Nous avons 1842 invités et 69 inscrits en ligne

CR: Gros week-end pour la fin de saison d'LPV Auvergne 2

  • tomy63
  • Portrait de tomy63 Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 2294
  • Remerciements reçus 1416
CR: Pour ce qui sera probablement la dernière de la saison 2016-2017 on se réunit sur 2 jours, pas de thème, chacun amène 2-3 bouteilles (ou une dizaine !) de son choix. Pour moi seules les 2 premières ont été bues à l'aveugle.

Bouteilles du vendredi soir

Méo-Camuzet - Hautes Côtes de Nuits blanc Clos St Philibert 2010 : superbe nez de chardonnay bourguignon très noble, beurré, floral, fruité, avec de l'amande, un boisé (grillé, vanillé) léger et parfaitement intégré. Bouche tendue, avec un beau volume, de la longueur, on part sur un 1er cru de Puligny à l'aveugle. Impressionnant pour le niveau d'appellation. Ca commence fort. TB+.

Domaine de la Romanée-Conti - Hautes Côtes de Nuits blanc Abbaye de St Vivant pour les Caves Augé 2007 : robe bien plus dorée que le précédent, plus beurré, moins grillé, fruits plus mûrs, semble plus chaud. Bouche tendue, fruitée, beurrée, plus puissante et grasse que le précédent, un peu moins d'élégance, belle longueur aussi. TB+.

Donnhoff - Hermannshohle GG Riesling trocken 2012 : robe très claire, beau nez très "riesling" avec de la résine, du citron vert surtout. Bouche légèrement perlante, tendue, longue finale sur des amers nobles, pamplemousse, citron vert. L'équilibre est là, à attendre un peu pour une aromatique plus complexe. TB.

Domaine Andrée - Anjou blanc 2014 : Robe claire, très beau nez qui fait penser à un chardonnay, avec du pétard, de la cacahuète grillée, des agrumes. Bouche vive, tendue, on retrouve bien le chenin, un peu de poire, des agrumes, légère amertume en finale, bonne longueur. Beau vin, qui souffre juste de la comparaison avec les deux Bourgognes. TB.

Jean Tardy - Nuits-Saint-Georges Au bas de Combe VV 2012 : Beau nez assez noble, fruits rouges et noirs, poivre. Bouche très fraîche, tendue, tannins fins, pas une grosse matière mais la finale est longue, fruitée, très poivrée, peut-être un peu trop. TB.

Christian Clerget - Vougeot 1er cru Les Petits Vougeots 2002 : nez très chaud, sur le pruneau, le café. Bouche très chaude aussi qui manque clairement d'acidité et de fraîcheur. Peu de longueur. Certains autour de la table ont été moins durs que moi, lui trouvant une certaine gourmandise. Moyen.

Brunel (Les Cailloux) - Chateauneuf-du-pape rouge 2001 : nez assez chaud, évolué, quelques notes en commun avec le vin précédent. La bouche est quand même plus fraîche, c'est un peu mieux mais ça manque de tension pour moi. B-.

Christophe Abbet - Ambre 2006 : (Valais, cépages petite arvine et marsanne, 6ans en barriques) Robe ambrée, beau nez sur le praliné, la nougatine, l'abricot sec, le miel, les dattes, le caramel, très gourmand, pas spécialement boisé ni oxydatif. La bouche est par contre décevante, elle manque d'acidité, pas de tension, pas de longueur. L'aromatique est pourtant gourmande, proche de celle du nez, la texture épaisse est agréable, mais un liquoreux qui manque d'acidité ça ne pardonne pas. Très décevant pour un vin qui a la réputation d'être parmi les meilleurs liquoreux du monde. B.

Jardins de Babylone (Dagueneau) - Jurançon moelleux 2011 : robe dorée, le nez nous amène tout de suite sur du manseng, très marqué ananas, fruits exotiques, miel, pas encore très complexe. La bouche est un modèle d'équilibre, les sucres passent tout seuls grâce à une superbe acidité, c'est frais, tendu, digeste et très long, presque salin en finale. Il a écrasé le vin précédent. TB+.


Bouteilles du samedi soir

Boyer-Martenot - Meursault 1er cru Perrières 2010 : couleur dorée, nez assez discret, peu beurré pour un chardonnay, plus sur le citron et les fruits jaunes. Bouche puissante, voire un peu alcooleuse en finale, grasse, bonne tension, mais là aussi c'est peu aromatique. Pas mauvais, mais on en attend beaucoup plus d'un Perrières 2010. B.

La Barthassade - IGP Hérault blanc Les Cargadous 2015 : (chenin, roussanne) Robe assez claire, nez très fruité, marqué par la roussanne, poire, abriot, pêche. L'attaque en bouche est sur le même fruité, belle matière avec un peu de gras, mais l'ensemble s'effondre assez vite, la fin de bouche manque de tension, finale assez courte, pas assez fraîche. B.

Ostertag - Pinot Gris A360P Muenchberg 2009 : couleur dorée, nez original sur le caramel beurre salé, la tarte tatin, la brioche, un peu de poire. Attaque vive en bouche, grosse matière, beaucoup de gras, on retrouve le caramel, la tarte tatin, bonne longueur, à boire assez frais, dès que le vin s'est réchauffé il est apparu lourd et manquant de tension. TB-.

Reynaud - Pialade Côtes du Rhône 2008 : comme d'habitude très "confiture de fraise", mais avec plus de poivre et d'orange sanguine que la bouteille goûtée il y a un an, très frais, un peu plus évolué, finale très poivrée. TB.

Gonon - Saint-Joseph rouge 2011 : très sombre, beaucoup d'olive au nez, de l'anchois, des fruits noirs. Bouche très fraîche, tendue, fruitée, pleine d'olive, tanins fins, pas très concentrée, mais très longue. Après un superbe 2012 l'an dernier, Gonon fait coup double. TB+.

Beaucastel - CdP rouge 2001 : très poussiéreux, problème de bouteille a priori.

Clos des Papes - CdP rouge 2007 : (ouverte 24h à l'avance comme les 2 suivantes) Robe sombre, très beau nez encore tout jeune, sur les fruits noirs, la fraise, un peu d'épices, des notes florales. La bouche est puissante, encore un peu sur la retenue, mais avec beaucoup de fraîcheur, des tannins soyeux, une grande longueur, on peut déjà se faire plaisir si il est servi bien frais, mais dès qu'il s'est réchauffé l'alcool se sentait en finale. Grande bouteille en devenir. TB+.

Pontet-Canet - Pauillac 2009 : Robe très sombre aussi, nez sur un élevage gourmand, coco, vanille, barbe à papa, qui doit encore s'intégrer. La bouche est magnifique, épaisse, soyeuse, très fraîche, très longue, beaucoup de fruits noirs, moins d'élevage qu'au nez, déjà bien épanouie en l'état. TB+.

Mouton-Rothschild - Pauillac 2001 : Robe sombre encore assez jeune, nez "classique", légèrement vanillé, cassis, cèdre, tabac. Bouche fraîche, aux tannins soyeux, moins de matière que le Pontet-Canet, finale un peu courte pour un Mouton et par rapport au précédent. Bon vin mais pas exceptionnel. TB.

Guigal - Côte-Rôtie La Landonne 2001 : (ouverte juste avant dégustation) Là aussi c'est encore jeune, aucune trace d'évolution, très beau nez sur les fruits noirs, l'olive (un peu moins que Gonon quand même), le poivre, pas de boisé ressenti. Bouche d'une grande fraîcheur, beaucoup de fruit, tannins parfaitement intégrés, très long. Un bon cran au-dessus du précédent. TB+.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Jean-Bernard, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, LADIDE78, TIMO, tonioaja, Frisette, jclqu
11 Jui 2017 20:32 #1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4907
  • Remerciements reçus 2374

Réponse de Vaudésir sur le sujet Gros week-end pour la fin de saison d'LPV Auvergne 2

Déjà bu ce Pontet-Canet 2009 il y a 4/5 ans et n'avait pas ressenti cette élevage, mais il avait bien passé 5/6 heures en carafe, pour la bouche même sensation de soyeux et de densité .plus qu'excellent pour moi.
La Landonne 2001 non mais La Turque qui elle était un grand vin.
Stéphane
11 Jui 2017 22:59 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3362
  • Remerciements reçus 762

Réponse de iceteayer sur le sujet Gros week-end pour la fin de saison d'LPV Auvergne 2

N'ayant que peu de temps en ce moment, je tarde un peu pour mettre quelques commentaires sur ce week_end au top chez Gael!

Nous commençons vendredi soir avec la fine équipe avec une petite "battle" à l'aveugle entre le Clos Saint-Philibert 2010 et le HCN 2007 de l'Abbaye de Saint-Vivant. Le méo était plus frais, plus tendu et dynamique à mon goût, même si le HCN était très bien mais dans un registre plus rond avec un boisé plus développé notamment.
Nous continuons sur le Donnhoff 2012, toujours au top, entre richesse et tension et surtout plein de gourmandise. Les autres bouteilles attendrons encore un peu cependant. J'ai bien aimé la bouche de l'Anjou 2014 Andrée, tendu et racée, dommage que l'aromatique soit trop grillée et sur le pétard.

En avant les rouges avec le Nuits "Bas de Combe" 2012 J.Tardy, qui jouait sur une partition épicée étonnante mais des plus agréable, le tout avec finesse et élégance. J'ai bien aimé les Petits Vougeot 2002 Clerget, dans un registre plus 2003 que 2002 mais avec de la gourmandise et du fruit!
J'ai en revanche eu plus de mal avec le CDP Brunel 2001, trop puissant pour mon palais.
Nous terminons sur 2 liquoreux totalement opposé, le Abbet 2006 - Ambre très riche sur le caramel et le pralin qui écoeure vite à côté du Babylone 2011 Dagueneau absolument magistral, tout en équilibre, tension et longueur sur de délicieuses notes de passion et d'ananas. Un grand vin!

Bon, c'est pas le tout mais le samedi matin il faut se lever tôt pour aller descendre le 20km des gorges de la Sioules. Afin de récompenser quelques péripéties, nous aurons pour le pique nique (charcuteries de la maison Millas à Albi, de haute qualité), Un Saint-Pourçain Aurance 2015 du domaine des Bérioles fruité et gourmand ainsi qu'un Saint-Joseph blanc "un dimanche à lima" 2012 Julien Pilon qui était plus riche et moins digeste à mon goût.

Après cette journée sportive, il est l'heure d'aller récupérer la côte de boeuf et les desserts pour le soir, à Gannat.
On commence avec une belle déception avec le Perrières 2010 de Boyer-Martenot, en début d'oxydation et déséquilibré. Ca craint... Le Barthassade 2015 jouait blanc du sud avec une richesse trop important tandis que le Ostertag Muencherb 2009 Pinot Gris était exotique servi frais avec un côté salin qui est tombé dans la lourdeur une fois réchauffé dans les verres.
C'est pas le tout mais la saucisse qui grille doucement sur le barbecue appelle le premier rouge: Pialade 2008, une aromatique à la Reynaud, très poivrée, orange sanguine et acidité présente en bouche. Trop écœurant pour moi bien que je comprends le charme de certains pour ce type de vin. Le Gonon 2011 était à l'opposé. Sombre dans le verre, expressif sur l'olive, la tapenade et les fruits noirs. Bouche exquise, soyeuse mais fraiche, longueur et gourmandise. Au top!
Beaucastel 2001 bouchonné, nous passons directement au Clos des Papes 2007 d'un haut niveau avec un nez gourmand et pas trop riche ainsi qu'une bouche mûre, dense mais équilibrée!
C'est parti pour la côte de boeuf absolument grandiose de tendreté, et le Pontet Canet 2009 qui l'accompagne superbe. Encore dans la fougue de la jeunesse, ce vin a simplement tout pour devenir un mythe! Densité, fruité, tanins élégants, longueur incroyable. Déjà tellement de plaisir...A côté, le Mouton-Rothschild 2001 avait un nez superbe, plein de plénitude et d'élégance... un vrai parfum! Bouche plus tendue que large avec une acidité présente, très bon équilibre mais il manquait la gourmandise du précédent.
Enfin, un peu titillé Gael s'en va chercher une dernière bouteille....et quel vin! Nous sommes en aveugle pour ce nectar au nez divin, sur la mûre et le cassis, un peu de menthol, de poivre et de garrigue. La bouche est phénoménale, des tanins d'une grande finesse, bouche juteuse, longueur énorme. Superbe que cette Landonne 2001 de Guigal!

Un sommeil salvateur et s'achève ce super week-end, entre pote qui nous a fait un bien fou!
Merci à Gael pour l'accueil et à tous d'avoir été présent avec ces superbes vins.

julien
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Loup Guerrin, tomy63
25 Jui 2017 20:00 #3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck