bois, de mousseron, une pointe animale, c’est chaleureux sur les épices douces et la terre humide. La bouche est fortement glycérinée sur la cerise à l’eau de vin. C’est gourmand malgré un alcool présent. Un vin de caractère à la longue finale toujours dans son plateau de maturité. Impressionnant. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Nez sur le pruneau, la figue et une pointe d'alcool. La trame est large, le milieu de bouche est solide, un peu de cacao amer et l'on enchaîne sur une longueur soutenue. Vin d'une jeunesse insolente pour ce trentenaire. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Bonnezeaux Domaine des Petits Quarts « Le Malabé 1ère trie » 1997[/color][/b] Le nez est très botrytisé, sur les fruits exotiques (litchi, mangue), la confiture d’orange. La bouche est imposante en sucre, on est sur un gros liquoreux encore très rôti, sur le sirop de miel. Bonne finale soutenue par une acidité perceptible qui facilite la dégustation. Un vin encore à attendre impérativement qui va traverser les décennies. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe dorée et nez sur les fruits exotiques, en ressortent l'ananas et la mangue, le litchi et une pointe de menthol. La bouche, grasse, est exubérante, rôtie, suave et présente une fraîcheur qui équilibre les gros sucres. Le caramel et le turron réhaussent un ensemble déjà très gourmand. A attendre longtemps. [b]Très bien +[/b] (Christophe)[img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/VINNOUVEAU.JPG][/url]

Patrice teste la vendange avec le réfractomètre : 12°9, c’est bien. Le vin devrait être parfumé, et ne pas avoir trop d’alcool est plutôt un avantage.
[/url][/center] On goûte même le Côtes du Rhône ramassé deux jours plus tôt, ce qui donne déjà lieu à discussions… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040609.JPG][/url][/center] De retour dans la salle de dégustation, Alain Voge nous fait le plaisir de rester un moment avec nous, goûte les blancs et commence les rouges… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040612.JPG][/url][/center] C’est que du bonheur, n’est-ce pas Christophe ? [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040613.JPG][/url][/center] La dégustation reprend son cours, un grand et beau moment de partage et d’échange [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040614.JPG][/url][/center] C’est facile, il suffit de ne pas se prendre la tête, encore qu’on puisse parfois se poser des questions ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040615.JPG][/url][/center] On ne remerciera jamais assez Albéric, qui nous a ainsi ouvert les portes du domaine Voge pour que nous puissions connaître ce qui fait le fruit de notre passion : de la vigne au vin. Merci Albéric, et c’est avec plaisir que nous lui offrons une bouteille d’une autre région, un Meursault 2004 de Jean-François COCHE-DURY. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040617.JPG][/url][/center] A l’issue de la première séance il nous avait dit « Le vin c’est la convivialité » et c’est bien ainsi que toute cette saison s’est déroulée. On ne pouvait pas finir sans une superbe dégustation, Laurent avait proposé appellations prestigieuses, j’avais rajouté millénaire précédent… Les voilà, avant les commentaires, et nous nous sommes régalés et bien décidés à ne pas en rester là. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040626.JPG][/url][/center] Jean-Louis pour LPV Rhône [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château Rayas 1999[/color][/b] Le nez est fumé, sur les fruits jaunes, une pointe vanillée, l’amande. La bouche est très grasse mais l’équilibre superbe, d’une grande fraîcheur buccale. Bonne longueur. Un vin sudiste en bouche mais à l’équilibre plus nordiste. Décidément mon second rayas blanc fait que c’est le Chateauneuf blanc que j’apprécie le plus au vieillissement. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Nez minéral sur la coquille d'huître et les fruits blancs. La bouche fraîche développe de beaux arômes citronnés, tout en finesse, où l'on retrouve le chèvrefeuille. C'est gras sans être lourd. Belle finale anisée terminant sur des notes d'élevage (beurre) déjà bien intégrées. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château de Beaucastel 1998[/color][/b] Le nez est sur le miel, l’encaustique, la cire d’abeille, la mirabelle. La bouche est très grasse, très mielleuse, moins aérienne que le précédent mais l’équilibre est respecté. La bouche possède plus d’ampleur et se termine par une jolie finale saline malgré une pointe d’alcool. Le meilleur Beaucastel blanc que j’ai bu sans note d’oxydation. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe or et pointe oxydative au nez, complétée par des fruits jaunes bien mûrs, notamment l'abricot. Il me rappelle celui d'une vieille Marestel ou d'une vieille roussane. La richesse du nez peut nous emmener vers un vin ayant des sucres. La bouche est riche, sur le coing, les écorces d'agrumes confites, complétée par de délicates touches de fleurs d'oranger et de safran. Il y a de la fraîcheur malgré un ensemble déjà patiné, encaustique. La rétro miellée conclue la belle finale d'un vin déjà très gourmand. [b]Très bien +[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Palette Château Simone 1994[/color][/b] Le nez embaume le miel avec une pointe d’hydrocarbure, l’encaustique, le touty très exubérant car très ouvert. Aucune note d’élevage perceptible. La bouche est grasse, riche, de grande ampleur avec une fraîcheur singulière alors même que le miel est toujours présent. Longue finale qui persiste longtemps. Un formidable Simone qui montre qu’il est impératif d’attendre ce blanc. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Robe claire, tirant sur le vert et nez discret, quelques notes d'hydrocarbures. Le pamplemousse domine une bouche fluide, où fraicheur et belle acidité se conjuguent. Manque peut être un peu de complexité. Bonne longueur pour un vin qui ne fait pas son âge et peut encore tenir la garde. [b]Bien ++[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Chateauneuf du Pape Domaine Henri Bonneau « Réserve des Célestins » 1970[/b][/color] Passé une note de réduction, le nez se développe sur des arômes de framboise, de griotte, d’orange amère, de viande, de sang de bœuf et d’épices. Très beau nez complexe. En bouche, c’est la structure du vin qui domine mais le charme du nez s’est évaporé, dominé qu’il est par une acidité marquée. On note toutefois des fruits rouges acidulés, une pointe d’alcool malgré une finale de bonne longueur. Le vin est loin d’être mort mais il a clairement dépassé son apogée pour le plaisir procuré en bouche, sur cette bouteille. Respect néanmoins. Merci Jean-Louis. [b]Bien +[/b] (Laurent) La robe rubis présente une légère turbidité et annonce un vieux vin. Le nez animal, de sous-bois est relayé par une bouche acidulée sur la griotte, le kirsh. Manque un peu de peps et de longueur. On sent le poids des années mais la finesse et l'élégance de l'ensemble sont remarquables. Il n'attendait que son gibier à plume pour s'envoler. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Corton Domaine Bonneau du Martray 1996[/b][/color] Le nez présente beaucoup de finesse sur des arômes de bonbon, de caramel, un aspect floral et végétal puis mentholé à l’aération. La bouche est gourmande, bien équilibrée malgré une acidité sensible, encore assez tannique. Cela manque un peu d’ampleur et la finale est un peu dure. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Robe soutenue pour le cépage et l'âge, nez sur la réglisse et le menthol. La bouche est fine, la trame serrée, où ressortent la minéralité du terroir et des notes légèrement fumées. Assez bonne longueur. Vin pas vraiment typé Pinot quoique très élégant. L'ensemble est déjà bien fondu, difficile de dire s'il gagnera à vieillir encore. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Barolo Domaine Elio Grasso ‘Casa Maté » 1998[/b][/color] Le nez est dominé par l’alcool et les fruits noirs. La bouche est puissante, encore tannique, sans lourdeur, le vin conjugue un côté massif et aérien conjugué et est soutenu par une acidité bienvenue. Belle finale persistante sur les fruits rouges. Un vin encore bien jeune. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe sombre, nez jeune et puissant, où l'alcool ressort un peu, qui peut nous emmnener vers une syrah pour son côté violette. La bouche chaleureuse confirme avec d'énormes tannins, où l'on décèle les fruits rouges, les épices et la garrigue. Ce côté sudiste nous amène vers un Mourvèdre voire un Tannat dans sa jeunesse. C'est trop jeune à ce stade, à attendre patiemment car beau potentiel. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux du Languedoc Domaine Peyre Rose « Clos des Cistes » 1996[/color][/b] Le nez est terreux (verre de terre et huître pour Albéric, ça c’est fait !) ; sur les fruits noirs, une pointe d’alcool puis évolue à l’aération sur des notes de tabac , d’épices, de réglisse, un côté floral et une sensation de sucrosité. C’est très fin. La bouche est enrobée, possède de la gourmandise mais reste un peu chaleureuse et encore tannique malgré une belle finale. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Nez discrètement fumé, légèrement animal, épicé, volumineux. La bouche présente une mache fine, une sucrosité suffisante pour être agréable. Les fruits noirs et le zan régalent au milieu de tannins encore présents. Il reste une pointe chaleureuse au milieu de cette puissance mais tout cela devrait pouvoir se fondre. Très belle longueur. Devrait se bonifier encore sur 5 ans. [b]Très bien (+)[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux D’Aix Domaine de Trevallon 1990[/color][/b] Le nez est très floral, végétal (cabernet), puis une pointe animale et de confiture de prune au second nez. La bouche est ronde avec une pointe de sucrosité bienvenue qui rend le vin diablement gourmand. La Bouche possède encore beaucoup de corps sur des arômes de fruits noirs confiturés. Fabuleuse finale de grande longueur. Le plus grand Trevallon qu’il m’ait été donné de déguster. [b]Très Bien +/Excellent[/b] (Laurent) Superbe nez sur le cèdre, les épices, le cuir et les fruits mûrs. La bouche est un régal d'équilibre, où se mêlent tellement d'éléments qu'ils finissent par n'en faire qu'un, ponctué d'une légère sucrosité. Tout cela s'achève sur une finale gourmande de fruits rouges et noirs confiturés, une rétro sur la marmelade de fraise. Il ne manque que la truffe pour atteindre la perfection mais je l'aime d'amour. Un grand vin à maturité et qui devrait encore le rester encore longtemps. [b]Excellent[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Chateauneuf du Pape Domaine Lucien Barrot 1981[/color][/b] Le vin s’ouvre sur un nez de sous-bois, de mousseron, une pointe animale, c’est chaleureux sur les épices douces et la terre humide. La bouche est fortement glycérinée sur la cerise à l’eau de vin. C’est gourmand malgré un alcool présent. Un vin de caractère à la longue finale toujours dans son plateau de maturité. Impressionnant. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Nez sur le pruneau, la figue et une pointe d'alcool. La trame est large, le milieu de bouche est solide, un peu de cacao amer et l'on enchaîne sur une longueur soutenue. Vin d'une jeunesse insolente pour ce trentenaire. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Bonnezeaux Domaine des Petits Quarts « Le Malabé 1ère trie » 1997[/color][/b] Le nez est très botrytisé, sur les fruits exotiques (litchi, mangue), la confiture d’orange. La bouche est imposante en sucre, on est sur un gros liquoreux encore très rôti, sur le sirop de miel. Bonne finale soutenue par une acidité perceptible qui facilite la dégustation. Un vin encore à attendre impérativement qui va traverser les décennies. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe dorée et nez sur les fruits exotiques, en ressortent l'ananas et la mangue, le litchi et une pointe de menthol. La bouche, grasse, est exubérante, rôtie, suave et présente une fraîcheur qui équilibre les gros sucres. Le caramel et le turron réhaussent un ensemble déjà très gourmand. A attendre longtemps. [b]Très bien +[/b] (Christophe)[img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040598.JPG][/url]

On goûte même le Côtes du Rhône ramassé deux jours plus tôt, ce qui donne déjà lieu à discussions…
[/url][/center] De retour dans la salle de dégustation, Alain Voge nous fait le plaisir de rester un moment avec nous, goûte les blancs et commence les rouges… [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040612.JPG][/url][/center] C’est que du bonheur, n’est-ce pas Christophe ? [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040613.JPG][/url][/center] La dégustation reprend son cours, un grand et beau moment de partage et d’échange [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040614.JPG][/url][/center] C’est facile, il suffit de ne pas se prendre la tête, encore qu’on puisse parfois se poser des questions ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040615.JPG][/url][/center] On ne remerciera jamais assez Albéric, qui nous a ainsi ouvert les portes du domaine Voge pour que nous puissions connaître ce qui fait le fruit de notre passion : de la vigne au vin. Merci Albéric, et c’est avec plaisir que nous lui offrons une bouteille d’une autre région, un Meursault 2004 de Jean-François COCHE-DURY. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040617.JPG][/url][/center] A l’issue de la première séance il nous avait dit « Le vin c’est la convivialité » et c’est bien ainsi que toute cette saison s’est déroulée. On ne pouvait pas finir sans une superbe dégustation, Laurent avait proposé appellations prestigieuses, j’avais rajouté millénaire précédent… Les voilà, avant les commentaires, et nous nous sommes régalés et bien décidés à ne pas en rester là. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040626.JPG][/url][/center] Jean-Louis pour LPV Rhône [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château Rayas 1999[/color][/b] Le nez est fumé, sur les fruits jaunes, une pointe vanillée, l’amande. La bouche est très grasse mais l’équilibre superbe, d’une grande fraîcheur buccale. Bonne longueur. Un vin sudiste en bouche mais à l’équilibre plus nordiste. Décidément mon second rayas blanc fait que c’est le Chateauneuf blanc que j’apprécie le plus au vieillissement. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Nez minéral sur la coquille d'huître et les fruits blancs. La bouche fraîche développe de beaux arômes citronnés, tout en finesse, où l'on retrouve le chèvrefeuille. C'est gras sans être lourd. Belle finale anisée terminant sur des notes d'élevage (beurre) déjà bien intégrées. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château de Beaucastel 1998[/color][/b] Le nez est sur le miel, l’encaustique, la cire d’abeille, la mirabelle. La bouche est très grasse, très mielleuse, moins aérienne que le précédent mais l’équilibre est respecté. La bouche possède plus d’ampleur et se termine par une jolie finale saline malgré une pointe d’alcool. Le meilleur Beaucastel blanc que j’ai bu sans note d’oxydation. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe or et pointe oxydative au nez, complétée par des fruits jaunes bien mûrs, notamment l'abricot. Il me rappelle celui d'une vieille Marestel ou d'une vieille roussane. La richesse du nez peut nous emmener vers un vin ayant des sucres. La bouche est riche, sur le coing, les écorces d'agrumes confites, complétée par de délicates touches de fleurs d'oranger et de safran. Il y a de la fraîcheur malgré un ensemble déjà patiné, encaustique. La rétro miellée conclue la belle finale d'un vin déjà très gourmand. [b]Très bien +[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Palette Château Simone 1994[/color][/b] Le nez embaume le miel avec une pointe d’hydrocarbure, l’encaustique, le touty très exubérant car très ouvert. Aucune note d’élevage perceptible. La bouche est grasse, riche, de grande ampleur avec une fraîcheur singulière alors même que le miel est toujours présent. Longue finale qui persiste longtemps. Un formidable Simone qui montre qu’il est impératif d’attendre ce blanc. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Robe claire, tirant sur le vert et nez discret, quelques notes d'hydrocarbures. Le pamplemousse domine une bouche fluide, où fraicheur et belle acidité se conjuguent. Manque peut être un peu de complexité. Bonne longueur pour un vin qui ne fait pas son âge et peut encore tenir la garde. [b]Bien ++[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Chateauneuf du Pape Domaine Henri Bonneau « Réserve des Célestins » 1970[/b][/color] Passé une note de réduction, le nez se développe sur des arômes de framboise, de griotte, d’orange amère, de viande, de sang de bœuf et d’épices. Très beau nez complexe. En bouche, c’est la structure du vin qui domine mais le charme du nez s’est évaporé, dominé qu’il est par une acidité marquée. On note toutefois des fruits rouges acidulés, une pointe d’alcool malgré une finale de bonne longueur. Le vin est loin d’être mort mais il a clairement dépassé son apogée pour le plaisir procuré en bouche, sur cette bouteille. Respect néanmoins. Merci Jean-Louis. [b]Bien +[/b] (Laurent) La robe rubis présente une légère turbidité et annonce un vieux vin. Le nez animal, de sous-bois est relayé par une bouche acidulée sur la griotte, le kirsh. Manque un peu de peps et de longueur. On sent le poids des années mais la finesse et l'élégance de l'ensemble sont remarquables. Il n'attendait que son gibier à plume pour s'envoler. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Corton Domaine Bonneau du Martray 1996[/b][/color] Le nez présente beaucoup de finesse sur des arômes de bonbon, de caramel, un aspect floral et végétal puis mentholé à l’aération. La bouche est gourmande, bien équilibrée malgré une acidité sensible, encore assez tannique. Cela manque un peu d’ampleur et la finale est un peu dure. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Robe soutenue pour le cépage et l'âge, nez sur la réglisse et le menthol. La bouche est fine, la trame serrée, où ressortent la minéralité du terroir et des notes légèrement fumées. Assez bonne longueur. Vin pas vraiment typé Pinot quoique très élégant. L'ensemble est déjà bien fondu, difficile de dire s'il gagnera à vieillir encore. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Barolo Domaine Elio Grasso ‘Casa Maté » 1998[/b][/color] Le nez est dominé par l’alcool et les fruits noirs. La bouche est puissante, encore tannique, sans lourdeur, le vin conjugue un côté massif et aérien conjugué et est soutenu par une acidité bienvenue. Belle finale persistante sur les fruits rouges. Un vin encore bien jeune. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe sombre, nez jeune et puissant, où l'alcool ressort un peu, qui peut nous emmnener vers une syrah pour son côté violette. La bouche chaleureuse confirme avec d'énormes tannins, où l'on décèle les fruits rouges, les épices et la garrigue. Ce côté sudiste nous amène vers un Mourvèdre voire un Tannat dans sa jeunesse. C'est trop jeune à ce stade, à attendre patiemment car beau potentiel. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux du Languedoc Domaine Peyre Rose « Clos des Cistes » 1996[/color][/b] Le nez est terreux (verre de terre et huître pour Albéric, ça c’est fait !) ; sur les fruits noirs, une pointe d’alcool puis évolue à l’aération sur des notes de tabac , d’épices, de réglisse, un côté floral et une sensation de sucrosité. C’est très fin. La bouche est enrobée, possède de la gourmandise mais reste un peu chaleureuse et encore tannique malgré une belle finale. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Nez discrètement fumé, légèrement animal, épicé, volumineux. La bouche présente une mache fine, une sucrosité suffisante pour être agréable. Les fruits noirs et le zan régalent au milieu de tannins encore présents. Il reste une pointe chaleureuse au milieu de cette puissance mais tout cela devrait pouvoir se fondre. Très belle longueur. Devrait se bonifier encore sur 5 ans. [b]Très bien (+)[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux D’Aix Domaine de Trevallon 1990[/color][/b] Le nez est très floral, végétal (cabernet), puis une pointe animale et de confiture de prune au second nez. La bouche est ronde avec une pointe de sucrosité bienvenue qui rend le vin diablement gourmand. La Bouche possède encore beaucoup de corps sur des arômes de fruits noirs confiturés. Fabuleuse finale de grande longueur. Le plus grand Trevallon qu’il m’ait été donné de déguster. [b]Très Bien +/Excellent[/b] (Laurent) Superbe nez sur le cèdre, les épices, le cuir et les fruits mûrs. La bouche est un régal d'équilibre, où se mêlent tellement d'éléments qu'ils finissent par n'en faire qu'un, ponctué d'une légère sucrosité. Tout cela s'achève sur une finale gourmande de fruits rouges et noirs confiturés, une rétro sur la marmelade de fraise. Il ne manque que la truffe pour atteindre la perfection mais je l'aime d'amour. Un grand vin à maturité et qui devrait encore le rester encore longtemps. [b]Excellent[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Chateauneuf du Pape Domaine Lucien Barrot 1981[/color][/b] Le vin s’ouvre sur un nez de sous-bois, de mousseron, une pointe animale, c’est chaleureux sur les épices douces et la terre humide. La bouche est fortement glycérinée sur la cerise à l’eau de vin. C’est gourmand malgré un alcool présent. Un vin de caractère à la longue finale toujours dans son plateau de maturité. Impressionnant. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Nez sur le pruneau, la figue et une pointe d'alcool. La trame est large, le milieu de bouche est solide, un peu de cacao amer et l'on enchaîne sur une longueur soutenue. Vin d'une jeunesse insolente pour ce trentenaire. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Bonnezeaux Domaine des Petits Quarts « Le Malabé 1ère trie » 1997[/color][/b] Le nez est très botrytisé, sur les fruits exotiques (litchi, mangue), la confiture d’orange. La bouche est imposante en sucre, on est sur un gros liquoreux encore très rôti, sur le sirop de miel. Bonne finale soutenue par une acidité perceptible qui facilite la dégustation. Un vin encore à attendre impérativement qui va traverser les décennies. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe dorée et nez sur les fruits exotiques, en ressortent l'ananas et la mangue, le litchi et une pointe de menthol. La bouche, grasse, est exubérante, rôtie, suave et présente une fraîcheur qui équilibre les gros sucres. Le caramel et le turron réhaussent un ensemble déjà très gourmand. A attendre longtemps. [b]Très bien +[/b] (Christophe)[img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040609.JPG][/url]

De retour dans la salle de dégustation, Alain Voge nous fait le plaisir de rester un moment avec nous, goûte les blancs et commence les rouges…
[/url][/center] C’est que du bonheur, n’est-ce pas Christophe ? [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040613.JPG][/url][/center] La dégustation reprend son cours, un grand et beau moment de partage et d’échange [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040614.JPG][/url][/center] C’est facile, il suffit de ne pas se prendre la tête, encore qu’on puisse parfois se poser des questions ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040615.JPG][/url][/center] On ne remerciera jamais assez Albéric, qui nous a ainsi ouvert les portes du domaine Voge pour que nous puissions connaître ce qui fait le fruit de notre passion : de la vigne au vin. Merci Albéric, et c’est avec plaisir que nous lui offrons une bouteille d’une autre région, un Meursault 2004 de Jean-François COCHE-DURY. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040617.JPG][/url][/center] A l’issue de la première séance il nous avait dit « Le vin c’est la convivialité » et c’est bien ainsi que toute cette saison s’est déroulée. On ne pouvait pas finir sans une superbe dégustation, Laurent avait proposé appellations prestigieuses, j’avais rajouté millénaire précédent… Les voilà, avant les commentaires, et nous nous sommes régalés et bien décidés à ne pas en rester là. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040626.JPG][/url][/center] Jean-Louis pour LPV Rhône [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château Rayas 1999[/color][/b] Le nez est fumé, sur les fruits jaunes, une pointe vanillée, l’amande. La bouche est très grasse mais l’équilibre superbe, d’une grande fraîcheur buccale. Bonne longueur. Un vin sudiste en bouche mais à l’équilibre plus nordiste. Décidément mon second rayas blanc fait que c’est le Chateauneuf blanc que j’apprécie le plus au vieillissement. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Nez minéral sur la coquille d'huître et les fruits blancs. La bouche fraîche développe de beaux arômes citronnés, tout en finesse, où l'on retrouve le chèvrefeuille. C'est gras sans être lourd. Belle finale anisée terminant sur des notes d'élevage (beurre) déjà bien intégrées. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château de Beaucastel 1998[/color][/b] Le nez est sur le miel, l’encaustique, la cire d’abeille, la mirabelle. La bouche est très grasse, très mielleuse, moins aérienne que le précédent mais l’équilibre est respecté. La bouche possède plus d’ampleur et se termine par une jolie finale saline malgré une pointe d’alcool. Le meilleur Beaucastel blanc que j’ai bu sans note d’oxydation. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe or et pointe oxydative au nez, complétée par des fruits jaunes bien mûrs, notamment l'abricot. Il me rappelle celui d'une vieille Marestel ou d'une vieille roussane. La richesse du nez peut nous emmener vers un vin ayant des sucres. La bouche est riche, sur le coing, les écorces d'agrumes confites, complétée par de délicates touches de fleurs d'oranger et de safran. Il y a de la fraîcheur malgré un ensemble déjà patiné, encaustique. La rétro miellée conclue la belle finale d'un vin déjà très gourmand. [b]Très bien +[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Palette Château Simone 1994[/color][/b] Le nez embaume le miel avec une pointe d’hydrocarbure, l’encaustique, le touty très exubérant car très ouvert. Aucune note d’élevage perceptible. La bouche est grasse, riche, de grande ampleur avec une fraîcheur singulière alors même que le miel est toujours présent. Longue finale qui persiste longtemps. Un formidable Simone qui montre qu’il est impératif d’attendre ce blanc. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Robe claire, tirant sur le vert et nez discret, quelques notes d'hydrocarbures. Le pamplemousse domine une bouche fluide, où fraicheur et belle acidité se conjuguent. Manque peut être un peu de complexité. Bonne longueur pour un vin qui ne fait pas son âge et peut encore tenir la garde. [b]Bien ++[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Chateauneuf du Pape Domaine Henri Bonneau « Réserve des Célestins » 1970[/b][/color] Passé une note de réduction, le nez se développe sur des arômes de framboise, de griotte, d’orange amère, de viande, de sang de bœuf et d’épices. Très beau nez complexe. En bouche, c’est la structure du vin qui domine mais le charme du nez s’est évaporé, dominé qu’il est par une acidité marquée. On note toutefois des fruits rouges acidulés, une pointe d’alcool malgré une finale de bonne longueur. Le vin est loin d’être mort mais il a clairement dépassé son apogée pour le plaisir procuré en bouche, sur cette bouteille. Respect néanmoins. Merci Jean-Louis. [b]Bien +[/b] (Laurent) La robe rubis présente une légère turbidité et annonce un vieux vin. Le nez animal, de sous-bois est relayé par une bouche acidulée sur la griotte, le kirsh. Manque un peu de peps et de longueur. On sent le poids des années mais la finesse et l'élégance de l'ensemble sont remarquables. Il n'attendait que son gibier à plume pour s'envoler. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Corton Domaine Bonneau du Martray 1996[/b][/color] Le nez présente beaucoup de finesse sur des arômes de bonbon, de caramel, un aspect floral et végétal puis mentholé à l’aération. La bouche est gourmande, bien équilibrée malgré une acidité sensible, encore assez tannique. Cela manque un peu d’ampleur et la finale est un peu dure. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Robe soutenue pour le cépage et l'âge, nez sur la réglisse et le menthol. La bouche est fine, la trame serrée, où ressortent la minéralité du terroir et des notes légèrement fumées. Assez bonne longueur. Vin pas vraiment typé Pinot quoique très élégant. L'ensemble est déjà bien fondu, difficile de dire s'il gagnera à vieillir encore. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Barolo Domaine Elio Grasso ‘Casa Maté » 1998[/b][/color] Le nez est dominé par l’alcool et les fruits noirs. La bouche est puissante, encore tannique, sans lourdeur, le vin conjugue un côté massif et aérien conjugué et est soutenu par une acidité bienvenue. Belle finale persistante sur les fruits rouges. Un vin encore bien jeune. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe sombre, nez jeune et puissant, où l'alcool ressort un peu, qui peut nous emmnener vers une syrah pour son côté violette. La bouche chaleureuse confirme avec d'énormes tannins, où l'on décèle les fruits rouges, les épices et la garrigue. Ce côté sudiste nous amène vers un Mourvèdre voire un Tannat dans sa jeunesse. C'est trop jeune à ce stade, à attendre patiemment car beau potentiel. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux du Languedoc Domaine Peyre Rose « Clos des Cistes » 1996[/color][/b] Le nez est terreux (verre de terre et huître pour Albéric, ça c’est fait !) ; sur les fruits noirs, une pointe d’alcool puis évolue à l’aération sur des notes de tabac , d’épices, de réglisse, un côté floral et une sensation de sucrosité. C’est très fin. La bouche est enrobée, possède de la gourmandise mais reste un peu chaleureuse et encore tannique malgré une belle finale. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Nez discrètement fumé, légèrement animal, épicé, volumineux. La bouche présente une mache fine, une sucrosité suffisante pour être agréable. Les fruits noirs et le zan régalent au milieu de tannins encore présents. Il reste une pointe chaleureuse au milieu de cette puissance mais tout cela devrait pouvoir se fondre. Très belle longueur. Devrait se bonifier encore sur 5 ans. [b]Très bien (+)[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux D’Aix Domaine de Trevallon 1990[/color][/b] Le nez est très floral, végétal (cabernet), puis une pointe animale et de confiture de prune au second nez. La bouche est ronde avec une pointe de sucrosité bienvenue qui rend le vin diablement gourmand. La Bouche possède encore beaucoup de corps sur des arômes de fruits noirs confiturés. Fabuleuse finale de grande longueur. Le plus grand Trevallon qu’il m’ait été donné de déguster. [b]Très Bien +/Excellent[/b] (Laurent) Superbe nez sur le cèdre, les épices, le cuir et les fruits mûrs. La bouche est un régal d'équilibre, où se mêlent tellement d'éléments qu'ils finissent par n'en faire qu'un, ponctué d'une légère sucrosité. Tout cela s'achève sur une finale gourmande de fruits rouges et noirs confiturés, une rétro sur la marmelade de fraise. Il ne manque que la truffe pour atteindre la perfection mais je l'aime d'amour. Un grand vin à maturité et qui devrait encore le rester encore longtemps. [b]Excellent[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Chateauneuf du Pape Domaine Lucien Barrot 1981[/color][/b] Le vin s’ouvre sur un nez de sous-bois, de mousseron, une pointe animale, c’est chaleureux sur les épices douces et la terre humide. La bouche est fortement glycérinée sur la cerise à l’eau de vin. C’est gourmand malgré un alcool présent. Un vin de caractère à la longue finale toujours dans son plateau de maturité. Impressionnant. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Nez sur le pruneau, la figue et une pointe d'alcool. La trame est large, le milieu de bouche est solide, un peu de cacao amer et l'on enchaîne sur une longueur soutenue. Vin d'une jeunesse insolente pour ce trentenaire. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Bonnezeaux Domaine des Petits Quarts « Le Malabé 1ère trie » 1997[/color][/b] Le nez est très botrytisé, sur les fruits exotiques (litchi, mangue), la confiture d’orange. La bouche est imposante en sucre, on est sur un gros liquoreux encore très rôti, sur le sirop de miel. Bonne finale soutenue par une acidité perceptible qui facilite la dégustation. Un vin encore à attendre impérativement qui va traverser les décennies. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe dorée et nez sur les fruits exotiques, en ressortent l'ananas et la mangue, le litchi et une pointe de menthol. La bouche, grasse, est exubérante, rôtie, suave et présente une fraîcheur qui équilibre les gros sucres. Le caramel et le turron réhaussent un ensemble déjà très gourmand. A attendre longtemps. [b]Très bien +[/b] (Christophe)[img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040612.JPG][/url]

C’est que du bonheur, n’est-ce pas Christophe ?
[/url][/center] La dégustation reprend son cours, un grand et beau moment de partage et d’échange [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040614.JPG][/url][/center] C’est facile, il suffit de ne pas se prendre la tête, encore qu’on puisse parfois se poser des questions ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040615.JPG][/url][/center] On ne remerciera jamais assez Albéric, qui nous a ainsi ouvert les portes du domaine Voge pour que nous puissions connaître ce qui fait le fruit de notre passion : de la vigne au vin. Merci Albéric, et c’est avec plaisir que nous lui offrons une bouteille d’une autre région, un Meursault 2004 de Jean-François COCHE-DURY. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040617.JPG][/url][/center] A l’issue de la première séance il nous avait dit « Le vin c’est la convivialité » et c’est bien ainsi que toute cette saison s’est déroulée. On ne pouvait pas finir sans une superbe dégustation, Laurent avait proposé appellations prestigieuses, j’avais rajouté millénaire précédent… Les voilà, avant les commentaires, et nous nous sommes régalés et bien décidés à ne pas en rester là. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040626.JPG][/url][/center] Jean-Louis pour LPV Rhône [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château Rayas 1999[/color][/b] Le nez est fumé, sur les fruits jaunes, une pointe vanillée, l’amande. La bouche est très grasse mais l’équilibre superbe, d’une grande fraîcheur buccale. Bonne longueur. Un vin sudiste en bouche mais à l’équilibre plus nordiste. Décidément mon second rayas blanc fait que c’est le Chateauneuf blanc que j’apprécie le plus au vieillissement. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Nez minéral sur la coquille d'huître et les fruits blancs. La bouche fraîche développe de beaux arômes citronnés, tout en finesse, où l'on retrouve le chèvrefeuille. C'est gras sans être lourd. Belle finale anisée terminant sur des notes d'élevage (beurre) déjà bien intégrées. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château de Beaucastel 1998[/color][/b] Le nez est sur le miel, l’encaustique, la cire d’abeille, la mirabelle. La bouche est très grasse, très mielleuse, moins aérienne que le précédent mais l’équilibre est respecté. La bouche possède plus d’ampleur et se termine par une jolie finale saline malgré une pointe d’alcool. Le meilleur Beaucastel blanc que j’ai bu sans note d’oxydation. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe or et pointe oxydative au nez, complétée par des fruits jaunes bien mûrs, notamment l'abricot. Il me rappelle celui d'une vieille Marestel ou d'une vieille roussane. La richesse du nez peut nous emmener vers un vin ayant des sucres. La bouche est riche, sur le coing, les écorces d'agrumes confites, complétée par de délicates touches de fleurs d'oranger et de safran. Il y a de la fraîcheur malgré un ensemble déjà patiné, encaustique. La rétro miellée conclue la belle finale d'un vin déjà très gourmand. [b]Très bien +[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Palette Château Simone 1994[/color][/b] Le nez embaume le miel avec une pointe d’hydrocarbure, l’encaustique, le touty très exubérant car très ouvert. Aucune note d’élevage perceptible. La bouche est grasse, riche, de grande ampleur avec une fraîcheur singulière alors même que le miel est toujours présent. Longue finale qui persiste longtemps. Un formidable Simone qui montre qu’il est impératif d’attendre ce blanc. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Robe claire, tirant sur le vert et nez discret, quelques notes d'hydrocarbures. Le pamplemousse domine une bouche fluide, où fraicheur et belle acidité se conjuguent. Manque peut être un peu de complexité. Bonne longueur pour un vin qui ne fait pas son âge et peut encore tenir la garde. [b]Bien ++[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Chateauneuf du Pape Domaine Henri Bonneau « Réserve des Célestins » 1970[/b][/color] Passé une note de réduction, le nez se développe sur des arômes de framboise, de griotte, d’orange amère, de viande, de sang de bœuf et d’épices. Très beau nez complexe. En bouche, c’est la structure du vin qui domine mais le charme du nez s’est évaporé, dominé qu’il est par une acidité marquée. On note toutefois des fruits rouges acidulés, une pointe d’alcool malgré une finale de bonne longueur. Le vin est loin d’être mort mais il a clairement dépassé son apogée pour le plaisir procuré en bouche, sur cette bouteille. Respect néanmoins. Merci Jean-Louis. [b]Bien +[/b] (Laurent) La robe rubis présente une légère turbidité et annonce un vieux vin. Le nez animal, de sous-bois est relayé par une bouche acidulée sur la griotte, le kirsh. Manque un peu de peps et de longueur. On sent le poids des années mais la finesse et l'élégance de l'ensemble sont remarquables. Il n'attendait que son gibier à plume pour s'envoler. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Corton Domaine Bonneau du Martray 1996[/b][/color] Le nez présente beaucoup de finesse sur des arômes de bonbon, de caramel, un aspect floral et végétal puis mentholé à l’aération. La bouche est gourmande, bien équilibrée malgré une acidité sensible, encore assez tannique. Cela manque un peu d’ampleur et la finale est un peu dure. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Robe soutenue pour le cépage et l'âge, nez sur la réglisse et le menthol. La bouche est fine, la trame serrée, où ressortent la minéralité du terroir et des notes légèrement fumées. Assez bonne longueur. Vin pas vraiment typé Pinot quoique très élégant. L'ensemble est déjà bien fondu, difficile de dire s'il gagnera à vieillir encore. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Barolo Domaine Elio Grasso ‘Casa Maté » 1998[/b][/color] Le nez est dominé par l’alcool et les fruits noirs. La bouche est puissante, encore tannique, sans lourdeur, le vin conjugue un côté massif et aérien conjugué et est soutenu par une acidité bienvenue. Belle finale persistante sur les fruits rouges. Un vin encore bien jeune. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe sombre, nez jeune et puissant, où l'alcool ressort un peu, qui peut nous emmnener vers une syrah pour son côté violette. La bouche chaleureuse confirme avec d'énormes tannins, où l'on décèle les fruits rouges, les épices et la garrigue. Ce côté sudiste nous amène vers un Mourvèdre voire un Tannat dans sa jeunesse. C'est trop jeune à ce stade, à attendre patiemment car beau potentiel. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux du Languedoc Domaine Peyre Rose « Clos des Cistes » 1996[/color][/b] Le nez est terreux (verre de terre et huître pour Albéric, ça c’est fait !) ; sur les fruits noirs, une pointe d’alcool puis évolue à l’aération sur des notes de tabac , d’épices, de réglisse, un côté floral et une sensation de sucrosité. C’est très fin. La bouche est enrobée, possède de la gourmandise mais reste un peu chaleureuse et encore tannique malgré une belle finale. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Nez discrètement fumé, légèrement animal, épicé, volumineux. La bouche présente une mache fine, une sucrosité suffisante pour être agréable. Les fruits noirs et le zan régalent au milieu de tannins encore présents. Il reste une pointe chaleureuse au milieu de cette puissance mais tout cela devrait pouvoir se fondre. Très belle longueur. Devrait se bonifier encore sur 5 ans. [b]Très bien (+)[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux D’Aix Domaine de Trevallon 1990[/color][/b] Le nez est très floral, végétal (cabernet), puis une pointe animale et de confiture de prune au second nez. La bouche est ronde avec une pointe de sucrosité bienvenue qui rend le vin diablement gourmand. La Bouche possède encore beaucoup de corps sur des arômes de fruits noirs confiturés. Fabuleuse finale de grande longueur. Le plus grand Trevallon qu’il m’ait été donné de déguster. [b]Très Bien +/Excellent[/b] (Laurent) Superbe nez sur le cèdre, les épices, le cuir et les fruits mûrs. La bouche est un régal d'équilibre, où se mêlent tellement d'éléments qu'ils finissent par n'en faire qu'un, ponctué d'une légère sucrosité. Tout cela s'achève sur une finale gourmande de fruits rouges et noirs confiturés, une rétro sur la marmelade de fraise. Il ne manque que la truffe pour atteindre la perfection mais je l'aime d'amour. Un grand vin à maturité et qui devrait encore le rester encore longtemps. [b]Excellent[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Chateauneuf du Pape Domaine Lucien Barrot 1981[/color][/b] Le vin s’ouvre sur un nez de sous-bois, de mousseron, une pointe animale, c’est chaleureux sur les épices douces et la terre humide. La bouche est fortement glycérinée sur la cerise à l’eau de vin. C’est gourmand malgré un alcool présent. Un vin de caractère à la longue finale toujours dans son plateau de maturité. Impressionnant. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Nez sur le pruneau, la figue et une pointe d'alcool. La trame est large, le milieu de bouche est solide, un peu de cacao amer et l'on enchaîne sur une longueur soutenue. Vin d'une jeunesse insolente pour ce trentenaire. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Bonnezeaux Domaine des Petits Quarts « Le Malabé 1ère trie » 1997[/color][/b] Le nez est très botrytisé, sur les fruits exotiques (litchi, mangue), la confiture d’orange. La bouche est imposante en sucre, on est sur un gros liquoreux encore très rôti, sur le sirop de miel. Bonne finale soutenue par une acidité perceptible qui facilite la dégustation. Un vin encore à attendre impérativement qui va traverser les décennies. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe dorée et nez sur les fruits exotiques, en ressortent l'ananas et la mangue, le litchi et une pointe de menthol. La bouche, grasse, est exubérante, rôtie, suave et présente une fraîcheur qui équilibre les gros sucres. Le caramel et le turron réhaussent un ensemble déjà très gourmand. A attendre longtemps. [b]Très bien +[/b] (Christophe)[img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040613.JPG][/url]

La dégustation reprend son cours, un grand et beau moment de partage et d’échange
[/url][/center] C’est facile, il suffit de ne pas se prendre la tête, encore qu’on puisse parfois se poser des questions ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040615.JPG][/url][/center] On ne remerciera jamais assez Albéric, qui nous a ainsi ouvert les portes du domaine Voge pour que nous puissions connaître ce qui fait le fruit de notre passion : de la vigne au vin. Merci Albéric, et c’est avec plaisir que nous lui offrons une bouteille d’une autre région, un Meursault 2004 de Jean-François COCHE-DURY. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040617.JPG][/url][/center] A l’issue de la première séance il nous avait dit « Le vin c’est la convivialité » et c’est bien ainsi que toute cette saison s’est déroulée. On ne pouvait pas finir sans une superbe dégustation, Laurent avait proposé appellations prestigieuses, j’avais rajouté millénaire précédent… Les voilà, avant les commentaires, et nous nous sommes régalés et bien décidés à ne pas en rester là. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040626.JPG][/url][/center] Jean-Louis pour LPV Rhône [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château Rayas 1999[/color][/b] Le nez est fumé, sur les fruits jaunes, une pointe vanillée, l’amande. La bouche est très grasse mais l’équilibre superbe, d’une grande fraîcheur buccale. Bonne longueur. Un vin sudiste en bouche mais à l’équilibre plus nordiste. Décidément mon second rayas blanc fait que c’est le Chateauneuf blanc que j’apprécie le plus au vieillissement. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Nez minéral sur la coquille d'huître et les fruits blancs. La bouche fraîche développe de beaux arômes citronnés, tout en finesse, où l'on retrouve le chèvrefeuille. C'est gras sans être lourd. Belle finale anisée terminant sur des notes d'élevage (beurre) déjà bien intégrées. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château de Beaucastel 1998[/color][/b] Le nez est sur le miel, l’encaustique, la cire d’abeille, la mirabelle. La bouche est très grasse, très mielleuse, moins aérienne que le précédent mais l’équilibre est respecté. La bouche possède plus d’ampleur et se termine par une jolie finale saline malgré une pointe d’alcool. Le meilleur Beaucastel blanc que j’ai bu sans note d’oxydation. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe or et pointe oxydative au nez, complétée par des fruits jaunes bien mûrs, notamment l'abricot. Il me rappelle celui d'une vieille Marestel ou d'une vieille roussane. La richesse du nez peut nous emmener vers un vin ayant des sucres. La bouche est riche, sur le coing, les écorces d'agrumes confites, complétée par de délicates touches de fleurs d'oranger et de safran. Il y a de la fraîcheur malgré un ensemble déjà patiné, encaustique. La rétro miellée conclue la belle finale d'un vin déjà très gourmand. [b]Très bien +[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Palette Château Simone 1994[/color][/b] Le nez embaume le miel avec une pointe d’hydrocarbure, l’encaustique, le touty très exubérant car très ouvert. Aucune note d’élevage perceptible. La bouche est grasse, riche, de grande ampleur avec une fraîcheur singulière alors même que le miel est toujours présent. Longue finale qui persiste longtemps. Un formidable Simone qui montre qu’il est impératif d’attendre ce blanc. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Robe claire, tirant sur le vert et nez discret, quelques notes d'hydrocarbures. Le pamplemousse domine une bouche fluide, où fraicheur et belle acidité se conjuguent. Manque peut être un peu de complexité. Bonne longueur pour un vin qui ne fait pas son âge et peut encore tenir la garde. [b]Bien ++[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Chateauneuf du Pape Domaine Henri Bonneau « Réserve des Célestins » 1970[/b][/color] Passé une note de réduction, le nez se développe sur des arômes de framboise, de griotte, d’orange amère, de viande, de sang de bœuf et d’épices. Très beau nez complexe. En bouche, c’est la structure du vin qui domine mais le charme du nez s’est évaporé, dominé qu’il est par une acidité marquée. On note toutefois des fruits rouges acidulés, une pointe d’alcool malgré une finale de bonne longueur. Le vin est loin d’être mort mais il a clairement dépassé son apogée pour le plaisir procuré en bouche, sur cette bouteille. Respect néanmoins. Merci Jean-Louis. [b]Bien +[/b] (Laurent) La robe rubis présente une légère turbidité et annonce un vieux vin. Le nez animal, de sous-bois est relayé par une bouche acidulée sur la griotte, le kirsh. Manque un peu de peps et de longueur. On sent le poids des années mais la finesse et l'élégance de l'ensemble sont remarquables. Il n'attendait que son gibier à plume pour s'envoler. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Corton Domaine Bonneau du Martray 1996[/b][/color] Le nez présente beaucoup de finesse sur des arômes de bonbon, de caramel, un aspect floral et végétal puis mentholé à l’aération. La bouche est gourmande, bien équilibrée malgré une acidité sensible, encore assez tannique. Cela manque un peu d’ampleur et la finale est un peu dure. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Robe soutenue pour le cépage et l'âge, nez sur la réglisse et le menthol. La bouche est fine, la trame serrée, où ressortent la minéralité du terroir et des notes légèrement fumées. Assez bonne longueur. Vin pas vraiment typé Pinot quoique très élégant. L'ensemble est déjà bien fondu, difficile de dire s'il gagnera à vieillir encore. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Barolo Domaine Elio Grasso ‘Casa Maté » 1998[/b][/color] Le nez est dominé par l’alcool et les fruits noirs. La bouche est puissante, encore tannique, sans lourdeur, le vin conjugue un côté massif et aérien conjugué et est soutenu par une acidité bienvenue. Belle finale persistante sur les fruits rouges. Un vin encore bien jeune. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe sombre, nez jeune et puissant, où l'alcool ressort un peu, qui peut nous emmnener vers une syrah pour son côté violette. La bouche chaleureuse confirme avec d'énormes tannins, où l'on décèle les fruits rouges, les épices et la garrigue. Ce côté sudiste nous amène vers un Mourvèdre voire un Tannat dans sa jeunesse. C'est trop jeune à ce stade, à attendre patiemment car beau potentiel. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux du Languedoc Domaine Peyre Rose « Clos des Cistes » 1996[/color][/b] Le nez est terreux (verre de terre et huître pour Albéric, ça c’est fait !) ; sur les fruits noirs, une pointe d’alcool puis évolue à l’aération sur des notes de tabac , d’épices, de réglisse, un côté floral et une sensation de sucrosité. C’est très fin. La bouche est enrobée, possède de la gourmandise mais reste un peu chaleureuse et encore tannique malgré une belle finale. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Nez discrètement fumé, légèrement animal, épicé, volumineux. La bouche présente une mache fine, une sucrosité suffisante pour être agréable. Les fruits noirs et le zan régalent au milieu de tannins encore présents. Il reste une pointe chaleureuse au milieu de cette puissance mais tout cela devrait pouvoir se fondre. Très belle longueur. Devrait se bonifier encore sur 5 ans. [b]Très bien (+)[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux D’Aix Domaine de Trevallon 1990[/color][/b] Le nez est très floral, végétal (cabernet), puis une pointe animale et de confiture de prune au second nez. La bouche est ronde avec une pointe de sucrosité bienvenue qui rend le vin diablement gourmand. La Bouche possède encore beaucoup de corps sur des arômes de fruits noirs confiturés. Fabuleuse finale de grande longueur. Le plus grand Trevallon qu’il m’ait été donné de déguster. [b]Très Bien +/Excellent[/b] (Laurent) Superbe nez sur le cèdre, les épices, le cuir et les fruits mûrs. La bouche est un régal d'équilibre, où se mêlent tellement d'éléments qu'ils finissent par n'en faire qu'un, ponctué d'une légère sucrosité. Tout cela s'achève sur une finale gourmande de fruits rouges et noirs confiturés, une rétro sur la marmelade de fraise. Il ne manque que la truffe pour atteindre la perfection mais je l'aime d'amour. Un grand vin à maturité et qui devrait encore le rester encore longtemps. [b]Excellent[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Chateauneuf du Pape Domaine Lucien Barrot 1981[/color][/b] Le vin s’ouvre sur un nez de sous-bois, de mousseron, une pointe animale, c’est chaleureux sur les épices douces et la terre humide. La bouche est fortement glycérinée sur la cerise à l’eau de vin. C’est gourmand malgré un alcool présent. Un vin de caractère à la longue finale toujours dans son plateau de maturité. Impressionnant. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Nez sur le pruneau, la figue et une pointe d'alcool. La trame est large, le milieu de bouche est solide, un peu de cacao amer et l'on enchaîne sur une longueur soutenue. Vin d'une jeunesse insolente pour ce trentenaire. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Bonnezeaux Domaine des Petits Quarts « Le Malabé 1ère trie » 1997[/color][/b] Le nez est très botrytisé, sur les fruits exotiques (litchi, mangue), la confiture d’orange. La bouche est imposante en sucre, on est sur un gros liquoreux encore très rôti, sur le sirop de miel. Bonne finale soutenue par une acidité perceptible qui facilite la dégustation. Un vin encore à attendre impérativement qui va traverser les décennies. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe dorée et nez sur les fruits exotiques, en ressortent l'ananas et la mangue, le litchi et une pointe de menthol. La bouche, grasse, est exubérante, rôtie, suave et présente une fraîcheur qui équilibre les gros sucres. Le caramel et le turron réhaussent un ensemble déjà très gourmand. A attendre longtemps. [b]Très bien +[/b] (Christophe)[img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040614.JPG][/url]

C’est facile, il suffit de ne pas se prendre la tête, encore qu’on puisse parfois se poser des questions !
[/url][/center] On ne remerciera jamais assez Albéric, qui nous a ainsi ouvert les portes du domaine Voge pour que nous puissions connaître ce qui fait le fruit de notre passion : de la vigne au vin. Merci Albéric, et c’est avec plaisir que nous lui offrons une bouteille d’une autre région, un Meursault 2004 de Jean-François COCHE-DURY. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040617.JPG][/url][/center] A l’issue de la première séance il nous avait dit « Le vin c’est la convivialité » et c’est bien ainsi que toute cette saison s’est déroulée. On ne pouvait pas finir sans une superbe dégustation, Laurent avait proposé appellations prestigieuses, j’avais rajouté millénaire précédent… Les voilà, avant les commentaires, et nous nous sommes régalés et bien décidés à ne pas en rester là. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040626.JPG][/url][/center] Jean-Louis pour LPV Rhône [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château Rayas 1999[/color][/b] Le nez est fumé, sur les fruits jaunes, une pointe vanillée, l’amande. La bouche est très grasse mais l’équilibre superbe, d’une grande fraîcheur buccale. Bonne longueur. Un vin sudiste en bouche mais à l’équilibre plus nordiste. Décidément mon second rayas blanc fait que c’est le Chateauneuf blanc que j’apprécie le plus au vieillissement. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Nez minéral sur la coquille d'huître et les fruits blancs. La bouche fraîche développe de beaux arômes citronnés, tout en finesse, où l'on retrouve le chèvrefeuille. C'est gras sans être lourd. Belle finale anisée terminant sur des notes d'élevage (beurre) déjà bien intégrées. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château de Beaucastel 1998[/color][/b] Le nez est sur le miel, l’encaustique, la cire d’abeille, la mirabelle. La bouche est très grasse, très mielleuse, moins aérienne que le précédent mais l’équilibre est respecté. La bouche possède plus d’ampleur et se termine par une jolie finale saline malgré une pointe d’alcool. Le meilleur Beaucastel blanc que j’ai bu sans note d’oxydation. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe or et pointe oxydative au nez, complétée par des fruits jaunes bien mûrs, notamment l'abricot. Il me rappelle celui d'une vieille Marestel ou d'une vieille roussane. La richesse du nez peut nous emmener vers un vin ayant des sucres. La bouche est riche, sur le coing, les écorces d'agrumes confites, complétée par de délicates touches de fleurs d'oranger et de safran. Il y a de la fraîcheur malgré un ensemble déjà patiné, encaustique. La rétro miellée conclue la belle finale d'un vin déjà très gourmand. [b]Très bien +[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Palette Château Simone 1994[/color][/b] Le nez embaume le miel avec une pointe d’hydrocarbure, l’encaustique, le touty très exubérant car très ouvert. Aucune note d’élevage perceptible. La bouche est grasse, riche, de grande ampleur avec une fraîcheur singulière alors même que le miel est toujours présent. Longue finale qui persiste longtemps. Un formidable Simone qui montre qu’il est impératif d’attendre ce blanc. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Robe claire, tirant sur le vert et nez discret, quelques notes d'hydrocarbures. Le pamplemousse domine une bouche fluide, où fraicheur et belle acidité se conjuguent. Manque peut être un peu de complexité. Bonne longueur pour un vin qui ne fait pas son âge et peut encore tenir la garde. [b]Bien ++[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Chateauneuf du Pape Domaine Henri Bonneau « Réserve des Célestins » 1970[/b][/color] Passé une note de réduction, le nez se développe sur des arômes de framboise, de griotte, d’orange amère, de viande, de sang de bœuf et d’épices. Très beau nez complexe. En bouche, c’est la structure du vin qui domine mais le charme du nez s’est évaporé, dominé qu’il est par une acidité marquée. On note toutefois des fruits rouges acidulés, une pointe d’alcool malgré une finale de bonne longueur. Le vin est loin d’être mort mais il a clairement dépassé son apogée pour le plaisir procuré en bouche, sur cette bouteille. Respect néanmoins. Merci Jean-Louis. [b]Bien +[/b] (Laurent) La robe rubis présente une légère turbidité et annonce un vieux vin. Le nez animal, de sous-bois est relayé par une bouche acidulée sur la griotte, le kirsh. Manque un peu de peps et de longueur. On sent le poids des années mais la finesse et l'élégance de l'ensemble sont remarquables. Il n'attendait que son gibier à plume pour s'envoler. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Corton Domaine Bonneau du Martray 1996[/b][/color] Le nez présente beaucoup de finesse sur des arômes de bonbon, de caramel, un aspect floral et végétal puis mentholé à l’aération. La bouche est gourmande, bien équilibrée malgré une acidité sensible, encore assez tannique. Cela manque un peu d’ampleur et la finale est un peu dure. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Robe soutenue pour le cépage et l'âge, nez sur la réglisse et le menthol. La bouche est fine, la trame serrée, où ressortent la minéralité du terroir et des notes légèrement fumées. Assez bonne longueur. Vin pas vraiment typé Pinot quoique très élégant. L'ensemble est déjà bien fondu, difficile de dire s'il gagnera à vieillir encore. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Barolo Domaine Elio Grasso ‘Casa Maté » 1998[/b][/color] Le nez est dominé par l’alcool et les fruits noirs. La bouche est puissante, encore tannique, sans lourdeur, le vin conjugue un côté massif et aérien conjugué et est soutenu par une acidité bienvenue. Belle finale persistante sur les fruits rouges. Un vin encore bien jeune. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe sombre, nez jeune et puissant, où l'alcool ressort un peu, qui peut nous emmnener vers une syrah pour son côté violette. La bouche chaleureuse confirme avec d'énormes tannins, où l'on décèle les fruits rouges, les épices et la garrigue. Ce côté sudiste nous amène vers un Mourvèdre voire un Tannat dans sa jeunesse. C'est trop jeune à ce stade, à attendre patiemment car beau potentiel. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux du Languedoc Domaine Peyre Rose « Clos des Cistes » 1996[/color][/b] Le nez est terreux (verre de terre et huître pour Albéric, ça c’est fait !) ; sur les fruits noirs, une pointe d’alcool puis évolue à l’aération sur des notes de tabac , d’épices, de réglisse, un côté floral et une sensation de sucrosité. C’est très fin. La bouche est enrobée, possède de la gourmandise mais reste un peu chaleureuse et encore tannique malgré une belle finale. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Nez discrètement fumé, légèrement animal, épicé, volumineux. La bouche présente une mache fine, une sucrosité suffisante pour être agréable. Les fruits noirs et le zan régalent au milieu de tannins encore présents. Il reste une pointe chaleureuse au milieu de cette puissance mais tout cela devrait pouvoir se fondre. Très belle longueur. Devrait se bonifier encore sur 5 ans. [b]Très bien (+)[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux D’Aix Domaine de Trevallon 1990[/color][/b] Le nez est très floral, végétal (cabernet), puis une pointe animale et de confiture de prune au second nez. La bouche est ronde avec une pointe de sucrosité bienvenue qui rend le vin diablement gourmand. La Bouche possède encore beaucoup de corps sur des arômes de fruits noirs confiturés. Fabuleuse finale de grande longueur. Le plus grand Trevallon qu’il m’ait été donné de déguster. [b]Très Bien +/Excellent[/b] (Laurent) Superbe nez sur le cèdre, les épices, le cuir et les fruits mûrs. La bouche est un régal d'équilibre, où se mêlent tellement d'éléments qu'ils finissent par n'en faire qu'un, ponctué d'une légère sucrosité. Tout cela s'achève sur une finale gourmande de fruits rouges et noirs confiturés, une rétro sur la marmelade de fraise. Il ne manque que la truffe pour atteindre la perfection mais je l'aime d'amour. Un grand vin à maturité et qui devrait encore le rester encore longtemps. [b]Excellent[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Chateauneuf du Pape Domaine Lucien Barrot 1981[/color][/b] Le vin s’ouvre sur un nez de sous-bois, de mousseron, une pointe animale, c’est chaleureux sur les épices douces et la terre humide. La bouche est fortement glycérinée sur la cerise à l’eau de vin. C’est gourmand malgré un alcool présent. Un vin de caractère à la longue finale toujours dans son plateau de maturité. Impressionnant. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Nez sur le pruneau, la figue et une pointe d'alcool. La trame est large, le milieu de bouche est solide, un peu de cacao amer et l'on enchaîne sur une longueur soutenue. Vin d'une jeunesse insolente pour ce trentenaire. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Bonnezeaux Domaine des Petits Quarts « Le Malabé 1ère trie » 1997[/color][/b] Le nez est très botrytisé, sur les fruits exotiques (litchi, mangue), la confiture d’orange. La bouche est imposante en sucre, on est sur un gros liquoreux encore très rôti, sur le sirop de miel. Bonne finale soutenue par une acidité perceptible qui facilite la dégustation. Un vin encore à attendre impérativement qui va traverser les décennies. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe dorée et nez sur les fruits exotiques, en ressortent l'ananas et la mangue, le litchi et une pointe de menthol. La bouche, grasse, est exubérante, rôtie, suave et présente une fraîcheur qui équilibre les gros sucres. Le caramel et le turron réhaussent un ensemble déjà très gourmand. A attendre longtemps. [b]Très bien +[/b] (Christophe)[img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040615.JPG][/url]

On ne remerciera jamais assez Albéric, qui nous a ainsi ouvert les portes du domaine Voge pour que nous puissions connaître ce qui fait le fruit de notre passion : de la vigne au vin. Merci Albéric, et c’est avec plaisir que nous lui offrons une bouteille d’une autre région, un Meursault 2004 de Jean-François COCHE-DURY.
[/url][/center] A l’issue de la première séance il nous avait dit « Le vin c’est la convivialité » et c’est bien ainsi que toute cette saison s’est déroulée. On ne pouvait pas finir sans une superbe dégustation, Laurent avait proposé appellations prestigieuses, j’avais rajouté millénaire précédent… Les voilà, avant les commentaires, et nous nous sommes régalés et bien décidés à ne pas en rester là. [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040626.JPG][/url][/center] Jean-Louis pour LPV Rhône [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château Rayas 1999[/color][/b] Le nez est fumé, sur les fruits jaunes, une pointe vanillée, l’amande. La bouche est très grasse mais l’équilibre superbe, d’une grande fraîcheur buccale. Bonne longueur. Un vin sudiste en bouche mais à l’équilibre plus nordiste. Décidément mon second rayas blanc fait que c’est le Chateauneuf blanc que j’apprécie le plus au vieillissement. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Nez minéral sur la coquille d'huître et les fruits blancs. La bouche fraîche développe de beaux arômes citronnés, tout en finesse, où l'on retrouve le chèvrefeuille. C'est gras sans être lourd. Belle finale anisée terminant sur des notes d'élevage (beurre) déjà bien intégrées. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château de Beaucastel 1998[/color][/b] Le nez est sur le miel, l’encaustique, la cire d’abeille, la mirabelle. La bouche est très grasse, très mielleuse, moins aérienne que le précédent mais l’équilibre est respecté. La bouche possède plus d’ampleur et se termine par une jolie finale saline malgré une pointe d’alcool. Le meilleur Beaucastel blanc que j’ai bu sans note d’oxydation. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe or et pointe oxydative au nez, complétée par des fruits jaunes bien mûrs, notamment l'abricot. Il me rappelle celui d'une vieille Marestel ou d'une vieille roussane. La richesse du nez peut nous emmener vers un vin ayant des sucres. La bouche est riche, sur le coing, les écorces d'agrumes confites, complétée par de délicates touches de fleurs d'oranger et de safran. Il y a de la fraîcheur malgré un ensemble déjà patiné, encaustique. La rétro miellée conclue la belle finale d'un vin déjà très gourmand. [b]Très bien +[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Palette Château Simone 1994[/color][/b] Le nez embaume le miel avec une pointe d’hydrocarbure, l’encaustique, le touty très exubérant car très ouvert. Aucune note d’élevage perceptible. La bouche est grasse, riche, de grande ampleur avec une fraîcheur singulière alors même que le miel est toujours présent. Longue finale qui persiste longtemps. Un formidable Simone qui montre qu’il est impératif d’attendre ce blanc. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Robe claire, tirant sur le vert et nez discret, quelques notes d'hydrocarbures. Le pamplemousse domine une bouche fluide, où fraicheur et belle acidité se conjuguent. Manque peut être un peu de complexité. Bonne longueur pour un vin qui ne fait pas son âge et peut encore tenir la garde. [b]Bien ++[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Chateauneuf du Pape Domaine Henri Bonneau « Réserve des Célestins » 1970[/b][/color] Passé une note de réduction, le nez se développe sur des arômes de framboise, de griotte, d’orange amère, de viande, de sang de bœuf et d’épices. Très beau nez complexe. En bouche, c’est la structure du vin qui domine mais le charme du nez s’est évaporé, dominé qu’il est par une acidité marquée. On note toutefois des fruits rouges acidulés, une pointe d’alcool malgré une finale de bonne longueur. Le vin est loin d’être mort mais il a clairement dépassé son apogée pour le plaisir procuré en bouche, sur cette bouteille. Respect néanmoins. Merci Jean-Louis. [b]Bien +[/b] (Laurent) La robe rubis présente une légère turbidité et annonce un vieux vin. Le nez animal, de sous-bois est relayé par une bouche acidulée sur la griotte, le kirsh. Manque un peu de peps et de longueur. On sent le poids des années mais la finesse et l'élégance de l'ensemble sont remarquables. Il n'attendait que son gibier à plume pour s'envoler. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Corton Domaine Bonneau du Martray 1996[/b][/color] Le nez présente beaucoup de finesse sur des arômes de bonbon, de caramel, un aspect floral et végétal puis mentholé à l’aération. La bouche est gourmande, bien équilibrée malgré une acidité sensible, encore assez tannique. Cela manque un peu d’ampleur et la finale est un peu dure. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Robe soutenue pour le cépage et l'âge, nez sur la réglisse et le menthol. La bouche est fine, la trame serrée, où ressortent la minéralité du terroir et des notes légèrement fumées. Assez bonne longueur. Vin pas vraiment typé Pinot quoique très élégant. L'ensemble est déjà bien fondu, difficile de dire s'il gagnera à vieillir encore. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Barolo Domaine Elio Grasso ‘Casa Maté » 1998[/b][/color] Le nez est dominé par l’alcool et les fruits noirs. La bouche est puissante, encore tannique, sans lourdeur, le vin conjugue un côté massif et aérien conjugué et est soutenu par une acidité bienvenue. Belle finale persistante sur les fruits rouges. Un vin encore bien jeune. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe sombre, nez jeune et puissant, où l'alcool ressort un peu, qui peut nous emmnener vers une syrah pour son côté violette. La bouche chaleureuse confirme avec d'énormes tannins, où l'on décèle les fruits rouges, les épices et la garrigue. Ce côté sudiste nous amène vers un Mourvèdre voire un Tannat dans sa jeunesse. C'est trop jeune à ce stade, à attendre patiemment car beau potentiel. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux du Languedoc Domaine Peyre Rose « Clos des Cistes » 1996[/color][/b] Le nez est terreux (verre de terre et huître pour Albéric, ça c’est fait !) ; sur les fruits noirs, une pointe d’alcool puis évolue à l’aération sur des notes de tabac , d’épices, de réglisse, un côté floral et une sensation de sucrosité. C’est très fin. La bouche est enrobée, possède de la gourmandise mais reste un peu chaleureuse et encore tannique malgré une belle finale. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Nez discrètement fumé, légèrement animal, épicé, volumineux. La bouche présente une mache fine, une sucrosité suffisante pour être agréable. Les fruits noirs et le zan régalent au milieu de tannins encore présents. Il reste une pointe chaleureuse au milieu de cette puissance mais tout cela devrait pouvoir se fondre. Très belle longueur. Devrait se bonifier encore sur 5 ans. [b]Très bien (+)[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux D’Aix Domaine de Trevallon 1990[/color][/b] Le nez est très floral, végétal (cabernet), puis une pointe animale et de confiture de prune au second nez. La bouche est ronde avec une pointe de sucrosité bienvenue qui rend le vin diablement gourmand. La Bouche possède encore beaucoup de corps sur des arômes de fruits noirs confiturés. Fabuleuse finale de grande longueur. Le plus grand Trevallon qu’il m’ait été donné de déguster. [b]Très Bien +/Excellent[/b] (Laurent) Superbe nez sur le cèdre, les épices, le cuir et les fruits mûrs. La bouche est un régal d'équilibre, où se mêlent tellement d'éléments qu'ils finissent par n'en faire qu'un, ponctué d'une légère sucrosité. Tout cela s'achève sur une finale gourmande de fruits rouges et noirs confiturés, une rétro sur la marmelade de fraise. Il ne manque que la truffe pour atteindre la perfection mais je l'aime d'amour. Un grand vin à maturité et qui devrait encore le rester encore longtemps. [b]Excellent[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Chateauneuf du Pape Domaine Lucien Barrot 1981[/color][/b] Le vin s’ouvre sur un nez de sous-bois, de mousseron, une pointe animale, c’est chaleureux sur les épices douces et la terre humide. La bouche est fortement glycérinée sur la cerise à l’eau de vin. C’est gourmand malgré un alcool présent. Un vin de caractère à la longue finale toujours dans son plateau de maturité. Impressionnant. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Nez sur le pruneau, la figue et une pointe d'alcool. La trame est large, le milieu de bouche est solide, un peu de cacao amer et l'on enchaîne sur une longueur soutenue. Vin d'une jeunesse insolente pour ce trentenaire. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Bonnezeaux Domaine des Petits Quarts « Le Malabé 1ère trie » 1997[/color][/b] Le nez est très botrytisé, sur les fruits exotiques (litchi, mangue), la confiture d’orange. La bouche est imposante en sucre, on est sur un gros liquoreux encore très rôti, sur le sirop de miel. Bonne finale soutenue par une acidité perceptible qui facilite la dégustation. Un vin encore à attendre impérativement qui va traverser les décennies. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe dorée et nez sur les fruits exotiques, en ressortent l'ananas et la mangue, le litchi et une pointe de menthol. La bouche, grasse, est exubérante, rôtie, suave et présente une fraîcheur qui équilibre les gros sucres. Le caramel et le turron réhaussent un ensemble déjà très gourmand. A attendre longtemps. [b]Très bien +[/b] (Christophe)[img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040617.JPG][/url]

A l’issue de la première séance il nous avait dit « Le vin c’est la convivialité » et c’est bien ainsi que toute cette saison s’est déroulée. On ne pouvait pas finir sans une superbe dégustation, Laurent avait proposé appellations prestigieuses, j’avais rajouté millénaire précédent… Les voilà, avant les commentaires, et nous nous sommes régalés et bien décidés à ne pas en rester là.
[/url][/center] Jean-Louis pour LPV Rhône [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château Rayas 1999[/color][/b] Le nez est fumé, sur les fruits jaunes, une pointe vanillée, l’amande. La bouche est très grasse mais l’équilibre superbe, d’une grande fraîcheur buccale. Bonne longueur. Un vin sudiste en bouche mais à l’équilibre plus nordiste. Décidément mon second rayas blanc fait que c’est le Chateauneuf blanc que j’apprécie le plus au vieillissement. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Nez minéral sur la coquille d'huître et les fruits blancs. La bouche fraîche développe de beaux arômes citronnés, tout en finesse, où l'on retrouve le chèvrefeuille. C'est gras sans être lourd. Belle finale anisée terminant sur des notes d'élevage (beurre) déjà bien intégrées. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Chateauneuf du Pape Château de Beaucastel 1998[/color][/b] Le nez est sur le miel, l’encaustique, la cire d’abeille, la mirabelle. La bouche est très grasse, très mielleuse, moins aérienne que le précédent mais l’équilibre est respecté. La bouche possède plus d’ampleur et se termine par une jolie finale saline malgré une pointe d’alcool. Le meilleur Beaucastel blanc que j’ai bu sans note d’oxydation. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe or et pointe oxydative au nez, complétée par des fruits jaunes bien mûrs, notamment l'abricot. Il me rappelle celui d'une vieille Marestel ou d'une vieille roussane. La richesse du nez peut nous emmener vers un vin ayant des sucres. La bouche est riche, sur le coing, les écorces d'agrumes confites, complétée par de délicates touches de fleurs d'oranger et de safran. Il y a de la fraîcheur malgré un ensemble déjà patiné, encaustique. La rétro miellée conclue la belle finale d'un vin déjà très gourmand. [b]Très bien +[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Palette Château Simone 1994[/color][/b] Le nez embaume le miel avec une pointe d’hydrocarbure, l’encaustique, le touty très exubérant car très ouvert. Aucune note d’élevage perceptible. La bouche est grasse, riche, de grande ampleur avec une fraîcheur singulière alors même que le miel est toujours présent. Longue finale qui persiste longtemps. Un formidable Simone qui montre qu’il est impératif d’attendre ce blanc. [b]Très Bien +[/b] (Laurent) Robe claire, tirant sur le vert et nez discret, quelques notes d'hydrocarbures. Le pamplemousse domine une bouche fluide, où fraicheur et belle acidité se conjuguent. Manque peut être un peu de complexité. Bonne longueur pour un vin qui ne fait pas son âge et peut encore tenir la garde. [b]Bien ++[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Chateauneuf du Pape Domaine Henri Bonneau « Réserve des Célestins » 1970[/b][/color] Passé une note de réduction, le nez se développe sur des arômes de framboise, de griotte, d’orange amère, de viande, de sang de bœuf et d’épices. Très beau nez complexe. En bouche, c’est la structure du vin qui domine mais le charme du nez s’est évaporé, dominé qu’il est par une acidité marquée. On note toutefois des fruits rouges acidulés, une pointe d’alcool malgré une finale de bonne longueur. Le vin est loin d’être mort mais il a clairement dépassé son apogée pour le plaisir procuré en bouche, sur cette bouteille. Respect néanmoins. Merci Jean-Louis. [b]Bien +[/b] (Laurent) La robe rubis présente une légère turbidité et annonce un vieux vin. Le nez animal, de sous-bois est relayé par une bouche acidulée sur la griotte, le kirsh. Manque un peu de peps et de longueur. On sent le poids des années mais la finesse et l'élégance de l'ensemble sont remarquables. Il n'attendait que son gibier à plume pour s'envoler. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Corton Domaine Bonneau du Martray 1996[/b][/color] Le nez présente beaucoup de finesse sur des arômes de bonbon, de caramel, un aspect floral et végétal puis mentholé à l’aération. La bouche est gourmande, bien équilibrée malgré une acidité sensible, encore assez tannique. Cela manque un peu d’ampleur et la finale est un peu dure. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Robe soutenue pour le cépage et l'âge, nez sur la réglisse et le menthol. La bouche est fine, la trame serrée, où ressortent la minéralité du terroir et des notes légèrement fumées. Assez bonne longueur. Vin pas vraiment typé Pinot quoique très élégant. L'ensemble est déjà bien fondu, difficile de dire s'il gagnera à vieillir encore. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [color=#FF0000][b]Barolo Domaine Elio Grasso ‘Casa Maté » 1998[/b][/color] Le nez est dominé par l’alcool et les fruits noirs. La bouche est puissante, encore tannique, sans lourdeur, le vin conjugue un côté massif et aérien conjugué et est soutenu par une acidité bienvenue. Belle finale persistante sur les fruits rouges. Un vin encore bien jeune. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe sombre, nez jeune et puissant, où l'alcool ressort un peu, qui peut nous emmnener vers une syrah pour son côté violette. La bouche chaleureuse confirme avec d'énormes tannins, où l'on décèle les fruits rouges, les épices et la garrigue. Ce côté sudiste nous amène vers un Mourvèdre voire un Tannat dans sa jeunesse. C'est trop jeune à ce stade, à attendre patiemment car beau potentiel. [b]Très bien -[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux du Languedoc Domaine Peyre Rose « Clos des Cistes » 1996[/color][/b] Le nez est terreux (verre de terre et huître pour Albéric, ça c’est fait !) ; sur les fruits noirs, une pointe d’alcool puis évolue à l’aération sur des notes de tabac , d’épices, de réglisse, un côté floral et une sensation de sucrosité. C’est très fin. La bouche est enrobée, possède de la gourmandise mais reste un peu chaleureuse et encore tannique malgré une belle finale. [b]Bien ++[/b] (Laurent) Nez discrètement fumé, légèrement animal, épicé, volumineux. La bouche présente une mache fine, une sucrosité suffisante pour être agréable. Les fruits noirs et le zan régalent au milieu de tannins encore présents. Il reste une pointe chaleureuse au milieu de cette puissance mais tout cela devrait pouvoir se fondre. Très belle longueur. Devrait se bonifier encore sur 5 ans. [b]Très bien (+)[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Coteaux D’Aix Domaine de Trevallon 1990[/color][/b] Le nez est très floral, végétal (cabernet), puis une pointe animale et de confiture de prune au second nez. La bouche est ronde avec une pointe de sucrosité bienvenue qui rend le vin diablement gourmand. La Bouche possède encore beaucoup de corps sur des arômes de fruits noirs confiturés. Fabuleuse finale de grande longueur. Le plus grand Trevallon qu’il m’ait été donné de déguster. [b]Très Bien +/Excellent[/b] (Laurent) Superbe nez sur le cèdre, les épices, le cuir et les fruits mûrs. La bouche est un régal d'équilibre, où se mêlent tellement d'éléments qu'ils finissent par n'en faire qu'un, ponctué d'une légère sucrosité. Tout cela s'achève sur une finale gourmande de fruits rouges et noirs confiturés, une rétro sur la marmelade de fraise. Il ne manque que la truffe pour atteindre la perfection mais je l'aime d'amour. Un grand vin à maturité et qui devrait encore le rester encore longtemps. [b]Excellent[/b] (Christophe) [b][color=#FF0000]Chateauneuf du Pape Domaine Lucien Barrot 1981[/color][/b] Le vin s’ouvre sur un nez de sous-bois, de mousseron, une pointe animale, c’est chaleureux sur les épices douces et la terre humide. La bouche est fortement glycérinée sur la cerise à l’eau de vin. C’est gourmand malgré un alcool présent. Un vin de caractère à la longue finale toujours dans son plateau de maturité. Impressionnant. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Nez sur le pruneau, la figue et une pointe d'alcool. La trame est large, le milieu de bouche est solide, un peu de cacao amer et l'on enchaîne sur une longueur soutenue. Vin d'une jeunesse insolente pour ce trentenaire. [b]Très bien[/b] (Christophe) [b][color=#00FF00]Bonnezeaux Domaine des Petits Quarts « Le Malabé 1ère trie » 1997[/color][/b] Le nez est très botrytisé, sur les fruits exotiques (litchi, mangue), la confiture d’orange. La bouche est imposante en sucre, on est sur un gros liquoreux encore très rôti, sur le sirop de miel. Bonne finale soutenue par une acidité perceptible qui facilite la dégustation. Un vin encore à attendre impérativement qui va traverser les décennies. [b]Très Bien[/b] (Laurent) Robe dorée et nez sur les fruits exotiques, en ressortent l'ananas et la mangue, le litchi et une pointe de menthol. La bouche, grasse, est exubérante, rôtie, suave et présente une fraîcheur qui équilibre les gros sucres. Le caramel et le turron réhaussent un ensemble déjà très gourmand. A attendre longtemps. [b]Très bien +[/b] (Christophe)[img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040626.JPG][/url]

Jean-Louis pour LPV Rhône

Chateauneuf du Pape Château Rayas 1999

Le nez est fumé, sur les fruits jaunes, une pointe vanillée, l’amande.
La bouche est très grasse mais l’équilibre superbe, d’une grande fraîcheur buccale. Bonne longueur. Un vin sudiste en bouche mais à l’équilibre plus nordiste. Décidément mon second rayas blanc fait que c’est le Chateauneuf blanc que j’apprécie le plus au vieillissement. Très Bien + (Laurent)
Nez minéral sur la coquille d'huître et les fruits blancs. La bouche fraîche développe de beaux arômes citronnés, tout en finesse, où l'on retrouve le chèvrefeuille. C'est gras sans être lourd. Belle finale anisée terminant sur des notes d'élevage (beurre) déjà bien intégrées. Très bien (Christophe)

Chateauneuf du Pape Château de Beaucastel 1998

Le nez est sur le miel, l’encaustique, la cire d’abeille, la mirabelle.
La bouche est très grasse, très mielleuse, moins aérienne que le précédent mais l’équilibre est respecté. La bouche possède plus d’ampleur et se termine par une jolie finale saline malgré une pointe d’alcool. Le meilleur Beaucastel blanc que j’ai bu sans note d’oxydation. Très Bien (Laurent)
Robe or et pointe oxydative au nez, complétée par des fruits jaunes bien mûrs, notamment l'abricot. Il me rappelle celui d'une vieille Marestel ou d'une vieille roussane. La richesse du nez peut nous emmener vers un vin ayant des sucres. La bouche est riche, sur le coing, les écorces d'agrumes confites, complétée par de délicates touches de fleurs d'oranger et de safran. Il y a de la fraîcheur malgré un ensemble déjà patiné, encaustique. La rétro miellée conclue la belle finale d'un vin déjà très gourmand. Très bien + (Christophe)

Palette Château Simone 1994

Le nez embaume le miel avec une pointe d’hydrocarbure, l’encaustique, le touty très exubérant car très ouvert. Aucune note d’élevage perceptible.
La bouche est grasse, riche, de grande ampleur avec une fraîcheur singulière alors même que le miel est toujours présent. Longue finale qui persiste longtemps. Un formidable Simone qui montre qu’il est impératif d’attendre ce blanc. Très Bien + (Laurent)
Robe claire, tirant sur le vert et nez discret, quelques notes d'hydrocarbures. Le pamplemousse domine une bouche fluide, où fraicheur et belle acidité se conjuguent. Manque peut être un peu de complexité. Bonne longueur pour un vin qui ne fait pas son âge et peut encore tenir la garde. Bien ++ (Christophe)

Chateauneuf du Pape Domaine Henri Bonneau « Réserve des Célestins » 1970

Passé une note de réduction, le nez se développe sur des arômes de framboise, de griotte, d’orange amère, de viande, de sang de bœuf et d’épices. Très beau nez complexe.
En bouche, c’est la structure du vin qui domine mais le charme du nez s’est évaporé, dominé qu’il est par une acidité marquée. On note toutefois des fruits rouges acidulés, une pointe d’alcool malgré une finale de bonne longueur. Le vin est loin d’être mort mais il a clairement dépassé son apogée pour le plaisir procuré en bouche, sur cette bouteille. Respect néanmoins. Merci Jean-Louis. Bien + (Laurent)
La robe rubis présente une légère turbidité et annonce un vieux vin. Le nez animal, de sous-bois est relayé par une bouche acidulée sur la griotte, le kirsh. Manque un peu de peps et de longueur. On sent le poids des années mais la finesse et l'élégance de l'ensemble sont remarquables. Il n'attendait que son gibier à plume pour s'envoler. Très bien - (Christophe)

Corton Domaine Bonneau du Martray 1996

Le nez présente beaucoup de finesse sur des arômes de bonbon, de caramel, un aspect floral et végétal puis mentholé à l’aération.
La bouche est gourmande, bien équilibrée malgré une acidité sensible, encore assez tannique. Cela manque un peu d’ampleur et la finale est un peu dure. Bien ++ (Laurent)
Robe soutenue pour le cépage et l'âge, nez sur la réglisse et le menthol. La bouche est fine, la trame serrée, où ressortent la minéralité du terroir et des notes légèrement fumées. Assez bonne longueur. Vin pas vraiment typé Pinot quoique très élégant. L'ensemble est déjà bien fondu, difficile de dire s'il gagnera à vieillir encore. Très bien - (Christophe)

Barolo Domaine Elio Grasso ‘Casa Maté » 1998

Le nez est dominé par l’alcool et les fruits noirs.
La bouche est puissante, encore tannique, sans lourdeur, le vin conjugue un côté massif et aérien conjugué et est soutenu par une acidité bienvenue. Belle finale persistante sur les fruits rouges. Un vin encore bien jeune. Très Bien (Laurent)
Robe sombre, nez jeune et puissant, où l'alcool ressort un peu, qui peut nous emmnener vers une syrah pour son côté violette. La bouche chaleureuse confirme avec d'énormes tannins, où l'on décèle les fruits rouges, les épices et la garrigue. Ce côté sudiste nous amène vers un Mourvèdre voire un Tannat dans sa jeunesse. C'est trop jeune à ce stade, à attendre patiemment car beau potentiel. Très bien - (Christophe)

Coteaux du Languedoc Domaine Peyre Rose « Clos des Cistes » 1996

Le nez est terreux (verre de terre et huître pour Albéric, ça c’est fait !) ; sur les fruits noirs, une pointe d’alcool puis évolue à l’aération sur des notes de tabac , d’épices, de réglisse, un côté floral et une sensation de sucrosité. C’est très fin.
La bouche est enrobée, possède de la gourmandise mais reste un peu chaleureuse et encore tannique malgré une belle finale. Bien ++ (Laurent)
Nez discrètement fumé, légèrement animal, épicé, volumineux. La bouche présente une mache fine, une sucrosité suffisante pour être agréable. Les fruits noirs et le zan régalent au milieu de tannins encore présents. Il reste une pointe chaleureuse au milieu de cette puissance mais tout cela devrait pouvoir se fondre. Très belle longueur. Devrait se bonifier encore sur 5 ans. Très bien (+) (Christophe)

Coteaux D’Aix Domaine de Trevallon 1990

Le nez est très floral, végétal (cabernet), puis une pointe animale et de confiture de prune au second nez.
La bouche est ronde avec une pointe de sucrosité bienvenue qui rend le vin diablement gourmand. La Bouche possède encore beaucoup de corps sur des arômes de fruits noirs confiturés. Fabuleuse finale de grande longueur. Le plus grand Trevallon qu’il m’ait été donné de déguster. Très Bien +/Excellent (Laurent)
Superbe nez sur le cèdre, les épices, le cuir et les fruits mûrs. La bouche est un régal d'équilibre, où se mêlent tellement d'éléments qu'ils finissent par n'en faire qu'un, ponctué d'une légère sucrosité. Tout cela s'achève sur une finale gourmande de fruits rouges et noirs confiturés, une rétro sur la marmelade de fraise. Il ne manque que la truffe pour atteindre la perfection mais je l'aime d'amour. Un grand vin à maturité et qui devrait encore le rester encore longtemps. Excellent (Christophe)

Chateauneuf du Pape Domaine Lucien Barrot 1981

Le vin s’ouvre sur un nez de sous-bois, de mousseron, une pointe animale, c’est chaleureux sur les épices douces et la terre humide.
La bouche est fortement glycérinée sur la cerise à l’eau de vin. C’est gourmand malgré un alcool présent. Un vin de caractère à la longue finale toujours dans son plateau de maturité. Impressionnant. Très Bien (Laurent)
Nez sur le pruneau, la figue et une pointe d'alcool. La trame est large, le milieu de bouche est solide, un peu de cacao amer et l'on enchaîne sur une longueur soutenue. Vin d'une jeunesse insolente pour ce trentenaire. Très bien (Christophe)

Bonnezeaux Domaine des Petits Quarts « Le Malabé 1ère trie » 1997

Le nez est très botrytisé, sur les fruits exotiques (litchi, mangue), la confiture d’orange.
La bouche est imposante en sucre, on est sur un gros liquoreux encore très rôti, sur le sirop de miel. Bonne finale soutenue par une acidité perceptible qui facilite la dégustation. Un vin encore à attendre impérativement qui va traverser les décennies. Très Bien (Laurent)
Robe dorée et nez sur les fruits exotiques, en ressortent l'ananas et la mangue, le litchi et une pointe de menthol. La bouche, grasse, est exubérante, rôtie, suave et présente une fraîcheur qui équilibre les gros sucres. Le caramel et le turron réhaussent un ensemble déjà très gourmand. A attendre longtemps. Très bien + (Christophe)
#1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 83710
  • Remerciements reçus 9542

oliv a répondu au sujet : Re: Culture du Saint-Joseph au domaine Voge acte VII : Les vendanges, et la fête des vendanges !

Un seul mot : [size=large]PHÉ - NO - MÉ - NAL !![/size] ::o

Ce reportage est tellement bien tourné qu'on y est, là ! (tu)
... Les courbatures en moins !

Bravo Jean Louis, bravo les amis !

Oliv
#2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 27
  • Remerciements reçus 0

Fredix a répondu au sujet : Re: Culture du Saint-Joseph au domaine Voge acte VII : Les vendanges, et la fête des vendanges !

Salut,
Vraiment félicitations pour ce super reportage, ce fut un plaisir de suivre tous vos travaux durant cette campagne 2009. Enfin l'aboutissement de tous vos efforts... Encore bravo à tous et en espérant se revoir bientôt...
Frédo
#3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1161
  • Remerciements reçus 38

Xtof a répondu au sujet : Re: Culture du Saint-Joseph au domaine Voge acte VII : Les vendanges, et la fête des vendanges !

Jean-Louis,

Superbe reportage!

Merci pour ce beau témoignage.

Christophe
#4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 21539
  • Remerciements reçus 52

Thierry Debaisieux a répondu au sujet : Re: Culture du Saint-Joseph au domaine Voge acte VII : Les vendanges, et la fête des vendanges !

Très beau reportage en effet !

Merci et Bravo !!!

Amitiés,
Thierry
#5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 558
  • Remerciements reçus 18

iam_nico a répondu au sujet : Re: Culture du Saint-Joseph au domaine Voge acte VII : Les vendanges, et la fête des vendanges !

Superbe comme tous ces petits reportages.

Nicolas
#6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 330
  • Remerciements reçus 0

Bebertbis a répondu au sujet : Re: Culture du Saint-Joseph au domaine Voge acte VII : Les vendanges, et la fête des vendanges !

C'est vrai que c'est sympa ce reportage. (tu)
Ça me rappelle quelques souvenirs, d'il y a 7 ans. Pas forcément bons, d'ailleurs... :(

"Pour les aveugles, on dit non-voyant, pour les sourds, non-entendant, et pour les cons, non-comprenant."
Guy Bedos
#7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2502
  • Remerciements reçus 119

freemanu a répondu au sujet : Re: Culture du Saint-Joseph au domaine Voge acte VII : Les vendanges, et la fête des vendanges !

Super reportage.

Attention juste sur le fait que Trevallon ne soit pas un Coteaux d'Aix mais un Vin de Pays des Bouches du Rhône.

Manu

Manu LPV PACA
#8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 317
  • Remerciements reçus 110

patrice a répondu au sujet : Re: Culture du Saint-Joseph au domaine Voge acte VII : Les vendanges, et la fête des vendanges !

freemanu écrivait:
> Super reportage.
>
> Attention juste sur le fait que Trevallon ne soit
> pas un Coteaux d'Aix mais un Vin de Pays des
> Bouches du Rhône.
>
> Manu

Manu,
on s'est posé la question mais c'était bien un Côteaux d'Aix à l'époque...
Faut zoomer sur l'étiquette :)

Cordialement,
Patrice T
#9

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2502
  • Remerciements reçus 119

freemanu a répondu au sujet : Re: Culture du Saint-Joseph au domaine Voge acte VII : Les vendanges, et la fête des vendanges !

Méa culpa.

Impossible de mon coté de zoomer, mais j'arrive quand même à distinguer "Les Baux" sous coteaux d'Aix.

Manu

Manu LPV PACA
#10

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6161
  • Remerciements reçus 9

chinbourg a répondu au sujet : Re: Culture du Saint-Joseph au domaine Voge acte VII : Les vendanges, et la fête des vendanges !

Super reportage, bravo à vous.(tu)

Laurent L
#11

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4232
  • Remerciements reçus 1150

icna a répondu au sujet : Re: Culture du Saint-Joseph au domaine Voge acte VII : Les vendanges, et la fête des vendanges !

Beau reportage. Vous pensez refaire ça l'année prochaine ou c'était un one shot?

Quentin
#12

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1399
  • Remerciements reçus 103

jlcc a répondu au sujet : Re: Culture du Saint-Joseph au domaine Voge acte VII : Les vendanges, et la fête des vendanges !

Bonsoir,

A priori c'était une expérience unique, il faudrait varier les plaisirs et faire du blanc ne suffirait pas ;)...
#13

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 117
  • Remerciements reçus 0

francoisd a répondu au sujet : Re: Culture du Saint-Joseph au domaine Voge acte VII : Les vendanges, et la fête des vendanges !

Beau reportage !
Sous le soleil alors que maintenant il pleut...:?
J'espere que vous avez pigé l'intéret des vendanges et que vous etes remonté pour la suite...par contre je vois que vous avez délesté une partie du travail ,sur Alberic!

Francois
#14

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 8435
  • Remerciements reçus 24

Anthony a répondu au sujet : Re: Culture du Saint-Joseph au domaine Voge acte VII : Les vendanges, et la fête des vendanges !

Trévallon 1990 m'avait laissé la même excellente impression. Et bravo pour ce superbe reportage (tu)

Anthony
#15

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 27
  • Remerciements reçus 0

LPV Rhône a répondu au sujet : Re: Culture du Saint-Joseph au domaine Voge acte VII : Les vendanges, et la fête des vendanges !

Un petit passage ce matin pour assister au pigeage, opération consistant à enfoncer le chapeau de la cuve afin que les grains se mélangent et macèrent bien.

Un seul pigeage par jour, pas de remontage, pas de délestage François ;).

La cuve va rester entre 24 et 25° jusqu'à la fin des fermentations.
[/url][/center] Albéric s'acquitte de cette tâche avec une fouche qu'il enfonce dans la cuve, en équilibre sur une planche... Un prélèvement part pour analyse, l'alcool est à 13°4 et la densité à 994 (traduction il ne reste plus grand chose à fermenter). Vin parfumé et très coloré, mais un peu difficile à apprécier pour le moment ! [center][img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040645.JPG][/url][/center] Décuvage certainement fin de semaine prochaine comme prévu ![img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/PIGEAGE.JPG][/url]

Albéric s'acquitte de cette tâche avec une fouche qu'il enfonce dans la cuve, en équilibre sur une planche...

Un prélèvement part pour analyse, l'alcool est à 13°4 et la densité à 994 (traduction il ne reste plus grand chose à fermenter).
Vin parfumé et très coloré, mais un peu difficile à apprécier pour le moment !
[/url][/center] Décuvage certainement fin de semaine prochaine comme prévu ![img=http://photos.coste-du-rhone.com/Voge/Vendanges/P1040645.JPG][/url]

Décuvage certainement fin de semaine prochaine comme prévu !
#16

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 20064
  • Remerciements reçus 927

enzo daviolo a répondu au sujet : Re: Culture du Saint-Joseph au domaine Voge acte VII : Les vendanges, et la fête des vendanges !

(tu) merci Jean-Louis.
Albéric t'a-t-il expliqué pour quelle raison on a gagné 0,5 degrés?
#17

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1399
  • Remerciements reçus 103

jlcc a répondu au sujet : Re: Culture du Saint-Joseph au domaine Voge acte VII : Les vendanges, et la fête des vendanges !

Non Laurent, j'ai bien regardé et pas de sacs de sucre à côté de la cuve :D.
Un subtil décalage entre le degré potentiel et le degré réel ? Une erreur du réfractomètre ? Une imprécision de l'appareil ?
En tous cas le pigeage dure 3 minutes, on aurait eu le temps de faire une belle dégustation :)-D
#18

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 985
  • Remerciements reçus 1

kamuro a répondu au sujet : Re: Culture du Saint-Joseph au domaine Voge acte VII : Les vendanges, et la fête des vendanges !

Jean louis , laurent ,

Avez vous levuré ? ou attendez vous que cela démarre tout seul ?

Stephane
#19

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1399
  • Remerciements reçus 103

jlcc a répondu au sujet : Re: Culture du Saint-Joseph au domaine Voge acte VII : Les vendanges, et la fête des vendanges !

Levures indigènes, c'est à dire uniquement celles présentes sur les grains.
La fermentation alcoolique est déjà bien entamée, presque terminée comme l'indique la baisse de densité. Au départ le sucre présent dans le liquide augmente la densité, qui baisse au fur et à mesure de la fermentation.
On devrait faire deux barriques, j'aime autant éviter un élevage avec une barrique neuve (50% ça ferait beaucoup), donc certainement une barrique ayant eu un blanc et une ayant eu deux vins rouges.
C'est pas bon pour la note Parker mais comme on ne le donnera pas en dégustation :P...
#20

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 117
  • Remerciements reçus 0

francoisd a répondu au sujet : Re: Culture du Saint-Joseph au domaine Voge acte VII : Les vendanges, et la fête des vendanges !

Jean-Louis,
Les levures sont presentes sur les grains mais pas seumement,bcp dans la cuverie.
Et pour la difference d'alcool,plusieurs explications possibles:des grains flétris qui relarguent le sucre plus tard,des levures qui ont besoin de moins de sucres pour produire un degré d'alcool(refracto j'imagine réglé à 17,5g et realité vers 17?)

Francois
#21

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1399
  • Remerciements reçus 103

jlcc a répondu au sujet : Re: Culture du Saint-Joseph au domaine Voge acte VII : Les vendanges, et la fête des vendanges !

François,

On a un petit demi degré d'écart, même pas grave ;).
Il est vrai que certains grains étaient flétris !
#22

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 254
  • Remerciements reçus 0

Nicovino a répondu au sujet : Re: Culture du Saint-Joseph au domaine Voge acte VII : Les vendanges, et la fête des vendanges !

Jean-Louis, tu as une idée du rendement de la parcelle?
J'imagine que ça ne devait pas taper haut, au vu des raisins que vous ramassâtes...
Jolis jus en tout cas!

Nico
#23

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1399
  • Remerciements reçus 103

jlcc a répondu au sujet : Re: Culture du Saint-Joseph au domaine Voge acte VII : Les vendanges, et la fête des vendanges !

Nico,

Excuse-moi pour cette réponse tardive, j'ai eu du mal à joindre Albéric.
Globalement le rendement serait entre 26 et 28 hl/ha, contre un plafond à 40 hl/ha dans l'AOC Saint Joseph.
Donc ça fait peu mais ça devrait faire bon :)o
Décuvage dans la semaine, selon le résultat des analyses, et on devrait récupérer deux ou trois barriques de jus de goutte, Albéric mettra le jus de presse avec le reste du Saint Joseph (:P).
Si je peux je couvre l'évènement en exclusivité pour LPV B)
#24

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1399
  • Remerciements reçus 103

jlcc a répondu au sujet : Re: Culture du Saint-Joseph au domaine Voge acte VII : Les vendanges, et la fête des vendanges !

Bon, j'avais un peu de mal à être disponible et Albéric m'avait dit que la cuve allait s'écouler lentement, très lentement...

Il a donc décuvé sans moi, et a récupéré deux fûts de jus de goutte, plus 150 litres et le jus de presse qui ont fini dans "Les Vinsonnes", la cuvée de Saint Joseph du domaine.

A l'occasion, j'irai faire un cliché, et on pourrait peut-être goûter le vin au moment de la foire de Cornas début décembre ?
#25

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 20064
  • Remerciements reçus 927

enzo daviolo a répondu au sujet : Re: Culture du Saint-Joseph au domaine Voge acte VII : Les vendanges, et la fête des vendanges !

Avec plaisir Jean-Louis.
#26

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 254
  • Remerciements reçus 0

Nicovino a répondu au sujet : Re: Culture du Saint-Joseph au domaine Voge acte VII : Les vendanges, et la fête des vendanges !

Hey, bien volontiers mon bon Jean-Louis!
J'ai hâte...
Mais j'imagine qu'avec les températures actuelles, les fermentations doivent aller douuuuucement...

Nico
#27

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck