Nous avons 746 invités et 25 inscrits en ligne

Considérations sur l'acidité volatile

  • Messages : 19931
  • Remerciements reçus 593

enzo daviolo a répondu au sujet : Considérations sur l'acidité volatile

car il s'agit quand même d'une odeur qui a tendance, même à faible dose, à toujours passer devant.

absolument pas, d'ailleurs tu as du boire des vins avec des volatiles de 0,8 que tu ne percevais pas, alors que sur d'autres tu peux etre dérangé avec 0,6.

Mais au moins ce serait des odeurs propres au vin, au lieu.

tu penses à quelles odeurs?

Comme indiqué par ailleurs, c'est un "masque", un "arôme" banalisant, dans le sens ou on peut le trouver partout et en cela il n'exprime pas du tout la typicité de la région, appellation, cépages, ce que tu veux. C'est le petit hic qui me dérange, personnellement.

oui comme l'elevage par exemple, même bien intégré.

- Si Reynaud à de la volatile sur Rayas, c'est magique. Si c'est tartampion sur son IGP, c'est une catastrophe.
- La réduction noble chez Coche. Chez tous les autres moins connus, c'est de la réduction pas noble du tout.


je ne sais si certains défendent ça mais ce serait ridicule.
#31

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5746
  • Remerciements reçus 231

Martinez a répondu au sujet : Considérations sur l'acidité volatile

Ce que je veux dire :

Si je ne le perçois pas à 1,5, ça ne me dérange pas, si je le perçois à 0,1, ça me dérange :)

Jmm

Jmm
#32

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 973
  • Remerciements reçus 153

mauss.th a répondu au sujet : Considérations sur l'acidité volatile

"tu penses à quelles odeurs? "

Les arômes variétaux, le coté acide/salé du calcaire, les arômes de fruits propre au cépage (mais oui, on trouve de la cerise un peu partout dans les rouges), le côté tranchant des sols granitique sur les blancs, etc. (la liste peut être très longue).

"oui comme l'elevage par exemple, même bien intégré."

Remarque intéressante! Bien que l'élevage ne soit pas là que pour le goût. Je rajouterai que certains élevages ne sont pas banalisant car très locaux (je pense à Huber par exemple en Allemagne qui utilise une bonne partie de barriques issues des forêts des environs directs du vignoble. Je pense que le boisé de Huber est très particulier et reconnaissable à l'aveugle, pour moi qui connait pas mal les vins du domaine).

"je ne sais si certains défendent ça mais ce serait ridicule. "

Oui, il y en a! A un grand, on pardonne ou on imagine que c'est volontaire, maîtrisé. A un petit ou moyen, on ne fait pas ou moins de cadeaux. Si tu es acheteur pour une grande enseigne, tu vas écarter très vite le vin marqué par la volatile qui coûte 3,50€ en IGP. Si c'est Rayas, avec la force de l'étiquette, le prestige du vin, tu vas te dire que bon, là c'est autre chose, c'est mieux (influence de l'étiquette!!).

Thomas
Mon profil vivino
#33

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4277
  • Remerciements reçus 45

o_g a répondu au sujet : Considérations sur l'acidité volatile

L'acide volatile, on peut en avoir sans problème dans n'importe quel vin rouge du globe. Comme indiqué par ailleurs, c'est un "masque", un "arôme" banalisant, dans le sens ou on peut le trouver partout et en cela il n'exprime pas du tout la typicité de la région, appellation, cépages, ce que tu veux. C'est le petit hic qui me dérange, personnellement.

On peut en dire des tannins issus du bois, de l'alcool, de l'acide tartrique et d'une foultitute de composants chimiques. Sa présence ou non et sa quantité peuvent si c'est maîtrisé exprimer un choix du vigneron. J'ai l'impression que tu portes un jugement négatif sur la volatile par principe avant toute autre chose. Ne retenir que les arômes liés au terroir ou au cépage est un choix d'amateur qui me semble exiger une compétence que peu d'entre nous possèdent et sacrément limiter les horizons viniques !

O
#34

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 11448
  • Remerciements reçus 1520

jean-luc javaux a répondu au sujet : Considérations sur l'acidité volatile

Lu sur "les problèmes olfactifs du vin" [size=x-small]altervino[/size]

l'acide acétique provient d'un mauvais état sanitaire et / ou trituration du raisin. En effet, un raisin abîmé connaîtra un contact jus / pulpe. Ce qui entraînera une fermentation alcoolique sur la baie. Le "vin" produit sur la baie sera piqué et tournera au vinaigre (ou acide acétique) au contact de l'air et des bactéries acétiques (en temps normal, le vin est soutiré et soutiré après F.A. et le vin ne tourne pas au vinaigre)

Même si une pointe de volatile peut révéler l'aromatique du vin, tout est ,comme dit, question de niveau.

jlj
#35

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 973
  • Remerciements reçus 153

mauss.th a répondu au sujet : Considérations sur l'acidité volatile

Olivier,

Je crois qu'on ne peut pas tout mélanger. Évoquer l'alcool n'est à mon sens pas très pertinent, le vin étant une boisson alcoolisée. Pourquoi ne pas évoquer la couleur aussi!? Un bon élevage, pour moi, est un élevage en support des autres arômes et non dominant ou masquant. Dans ce sens, il laisse libre expression aux arômes du "lieu" (cépage, climat, sols...).

Tu as partiellement raison: c'est par principe, c'est vrai, mais également j'ai le droit de ne pas apprécier moi une flagrance de vinaigre dans mon verre de vin.

Après ce qui m'intéresse, en tant que "professionnel du vin" (dans le sens ou j'en vie financièrement), c'est d'avoir l'avis de consommateurs et amateurs éclairés sur la question. J'en conclue qu'il est un peu bête de renvoyer un échantillon qui est marqué par la volatile, puisque des gens l'apprécient. (Il en va de même des bretts d'ailleurs 8-) )

Thomas
Mon profil vivino
#36

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19931
  • Remerciements reçus 593

enzo daviolo a répondu au sujet : Considérations sur l'acidité volatile

Si je ne le perçois pas à 1,5, ça ne me dérange pas, si je le perçois à 0,1, ça me dérange smiling smiley

ok donc ça ne passe pas toujours devant à faible dose, c'est bien une question de perception.

Les arômes variétaux, le coté acide/salé du calcaire, les arômes de fruits propre au cépage (mais oui, on trouve de la cerise un peu partout dans les rouges), le côté tranchant des sols granitique sur les blancs, etc. (la liste peut être très longue).

les arômes varietaux certains te diront qu'il y a plus passionnant et qu'heureusement le vin ne se limite pas à cela, l'acide/salé du calcaire qui reste à démontrer car c'ets surtout une construction de l'esprit etc..
bref tout ça pour dire que lorsque tu goutes un vin à l'aveugle, il faut chercher le plaisir apporté et pas de savoir si cela vient de telle ou telle chose. si tu perçois de la volatile et qu'elle te dérange, il n'y a rien à y redire et ça se comprends, mais en soi ce n'est pas forcément un problème.

Bien que l'élevage ne soit pas là que pour le goût.

bien sûr qu'il n'est là que pour le goût, mais le goût ne signifie pas que l'aromatique. l'elevage permet de meilleurs echange et donc une amélioration des tannins, de la patine, donc c'est bien pour que le vin apporte plus de plaisir gustatif.

(je pense à Huber par exemple en Allemagne qui utilise une bonne partie de barriques issues des forêts des environs directs du vignoble. Je pense que le boisé de Huber est très particulier et reconnaissable à l'aveugle, pour moi qui connait pas mal les vins du domaine).

c'est amusant mais je préfère boire du vin que la forêt d'Huber :P. en l'occurrence c'est plus l'esence, la pratique de construction des barriques, le type de chauffe etc.. que tu perçois, bien plus que le terroir.
là encore j'indique cela pour préciser que tous les goûts sont dans la nature et qu'on ne peut ressortir un seul element d'un vin pour en faire un cheval de bataille à charge si on ne l'apprécie pas. Je ne suis pas fan des élévages perceptibles et sensibles, ce n'est pas pour autant que je vais considérer tous les vins élévés comme uniformisés et éloignés de leur terroir.

Oui, il y en a! A un grand, on pardonne ou on imagine que c'est volontaire, maîtrisé. A un petit ou moyen, on ne fait pas ou moins de cadeaux. Si tu es acheteur pour une grande enseigne, tu vas écarter très vite le vin marqué par la volatile qui coûte 3,50€ en IGP. Si c'est Rayas, avec la force de l'étiquette, le prestige du vin, tu vas te dire que bon, là c'est autre chose, c'est mieux (influence de l'étiquette!!).

c'est ridicule.
in vino veritas et pour te rassurer, j'ai aussi bu des rayas où je trouvais la volatile un peu haute (à mon goût). ;)
#37

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19931
  • Remerciements reçus 593

enzo daviolo a répondu au sujet : Considérations sur l'acidité volatile

Un bon élevage, pour moi, est un élevage en support des autres arômes et non dominant ou masquant. Dans ce sens, il laisse libre expression aux arômes du "lieu" (cépage, climat, sols...).

tu remplaces elevage par volatile et tu as la même conclusion. :)

J'en conclue qu'il est un peu bête de renvoyer un échantillon qui est marqué par la volatile, puisque des gens l'apprécient. (Il en va de même des bretts d'ailleurs eye rolling smiley )

les bretts c'est très différents Thomas, ça n'apporte rien à un vin, ça le dénature totalement aromatiquement puis le détruit structurellement au vieillissement. D'ailleurs aucun vigneron ne souhaite avoir des bretts dans son vin. Après que certains ne les perçoivent pas ou les apprécient même, c'est autre chose.
Tandis que la volatile, certains vignerons s'en accomodent très bien et expliquent ce que cela apporte à leur vin (dans les limites légales bien sûr).
#38

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 973
  • Remerciements reçus 153

mauss.th a répondu au sujet : Considérations sur l'acidité volatile

"l'acide/salé du calcaire qui reste à démontrer car c'ets surtout une construction de l'esprit"

C'est démontré et ce ne fut pas bien compliqué. Suffit de prendre un panel de dégustateurs avertis, leur faire goûter des vins où outre le sol, tout est égal par ailleurs, et de leur demander leur sensation sur le côté acide et salé.

"bien sûr qu'il n'est là que pour le goût, mais le goût ne signifie pas que l'aromatique. l'elevage permet de meilleurs echange et donc une amélioration des tannins, de la patine, donc c'est bien pour que le vin apporte plus de plaisir gustatif. "

Permets moi, à moi, de distinguer plaisir gustatif et plaisir tactile (sur lequel le bois a un rôle important).

Quand à Huber, en évoquant les forêts environnantes, je ne pensais pas à terroir. Juste au fait que cette essence de chêne la et la façon dont il la traite donne quelque chose de tout à fait original, et justement en support du fruit ;) (à mon goût)

"ça le dénature totalement"
Je te renvoie à ta première phrase :) Tu remplaces élevage et volatile par bretts et tu arrives à la même conclusion.

"le détruit structurellement au vieillissement"

Ca, c'est une vue de l'esprit ;)

Thomas
Mon profil vivino
#39

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19931
  • Remerciements reçus 593

enzo daviolo a répondu au sujet : Considérations sur l'acidité volatile

C'est démontré et ce ne fut pas bien compliqué. Suffit de prendre un panel de dégustateurs avertis, leur faire goûter des vins où outre le sol, tout est égal par ailleurs, et de leur demander leur sensation sur le côté acide et salé.

je veux bien le lien de ton étude.

Permets moi, à moi, de distinguer plaisir gustatif et plaisir tactile (sur le quel le bois a un rôle important).

si tu veux. cela contribue au plaisir gustatif alors dirons nous.

"ça le dénature totalement"
Je te renvoie à ta première phrase smiling smiley Tu remplaces élevage et volatile par bretts et tu arrives à la même conclusion.


justement non. une volatile en support, ça apporte, ça ne dénature pas.

"le détruit structurellement au vieillissement"
Ca, c'est une vue de l'esprit winking smiley


ohh que non Thomas, tu n'as pas du rencontrer encore ce que cela signifie. Tu comprendras mieux le jour où tu croiseras un vin bouffé par les bretts.
#40

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 973
  • Remerciements reçus 153

mauss.th a répondu au sujet : Considérations sur l'acidité volatile

Permettez moi de rajouter une chose sur cette discussion:

Je regrette qu'elle ne se fasse qu'ici et non pas autour d'une table garnie de victuailles et de verres de vin :)

Thomas
Mon profil vivino
#41

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 973
  • Remerciements reçus 153

mauss.th a répondu au sujet : Considérations sur l'acidité volatile

Je n'ai pas de lien d'études, pas sur que ce soit online.

Mais en allant ici par exemple (j'ai cherché 30 sec sur google), tu pourras lire:

"Calcaire : roche sédimentaire alcaline, qui favorise la production de raisin au taux d’acidité relativement élevé, comme dans la Loire (Pouilly-Fumé…). On en trouve également au Chili et en Afrique du Nord."

Les sols calcaire ont moins de potassium, ce qui implique plus d'acidité (ne me demande pas pourquoi...). Au niveau du salé, je crois qu'aucune démonstration n'a été faite, aussi te dirais-je que c'est basé sur mon expérience personnelle et les commentaires de consultants réputés.

"justement non. une volatile en support, ça apporte, ça ne dénature pas. "

C'est ce que tu avances car tu apprécies la volatile à un petit niveau! Faut prendre un peu de recul et considérer les gens qui apprécient les bretts à petits niveaux, et qui soutiendront que, à faible dose, cela amène de la complexité au vin!! Ils n'auront pas plus tort que toi, leur avis ne sera pas moins glorieux que le tien.
A un moment il faut être clair, les principaux défauts du vins sont connus:

- le bouchon,
- les bretts,
- le manque de maturité et le côté poivron vert des cabernets par exemple,
- la piqure acétique dû à l'acidité volatile.

Ce n'est pas parceque toi tu apprécies un peu de volatile que cela en fait un défaut moindre.
Je t'accorde que les bretts dénaturent plus le vin que la volatile, mais là ENCORE, chacun sera libre de dire que ce n'est qu'une question de dosage.

"ohh que non Thomas, tu n'as pas du rencontrer encore ce que cela signifie. Tu comprendras mieux le jour où tu croiseras un vin bouffé par les bretts."

On avait déjà eu ce débat, et Eric B. était intervenu pour dire qu'il avait également ressenti ce que toi tu ressentais, mais que pour autant ce n'était pas systématique. De mon côté, je t'avoue n'avoir jamais gouté à un vin bretté qui avait évolué 20 ans. Donc l'action des bretts sur très longue durée, je n'ai pas de repères personnels. Mais si tu as un lien ou une étude, je suis moi aussi preneur.

Thomas
Mon profil vivino
#42

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5529
  • Remerciements reçus 161

sly14 a répondu au sujet : Considérations sur l'acidité volatile

"Les sols calcaire ont moins de potassium, ce qui implique plus d'acidité (ne me demande pas pourquoi...). Au niveau du salé, je crois qu'aucune démonstration n'a été faite, aussi te dirais-je que c'est basé sur mon expérience personnelle et les commentaires de consultants réputés."

Où comment raconter une histoire!

On revient sur : lapassionduvin.com/p...

Débat long et passionnant.

Sylvain
#43

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4277
  • Remerciements reçus 45

o_g a répondu au sujet : Considérations sur l'acidité volatile

A un moment il faut être clair, les principaux défauts du vins sont connus:

- le bouchon,
- les bretts,
- le manque de maturité et le côté poivron vert des cabernets par exemple,
- la piqure acétique dû à l'acidité volatile.


Thomas, je suis un peu gêné par cette liste malgré la conviction que tu sembles y mettre. Sont-ce les défauts selon toi ou sinon selon qui d'autre ? Qu'est-ce qui te fait dire qu'une caractéristique est un défaut ? Un excès de maturité ne serait pas un défaut non plus que l'excès d'extraction ou de boisé mais un manque de maturité oui ? Bref je me perds un peu. Ce me semble être une liste très subjective. En tous cas je n'en ferai pas mon missel.

Olivier
#44

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19931
  • Remerciements reçus 593

enzo daviolo a répondu au sujet : Considérations sur l'acidité volatile

Les sols calcaire ont moins de potassium, ce qui implique plus d'acidité (ne me demande pas pourquoi...). Au niveau du salé, je crois qu'aucune démonstration n'a été faite, aussi te dirais-je que c'est basé sur mon expérience personnelle et les commentaires de consultants réputés.

encore une fois, ce n'est pas aussi simple que cela tant le travail du vigneron à la vigne et à la cave impactent bien plus le style du vin que le simple Ph du sol, en cela à l'aveugle, je crois que tu t'es un peu avancé pour être capable de reconnaitre les sols calcaire à coup sûr. mieux vaut être humble en matière de dégustation à l'aveugle. ;)

C'est ce que tu avances car tu apprécies la volatile à un petit niveau!

pas du tout, demande à n'importe quel vigneron sudiste, rien à voir avec mon goût. et encore une fois parfois il y en a plus que les normes oenologiques et tu ne la sens pas, pourtant elle impacte positivmement la fraicheur du vin.

Faut prendre un peu de recul et considérer les gens qui apprécient les bretts à petits niveaux, et qui soutiendront que, à faible dose, cela amène de la complexité au vin!! Ils n'auront pas plus tort que toi, leur avis ne sera pas moins glorieux que le tien.

tu ne lis pas ce que je t'ai écrit. je ne remet pas en cause le fait que les gens puisse aimer des notes apportées par les bretts (moi même si c'est résiduel, je le supporte sans soucis sur les vins du sud, beaucoup moins sur ceux du nord), mais aucun vigneron ne prendra le risque en connaissance de cause de laisser des bretts se développer dans son moût car une faible quantité au départ peut avoir fait pas mal de dégâts au vieillissement (ou pas car ce n'est pas une science exacte, ça dépends de beaucoup d'autres paramètres). Donc comparer les bretts sur ce point à la volatile n'a pas de sens.
D'ailleurs, les deux sont parfois liés puisque les bretts font croitre l'acide acétique, c'est double peine :)

- la piqure acétique dû à l'acidité volatile.

Ce sont deux choses différentes. Dans le premier cas le vin est mort, c'est du vinaigre. Pas dans le second. mais je ne suis pas oenologue donc j'attends qu'agitateur vienne préciser les différences. :)

De mon côté, je t'avoue n'avoir jamais gouté à un vin bretté qui avait évolué 20 ans. Donc l'action des bretts sur très longue durée, je n'ai pas de repères personnels. Mais si tu as un lien ou une étude, je suis moi aussi preneur.

je te souhaite de rencontrer un vin très brettés (pas besoin d'attendre 20 ans parfois malheureusement), tu comprendras mieux.. Les études sur les effets néfastes des bretts pullulent sur le web mais comme il y a tout sur LPV autant faire un peu de lecture ici.
#45

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 973
  • Remerciements reçus 153

mauss.th a répondu au sujet : Considérations sur l'acidité volatile

Olivier,

La liste que je donne ne vient pas de moi. C'est plutôt la littérature sur le sujet, et ce sont sur ces défauts-ci que les œnologues se sont d'abord concentrés dans leur recherche. Aujourd'hui, tout est identifié: molécule responsable, origine, seuil de détection.
Mais il conviendrait, je te l'accorde, de définir ce qu'est un défaut. La je pompe ce que j'ai sous les yeux (ca ne vient donc pas de ma petite tête):
Caractéristiques d'un défaut:
- Masque Olfactif
- Perte du plaisir (dépend du sujet)
- Perception de l'odeur (dépend du sujet)
-> Rejet du produit.

Défauts olfactifs du vin:
- Défauts de maturité
- Altérations microbiennes (bretts...)
- Contamination exogène (bouchon...)
- Mauvaise pratiques oenologiques (oxydation, fermentations mal gérées...)

Je cite ici (j'espère en avoir le droit) les travaux de l'Institut des Sciences de la Vigne et du Vin à Bordeaux.

Laurent,

"en cela à l'aveugle, je crois que tu t'es un peu avancé pour être capable de reconnaitre les sols calcaire à coup sûr. mieux vaut être humble en matière de dégustation à l'aveugle."

Complètement HS, désolé. Je ne pensais pas du tout à cela et jamais je n'ai prétendu, ou même pensé, identifier les sols calcaires à l'aveugle. Je me demande comment tu as pu arriver à déduire cela...mon expérience personnelle ne veut pas (que) dire GJE.

J'entends et acquiesce ce que tu dis sur les bretts et la volonté des vignerons. Effectivement, l'effet boule de neige vient vite avec les bretts alors que je ne pense pas que la volatile évolue une fois le produit en bouteille. Il n'empêche que des consommateurs tiennent le même discours sur les bretts que toi sur la volatile. "A petite dose, j'aime bien". Et à mon sens, que des vignerons "du Sud" jouent avec la volatile ne légitime pas plus d'aimer la volatile que les bretts.

Des vins très brettés j'en ai rencontré, et bien plus que je ne l'aurais souhaité. Il n'y a pas si longtemps un 2nd cru de St Julien 2007 complètement flingué par les bretts. Il y a une semaine un Premier Cru 2009(!!) de Morey. Je ne m'étais pas concentré sur les tannins tellement c'était repoussant. Je le ferai la prochaine fois, promis.

Thomas
Mon profil vivino
#46

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19931
  • Remerciements reçus 593

enzo daviolo a répondu au sujet : Considérations sur l'acidité volatile

Aujourd'hui, tout est identifié: molécule responsable, origine, seuil de détection.

en matière de bretts, on est très loin de tout comprendre pour éradiquer les dégâts de cette levure, on progresse mais rien est acquis pleinement.

- Altérations microbiennes (bretts...)

c'est fou, comment peuvent-ils amalgamer un microbe et une levure? :S

Effectivement, l'effet boule de neige vient vite avec les bretts alors que je ne pense pas que la volatile évolue une fois le produit en bouteille.

la volatile évolue quand les bretts font effet, mais peut-être existe-t-il d'autres cas où elle évolue en bouteille, je n'en sais rien?

Et à mon sens, que des vignerons "du Sud" jouent avec la volatile ne légitime pas plus d'aimer la volatile que les bretts.

la différence majeure c'est que la volatile n'est pas un défaut en dessous de 0,9 g/L à peu près, alors que les bretts c'est un défaut et une contamination qu'aucun vigneron ne souhaite voir dépasser les très faibles quantités présentes dans tous les vins.

Je ne m'étais pas concentré sur les tannins tellement c'était repoussant. Je le ferai la prochaine fois, promis.

soit tannins asséchants et/ou amertume prononcée et/ou un côté gouache.
#47

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 973
  • Remerciements reçus 153

mauss.th a répondu au sujet : Considérations sur l'acidité volatile

On comprend tout de même pas mal de choses Laurent, et parait-il les dernières avancées dans les process d'osmose inverse permettrait d'éradiquer grandement les bretts (pas sur pour autant que le reste des éléments du vins n'en soit pas modifiés).

"c'est fou, comment peuvent-ils amalgamer un microbe et une levure?"
Peut être qu'un microbe amène la levure? Le problème, c'est ce que sécrète la levure, les phénols, pas la levure en soit, peut être pour cela qu'ils l'expriment ainsi (mais c'est un peu le débat de l'oeuf et la poule, dans le fond).

Les bretts ne sont pas non plus considérés comme un défaut jusqu'à un certain seuil...si les bretts sont physiquement présentes dans le vin, mais à une quantité telle qu'on ne les sent pas, on s'en fiche un peu, non? Comme la volatile.

Le seuil est cependant beaucoup plus bas car les molécules sont bien plus puissantes. On est dans l'ordre du micro gramme (400ug/l pour détecter).

Thomas
Mon profil vivino
#48

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19931
  • Remerciements reçus 593

enzo daviolo a répondu au sujet : Considérations sur l'acidité volatile

ah oui mais eradiquer les bretts, ça on sait faire, mais eradiquer sans déplumer le vin, ça pas encore. Et surtout, on sait limiter le developpement, mais pas complètement empêcher le développement (on sait juste ce qu'il faut éviter de faire, sans garanties à 100%).

Les bretts ne sont pas non plus considérés comme un défaut jusqu'à un certain seuil...si les bretts sont physiquement présentes dans le vin, mais à une quantité telle qu'on ne les sent pas, on s'en fiche un peu, non? Comme la volatile.

C'est un défaut quand les levures affectent le vin parce qu'elles (rien à voir avec un microbe mais bon) se développent et que leurs conséquences se perçoivent à la dégustation, sinon c'est comme si elles n'existaient pas (donc on s'en fiche en effet).
Alors qu'une volatile peut se percevoir sans être considéré comme un défaut (en dessous de 0,9 g/l).
#49

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 26011
  • Remerciements reçus 798

Luc Javaux a répondu au sujet : Considérations sur l'acidité volatile


- Altérations microbiennes (bretts...)

c'est fou, comment peuvent-ils amalgamer un microbe et une levure?


Peut-être parce qu'une levure est un microbe, c'est-à-dire un micro-organisme, c'est-à-dire un organisme vivant invisible à l’œil nu, qui ne peut être observé qu'à l'aide d'un microscope.
Parmi ces organismes, on distingue, entre autres, les bactéries et les champignons microscopiques que sont les levures.

Luc
#50

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 80980
  • Remerciements reçus 6426

oliv a répondu au sujet : Considérations sur l'acidité volatile

Discussion très intéressante sur l'acidité volatile que j'ai déplacée ici afin de ne pas surcharger la rubrique de L'Ermitage du Pic Saint Loup.

Merci à tous de corriger vos titres.

Oliv
#51

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5267
  • Remerciements reçus 2056

Frisette a répondu au sujet : Considérations sur l'acidité volatile

+1 avec Luc. Le terme "microbes" (pas très médical) comprend toutes sortes de micro organismes, parmi lesquels les levures (=champignons), mais aussi les virus, les bactéries...Il est donc normal que ceci soit amalgamé.

Flo (Florian) LPV Forez
#52

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3291
  • Remerciements reçus 202

whogshrog43 a répondu au sujet : Considérations sur l'acidité volatile

Non non les microbes sont les êtres vivants comme le dit luc et les virus n'ont pas cette caractéristique : respiration, nutrition, reproduction....voilà pourquoi les Virus ne sont pas classés avec les microbes.

Microbes = bactiéries + levures + moisissures, les virus sont à part (pas de respiration, ni nutrition et une reproduction non "autonome" si je puis dire...)

Le terme micro organisme est lui plus "mal" défini car selon les sources ils incluent virus ou pas.

Amicalement.
Nico
___________________________
Longue vie aux mangeurs d'étoiles...
20* : les vins de rêve / De 19,5 à 18* : les vins exceptionnels / De 17,5 à 16*: les vins excellents / De 15,5 à 13,5* : les bons vins / De 13 à 11,5* : les vins corrects / 11* et moins : les vins médiocres *A...
#53

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19931
  • Remerciements reçus 593

enzo daviolo a répondu au sujet : Considérations sur l'acidité volatile

Peut-être parce qu'une levure est un microbe, c'est-à-dire un micro-organisme, c'est-à-dire un organisme vivant invisible à l’œil nu, qui ne peut être observé qu'à l'aide d'un microscope.
Parmi ces organismes, on distingue, entre autres, les bactéries et les champignons microscopiques que sont les levures.


merci Luc, j'ai appris un truc.
#54

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 11448
  • Remerciements reçus 1520

jean-luc javaux a répondu au sujet : Considérations sur l'acidité volatile

voilà pourquoi les Virus ne sont pas classés avec les microbes.

C'est tout nouveau, cela???

jlj
#55

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3243
  • Remerciements reçus 492

agitateur a répondu au sujet : Considérations sur l'acidité volatile

Encore plus fun: la classification du prion.
#56

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3291
  • Remerciements reçus 202

whogshrog43 a répondu au sujet : Considérations sur l'acidité volatile

jean-luc javaux écrivait:
> voilà pourquoi les Virus ne sont pas classés
> avec les microbes.

>
> C'est tout nouveau, cela???
>
> jlj

Non depuis "toujours" pour moi (au moins 20 ans en tout cas dans mon métier...)

Amicalement.
Nico
___________________________
Longue vie aux mangeurs d'étoiles...
20* : les vins de rêve / De 19,5 à 18* : les vins exceptionnels / De 17,5 à 16*: les vins excellents / De 15,5 à 13,5* : les bons vins / De 13 à 11,5* : les vins corrects / 11* et moins : les vins médiocres *A...
#57

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 11448
  • Remerciements reçus 1520

jean-luc javaux a répondu au sujet : Considérations sur l'acidité volatile

whogshrog43 écrivait:
> jean-luc javaux écrivait:
>
>
> > voilà pourquoi les Virus ne sont pas classés
> > avec les microbes.

> >
> > C'est tout nouveau, cela???
> >
> > jlj
>
> Non depuis "toujours" pour moi (au moins 20 ans en
> tout cas dans mon métier...)

Je sais qu'il y a deux écoles et aussi que le virus a besoin d'un "hôte" extérieur pour se développer.
Mais pour moi ( depuis 35 ans :P ) la virologie a toujours fait partie de la microbiologie.
Les microbes regroupent donc bactéries, virus, parasites, champignons...
Mais on s'égare; Oliv n'en sortira plus de déplacer les digressions.

jlj
#58

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4277
  • Remerciements reçus 45

o_g a répondu au sujet : Considérations sur l'acidité volatile

Thomas, ta définition livresque des défauts ne me semble pas mal fichue du tout. Mais bis repetita placent (deux vermouths ne font jamais mal), beaucoup de défauts sont liés à la concentration et aux équilibres plus qu'à la présence ou absence d'une molécule (voire d'un microbe). Ainsi je pense que tout le monde s'accorde à dire que le goût de bouchon est un défaut, même s'il est tolérable en très faible quantité et si on a soif (on dit alors que le vin est liégeux), cependant il ne contribue jamais positivement au plaisir qu'on a à déguster un vin. De même dans mon expérience des bretts, même si je conçois que pour certains les odeurs de chambrées militaires ne soient pas un défaut, je n'ai jamais trouvé qu'ils apportaient un élément positif à un vin. En revanche, et toujours du point de vue de mon expérience, une pointe volatile peut contribuer à la complexité d'un vin, et relever l'ensemble tout en restant en dessous des concentrations trop évidentes.

C'est peut-être subjectif mais il me semble que beaucoup de monde s'accordera sur cette différence majeure entre goût de bouchon et volatile.

Rendez-vous est donc pris pour une discussion plus avancée autour de vins et d'un machon, avec grand plaisir.

Olivier
#59

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5267
  • Remerciements reçus 2056

Frisette a répondu au sujet : Considérations sur l'acidité volatile

Hé Nico, quand tu as la grippe, tu ne dis pas que tu as attrapé un "microbe"??? ;) Les Javaux ont raison! Je me joins donc aussi a Olivier pour nous retrouver tous autour d'un machon, afin de disserter sur la reproduction des protozoaires avec les brettanomyces en milieu acidoacetique! (:P)

Flo (Florian) LPV Forez
#60

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezVougeotjean-luc javauxCédric42120starbuck