Soirée dégustation La JuniorClass !

    • Messages : 820
    • Remerciements reçus 713

    sebus a créé le sujet : Soirée dégustation thème libre

    Comme on ne déguste jamais assez :miam: , pour cette rentrée, j'intègre un club du dégustation non loin de chez moi. 6 bouteilles seront dégustées au cours de la soirée, sans thème précis, les vins sont servis à l'aveugle dans des verres Inao.

    Nous débutons cette session par une bulle à la robe légèrement soutenue, le cordon est fin. 
    Le nez est agréable herbacé et de fruits blancs, s'ouvrant sur les fruits jaunes.
    L'attaque en bouche est nerveuse, plus de rondeur et d'ampleur en son milieu, mais bien rééquilibrée et rafraîchie par l'acidité en finale, qui se fait sapide et moyennement longue. La bulle et fine et le vin goûte plutôt sec.
    Un effervescent très sympa, que j'imagine être un chenin sur Vouvray.Et bien pas du tout, puisqu'il s'agit de la cuvée Tradition Extra Brut Pinot Noir/Chardonnay de Jean-Louis Denois en Crémant de Limoux! Ça commence bien au jeu des devinettes...

    Le deuxième vin a la robe pâle aux reflets verts/jaunes.
    Le nez est assez moche, réduit, grillé, oeuf pourri. 
    La bouche offre une attaque molle, une acidité dissocié au corps qui s'effondre, la finale est métallique et la persistance désagréable. Manifestement une bouteille défectueuse.
    Dommage j'aurais bien aimé voir ce que donne ce chenin issu du vignoble de Capbreton. Domaine de la pointe, IGP Landes, Le Clos des Dunes 2018.

    Le troisième vin possède une robe légèrement paille brillante.
    Le nez est chouette sur l'abricot mûr, une pointe de grillé, des notes florales et du miel.
    Bouche à l'attaque franche, possédant du gras, l'acidité apporte une belle tension, les amers finaux sont très fins, la persistance est plutôt très longue et je trouve ça très bon! 
    Même si cette note d'abricot me perturbe, ce vin m'évoque un chardo bourguignon mûr, plutôt sudiste sur un millésime que j'imagine un peu solaire. Je pars sur un vin du Mâconnais. Pas mal, il s'agit du Domaine des Deux Roches, Pouilly Fuissé, Vieilles Vignes 2017
    Une bien belle découverte.

    Les deux rouges suivants sont servis en paire.

    Le premier à une robe assez transparente rubis à grenat plutôt brillante. 
    Le nez est assez gourmand sur les fruits rouges, une note de ronce m'apparaît de façon intermittente.
    La bouche possède une attaque nette, un corps léger, des tanins très finement perceptibles. La finale est gourmande et longue sur les notes du nez. 
    Là encore un vin très agréable, au style léger mais goûteux. J'y vois un pinot noir bourguignon, mon voisin évoque Irancy et je trouve ça assez pertinent. C'est bien le bon cépage mais pas la bonne région puisque nous avons affaire à un Sancerre du Domaine Roger Champault, Les Pierris 2017

    Le second rouge possède une robe grenat sombre.
    Le nez offre un boisé marqué, du cuir, du chocolat. Le fruit noir est en arrière-plan. 
    L'attaque est souple quand le corps s'étoffe mais la matière est encore bien marquée par des tanins astringents et la finale par une amertume boisée pas du plus bel effet (en tout cas pour mon goût). C'est assez long.
    Pas trop ma came ce vin que je situe en Bordeaux rive gauche sur un millésime jeune. Et c'était un Château Rochemorin, Pessac-Léognan 2015

    Les deux vins ont été servis en même temps afin d'illustrer ce qu'étaient les tanins.

    Le dernier vin a la robe citron,
    Un nez exotique pas très intense. 
    La bouche offre une sensation plutôt moelleuse que liquoreuse, ronde et manquant de peps, je trouve même qu'il s'effondre un peu en finale et c'est plutôt court. Pas vraiment mon style de sucres.
    Pour le situer, je fonctionne plutôt par élimination; je n'y vois ni un chenin, ni du manseng, et pas l'Alsace. Sud-Ouest alors. Pas Sauternes; pas assez rôti/liquoreux. Monbazillac ? Sainte-Croix-du-Mont ?Et pourtant, c'était bien un Sauternes, Château des Rochers 2012

    Une première soirée très sympathique qui en appellera d'autres, je l'espère...

    Sébastien
    #1
    Les utilisateur(s) suivant ont remercié: claudius, Olivier Mottard, Jean-Loup Guerrin, LADIDE78, bibi64, TIMO, Frisette, leteckel

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 80497
    • Remerciements reçus 5919

    oliv a répondu au sujet : Soirée dégustation thème libre

    Merci pour ce superbe CR !

    Comment a été perçu ton ressenti d'amateur affûté face aux autres membres du club (qui le sont peut-être tout autant d'ailleurs...) ?

    Je trouve toujours intéressant de confronter notre lecture de passionnés parfois un peu monomaniaques aux avis plus décontractés, moins "éduqués" et donc sans pression de la petite histoire derrière chaque bouteille qui sont ceux des amateurs plus débutants.
    #2

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 3241
    • Remerciements reçus 488

    agitateur a répondu au sujet : Soirée dégustation thème libre

    oliv écrit: Comment a été perçu ton ressenti d'amateur affûté face aux autres membres du club


    Mon humble point de vue, si on me posait la même question....

    Je ne sais pas si je suis affûté,
    Dans le club ou je suis ( enfin, le club principal, celui de cœur, le "canal historique", nous sommes cette année 4 "pros" sur environ 20 à 25 participants par séance ( et 1 seul pro il y a 2 ans : bibi ), nous goûtons tous les 4 ( et peut être moi encore plus ) plus et plus souvent que les 20 autres, mais le contexte pro en production introduit des biais. Sur les 20 autres, il y a 15 amateurs de vins ( par définition, au minimum ) et disons 5 amateurs quand même très passionnés et éclairés.
    Je ne suis pas monomaniaque :)

    Mon ressenti sur les préférences des 15 "amateurs" de premier niveau, plus bas sur les 5 autres ( j'exclu le jugement des pros )
    C'est passionnant, car finalement ce sont eux qui sont LE consommateur régulier, celui qui fait tourner les fonds de rayons des références moyenne gamme. C'est pas le consommateur lambda, c'est le lambda +
    Globalement, il y aune forte dépendance à l'éducation locale au goût. Je suis en Gironde, j'ai fréquenté autrefois un club dans l'Est et c'était la même chose. La valeur perçue d'un flacon s'amoindrit quand on fait plus de 100 kilomètres, car c'est différent et donc moins apprécié et appréciable.
    La diversité des préférences de goût est très grande, dans les canons de ce qui reste du mainstream en production locale / régionale.
    On goûte 10% de bordeaux dans l'année, et 90% d'autres choses. Donc une séance bordeaux, et ensuite c'est ailleurs, souvent France mais avec une séance pour les étrangers. Ceux qui viennent le savent, et donc viennent goûter autre chose, sciemment. Sans parler du prix, il y aura des vins qui sortiront positivement à chaque séance. Quand on donne le prix ( après avoir gouté ), le rapport prix / plaisir s'écroule pour tout ce qui est différent et donc non régional.
    La sensibilité à la petite histoire existe, j'use et abuse de la petite histoire quand c'est mon tour d'animer une séance et forcément de présenter les vins. Mais ça ne fera pas passer la pilule sur un vin intrinsèquement très bon, mais d'ailleurs et qui goûte différemment, dont le rapport Q / P sera défavorable à l'annonce des sesterces requises.
    C'est sur ce public qu'on pourra voir les sentiments les plus clivants sur des vins qui ont des profils un peu radicaux. C'est j'aime / j'aime pas. Il n'existe guère sur cette cible l'expression d'un truc façon " c'est bien fait, mais j'adhère pas".

    Pour les 5 amateurs très éclairés:
    La tolérance à un profil gustatif différent du local s'agrandit.
    La capacité à payer "assez cher" une quille augmente, quelle que soit sa région. Selon les moyens et priorités de chacun.
    Le lecteur passif de LPV peut se retrouver dans cette catégorie. Le LPVien actif va se concentrer sur la partie haute de ces 5 personnes.

    Si un LPVien actif se demande comment le caviste du coin, celui qui existe depuis longtemps et semble vivre correctement, peut encore être là alors que ce LPVien trouve vraiment qu'il est à chier, il ne faut pas chercher bien loin: il a trouvé sa cible dans les 15, elle pèse plus que les 2/3 acharné que nous sommes ici, la loi de la majorité l'emporte.
    #3
    Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, LADIDE78, f.aubin, sebus, Frisette, Garfield

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 820
    • Remerciements reçus 713

    sebus a répondu au sujet : Soirée dégustation thème libre

    Bonsoir Oliv, je ne saurais pas répondre à ta question. J'ai, en tout cas, été correctement accueilli.

    Il me semble que l'on a tendance, enfin moi toujours, en temps que passionné à oublier "d'intellectualiser " la dégustation d'un vin et de le boire juste pour ce qu'il est, à savoir une boisson qui permet de passer un bon moment à plusieurs. Je ne me souviens pas la dernière fois où j'ai bu un vin sans chercher à l'analyser.
    Dans le cadre de cette soirée, je n'ai pas été trop perdu car, si tous les profils étaient représentés, l'exercice était bien pour l'ensemble des membres de mettre des mots sur ce qu'ils ressentaient, en s'aidant d'un support technique; une fiche de dégustation assez détaillée.

    Désolé, j'ai l'impression de te faire une réponse à côté de la plaque...

    Sébastien
    #4
    Les utilisateur(s) suivant ont remercié: LADIDE78

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 80497
    • Remerciements reçus 5919

    oliv a répondu au sujet : Soirée dégustation thème libre

    Merci de vos réponses à tout deux.

    J'ai souvent remarqué lors de soirées de ce type ou simplement de repas de famille que le débutant apprécie l'immédiateté de l'aromatique puissante, fruitée ou boisée par ex, la suavité du petit sucre résiduel, en particulier sur les blancs, le moelleux glycériné de l'alcool etc... Comme le piment en cuisine, l'acidité, les tanins, le bouquet aromatique nécessitent un parcours afin de les apprécier.
    Ainsi assez vite, pour peu qu'il cherche un peu à comprendre ce qu'il aime et pourquoi, entamant ainsi la démarche culturel qui me semble être celle qui nous mène tous à échanger ici autour de nos sensations, le débutant dépasse ce premier ressenti pour creuser plus en profondeur le pourquoi du comment qui préside au "j'aime / j'aime pas / j'aime plus ou moins qu'avant".

    Comme le décrit parfaitement Christophe, du point de vue commercial, l'immédiat fait les marchés de gros, l'expertise les marchés de niche.
    #5
    Les utilisateur(s) suivant ont remercié: sebus

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 820
    • Remerciements reçus 713

    sebus a répondu au sujet : Soirée dégustation thème libre

    Bonjour à tous!

    Une deuxième session sympathique où les 6 vins sont toujours dégustés à l'aveugle, sans thème défini. 

    On débute avec 3 blancs:

    Vin 1
    La robe est claire brillante 
    Le nez est frais et franc, d'agrumes et de fruits blancs ainsi qu'une note boisée discrète.
    L'attaque est nette mais douce, du gras et un volume moyen en son milieu, l'acidité est plutôt en retrait, la finale est longue mais marquée par les amers.
    Un nez nordiste qui sauvignonne quand la bouche fait clairement sudiste. Je suis perdu et pas trop emballé par ce vin qui est :
    Domaine Cailhol Gautran, Minervois, Esperandieu 2018
    assemblage de grenache blanc, marsanne, vermentino et muscat petit grain 
     
    Vin 2
    La robe est légèrement dorée
    Le nez, fermé au départ, dévoile des notes miellées, beurrées et de fruits jaunes.
    L'attaque est lisse, une sensation assez évidente de SR en milieu de bouche, avec l'acidité suffisante pour éviter toute mollesse, le vin se fait plutôt très long. 
    J'ai bien aimé ce vin équilibré, servi en carafe pour ne pas identifier trop facilement la région de production,
    c'était un Pinot Gris 2016 du Domaine Rieflé, Alsace Grand Cru Steinert

    Vin 3 
    Robe dorée brillante
    Le nez est plus ouvert sur les fruits jaunes et un peu exotiques
    La bouche est grasse, élancée par l'amertume et l'acidité qui la porte longuement mais pas vraiment de façon aromatique.
    Là encore, je ne sais pas situer ce vin.
    C'est un Viognier Chimère 2017 du Pays d'oc du Château Fabre Gasparets 
    Une fois la chaussette levée, on identifie bien quelques arômes marqueurs du viognier mais ça ne saute pas au nez comme parfois.

    Une petite interlude, pendant laquelle nous jouons à identifier des arômes avec les fameuses fioles du "nez du vin", exercice où je brille par l'étendue de ma médiocrité. Heureusement qu'il y avait la fiole champignons pour sauver l'honneur! ::run::
    Si l'exercice est amusant, je trouve néanmoins que ces arômes artificiels, notamment pour les arômes fruités, sentent systématiquement le bonbon et ne rendent pas leur identification aisée. Mais on se marre bien, donc c'est l'essentiel!

    On poursuit avec deux rouges:

    Vin 4 
    Robe grenat légèrement sombre.
    Nez animal, poivré, pas net, qui ne fera que s'intensifier dans son caractère "bretté"
    En bouche, l'attaque est souple puis ça part en mode bestial, il y a de l'astringence et c'est persistant sur la bête. 
    Un beau ED pour ce Clos Marie, Pic Saint Loup, cuvée Simon 2015, qui rend le verre vide pourtant rincé parfaitement inutilisable.

    Vin 5 
    Robe pourpre sombre 
    Le nez est lacté, de beurre frais masquant un peu le fruit. 
    La bouche est fraîche, délicate au bel équilibre, l'astringence est très minime et la finale est assez fruitée et persistante mais moins marquée en bouche par les arômes du nez que j'associe à l'élevage. Encore une fois, je ne saurais pas situer ci vin, le nez me fait penser à de nombreux vins espagnols lactés/beurrés, mais la bouche m’apparaît trop délicate, et je sais que nous sommes en France.
    Et c'était une Côte Rôtie La Giroflarie 2016 de Patrick Jasmin.
    Un bon vin à attendre un peu que ces arômes se fondent.

    Vin 6 
    Le dernier vin a une robe ocre orangée et plutôt trouble 
    Le nez est agréable sur le rancio, les épices, la noix
    La bouche est douce et fraîche, le sucre fait son apparition en son milieu, c'est équilibré, pas immensément long mais plutôt intense aromatiquement et c'est tout à fait agréable.
    Ce vin m'amène en Roussillon, Banyuls ou Rivesaltes. Ce coup ci, je touche la cible car c'est un Rivesaltes Solera du Domaine des Schistes, des vieilles vignes de grenache gris.

    Bon dimanche.

    Sébastien
    #6
    Les utilisateur(s) suivant ont remercié: claudius, oliv, Olivier Mottard, dfried, LADIDE78, bibi64, Frisette, vvigne, Kiravi

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 820
    • Remerciements reçus 713

    sebus a répondu au sujet : Soirée dégustation thème libre

    Bonsoir,
    Petit CR des 6 vins de la dernière soirée à laquelle j'ai participé.

    On débute avec un rosé, toujours à l'aveugle.

    Vin 1
    Robe claire saumonée
    Le nez est moyennement intense mais net sur un mélange de fruits rouges (la fraise) et des fruits blancs, je lui trouve aussi une pointe de banane.
    Bouche à l'attaque douce et grasse, le corps est moyen, le vin développe un gras enveloppant pour terminer sur une longue amertume finale mais assez peu aromatique. Je suis pas un fana de rosé, ce n'est pas celui ci qui me fera craquer, avec cette amertume marquée. J'ai affaire à :
    Château La Voulte-Gasparets, Corbières Rosé 2018
    Grenache 60%, Mourvèdre 30%, Syrah 10%


    On passe aux blancs servis par paire

    Vin 2
    Robe claire, brillante et légèrement paille
    Le nez, d'abord discret, s'ouvre gentiment sur des notes herbacée et de fruits blancs, du santal et une pointe beurrée, plutôt sympa.
    L'attaque est nette au gras léger qui monte progressivement, joliment équilibré par l'acidité. La finale twiste entre chaleur et fraîcheur, c'est plutôt long et les amers ne dépassent pas. J'aime beaucoup, le vin fait jeune et joliment élevé. J'ai d'abord pensé à un ch'nin, mais ce gras, ce santal... Il fait plus sudiste.
    Et c'était un Saint Péray Les Figuiers 2017 du Domaine Bernard Gripa
    60 % Marsanne, 40 % Roussanne


    Vin 3
    Le second blanc a quasiment la même robe, légèrement plus claire
    Le nez est réduit + + + sur l' œuf pourri ça se dissipera avec beaucoup d'aeration dans le verre mais c'est le temps de dégustation qui manquera à ce vin pour  s'ouvrir.
    En bouche, l'attaque est souple et le corps est léger mais l'équilibre est joli, le vin gagne progressivement en puissance mais l'aromatique reste en retrait c'est moyennement long.
    Impossible pour moi d'y entrevoir une quelconque origine, (déjà que quand ça semble évident, je tire à côté) ce vin a sûrement bien plus de choses à dire, à condition de bien l'aérer.
    A revoir ce Trelans 2014 d'Alain Chabanon en IGP Pays d'oc
    assemblage de chenin et vermentino élévé 36 mois dont 12 en foudres


    Les rouges maintenant, servis par paire également

    Vin 4
    Robe sombre grenat à pourpre
    Le nez offre des fruits noirs, notamment du cassis, il fait un peu rustique ce nez, j'ai un doute sur une petite volatile
    L'attaque est plutôt franche, le corps est moyen, le milieu de bouche paraît austère pour offrir une finale sèche, rustique et végétale (un peu verte)
    Je suis pas bien avancé avec ce rouge qui ne me plaît pas mais je l'imagine sur un millésime frais. Au top, je suis... puisque je suis face à un Chinon 2015! Clos de L'Olive du Domaine Couly-Dutheil


    Vin 5
    Robe encore plus sombre aux reflets violacés
    Le nez est très sympa sur des fruits noirs et des notes poivre intenses, en arrière-plan un élevage discret en tout cas je me dis que c'est lui qui en est responsable de notes vanillées/chocolat
    La bouche est assez franche, à la structure tannique imposante, qui fait pas dans la finesse, la finale est très asséchante longue et sapide, tenue par une belle acidité rafraîchissante. Un vin qui fait très jeune, clairement pas pour les PDF. Je le trouve pas mal du tout, clairement à placer à table. J'imagine une syrah majoritaire sudiste. De la syrah il y en a mais de façon minoritaire dans ce Cabardès 2015 La Dérive du Domaine de Cabrol
    cabernet-sauvignon 55% syrah 35% cabernet-franc 7% grenache 3%


    Vin 6
    Le dernier vin a une robe bien sombre au disque pourpre. 
    Le nez est expressif et intense sur la confiture de cassis et le pruneau
    La bouche est douce, fraîche, fruitée et moelleuse, moyennement longue, l'alcool fait discrètement son apparition lors de la finale aux accents miellés associés au pruneau et au cassis du nez. J'ai pensé à un vin dans l'esprit du Tannat vintage du Château d'Aydie mais ce n'est pas ça. Alors Maury, Banyuls, Rasteau? Nein!
    C'est un Carthagène du Château de Mire l'étang, vin de liqueur Rouge, en provenance du Languedoc, le jus de raisin, un assemblage de syrah et d'alicante, n'a pas effectué de fermentation, l'alccol étant apporté par l'eau de vie. Une sympathique découverte.


    Merci de m'avoir lu.

    Sébastien
    #7
    Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, dfried, Jean-Loup Guerrin, bibi64, Vaudésir, DUROCHER

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 820
    • Remerciements reçus 713

    sebus a répondu au sujet : Soirée dégustation thème libre

    Retour sur la session de mi-décembre qui débute par une bulle étiquette découverte, apport d'un participant pour célébrer une naissance

    Vin 1
    Cuvée des Anges, Montlouis Brut Méthode traditionnelle
    Robe claire et brillante cordin de bulle fin
    Le nez est moyennement intense, herbacé et fermentaire le citron apparaît à l'aération
    La bouche est franche et sèche en attaque, un milieu plus crayeux, une finale plutôt construite sur l'amertume.
    Au réchauchement, le vin se dandine entre le dosage et le côté crayeux, ça manque un peu de sapidité mais c'est plutôt long. Vin correct


    Les 2 blancs suivants sont servis par paire

    Vin 2
    Robe pâle
    Nez franc, iodé/minéral et pas mal d'agrumes le pamplemousse notamment
    La bouche propose une attaque douce, un milieu étonnamment gras qui tapisse totalement le palais et à l'acidité franche la finale est plutôt portée par les amers du pamplemousse c'est très long et sapide.
    Un bien joli vin qui divise l'assemblée!
    Mais qu'est-ce donc ? Le nez m'évoque directement le melon de Bourgogne mais ce gras en bouche! Non, je mets un billet sur un sauvignon du Sancerrois ou appellations mitoyennes. Raté ! C'était bien un muscadet, et même un Château Thébaud 2015 du domaine de la Haute Févrie.


    Un des participants avait identifié le domaine! ( le club a rendu visite au domaine cette année) 
    Pour ma part, j'ai découvert, cette année seulement, 2 cuvées de ce domaine, les vins m'ont enthousiasmé et je crois qu'un stop à Maisdon va devoir s'imposer!

    Vin 3
    Robe pâle quasi identique
    Nez intense d'abricot, de boisé, de note fumée, et une pointe florale
    Bouche à l'attaque plus sphérique, du gras aussi, le vin est ample mais la structure est mollassonne, et présente un déficit d'acidité pour mon goût. En finale cette sctructure s'effondre complètement quand l'aromatique persiste.
    Pas emballé du tout par ce blanc et surtout impossible d'y entrevoir les marqueurs du cépage pour cet Anjou Prestige 2018 du Domaine de l'Angelière, un chenin élevé sous bois.


    Les 2 rouges par paire aussi :

    Vin 4
    La robe est pourpre
    Le nez n'est pas génial, des fruits noirs lactés, ça sent le yaourt...
    L'attaque et fraîche, le milieu ma paraît vert. La finale est assèchante, à l'amertume marquée, longue mais plutôt désagréable.
    Je n'ai pas aimé ce vin. Je ne suis pas plus avancé pour le situer. C'était un Château des Jacques, Moulin à Vent 2015.


    Cela fait 2 sessions où je rencontre des rouges 2015 qui me paraissent verts. Aurai-je les papilles qui déconnent ? Ce vin aussi a divisé, je n'étais donc pas le seul à le trouver désagréable.

    Vin 5
    La robe est violacée
    Joli nez de fruits noirs croquants, les herbes de la garrigue et des notes florales
    L'attaque est plus suave, la trame tannique soyeuse, j'aime son équilibre frais, le vin offre une belle finale fraîche longue aux notes de fruits et de garrigue
    Très bon! J'imagine un jeune Languedoc. On est pas trop mal avec ce Mas Champart, Saint-Chinian, Clos de la Simonette 2016


    Vin 6
    Robe acajou claire, de thé infusé
    Nez expressif de rancio, de noix et d'épices
    La bouche et doucereuse en attaque, la deuxième partie est alcooleuse et plus puissante, la finale chauffe et me laisse un goût moins agréable que les arômes du nez. Je suis moyennement convaincu. Cela m'évoque plutôt un Banyuls. Mais nous ne sommes pas en France cette fois-ci !
    C'était un Porto Andresen, Tawny Colheita 1992


    Rendez-vous mi-janvier pour la prochaine session : La Junior Class !

    Merci de d'avoir lu.

    Sébastien
    #8
    Les utilisateur(s) suivant ont remercié: dfried, PBAES, Jean-Loup Guerrin, LADIDE78, bibi64, Vaudésir

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 820
    • Remerciements reçus 713

    sebus a répondu au sujet : Soirée dégustation La JuniorClass !

    Bonsoir à tous,

    La soirée dégustation de Janvier avait pour thème la Juniorclass. Le principe; une demi-Masterclass! !gné!
    Toujours une dégustation éclectique à l'aveugle, mais la cotisation de la soirée est doublée afin de proposer des bouteilles plus onéreuses qu'à l'accoutumée.

    La dégustation débute par une bulle:

    Vin 1
    Robe pâle, les bulles sont moyennement fines
    Le nez est délicat, herbacé et floral j'ai aussi une note dorée/beurré, ça donne envie
    La bouche est vive, elle propose une bulle fofolle et envahissante, une tension acide en finale avec un manque d'aromatique. J'imagine un champagne, un chardonnay au nez plein de promesses mais à la bouche qui ne les tient pas. Dommage.
    Et c'était un Champagne Coessens - Lieu-Dit Largillier - Brut Nature 100% Pinot Noir, une base de 2016.
    J'avais mieux goûté cette cuvée avec LPV BzH en juillet dernier, mais nous avions affaire à une base de 2014.


    Un seul blanc sec dans cette dégustation:

    Vin 2
    La robe est moyennement dorée
    Le nez présente une grosse réduction sur le pétard
    La bouche est douce, le toucher est très caressant et gras, le volume est plutôt de demi-corps, la finale manque de relance, d'énergie et de relief et se fait fuyante sur le pétard.Je pense avoir affaire à un blanc sudiste mais c'est à peu près tout ce que je peux en dire. Stupeur à la levée de la chaussette pour moi, puisque je.goûte à ma première Coume Gineste 2017 du Domaine Gauby en VDP des Côtes Catalanes..


    J'espère vraiment que cette bouteille avait un pète, parce que j'imaginais véritablement autre chose de ce vin, surtout au regard du niveau des Vieilles Vignes blanc, je ne vois pas comment cette bouteille avec un tel déficit d'acidité puisse tenir la garde. Le fond de la bouteille regoûté par l'organisateur le lendemain ne s'est absolument pas amélioré, il s'est même plutôt effondré d'après lui sans changer d'aromatique.
    Vous m'avez déçu, Ginette!

    Passons aux rouges:

    Vin 3
    Robe pourpre violacée légèrement transparente
    Le nez est gourmand plutôt mûr sur les fruits rouges et une petite pointe animale
    La bouche propose une attaque fraîche, la matière est légère et construite sur une acidité bien ressentie mais pas débordante pour autant, la finale retombe toutefois rapidement. Le vent est gouleyant mais manque d'aromatiques en bouche. Comme pour le champagne, la promesse du nez n'est pas tenue en bouche. Le nez m'a complètement évoqué un gamay, la bouche m'a fait douter avec cette acidité un peu élevée mais je suis resté sur un gamay du Beaujolais et c'est raté puisque je suis face à une Mondeuse, un Terres Brunes, Arbin 2017 du Domaine André et Michel Quénard


    Cette bouteille au pedigree et au tarif plus modestes n'était initialement pas prévue mais la défection de dernière minute de plusieurs participants a conduit à un ajustement de la sélection pour ne pas déborder niveau budget et taper dans la caisse noire!

    Bon, pour l'instant, on s'éclate pas des masses dans la classe junior!!!

    Vin 4
    Robe très sombre
    Le nez est beau sur les fruits rouges et noirs (la cerise noire domine le panier) associés à un élevage vanillé discret
    L'attaque en bouche est douce et nette, une jolie matière soutenue par une juste acidité, la trame tannique est présente mais veloutée, la finale est gourmande sur le fruit, légèrement asséchante mais elle se fait longue sur les fruits noirs.
    Ça, c'est très bon! À mon avis c'est un Bordeaux, à l'élevage bois bien dosé, un jeune et un beau. Je suis pas mal avec ce Haut-Marbuzet 2016
    Que soient sereins, les heureux détenteurs de ce Saint-Estèphe dans ce millésime, je rejoins les avis enthousiastes. 


    Vin 5
    Robe très légèrement moins soutenue que le précédent
    Le premier nez est discret un peu poussiéreux, on agite et il s'ouvre très rapidement, il est frais sur les fruits noirs, des notes de menthol et herbacées, je perçois également un élevage fondu au fumé/vanillé discret. Plutôt classe!
    L'attaque en bouche est douce, les tannins sont soyeux et bien fondus dans la matière qui déroule sa puissance avec une intense finale très longue, fraîche et fruitée, soutenue par de fins amers.
    Celui-là aussi est très bon, plus soyeux et fondu, plus puissant et long que le Haut-Marbuzet. Des participants évoquent un Châteauneuf, le côté mentholé/herbacé m'oriente plutôt sur un Languedoc. Raté, mais c'est pas loin...
    Domaine du Clos des Fées, Côtes-du-Roussillon-Villages, Le Clos des Fées 2014


    Le dernier vin est un sucre:

    Vin 6
    Robe acajou, de thé Earl Grey
    Le nez est gourmand, confit, des fruits secs et à coque
    La bouche est douce, au sucre soutenant mais pas saturant, grande sapidité, un bel équilibre gourmand, une très jolie longueur, un alcool perceptible en finale mais discret.
    C'est un vin très agréable qui nous est servi avec un délicieux Stilton pour clore cette dégustation. A priori, nous sommes en France, nous partons de façon collégiale sur un vin du Roussillon. Très chouette Rivesaltes Ambré Hors d'âge, Arnaud de Villeneuve 1969
    La bouteille est très jolie, on dirait une belle bouteille de cognac ou de rhum.


    Une dégustation qui a démarré difficilement mais qui termine en beauté.

    Merci de m'avoir lu.

    Sébastien
    #9
    Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, PBAES, Jean-Paul B., monta, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, LADIDE78, bibi64, TIMO, Vaudésir, Frisette

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck