Nous avons 1422 invités et 88 inscrits en ligne

le ZWTG au complet

  • Messages : 9590
  • Remerciements reçus 1119

claudius a créé le sujet : le ZWTG au complet

miracle de l'année naissante,le ZWTG se réunissait hier soir au grand complet pour ouvrir qqs vieilleries comme dirait notre ami Bertrand. Tous les vins sont ouverts au moment du service sauf, Pichon Comtesse 95 & 96, Margaux 1986 et Mouton 96 transvasés en magnum 3 h.avant et Cuvée Madame 2001 de Tirecul La Gravière passé en carafe évasée. Température de service 17° pour tous les Bx, moins pour le Musigny, Krug et la Cuvée Madame.

apéro:
Musigny v.v. 1984 Vogüe (n.p.= niveau parfait)

à l'aveugle
Latour 1976
Latour 1983 (n.p.)

servis par paires à l'aveugle
Meyney 1975 (n.p.!)
Montrose 1975

Branaire 1975 (léger bouchon)
Las Cases 1975

Palmer 1975
Giscours 1975 (n.p.!)

Lafite 1975
Haut-Brion 1975

début du repas
-Poisson/fromage de chèvre/figues/sur coulis d'aubergines et lime
-coquille St Jacques sur risotto

accompagnés de

Trimbach Riesling "Cuvée Frédéric Emile" 1983 (oxydé)
Krug 1996

Rosbeef & légumes
série à l'aveugle
Vietti Barbaresco "Masseria" 1997
Pichon Comtesse 1995
Pichon Comtesse 1996
Mouton Rothschild 1996 (0,375)

servi à part
Margaux 1986

Les crachoirs étant interdits au ZWTG, le rythme de croisière cale un peu à ce stade, nous oublions ;) d'ouvrir Réserve des 2 Frères 01, Hommage à JP 01, RSV 99 de Confuron, les Ruchottes-Chambertin 01 de Rousseau, Yquem 1975, Prüm GK 2005, MT Chappaz g.n 01 et un Eiswein ...

Seul Cuvée Madame 01 de Tirecul La Gravière apparaît sur la table, même le Stilton et le papillon restent oubliés (td)
#1
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Anthony

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9590
  • Remerciements reçus 1119

claudius a répondu au sujet : Re: le ZWTG au complet

mes qqs coups de foudre :

CR: Latour 1983
explosion de cèdre au nez! sommet d'expressivité, un Latour "poids moyens" mais absolument splendide! quelle race, quel équilibre, quelle perfection ... incompréhensible que ce vin soit à ce point décrié. Achetez et goutez ...
Parfaitement à point, à boire maintenant. La bt était en parfaite condition.
Très grand vin!!

CR: Lafite 1975
j'ai souffert pour retirer le bouchon complètement imbibé qui n'est venu que par miettes, mais surprise ...
gloire de Bordeaux, sublime! grandiose! essence de Pauillac, quelle finesse, orgasme buccal absolu.

CR: Mouton Rothschild 1996 (0,375)
merveilleux, dépasse Pichon Comtesse 1996 d'une tête!
déjà irrésistible, un cab.sauv. parfait à la légère touche moderniste. Puissance chachée, charme fou. J'en ferais volontiers mon vin su soir :D
#2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1319
  • Remerciements reçus 1

aidan a répondu au sujet : Re: le ZWTG au complet

Mazette quelle série!! Je vois que l'on ne s'ennuie pas à l'autre bout du pays!!(:P)

"Les préjugés sont fréquents chez les amateurs de vin. Mais prenez garde, un préjugé n'est rien
d'autre qu'une erreur qui a pris racine" (Anonyme)
Sébastien
#3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9590
  • Remerciements reçus 1119

claudius a répondu au sujet : Re: le ZWTG au complet

Quelques bribes de souvenirs après une nuit très courte.

début des hostilités ou plutôt des festivités ;) avec le CR: Musigny vv 84 de Vogüé, ouvert juste avant le service. Robe assez évoluée, nez fondu, la complexité arrive après 20 min., très belle bouche vive, pas très puissante mais avec une belle concentration. Je suis un peu étonné, je m'attendais à plus de taffetas-velours dans la texture, longueur moyenne. Très belle bouteille, mais pas grande.

La paire suivante ... CR: Latour 1983 & CR: Latour 1976 servis à l'aveugle.
Le 1983 est en parfaite condition, niveau 1 cm en dessous du bouchon! ... ma cave ne doit pas être si mauvaise ;). L'un des deux semble plus jeune tant à la couleur de la robe qu'au nez, sur la réglisse et la vanille. Le Latour 1976 nous joue le poème symphonique "variations sur Le Cèdre", il se dévoile peu à peu en bouche et se révèle tout simplement extraordinaire! les proportions sont parfaites, tout est à sa place, pas la moindre ombre au tableau, tout le vin s'exprime à 100% tel un grand artiste au sommet de sa maturité dans une grande soirée! Je ne comprends plus rien du tout ne sais pas s'il s'agit du 83 ou du 76 ...
le 1er qui semble plus jeune à cause de ses arômes de réglisse et de vanille et de sa bouche plus ferme et moins expressive révèlera être le 1976 ... s'améliorera-t-il encore? j'en doute.
Conclusion le 1976 est très bon, le 1983 est grand,il se trouve au sommet actuellement.

La prochaine paire concerne un CR: Meyney 1975 avec niveau extraordinaire pour un 1975 ainsi que CR: Montrose 1975. Je dois reconnaître que Montrose m'étonne en bien, je le trouve en meilleure forme que quelques autres bouteilles bues par le passé, mais ... Meyney le petit bourgeois lui est supérieur! Montrose est encore plein de pep et de vitamines, malheureusement la fin de bouche déçoit et termine sur des tanins un peu secs alors que Meyney tient ses promesses jusqu'au bout, un St Estèphe encore vigoureux et masculin. Je crois que tous corroborerons cette impression.

Suivent CR: Branaire Ducru 1975 et CR:Léoville Las Cases 1975. Le Branaire est malheureusement légèrement bouchonné. Las Cases (reconnu par Anthony et Yves bravo! :)) est en bonne forme (certaines bouteilles sorties de la même caisse sont décevantes nous dira Denis), puissance élégante et stylisée , très bon mais pas grand.

Nous voici avec CR: Palmer 1975 et CR: Giscours 1975. Coup de coeur pour Palmer! un bouquet absolument merveilleux sur les épices, le coing et tout un marché oriental, la bouche est aussi parfaitement expressive, ce vin a rejoint son apogée. Si ce n'était pour Lafite 1975 qui le suit et qui montre encore un supplément de race, ce vin faisait partie de mes coups de foudre ... désolé , la vie peut être cruelle mon cher Palmer, mais rassurez-vous vous fûtes merveilleux et délicieux. Bravo à Yves qui le reconnait (tu) Giscours 1975 selon sa bonne habitude (bouteille parfaite niveau 2 cm en dessous du bouchon) se montre splendide mais avec ces tanins en finale qui amplifient son horizon temporel et laissent penser qu'il n'a pas encore rejoint son apogée expressive. En effet il n'est pas encore aussi expressif que Palmer.
La gamme aromatique est similaire, on se trouve dans la même famille.

Roulement de tambour CR: Lafite 1975 et CR: Haut-Brion 1975. Le Pessac nous charme, que dis-je hypnotise nos narines qui restent collées sur les verres. Une splendeur typiquement Haut-Brion, ce charme fin, ciselé aux proportions de temple grec. Je suis ébloui, malheureusement la bouche n'est pas à la hauteur. Entendons-nous c'est très bon mais pas grand ;). Lafite ... une déclaration d'amour :D, coup de foudre!
La perfection, l'expressivité totale d'un bout de terre béni par tous les dieux de l'univers ainsi que ceux des univers parallèles, des trous noirs et des "worm holes" ... toutes les molécules de ce vin sont devenues GOÛT et forment un édifice parfaitement proportionné ... impression d'avoir une symphonie classique en bouche, de la merveille à l'état pur! Coup de foudre absolu!!

Je vous quitte, je suis appelé à table où d'autres merveilles (?) m'attendent (?)
#4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4662
  • Remerciements reçus 169

dfried a répondu au sujet : Re: le ZWTG au complet

Salut,

Encore un moment de grâce que seul le côté familial de ces rencontres peut apporter. Lorsque en plus des amis qui se retrouvent enfin, la musique, les gammes du chef aux fourneaux et le concerto des nectars se mêlent dans une combinaison magique, c'est le début de la béatitude, parenthèse hors du temps et des fracas du quotidien.


Je rejoins à peu près Claudius dans ses appréciations >

NB : ayant mis au point le programme de la rencontre avec Claudius je connais les vins servis, mais pas leur ordre d'apparition (en particulier dans la série des 1975).


LE PREAMBULE :

* CR: Comtes de Vogüe "Musigny V.V." 1984 (étiquette découverte, Très belle conservation) : La robe de vieux rose montre des traces brune d'évolution. Le nez assez simple au départ (sur des notes exclusivement animales), devient hypnotique, d'animal à fourrure à giboyeux puis rapidement et même 6h plus tard en queue de paon (coing, épices douces, cardamone, liqueur de framboise). Mais la bouche surtout sur la griottine bien que toute en finesse me laisse sur ma faim. Elle n'aura pas la même tenue que le nez, et 2h + tard je la trouverai plus mince à mon goût.
Ce vin a la délicatesse bourguignonne, mais pas le dégradé de saveurs subtiles, qui m'enthousiasme quand il survient.

* CR: Latour 1976 et CR: Latour 1983 (à l'aveugle pour une partie de l'assemblée, 83 au niveau dans le goulot incroyable, 76 pas si loin) : Puisque je sais qu'il s'agit des 2 Latour de Claudius, l'incroyable jeunesse de la robe du 1976 et la tension de sa bouche me font penser qu'il s'agit de son frère cadet.
Son nez un peu réduit, s'affirme rapidement avec d'aguicheuses senteurs invitant à approcher les lèvres.
La trame de ce 1976 est belle, solide, tannique, offrant réglisse, fruits rouges et une belle longueur légèrement astringente à la longue (plutôt légèrement amère que séchard). Vraiment un beau vin.
Moi qui ne misais pas grand chose sur cette série, répondant quelques heures auparavant à Claudius, qui se demandait combien de bouteilles il était ''raisonnable'' d'aligner...
(Pffuuut... C'est pas une pensée digne du ZWTG ça !!!)... Je lui lançais "tu sais entre tes vieux Latour et mes 75 on risque de passer vite à la suite (...)"). Que de préjugés qui se révèleront totalement injustifiés au regard du niveau de la soirée
.

Et le Latour 1983 ...! L'équilibre, le fondu, le nez aussi interminable et complexe que la bouche. Un vin qui semble avoir été juste mis en bouteille pour l'occasion si ce n'est une robe plus évoluée et une bouche bien plus mature que son "vieux" frère de 76.

Une fois ce 1983 dégusté et plus le temps passe (à 5 nous laissons suffisamment de vin dans chaque bouteille pour pouvoir revenir sur eux jusqu'à 3h du matin et même pour certains après avoir pris la précaution d'y glisser du gaz et de profiter des températures hivernales du moment, 24h plus tard), le 1976 paraîtra moins abouti.
Très bon, pas prêt même, mais ne semblant pas promis à l'équilibre suprême, faute à une certaine dureté.
Le 1983 en plein plateau de maturité ne faiblira ni dans les fond de verre, ni dans la bouteille.

L'HORIZONTALE 1975 (dans le désordre. Pour celui-ci se référer au 1er post de Claudius) :
(à l'aveugle sans carafage ni dégagement d'épaule. Bouteilles juste ouvertes 2H à 3H1/2 avant leur service, rebouchées et laissée dans une pièce fenêtre ouverte)


Un grand merci à Claudius qui s'est échiné avec talent sur certains bouchons et a préparé dès 17h l'ensemble des flacons servis dans de beaux verres à température exemplaire (le temps de prendre 1 petit degré dans les verres ;))

Les niveaux sont soit incroyables, soit à peine légèrement bas. Les étiquettes sont très belles et les robes se montreront toutes sombres, profondes, parfois même lumineuses (Lafite d'un rubis particulièrement scintillant, Las Cases, Haut Brion, Giscours), parfois troubles tout en fournissant des parfums et des saveurs riches et complexes voire envoutantes (respectivement Meyney et Palmer seront étonnants malgré une 1ère approche visuelle moins sensuelle. Comme quoi les robes...).
Magnifique brochette d'étiquettes (manquent Latour et Margaux oubliés dans la cave), mais Claudius et moi dubitatifs misant sur au plus 2 beaux vins (Giscours et Palmer), espérant pour le Haut-Brion et le Meyney, et sans illusion voire plein de préjugés rédhibitoires envers les autres (en particulier Lafite Rothschild). Souvent un petit disque d'évolution extérieur trahit juste que l'on doit être plutôt du côté de 1990 ou un peu plus ancien que plus proche de nous.

Nous aimerions être déçus en bien de la sorte plus souvent.

Yves et Anthony auront du mal a placer le millésime aussi loin dans les décades précédentes tant à l'aspect qu'en bouche (ils ne savent d'ailleurs pas qu'ils sont en train de faire l'expérience d'une horizontale pensant que les vins servis par paire peuvent receler tout type de vin). Je suis moi-même soufflé de la chance de n'avoir qu'une bouteille, la Branaire Ducru, légèrement défectueuse (et encore une jolie mâche et de jolies baies rouges en bouche malgré tout).

* CR: Palmer 1975 m'a enchanté. Je suis tombé fou de la prodonfeur et de la tenue dans le temps de son velouté. Quelle texture veloutée, quel nez de petits fruits noirs et rouge, de fond de pruneau et de tabac blond, quel fruit et quelle longueur même 5h plus tard ! La femme la plus en vue de la Citée, tenant salon avec splendeur, douceur et raffinement. Il n'en restera plus une goutte.
Petra ne s'y trompera pas, profitant de sa prérogative pour re-remplir son verre à la barbe d'Yves ;).
Bravo Yves, tu es la personne qui reconnaît les vins en à peine 2 snifs et une gorgée... A peine le temps de glisser un oeil à la collerette dépassant de l'alu et tu découvres le nom du domaine.
Un champion du monde :D !

* CR: Lafite Rothschild 1975 bu 1h1/2 plus tard dans la dernière volée, a visuellement et gustativement un scintillant et une énergie supplémentaire. C'est indéniable. Réglisse, fruits noirs, même un côté tabac blond emprunté au Palmer. Un équilibre de trapéziste divin sur un fil tendu entre 2 cimes alpines.
Mais je ne le mets pas au-dessus du Palmer. Pour moi ils sont à égalité dans deux registres différents et complémentaires. Une féminité charmeuse pour l'un et un élégant dandy pour l'autre.

2 vins complets, à part. Quand Bordeaux, hors de tout débat, met un instant tout le monde au diapason.

A noter que Claudius nous indique qu'il a dû batailler 15mn avec le bouchon totalement mort et effrité (vermoulu même) qu'il a, avec son talent de pianiste, réussi a dégager sans laisser tomber la moindre miette. Au moins il n'a pas été déçu par son labeur. Nous non plus.

* CR: Giscours 1975 qui a incroyablement bénéficié des bienfaits de la cave de Claudius tient ses promesses sans faille, mais de façon plus fermée et droite ce qui lui enlève le charme gourmand trouvé à d'autres. Nez étonnament mentholé. Mais une menthe douce en jolie combinaison avec des baies noires et rouges.
Après plusieurs heures il s'assagit, commencant à fournir plus de plénitude et un fruit plus pur et large au palais.
Va-t-il dans les années à venir prendre enfin encore plus de rondeur pour atteindre une autre dimension ?

* CR: Meney 1975 (étonnante bouteille en forme de clavelin) va de même offrant un bouquet superbe, d'abord sur le noyau de pruneau, la liqueur de fruits noirs, et rapidement sur un panier de fruit plein de fraicheur. Un vin bien bâti, jeune (si, si) avec une hardiesse toute St.Estephe, mais sans rudesse.
C'est vraiment bon, fruité, avec une jolie longueur.
Son seul problème est que servi après Latour 83, et en 1er de la série des 1975 il sera pris en sandwich par quelques champions de la soirée.
On s'en "contenterait" cependant sans mal, ni frustration.

* CR: Montrose 1975 que Claudius a inséré en complément de dernière minute en se disant quasiment qu'il mériterait l'évier au regard de sa précédente expérience est un nouvel bel étonnement. Robe opaque, gerbe de fruits, subtiles épices faisant plutôt penser à un St.Julien.
Structure solide, manquant malgré tout de complexité pour inviter au voyage. Une gangue tannique qui ne dérange pas au vu de l'équilibre, mais qui étouffe certainement quelques saveurs et empêche de s'enflammer. Cependant, c'est un discours d'enfant gâté car il fut bon.

* CR: Léoville Las Cases 1975 s'offre à nos yeux avec un beau rubis à peine entaché de quelques traces d'évolution brunes sur son pourtour. Un beau nez de baies rouges (même de la framboise) et d'épices.
Anthony et Yves penchent vers St.Julien semble-t-il sans aide visuelle cette fois.
Le nom du domaine va même sortir.
Très belle texture. Le vin est rond presque soyeux, roulant sur la langue sans le moindre frein, avec des tannins réveillant les papilles en fin de bouche. L'air lui fait de plus en plus de bien.
Ouf ! L'autre bouteille sortie de la même caisse il y a 18 mois devait vraiment être défectueuse.

Enfin,

* CR: Haut-Brion 1975 est grand.

Ma bouteille était il y a encore quelques mois couleuse avec un bouchon s'enfonçant dans le goulot et semblant aussi imbibé que mou sous sa capsule encore bien sertie. Le froid de la saison a fait son office et j'ai eu la surprise de ressortir un flacon au niveau légèrement bas et non haute épaule comme je le croyais et au bouchon qui se révèlera certes imbibé, mais solide.
Claude me rappelle que c'est La Mission Haut-Brion qui est noyé par les louanges de R.Parker et non l'illustre voisin tout de même considéré par "The U.S. Critic" comme réussi.


Un nez qui présente de douces notes de boite à tabac et de cèdre faisant pencher vers Pauillac. Un parfum de grand parfumeur !
La bouche est complexe encore tannique, mais bien équilibrée. Le fruit est pur, la longueur est au rendez-vous tout comme une retro gourmande, mais moins pleine et complexe que l'on pourrait l'espérer avec une légère amertume.
C'est tout de même vraiment grand, mais il est vrai que nous ne sommes qu'aux pieds des 3 déesses déjà dégustées (Lafite Rothschild 1975, Latour 1983 et Palmer 1975) et que le hasard d'un Pauillac (oubli malencontreux de Latour) et d'un Pessac esseulés dans l'horizontale a collé ensemble Haut-Brion et l'une des divinités de la soirée, le Lafite.
Or, la comparaison immédiate fait souffrir ....................................
Odieux béotiens que nous sommes....

24 heures plus tard un verre tendu par Claudius tiré de la bouteille encore à moitié pleine et enfin préservée au gaz après 10 heures d'ouverture puis placée dans une pièce à la fenêtre ouverte est magique.
Je ne sais pas au départ ce qu'il m'offre à boire et suis donc sans préjugé croyant même au départ qu'il vient d'ouvrir une bouteille.

Le nez laisse échapper des notes fumées, du graphite, un léger pruneaux et des fruits noirs. Incroyable, encore un brin plus hypnothique que la veille. J'ai l'impression que je vais plonger mon visage entier dans le verre tant je suis mesmérisé par les délicates effluves. Et la bouche, la bouche,... Un velour profond. On se noie dans les draperies précieuses de saveurs rondes avec toujours une jolie acidité qui apporte la tension et la précision nécessaires. Une autre gourmandise.
Un moment de luxe.
A noter que Claudius littéralement subjugué par le nez, est moins enthousiasmé par la bouche (mais il faut souligner à quel point il est tombé en amour exclusif pour le Lafite... Un amour sans concession ;)).

MANGIARE :

Il faut passer au repas. Petra gronde, sans se départir de sa bonne humeur. Les plats sont prêts et il est temps de suspendre les débats pour penser à contenter nos estomacs et nos papilles d'autres saveurs. Claudius nous indique que ce n'est pas la peine de tenter de négocier. Connaissant les talents du chef à magnifier les plats nous n'insistons pas, au contraire.

D'ailleurs Lafite Rothschild et Haut Brion seront en réalité goûtés la 1ère fois lors d'une pause de 15mn entre les 2 magnifiques entrées (aussi belles à regarder que délicieuses à déguster) et le plat principal qui n'aura pas a rougir des précédent. Un crécendo orgiaque. Petra propose un 2e service. Claudius indique naïvement que nous devons être rassasiés. Que nenni !
3 révoltés tendront leurs assiettes avidement et remplissent leur verre déjà à moitié vide... Faut pas manquer :P.


MAIS PASSONS DONC AUX 2 BLANCS PRESENTES ETIQUETTES APPARENTES EN TOUT DEBUT DE SOUPER :

* CR: Trimbach Riesling "Cuvée F.Emile" 1983, avait une capsule totalement oxydée et percée avec un bouchon à l'aune de cette néfaste vision. Le niveau est d'env. -3 cm. Le nez intéressant et non dénué de charme fait penser à un vin jurassien avec de la noix typique sans côté pomme blette.
Ce n'est pas dérangeant au contraire. La bouche, n'est pas désagréable d'ailleurs, mais fait bien plus vin jaune que Riesling. En nous disant avec Yves que sur le Stilton il ferait merveille, nous arrêtons les frais, car ce vin a perdu tout intérêt pour lui-même.
Mais encore une fois le flacon de 25 ans était bien abimé.

* CR: Krug 1996 acquis 24h auparavant juste pour l'occasion d'en faire profiter les copains par Claudius toujours aussi généreux, a un nez très séducteur, brioché aux subtiles notes de thé et de fond d'agrumes.
Mais la bouche ne me plaît pas. Bon je ne suis pas un grand amateur de Champagne, mais comme tout le monde je sacrifie régulièrement quelques flacons lors d'occasions annuelles.
Et là, la bulle est grossière à mon goût, rendant le vin certes droit, mais surtout un peu dur. Elle étouffe le côté "vineux" que j'apprécie lorsque je prends plaisir à boire du Champagne, nonobstant une très jolie et interminable persistance en retro une fois ma langue rassérénée après avoir été trop secouée par la violence pétillante.
OK peut-être que dans 5 ou 10 ans elle s'affinera, tendant le vin et délivrant de belles et longues saveurs. Mais là je n'ai même pas eu envie de reprendre de cette bombe comprimée.
Nous étions divisés à table, certains prenant vraiment du plaisir.
Mais comparé au Dom Pérignon 1996 (et même à des cuvées moins prestigieuses) bu avec ravissement il y a presque 1 an de cela (ce qui réduit la portée de la comparaison) on est malheureusement loin à ce stade (pour moi) de l'envolée lyrique (surtout à ce prix).
Mais RDV dans quelques années, nous verrons.

L'APRES SOUPER (hors regoûtage avide des vins déjà ouverts) :

* CR: Vietti Barbaresco "Masseria" 1997
(à l'aveugle ouverte 30 minutes avant son service) : la grandeur de la cuvée Barbaresco phare de ce domaine réputé également pour des clos de Barolos parfois d'anthologie. Au rendez-vous de ce grand millésime en Italie. Un très grand vin très nebbiolo avec toute la noblesse que cela implique qui sera à point dans quelques années (j'en regoûterais bien du "préservé" 48h plus tard :P). Il est pour l'instant déjà magnifique sur un nez de liqueur de framboise, de balsamique et de clou de girofle. Robe sombre dans laquelle les lèvres plongent faisant profiter le palais d'un vin plein, sur les épices, le graphite et les petits fruits rouges. Puissance contenue longtemps présente en écho. Un domaine définitivement à suivre comme celui de Masciarelli en Montepuliano bu 2 jours plus tard et qui prouve s'il en est encore besoin la richesse et de la noblesse des vins italiens.

* CR: Pichon Comtesse 1995 (bouteille dégustée à l'aveugle, décantée dans un magnum vide plus de 7h auparavant) : du soyeux, de la longueur expressive sur des fruits rouges, de la fève de cacao, et du sous-bois. Très bon et jeune, sans faille, profitant à plein de sa proportion inhabituelle de merlot.

* CR: Pichon Comtesse 1996 (même traitement que la précédente) : ... Bof. Nez assez fermé, bouche certes structurée, mais trop tannique à mon goût. Claudius ayant largement apprécié de nombreuses demi-bouteilles à l'époque encore sur le fruit, il reste très confiant.

* CR: Mouton Rothschild 1996 (1/2bt. décantée dans une des bouteilles nettoyée de Pichon Comtesse... ce qui va tromper Yves le grand détecteur de collerettes à l'aveugle à travers l'alu > :D
#5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9590
  • Remerciements reçus 1119

claudius a répondu au sujet : Re: le ZWTG au complet

Concernant CR: Krug 1996 nez splendide, longueur en bouche extraordinaire mais bulle trop vive à mon goût. L'expectative était tellement haute que je dois avouer être très légèrement déçu.
J'aimerai retrouver ce champagne d'ici disons 5 ans.

the day after

Co-production Denis & Petra aux fourneaux, l'occasion de découvrir les talents de cuisinier de Denis (tu):), suivent

Ruchottes-Chambertin Clos des Ruchottes 2001 de Rousseau
Clos de Tart 1997
Romanée St Vivant 1999 de JJ Confuron
merci à CharlesV pour la découverte de ce vin grandiose!

Barolo riserva Villero 1982 de Vietti

et

cher incorrigible Denis ;)

Yquem 1975
#6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2993
  • Remerciements reçus 1

charlesv a répondu au sujet : Re: le ZWTG au complet

Claudius,

Je suis content que la RSV JJ Confuron 1999 ait été appréciée dans un contexte aussi relevé (vins et dégustateurs ;)).
Alain Meunier est un vigneron perfectionniste, inquiet, toujours à l'écoute. :)

Quant à CR: Krug 1996, nous l'avons bu, entre autres bouteilles, avec Arnaud(m) jeudi soir dernier.
Il possède effectivement une fougue considérable. Cette ardeur qui confine à l'impétuosité est toutefois équilibrée par une maturité rare. Mon épouse, qui ne partage pourtant pas mon amour immodéré pour... Krug, fut totalement conquise ! Cela dit, je vous rejoins sur votre appréciation prospective.
Si je le compare aux 2 bouteilles bues précédemment (une début juin, l'autre fin octobre), j'ai le sentiment personnel d'une légère contraction de son fruit accompagnée nécessairement (par simple effet de contraste) d'une accentuation de sa tension.
Ce grand vin repose sur un équilibre des extrêmes.

" Je n'écris pas pour une petite élite dont je n'ai cure, ni pour une entité platonique adulée qu'on surnomme la Masse. Je ne crois pas à ces deux abstractions, chères au démagogue. J'écris pour moi, pour mes amis et pour adoucir le cours du temps. " Jorge Luis Borges
#7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 8439
  • Remerciements reçus 24

Anthony a répondu au sujet : Re: le ZWTG au complet

Je reviendrai dans les prochains jours sur ces bouteilles incroyables, mais ce soir, rapidement en passant dire au revoir à Claude, Petra et Denis, un verre d'Yquem 1975, magique, chaire de poule. J'en vibre encore ...

Merci les gars ! Des moments comme cela restent gravés à tout jamais.

Anthony
#8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 21542
  • Remerciements reçus 49

Thierry Debaisieux a répondu au sujet : Re: le ZWTG au complet

Merci pour ces belles notes de dégustation! ;)

Amitiés,
Thierry
#9

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9590
  • Remerciements reçus 1119

claudius a répondu au sujet : Re: le ZWTG au complet

les festivités sont terminées, une dernière furieuse envie de pinot noir en dégustant Clos de Tart 1997 m'envoie chercher un Gevrey-Chambertin 1999 1er cru de Dugat-Py.

Comme nous terminons le Yquem 1975 il serait dommage ;) de ne pas ouvrir le GK Auslese 05 de Prüm et comme Denis est décidement incorrigible il ouvre encore un top-shot de Montepulciano: Villa Gemma 2001 de Masciarello.

Je dresse donc la liste définitive des vins dégustés:

Musigny v.v. 1984 Vogüe

Latour 1976
Latour 1983 (n.p.)

Meyney 1975 (n.p.!)
Montrose 1975

Branaire 1975 (léger bouchon)
Las Cases 1975

Palmer 1975
Giscours 1975 (n.p.!)

Lafite 1975
Haut-Brion 1975

Trimbach Riesling "Cuvée Frédéric Emile" 1983 (oxydé)
Krug 1996

Vietti Barbaresco "Masseria" 1997
Pichon Comtesse 1995
Pichon Comtesse 1996
Mouton Rothschild 1996 (0,375)

Margaux 1986

Ruchottes-Chambertin Clos des Ruchottes 2001 de Rousseau

Romanée St Vivant 1999 de JJ Confuron

Clos de Tart 1997

Dugat-Py Gevrey-Chambertin 1er cru 1999

Barolo riserva Villero 1982 de Vietti

Montepulciano "Villa Gemma" 2001 de Masciarelli

Cuvée Madame 2001 Tirecul la Gravière, Monbazillac

Auslese GK 2005 Prüm

Yquem 1975

#10

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9590
  • Remerciements reçus 1119

claudius a répondu au sujet : Re: le ZWTG au complet

CR: Margaux 1986
la fin de la bouteille 24h après ouverture est un peu plus diserte. Charme et arômes nobles sur une structure encore un peu rigide aboutissant sur une finale encore dominée par l'acidité. Superbe vin en devenir ... attendre 5? 10? 15 ans?

CR: Ruchottes-Chambertin Clos des Ruchottes 2001 de Rousseau
robe claire et moins concentrée que la Romanée Saint Vivant qui le suit. Nez étonnant avec une nette touche sucrée qui fait penser à de la fraise écrasée, du taffetas aérien en bouche, Debussy, état d'apesanteur, on vole en filigrane, élégance suprême, délicatesse mais tel un Rayas le goût persiste et nous emmène tout au long de cette merveilleuse expérience. Superbe!

CR: Romanée Saint Vivant 1999 de Jean Jacques Confuron
que dire si ce n'est commencer par remercier CharlesV qui m'a fait découvrir cette merveille! Robe plus concentrée que le précédant, nez plus puissant merveilleusement pinot avec une touche de réglisse. La bouche est un chef d’œuvre de précision, les différents éléments semblent taillés au laser et forment un ensemble harmonieux et parfaitement proportionné. On peut zoomer dans le vin comme avec l'ouïe dans une grande formation symphonique jouant un tutti. Les arômes sont d'une grande noblesse, race et élégance, la finale est d'anthologie, 45s. après avoir avalé le vin, il résonne encore dans toute la bouche ... extraordinaire!
fait partie de mes coups de foudres mentionnés ci-dessus, la Bourgogne dans toute sa splendeur!

CR: Clos de Tart 1997
très beau, encore plus puissant mais moins racé et moins précis que le dernier ... effet millésime et/ou terroir? très belle bouteille qui souffre de la proximité du Romanée Saint Vivant.

CR: Dugat-Py Gevrey-Chambertin 1er cru 1999
robe d'une jeunesse et d'une concentration extrême (pour un Bourgogne) encore sur le violet. Nez vigoureux et racé sur la groseille avec une fine note boisée. En bouche un paquet de muscle tendu à l'affût d'une proie. Grande race et concentration, finale concentrée de moyenne longueur. Ouvert beaucoup trop tôt :(

CR: Barolo riserva Villero 1982 de Vietti
bouquet typique de Barolo, très beau ... les choses se gâtent malheureusement en bouche ... avis de décès.

CR: Villa Gemma 2001 de Masciarello
Le Montepulciano poussé dans ses derniers retranchements, étonnant!

CR: Cuvée Madame 2001 Tirecul la Gravière, Monbazillac
explosion au nez, grande richesse et puissance, vraiment très beau, énoooorme sans devenir pour autant écoeurant ou ennuyeux, réelle complexité aromatique.

CR: Auslese GK 2005 Prüm
robe claire thé de tilleul / verveine, pureté des arômes, beauté épurée, splendide dans son genre

CR: Yquem 1975
il semble si jeune que l'on réalise tout à coup qu'il se goutera encore bien pendant des décennies ... Décidément plus apollinien que dionysiaque, pas de tape-à-l’œil, tout est parfaitement calibré, les éléments imbriqués les uns dans les autres. Pas d'excès, recherche de la forme idéale ... charme discret de la bourgeoisie, pas le moindre grain de folie ;)

un grand moment d'amitié :D et beaucoup de chance avec le niveau général des vins dont certains ont été cueillis à leur apogée.
#11

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1585
  • Remerciements reçus 1

Winemega - Alain a répondu au sujet : Re: le ZWTG au complet

Ces Zürichois sont totalement décadents..
Extraordinaire série magnifiquement racontée

Mon CR: Latour 1976 bu l'an dernier était également époustouflant de jeunesse.. un grand souvenir et surtout, un beau pied de nez aux "experts" qui affirmaient que les 76 n'avaient aucun avenir..

Margaux 1986 jeune (hélas jamais regoûté depuis 15 ans..) m'avait ébloui à l'époque.. Quelle matière!

Palmer 1975.. un vin que je n'ai probablement jamais bien compris. Au point que j'ai terminé ma caisse bien trop rapidement (snif..)

Las Cases 1975 reste un des grands souvenirs de notre verticale de 2004..

Merci de vos récits, Messieurs. Voilà une digne entrée en matière de la nouvelle année!!

Amitiés à tous
Alain

Alain Bringolf
"Lorsque le vin est tiré, il faut le boire. Et lorsque le vin est bu, il faut se tirer.." - Le Chat
#12

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • milleret jean luc
  • Hors Ligne
  • Cet utilisateur est bloqué
  • Messages : 3980
  • Remerciements reçus 2

milleret jean luc a répondu au sujet : Re: le ZWTG au complet

""... charme discret de la bougeoisie, pas le moindre grain de folie """

Ce 1975 restera pour moi , l'une de mes plus belles émotions ...nous avions tout simplement ouvert trois bouteilles de ce magnifique Yquem 1975 lors d'une belle soirée chez Million à Alberville !! Dans la même soirée, je me suis également " précipité " sur Chave 1990 ....et encore , je n'avais pas remarqué un Haut Brion 59 :D.

Félicitations à ces joyeux lurons !!
#13

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 8439
  • Remerciements reçus 24

Anthony a répondu au sujet : Re: le ZWTG au complet

Une soiree grandiose, des vins qui m'ont marque et resteront grave dans ma memoire pour longtemps, un moment de convivialite qui en lui seul justifie la creation de ce site. Bref une soiree parfaite (si j'y rajoute la 9e de Bruckner qui nous a accompagne en 2e partie de soiree et le repas somptueux en ouverture).

CR: Chambolle-Musigny VV 1984, Compte Georges de Vogue
Un nez superbe de finesse, tout en subtilite, avec des notes de saucisse sechee et de rose fanee. Sa complexite provient de l'intensite de sa delicatesse !

La bouche est en dentelles, d'une largeur inimaginable, les tannins sont fondus, la trame acide portant cette matiere remarquable dans un equilibre subtil et savant. La longueur est belle.

Apres 4h d'aeration, apparition de notes de tabac blond et de prune.

Tout simplement Excellent !

CR: Chateau Latour 1976 vs. CR: Chateau Latour 1983



Le 1976 a un nez intense, fume, avec une touche douce que certains ont assimile a la vanille (moi) ou a la reglisse. Il donne l'impression d'un vin encore sur une pente ascendante, oserai-je dire "pas encore pret" !

Le 1983 presente une panoplie complexe d'aromes de cedre, de raisin, de raisinet, de sous-bois. C'est d'une complexite et d'un charme fou !

La bouche de 1976 est seche, spherique, tout en largeur, encore sur la reserve mais d'une longueur surprenante. On percoit une legere acidite en 2e partie de bouche et, en comparaison du 1983, les tannins semblent secher quelque peu.

La bouche du 1983 est superbe, aboutie, longue, large et gouteuse. Un summum du grand Bordeaux a maturite ! Il y a dans cette finale une complexite gustative que je ne connaissais pas, avec de subtiles notes de terre, melanges a des tannis soyeux. Jubilatoire.

Le 1976 est excellent. Le 1983 est tout simplement grandiose.

CR: Chateau Meyney 1975 (avec l'inscription Prieure des Couleys sur l'etiquette)
Un 1er nez reduit fait place a un bouqeut plus intense, tres automanal, avec de superbes aromes de cedre et de fumee.

La bouche est encore tannique et ferme, avec une tres belle mache mais manquant legerement de plenitude malgre son caractere resolument tertiaire.

Tres bon.

CR: Chateau Montrose 1975
1er nez reduit mais se decouvrant petit-a-petit sur des notes fruitees et fraiches (figue) et une finesse qui me marque.

La bouche confirme ce cote soyeux, fondu, sans faiblesse. Il n'y a rien de demonstratif dans ce vin mais tout se passe dans la dentelle.

Excellent.

CR: Las Cases 1975
Un nez complexe, fruite, avec ses notes caracteristiques de graphite, mais surtout une grande fraicheur que n'attendais pas.

La bouche est seche, fraiche, fondue, complexe, longue, tendue. Ce vin vous donne tous les adjectifs laudatifs auxquels on peut penser en degustant un grand Bordeaux, mais il manque un petit peu de chaire pour rentrer dans mon Pantheon de la soiree.

Excellent.

CR: Branaire Ducru 1975 a ete un petit polisson. Bouchonne le vendredi soir et laisse pour mort sur la table, il nous a demontre que nous avions tort et qu'il s'agissait de reduction exptreme (je pense). Le samedi matin, un bouquet tertiaire peu intense et une bouche decharnee du fait de son aeration prolongee, mais il faudrait lui redonner une chance.

CR: Chateau Palmer 1975
Un nez de graphite (qui m'a fait partir a St-Julien), de sous-bois, de groseille, de raisinets d'une intensite folle.
La bouche est en forme de Ballon, commencant tranquillement, puis eclatant de jeunesse et de finesse en milieu de palais, pour arriver a son apotheose dans une finale au laser.

Un vin grandiose.

CR: Chateau Giscours 1975
Un vin que je connaissais deja, ce qui fait que je me suis servi que d'un verre. Erreur, parait-il car l'aeration lui a fait le plus grand bien, Denis dixit.

Un nez de feuilles seches et de menthol, une bouche seche, avec de la mache et de la tension. Belle longueur mais manque de veloute sur le verre que j'ai bu.

Tres bon neanmoins, possiblement excellent apres 3-4 heures.

CR: Krug 1996
Un nez resolument mineral avec des notes de pomme, de brioche et de pain frais. Personnellement, j'adore, mais je n'ai que peu de references pour comparer.

La bouche est tendue, pommee, gouteuse, intense, complexe, longue .... Je m'arrete la car j'ai adore ce champagne, meme si je lui aurai prefere une bulle plus en finesse.

Pour moi, excellent, voire grandiose.

CR: Chateau Haut-Brion 1975
Nez frais et fruite, avec des aromes tertiaires de sous-bois, d'aiguilles de sapin et de terre. Intense et superbe !

La bouche est seche, legerement viandee et un peu fluide par rapport a ce bouquet d'anthologie. A atteint sa plenitude.

Tres bon.

CR: Chateau Lafite 1975
Nez terreux, de truffe, avec du fruit acidule et des notes de sous-bois. D'une intensite folle, ce bouquet est invitant.

La bouche est tendre, avec une belle tension et une marque tannique digne des plus grands. Long, tres long, il est aussi tres sec. La finale se deroule sur des notes de terre et presente une mache importante.

Au pays des grands vins, c'est un seigneur mais peut-etre pas le vin qui m'ait le plus marque de cette soiree. Excellent.



CR: Pichon Comtesse 1995 vs. CR: Pichon Comtesse 1996



Le 95 a un nez sur le cedre et les aromes tertiaires, avec une pointe de chocolat et de cafe.

Le 96 a un nez plus rond, plus jeune, plus fruite, mais moins envoutant.

La bouche du 95 est fondue, spherique, et gouteuse. Un vin qui me parait a point.
Celle du 1996 est encore tannique et une peu rustre, malgre sa fraicheur et ses notes viandees.

Sur le moment M, je prefere le 95 au 96 mais les deux sont reellement excellents.

CR: Mouton Rotschild 1996
Un nez tertiaire, viande, avec une pointe d'oxydation (a mon nez) et de balsamique. Beau.

La bouche est legerement viandee, tres tertiaire, spherique, longue et nullement secharde.

Je trouve ce vin excellent mais n'ai pu m'empecher de questionner sa maturite si rapide (certes, une 1/2 bouteille et un carafage prolonges ont aide a cette maturite).

CR: Barbaresco Masseria Vietti 1997
Un nez vineux, balsamique, fourre. D'une complexite folle, il me subjugue.
La bouche continue sur les notes balsamiques, avec une masse tannique encore dense. Ce qui marque sur ce vin, c'est son gout intense et jubilatoire conjugues avec une fraicheur hors pair.

Un vin grandiose.

CR: Chateau Margaux 1986
Un nez fourre, intense, qui vous remplit les naseaux. Jeune, sur le raisin, il semble plus Pauillac que Margaux de par son expression virile.

La bouche est tannique, dense, corsee, voluptee et longue. Ce vin doit attendre encore un sacre bout de temps mais comme il ne parait pas secher, j'envisage l'avenir avec serenite. Deja excellent !

CR: Cuvee Madame 2001, Tirecul-la-Graviere pour finir cette 1e soiree en toute beaute.
Nez botrytise sur les fuits confits. Tres belle complexite.
La bouche est magnifique ! Syropeuse riche mais tellement legere, en equilibre sur le fil du rasoir et d'une fraicheur remarquable. La finale est interminable. Un vin d'une complexite folle ! Grandiose.




Anthony
#14

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 8439
  • Remerciements reçus 24

Anthony a répondu au sujet : Re: le ZWTG au complet

Passe en coup de vent pour un café hier soir, j'ai eu droit a des fonds de bouteilles que j’intégrerai bien volontiers dans ma cave. Morceaux choisis:




CR: Clos de Tart 1997: d'une finesse ravageuse, tout en soie et en dentelles. Un vin orgasmique, tant il vous subjugue par sa classe et non ses aromes ou sa puissance. Grandiose !

CR: Montepulciano "Villa Gemma" 2001 de Masciarelli : un vin tendu, fin, intense, tout ce que j'aime dans les transalpins de 2001. Excellent !

CR: Romanée St Vivant 1999 de JJ Confuron : Un summum dans ce que j'ai pu boire toutes regions confondues. Finesse, classe, tension, delicatesse des aromes, longueur. J'admire Claudius pour sa description, car moi je suis reste sous le coup, sous le choc de ce vin. Grandiose, voire plus.

Et pour finir,CR: Yquem 1975. Que dire si ce n'est que j'ai rellement eu la chaire de poule en y trempant mes levres. Son nez est deja envoutant (earl grey), mais la texture de sa matiere ne bouche est tout simplement divine. S'il fallait illustrer ce que le toucher en bouche parfait est, il faut gouter cet Yquem 1975. J'en suis encore marque aujourd'hui ...



Conscient d'avoir participe a un moment d'anthologie, je ne peux que remercier les autres acteurs de la soiree pour ce moment qui restera a jamais inoubliable.

Anthony
#15

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 17948
  • Remerciements reçus 1801

Jérôme Pérez a répondu au sujet : Re: le ZWTG au complet

NON !

et j'ai dit non, à ça ? ...

Jérôme Pérez
#16

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4662
  • Remerciements reçus 169

dfried a répondu au sujet : Re: le ZWTG au complet

Salut Jérôme,

Tu as surtout manqué une communion chaleureuse comme à chaque fois au ZWTG (mais c'est un éternel recommencement, donc il y en aura d'autres).

Yves connaît quelqu'un qui aurait été comme toi une guest star de choix et qui doit regretter autant que nous l'avons regretté (ainsi que d'autres qui auraient vraiment été bienvenues). Mais comme mes trop nombreux avions me font manquer de belles rencontres ZWTG, lorsque je suis dispo, cela me rend la magie de ces réunions que plus appréciable encore.

Anthony,

que de bons souvenirs heureusement toujours bien présents quelques heures plus tard et qui enlèvent tout poids aux petits désagréments du quotidien d'un début de semaine.
Bravo pour tes notes plus synthétiques et précises que les miennes.
Je ne suis pas totalement d'accord sur le fait que tu considères le Pichon Comtesse 1995 comme à point. Il l'a été sans nul doute, mais il ne faut pas oublier qu'il a été "carafé" dans un magnum pendant plus de 6h (voire bien plus). Je pense que cela lui a fait le plus grand bien (alors que cela ne semble pas suffisant au 1996), même s'il pourrait se contenter de moins je pense.

Amitiés,
Denis
#17

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 26095
  • Remerciements reçus 916

Luc Javaux a répondu au sujet : Re: le ZWTG au complet

Jérôme,

Bienvenue au club... ;)

Bravo à nos amis Suisses pour cette dégustation qui fait rêver.

Luc
#18

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 8439
  • Remerciements reçus 24

Anthony a répondu au sujet : Re: le ZWTG au complet

Denis,

il faut prendre mes commentaires avec le recul qui s'impose face a une telle degustation. Pour Pichon, comme pour Lafite, j'ai surtout compare l'un vs. l'autre et a ce jeu-ci, le 95 etait plus a point. Je ne doute nullement de sa capacite a se bonifier sur les prochaines annees. J'etais surpris, et content, de trouver un 95 si plaisant a ce stade.

Anthony
#19

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9590
  • Remerciements reçus 1119

claudius a répondu au sujet : Re: le ZWTG au complet

Mon Latour 76 bu l'an dernier était également époustouflant de jeunesse.. un grand souvenir et surtout, un beau pied de nez aux "experts" qui affirmaient que les 76 n'avaient aucun avenir..

Salut Alain,

je l'ai acheté grâce à ton CR :)(tu)

amitiés & bonne année à toi aussi
#20

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9075
  • Remerciements reçus 349

RaymondM a répondu au sujet : Re: le ZWTG au complet

Claudius, Denis,

Même pas un petit cigare ?

Raymond
#21

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4662
  • Remerciements reçus 169

dfried a répondu au sujet : Re: le ZWTG au complet

Aaaaahhhhhhhh Raymond,

Déjà que ce n'est qu'à la dernière minute que nous avons décidé de mettre en place plusieurs soupers successifs (nous n'allions pas laisser ces beaux flacons aux aléas de la semaine suivante tout de même ;))... Dire qu'il fut un temps dans notre tendre jeunesse ou aurions tout ouvert la même nuit... L'arthrose nous guette.

J'avais quelques vitoles dans ma besace, Claudius quelques unes dans sa boite, mais il faut savoir profiter des plaisirs "simples" (une petite bouffe, un petit vin... je ne suis pas crédible, c'est ça 8-)...).
Plus sérieusement à empiler ce dernier type de plaisir nous n'en aurions pas profité sereinement.

Outre que nous ne sommes pas de si grands consommateurs de cigares, tout s'est tellement bien déroulé, largement au delà de nos espérances que la musique a complétée bien suffisamment notre soirée sans chercher à ajouter des saveurs cubaines et une fumé entêtante aux parfums qui nous avaient si bien accompagnés jusqu'à présent.

Amitiés,
dfried
#22

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 8439
  • Remerciements reçus 24

Anthony a répondu au sujet : Re: le ZWTG au complet

Raymond, nous sommes partis nous coucher avec les saveurs de la Cuvee Madame encore en bouche et je pense que c'etait deja un summum ...;)

Anthony
#23

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2881
  • Remerciements reçus 0

bouhi a répondu au sujet : Re: le ZWTG au complet

Et bien, on ne s'ennuie pas au ZWTG !

Comme à chaque fois de splendides bouteilles, très bien commentées (j'ai virtuellement rebu du Palmer 75 :D et de la cuvée Madame)

François
#24

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 890
  • Remerciements reçus 0

chouffe a répondu au sujet : Re: le ZWTG au complet

Je n'ai qu'un chose à dire :

[size=large]Vous êtes de grands malades[/size] ::o :D

Amitiés

Stéphane
#25

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 8439
  • Remerciements reçus 24

Anthony a répondu au sujet : Re: le ZWTG au complet

Il est vrai que quelques photos à l'intérieur des CR, ça rajoute quelques couleurs (cf. messages en page 1).

Anthony
#26

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3116
  • Remerciements reçus 3

DidierT a répondu au sujet : Re: le ZWTG au complet

Et bien les amis, on ne s'embête pas en Suisse :D

Amitiés à vous tous
Didier
#27

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4662
  • Remerciements reçus 169

dfried a répondu au sujet : Re: le ZWTG au complet

Salut Didier,
Que veux-tu il fait froid et histoire de réchauffer nos coeurs souvent émerveillés par tes récentes dégustations nous essayons tant bien que mal de jouer un peu aussi :).
D'ailleurs le Clos des Ruchottes 01 est une spéciale dédicace à la bouteille que tu as partagée il y a quelques mois avec le groupe qui dégustait des bourgognes de ce millésime. J'avais eu le privilège d'y tremper mes lèvres.
Je voulais que mes petits camarades s'en délectent aussi.

Salut Anthony,
Tip top les photos insérée en 1ère page :P

Amitiés,
Denis
#28

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9590
  • Remerciements reçus 1119

claudius a répondu au sujet : Re: le ZWTG au complet

je dois effectivement reconnaître que les photos sont un plus, mais Ctoph ou Oliv font encore mieux avec les robes ...

;)

PS quand est-ce qu'on recommence?
#29

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3116
  • Remerciements reçus 3

DidierT a répondu au sujet : Re: le ZWTG au complet

Salut Denis,
j'avoue que j'ai un gros faible pour le Domaine Armand Rousseau 2001 est un millésime en rouge surprenant en Bourgogne avec de belles surprises.

J'ai vu que tu avais ouvert Cuvée Madame 2001, plutôt pas mal (tu) ;)

En parlant de froid je suis sur Boston, on est bien servi!

Bon, fais moi signe si tu es sur Paris, on se fera une petite dégustation.

Amitiés
Didier
#30

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck