Nous avons 1539 invités et 64 inscrits en ligne

LPV75 parcourt l'Anjou et la Touraine

  • Messages : 428
  • Remerciements reçus 826

LPV75 parcourt l'Anjou et la Touraine a été créé par Nol

CR:

Pour cette première de l’année 2019, nous nous retrouvons au « Saut du crapaud », notre nouveau repaire du 14e arrondissement, avec pour thème l’Anjou et la Touraine, dans les deux couleurs. C’est l’ami Tuukka (Podyak) qui est à la manoeuvre et il nous a concocté un programme copieux avec une bulle, 6 blancs, 5 rouges et 2 sucres. Notes de dégustation à l’aveugle, sauf les numéros 0, 8 et 9.

Vin n° 0 :
Nez légèrement oxydatif, sur la pomme mûre, un peu cuite, les fruits secs et une petite sensation lactée. En bouche, l’attaque est assez puissance, avec une bulle un poil agressive et pas très fine ; on retrouve la pomme, le côté légèrement oxydatif, mais aussi de belles notes « crayeuses » ; finale avec une acidité assez marquée et des amers sensibles. B
Vouvray, Le Clos Naudin, Ph. Foreau, Brut réserve 2007

Les vins sont ensuite servis par paires, sauf le n° 11 et il y a eu une petite inversion involontaire des vins n° 8 et 9.

Vin n° 1 :
Nez frais et avenant sur la pomme verte et de belles notes florales : c’est net et pur. L’attaque en bouche est ronde et gourmande, avec un très léger gras ; beaucoup de fruits (pomme acidulée, poire) et une finale tendue, mais pas trop, et salivante : c’est très harmonieux et ça se boit tout seul ! Une belle découverte et un style qui m’a rappelé certaines bouteilles du Rocher des Violettes. TB+
Montlouis, Les Cabotines, Ludovic Chanson, 2017

Vin n° 2
Nez bizarre, réduit, un peu poussiéreux et avec des notes de bonbon chimique à la pêche (voire même à la banane). En bouche, on a d’abord un côté très mûr, voire un peu chaud, avec des notes de coing très présentes. En même temps, le vin fait très « sec » ; la fin de bouche est assez dure avec un peu d’amertume : l’ensemble ne m’a pas paru très harmonieux… Moyen
Saumur, L’Enchentoir, Manoir de la Tête Rouge, 2016

Vin n° 3
Nez réduit, avec du pétard et des notes un peu poussiéreuses ou de carton ; à l’aération apparaissent des notes très vertes (herbes, voire asperge). La bouche est difficile, très tendue et austère, avec une maturité qui semble un peu limite, et un mélange acidité / amertume pas très agréable ; on retrouve des notes très vertes (citron vert, pomme verte) et végétales (asperge). Une note saline intéressante en finale, mais aussi de l’amertume. L’ensemble m’a paru manquer cruellement de gourmandise. AB
Saumur Les Salles Martins, Antoine Sanzay, 2014

Vin n° 4
Nez pour moi très légèrement oxydatif et discret, avec quelques notes de pomme un peu cuite et de poire. La bouche est nettement plus intéressante : il y a de la matière et un beau volume ; c’est bien mûr, mais sec, avec des notes classiques de pomme et de coing ainsi qu’un peu de miel ; l’acidité allonge le vin jusqu’à une finale de belle persistance où l’on retrouve la poire. B+
Anjou, Château de Suronde, 2014

Vin n° 5
Nez assez mutique (le vin était sans doute un peu froid) ; je ne décèle d’abord que quelques vagues notes de croûtes de fromage, voire de chaussette… ; au réchauffement, finiront par apparaître quelques notes fruitées (poire, coing) et un peu fumées. En bouche, l’élevage est sensible, mais la matière est très belle avec un gros volume ; c’est d’abord légèrement gras à l’attaque, puis l’acidité arrive pour porter le vin jusqu’à une longue finale marquée par de beaux amers et de légères notes d’agrumes. J’ai tout de même eu le sentiment que le vin était encore un peu engoncé et ne s’exprimait pas totalement, avec notamment un fruit en retrait. Pour l'instant "seulement" TB
Saumur, La Charpentrie, domaine du Collier, 2012

Vin n° 6
Nez sur les fruits jaunes bien mûrs, les épices et des notes de truffe très présentes. Très belle bouche, ample, bien fruitée (notes d’ananas), avec un petit peu de miel ; c’est riche et bien mûr, mais avec une belle tension ; finale salivante et gourmande avec un retour de la truffe.
J’ai trouvé cependant que le vin s’était quelque peu « abîmé » au réchauffement et à l’aération, en basculant sur un registre un peu oxydatif, avec des notes de miel et de cire qui ont pris le dessus. Mais cela reste nettement mieux que mes expériences précédentes sur ce vin (avec notamment une bouteille très oxydative et une autre dominée par l’élevage), alors que j’ai toujours très bien goûté Rémus sur ce millésime. TB / TB+... avant réchauffement
Montlouis, Rémus plus, domaine de la Taille aux Loups, 2008

Il est temps d’attaquer les rouges !

Vin n° 7
Nez fin et complexe, sur le poivron bien mûr / grillé, les fruits noirs et quelques épices. Très belle bouche : on retrouve les fruits noirs et un peu de poivron, avec un coté presque confit et une note fumée ; c’est assez dense, mais avec des tanins très fins et une matière soyeuse ; l’acidité est élevée, mais pas du tout dérangeante pour moi ; longue finale un peu austère avec une légère sensation « calcaire ». C’est très « classe » et très accessible même si l’élevage ne m’a pas encore semblé totalement absorbé. TB+ / excellent -
Chinon, Coteau de Noiré, Philippe Alliet, 2011

Vin n° 8
Nez bien présent, légèrement animal, sur les fruits noirs très mûrs, la mine de crayon et avec une note balsamique ; c’est encore très « primaire », même si une toute petite note tertiaire se fait sentir (sous-bois). La bouche est puissante et charnue, avec un côté « brut » ou sauvage qui contraste avec le vin précédent, dans un registre plus « ciselé » ; grosse matière, généreuse, avec un côté « on en a plein la bouche » ; il y a une très belle maturité, mais avec suffisamment de fraîcheur pour éviter toute lourdeur ; finale légèrement réglissée. TB / TB+
Bourgueil, La Petite Cave, Yannick Amirault, 2009

Vin n° 9
Superbe nez, très complexe, avec du fruit (cassis, framboise), un peu de poivron rouge, de très belles notes florales, un peu de cuir et de tabac. La bouche est également superbe d’équilibre et d’élégance sur de belles notes de petits fruits rouges légèrement confits : la matière est soyeuse, les tanins à peine perceptibles et d’une grande finesse et l’élevage parfaitement fondu. Un vin construit sur la longueur, mais avec de la concentration, jusqu’à une longue finale très persistante et légèrement épicée. Un Clos Rougeard ? Et non…. Excellent
Chinon, Coteau de Noiré, Philippe Alliet, 2007

Vin n° 10
Nez ouvert et puissant sur les fruits noirs compotés, le poivron bien mûr, les épices et une petite note balsamique. En bouche, du volume, de la puissance et de la densité ; ça accroche un tout petit peu, mais cela reste soyeux grâce à des tanins d’une très grande qualité ; la maturité élevée est bien contrebalancée par une belle acidité. Longue finale bien pleine. C’est déjà très très bon, mais cela pourrait être encore meilleur dans quelques années. TB+ / Excellent -
Saumur Champigny, Les Poyeux, Clos Rougeard 2009

Vin n° 11
Nez marqué par des notes liégeuses pour moi rédhibitoires. C’est un peu moins sensible en bouche, mais celle-ci ne convainc pas vraiment, avec une acidité très élevée et des tanins durs. A revoir.
Si l’on fait abstraction du bouchon, un vin qui va demander beaucoup de patience (souvenir d’un grand 1996 dégusté il n’y a pas si longtemps chez l’ami Michel).
Saumur Champigny, Le Grand Clos, Château de Villeneuve, 2005

On termine avec un peu de sucres :

Vin n° 12
Nez très frais sur les agrumes, et notamment la mandarine, un peu de fruits confits et une note de truffe. La liqueur est sensible à l’attaque en bouche, mais ensuite il y a de la fraîcheur et une belle acidité ; les fruits sont bien présents, avec la mandarine, la marmelade d’orange et également un petit peu d’abricot ; finale digeste avec une légère amertume. B+ / TB-
Coteaux du Layon Saint Aubin, Les Clos, Philippe Delesvaux, 2010

Vin n° 13
Nez plus « lourd » et chaud, avec un fruit confit (abricot, mirabelle, coing), des épices et des notes de miel et de cire. La bouche est riche et puissante, le sucre sensible ; on retrouve les fruits confits et le miel ; pour moi c’est un peu lourd, il manque un poil d’acidité et de fraîcheur pour donner l’envie de se resservir. B / B+
Quarts de Chaume, Château de Suronde, 2005

Voilà, une dégustation fort intéressante, avec notamment quatre rouges de haut niveau (les 2 Alliet, le Clos Rougeard et l’Amirault). Même les plus réticents au cabernet franc ont apprécié… Pour moi le premier prix au Coteau de Noiré 2007 et le prix de la découverte au Montlouis de Ludovic Chanson. Un grand merci au « Saut du crapaud » pour la qualité (et la générosité) des plats et au maître de cérémonie.

Paul
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Benji, PBAES, docadn, dt, Super-Pingouin, podyak, breizhmanu, bibi64, Vaudésir, f.aubin, Frisette, GAET, starbuck, leteckel, jclqu, Damien72
24 Fév 2019 19:47 #1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4779
  • Remerciements reçus 2153

Réponse de Vaudésir sur le sujet LPV75 parcourt l'Anjou et la Touraine

On avait bien apprécié Les Salles Martins il y a 1 an, la votre ne semblant pas la même.
Stéphane
24 Fév 2019 20:13 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 643
  • Remerciements reçus 179

Réponse de f.aubin sur le sujet LPV75 parcourt l'Anjou et la Touraine

Superbe dégustation les amis !
Encore une fois, le cabernet confirme qu'il faut être patient pour l'apprécier.
Quand à Ludovic Chanson, pas de doute, il ira loin au vu de ses 1ers millésimes où la météo ne l'a pas épargner...
LPVment,
Franck
24 Fév 2019 21:07 #3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 428
  • Remerciements reçus 826

Réponse de Nol sur le sujet LPV75 parcourt l'Anjou et la Touraine

Stéphane, il y avait peut-être un problème de bouteille car ceux qui avaient déjà croisé cette cuvée ne l'ont pas vraiment reconnue...
Paul
24 Fév 2019 21:39 #4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 515
  • Remerciements reçus 557

Réponse de podyak sur le sujet LPV75 parcourt l'Anjou et la Touraine

Bon, faut relancer un peu la machine des dégustations quand je me suis aperçu que le groupe avait fait plus de voyages que de dégustations communes en 2018 (!)
J'ai donc proposé un thème pas mal abordé par les lpviens ces dernières semaines (Anjou/Touraine ou même Chenin/Cab Franc). Et pourtant, autant j'ai toujours vraiment apprécié les chenins (lorsqu'ils ne tirent pas vers notes oxydatives), autant je ne dois pas avoir en cave plus de 5-6 Cabernet Franc, et ils y sont depuis pas mal de temps :cheer: . Mais d'autres camarades sont amateurs et la suite va leur donner raison… Du coup, pas de vin en aveugle pour moi, mais le plaisir de goûter ce que j'ai pu piocher dans les jolies propositions des amis. On commence par une bulle, déjà croisée lors de nos dégustation antérieures…
CR:

Fichier attaché :


Philippe Foreau, Vouvray Brut, Cuvée Réserve 2007
Robe assez dorée. Nez qui peut rappeler certains champagnes ayant une pointe oxydative (fruits secs, noix, mais aussi pomme cuite) mais aussi des notes lactées type croûte de fromage. Les bulles sont nombreuses à l'attaque et assez persistantes mais pas super fines. La sensation est vive, avec une acidité assez haute en milieu de bouche, plus douce ensuite. Retro sur les fruits secs (amande). Salivant, assez long et persistant. A l'aération, une pointe de miel apparaît. Fait assez jeune au nez et en attaque, plus évolué en finale et retro. Assez friand et joli canon de mise en bouche. A noter que 2 Jours après, le vin n'a pas pris une ride et les bulles sont toujours bien présentes. B+ (15-)

Les blancs sont majoritairement bus avant l'entrée sauf la dernière paire et on revient un peu dessus pendant l'entrée (excellente Céviche de cabillaud avec un peu de fruits de la passion et des herbes bien choisies ; d'autres ont pris des Croustillant de pied de cochon ou des gambas grillées)

Fichier attaché :


Ludovic Chanson - Montlouis sur Loire, Les Cabotines 2017
Joli nez plutôt sur les fruits blancs mais aussi un peu de sucre d'orge, fleurs blanches et peut-être une pointe mentholée. Cela glisse joliment en bouche avec un bel équilibre maturité/vivacité. Deux camarades devinent un Montlouis et y trouvent des similitudes avec le Rocher des Violettes. Je trouve que le vin se goûte plus sur le fruit et est plus mûr que les Montlouis de Xavier Weisskopf que j'ai pus goûter, qui sont, à mon sens, sur un profil plus tendu, avec des notes minérales. Ici, la gourmandise et le fruit frais prédominent. C'est gourmand et j'aime beaucoup. J'ai décidé d'en encaver 2-3 bouteilles, du coup. TB (16)

Manoir de la Tête Rouge, Saumur, l'Enchentoir 2016
Conseillé par un caviste qui m'en a dit beaucoup de bien (et m'a assuré que, contrairement à la cuvée de base, le risque d'un vin "déviant" rappelant le cidre était très limité), j'ai apporté la bouteille sans connaître le domaine. Le nez m'évoque les fruits jaunes (pêche) voire les bonbons Kréma sur ces fruits, mais aussi la pomme mûre. En bouche, c'est assez ample, avec une certaine mâche, et mêle des notes de pomme acidulée et de pomme cuite. J'entends çà et là que le vin fait assez nature plutôt maîtrisé. Bien vu ! Cela ne plaît pas à tout le monde. Et on sent que le vin est sur un fil et qu'il ne faudra pas le laisser trop au chaud ni le garder trop longtemps sans risque. En l'état, j'aime plutôt bien. Paraît tout de même un peu dissocié entre une acidité sympa en attaque et une petite chauffe en finale, avec de très légers amers. Mais l'ensemble reste plaisant. B (14)

Fichier attaché :


Antoine Sanzay, Saumur Les Salles Martin 2014
Robe assez claire. Nez hyper réduit sur le côté grillé allumette/pétard. En cherchant, derrière, j'ai des notes de fruits acidulés type groseille à maquereaux. Très belle tension en bouche, avec une certaine matière et une acidité assez haute. Ça claque, ça pète, c'est salivant… Mais même pour moi qui suis plutôt bon public sur ces notes de réduction, c'est un peu trop prégnant et prend malheureusement le pas sur le reste. C'est même plus net que sur les rares Coche Dury goûtés jusque-là B) . Tendu et légers amers qui serrent un peu la finale A J+2, la réduction est toujours présente, et l'acidité aussi. Ça ne me dérange pas plus que ça mais rend le vin un peu monolithique et je comprends beaucoup des amis n'y trouvent pas de plaisir. B+ (14,5)

Château de Suronde, Anjou 2014
Le nez se rapproche un peu du "Manoir de la Tête Rouge" avec des notes de pomme mûre (voire blette), de poire mais aussi pas mal de miel et une pointe fumée (presque caoutchouc brulé). Un côté "tarte aux pommes", mûr, qui rappelle un peu un moelleux. La bouche est assez équilibrée entre une certaine vivacité et un côté plus mûr. Assez riche, petits amers en finale. J'ai un peu moins aimé que la majorité de mes camarades qui l'on mis dans le top 2/3 des blancs. B+ (14,5)

Fichier attaché :


domaine du Collier, Saumur, La Charpentrie 2012
Nez peu expressif, en cherchant, pas hyper agréable (rappelle un peu l'éponge mouillée). La bouche, en revanche, est très agréable, avec de la tension, une jolie acidité, en rien "citrique", une matière un peu "crayeuse". C'est ample, il y a du fond. Retro sur la Granny Smith et l'amande fraîche, pointe menthe. Ça tapisse joliment la bouche. On se retrouve tous sur le fait que le vin gagnera à être attendu. TB- (16)

domaine de la Taille aux Loups, Montlouis sur Loire, Remus Plus 2008
Robe dorée, foncée. Nez immédiat sur la truffe, les fruits exotiques. Cela m'évoque immédiatement les Jurançon avec quelques années. Le nez fait penser à un moelleux. La bouche reste super fraîche, salivante, avec juste un miel assez net qui rappelle son âge. C'est frais, vif, mais l'acidité semble avoir été patinée avec le temps. Jolie matière qui tapisse gentiment la bouche. Ce n'est pas (plus ?) d'une concentration extrême mais reflète ce que j'aime dans les notes d'évolution de certains vins. Un vin de méditation, même s'il n'est pas d'une longueur infinie. Petite note saline en finale. Le blanc de la soirée pour moi, quoique difficilement comparable aux autres. TB+/Exc- (17)

Alors comme évoqué en intro, je ne suis pas amateur de Cabernet en général et du Franc en particulier (déjà les Bordeaux en dessous de 20 ans j'ai du mal…) et cela m'a coûté de garder le thème pour les rouges :p Du coup, pour me réconcilier avec le Cabernet Franc, j'ai plutôt eu tendance à choisir des vins de millésimes plutôt mûrs, avec déjà quelques années, un petit boisé ne me gênant pas, pour ne pas retrouver les notes de terre et poivron vert qu'on peut parfois retrouver sur certains ligériens, de 2008 par exemple : je me rappelle encore d'une verticale du domaine de la Chevalerie organisée par feu Cave Privée où les seuls vins qui m'avaient paru aimables (et donc atypiques pour Flo ;) ) avaient été 2003 et 2009.
Accord réussi avec les rouges de mon côté, servis avec un très bon onglet aux échalotes, sauce herbes et au chorizo.

Fichier attaché :


Philippe Alliet, Côteaux de Noiré 2011
Nez avec un profil assez sombre, fruits noirs, poivron mûr, graphite, pointe animale mais aussi pointe torréfiée/chocolatée. Jolie matière, bien enveloppée, qui tapisse la bouche avec des tannins fondus. Bel équilibre en bouche avec à la fois un côté mûr, presque confit, mais aussi une belle fraîcheur, qui affine la finale. Première (très) bonne surprise pour moi avec ce vin très plaisant et en rien variétal. TB+ (16.5)

Yannick Amirault, Bourgueil, la Petite Cave 2009
Robe très sombre. Nez un poil plus évolué, mais aussi plus reconnaissable avec un poivron mûr un peu plus présent, une touche de graphite. Puis des notes de fruits noirs (myrtille, mûre) et une touche qui me rappelle la suie, la cendre. Le vin tapisse allègrement la bouche avec des tannins enveloppés mais encore un peu présents. Assez puissant, plutôt encore jeune en bouche, finit sur des petits amers pouvant faire songer à du cacao. Retro sur une pointe amande amaretto. Assez classique, j'imagine d'un millésime solaire. Il avait une forte concurrence, mais très jolie cuvée qui pourra encore se garder. TB (16)

Diantre, déjà 2 Cab Franc que je regrette de ne pas avoir en cave zX … Voyons les suivants

Fichier attaché :


Philippe Alliet, Côteaux de Noiré 2007
Nez fin, assez classieux avec un très léger élevage, sur des notes de graphite, des fruits noirs mûrs et un tout début de notes d'évolution (potpourri, feuilles mortes). La bouche est superbe avec une texture feutrée, velours, des tannins fondus. Des petites épices prolongent la finale. Un vin à point, assez complexe, plutôt mûr tout en étant en finesse. Aucune trace végétale ou d'accroche liée à l'élevage n'apparaissent. Très beau vin qui a recueilli tous les suffrages du soir. Exc (18-)

Clos Rougeard, Saumur Champigny, Les Poyeux 2009
Nez un peu plus jeune que le précédent, avec des notes de fruits rouges et noirs mûrs, du poivron mûr et quelques épices. Bouche un peu plus "gouleyante" que le Noiré, un peu plus sur des notes primaires. En finesse également, avec un bel équilibre acidité/maturité et une jolie texture qui tapisse la bouche mais avec encore un résidu d'accroche tannique. Excellent mais plus jeune que l'Alliet et encore un peu moins complexe en l'état. Exc- (17+)

Bon, à l'origine, j'avais prévu les 2 Noiré face à face et le Rougeard face à l'Amirault (même millésime notamment), mais le nouvel ordonnancement a plutôt réussi (!). On finit les rouges sur un domaine et un vin sur lesquels j'avais lu le plus grand bien dernièrement :

Fichier attaché :


Château de Villeneuve, Saumur Champigny, Le Grand Clos 2005
Le nez est tout de suite plus végétal, avec des notes de poivron plus nettes, un côté feuilles mortes.
La bouche est assez puissante plutôt mûre voire qui chauffe un peu avec une peu d'accroche. Le temps de remettre le nez dans le verre et le doute se confirme, il y des notes de TCA qui gâchent bien le plaisir et s'amplifient à l'aération… Dommage ! NN

Le dessert arrive (presque cheesecake (car avec un peu de mascarpone) au citron vert avec coulis de fruits rouges pour moi), on passe rapidement aux moelleux.

Fichier attaché :


Philippe Delesvaux, Côteaux du Layon Saint Aubin, Les Clos 2010
Nez séduisant sur les fruits frais exotiques, des agrumes confits. La bouche reste assez fraîche, avec un équilibre de doux voire demi-sec qui satisfont une bouche pas trop à sucre (à part les Jurançon). Un peu de sucres ressentis en attaque mais rapidement le côté un peu acidulé réhausse la bouche. La longueur n'est cependant pas mémorable. J'aime vraiment bien, dans le style. TB- (15)

Château de Suronde, Quarts de Chaume 2006
Le nez est tout de suite bien plus confit, plus riche, fruits jaunes très mûrs avec des notes de cire, de miel que n'auraient pas renié certains Sauternes avec un peu d'évolution. La bouche avec une épaisseur, une viscosité importante ne contredit pas le nez et est également assez riche. Moins à mon goût, plus pour amateurs de liquoreux. B (14)

Au final, une dégustation plutôt réussie avec, en dehors du dernier, des rouges vraiment au top, qui m'ont réconcilié avec la région (en millésime mûr en tout cas) ! Les blancs étaient un peu plus hétéroclites avec 1 ou 2 en dessous de ce que certains ont pu goûter mais également de jolies découvertes pour certains. Pas de demi secs (il fallait faire des choix et on ne pouvait à l'avance savoir s'il y avait des plats qui leur aurait convenus) et des moelleux dans des styles opposés.
Tuukka
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PBAES, Super-Pingouin, Jean-Loup Guerrin, bibi64, Nol, DUROCHER, vivienladuche, Frisette, GAET, starbuck, leteckel, jclqu, Damien72, DaGau
27 Fév 2019 20:28 #5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1310
  • Remerciements reçus 1465

Réponse de vivienladuche sur le sujet LPV75 parcourt l'Anjou et la Touraine

Cher Tuukka,

C'est une bien belle série que vous avez dégustée là. (tu)
Je serais curieux de lire la prose de notre seigneur pingouin... Allez au hasard, il pourrait bien avoir apporté le plus bourguignon de la série... Le Clos Rougeard !!! Mais j'ai peur de ne pas voir monter les notes au-delà du B+ ;)
28 Fév 2019 15:50 #6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck