LPV Lutèce à la conquête du Jura (et un peu de Savoie)

    • Messages : 162
    • Remerciements reçus 156

    mconstant a créé le sujet : LPV Lutèce à la conquête du Jura (et un peu de Savoie)

    Pour cette première dégustation de l’année, notre groupe se retrouve sur un thème cher à beaucoup dans notre groupe même si déjà abordé : Jura & Savoie.

    LPV Lutèce : Thème Jura et Savoie

    Vin 1 : Domaine des Ardoisières, IGP Vin des Allobroges, Argile Blanc, 2016
    Le premier vin présente un nez sur le citron, un peu de cardamome et une trace végétale assez agréable (herbes médicinales) et une pointe de miel à l'aération. C'est relativement joli. La bouche possède une bonne sapidité avec une attaque assez légère et une longueur plutôt correcte. On pourrait lui reprocher cependant un certain manque de tension et une aromatique en bouche assez simple sur le citron. Bien pour un premier vin. 

    Vin 2 : Domaine Labet, Côtes du Jura, Lias, 2016
    Le nez est au départ majoritairement sur la pomme et le sésame grillé. Pour moi, le côté nature ressent assez fortement et me dérange un peu mais à l'aération, il se font et je note plus des arômes de fruits blanc. La bouche présente d'emblée une certaine amertume puis le milieu de bouche arrive sur des arômes de fruits (pêche). La longueur est moyenne mais le vin se laisse gentiment boire à l'aération. C'est plutôt pas mal 

    Vin 3 : Domaine de la Renardière, Arbois Pupillin, Les Terrasses, 2016
    Le nez est quelque peu réduit et on note des arômes d'allumette majoritairement et de fruits blancs. La bouche présente aussi une forte amertume et des arômes de fruits confits ainsi qu'une matière en bouche un peu bodybuildée et possède une bonne longueur. Un vin qui pourrait s'attendre encore un peu car en l'état c'est très jeune et relativement clivant avec certaines personnes qui ont apprécié le vin et d'autres qui pensaient que c'était trop jeune pour donner du plaisir. J'avoue être entre deux et reconnaît une jeunesse indéniable et une matière importante mais en même temps le trouve déjà agréable à boire maintenant si l'on cherche un vin assez massif. Bien que ce soit mon apport, à l'aveugle, je serai parti sur un chardonnay assez élevé (type fleur de chardonnay du domaine Labet). Sans être extraordinaire, c'est plutôt pas mal non plus. 

    Vin 4 : Domaine Ganevat, Côtes du Jura, Florine 2016
    Dès le départ, on sent que l'on monte d'un cran avec un nez sur l'abricot, un peu de mirabelle qui est d'une belle complexité même si au départ, cela me faisait craindre un vin un peu chaleureux en bouche. Cela n'en est rien puisque la bouche présente un superbe équilibre, une belle rondeur et encore une fois ces arômes de mirabelle. La longueur est très bonne et bien que ce soit encore jeune, on sent un très beau vin maintenant et qui devrait être superbe dans quelques années. Mon blanc de la soirée. 

    Vin 5 : Domaine des Ardoisières, IGP Vin des Allobroges, Argile Rouge, 2014
    Le nez est sur les petits fruits rouges et promet directement un vin très gourmand. Cela est confirmé en bouche avec cette même gourmandise : j'ai noté une bonne acidité qui permet au vin d'avoir une bonne longueur et un petit côté épicé en finale. J'ai bien aimé et trouve ce vin très sympa.

    Vin 6 : Domaine Jean-Luc Jamet, Vin de France, Pinot Noir,  2016
    Rien qu'au nez, on sent que l'on est face à un vin super fruité et qui pour le coup fait très Syrah avec des fruits rouges, de la violette et même un peu de poivre. La bouche est très agréable et gourmande, avec une bonne matière portée sur les fruits rouges et un certain élevage. C'est très intéressant et assurément une découverte. J'ai beaucoup aimé même si à la tombée de la chaussette, on ne se disait pas que l'on avait affaire à un Pinot Noir. 

    Vin 7 : Domaine de la Borde, Arbois, Trousseau Sous la Roche, 2017
    Le nez présente une forte volatile avec majoritairement du vernis et un peu de fraise écrasée. C'est très monolithique à cause de la volatile. En bouche, la volatile est rédhibitoire et donc aucun plaisir. 

    Vin 8 : Domaine Jacques Puffeney Arbois Trousseau 20??
    Malheureusement bouchonné légèrement ou en tout cas déviante. 

    Vin 9 : Caveau de Bacchus Lucien Aviet, Arbois, Cuvée des Géologues Trousseau, 2009
    Après ces deux déconvenues, le nez suivant est plus sympathique et gourmand avec un mélange de cerise, de framboises, un côté un peu végétal et même un fond floral sur la rose. L'attaque en bouche est douce, fruitée puis laisse place à une certaine amertume en milieu de bouche. Pas de tannins ressentis, le vin glisse tout seul avec une bonne longueur. 

    Vin 10 : Domaine Tissot, Arbois, 1987 
    Pas d'indications sur la bouteille du cépage on pense Trousseau. 
    Le nez fait évolué avec majoritairement des arômes tertiaires avec des arômes  de fruits rouges mais surtout du champignon, des feuilles mortes. Ces arômes se confirment en bouche et ne sont pas désagréables pour un vin en fin de vie mais encore vivant pour donner un certain plaisir. A noter que bu sans l'effet de séquence et avec un mlat adapté je pense que ce vin aurait encore plus été apprécié. 

    On retourne sur les blancs pour ce que je doute (et redoute de temps en temps) des vins oxydatifs du Jura. 
    Vin 11 : Domaine Macle, Côtes du Jura, 2006
    Le nez est un peu oxydatif et assez typé pour la région sans être opulent avzc de la noix majoritairement. La bouche est assez fine, encore une fois sur la noix, tout en permettant d'avoir une belle fraîcheur qui ne me déplaît pas mais qui pourrait laisser sur sa faim des amateurs de jura plus avertis. Moi ça me convient tout à fait.

    Vin 12 : Domaine Rolet, Arbois Vin Jaune, 2007
    Le nez est un mélange de noix et de Roquefort. La bouche n'est pas non plus désagréable avec une certaine matière toute en douceur et une acidité moyenne qui me permet d'apprécier le vin. La longueur est très bonne pour un vin, correcte pour un jaune dans mon référentiel. Un vin qui peut être une bonne porte d'entrée aux jaunes. 

    Vin 13 : Domaine Philippe Chatillon, Côtes du Jura, Autrement, 2013
    Le petit liquoreux pour finir le repas. Le nez n'est pas opulent comme un sauternes mais est plutôt sympathique avec des arômes de cassonade en début de caramélisation, un peu de café et même une note de menthol du plus bel effet. La bouche possède un bon équilibre sucre/acidité qui permet au vkn d'être digeste. On pourrait lui reprocher une longueur moyenne mais l'équilibre étant là ce vin me plaît bien. A la levée de l'étiquette, un ovni mais une belle découcher indubitablement. 

    Une dégustation qui confirme de bonnes choses aussi bien en blanc qu'en rouge. Je n'ai malheureusement pas beaucoup de vins de ces régions et il faudra bien y remédier.

    Bonne dégustation,
    Matthias
    #1
    Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, dfried, Jean-Bernard, chrisdu74, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, LADIDE78, bibi64, alain_vin, Vaudésir, Val59, sebus, leteckel, jd-krasaki, Pinardo, Kiravi, Jainclodo

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 6389
    • Remerciements reçus 3162

    Jean-Loup Guerrin a répondu au sujet : LPV Lutèce à la conquête du Jura (et un peu de Savoie)

    Comment, pas une seule mondeuse ?
    Mais c'est un "skandaal" comme disait Georges Marchais. ;)

    Jean-Loup
    #2

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 1880
    • Remerciements reçus 703

    jd-krasaki a répondu au sujet : LPV Lutèce à la conquête du Jura (et un peu de Savoie)

    Une Avalanche a bien été proposée, mais finalement pas retenue.
    Je joins une photo de groupe. Le Puffeney bouchonné était un 2014.


    JD | Lutèce
    #3
    Pièces jointes :

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 1880
    • Remerciements reçus 703

    jd-krasaki a répondu au sujet : LPV Lutèce à la conquête du Jura (et un peu de Savoie)

    Voici mon CR: CR enfin "numérisé" et, par la présente, versé aux Archives nationales de la dégustation :

    Dégustation pas à l'aveugle pour moi.

    Vin 1 : Domaine des Ardoisières, IGP Vin des Allobroges Argile Blanc 2016
    Nez attirant sur les herbes médicinales, sauge, miel et compote de pomme.
    La bouche est ronde et fraiche, herbacée avec un léger perlant.
    Bien.

    Vin 2 : Domaine Labet, Côtes du Jura, Lias 2016
    Le nez est très chouette, très ouvert. Il y a de la pierre chaude, de l’allumette, sésame grillé, pomme, pêche, une touche de menthe poivrée.
    La bouche est très vivante, énergique, l’attaque est tendue, grillée. Le déroulé en bouche est très beau avec une progression narrative indéniable, tout en finesse. Le vin a confiance en lui, il n’a pas besoin de démontrer quoi que ce soit.
    On débouche sur une finale longue et croquante.

    Vin 3 : Domaine de la Renardière, Arbois Pupillin Les Terrasses 2016
    Nez très élevé et boisé, sur du pain grillé, fruits secs, citron, amande.
    La bouche est dynamique, puissante et grasse. En milieu de bouche arrive une belle acidité qu’on n’a pas dès l’attaque.
    La finale est caillouteuse, légèrement chauffée par une perception d’alcool.

    Vin 4 : Domaine Ganevat, Côtes du Jura, Florine 2016
    Nez complexe, tant fruité qu’élevé. On y trouve de la clémentine, de la mirabelle, pêche, amande, fruits confits, brioche… Très joli.
    La bouche offre une attaque ample et déliée qui apporte avec elle un superbe équilibre. L’acidité est une poutre sculptée qui traverse et porte le vin de bout en bout, et toute la charpente est du même acabit.
    Très longue finale sur le citron vert.
    Délicieux.

    Vin 5 : Domaine des Ardoisières, IGP Vin des Allobroges Argile Rouge 2014
    Nez sur le sous-bois, menthol, mûre, ronce.
    La bouche a des arrondis plaisants, c’est fondu et équilibré, en évolution.

    Vin 6 : Domaine Jean-Luc Jamet, Vin de France Pinot Noir 2016
    Nez fruité (cerise), floral, réglissé et poivré.
    La bouche est un peu plus rustique que ne le laisse penser le nez. C’est large et puissant, tapissant sur la langue. L’élevage est sensible.
    On termine avec une petite amertume.
    Plutôt sympa, et bien typé Rhône nord en fait.

    Vin 7 : Domaine de la Borde, Arbois Trousseau Sous la Roche, 2017
    Nez sur la fraise des bois, le vernis, menthol et vanille, c’est plutôt gourmand !
    En bouche, on a un léger perlant, encore ce côté vernis un peu saillant, mais la matière est puissante, les tanins fins et pointus.
    Un léger déséquilibre sur un côté un peu trop costaud, et poussé dans les orties par les notes de vernis.

    Vin 8 : Domaine Jacques Puffeney, Arbois Trousseau 2014
    Nez de carton humide
    Bouche assez insipide et plate.
    E.D.

    Vin 9 : Caveau de Bacchus Lucien Aviet, Arbois, Cuvée des Géologues Trousseau 2009
    Nez végétal, fumé, bois frais, sous-bois. L’ensemble inspire une certaine austérité.
    En bouche c’est une très belle fraicheur qui s’impose, les tanins sont très très fins et mûrs, sans astringence. Le toucher est charmeur.
    Très bien.

    Vin 10 : Domaine Tissot, Arbois 1987
    Nez évolué et vaillamment complexe, il y a sous-bois humide, café froid, cerise à l’eau de vie, champignons, cuir et cachou.
    La bouche est étonnamment fruitée (cassis, mûre), et très aérienne voire légère. L’ensemble est assez diaphane, et laisse une petite touche d’alcool au palais.
    Vénérable bouteille qui réussit à procurer du plaisir.

    Vin 11 : Domaine Macle, Côtes du Jura 2006
    Nez délicatement oxydatif, il y a du massepain, noix fraiche, abricot sec et résine de pin.
    La bouche est grasse, confortable, avec une acidité que je trouve presque trop légère.
    Le vin décroche presque le « très bien » à l’aération.

    Vin 12 : Domaine Rolet, Arbois Vin Jaune 2007
    Contrairement à la bouteille précédente, le nez n’est plus du tout dans la délicatesse.
    On a des arômes de noix et des notes de térébenthine, aux volutes envahissantes et puissamment aromatiques. C’est du musclé, les sensations fortes commencent déjà au nez.
    En bouche on a une grosse énergie, l’ensemble est charnu, ultra vif, un peu monolithique, très tranché dans son choix stylistique.
    Superbe persistance en finale (si on aime le goût).

    Vin 13 : Domaine Philippe Chatillon, Côtes du Jura, Autrement 2013
    Nez délicat de cassonade comme dit mon voisinMatthias, j’y trouve aussi du raisin sec, du pansement et du caramel en petite touche impressionniste.
    La bouche est légère, acide comme il faut, peu marquée par la liqueur qui reste au service d’un équilibre évident et très digeste.
    Grande longueur sur une aromatique de raisin sec et d’herbes médicinales.

    JD | Lutèce
    #4
    Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Loup Guerrin, bibi64, Frisette, Kiravi

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck