Nous avons 1457 invités et 70 inscrits en ligne

1855 retard des primeurs

  • Messages : 1084
  • Remerciements reçus 322

DaGau a répondu au sujet : 1855 retard des primeurs

Sans vouloir minimiser les conséquences parfois dramatiquement tangibles d'une faillite frauduleuse, je crois savoir que dans notre système actuel l'insolvable petit malin s'en tire souvent bien mieux que le cochon de payeur trop honnête pour mettre ses partenaires commerciaux et clients en difficulté à sa place. Comment l'en blâmer, après tout il est à bon école au train où vont les choses societales.

Loin le temps où le débiteur indélicat était écroué dans un cul de basse fosse où il pouvait crever du typhus et de malnutrition au milieu des rats à défaut de solder ses dettes.

Et loin aussi le temps où têtes et mains des vaincus du jeu politique étaient piquées à la tribune des rostres. Aujourd'hui brutaliser des gosses un peu paumés pour le plaisir, défrayer son appareil à raclette et son vélo elliptique parce que c'est bien connu un parlementaire ne se gave jamais assez... c'est dans le bon ordre de marche.
#3331
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: philippe loiseau

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 82757
  • Remerciements reçus 8225

oliv a répondu au sujet : 1855 retard des primeurs

Avec l'accord de sa rédactrice, l'article d'Ophélie Neiman paru dans Le Monde.

"Ces clients qui n’ont jamais vu la couleur des vins achetés sur 1855.com

Dans les années 2000, le site propose des grands crus du Bordelais deux ans avant leur mise sur le marché. Les commandes ne sont pas honorées, onze mille acheteurs sont floués, pour un montant de 40 millions d’euros. Le plus gros scandale de vente de bouteilles en ligne

Ils s’appellent Didier, Hervé, Caroline, Delphine, pour n’en citer qu’une poignée. Leur point commun ? Ils ont commandé du vin sur le site 1855.com. Qu’ils ne boiront jamais. Dans les années 2000, ils font partie des acheteurs qui ont hurlé dans le combiné du téléphone. Certains ont été remboursés. D’ autres non.
Officiellement, 1855.com compte onze mille clients lésés pour un préjudice estimé à 40 millions d’euros. Ce site, qui avait pour ambition de révolutionner la vente de bouteilles en primeur, est devenu le plus grand fiasco de l’e-commerce de vin. Et le scandale qui en a découlé a eu une plus vaste répercussion : il a instillé chez les amateurs une méfiance tenace vis-à-vis de l’achat de vin sur Internet.

Pour Hélène Poulou, avocate bordelaise de plus de 450 clients de 1855.com, le nombre de victimes est même sousestimé : « Les onze mille personnes ne sont que la partie émergée de l’iceberg. Ce sont ceux qui se sont manifestés au moment du redressement judiciaire.
Mais, entre-temps, l’entreprise avait changé de nom et se nommait Héraclès. Il faudrait donc compter aussi tous ceux qui n’ont pas été prévenus, ceux qui ne sont pas allés au-delà par usure, ceux qui sont décédés depuis… »
La promesse était si belle : pouvoir acheter à l’unité, ou par petits lots, des grands crus bordelais en primeur. Un rôle habituellement réservé aux négociants de Bordeaux. Le choix était somptueux : Châteaux Haut-Brion, Lynch-Bages, Cos d’Estournel et tous les autres, un rêve pour le passionné.
D’ailleurs, le nom fait rêver lui aussi car 1855, c’est la date du classement des grands crus des bordeaux de la rive gauche, qui fait toujours référence aujourd’hui. Le conseil des grands crus classés s’étrangle, cette année légendaire est la leur, ils en sont les gardiens.
Il n’empêche, elle est un nom parfait pour le site commercial. Et il n’est pas protégé.

CONSTATS AMERS
L’idée de ce site émerge dans les têtes d’Emeric Sauty de Chalon et de Thierry Maincent en 1995. Ils ont alors 22 ans et sont fraîchement diplômés de HEC. Le site Internet naît quatre ans plus tard. 1855.com devient rapidement la coqueluche des journaux du vin et des amateurs, l’adresse Web à connaître pour un cadeau de naissance, de mariage, l’embellissement d’une collection de flacons. Il y a des vins livrables tout de suite, notamment des étiquettes modestes, et il y a ces fameux vins primeurs de noms prestigieux.
A peine présentés au négoce international, deux ans avant leur mise réelle sur le marché, le particulier peut déjà les commander. En avant-première, en somme. En 2005, quelques milliers d’oenophiles ont, par exemple, acheté des millésimes 2004, à livrer en juin 2007. En théorie.
Car la machine commence à se gripper. Et déraille en 2008.
Sur des forums et des sites consacrés à la défense du consommateur, la grogne surgit ça et là. L’un d’entre eux, très fréquenté des fondus du vin, va d’ailleurs jouer un grand rôle dans l’infusion de la colère : La Passion du vin.

En avril 2008, y apparaît une discussion intitulée : « 1855 retard des primeurs ». Aujourd’hui, ce fil contient plus de 3 000 messages et a été lu 700 000 fois.
« Les messages se sont accumulés, relatant les promesses non tenues, les contreparties avancées ou tout simplement les absences de réponse, se remémore Jérôme Pérez, directeur de la publication de La Passion du vin.
Nous servions de réceptacle aux mécontents et, pendant un an ou deux, nous nous sommes sentis comme Don Quichotte face aux moulins à vent.
D’autant que la presse spécialisée, à l’époque, bougeait peu. »
Parmi les coups de gueule et les constats amers, on trouve le message de Christian Brocheton, enquêteur à la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).
« Votre site a été le débat des consommateurs mécontents pour la non-livraison de vins en achat primeur par la société 1855.com, écrit-il en décembre 2008. Je suis la personne habilitée à étudier les dossiers. »
Il y donne son numéro de téléphone professionnel, son mail et demande à ce que son numéro personnel, diffusé par des internautes, soit retiré.
« Ce feuilleton a tenu en haleine les lecteurs de La Passion du vin pendant des mois, poursuit Jérôme Pérez. Une belle fierté pour nous… qui a aussi failli coûter la vie au forum. » A deux reprises, 1855.com attaque en diffamation. Et est débouté. En revanche, cette même année, les premières condamnations tombent pour le site 1855 : le tribunal d’instance de Bordeaux le somme de livrer ses vins, sous peine d’astreinte.
Mais que s’est-il passé ? La raison du fiasco est que le modèle financier du site était terriblement risqué : pour éviter de stocker les bouteilles, Emeric Sauty de Chalon ne les achetait que bien après les commandes, persuadé que les prix n’augmenteraient pas et qu’il pourrait faire fructifier l’argent des clients entre-temps. Quelle erreur !
Le millésime 2005, mythique, fait voler en éclats le fragile montage. Peu après les primeurs, les prix explosent. Les vins doublent de valeur et, par effet de balancier, les prix des 2004 et 2003 montent aussi.
Pour le dirigeant de 1855.com, le cauchemar commence. Les vins valent désormais beaucoup plus cher que le prix que les consommateurs ont payé.
Livrer le vin, c’est d’abord l’acheter, et donc endetter l’entreprise. De toute façon, le monde entier s’arrache les bouteilles et M. Sauty de Chalon a bien du mal à en récupérer quelques-unes.
Et chaque année est pire que la précédente, les prix grimpent sans relâche. Il multiplie les appels de fonds, accueille de prestigieux actionnaires comme Jean-Pierre Meyers, gendre de Liliane Bettencourt (qui se retirera par la suite).
Rien n’y fait, 1855.com sombre.

LIQUIDATION JUDICIAIRE
« Jusqu’au fameux millésime 2005, le modèle fonctionnait, affirme Philippe Blanchetier, l’avocat d’Emeric Sauty de Chalon. Et il a encore fonctionné un temps, notamment parce que le site proposait d’autres vins que des primeurs, qui ne posaient aucun problème.
Le site aurait pu s’en sortir. Ce qui l’a tué, en vérité, ce sont les astreintes. »
Car si certains clients lésés acceptent un remboursement au prix d’achat, d’autres, en revanche, veulent leurs bouteilles et obtiennent des tribunaux leur livraison sous astreinte.
« Je me souviens d’un dossier où un client avait commandé pour 3 000 euros de vin, confie Philippe Blanchetier. On arrivait à un total de 150 000 euros d’astreinte ! Or, la production était écoulée et il devenait impossible de trouver ces vins. »
Pourtant, un ancien employé du site, au service de la clientèle, affirme, sous le couvert de l’anonymat, que, dès 2006, la situation commençait à déraper : « Les commandes avaient déjà du retard. Les clients hurlaient au téléphone. On regardait le montant de leur commande et, selon les cas, pour les faire patienter, on envoyait en cadeau un Casillero del Diablo, un Château Carbonnieux pour les gros clients, voire du champagne pour les commandes dépassant les 20 000 euros. »
Les actions en justice se multiplient. L’avocat de 1855 court les audiences partout en France.
En face, Hélène Poulou porte les dossiers en masse et représente l’association ABUS 1855.com :
« Tous les jours, une quinzaine de personnes me contactait. En trois semaines, j’avais 200 clients. Le scandale était aussi gros que celui des prothèses PIP. »

En janvier 2015, le groupe Héraclès est mis en liquidation judiciaire. Il regroupait, en plus de 1855, les sites de ventes ChateauOnline et Caves Privées. Tous éteignent alors leurs serveurs.
Clap de fin ? Les deux dirigeants de 1855.com, reconvertis dans l’automobile, le souhaitent. Ils n’ont fait l’objet d’aucune condamnation personnelle.
Mais, en 2012, au nom de l’association et des instances viticoles bordelaises, Hélène Poulou a porté plainte pour escroquerie. Un baume pour les clients laissés sur le carreau. L’enquête est depuis au point mort.
« Cette procédure collective n’aboutira jamais !, s’exclame l’avocat de 1855.com. Il n’y a pas le début d’une preuve d’un enrichissement personnel.
Emeric Sauty de Chalon et Fabien Hyon [qui a remplacé Thierry Maincent en 2010] ne se sont pas payés les dix huit derniers mois, ils sont endettés à vie. Il ne s’agit pas d’une bande de margoulins qui menaient la grande vie.
1855, ils y croyaient ! »

Mais Hélène Poulou y croit aussi. D’autant que face à l’enlisement de la procédure, un nouveau juge a été nommé il y a un an.
« Je laisse jusqu’en septembre et je reviendrai à la charge ensuite », affirme l’avocate bordelaise. Aujourd’hui, l’adresse du site renvoie vers une page blanche.
Et les clients jurent qu’ils n’achèteront plus jamais de vins en primeur. "
www.lemonde.fr/serie...
#3332
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PBAES, Alex, rkrk, jean-luc javaux, bibi64

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1645
  • Remerciements reçus 439

rkrk a répondu au sujet : 1855 retard des primeurs

Je me souviens d’un dossier où un client avait commandé pour 3 000 euros de vin, confie Philippe Blanchetier. On arrivait à un total de 150 000 euros d’astreinte ! Or, la production était écoulée et il devenait impossible de trouver ces vins.


Les vins étaient trouvables mais beaucoup plus chers. Et 1855 ne voulait pas perdre la différence.

Et comble de malhonnêteté, certains vins que j'avais commandés et que le site ne pouvait pas livrer, était proposés en même temps sur leur site en attente de nouveaux pigeons. J'avais fait des copies d'écrans à l'époque pour mon procès au Tribunal d'Instance.

Et comme ils ont appliqué le même principe (j'encaisse et je ne livre pas) à CavePrivée, on peut quand même supposer qu'il s'agissait d'un système à la Ponzi et non d'une simple naïveté.

J'espère en tout cas que tous les acheteurs de voiture ont conscience à quel genre de spéculateurs ils ont affaire en traitant avec MM. Sauty de Chalon et Hyon, et qu'il ne paient qu'avoir reçu la voiture et fait plusieurs tours d'essai.

Ralf
#3333
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 82757
  • Remerciements reçus 8225

oliv a répondu au sujet : 1855, la fin de l'histoire

Justice
Les deux fondateurs du site de vente de vin en ligne 1855.com, condamnés à plusieurs reprises au civil, échapperont peut-être à la justice pénale.

www.lejdd.fr/Societe...
#3334

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 82757
  • Remerciements reçus 8225

oliv a répondu au sujet : 1855, la fin de l'histoire

oliv écrit: Justice
Les deux fondateurs du site de vente de vin en ligne 1855.com, condamnés à plusieurs reprises au civil, échapperont peut-être à la justice pénale.

www.lejdd.fr/Societe...


Le réquisitoire définitif de non-lieu vient d’être notifié aux parties dans l'affaire du site de vente de vin 1855. Un épilogue en eau de boudin pour le plus grand scandale de vente de vin en ligne.

www.lejdd.fr/Societe...
#3335

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9582
  • Remerciements reçus 1095

claudius a répondu au sujet : 1855, la fin de l'histoire

hallucinant !
des juges couillons et crédules ? ... ou ?
#3336

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1134
  • Remerciements reçus 224

TIMO a répondu au sujet : 1855, la fin de l'histoire

Des avocats qui connaissent très bien le droit, sans doute.

TIMO
#3337

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18393
  • Remerciements reçus 2036

mgtusi a répondu au sujet : 1855, la fin de l'histoire


Quelque chose est masqué pour les invités. Veuillez vous connecter ou vous enregistrer pour le visualiser.

TIMO écrit: Des avocats qui connaissent très bien le droit, sans doute.


Pas que, pas que. Des relations aussi

Michel
#3338

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 93
  • Remerciements reçus 95

Mousse et pampre a répondu au sujet : 1855, la fin de l'histoire

Le jugement est hallucinant.
Il est à noter que la presse ne s'en est pas fait écho. Seul le JDD en parle, alors qu'il s'agit d'une escroquerie majeure.
Bien sûr que ces deux là ont des relations. Sauty de Chalon est un franc-maçon notoire (CF la RVF).
Tous ces délinquants en col blanc qui s'en sortent grâce à leur entregent me font vomir. Pour un Balkany qui fini par payer (mais peut-être que, ayant arnaqué le FISC, il devait nécessairement tomber, alors que 1855 n'a lésé que des particuliers, donc on s'en fout) combien de Sauty de Chalon ?
Aux fourches citoyens !
(Dire que j'ai bossé pour eux à l'époque...)::zinzin::
#3339

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1492
  • Remerciements reçus 1911

Kiravi a répondu au sujet : 1855, la fin de l'histoire

Je ne suis pas une victime de 1855. Je n'ai jamais eu le moindre rapport avec cette "entreprise".
Je suis comme vous, je déteste l'injustice, cela va de soi. Je comprends que ce jugement hérisse le poil de beaucoup. Je veux bien admettre qu'avoir des relations permet à certains d'échapper aux sanctions là où d'autres prendraient cher. J'ai d'ailleurs des exemples à citer si nécessaire. Soit.
Mais les couplets sur la franc-maçonnerie résonnent d'une façon immonde dans notre histoire. On peut s'en passer.

Marc, assez vieux débutant
#3340
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Raboso del Piave DOC, TIMO, Frisette, AgrippA, Jullux

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 754
  • Remerciements reçus 362

AgrippA a répondu au sujet : 1855, la fin de l'histoire

Laissons effectivement de côté les explications hors de propos et retenons que dans cette affaire - et une fois de plus- la justice n'a pas fait son travail et n'en sort pas grandie.

Navré pour les LPViens lésés qui attendaient probablement une condamnation de principe, à défaut.
#3341

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18393
  • Remerciements reçus 2036

mgtusi a répondu au sujet : 1855, la fin de l'histoire

AgrippA écrit:
Navré pour les LPViens lésés qui attendaient probablement une condamnation de principe, à défaut.


Pas que ceux là !

Michel
#3342

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1341
  • Remerciements reçus 270

GAET a répondu au sujet : 1855, la fin de l'histoire

"Selon que vous serez puissant ou misérable / Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir"
Tiré des animaux malades de la peste, La Fontaine.
Compte tenu du nombre de gens floués....
Gaëtan
#3343
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Kiravi

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 93
  • Remerciements reçus 95

Mousse et pampre a répondu au sujet : 1855, la fin de l'histoire

La référence aux "heures sombres de notre histoire/ la bête immonde qui sommeille...etc"... Je m'y attendais.
Je suis désolé que certains aient pu le voir sous cet angle.
Loin d'être un nostalgique de la France de Pétain, je voulais juste souligner que dans notre doux pays une famille en place, de bonnes écoles, de bons cercles de relations haut placées dans lesquels on rentre par différents moyens, vous font pénétrer dans un univers dans lequel vous ne faites plus partie du "commun". L'aristocratie ne s'est pas éteinte à la révolution, elle a juste changé de forme. Un sentiment de toute puissance mêlé d'arrogance peut alors vous mener à des conduites plus que limites, pour lesquelles vous n'êtes finalement que légèrement ou même pas sanctionnés.
Vos victimes, elles, ne comptent pas. Elles ne sont rien.
C'est un fait, et non de la spéculation complotiste.
Et oui, hélas, les vers de la Fontaine résonneront toujours de leur éternelle pertinence, jusqu'à la fin des temps...
#3344
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PP

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 990
  • Remerciements reçus 722

Jean-Paul B. a répondu au sujet : 1855, la fin de l'histoire

En lisant les uns et les autres qui tirent à vue sur la justice, je voudrais apporter un petit bémol, même si j'ai eu pour ma part quelques centaines d'euros de bouteilles qui n'ont jamais été livrées.
On parle de pénal, pas de civil.
Ils ont été condamnés au civil plusieurs fois.
Sur le pénal : y a-t-il eu enrichissement personnel, abus de bien social, escroquerie délibérée, etc ?
Je ne crois pas, et c'est bien de cette question qu'il s'agit.
Qu'ils aient eu un business model plus qu'aventureux, qu'ils aient géré la boite comme des pignoufs, ça me semble certain.
Mais ce n'était pas conçu au départ comme une escroquerie.
La partie très borderline, c'est la spirale de fuite en avant, qui a étonnamment duré, mais on ne crée et ne gère pas une entreprise en étant de nature pessimiste.... Il y a toujours un objectif, une situation que l'on pense/espère pouvoir atteindre, parfois en s'illusionnant.

Jean-Paul
#3345
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Alex, dt, jean-luc javaux, Marc C, TIMO, Frisette, Michou, ClémentQ

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1645
  • Remerciements reçus 439

rkrk a répondu au sujet : 1855, la fin de l'histoire

Je suis d'accord avec Jean-Paul.

Si l'on n'a pas tous les éléments il est prématuré de tirer comme les complotistes "jaunes", rouges ou noirs sur les élites, les gens à relations, les francs-maçons etc.

Au pénal, le niveau de preuve et de culpabilité exigé (est-ce qu'il y avait volonté d'escroquer - ou seulement une prise de risque exagérée ?) est beaucoup plus élevée.

Et je dis cela en tant que "victime" de 1855 (même si j'ai récupéré presque tout, parfois en changeant de cuvée) qui a découvert l'univers de tribunaux à cette occasion.

Les faillites dans la VPC, ce n'est pas le privilège d'une élite arrogante. Je pense à la gentille CAMIF, par exemple, Mutuelle des enseignants.

Ralf
#3346

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 82757
  • Remerciements reçus 8225

oliv a répondu au sujet : 1855, la fin de l'histoire

Merci JP de recadrer avec justesse et hauteur de vue les choses.

Ce qui restera absolument sidérant dans cette affaire, c'est de voir le fameux marché si prompt à s'autoproclamer auto régulé, les décideurs, la justice et autres instances de contrôle avoir laissé si longtemps cette lamentable fuite en avant perdurer.
Cette rubrique témoigne que les alertes ont pourtant été déclenchées très tôt, les démarches vers la DGCCRF enclenchées ensuite.
Espérons que cet appui aura permis de mettre la pression sur le duo de cavaliers et ainsi aux premiers clients grugés d'y perdre un peu moins de plumes...
#3347

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2350
  • Remerciements reçus 1014

GILT a répondu au sujet : 1855, la fin de l'histoire

La gestion n'était pas celle d'un bon père de famille et se baser sur un Ponzi était quand même douteux.
Je comprends la déception de beaucoup quant à l'énoncé du jugement.
Pour ma part j'ai pu récupéré à l'époque mon dû en menaçant nos deux acolytes non pas de poursuites judiciaires mais de suites plus physiques ; Je n'en suis pas fier même si le temps souligne le pragmatisme de cette manoeuvre.

Gilles
#3348
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Alex

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18393
  • Remerciements reçus 2036

mgtusi a répondu au sujet : 1855, la fin de l'histoire

Pour ma part je ne suis pas d'accord avec Jean-Paul et je pense qu'il y a au moinsun OUI aux trois questions posées.

Je ne développerai pas plus en public, ça coûte trop cher !

Michel
#3349
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oenoJB

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1134
  • Remerciements reçus 224

TIMO a répondu au sujet : 1855, la fin de l'histoire

N'empêche que c'est la décision du juge.
Aux plaignants de faire appel s'ils le souhaitent.

TIMO
#3350

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezVougeotjean-luc javauxCédric42120starbuck