Nous avons 809 invités et 22 inscrits en ligne

Domaine Philippe Chéron

  • Messages : 2522
  • Remerciements reçus 2

oenopol a créé le sujet : Domaine Philippe Chéron

Très peu d' info sur ce domaine ici ou sur le reste de la toile.
Philippe Chéron est l' ancien directeur technique du domaine Belland (mais lequel?!), il s' occupe de la propriété familiale depuis 2011.
Il s' agit d' un tout petit domaine d' à peine 5 hectares, les crus se répartissant sur les appellations Nuits Saint Georges, Vosne Romanée, Chambolle Musigny et
Clos de Vougeot, très vieilles vignes pour la plupart (2 hectares pour le seul clos Vougeot).
Si vous souhaitez en savoir plus sur la conduite du vignoble, des vinifications etc, C' EST ICI!

Amicalement,
Paul
#1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2522
  • Remerciements reçus 2

oenopol a répondu au sujet : CR: Philippe Chéron, Clos Vougeot 2007

CR: Clos Vougeot 07, Philippe Chéron

[size=small]Bouteille ouverte hier terminée ce soir, servie dans un grand verre à bourgogne[/size]
Robe d' un beau rouge sombre très lumineuse.
Le nez est envoûtant, sur la grenadine, la cerise et la menthe, quel pied! Le boisé épicé enrobe parfaitement le tout pour une sensation de douceur
malgré la puissance que dégage ce vin.
La bouche est plutôt fluide dans un registre plus terrien que sensuelle. Boisé un peu présent mais la cerise est omniprésente, ainsi qu' en milieu de bouche, des amers
(très bien intégrés, sinon je ne les aime pas) et des goûts de zeste d' orange. La longueur est correcte mais la rétro très parfumée reste très longtemps
dans le nez.

Un bien beau vin, difficile ce soir en dégustation pure, mais excellent hier avec le poulet au four. J' attend avec impatience vos réactions.

Amicalement,
Paul
#2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2522
  • Remerciements reçus 2

oenopol a répondu au sujet : Re: Philippe Chéron, Clos Vougeot 2007

En buvant le dernier verre ce soir avec un bon cigare (DAVIDOFF ANIVERSARIO No.2), le Clos Vougeot
perd toute son austérité. L' impression de croquer une cerise, déjà complexe mais pas tertiaire et toujours ses superbes
amers style écorce d' orange. Même la longueur a beaucoup progressé. SUPERBE, Plaisir++

Je retrouve le vin d' hier soir, je n' avais pas voulu pour autant à 19 heures trahir mon impression du moment. Un domaine que je vais suivre
de très près.

Amicalement,
Paul
#3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1395
  • Remerciements reçus 921

Super-Pingouin a répondu au sujet : CR:Le renouveau du Domaine Paul Misset / Chéron à Nuits Saint Georges et la dégustation du millésime 2015

[size=x-large]Le renouveau du Domaine Paul Misset / Chéron à Nuits Saint Georges et la dégustation du millésime 2015[/size]
Parce qu'il n'y a pas que des étiquettes en Bourgogne, mes camarades et moi continuons à arpenter les lieux moins connus ici. Et dans la famille découverte, je voudrais le domaine Paul Misset / Chéron. Il est compliqué de trouver les coordonnées et encore plus de la littérature en ligne sur le domaine. C'est finalement en passant par le site des vignobles Chéron que nous parvenons à contacter Philippe. Ouf un mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Nous avons rendez-vous à Nuits-saint-Georges, aucune inscription ne signale l'appartenance du lieu. Nous sommes devant un hangar grand ouvert sur des cuves en béton thermo-régulées. Monsieur Chéron nous y rejoint.
[size=x-large]Un peu d'histoire[/size]
Paul Misset est le grand-père d’Yves et Philippe Chéron. Le premier s'occupe de la partie Rhôdanienne lorsque le second a repris les rênes du domaine Bourguignon en 2010.
"Mon grand-père était cassissier à Dijon. Il a voulu diversifier les activités et a acheté des vignes de Clos Vougeot en 1937. La parcelle était louée et nous avons récupéré la moitié de la récolte pendant près de 60 ans. Au début des années 1990, nous rachetons d'autres vignes. En 1994 nous commençons à vinifier et nous récupérons la location. Nous menons en parallèle l'exploitation dans la Vallée du Rhône. Je récupère le domaine complètement en 2010. J'ai réappris le métier de vigneron après avoir été éloigné du terrain pendant longtemps. Nous avons 5,5ha dont 2 sur Clos Vougeot. Une grande partie part au négoce. Pour le reste, nous avons Vosne, Chambolle et Nuits-Saint-Georges.
[size=x-large]L'importance du lieu dans la vinification[/size]
Philippe Chéron nous raconte le choix du bâtiment.
- C'est une des nombreuses cuveries qui étaient utilisées par des négociants. Ils ont délaissé celle-ci. Il était essentiel pour moi de pouvoir récupérer ces cuves thermorégulées en béton émaillé. Elles permettent des cuvaisons longues, un préfermentaire à froid - 12°C/13°C - pendant 10 jours. Vous apercevez également un pigeur mobile. Il me permet de ne pas trop extraire, même si le chapeau est parfois dur. La macération dure 1 à 2 semaines. Et je laisse décanter pendant presque 15 jours. Je procède ensuite à l'entonnage et direction la cave. Le vin est presque clair. Je remets quelques lies.
- Quelle est la durée de l'élevage?
- Au début, je n'ai pas eu de choix, il était court. Depuis 2014, il est un peu plus long, entre 14 et 16 mois. A mon arrivée, nous avions peu de futaille neuve, entre 15 et 20%. Depuis des crus tel Clos Vougeot atteignent 50%. Nous travaillons avec Rousseau, sur une chauffe basse, longue et lente.
[size=x-large]2015, le 5ème millésime depuis la reprise[/size]
"Il a fallu se réfreiner en 2015 pour ne rien faire. En 2014, il y a eu plus de choses à faire. J'ai notamment eu 10 jours de vinification de différence.
Philippe Chéron prélève sur ses tonneaux et nous entamons la dégustation des 2015

Gevrey Chambertin les Seuvrées
L'élevage est bien entendu encore perceptible. La rafle également. "Nous avons 50% de vendanges entières". Le fruit est éclatant. Ce n'est pas du tout austère. Ca commence bien :). B-

Gevrey Chambertin 1er cru Champonnet
"Nous avons récupéré cela d'un échange avec un autre domaine en 2013. J'avais une parcelle qui était attenante à leur bâtiment. Nous nous sommes accordés sur nos intérêts respectifs."
C'est calcaire, presque un peu caillouteux pour donner une dimension verticale. Et là encore, quel fruit! J'apprécie décidément les préfermentations à froid bien réussies. C'est de la dentelle, c'est subtil. TB-
"Les raisins sont entièrement égrappés. Je ne cherche pas systématiquement la vendange entière mais j'en conservais auparavant 50% pour cette cuvée. C'était une erreur, je n'avais pas encore compris le terroir."

Nous continuons.
Vosne Romanée les Barreaux
Un vin gourmand, de la fraise avant sa juste maturité. C'est droit, finement acidulé. Comme un écrasé de fruits rouges vifs: groseille, framboise, cerise jeune. Je décèle même du pamplemousse, entre douce amertume et tension. "C'est également 100% égrappé. J'ai fait des essais. Il ne faut vraiment pas mettre rafle." TB

Chambolle Musigny les Quarantes Ouvrées
"Il s'agit de la réunion de 12 parcelles sur 9 climats. Le total de 9 des parcelles fait moins d'un hectare."
Une explosion de fruits en première partie de bouche. La seconde fut moins marquante, la partie de mes notes qui y est relative a disparu :D.

Chambolle Musigny Clos de l'Orme
Appellation village située en dessous de Charmes. 50% de VE.
La verdeur et l'élevage sont présents mais il subsiste cette ligne directrice sur la gourmandise avec l'impression de croquer de petites baies. Des notes salines viennent apporter de la complexité. B+

"Le millésime est très expressif. Le travail le plus important est celui des raisins, pas celui de la vinification."

Chambolle Musigny les Condemennes
"Parcelle comparativement plus proche de Vougeot, elle se trouve également sous un 1er cru. La vendange entière a pas mal tourné sur cette cuvée."
Il y a effectivement un petit supplément d'allonge, toujours des ce panier fruitier. La finale verdit légèrement. B+

Clos Vougeot grand cru
"Je monte à 75% de vendanges entières car je rentre les raisins souhaités. J'ai un passage où je ne retiens que les petits fruits et les ceps les plus proches des Echezeaux. Avec des petites cuves en hauteur, cela fait beaucoup de matière solide. Nous travaillons d'abord le jus. Il nous arrive de fouler au pied et à la main pour des extractions lentes. »
Beaucoup de fruits, d’amplitude et une sacré épaisseur. Quelques épices soutiennent le tout. TB- Un grand potentiel.

- Quels rendements avez-vous en général?
- Nous avons beaucoup de vieilles vignes. En 2015 cela chute en de nombreux endroits. -25% -30% sur Vougeot et Vosne. En principe les vignes, majoritairement plantées entre 1945 et 1946 ne bougent que peu. Sauf en 2015, 30hl au lieu des presque 40 usuels.
Sur les Gevreys, 35-36 hl est un bon niveau.
[size=x-large]La suite en bouteille et la protection du vin[/size]
Chambolle Musigny Clos de l'Orme 2014
"La mise sera faite dans une dizaine de jours. J'ai prélevé les bouteilles que vous voyez pour les Grands Jours. Pour l'essentiel, nous avons recours au camion d'un prestataire. Ce qui oblige à concentrer la mise."
Une matière et une attaque délicates. De la chair. Du cassis, de la fraise. La rafle est moins perceptible, la salinité également. Cela reste bon. B+
- Dans quelle proportion protégez-vous vos vins?
- J'utilise peu de SO2 aux vendanges. Ce n'était pas le cas avant. Ca a changé avec l'oenologue. Nous travaillons avec Sylvain Pataille. Il est moins interventionniste. J'en remets en Juillet/Août suivant puis progressivement à chaque soutirage.

Vosne Romanée les Barreaux 2014
"Il nécessite une dernière filtration."
La tenue est moins aérienne mais reste bonne. Un léger amer et toujours de la finesse. B+/TB-
- Et en terme de CO2?
- Le Clos de l'Orme est souvent celui qui en a le moins, aux alentours de 500 lorsque les autres tournent autour de 800 pour le moment.

Gevrey 1er cru Champonnet 2014
"Le vin fait un passage prolongé sur lies. Sur 2015, le degré d'alcool atteint 14,5°C. Nous avons du acidifier très légèrement; pas sur les autres cuvées. 2014 est plus équilibré de ce point de vue."
La trame est plus serrée. Le vin est puissant mais il conserve une colonne fruitée. B+/TB-

Clos Vougeot grand cru 2014
Des saveurs de bonbon berlingot, de framboise, de groseille. Des tannins très présents confèrent ici une énorme matière. L’ensemble glisse pourtant déjà sur le papilles. Cela mériterait quelques années encore afin de polir le tout. TB-
« Je me permets de pousser Vougeot plus loin que tous les autres vins. Il le supporte."

Chambolle Musigny Clos de l'Orme 2013
« Une partie de la récolte part au négoce. Les négociants amènent d’ailleurs leurs fûts et je les garde pendant 3-4 mois. Cela permet de goûter sur différents bois et de se faire une idée. »
Le nez est plutôt élégant. La bouche est droite, plus austère mais elle demeure bonne. La finale est appétante et elle se prolonge quelques secondes. B 2014 risque de dépasser 2013.

Vosne Romanée les Barreaux 2013
Un nez ouvert sur la fleur de sureau, des herbes séchées. Le toucher est délicat, soyeux. La fin est salivante et plus saline. B+/TB-

Gevrey 1er cru Champonnet 2013
« La vigne est issue d’un échange avec Faiveley. Nous avions une vigne sur Nuits Saint Georges qui était attenante à leur bâtiment."
Un vin de milieu de bouche. De l’accroche, des épices, une gourmandise modérée. B
Je trouve le 2015 plus « pur » en terme d’expression.
C’est une vigne en tension. Nous avons fait une pièce de moins en 2015 et effectivement le résultat est un vin plus direct. Tenez, j’ai quelque chose d’un peu plus ancien

Vin inconnu
« Cela précède mon arrivée. Le style est moins poussé, la cuvaison est plus courte. »
Le nez n’en est pas moins évolué, avec un peu de complexité. La bouche est confite, vive et fraîche. B+ Chambolle Musigny 2001. Je vois camarade Nol acquiescer son contentement ;).
[size=x-large]Comment menez-vous vos travaux dans la vigne?[/size]
Une fois n’est pas coutume, nous abordons la question en fin de dégustation.
Je travaille beaucoup les sols. Je suis souvent sur mon tracteur. 2000 est la dernière année où nous avons désherbé les parcelles, à l’exception de Vosne. En ce qui concerne les travaux en vert, je rogne tardivement et haut. J’enlève les entre-coeurs. Il n’y a pas de gestes systématiques. Il faut chercher ceux adaptés à chaque terroir. La variété est grande. Nous avons des vignes de 30 ans, d’autres de 60 ans. Des terres en plaine ou en coteau.
Travaillez-vous en bio?
Non pas encore à 100%. Entre 80 et 90%. Nous n’utilisons pas d’insecticide, le cuivre et le soufre dès que possible pour le mildiou. Après il reste occasionnellement les traitements contre l’oïdium. En 2015 nous n’avons pas eu de mildiou. La pression de l’oïdium fut en revanche forte. Il a fallu utiliser le souffre dans de bonnes conditions. A plus de 20°C, il brûle les raisins.
Un grand merci Monsieur Chéron pour le moment que vous nous avez consacré.

Une bien belle découverte. Ce qui a frappé mes camarades et moi, c'est l'évolution très rapide du domaine avec les choix de son géniteur. Il ne considère rien comme acquis ni définitif. Il n’hésite pas non plus à se remettre en question. On a notamment goûté la disparition de la rafle sur le Gevrey 1er cru. On a également goûté les idées plus poussées sur le Clos Vougeot. La qualité et l'appréciation du domaine augmente à vitesse grand V à chaque millésime. C’est certain, des pépites à suivre, il en reste en Bourgogne. Celui de Philippe Chéron fait assurément partie de cette classe.

HD
#4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1395
  • Remerciements reçus 921

Super-Pingouin a répondu au sujet : CR: Le renouveau du Domaine Paul Misset / Chéron à Nuits Saint Georges et la dégustation du millésime 2015

Si un administrateur passe par ici, le domaine porte le nom du grand-père: Paul Misset. Serait-il possible de l'insérer dans le nom du topic ? Merci ;)

HD
#5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1381
  • Remerciements reçus 206

jclqu a répondu au sujet : Le renouveau du Domaine Paul Misset / Chéron à Nuits Saint Georges et la dégustation du millésime 2015

(tu) Super CR, merci.
C'est toujours sur le même périple ?
(vous avez écumé combien de domaines ? :D)

JC
LPV Lutèce
#6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1689
  • Remerciements reçus 429

Psylo a répondu au sujet : Re: Domaine Philippe Chéron

Très beau CR comme d'habitude

Pour avoir bu un VR Barreaux 2010 je peux confirmer que ce domaine frise avec l'excellence
Hâte de boire les nouveaux millésimes

Samuel
#7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1395
  • Remerciements reçus 921

Super-Pingouin a répondu au sujet : Re: Le renouveau du Domaine Paul Misset / Chéron à Nuits Saint Georges et la dégustation du millésime 2015

jclqu écrivait:
> (tu) Super CR, merci.
> C'est toujours sur le même périple ?
> (vous avez écumé combien de domaines ? :D)

Il m'en reste au moins 2 à écrire, peut-être 3 si j'ai le courage ;)

HD
#8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 424
  • Remerciements reçus 723

Nol a répondu au sujet : CR: Domaine Philippe Chéron

Bonsoir,

Je me permets d’ajouter ces quelques notes (il manque quelques cuvées pour lesquelles je n’ai rien noté, sans doute un petit coup de mou dans une journée chargée….) au, comme toujours, super CR de SP.

Gevrey Chambertin Les Seuvrées 2015
Sur les fruits noirs, tonalité assez sombre, la rafle est présente, l’élévage aussi. Contrairement à SP, je l’ai trouvé un peu austère, mais c’est profond. B

Gevrey Chambertin 1er cru Champonnet 2015
On a d’abord beaucoup de fruits et puis en-dessous une trame plus froide, minérale. Le résultat est très beau : le fruit donne de la rondeur et de la largeur, la minéralité de la verticalité. Matière très soyeuse. Bref, j’ai beaucoup aimé ce vin.. TB

Vosne Romanée Les Barreaux 2015
Sur les fruits rouges frais, la matière est fine, fraîche et acidulée, le vin reste en haut de la bouche avec une belle finale. Très digeste, difficile à cracher… Il y a du rab ? TB+

Chambolle Musigny Les Quarante Ouvrées 2015
Là encore beaucoup de fruit, plus enrobé que le Vosne, avec de la rondeur, mais moins de peps. B++

Chambolle Musigny Clos de l’Orme 2015
Toujours du fruit, mais le vin semble moins en place, l’élevage est perceptibe, un peu de verdeur ; comme SP, j’ai noté « salinité ». B

Clos Vougeot 2015
Pour moi difficile à apprécier à ce stade, même si le potentiel semble grand. Fruits noirs, épcies, très grosse matière qui envahit le palais ; c’est du costaud !

Vosne Romanée Les Barreaux 2014
Le fruit est un peu moins éclatant que sur le 2015, mais on retrouve la matière fine et soyeuse. Là encore haute buvabilité ! TB-

Gevrey Chambertin 1er cru Champonnet 2014
Fruits noirs, grosse matière, c’est un peu austère, un poil astringent en final, mais il y a du vin là-dedans ! A attendre sereinement ; B+ aujourd’hui, TB pour le potentiel

Chambolle Musigny Clos de l’Orme 2013
Très beau nez sur les fruits frais ; la bouche est moins charmeuse, on dira que c’est droit à la limite de la dureté… TB- pour le nez, B- pour la bouche

Vosne Romanée Les Barreaux 2013
Au nez, le fruit est un peu plus discret que sur le Chambolle, mais il y a davantage complexité, avec des épices et un côté herbes séchées (et non je n’ai pas copié sur SP, c’est écrit sur le petit carnet…). En bouche, on retrouve les caractéristiques du 2014 et du 2015 : l’acidité qui donne de la fraîcheur, le soyeux de la matière, avec en plus une touche saline. Je vote Vosne Romanée Les Barreaux ! TB+

Gevrey Chambertin 1er cru Champonnet 2013
Le contraste est important avec le Vosne : c’est assez austère, puissant, les tanins se font sentir. Pas très séducteur... Sur cette cuvée, le saut qualitatif depuis 2013 est assez saisissant ! B-

Chambolle Musigny 2001 (à l’aveugle)
Le fruit est encore bien présent, des épices, la vin a encore de la fraîcheur et du peps. C’est bon ! B+ / TB-

En bref, la découverte d’un beau domaine et la rencontre d’un vigneron particulièrement attachant.

Paul
#9

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 301
  • Remerciements reçus 145

No Sport a répondu au sujet : Domaine Philippe Chéron / Paul Misset

J'ai un Clos Vougeot 1993 de Paul Misset qui s'est oublié dans ma cave et que j'ai retrouvé récemment.

A cet égard le CR de Super Pingouin m'étonne puisqu'il relate qu'ils ont commencé à vinifier en 1995 :?
#10

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 424
  • Remerciements reçus 723

Nol a répondu au sujet : Domaine Philippe Chéron / Paul Misset

L'ami SP écrit dans son CR en citant Philippe Chéron : "Mon grand-père (Paul Misset) était cassissier à Dijon. Il a voulu diversifier les activités et a acheté des vignes de Clos Vougeot en 1937. La parcelle était louée et nous avons récupéré la moitié de la récolte pendant près de 60 ans. Au début des années 1990, nous rachetons d'autres vignes. En 1994 nous commençons à vinifier et nous récupérons la location".
Donc, depuis 1994, ils commencent à vinifier les vignes acquises au début des années 1990. S'agissant du clos Vougeot, ils vinifient la moitié de la récolte depuis la fin des années 30. C'est ainsi que je l'avais compris lors de la visite au domaine. Il est donc logique de trouver du Clos Vougeot Paul Misset 1993
Bonne dégustation
Paul
#11
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: No Sport

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 301
  • Remerciements reçus 145

No Sport a répondu au sujet : Domaine Philippe Chéron

CR: Clos Vougeot 1993 - Paul Misset

Eh bien voilà, je l'ai ouvert ce vieux Clos avec pas mal d’appréhensions, compte tenu de l'âge, de l'origine (vin de négoce) et du bouchon complétement imbibé.

Au final, un vin, à la robe un peu trouble, qui a passé son apogée mais qui délivre encore des arômes de fruits noirs qui couvrent les arômes tertiaires (humus, champignon, notes balsamiques). C'était pas mal du tout pour un vin de 24 ans...
#12

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1395
  • Remerciements reçus 921

Super-Pingouin a répondu au sujet : CR: 2016 au Domaine Philippe Chéron

De retour chez Philippe Chéron pour le millésime 2016


Nous voici de retour à Nuits-Saint-Georges. Mes comparses et moi souhaitions cette année encore continuer à suivre le renouveau du domaine. Les changements constatés en 3 millésimes sont tellement flagrant que nous voulions valider sur une année plus difficile la trajectoire prise. Pour reprendre camarade Nol :"Philippe Chéron est un type génial. J'ai une grande sympathie pour lui. Il est le seul vigneron à te faire visiter d'en haut ses cuves en fin de fermentation, à te faire goûter ses moûts, etc. Et les progrès entre 2013 et 2015 sont saisissants." L'effet allait-il retomber comme un soufflé et nos visites futures dans la région passer leur chemin?


Comment se présente 2017 par rapport à 2016?


La question pour mettre les vignerons dans les bonnes conditions :) :
- Vous devez être soulagé avec les volumes en 2017?
- Nous arrivons à 36-38 hl. Nous faisons 16 à beaucoup d'endroits en 2016... 2017 s'est présenté avec un déficit d'anthocyanes. Les peaux étaient épaisses et difficilement extractibles.

Chambolle Musigny, les 40 ouvrées 2017
Oui, oui, vous avez bien lu l'année. Une visite chez Philippe Chéron est toujours didactique. Il s'agit de la deuxième année où il nous fait le privilège de goûter le millésime tout juste sorti.
"Il faut prendre en considération que la malo n'est pas encore faite. Elle se fait rarement avant le Printemps."
SP: Beaucoup de fruits rouges, sur la groseille, la fraise, la mûre et ce, dès l'attaque. Il y a un trait de verdeur, de pomme verte lié à l'absence de malo.AB+/B-
OG: Grenadine, fraise, groseille, un fruité éclatant sur ce vin tout bébé qui ressemble encore à un excellent jus de fruits. C’est très agréable et on apprécie l’exercice de goûter les vins en cours de fermentation ou les ayant juste finies lors de nos visites au domaine.

- Sur les années plus maigres en alcool, chaptalisez-vous vos cuvées?
- Jusqu'à 7/10ème maximum, pour atteindre une moyenne à 13°. Sur Vougeot, je ne le fais pas en revanche. Il y a suffisamment de matière et de maturité. Au regard de la bonne tenue de 2017, je n'aurai pas besoin de sulfiter tout de suite.
- Pouvez-vous nous rappeler le début de votre vinification? Vous nous avez raconté tenir à reprendre un site avec des cuves thermorégulées pour commencer la fermentation à froid.
- C'est important pour moi. La fermentation dure de 20 à 30 jours. Je déguste avant de prendre la décision de presser. J'attends que la bouche s'arrondisse.
- Des pigeages peut-être?
- Non, seulement des remontage. Et je tâche d'être plus doux à la fin.
- Depuis que nous vous connaissons et même si cela est récent, nous avons pu constater des changements importants dans le style de vos vins, vers des choses plus aimables sans qu'elles soient dénuées de fond. Nous avons notamment la trajectoire prise par les Champonnet. Avez-vous changé quelque chose cette année?
- Je goûte beaucoup plus tard qu'auparavant. Je me freine. J'attends pratiquement que la fermentation se termine avant de "connaître" le vin. Ca m'évite de vouloir intervenir trop tôt.
- Et dans les vignes?
- Nous portons une attention supplémentaire encore aux pieds. Nous effeuillons un peu plus. Nous regardons et corrigeons éventuellement la répartition de la charge d'un cep. Sur Gevrey, elle était plus forte en 2017 qu'habituellement.


2016, une année à maturité élevée?


Une partie d'entre-nous avait déjà pu goûter 2016 l'an passé. Les vins étaient plutôt durs, taniques. Ils avaient pu susciter la perplexité de quelques-uns. Comment ont-ils évolués un an plus tard?

Gevrey chambertin les Seuvrées
SP: Un nez fruité, aérien et épicé. La bouche reprend la même même attaque gourmande et elle poursuit la partition avec un fond confit et des petites baies. La finale est un peu plus sévère. Il existe un socle de matière sèche qui subsiste une fois la gorgée passée. Cette entame du millésime 2016 ne laisse pas du tout penser à une année maigre. B
OG: Le nez est en retrait. On a des arômes de fruits noirs fermentés.

- Comme pour beaucoup dans la région, vous avez du avoir du gel.
- Tout Chambolle Musigny a souffert, à l'exception de Charmes.
- Nous sentons une pointe asséchante en finale. De la vendange entière peut-être?
- Oui, il y en a 50%.
- La matière est plutôt présente pour un millésime que l'on aurait pu penser plus frêle.
- Il y avait beaucoup de choses dès le départ. La couleur par exemple s'est faite simplement. Nous avons moins pigé.


Vosne les Barreaux
"Une parcelle en haut de côteau. Elle est entourée des Petits Monts, des Brûlées, de Cros Parentoux et de Richebourg."
SP: Des fraises, des cerises juteuses mais un registre surtout floral et élégant avec de la violette notamment. C'est droit, long, structuré avec matière fine mais consistante. TB Nous partageons notre appréciation sur ce cru que nous sommes quelques uns à préférer chaque annnée.
OG: Le nez est élégant, floral est très accessible. La bouche est rectiligne, propose une belle allonge. On a ici un très bel exemple de pinot bien net sur la finesse.

- Une cuvée toujours aussi plaisante dans sa verticalité et sa finesse.
- Nous sommes 100% égrappé ici.
- Nous allons goûter le Chambolle. Compte tenu des rendements, j'ai fait un assemblage. 15 hl/ha, nous ne faisons que 12 pièces.

Chambolle Musigny
SP: Un nez plutôt kirché. La gourmandise en attaque laisse vite place à une certaine austérité. L'ensemble est assez puissant.B-

- Le chambolle continue à montrer que 2016 est assez mûr en fait.
- Nous avons certes eu un mois de décalage dans la vendange par rapport à 2015 mais la charge était plus faible. La vinification fut plus rapide d'une semaine environ. Et nous avons effectivement ce registre de fruits noirs. 2016 ne fait que 0,5 degrés de moins que 2015.

Gevrey Chambertin 1er cru Champonnet
SP: Il y a ici un sucroît de matière, une expression de fruits rouges plus grande. Quelques notes métalliques et une fin de bouche noire et épicées. Un vin plus mûr que le 2015 de mon souvenir. B+/TB-

- Nous sommes dans une partie moins profonde de la cave. Et elle semble avoir été débarassée des objets inutiles.
- Oui je compte utiliser cet espace. Cela évitera de descendre un niveau. Je vais vous faire goûter quelque chose de nouveau:

Nuits Saint-Georges 1er cru Aux Murgers
" Nous avons 21 ares. Il s'agit de vignes de mon grand-père que nous avons récupérées après 20 ans avec une petite parcelle de Vougeot. Les vignes sont très vieilles. Il y a beaucoup de manquants. Nous faisons 2 pièces en 2016 et 3 en 2017. Le sol ne respire pas. Cela va être un travail de 3 à 4 ans. Il y a 100% de VE."
SP: Le nez est evanescent, épicé. Le registre gustatif penche vers l'aubépine, la violette et la rose. La conclusion se présente sur la pointe de la langue et donne l'impression de tomber. L'ensemble persiste néanmoins. Le palais est net et le pourtour de bouche conserve les épices.B-
OG: Nez portant une puissance de fruits noirs et en retrait des touches florales. La bouche offre du fruité, de la puissance et des épices en finale. Effet waouh.

Clos Vougeot Grand Cru
"100% VE, 50% de fûts neufs."
SP: Le vin est dense dans le volume entourant la langue. C'est épicé et chaleureux... mais la finale est bien plus aimable que les millésimes précédents. Il y a beaucoup de tanins et on devine la VE mais c'est enrobé. TB-/TB
OG: Aromes complexes de fruits rouges et noirs. La bouche offre un déroulé débutant par une entrée fruitée, suivis par un équilibre entre tension et puissance un peu sauvage, et une finale aux tannins très fins.
"J'essaie de travailler la finale. Je pige beaucoup moins que sur les autres vins. Je ne m'interdis surtout pas d'évoluer. J'ai compris qu'il fallait que le vin commence à s'arrondir dès la cuve. Il ne le fera pas après entonnage. J'attends donc un peu plus."
Ah bah flûte alors, moi qui ne m'attardais pas trop sur le Clos Vougeot en raison de sa puissance et ses tanins plutôt rèches et anguleux, 2016 commence à instiller un doute.


La distribution du domaine


Il faut croire que la notoriété du domaine grandit.
- J'ai aperçu vos vins chez un caviste à Deauville. Je ne m'y attendais pas.
- Je me suis regroupé avec d'autres domaines et nous sommes représentés par quelques agents. Leur réseau est assez étendu. Et la communauté des moyens a l'immense avantage pour les clients d'avoir de la diversité, et pas seulement quelques domaines.
- J'ai reçu un groupe chinois il y a quelques jours. J'ai quelques extras qui me restent si vous avez le temps.
- Nous sommes en retard mais votre confrère comprendra :)

Clos Vougeot Grand Cru 2014
SP: Un nez sur l'alcool. Il y a beaucoup de matière. Les tanins sont très présents et ils demandent à s'arrondir.
OG: Structure acide/fermentaire qui écrase le fruit et la matière. Et pourtant on a l’impression que cet aspect peu aimable cache de belles choses qui restent hélas trop en retrait. Assez peu à mon goût sur cet essai.

Clos Vougeot Grand Cru 2002
SP: Un nez champignonneux. Une matière évoluée et plus fluette. De la fraise de pot pourri et des épices qui arrivent au galop.
OG: Peu de notes. Un vin qui a dépassé son apogée depuis trop longtemps.

- C'est un peu plus rude que 2016.
- J'essaie de travailler les lies pour apporter du gras. J'ai fait quelques essais de bâtonnage. Ce n'était pas concluant. Comme évoqué, le travail se fait en haut, dans la cuverie. Il s'agit de ne pas avoir cette dureté dès le départ. Je fais une macération plus douce et je ne décuve pas tant que l'ensemble ne s'est pas arrondi.


L'ensemble du groupe est sorti ravi de cette dégustation tant les 2016 se sont rendus plus aimables. J'ai même pu saisir un "Ah ouais, je kiffe." d'ami AntoineM qui nous précisera la cuvée s'il passe par ici :). La dynamique dans l'évolution et l'amélioration ne s'épuise pas chez Philippe Chéron. Chaque année nous constatons les progrès accomplis. Notre hôte ne se fige pas dans une vérité de l'instant. Il tente, expérimente et sait reconnaître dans ses vins les traits qui peuvent apparaître moins avenants. Il s'adapte à chacun de ses crus sans appliquer une formule universelle. C'est toute la qualité de ce vigneron à l'esprit finalement très jeune et volontaire. Vivement la dégustation complète de 2017 !

HD
#13
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Frisette

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 424
  • Remerciements reçus 723

Nol a répondu au sujet : LPV75 de retour au Domaine Philippe Chéron pour les millésimes 2017... et 2018

CR:

C’est avec un très grand plaisir que, pour la troisième année consécutive, nous nous rendons chez Philippe Chéron, à Nuits-Saint-Georges. Pour moi, c’est notre découverte n° 1 de ces dernières années (merci SP), bien évidemment pour les vins, mais aussi pour la personnalité particulièrement attachante et (très) légèrement décalée de ce vigneron si sympathique.
Il y a eu quelques changements dans les grands locaux situés en plein coeur de NSG et qui appartenaient auparavant à un gros négociant : de nouvelles cuves, une nouvelle ouverture pour faciliter l’arrivée de la vendange, des caves (sur plusieurs niveaux) rénovées. Comme de nombreux vignerons, Philippe Chéron à le sourire : après le très difficile millésime 2016 marqué par le gel (16 hl/ha sur la plupart des crus), 2017 marquait déjà un certain retour à la normale (36/38 hl/ha) ; 2018 fait encore mieux puisque l’on dépasse légèrement les 40 hl/ha.



« Voulez-vous descendre dans la cave du bas pour goûter le millésime 2018 avant d’attaquer 2017 » ? Volontiers ! Et c’est parti pour une longue dégustation….

Le millésime 2018 :



Bien évidemment, il ne s’agit là que de brèves impressions de dégustation, car il est bien difficile de se faire une idée sur des « vins » aussi jeunes, avant la malo et où il faut donc essayer de faire abstraction des notes de pomme assez présentes sur certaines cuvées….

Gevrey-Chambertin Les Seuvrées (50 % VE) :
Nez assez floral, en bouche une sensation de fruits compotés ; l’acidité ressentie semble assez basse.

Vosne-Romanée Les Barreaux (égrappé) :
Jolies notes de framboise au nez, bouche fraîche et « dynamique » avec une belle acidité.

Chambolle-Musigny Les Quarante Ouvrées (égrappé) :
Au nez, la pomme est assez présente, derrière on a quelques notes de fruits rouges ; la bouche est ronde, mais avec en finale une acidité assez sensible.

Chambolle-Musigny Clos de l’Orme (50 % VE) :
Au nez, une sensation de confiture de fruits ; l’attaque en bouche est gourmande, ensuite c’est riche, avec des notes de fruits noirs ; la finale serre un peu.

Gevrey-Chambertin 1er cru Champonnet (égrappé) :
Au nez, j’ai trouvé que l’alcool était assez sensible, ça chauffe un peu ; en bouche, grosse matière, beaucoup de tanins et pas mal d’accroche.

Nuits-Saint-Georges 1er cru Aux Murgers (100 % VE) :
Nez sur les fruits noirs, puissant, avec une touche mentholée ; la bouche est dense, séveuse et tapissante ; la vendange entière semble parfaitement intégrée ; ça promet...



Nous attaquons maintenant le ou plutôt les Clos Vougeot. Le domaine possède en effet deux hectares sur ce GC dont une partie part au négoce. Il y a une parcelle en bas du Clos et deux en haut, la seconde ayant été récupérée par Philippe Chéron en 2016 (c’était un fermage). Sur ce millésime 2018, les 3 parcelles sont vinifiées séparément.

Clos Vougeot n° 1 (parcelle du bas, égrappé) :
Pas mal de pomme au nez, puis des fruits rouges ; en bouche, il y a du volume, pas mal d’acidité et un peu d’accroche, même si cela reste relativement « aimable ».

Clos Vougeot n° 2 (1re parcelle du haut, 100 % VE) :
Nez plus sombre, davantage sur les fruits noirs ; en bouche, c’est assez costaud, beaucoup d’accroche et une finale qui serre ; une boisson d’hommes, comme dirait l’autre…. Si j’ai bien compris, ce sont les vins issus de cette parcelle qui sont essentiellement destinés au négoce.

Clos Vougeot n° 3 (2nde parcelle du haut, égrappé) :
Le nez est proche du n° 1, sans la pomme et avec une petite note « terreuse » ; la bouche est ronde, charnue, avec des tanins présents, mais enrobés.

C’est sur ce Clos Vougeot que Philippe Chéron a le plus évolué récemment : les millésimes précédents que nous avions goûtés (2013 à 2016) étaient dans un style très « viril » (particulièrement 2013 et 2014, le changement était déjà sensible sur 2016), avec des vins très puissants, un peu durs et « bruts de décoffrage ». Les choses changent désormais, notamment avec de l’égrappage sur deux des trois parcelles.

Le millésime 2017 :



Gevrey-Chambertin Les Seuvrées :
Waouh !, ouch !, oulah ! sont les onomatopées qui jaillissent lorsque nous posons nos nez dans les verres : un fruit explosif, groseille, myrtille, framboise, avec une très légère note vanillée ; la bouche n’est pas en reste, « saturée » de fruits, avec une matière particulièrement soyeuse ; superbe : une cuvée que je n’ai jamais aussi bien goûtée (le fait d’être le 1er 2017 à « passer » après les 2018 explique peut-être un peu cet enthousiasme général) ; TB+ / Excellent -

Vosne-Romanée Les Barreaux :
Nez fin et délicat, moins explosif que le Gevrey, avec des fruits rouges (framboise, groseille, un peu de fraise) très légèrement épicés ; bouche tendue et précise, sur la longueur, matière soyeuse et délicate, longue finale où l’on retrouve quelques notes épicées. Ce Vosne est notre « chouchou » depuis le millésime 2013 et cela se confirme en 2017 ; Excellent

Chambolle-Musigny Les Quarante Ouvrées :
Nez un peu « froid », sur les fruits noirs ; la bouche est assez puissante, on retrouve les fruits noirs ; un vin davantage sur la largeur qui a tendance à rester un peu en bas de la bouche (nettement moins de « peps » que le Vosne) ; B-

Chambolle-Musigny Clos de l’Orme :
On retrouve la tonalité sur les fruits noirs du précédent, mais j’ai nettement préféré la bouche de celui-ci : beaucoup de volume, davantage de tension, un fruit très pur, c’est tapissant et salivant, avec une finale légèrement saline ; TB-

Gevrey-Chambertin 1er cru Champonnet :
Nez « sérieux », assez sombre et « froid » sur des notes de fruits noirs et de ronce ; la bouche est plus « claire », avec l’apparition de notes de fruits rouges et une acidité assez haute ; pas mal d’accroche jusqu’à une finale très aromatique avec quelques épices ; un vin que j’ai peut-être un peu moins bien goûté que sur 2015 et 2016 (et c’est surtout la 1re fois que j’ai préféré le village au 1er cru) ; B+

NSG 1er cru Aux Murgers :
Nez large et puissant, sur les fruits noirs très mûrs, un peu confiturés, beaucoup d’épices ; bouche très puissante, grosse matière : « ça envoie », mais avec un très bel équilibre, beaucoup de relance ; une touche mentholée, en raison sans doute de la vendange entière ; le vin ne « serre » pas du tout et la finale est très longue et persistante ; Excellent +

Clos Vougeot (assemblage des parcelles, 50 % VE) :
Au nez on est davantage sur les fruits rouges, c’est un peu vanillé et il me semble sentir une petite pointe d’alcool ; en bouche, on retrouve les fruits rouges, c’est puissant, mais il me semble moins que le NSG, il y a de l’accroche, mais c’est nettement plus aimable que 2013/2014 et même 2015 ; B+/TB-

Mais avec Philippe Chéron, une dégustation n’est jamais terminée… Si nous n’avions pas été attendus chez Guillaume Tardy, nous aurions eu droit à la totalité des 2016 (pour des notes de dégustations sur ce millésime, il y a un an : www.lapassionduvin.c... ) ! Nous en goûterons finalement deux, ainsi que quelques vins de millésimes antérieurs.

Les autres millésimes :

Gevrey-Chambertin Les Seuvrées 2016 :
Nez plutôt sur les fruits rouges, des épices (note de cannelle), mais aussi une légère sensation d’oxydation (bouteille ouverte depuis plusieurs jours) ; bouche aimable et assez soyeuse, avec un fruit un peu confit.

Gevrey-Chambertin 1er cru Champonnet 2016 :
Nez assez fermé, fruit en retrait, les épices en avant ; bouche très droite, dans un style assez austère, mais élégant ; on retrouve les épices en finale ; c’est encore très très jeune.

Gevrey-Chambertin 1er cru Champonnet 2014 :
Nez qui pinote bien et commence à évoluer, notes de ronce et de sous-bois ; en bouche, on est sur les fruits confiturés, voire légèrement « cuits » ; la finale serre encore un peu.

Gevrey-Chambertin 1er cru Champonnet 2013 :
Nez proche du précédent, un peu moins évolué, mais légèrement alcooleux ; la bouche est assez dure, ça serre beaucoup, la maturité semble assez basse, un peu d’astringence en finale.
Et Philippe Chéron, avec sa franchise et son humilité assez déconcertantes, de nous prendre à témoin : « vous voyez, la vendange entière, c’était une erreur sur ce climat ; maintenant j’ai compris, c’est tout égrappé et j’interviens moins ». Effectivement, le saut qualitatif sur les trois derniers millésimes est assez saisissant….

Clos Vougeot 2013 :
Nez un peu évolué, très épicé, des notes de ronce, de fruits un peu cuits et une pointe d’alcool ; à l’attaque en bouche, on a un beau fruit, encore assez frais ; ensuite c’est un peu dur, avec une finale qui « serre » encore ; c’est plus aimable que lorsque nous l’avions goûté il y a deux ans, mais il est préférable d’attendre encore un peu. Là aussi on voit bien l’évolution avec le millésime 2017.

Voilà, cela fait maintenant 2 h 30 que nous échangeons avec Philippe Chéron et nous n’avons pas vu le temps passer. Il nous reste à récupérer nos bouteilles de 2016 et surtout à saluer et remercier très chaleureusement Philippe Chéron pour son accueil, son incroyable gentillesse et sa simplicité. Pour des amateurs de la Bourgogne qui adorent aller à la rencontre des vignerons, Philippe Chéron est vraiment la perle rare. Vivement l’année prochaine !

Paul

Edit : un grand merci à SP pour les photos.
#14
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Super-Pingouin, lutembi, Jean-Loup Guerrin, o_g, Frisette, jclqu, LoneWD, Damien72, Fre, Kiravi

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 424
  • Remerciements reçus 723

Nol a répondu au sujet : LPV75 (re)goûte le millésime 2018 au Domaine Philippe Chéron

CR:
LPV75 (re)goûte le millésime 2018 au Domaine Philippe Chéron

Avec un peu de retard, nous reprenons le fil de notre dernière virée bourguignonne de la fin octobre. Après Vincent Dancer ( www.lapassionduvin.c... ), Antoine Jobard, Sébastien Caillat (domaine Lamy-Caillat : www.lapassionduvin.c... ) et Frédéric Lafarge ( www.lapassionduvin.c... ), nous terminons cette journée chargée chez Philippe Chéron, à Nuits-Saint-Georges. Je l’ai déjà mentionné à plusieurs reprises, mais Philippe Chéron est un vigneron que j’apprécie tout particulièrement, non seulement pour la qualité de ses vins, mais aussi pour sa personnalité particulièrement attachante.
Nous allons revenir sur le millésime 2018, relativement généreux (40 hl/ha), déjà goûté l’année dernière, mais tellement jeune (moins de deux mois après les vendanges) qu’il était bien difficile de se faire une idée précise.



Gevrey-Chambertin Les Seuvrées (50 % VE) :
Nez profond, sur les fruits noirs, légèrement fumé, avec une note vanillée. En bouche, le vin est dense, avec une matière bien mûre. Les tanins sont présents, avec une légère accroche dans les joues, mais de belle qualité. Le vin ne chauffe pas et il y a une belle acidité en finale.

Chambolle-Musigny Les Quarante Ouvrées (100 % égrappé) :
Très joli nez, très pur et séduisant, sur le coulis de fruits (framboise, mûre). La bouche est très soyeuse, avec, comme le Gevrey, un bel équilibre maturité (qui semble élevée) / acidité, mais avec un peu moins de puissance et davantage de finesse. Un très joli vin.

Chambolle-Musigny Clos de l’Orme (50 % VE) :
Le nez est plus retrait, avec un côté austère, marqué par des notes « minérales » (calcaire, caillou), davantage que par le fruit. La bouche est « noire » (fruits noirs, notes de fumée, de cendre), avec une grosse strucrure (il y a de l’accroche) et on retrouve ce côté « froid », minéral. Nettement moins séduisant en l’état que l’autre Chambolle, mais avec sans doute pas mal de fond.

Vosne-Romanée Les Barreaux (égrappé) :
Un village bien entouré (Petits Monts, Aux Brûlées, Crox Parentoux et Richebourgs) et qui a toujours été notre cuvée préférée depuis notre découverte du domaine (millésime 2013).
Nez fin et délicat, sur le coulis de fruits rouges et de petites notes florales. La bouche est longiligne, mais avec de la densité et beaucoup d’énergie. Longue finale fraîche et salivante. Un vin d’une grande élégance.

Gevrey-Chambertin 1er cru Champonnet (égrappé) :
Nez bien ouvert, séduisant, sur les petits fruits rouges bien mûrs (de la framboise, notamment). La bouche est superbe : c’est à la fois très concentré et aérien, la matière est soyeuse, les tanins enrobés. La maturité semble élevée, mais sans aucune sensation de chaleur, malgré les 14,5 °, et on retrouve cette belle acidité, presque « sucrée », qui n’agresse pas le palais mais permet d’allonger le vin et de lui donner de la fraîcheur. Le plus beau Champonnet que nous ayons goûté depuis le millésime 2013 (et le jour et la nuit par rapport au même 2018 goûté l’an passé).

Nuits-Saint-Georges 1er cru Aux Murgers (100 % VE) :
Nez sombre et puissant, sur les fruits noirs confiturés, avec cependant une petite note mentholée (VE ?) qui apporte de la fraîcheur. En bouche, le vin est large, tapissant, avec une grosse structure et de belles notes de cerise noire. Il n’agresse cependant pas le palais, grâce à une matière soyeuse, avec un côté « glycériné » et des tanins enrobés. Un beau gros bébé.

Clos Vougeot GC :
Pour rappel, le domaine possède deux hectares sur ce GC dont une grande partie part au négoce. Il y a une parcelle en bas du Clos et deux en haut, la seconde ayant été récupérée par Philippe Chéron en 2016 (c’était un fermage). Sur ce millésime 2018, les trois parcelles ont d’abord été vinifiées séparément et nous avions pu les goûter l’année dernière. Cette année, nous goûtons l’assemblage « domaine » : parcelle du bas (égrappé) + la première parcelle du haut (égrappé) + 10 % de la seconde parcelle du haut (VE, tout le reste partant au négoce). Désormais, il n’y a donc pratiquement plus de VE sur le Clos Vougeot du domaine, et cela se ressent très clairement à la dégustation (les premiers millésimes que nous avions pu déguster, et notamment 2013 et 2014, étaient en VE et disons assez difficile d’accès, et pas seulement pour des PDF….). Si la matière demeure riche et la structure imposante, les tanins ne creusent plus les joues et n’assèchent pas le palais : c’est relativement enrobé et soyeux, avec, comme pour tous les autres vins, une très belle maturité. A attendre sagement, cependant.

Même s’il est déjà bien tard, Philippe Chéron nous propose de goûter deux vins en bouteilles :

Chambolle-Musigny Les Quarante Ouvrées 2015 :
Nez très Chambolle, comme dirait je ne sais plus qui… Plus sérieusement, on ressent déjà une toute petite évolution, avec des notes de ronce, de pot-pourri ; le fruit est un peu « kirsché », ce que je n’apprécie pas particulièrement. La bouche est pleine, avec une matière mûre qui tapisse bien les joues. On retrouve cette petite note de cerise à l’eau de vie, mais aussi quelques petites épices sur la finale.

Vosne-Romanée Les Barreaux 2016 :
Là encore, le nez ne m’emballe pas trop, en raison à nouveau de ces notes de kirsch. La bouche est en revanche superbe, avec d’abord une attaque large et ample, puis un vin qui se « tend » et avance vite en bouche, avec beaucoup d’énergie. La matière est dense, soyeuse et salivante.
Si je n’ai pas été totalement convaincu par le nez de ces deux vins, force est de constater que les « jus » sont vraiment d’une grande qualité car on a à la fois la finesse du pinot et beaucoup de densité.

Et pour terminer, un vin bu cet été :

Vosne-Romanée Les Barreaux 2013 :
Nez bien ouvert, qui fait très jeune, sur un beau fruits frais, avec toute petite note végétale (ronce ?) et quelques épices. En bouche, on retrouve la qualité des « jus » des vins de Philippe Chéron : c’est concentré, avec un volume imposant pour un village, mais avec du soyeux, de la fraîcheur, jusqu’à une longue finale légèrement saline. Un très beau vin que l’on peut encore attendre sereinement quelques années.

Voilà, il fait nuit maintenant depuis un bon moment et il ne nous reste plus qu’à saluer et remercier très chaleureusement Philippe Chéron pour son accueil, sa gentillesse et sa simplicité.

Paul
#15
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, dfried, Super-Pingouin, podyak, Jean-Loup Guerrin

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: Cédric42120GildasPBAESstarbuckMartinezVougeotjean-luc javaux