Nous avons 778 invités et 9 inscrits en ligne

Châteauneuf-du-Pape 1995 : L'Horizontale !

  • Messages : 26067
  • Remerciements reçus 918

Luc Javaux a créé le sujet : Châteauneuf-du-Pape 1995 : L'Horizontale !

Non, pas de faute d'orthographe dans le titre, cette Horizontale magistralement organisée par DidierT mérite bien un H majuscule. La liste des vins dégustés (avec ses quelques pirates) suffira j'en suis certain à vous convaincre. Outre DidierT et votre serviteur, ont participé à cette rencontre notre cher président Yves Zermatten himself, Dfried (que j'ai été très heureux de rencontrer pour la première fois, lui qui ne se déplace jamais sans son semi-remorque de vins et de victuailles...), DidierD (dit "The Nose"), Laurent Lab (ex-ami, futur beau-frère...) et Marc Dewolf, présent mais malheureusement souffrant, ce qui l'a empêché de profiter de ces instants magiques (il va mieux, heureusement...).

Voici donc cette fameuse liste :

1ère série :

Domaine de la Charbonnière - Cuvée Mourre des Perdrix 1995
Domaine de la Vieille Julienne 1995
Domaine Canet Valette - Saint-Chinian Le Vin Maghani 1995
Coudoulet de Beaucastel 1995
Château Cabrières 1995
Domaine Font de Michelle - Cuvée Etienne Gonnet 1995
Domaine Bosquet des Papes - Cuvée Chantemerle 1995
Domaine de la Charbonnière 1995
Domaine La Soumade - Côtes du Rhône-Villages Rasteau Fleur de Confiance 1995
Clos Mogador - Priorat 1995
Chapoutier - La Bernardine 1995
Château Beaucastel 1995


2ème série :

Château Beaucastel -Roussanne vieilles Vignes 1995
Domaine du Vieux Télégraphe 1995
Domaine Henri Bonneau - Marie Beurier 1995
Domaine du Pegaü - Cuvée Laurence 1995
Vega Sicilia - Valbuena 1995
Clos des Papes 1995
Roger Sabon - Le Secret des Sabon 1995
Château Beaucastel - Hommage à Jacques Perrin 1995
Chapoutier - Barbe-Rac 1995
Domaine de la Janasse - Vieilles Vignes 1995
Domaine Henri Bonneau - Réserve des Célestins 1995
Domaine de la Janasse - Chaupin 1995
Château Rayas 1995


Inutile de vous dire que le niveau était relevé. Non, pas relevé, plutôt exceptionnellement élevé, stratosphérique même, tant dans les sommets de qualité atteints que dans l'homogénéité de niveau. Ce qui ne veut pas dire homogénéité de style, loin de là, nous aurons l'occasion d'y revenir...
Les CR suivront, mais pour vous donner une petite idée, j'ai noté les vins de * à *****, et dans le seconde série de 12 rouges, 8 vins obtiennent *****... Jamais je n'avais dégusté autant de vins au sommet lors d'une seule dégustation, et ce n'est pas ce fabuleux week-end passé chez DidierT qui fera décliner mon amour pour cette magnifique appellation qu'est Châteauneuf-du-Pape.

les extras :

Quelques autres bouteilles ont également égayé cette rencontre, choisies par DidierT ou amenées par les participants, les CR figureront dans leur rubrique respective.

Bollinger - Grande année 1995
Château De Fesles - Bonnezeaux 1995
Château Tirecul la Gravière 2000
Can Rafols dels Caus - La Calma - Penedes 2002
Guy Breteaudeau - Muscadet de Sèvre et Maine 1992
Leewin Estate - Art Séries - Chardonnay Margaret River 2000
Château Léoville Las Cases 1975
Spottswoode - Cabernet Sauvignon 2001
Domaine Comte Georges de Vogüé - Musigny Vieilles Vignes 1995
Clos de l'Obac 1995
Castello Luigi - Besazio -Rosso del Ticino 2001
Casanova di Neri - Pietradonice - Sant'Antimo Rosso 2001
Château Léoville Las Cases 1996
Marie-Thérèse Chappaz - Petite Arvine Grain Noble 1996
Marie-Thérèse Chappaz - Marsanne Grain Noble 1999


Merci encore à DidierT (ainsi qu'à sa toujours aussi charmante épouse) pour ce week-end inoubliable, pour l'accueil, pour l'amitié, pour le partage, à tous les participants pour les superbes bouteilles qui ont complété la déjà très impressionnante série concoctée par DidierT et pour leur bonne humeur. Merci en particulier à Thierry Debaisieux qui, malgré le fait qu'il n'a malheureusement pas pu participer à cette rencontre, a fourni cinq des bouteilles dégustées.

Messieurs, à vos comptes-rendus, car pour ma part, il faudra un peu de patience... !

Luc
#1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5368
  • Remerciements reçus 3309

Olivier Mottard a répondu au sujet : Re: Châteauneuf-du-Pape 1995 : L'Horizontale !

Dépêchez-vous de nous faire saliver ! :)

Ceci étant, rien que la liste me laisse pantois ...

Vivement vous lire !

Olivier
#2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6161
  • Remerciements reçus 9

chinbourg a répondu au sujet : Re: Châteauneuf-du-Pape 1995 : L'Horizontale !

Luc, vous n'étiez que sept pour déguster tous ces nectars, dommage moi qui voulais faire une formation sur le Rhône, j'aurais pu vous amener une petite Coulée de Serrant 95. ;-))))

Laurent L
#3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3118
  • Remerciements reçus 3

DidierT a répondu au sujet : Re: Châteauneuf-du-Pape 1995 : L'Horizontale !

Merci Luc. Je ne m'en suis toujours pas remis. Quel moment de partage et d'amitié exceptionnel, autour de flacons qui ne le sont pas moins.

Et cette dégustation à l'aveugle, nous a encore fait quelques surprises! la suite aux prochains CR...un peu de suspence non?

Petites précisions : le Domaine Vieille Julienne c'était la cuvée Réservé et le 2ème
Charbonnière était Les Hautes Brusquières cuvée spéciale

Entre merci à Thierry pour nous avoir fournit 5 bouteilles sans venir, à Denis pour son camion de bouteilles et mets divers de toutes origines, et à tous les participants pour m'avoir fait l'amitié de venir, et pour certains comme Yves jusqu'à plus de 600 km. Encore un moment de LPV inoubliable.

Cela faisait plusieurs mois que je voulais organiser cette horizontale, car l'année 95 m'avais souvent enchanté en CNP 95. Cette idée avait commencé à germer dans ma tête lors d'une rencontre avec Thierry où nous avions dégusté Marie Beurrier 95, sachant que nous avions déjà bu ensemble Barberac 95 et Vieille Julienne Réservé 95. Dommage Thierry, tu as manqué à cette dégustation.

Amitiés à tous
Didier
#4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 21539
  • Remerciements reçus 51

Thierry Debaisieux a répondu au sujet : Re: Châteauneuf-du-Pape 1995 : L'Horizontale !

Didier,

Merci de souligner que je t'ai manqué malgré la présence de mes bouteilles ;)
J'aurais aimé être parmi vous, même avec un programme moins tentant au point de vue liste de flacons.
Il faut positiver: j'ai pu me faire remplacer pour notre séjour à la Plaine sur Mer. Un beau moment en perspective :)

A très bientôt, amitiés,
Thierry
#5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1399
  • Remerciements reçus 102

jlcc a répondu au sujet : Re: Châteauneuf-du-Pape 1995 : L'Horizontale !

Bonjour,

Franchement ça fait rêver, je ne vois pas de manque majeur dans cette liste : que de belles bouteilles dans un superbe millésime ! Moi aussi j'attends la suite avec impatience, ça devait effectivement être un moment exceptionnel !...
#6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: Châteauneuf-du-Pape 1995 : L'Horizontale !

Mazetee, quelle série !

QQ CdP 95 que j'ai particulièrement appréciés ...

Janasse Chaupin 95 (16/20)
Janasse VV 95 (16/20)
Beaucastel 1995 (16/20)
Viuex Télégraphe 1995 (16/20)
La Nerthe cadettes 1995 (16,5/20)
Les Cailloux “Cuvée Centenaire”1995 (17/20) --> manque ?
Beaucastel Hommage à J. Perrin (18/20)

Maghani 95 m'a paru assez caverneux (cf archives).
Il est possible que Rayas 95 lui ressemble un peu : en tout cas, ce commentaire là est très attendu ! :)

Pour la charbonnière, dégusté sur place les cuvées suivantes :
* CdP
* VV
* Hautes Brusquières
* Mourre des Perdrix

Hautes Brusquières et VV 95 ont semblé sèches (13/20).
Je lirai vos commentaires avec intérêt !

L'évolution du Musigny VV 95 de Vogüe revêt aussi un grand intérêt !
#7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1777
  • Remerciements reçus 1

jallot christophe a répondu au sujet : Re: Châteauneuf-du-Pape 1995 : L'Horizontale !

Bravo pour cette belle série de CHATEAUNEUF 1995 qui je pense, a été dégustée "à l' aveugle"...les résultats seront intéressants: soyons patients...

Mes meilleures moyennes de notes des CHATEAUNEUF 1995 et donc mes meilleurs ...souvenirs:

LA NERTHE cuvée des Cadettes: 17
BEAUCASTEL: 16,50
LA GARDINE cuvée des Générations: 16,50
BARBERAC de Chapoutier: 16,25
LA JANASSE vieilles vignes: 16+
Domaine du PEGAU cuvée Réservée: 16
LA BERNARDINE de Chapoutier: 16
LA NERTHE: 16-

Certains de ces vins figuraient dans la liste: curieux de connaître votre jugement.!!!

CHRISTOPHE
" le vin doit rester un plaisir et non devenir un besoin ...même si parfois, on a besoin de se faire plaisir! "
#8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4847
  • Remerciements reçus 245

dfried a répondu au sujet : Re: Châteauneuf-du-Pape 1995 : L'Horizontale !

Bonjour à tous,

Voilà, je vous délivre les (ou plutôt mes) résultats concernant la 1ERE série.

Que dire qui ne paraîtrait pas être un simple euphémisme pour décrire la qualité des 24 heures passées à l’occasion d’une rencontre amicale empreinte de naturel et de simplicité sans jamais perdre de vue l’attention à apporter au respect des conditions de dégustation des vins… Ni surtout oublier l’amusement et la gourmandise.

Nous étions réunis chez DidierT pour nous faire une idée précise et comparée des mérites du grand millésime 1995 en Châteauneuf.

Pour cela et comme déjà indiqué par Luc, fut réunie une impressionnante concentration de Châteauneuf du Pape de ce millésime.
DiderT mis toutes les chances de notre côté en réunissant en avance les flacons (à part les miens arrivée d’Heidiland à la dernière minute en accompagnement de votre serviteur) et en les débouchant en avance.

Hors de question de carafer des vins sensés être normalement prêts à boire et surtout devant être traités le plus égalitairement possible pour garantir que hors défaut éventuel de bouteille, nous pourrions avoir une idée objective de la réussite de chacun des domaines représentés.
Nous connaissions la liste des CNP 95 ainsi réunis, puisque nous avions chacun deterrés de nos caves de quoi les rassembler.
En revanche, DidierT a pris soin de mélanger les bouteilles débouchées quelques heures avant et soigneusement recouvertes d’aluminium afin qu'aucun d’entre-nous (lui inclus) ne sache ce qui entrait dans les verres.

Nous n’avions donc aucune idée de l’ordre de passage des vins si ce n’est que nous savions que les cuvées les plus « prestigieuses » seraient (a priori) réservées pour la série de la soirée.

Le temps de se dire bonjour, que DidierT répartisse les flacons entre ceux entrant dans les 2 séries et ceux totalement hors thème réservés à notre soif du lendemain et ilnous propose alors de quoi échauffer nos papilles.

Nous passons donc en terrasse déguster étiquette découverte une petite coupe de champagne :

Bollinger « Grande année 1995 » :

Robe : Le Champagne très mousseux lors de son versement dans les coupes, s’assagit très rapidement montrant au travers d’un habit jaune paille aux reflets solaires des petites bulles très fines et nerveuses.

Nez : Certains lui trouvent une étonnante pointe oxydative. J’y vois plus un côté de pomme et surtout de poires mûres. Je ne saurais ce qu’est ce vin pétillant, je croirais être mis en présence d’un cidre de poire.
Puis rapidement des effluves de cacao et de pamplemousse excitent les narines, suivies il est vrai par une discrète pomme blette ombre d’oxydation.

Bouche : Elle confirme cette petite impression « cidreuse » presque Poiray, mais plus fine et complexe. Elle est fraîche avec une belle acidité totalement intégrée, qui anime les papilles. La bulle est fine gardant à ce Champagne un atypique et délicieux aspect vineux.

Il est moins aristocratique que savoureux, jouant sur des arômes originaux (un peu oxdatifs) et friands plus que sur une tension rigoureuse presque minérale que j'aime à retrouver parfois dans un Champagne.
Cela dit, c'est une très jolie entrée en matière, j'aime.

D’ailleurs la longueur est magnifique (10 minutes après j’ai toujours en bouche une magnifique impression veloutée de brioche et de poire).

Quelques gorgées d’eau font disparaître à regret cette très jolie empreinte.

Mais nous ne sommes pas là pour nous amuser ;).

Le temps de préparer les « amuses bouches » du déjeuner (baguettes « traditionnelles », salaisons de qualité, jambon de Parme, pâté de canard, pâté de lapin, etc. … de très belle facture et fromages, figues, mirabelles et melons, , qui ne seront consommés qu’après les hostilités), nous passons à table prêts à prendre au corps la tâche titanesque qui nous attend.
DidierT a mis toutes les chances de notre côté en dressant pour nous une magnifique table avec le nécessaire pour nous sustenter et surtout 3 verres à vin rouge, 1 à vin blanc/liquoreux et même un verre à eau par personne .
Des crachoirs aussi bien sûr, mais l’instrument sera souvent difficile à utiliser.

En résumé :
Nous serons confortablement installés, dans une pièce aérée à la température de vie idéale avec tous les ustensiles nécessaires à notre expérience.

DidierT a établi que la 1ère série dont nous commençons la dégustation vers 14h30 comportera 12 vins à qui nous laisserons tout le temps possible de s’exprimer.
Nous ne nous donnons pas de limite de temps pour les juger, nous proposant juste une petite ballade en forêt à la recherche des champignons pour nous aérer avant la 2nde série prévue… à un moment du soir.

1ERE SERIE : LES CHATEAUNEUF-DU-PAPE ROUGES 1995 « HORS CUVEES PRESTIGIEUSES »

Bouteilles goûtées à l’aveugle par volées de 3 verres, s’étalant de 20 à 35 minutes, soient 4 volées composées aléatoirement et étudiées en prenant notre temps pendant 2 heures 30.
Nous savons au début de la série qu’il peut y avoir un pirate en rapport plus ou moins direct avec le thème. En fait il y en aura 3.


Nous n’apprendrons l’identité de chacun des vins que lorsque nous les aurons tous goûtés et tenté de les analyser complètement soit au bout des 2h30. Nous en avons alors profité pour nous « jeter » sur les desserts, fruits et fromages sortis à la fin des agapes et pour éponger le reste des bouteilles…
Enfin plutôt sur ce que certains auront laissé puisque ne nous nous sommes pas privés de nous resservir pendant les volées…
C’était pour la science bien entendu… Nous avons une conscience professionnelle !!!.

Luc vous a déjà fourni la liste de tous les vins ouverts lors de cette rencontre.
Plutôt que d’attendre la description complète de chaque série, je donnerai le nom des vins concernés à la fin de chaque « volée ».

1ERE VOLEE – Les 3 premiers vins servis simultanément à chaque convive :

BOUTEILLE N°1 :

Robe : Sombre, légèrement tuilée sur les bords.
Nez : Cerise confite, noix, mûre.

Bouche :
Elle est suave, élégante et complexe délivrant des arômes de fleurs et de cardamone. Elle devient un peu plus acide avec une finale, qui retombe un platement. Le vin est à maturité, mais la 20aine de minutes accordée à cette première volée permet aux vins de se révéler plus dans les verres. Or, cette oxygénation dessert celui-ci, faisant petit à petit ressortir un léger aspect végétal et discrètement plus fluide.
Cela reste malgré tout un vin délivrant des saveurs subtiles, très grenache.

BOUTEILLE N°2 :

Robe : Grenat, légèrement évolué.
Nez : Etonnant nez de grenadine, puis la groseille et de discrètes épices se font jour.

Bouche :
Elle est un peu creuse au départ et plus le temps passe, plus elle devient pleine et ample sans jamais être exubérante. La finale sur l’ambre et les épices laisse une impression harmonieuse et très équilibrée. C’est de la dentelle, révélant de petites couches de saveurs.
L’oxygénation délivrera des notes très subtiles de discret caramel, de groseille, de mûre et d’épices orientales.

Vraiment un vin très complet, qui me fait penser à ce que Rayas propose parfois. Miam.

Hé Yves arrête de te resservir !… Il faut en laisser pour les autres aussi… En tout cas pour moi.


BOUTEILLE N°3 :

Robe : Très jeune, pourpre sombre. Nous avons du mal à croire que c’est aussi un 1995.
Nez : Légèrement animal, musqué, mais finalement assez fermé.

Bouche :
Plus boisée que les 2 autres et légèrement vanillée. Les saveurs s’expriment plus qu’au nez, plutôt dans la gamme de ceux goûtés aux travers des 2 premières bouteilles. Cependant elles sont ici plus brûlantes. La finale un peu trop chaleureuse avec une rétro un peu enflammée, lui confère bien moins de charme que ses 2 compagnons de « volée ».
Est-ce vraiment un CNP ou est-ce un pirate ?
Quoi qu’il en soit, je le trouve moyen.

Solution :
1ERE VOLEE >
VIN N°1 > Domaine de la Charbonnière « Cuvée Mourre des Perdrix1995 »

VIN N°2 > Domaine de la Vieille Julienne « Cuvée Réservée1995 » .
DidierT nous apprend que ce vin est régulièrement encensé par R.Parker qui lui a récemment délivré un 100/100 pour 2 de ses millésimes dont le 1998. Il n’est pas forcément objectif tant il est ouvertement un amoureux transi des Châteauneuf dont il souhaiterait pouvoir boire une dernière gorgée avant de mourir… Il n’empêche, cet « humble » 1995 est un Vin avec une grande majuscule. Miam.

VIN N°3 > Domaine Canet Valette « Le Vin Maghani 1995 - Saint-Chinian ».
1er pirate de notre session. Nous nous en étions doutés. Pour autant, le choix est bon car un cousinage de saveurs et une tenue dans le temps similaire (mise à part une robe un peu juvénile, mais dans le contexte 1995 cela ne semblait pas si surprenant) ne l’a pas rendu trop exotique. Même s’il a souffert en comparaison pour mon humble goût, il aurait pu être un CNP un peu dur, pas totalement abouti.

2EME VOLEE – Les 3 vins suivants servis simultanément à chaque convive :

BOUTEILLE N°4 :

Robe : Très tuilée.
Nez : Coco, fruits rouges, poivre et un petit quelque chose de bizarre.

Bouche :
Un peu végétale sur une finale acide et alcooleuse. En soi et comparée aux vins de la 1ERE volée je le trouve vraiment en dessous.
Petit à petit un doute se fait jour : n’est-il pas bouchonné.
Personnellement je ne le sens pas vraiment, puis chaque minute qui passe ne laisse malheureusement aucun doute. Certes, pas de terrible carton en bouche, mais le vin est bien défectueux.
Nous rinçons abondamment nos verres « n°4 » pour ne pas gâcher le vin de la volée suivante, qui y sera versé.

BOUTEILLE N°5 :

Robe : Sombre avec un disque légèrement tuilé.
Nez : Caramel, cerises à l’eau de vie, groseilles, cire.

Bouche :
Agréable, douce, manquant peut-être un peu de profondeur.
(oui je sais Luc, ça ne veut rien dire,… Mais moi je l’affirme… Aie ! Nan pas sur les dents :) :).
Le vin est ciselé et subtil. Une finale un peu éteinte, laissant néanmoins au palais un très joli écho de velours et de rose qui le rend très attractif.
Un brin moins complet que le vin n°2 (bu dans la 1ERE volée), mais tout de même très bon.

BOUTEILLE N°6 :

Robe : Légère trace de dépôt, sombre avec un disque visiblement évolué.
Nez : Discret, mais musqué, laissant à l’aération transparaître du goudron et du cèdre.
Il a l’air plus mourvèdre que grenache. Est-ce un CNP ?

Luc non content de chercher à établir l’identité précise de chaque vin et donc de dénicher d’éventuels pirates s’exclame : « Le précédent avait lui un nez typiquement CNP ! »… « Mince il suffit que je dise ça pour que ce soit autre chose… ». « En tout cas ce qui est sûr c’est que celui-ci est un pirate ! » Nous verrons…

25 minutes après le nez s’affine encore délivrant de douces effluves ambrées et épicés.

Bouche :
Elle est ample, tendue sur un panier de fruits rouges. CNP ou Languedoc ?
Plus pleine avec une belle finale, mais moins subtile que le vin précédent (bouteille n°5 de notre série).
Cela dit, il me semble mieux construit que ce dernier qui était lui plus charmeur.
L’oxygénation supplémentaire lui apporte un touché magnifique.
Ce vin se révèle à la longue magnifique, malgré un nez qui jusqu’au bout ne me séduira pas totalement.
Mais je préfère que ma déception aille dans ce sens ;).

Solution :
2EME VOLEE >
VIN N°4 > Coudoulet de Beaucastel 1995.
Défectueux

VIN N°5 > Château Cabrières 1995.
Ouf… The doctor gets 1 point.
J’ai beaucoup aimé alors que ertains lui ont très rapidement préféré le n°2 ou le n°6.

VIN N°6 > Domaine Font de Michelle « Cuvée Etienne Gonnet 1995 » .
Heu… The doctor has just lost 1 point.
Mais en contrepartie il a eu la chance de désaltérer son gosier avec un très beau vin.

3EME VOLEE – Les 3 vins suivants servis simultanément à chaque convive :
Après s’être assurés que tous les verres touchés par le vin défectueux ont été correctement rincés et s’être pris quelques (toutes petites) gorgées supplémentaires des vins n°5 et n°6 (c’est pour la science qu’on vous dit, en plus il fallait bien essayer de déterminer si Luc avait raison : avait on affaire à un pirate ?... C’est ça faute), nous entamons la 2ème moitié de cette série.
Près d’1h20mn se sont déjà écoulés.

BOUTEILLE N°7 :

Robe : Sombre, très évoluée avec de lourds reflets marrons.
Nez : Anodin et légèrement terreux.

Bouche :
Fluide, acide, laissant un piquant et une amertume en bouche très désagréable. Le moins bon de tous.
Rien à dire malheureusement si ce n’est que nous nous demandons bien laquelle des bouteilles de la liste est à ce point décevante.

BOUTEILLE N°8 :

Robe : A l’instar du vin précédent, celui-ci présente des reflets terreux assez présents.
Nez : Un beau bouquet de fruits rouges.

Bouche :
L’entrée en bouche est agréable, minérale même. C’est atypique et séducteur. Malheureusement elle se termine rapidement sur des arômes plus anguleux et manquant de fondu. Plus l’oxygène fait son œuvre, moins ce vin est séduisant.
Certains autours de la table lui trouvent une certaine subtilité au travers de sa relative dureté comme pour le vin n°6 (dégusté dans la volée n°2).
Mais ce que j’appréciais au début s’estompe bien vite pour laisser la place à un côté animal peu aimable et bien moins harmonieux que dans le cas du vin n°6.

BOUTEILLE N°9 :

Robe : Pourpre, moins évoluée que les autres vins servis jusqu’alors.
Nez : Discret sur des notes de graphite et de fruits noirs et rouges très légers.
Il faudra demander au scanner vivant, « THE NOSE », DidierD pour en savoir plus.

Bouche :
On joue sur une texture de velours, mais ici les saveurs sont plus concentrées que ce que nous nous attendons à ressentir. Le bouquet est complexe avec une trame très serrée, sans faille.
Nous nous demandons dans un même élan s’il ne s’agit pas là encore d’un pirate.

Solution :
3EME VOLEE >
VIN N°7 > Domaine Bosquet des Papes « Cuvée Chantemerle 1995 ».
Vraiment celui qui m’a le moins convaincu et de loin.

VIN N°8 > Domaine de la Charbonnière « Les Hautes Brusquières cuvée spéciale1995 ».
Comparé au précédent il n’est pas si mal, mais objectivement et surtout par rapport aux quelques réussites de cette série, ce vin m’a semblé assez moyen.

VIN N°9 > Domaine La Soumade « Côtes du Rhône - Villages Rasteau Fleur de Confiance 1995 ».
C’était bien un pirate. Mais un beau, qui a là encore offert un cousinage avec certains Châteauneuf du Pape qui l’ont entouré.
Pas le meilleur vin de la série, mais vraiment un bon vin.

4EME VOLEE – Les 3 derniers vins servis simultanément à chaque convive :
En sportifs accomplis que nous sommes nous passons au dernier quart de notre marathon sans même reprendre notre souffle.

BOUTEILLE N°10 :

Robe : Plutôt jeune avec de très légères traces d’évolution.
Nez : Atroce bouchon.

Bouche :
Ce que nous n’avions pas ressenti dans le vin n°4 (volée n°2) laissant planer un doute sur la défectuosité de ce dernier, est ici irrémédiablement présent : un atroce arôme de carton mouillé.
Dommage, car nous arrivons à percevoir en arrière plan une matière très très attirante.

BOUTEILLE N°11 :

Robe : Sombre tout en offrant un aspect très évolué.
Nez : Fruits rouges, épices, beurre et cèdre.

Bouche :
Attaque franche sur la groseille et le kirsch, avec une légère trace de boisé, de poivre et de cardamone.
Les tannins se rappellent à notre présence en fin de bouche.
C’est franchement pas mal, même un peu plus. Luc est moins de cet avis semble-t-il tout en lui admettant finalement une certaine longueur ;).

BOUTEILLE N°12 :

Robe : D’un pourpre soutenu plutôt jeune.
Nez : Un brin végétal et sur l’olive.

Bouche :
Attaque sur un fruit assez présent, mais pas totalement net : je crois y déceler des fruits noirs et rouges, du cèdre et du chocolat noir, mais aussi un poil de poussière.

Solution :
4EME VOLEE >
VIN N°10 > Clos Mogador 1995 – Priorat.
C’était le dernier des finalement 3 pirates insérés par DidierT dans cette série.
Magnifique étiquette, dont nos palais avait détecté non pas l’identité, mais l’aristocratie derrière un horrible bouchon.
Dommage.

VIN N°11 > Chapoutier « La Bernardine1995 » .
Un vin que j’ai trouvé bon.

VIN N°12 > Château Beaucastel 1995.
Pas mal non plus, mais franchement en dessous des quelques uns qui m’ont objectivement plus dans cette série. Vins que je prendrais plaisir à boire seuls dans un repas. Pas forcément celui-ci.
Un peu décevant au regard du pédigré.
D’un autre côté ce n’est pas la cuvée « prestige » du domaine.


Conclusion :
Une entrée en matière plutôt de haut niveau avec quelques bouteilles défectueuses, mais heureusement à rechercher du côté des pirates, donc n’entachant pas trop la comparaison.
Ces 1995 étaient plutôt prêts à boire tout en offrant souvent une jolie expression évolutive et savoureuse tout long de leur aération.
Seule relative déception gustativo/tarifaire le Beaucastel.
Mais encore une fois il n’était pas mauvais et il ne s’agit pas de la cuvée « Hommage ».
En d’autres termes, c’est vrai que c’est très bon les Châteauneuf-du-Pape et que si aucun d’entre-nous n’a été capable de reconnaître les domaines, nous avons souvent été capables de déceler le « côté » CNP et le différencier des pirates.
Des vins, qui permettent un dégradé d’expressions autour d’un même thème = tout simplement le signe d'un grand terroir.
La 2nde série du soir, tout "simplement" EPOUSTOUFLANTE nous le démontrera
.

Mes vins préférés de cette série :
1. N°2 Domaine de la Vieille Julienne « Cuvée Réservée1995 », et N°5 Château Cabrières 1995.
Ils jouent sur 2 registres différents, ce qui me pousse à ne pas en trouver un meilleur que l’autre.

2. N°6 Domaine Font de Michelle « Cuvée Etienne Gonnet 1995 ».
Mais je chipote sur un nez moins alléchant. De plus, ma subjectivité m’a fait apprécier une plus grande douceur que j’ai trouvé dans les 2 vins précédents.

3. N°11 Chapoutier « La Bernardine1995 ».
Un cran en dessous du fait d’une longueur moyenne et d’une palette gustative moins complexe.
Je l’ai néanmoins trouvé très agréable.

4. N°9 Domaine La Soumade « Côtes du Rhône - Villages Rasteau Fleur de Confiance 1995 ».
Très belle structure, mais m'offrant moins de saveurs attractives que les précédents.

[/b]Avant d'aller courageusement effectuer notre promenade digestive, heu pardon, notre parcours du combattant en fôret, DidierT nous propose de charger nos batteries.

2 liquoreux en 50cl. qu'il nous a réservé et qui vont être bus à l'aveugle.[/b]

*. Liquoreux A :

Robe : Jaune soutenue.
Nez : Miellé, quoiqu'un peu trop sur la cire et l'iode (un brin de pourriture grise ?).

Bouche : Voluptueuse, ronde et capiteuse sur le coing sans trop de sucrosité, mais une certaine épaisseur en trop.

Il s'agit du "Château De Fesles - Bonnezeaux 1995".

Plutôt bon, voire plus, mais pas aussi aérien que certains liquoreux magiques.

*. Liquoreux B :

Robe : Comme la précédente, elle est jaune soutenue avec de magnifiques reflets dorés.
Nez : Waooooouuuuu. Quel bouquet ! Ecorce d'orange légère et evanescente, miel, noisette, fleurs...

Bouche : Sans le moindre déséquilibre sucré. C'est goulayant avec une belle finale longue sur l'abricot et l'amande. La saveur de figue en rétro est aussi originale que soyeuse.
On est très loin du sirop. C'est bien un vin avec une trame large et soyeuse, presque désaltérante alors que l'on a bien affaire à un liquoreux.

Il s'agit du "Château Tirecul la Gravière 2000".
Ce n'est même pas la cuvée "prestige" dite "Madame" ni même une grande année (sans être une mauvaise).

Je suis soufflé...

... Mais remonté à bloc pour épauler DidierD dans sa recherche de cèpes (si si, il va en trouver lors de notre ballade en fôret .... 1).

A SUIVRE :

Cordialement,
dfried
#9

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6749
  • Remerciements reçus 1167

Yves Zermatten a répondu au sujet : Re: Châteauneuf-du-Pape 1995 : L'Horizontale !

quelques mots en vitesse sur ces fabuleux moments. J'essayerai d'y revenir plus en détail ce week-end, si j'en ai le loisir.

D'abord, merci à DidierT et à son épouse pour leur hospitalité et leur générosité.

Ensuite, encore merci à Didier et à Thierry pour cette fabuleuse série de CDP. C'était assurément l'une des plus belles dégustations de ma vie. L'une des plus homogène en qualité aussi. Les vins au sommet étaietn nombreux.

Merci aussi à tous les participants, pour leur générosité, leur convivialité, leur sens de l'humour (nous avons pleuré de rire le samedi soir, private joke, sorry), leur approche de la dégustation, faite de très grande compétence, mais aussi et surtout dénuée du moindre orgueil. On déguste, on échange, on sort des conneries monumentales ou on impressionne la galerie en reconnaissant un vin à l'aveugle, mais on ne se prend jamais la tête. Quel plaisir de déguster dans ces conditions où la présence des autres stimule et n'inhibe pas.

Les vins étaient grandioses, comme le Beaucastel VV (amha), le Bollinger un peu oxydatif mais vineux, complexe et long, les CDP rouges de toute beauté, le Musigny du dimanche un moment inoubliable, lorsque après carafage, le bouquet a perdu sa gangue de réduit et s'est développé sur des notes de cèdre et d'épices douces d'un raffinement orgasmique.

Avec, aussi, une pensée spéciale pour notre ami Marc De Wolf, à qui je souhaite un prompt rétablissement !

Yves Zermatten

Yves Zermatten
#10

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5368
  • Remerciements reçus 3309

Olivier Mottard a répondu au sujet : Re: Châteauneuf-du-Pape 1995 : L'Horizontale !

Wouaw !!! :)

Belle série Denis et CR déjà très parlant.
Je me réjouis de lire la suite.
En tous cas, tes commentaires reflètent l'organisation parfaite, les conditions idéales de dégustation et de "rechargement des batteries" :) et ... l'application de tous les dégustateurs dans l'analyse des échantillons.
Bravo à vous.

Olivier
#11

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4847
  • Remerciements reçus 245

dfried a répondu au sujet : Re: Châteauneuf-du-Pape 1995 : L'Horizontale !

(…) Voici la suite,

Je rejoins Yves, qui souligne à juste titre la qualité de l’accueil de nos hôtes et surtout la patience compatissante de SabineT et des parents de DidierT.
Ces 24 heures furent réussis grâce à la grande préparation de DidierT et la formation d’un groupe tout simplement heureux de se retrouver et d’avoir le privilège d’une telle dégustation dans la bonne humeur.
Dommage que Thierry n’ait pas pu se joindre à nous et surtout que Marc ne fut en mesure que de profiter d’une petite partie de ces instants magiques.
Mais ce n’est que partie remise à n’en pas douter.

Après avoir pris soin de ranger les bouteilles, nettoyer la vaisselle et la préparer pour la bataille suivante, nous partîmes d’une roue de voiture décidée vers la forêt domaniale nous aérer les cœurs et l’esprit.
Après un parcours du combattant fait d’espaliers et de rondins (bah quoi… Personne ne peut prouver que nous les avons contournés), nous avons joué les chiens truffiers pour tenter de dénicher quelques champignons de saison… DidierD dit « THE NOSE » arriva à en dénicher 1, tandis que d’autres prenaient des annamites ou des champignons aux effets psychotropes pour des girolles… C’était pas gagné…

Heureusement que notre hôte avait déjà fait son marché.

D’un pas encore plus décidé nous sommes donc revenus chez DidierD pour préparer haricots verts (équeutage), cèpes du marché (découpage), pommes de terre, côtes de bœuf et surtout notre si attendue 2e série complétant l’horizontale de Châteauneuf du Pape 1995.

Il est 21h, lorsque nous reprenons notre place autour de la table.

Juste avant la 2E série, DidierT nous fait goûter la seule bouteille de CDP 1995 blanc présente donc bue étiquette apparente.

Château Beaucastel « Roussanne Vieilles Vignes 1995 » :

Robe : Jaune tirant vers l’ambrée, lumineuse.
Nez : Légèrement oxydatif avec de la pomme blette, une pointe d’abricot, de fougère. Le vin dont la bouteille était plongée dans un seau à glace peu de temps auparavant est trop froid. En se réchauffant les effluves oxydatives disparaissent peu à peu laissant échapper des senteurs florales et de pêche d’un bel aloi.

Bouche :
Elle est profonde, épaisse, peu expressive au départ, certainement à cause de la température de service. Mais rapidement le vin se réchauffe dans les verres. Légèrement beurrée la bouche s’est alors équilibrée avec une note prononcée de pêche de vigne.
C’est grand, mais pas grandiose.
Disons surtout que j’aime les blancs soit plus minéraux, soit plus riches et que même si la structure est jolie le vin ne m’apporte pas la complexité aromatique que j’affectionne restant un peu entre 2 chaises.

Quoi qu’il en soit, cela réveille les papilles et les apprête pour notre nouveau challenge plein de promesse.

2EME SERIE : LES CHATEAUNEUF-DU-PAPE ROUGES 1995 « CUVEES DE PRESTIGE »

Conditions de dégustation > 12 bouteilles (non carafées, mais ouvertes quelques heures auparavant) goûtées à l’aveugle par volées de 3 verres/vins, s’étalant de 20 à 35 minutes, soient 4 volées composées aléatoirement et étudiées en prenant notre temps pendant 2 heures 30.
Nous savons au début de la série qu’il devrait y avoir un pirate en rapport plus ou moins direct avec le thème.
Nous n’apprendrons l’identité de chacun des vins que lorsque nous les aurons tous goûtés et tentés de les analyser complètement, soit au bout des 2h30.


SabineT nous fait le plaisir de se joindre à nous.

1ERE VOLEE – Les 3 premiers vins servis simultanément à chaque convive :

BOUTEILLE N°13 :

Robe : Jeune, très sombre voire opaque avec un léger dépôt troublant un peu le tout.
Nez : Profond et concentré offrant un panier de fruits des bois, de framboise et surtout de groseille. On a bien de la grenache ici.

Bouche :
L’entrée en bouche est d’une grande suavité. Le vin est sapide, frais tout en étant intense. Vin profond (Oui oui… je sais, je sais Luc) et tendu sur l’épice et la mûre. Une très belle longueur avec une rétro sur la réglisse ponctue un moment de pure délectation.
Le vin se révèle tout de suite délicieux et sur sa ½ heure de dégustation (nous avons beaucoup de mal à passer à la 2EME volée) il ne fera que s’améliorer en devenant de plus en plus expressif.

Il a tout : élégance, finesse subtile d’arômes complexes, texture veloutée, structure, longueur.

Je m’exclame que : « Si le hasard des bouteilles et de leur service nous fait commencer aussi haut, peut-être risquons nous de trouver les 11 flacons restant bien ternes »…
Homme de peu de foi que je suis , ce n’est en fait que le révélateur des 2h30 exceptionnelles qui nous attendent.

Luc pense qu’il pourrait s’agir du Rayas. Je partage son avis.
D’autres misent sur Bonneau. Nous aurons tous tort.

SabineT qui n’apprécie que peu le vin goûte celui-ci attiré par nos éloges.
Elle aime et en reprend même.
Il faut également surveiller Yves (toujours bien placé ) et DidierD que je trouve un peu trop proches de la bouteille.

C’est bien le signe de la beauté de cette entrée en matière.

BOUTEILLE N°14 :

Robe : Encore jeune, d’un aspect légèrement plus translucide que le précédent offrant un aspect scintillant avec un disque légèrement évolué.

Nez : Quelque peu « viandé », sur l’ambre avec tout de même un fruit noir discret. 20 minutes après , le nez révèle des effluves de pruneau et de cacao (fève de tonka DidierD ou de Madagascar ?.... Private joke[/i]), le tout légèrement mentholé.
Autant dire : « quasiment un nez de Banyuls ».

Bouche :
L’attaque est franche, quoique souffrant d’un léger déséquilibre tannique. L’acidité est de bon aloi, mais le vin plus fluet que le précédent souffre avec évidence de la comparaison. Il reste cependant tannique, offrant épices et fruits rouges.
C’est bon, mais pas à la hauteur des 2 vins qui l’entourent (il aurait sans doute tiré son épingle du jeu dans la 1ERE série du début d’après-midi).

BOUTEILLE N°15 :

Robe : Sombre, légèrement tuilée.
Nez : Un peu lacté et piqué. Puisque nous avons 3 verres en même temps devant nous, nous ne sommes pas tous en train d’étudier le même vin au même moment. Mais entendant DidierT et Laurent exprimer tout haut leur dépit nous passons tous à ce 3e vin de la volée, et nous devons l’admettre :
Ce vin est défectueux (la bouche piquante ne sauvant pas le nez).
Il est immédiatement crucifié dans nos discours.

Malheurs et consternation ! Espérons qu’il s’agisse du pirate et pas d’une des cuvée de CDP 95, qui manquerait ainsi à notre tableau de chasse.

C’est là qu’il faut croire au miracle, et surtout à l’obligation d’avoir tout le temps et le confort devant soi pour pratiquer le difficile exercice de la dégustation.
En effet, au bout de 15mn la symbiose du nectar et de l’oxygène a pris corps.
Le vin devient expressif sur la mûre, les épices et une pointe de graphite.

Bouche :
La transformation est tout simplement spectaculaire.
De piquant le vin est devenu en quelques minutes velouté. La chair est magnifique et la trame serrée. La longueur est à la même aune avec une impression de douce densité laissée en bouche.
Rien que pour ce type de « magie » ces dégustations valent la peine d’être vécues.
Luc pense qu’il peut s’agir d’un Bonneau.
Je vais prendre du temps à passer à la 2EME volée. Ce troisième vin ne fera que s’améliorer sans pour autant m’offrir l’immense subtilité du 1ER.
Mais je chipote.

Quelle 1ERE volée !
La dégustation s’annonce passionnante.

Solution :
1ERE VOLEE >
VIN N°13 > Domaine du Vieux Télégraphe 1995.
Alors là… !
Lorsqu’à la fin de la série nous saurons qu’il s’agit d’un « simple » Vieux Télégraphe nous serons ébahis. Luc, qui je pense a apporté ce flacon, ne sera pas le moins surpris d’entre-nous.
MAGNIFIQUE.

VIN N°14 > Domaine Henri Bonneau « Marie Beurrier 1995 ».
La déception de la soirée puisqu’il en faut une. Néanmoins sa correcte évolution sur 2 heures devrait inciter ceux qui le peuvent à regoûter ce vin.

VIN N°15 > Domaine du Pegaü « Cuvée Laurence1995 » .
Pour moi, moins hypnotique que le Vieux Télégraphe, mais tout aussi magique dans sa transformation au cours des minutes, qui le fait placer devant par plusieurs autres participants. En caricaturant l’un doit être à 4,98/5 pour les uns et l’autre à 4,985/5 pour les autres et réciproquement.
Plus le temps passera plus je serais conquis.

2EME VOLEE – Les 3 vins suivants servis simultanément à chaque convive :

BOUTEILLE N°16 :
Le pirate ? C’est ce que nous nous disons tous dans un même élan.
3e œil mêlé à la télépathie… Plus prosaïquement la forme de la bouteille visible derrière sa couche de papier aluminium fait moins CDP. Mais sait-on jamais…

Robe : Grenat, brillante à peine évoluée.
Nez : Musc, terre, fruits noirs très présents et léger cacao.

Bouche :
Attaque sur la fraise, mais pas ce côté bonbon sucrailleux. Non juste un arôme parfaitement intégré parmis des tannins intenses, mais ronds. Aucun creux. Bien au contraire le vin est tendu et sapide sur un fruit bien mûr.
La finale est émoustillante sur la groseille.
C’est sûrement cette longue finale qui développe des arômes en rétro, qui rappellent le Châteauneuf.
Cependant, l’attaque et le milieu de bouche militent en faveur d’un pirate, mais d’où ?
Quoi qu’il en soit, simplement délicieux.

BOUTEILLE N°17 :

Robe : Sombre avec des traces d’évolution.
Nez : Du zan, de la mûre et d’autres fruits noirs.

Bouche :
Douce et suave, elle laisse exploser de subtiles épices. C’est très très bon.
Aucun défaut de structure et une finale longue, longue, plutôt même interminable sur le zan et le tabac.
C’est un vin magnifique même si je lui préfère le n°13 et le n°15 aux arômes me correspondant plus.
DidierT et quelques autres le déclarent quant à eux d’ors et déjà champion de la soirée.

Luc pense qu’il peut également s’agir d’un Bonneau… Il ne l’a pas déjà placé celui-là… ? De toute façon il va comme chacun d’entre-nous placer Bonneau toutes les 2 bouteilles, ça laisse plus de chance de ne pas se tromper.

BOUTEILLE N°18 :

Robe : Pas totalement nette, légèrement évoluée et trouble.
Nez : Très typé grenache, auquel s’ajoute des effluves de sous-bois, de musc et de bois de sental. L’air laisse apparaître de subtiles épices, du tabac et un léger graphite.

Bouche :
Boisé plus présent que sur les vins précédent, mais de façon très élégante. Goudron, zan, framboise complète une trame gustative alléchante. Encore un très grand à la structure sans défaut, qui s’exprime de plus en plus avec le temps.

Solution :
2EME VOLEE >
VIN N°16 > Vega Sicilia « Valbuena 1995 ».
C’était donc bien un pirate, et son côté solaire venait de l’Espagne.
Très beau vin racé.

VIN N°17 > Clos des Papes 1995.
Miam. Grandiose, même si j’ai plus aimé les dentelles des N °13 et N°15 (1ERE volée).

VIN N°18 > Roger Sabon « Le Secret des Sabon 1995 ».
Une bouteille rare, qui n’a pas déçu. Un brin plus massive que d’autres, mais à l’expression de plus en plus subtile à mesure que le temps passe.

Ces 3 vins sont magnifiques. 5 sur 6 depuis le début de cette série le sont.
Difficile à croire et pourtant, nous blaguons autour de la table pour savoir jusqu’à quelle décimale nous devrions aller pour les départager si nous avions à les noter, et si à l’instar de Jacques Martin dans son « Ecoles des Fans » nous mettrions 10/10 à tous.

3EME VOLEE – Les 3 vins suivants servis simultanément à chaque convive :

BOUTEILLE N°19 :

Robe : Assez évoluée, mais encore soutenue.
Nez : Très épicé.

Bouche :
Puissante et un brin alcooleuse au départ, le vin se fait plus civilisé. Il finit sur un fruit noir mêlé de tabac. Tendu et même non dénué d’une certaine minéralité.
Une bombe ! (… une de plus ).

BOUTEILLE N°20 :

Robe : Jeune d’un majestueux pourpre.
Nez : Boisé (mais sans excès), avec un léger fumé perceptible couvrant du tabac blond.

Bouche :
On retrouve un bois discret. Le vin est long, long.
Harmonieux avec un équilibre sans faille, il diffuse subtilement des notes épicées et discrètement fumées.

BOUTEILLE N°21 :

Robe : Grenat évolué.
Nez : Tabac, épices, mûres, olive le tout légèrement couvert par une senteur un peu animale.

Bouche :
L’attaque est soyeuse rapidement soutenue par une jolie acidité.
Ce vin est tout en touché, explosant en saveurs massives, mais toujours harmonieuses.
Il est frais et profond.
Très grande longueur.

Solution :
3EME VOLEE >
VIN N°19 > Château Beaucastel « Hommage à Jacques Perrin 1995 ».
Jouant plus sur l’intensité que la dentelle, c’est encore un Châteauneuf de très haut vol.

VIN N°20 > Chapoutier « Barbe-Rac1995 ».
Un CDP au fumé quelque peu Pessac et à la structure époustouflante.

VIN N°21 > Domaine de la Janasse « Vieilles Vignes 1995 » .
Autant se répéter puisque c’est vrai : encore un très grand vin dans le registre intense.

4EME VOLEE – Les 3 derniers vins servis simultanément à chaque convive :

BOUTEILLE N°22 :

Robe : Sombre et déjà ruilée.
Nez : Plus comprimé, il joue petit à petit des gammes de tabac et d’épices.

Bouche :
Pleine, explosant en saveurs harmonieuses d’épices, de fruits noirs et de boite à cigare, l’ensemble étant diffusé en toute délicatesse. Aussi profond que velouté.

BOUTEILLE N°23 :

Robe : Assez juvénile et peu tuilée.
Nez : Animal avec ce côté écurie assez mourvèdre. Mais le nez se fait rapidement plus subtil laissant transparaître la mousse, les fruits noirs et le graphite.

Bouche :
Gourmande et fruitée, plus intense que délicate, mais sans jamais être tranchante.
Là encore une trame serrée au grain fin et sapide.

BOUTEILLE N°24 :

Robe : Pourpre, légèrement évoluée.
Nez : Le zan est très présent, mélisse avec un petit et discret fond animal très rapidement remplacé par des épices et du graphite.

Bouche :
L’attaque est franche ouvrant sur une trame minérale, très épicée (poivre, cardamone).
Pour autant, le vin devient soyeux, large en bouche, avec des tannins présents tout en étant parfaitement intégrés. Le tout explose harmonieusement dans une longueur interminable.
Une autre bombe qui slalome entre finesse, subtilité et minéralité.

Solution :
4EME VOLEE >
VIN N°22 > Domaine Henri Bonneau « Réserve des Célestins 1995 ».
Bah il était là le 2e Bonneau Luc…
Que dire, bah oui c’est très très bon.

VIN N°23 > Domaine de la Janasse « Chaupin 1995 » .
Ici aussi c’est très grand, gourmand, goulayant. Je l’ai un peu moins apprécié au début le trouvant un peu puissant tout en restant harmonieux, mais le temps a permis à ce vin de jouer à son tour une partition subtile.

VIN N°24 > Château Rayas 1995.
Encore l’assurance de l’étonnante tenue de ce millésime chez Rayas. Mais surtout, encore la confirmation du caractère atypique de 1995 dans ce domaine. Où est la robe tirant sur le rose dès l’origine ? Où est le dégradé de dentelle presque étouffé en bouche (que l’on a identifié dans le vin N°13 qui s’est avéré être à notre grande surprise un Vieux Télégraphe) ?
Plus de mourvèdre ?
Quoi qu’il en soit c’est décevant EN BIEN tant ce vin est original et sans faille.

Conclusion :
J’ai rarement dégusté une telle série d’une qualité si homogène et surtout si haute.
La chance a été avec nous. Aucune bouteille défectueuse et même celles ayant parcouru les miles à 30'000 pieds d’altitude la veilles se sont très bien comportées.
Les vins que nous avons continué à boire sur le repas magnifiquement concocté par DidierT et son épouse (boeuf grillé, cèpes aillé et autres légumes, les fromages comme la Tête de Moine, le Gruyère, le Camember, et le... ;)) sont restés aériens. Absolument pas noyés par les saveurs alimentaires.
Nous sommes toujours soufflés.

Seule déception : le vin N°14 (1ERE volée de cette série : Domaine Henri Bonneau « Marie Beurrier 1995 »).
2 heures après il s’est amélioré, mais il n’était pas aussi beau que dans le souvenir de DidierT, qui l’avait déjà dégusté quelques mois auparavant. Encore une fois, tel que goûté 2 heures après son service il serait fièrement ressorti lors de la 1ERE série, mais il était objectivement en deçà des vins de la 2EME série.

Ces cuvées sont bien plus chères, mais d’un niveau encore supérieur à ce qui nous avait déjà conquis dans la 1ERE série. Exception confirmant la règle : le Domaine du Vieux Télégraphe 1995, qui nous a joué une partition extraordinaire.
Est-ce que pour autant un Secret de Sabon 1995 ou un Rayas 1995 bien plus chers sont donc bien moins intéressants ?
A mon sens, certainement pas puisqu’ils sont aussi extrêmement bons.
Ils sont tout autant exceptionnels offrant une structure et des arômes merveilleux, mais sur une symphonie à chaque fois différente même si elle est composée à partir d’un thème commun.
Même terre, même année, même climat, mais des expositions, des assemblages et des élevages légèrement différents ont composés les joyaux scintillants aux multiples facettes d’une même couronne.

D’ailleurs aucun de nous n’aura réussi à placer le bon nom sur les bouteilles.
On ne peut que regretter des prix excessifs, mais sûrement pas d’avoir le privilège de boire de tels vins du plus cher au moins onéreux.

Ces bouteilles « prestigieuses », sans fausse note caricaturale ou uniforme, mais au contraire reflets des aspects caractéristiques de leur terroir auquel s’ajoute un millésime de garde laissent présager de gourmands repas pour ceux ayant la chance de posséder ces flacons.

Que demander de plus ?[/b]

Mes vins préférés de cette série :
1. N°13 «Domaine du Vieux Télégraphe 1995.
D’autres autour de la table préfèreront une expression un peu plus intense comme celle délivrée par le N°17 Clos des Papes 1995.
Pour ma part j’ai préféré le côté plus « féminin » tout en dentelle de ce surprenant Vieux Télégraphe.

Ce n’est qu’une question de goût et sûrement le fait qu’il ait montré le visage le plus original de la série.

2. N°… Tous à part le N°14.
Bah oui quoi. C’était magique, tous ces vins étaient très bons et leurs différences gustatives incomparables.
Même le pirate n’a pas démérité. Je ne vais pas tenter une hiérarchie visant à savoir si je préfère l’épice de l’un, le fruit noir de l’autre, alors que tous ont proposé une structure et des parfums hypnotiques jouant sur des registres plus ou moins doux et discrets ou plus ou moins intenses.

Quel terroir ! Quel millésime !
Dire que 1998 est sensé être plus grand encore. Rendez-vous est pris…

En guise d’après dessert (les fromages, les éclairs café et chocolats, les chocolats suisses, les figues, les mirabelles et le melon ne nous suffisant pas), DidierT nous ouvre une surprise qu’il carafe dans une carafe à liqueur dans le but de nous cacher la bouteille.

VIN MYSTERE D'APRES REPAS:


Robe : Une étrange cape de vieux rose légèrement troublée par un dépôt.
Nez :Un 1ER nez immanquable : celui du Xeres avec son bois caractéristique. Les yeux fermé on dirait un bon vieux Tio Pepe d’apéritif. Etrange, la couleur devrait être alors entre la paille et l’ambre… A l’aération le nez se transforme vers des notes très typées Banyuls que le vin conservera.

Bouche :
On retrouve une étrange impression de Banyuls avec un côté Porto sec.
Une sorte d’improbable mariage pas tout à fait réussi.
Couleur, nez et arômes déroutant… Qu’est-ce que c’est ?

DidierT semble aussi dérouté par le contenu de sa bouteille, qui selon lui n’aurait pas dû se présenter comme cela.
Nous ne pouvons qu’être d’accord avec lui lorsqu’il nous révèle la nature du breuvage.
Il s’agit ni plus ni moins qu’une belle bouteille de :
Porto Dow's 1977, très belle année au Portugal.
C’était une très jolie attention que DidierT nous réservait, mais malheureusement ce flacon nous a semblé défectueux.
Loi des séries ? Etonnamment plusieurs notes de Ganesh sur ce vin publiée sur ce Forum, montrent qu'il l'a toujours goûté bouchonné.

Nous nous séparons vers 2h du matin.
Le lendemain matin, toujours sous le charme de notre réunion de la veille aussi joyeuse , qu’exceptionnelle, nous nous retrouvons à nouveau chez DidierT vers 10h30 remplis d’une bonne humeur guillerette.

Le temps de prendre une petite boisson chaude nous préparons le déjeuner et l’ultime série de dégustation, que nous débuterons vers 12h.

Je mettrai mes commentaires sur cette 3e série dans la rubrique « DEGUSTATIONS ECLECTIQUES ».

Il s'agit des vins suivants :

Blancs >
Can Rafols dels Caus - Gran Caus Vinya "La Calma 2002" - Penedès (Esp.)
Guy Breteaudeau - Muscadet de Sèvre et Maine 1992 (Fr.)
Leeuwin Estate - Art Séries - Chardonnay 2000 - Margaret River (Aus.)

Rouges >
Château Léoville Las Cases 1975 - St. Julien (Fr.)
Spottswoode - Cabernet Sauvignon 2001 - 20th Anniversary - Napa Valley (USA)
Domaine Comte Georges de Vogüé - Musigny Vieilles Vignes 1995 - Bourgogne (Fr.)
Clos de l'Obac 1995 (Esp.)
Castello Luigi - Besazio -Rosso del Ticino 2001 (CH)
Casanova di Neri - Pietradonice - Sant'Antimo Rosso 2001 (It.)
Château Léoville Las Cases 1996 - St. Julien (Fr.)

Liquoreux >
Marie-Thérèse Chappaz - Petite Arvine Grain Noble 1996 - Valais (CH)
Marie-Thérèse Chappaz - Marsanne Blanche Grain Noble 1999 - Valais (CH)


Cordialement,
dfried
#12

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1364
  • Remerciements reçus 2

DidierD a répondu au sujet : Re: Châteauneuf-du-Pape 1995 : L'Horizontale !

Merci DidierT pour ce weekend d'anthologie.
Cette dégustation restera gravée à jamais dans ma mémoire.

A plus pour quelques commentaires et photos

Amitiés

Didier
#13

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 413
  • Remerciements reçus 0

jphi a répondu au sujet : Re: Châteauneuf-du-Pape 1995 : L'Horizontale !

Que voilà une dégustation qu'elle m'aurait plu !!! (en bon français...)

Je commence sérieusement à apprécier de plus en plus le Rhone et spécialement CNP et Lirac qui présentent un rapport Q/P des plus intéressants.

Si vous êtes prêts à en refaire une du même acabit dans les ardennes belges, je vous invite chez moi et je sortirai qq bouteilles que j'attends de déguster avec qq amateurs confirmés (ce qui n'est pas très courant dans mon entourage...)

bonne journée,

Jean-Philippe
#14

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6161
  • Remerciements reçus 9

chinbourg a répondu au sujet : Re: Châteauneuf-du-Pape 1995 : L'Horizontale !

C'est Olivier Mottard qui va être content de savoir qu'une nouvelle grande dégustation de CNP va s'organiser près de chez lui.

Laurent L
#15

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9104
  • Remerciements reçus 467

RaymondM a répondu au sujet : Re: Châteauneuf-du-Pape 1995 : L'Horizontale !

Impressionnante horizontale.
Quel dommage qu'il n'y ait pas eu La Nerthe "Les cadettes" pour une exhaustivité totale dans les grands CNP.

Je vais finir par croire que ce vin souffre d'un véritable ostracisme de la part des grands dégustateurs LPV:)

Raymond
#16

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5368
  • Remerciements reçus 3309

Olivier Mottard a répondu au sujet : Re: Châteauneuf-du-Pape 1995 : L'Horizontale !

Jean-Philippe,

Comme le dit Laurent, ça m'intéresse ! :)

Olivier
#17

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 26067
  • Remerciements reçus 918

Luc Javaux a répondu au sujet : Re: Châteauneuf-du-Pape 1995 : L'Horizontale !

Et moi aussi ! Il doit bien me rester un ou deux CNP en cave... ;)

Luc
#18

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 176
  • Remerciements reçus 0

abel a répondu au sujet : Re: Châteauneuf-du-Pape 1995 : L'Horizontale !

Vraiment très satisfait des commentaires relatifs au Clos des Papes 1995. J'en possède encore 4 bouteilles.

Abel
#19

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 413
  • Remerciements reçus 0

jphi a répondu au sujet : Re: Châteauneuf-du-Pape 1995 : L'Horizontale !

On est déjà 3 , c'est parti ...

Que diriez-vous d'une soirée/journée chez moi (entre Bastogne et Martelange sur la N4) aux environs de la mi-décembre (le temps que ma cave s'étoffe encore un peu...)? Je suis ouvert à toute proposition concernant le thème ...

Jean-Philippe
#20

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 306
  • Remerciements reçus 0

rayas a répondu au sujet : Re: Châteauneuf-du-Pape 1995 : L'Horizontale !

"Encore l’assurance de l’étonnante tenue de ce millésime chez Rayas. Mais surtout, encore la confirmation du caractère atypique de 1995 dans ce domaine. Où est la robe tirant sur le rose dès l’origine ? Où est le dégradé de dentelle presque étouffé en bouche (que l’on a identifié dans le vin N°13 qui s’est avéré être à notre grande surprise un Vieux Télégraphe) ?
Plus de mourvèdre ?
Quoi qu’il en soit c’est décevant EN BIEN tant ce vin est original et sans faille. "

Finalement vous semblez désapointé.Le commentaire ne me semble pas si élogieux que ca.
#21

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5368
  • Remerciements reçus 3309

Olivier Mottard a répondu au sujet : Re: Châteauneuf-du-Pape 1995 : L'Horizontale !

jphi a écrit:
> On est déjà 3 , c'est parti ...
>
> Que diriez-vous d'une soirée/journée chez moi
> (entre Bastogne et Martelange sur la N4) aux
> environs de la mi-décembre (le temps que ma cave
> s'étoffe encore un peu...)? Je suis ouvert à toute
> proposition concernant le thème ...
>
> Jean-Philippe

Si tu nous prends par les sentiments ! :)

Olivier
#22

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5368
  • Remerciements reçus 3309

Olivier Mottard a répondu au sujet : Re: Châteauneuf-du-Pape 1995 : L'Horizontale !

rayas a écrit:
>
> Finalement vous semblez désapointé.Le commentaire
> ne me semble pas si élogieux que ca.

Relis bien le CR de Denis (Dfried).
Je pense, au contraire, que c'est un vibrant hommage à l'échantillon dégusté !

Olivier
#23

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4847
  • Remerciements reçus 245

dfried a répondu au sujet : Re: Châteauneuf-du-Pape 1995 : L'Horizontale !

Bonsoir Rayas,

Je confirme ce qu'a écrit Olivier.

Rayas 1995, n'est pas typique.
Je n'y ai donc pas retrouvé ce que j'en attends d'habitude, ni en termes d'aspect, ni en termes gustatifs.
Est-ce que les cépages entrant dans la composition de ce millésime sont les mêmes que d'habitude ? Est-ce un simple effet climatique ? L'élevage ?Un peu de tout cela ?

Je n'en ai aucune idée.

Alors, est-ce que le Rayas 1995 en est moins magique ? Non.

Juste une formule différente, aussi divine.

Cordialement,
dfried

NB : mes conclusions concernant cette immense verticale (bien supérieure en qualité à de nombreuses dégustations que j'ai pu faire - même lorsque je pense à certaines bouteilles bordelaises mythiques), est sans détour :
Les vins bus dans cette série étaient tous à leur manière superbes (mis à part l'un d'entre-eux).
#24

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 306
  • Remerciements reçus 0

rayas a répondu au sujet : Re: Châteauneuf-du-Pape 1995 : L'Horizontale !

c'est le seul millésime de Rayas du père Reynaud qui vous a fait cet effet la ou existe-t-il d'autres Rayas atypiques ?
C'est étonnant.Pensez-vous qu'on peut commencer à le boire ?
Pensez vous également que son évolution pourrait le rapprocher finalement des autres Rayas ou restera t il une sorte d'exception ?
Cordialement
#25

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3118
  • Remerciements reçus 3

DidierT a répondu au sujet : Re: Châteauneuf-du-Pape 1995 : L'Horizontale !

A la vue de la robe, du nez et de la matère, il devrait rester atypique. Sinon complètement d'accord sur la remarque de Denis, il est atypique mais superbe.
Didier
#26

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1364
  • Remerciements reçus 2

DidierD a répondu au sujet : Re: Châteauneuf-du-Pape 1995 : L'Horizontale !

Voici de manière succincte mes commentaires sur la première série de Chateauneufs :


Le ring est prêt pour le match.

1. Charbonnière – Mourre de Perdrix ***
Le nez est sur l'olive, le savon (floral), le laurier, l'aubépine. Evolue sur des notes végétales, de rafle.
La bouche est vive, élégante, équilibrée, complexe avec une bonne finale épicée.

2. Vieille Julienne – Réservée ****
Le nez présente des arômes terreux, de goudron et évolue sur le caramel et le vernis, avec du volatil.
La bouche est équilibrée, avec une légère sensation de bois, savoureuse, longue et soyeuse.

3. Canet Valette – Vin Maghani **(*)
La robe est dense et peu évoluée par rapport aux deux précédents.
Le nez est sur les fruits noirs cuits, avec une bonne dose d'alcool. Evoque un Porto.
En bouche, le vin est puissant et dense avec des tanins serrés, mais il soufre d'un déséquilibre sur l'alcool et d'une finale asséchante.

4. Coudoulet de Beaucastel
Bouchonné, non noté

5. Cabrière ****
Le nez s'exprime sur des notes de cola, de café et de pruneaux.
La bouche est ronde, souple, équilibrée poivrée et veloutée.

6. Font de Michelle – Etienne Gonnet *****
Le nez présente du volatile, des notes de vernis et d'encre, du thym, du cèdre mais aussi un côté sanguin, animal. Très complexe.
La bouche présente une superbe structure, veloutée, ronde poivrée, très complexe et longue. Magnifique !

7. Bosquet des Papes *(*)
Le nez est évolué, passé, avec un léger relent spermatique (je vous l'avais épargnée, celle-là ;-) )
La bouche est évoluée, fluide, sans intérêt.

8. Charbonnière – Haut de Brusquière ***(*)
Le nez n'est pas très causant, diffuant quand même quelques notes de cuir sur fond de garrigue.
La bouche est ample, puissante, fruitée et, pour la première fois dans cette série, minérale.

9. La Soumade – Fleur de Confiance (Rasteau) ****(*)
Le nez dénote par rapport aux précédents, d'abord animal, il évolue vers les fruits noirs, la fève de cacao et le coco.
La bouche est ronde, un peu chargée en alcool, mais avec une bonne profondeur et une belle finale sur l'amer du cacao.

10. Clos Mogador (Priorat)
Bouchonné, non noté

11. Chapoutier – La Bernardine ***(*)
Le nez est tertiaire, beurré, épicé, végétal et évoluant sur le caramel.
La bouche est équilibrée, assez tannique, de bonne longueur avec une amertume en finale.

12. Beaucastel ***(*)
Le nez est sanguin, poivré, avec une touche végétale, un peu fermé, fin.
La bouche est équilibrée, fruitée, chocolatée et poivrée, présentant une belle profondeur et une bonne persistance.
.



Didier
#27

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1334
  • Remerciements reçus 26

marc de wolf a répondu au sujet : Re: Châteauneuf-du-Pape 1995 : L'Horizontale !

Bonjour,

Je ne suis pas heureux du tout que j’aie du résister à tous ces délices de C9dP sur le canapé dans la chambre avoisinante. J’ai entendue à multiples reprises que des éclats de rires (merd', qu’ils ont du plaisir les copains), des longues périodes de silence (merd', ça doit être bon), de senteurs de terroir très divers (merd', des cèpes et du fromage Suisse) et vers 1 heures du mat, brusquement éveillé : ‘Oui j’ le savais. Rayas. Rayas. Aaahhhh !!’. Suivi des violents éclats de rire.
Aahh que les copains se régalaient ce jour là et moi plein de anti-douleurs sur le cana. Bon, mais c’est fini maintenant. Une fois, une fois mais plus jamais. Ça ne m’arrivera plus jamais.
Ma douloureuse vésicule, avec ces jolies trois billes, est partie vers l’oubli éternel. Rien mais rien ne me retiendrait pour être en pleine forme sur une réédition de cette ordre stratosphérique. S’il faut, je me mettrais sous conduite médicale du fameux docteur Javaux.

ps : Yves a très bien expliqué que le partage et le respect ont eu beaucoup d’importance lors de cette dégustation. C’est ça le moteur LPV ‘in vivo’ et ‘non vivo’. Non ?

cordialement,
Marc
#28

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 21539
  • Remerciements reçus 51

Thierry Debaisieux a répondu au sujet : Re: Châteauneuf-du-Pape 1995 : L'Horizontale !

Bonsoir,

Dans les cinq bouteilles que j'ai données pour cette dégustation, je pensais que la Bernardine allait se planter.
Elle était là pour montrer la différence avec Barbe-Rac que j'adore ;)

Par contre Chantemerle devait bien s'en sortir: une belle bouteille habituellement, à mon avis, et notée 90+ par Parker...

J'ai bu hier une autre bouteille de cette cuvée de Bosquet des Papes, je vous épargne le compte-rendu détaillé, cela ne semble plus à la mode sur le site ;), je me contente de dire que le vin était sur la cerise noire (fruit et noyau) avec une bouche ferme et savoureuse et une belle finale sur la menthe...

Un problème de bouteille, je pense: j'ai acheté mes flacons sur iDealwine et j'en ignore la conservation.

Thierry
#29

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1364
  • Remerciements reçus 2

DidierD a répondu au sujet : Re: Châteauneuf-du-Pape 1995 : L'Horizontale !

2ème série



Xtra. Beaucastel – VV 95

Robe d'un beau doré soutenu.
Le nez présente des notes de beurre rance, d'amande grillée et de nèfle.
La bouche est puissante, ample, riche, grasse, mais équilibrée par une belle acidité qui perdure. Les fruits jaunes composent la gamme aromatique.

13. Vieux Télégraphe *****(*)
Le nez est fin, complexe, floral, sur le pétale de rose, végétal (rafle)
La bouche est d'un superbe équilibre, en finesse, complexe avec des arômes épicés, de poivre rose, floraux et dotée une longue finale racée.

14. Bonneau – Marie-Beurrier ***(*)
Le nez évoque le coca-cola, la pâte dentifrice mentholée. Il évolue sur le pruneau.
La bouche est équilibrée, soyeuse, épicée et pourvue d'une bonne acidité. La finale est marquée par des notes de cacao.

15. Pegaü – Cuvée Laurence ****(*)
Le nez de prime abord un peu lourd sur des notes lactiques évolue favorablement sur des notes complexes mêlant végétal et floral.
La bouche est équilibrée, fluide mais pas maigre, avec de beaux arômes épicés, complexes et une longue finale.

16. Vega Sicilia – Valbuena *****
Le nez est mentholé, chlorophyllien, avec du coco, résolument exotique.
La bouche est surpuissante, boisée, mais un boisé noble, le tout restant civilisé avec une aromatique flamboyante sur le balsamique et le menthol. Belle persistance.

17. Clos des Papes *****
Le nez est raffiné, sur des arômes floraux et de figue.
La bouche est ample, grasse, soyeuse mais avec une forte structure tannique, offrant une belle palette d'arômes typés thym – garrigue. Superbe finale.

18. Les Secrets de Sabon *****
La robe est évoluée en comparaison des autres vins de cette série.
Le nez est fin, complexe, offrant des odeurs de sous-bois en automne. Il évolue sur les petits fruits rouges acidulés (airelles).
La bouche est sphérique, sans aspérité malgré une structure imposante, épicée et très longue.

19. Beaucastel - Hommage à Jacques Perrin ****(*)
Le nez est alcoolisé et boisé. A l'aération, il s'affine et évolue sur des notes de tabac et d'âtre, de suie.
La bouche est ronde, imposante, avec un taux d'alcool perceptible, des tanins marqués, un boisé présent et une minéralité que je perçois pour la première fois dans cette dégustation. Le tout est harmonieux mais semble à l'étroit dans le verre. La finale présente un peu de sécheresse.

20. Chapoutier – Barberac ****(*)
Le nez est sur les fruits rouges, peu complexe, mais agréable.
La bouche est superbe, équilibrée, ronde, fruitée avec des tanins fins et une finale relevée par une jolie amertume cacaotée.

21. Janasse – Vieilles Vignes ****(*)
Le nez est sudiste, sur les fruits noirs mûrs, la tapenade.
La bouche est équilibrée, souple, gouleyante, la finale est très longue.

22. Bonneau – Réserve des Célestins *****
Le nez est compoté, sur les fruits noirs, les pruneaux.
La bouche est équilibrée, d'une grande buvabilité avec des arômes de fruits, d'épices, de thym. Grande longueur.

23. Janasse – Chaupin ****(*)
Le nez est animal, cuir, fourrure et café au lait.
La bouche est savoureuse, équilibrée, aromatique et la finale est très longue.

24. Rayas *****
Le nez est un panier de fruits rouges et noirs, accompagné de zan et d'une touche végétale évoquant l'épinard. Très complexe.
La bouche est puissante, magnifiquement structurée, tout en équilibre, complexe avec des arômes fruités et végétaux. La finale est immense.

Merci encore Didier pour ce weekend d'anthologie.

Didier
#30

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck