CR:LPV Lyon joue à la roulette bourguignonne

    • Messages : 831
    • Remerciements reçus 0

    La Vie est une Fête a créé le sujet : CR:LPV Lyon joue à la roulette bourguignonne

    Allons-y pour la grande partie de roulette bourguignonne !! Dans le sens ou personne de connais les apports des autres et qu’aucun ordre de passage n’a été préétabli.
    mederic pourra compléter le menu ttoujours au top proposé par sébastien !

    soirée off organiser pour attendre la suivante, sans prise de tête...et beaucoup de bonne humeur !!

    Les blancs pour commencer (nous avons respecté un minimum les usages)

    D’abord trop frais…
    La robe est cristalline et présente un gras généreux.
    Le nez est d’abord sur le tilleul puis se mêle noisette, beurre et agrumes
    en bouche : les notes citronnées et florales dominent, quelques amers laissent place en fin de bouche à une belle tension, la longueur est plus que correct…le vin est assez tranchant
    C’estCR: Meursault 1er cru Perrières 2006 Albert GRIVAULT – BIEN +++

    Le vin suivant est plus doré, plus jaune….le gras semble scotché aux parois du verre avant de se décider à lâcher de jolies larmes.
    Ce qui me marque au nez, c’est d’abord un coté iodé, puis boisé, ensuite l’aération aidant…les fruits jaunes apparaitront escortés par les agrumes.
    Première sensation en bouche un très léger perlant, le vin est beaucoup plus rond la longueur est superlative, le vin reste encore marqué par l’alcool et l’élevage à ce stade…à attendre
    C’est [CR:color=#FFFF00]Corton-Charlemagne 2006 d’Olivier LEFLAIVE[/color] – T-BIEN

    Encore plus doré, encore jaune, encore plus gras…
    c’est à ce stade le nez le + expressif des blancs, cédrat,, pierre à fusil, et avec l’aération poire et fruits jaune pointent leurs nez.
    Une belle tension dans ce vin quelques notes beurrées, et la confirmation des indications fourni par le nez.
    C’est CR:Meursault ( XXX à compléter) 2005 de ROULOT – T-BIEN

    On augmente encore le coté profond et doré d’un beau jaune paille pour ce vin
    le nez est sur les agrumes avec une pointe lactée…mais encore trop frais
    La bouche est sensuelle, c’est de la soie ou du velours (pas dépourvu d’une certaine acidité qui équilibre le tout) je trouve des parfums de tarte-tatin et des notes de miel en final.
    Super touché de bouche…
    C’estCR: Chassagne-Montrachet 1er cru les Caillerets 2002 DUPERRIER-ADAM – BIEN +++

    Le niveau des Blancs a été très élevé…et pas perturbé par l'ordre de passage aléatoire…
    on espère le même niveau sur les rouges qui arrivent. (quel exigence...)

    Les rouges donc…
    La robe est relativement foncée et épaisse
    Le nez est sur les fruits rouges cuits et le floral…plus le vin va s’aérer plus il va tourner vers un coté caramel qui me gêne un peu…
    En bouche l’acidité écrase un peu le vin…c’est le contraire de se que raconte le nez…
    C’estCR: Beaune 1er cru des Hospices de Beaune 2002 cuvée Guigone de salins (on dirait un nom de canasson à jouer dans la 5ème au PMU) pour moi une bouteille défectueuse ou déviante…NN

    La robe est profonde et envoutante.
    Le nez après un coté poudré, est camphré, et fruité…en fait au nez comme en bouche le vin est virevoltant, chaque gorgée et chaque inspiration dévoile une nouvelle facette, un nouveau parfum.
    C’est énorme. Quelle puissance, puis quelle finesse…le vin peut d’un instant à l’autre être aux antipodes…
    La bouche est florale, rose, pivoine, plus que fruitée…et la longueur est impressionnante.
    C’estCR: Musigny Jacques prieur 1990 – EXCELLENT (dire que Damien avait peur du bouchon…)

    Dur, dur de succéder au monstre (les aléas de la roulette bourguignonne)
    Mais n’écoutant que notre courage, nous nous sommes relancer vers le vin suivant,
    Le nez n’a pas à rougir par rapport au vin précédent le fruit est très présent le coté floral et vandé également.
    En bouche mes premières impressions ont été sur le champignon, puis plus du tout par la suite.une belle acidité me fait penser à cet instant à un vin digeste.
    C’estCR: CHAMBERTIN 97 Pierre DAMOY – T-BIEN

    Bon bein pas de doute les rouges aussi se défendent bien… (ils sont aussi un sacré pédigrée)
    Le suivant est gras et le disque indique une certaine évolution.
    Le nez est sur la cerise et autres fruits noirs, dur de passe après les deux vins précédent…mais la encore ce n’est pas insurmontable…la bouche confirme le nez…le souci à ce stade c’est que ...comme c’est bon, ...je ne recrache pas des masses…et que les notes se font du coup moins précises.
    la longueur est honorable mais en deçà des deux précédents.
    C’est CR:Mazis-Chambertin 1995 de Dominique Laurent – T-BIEN –

    Et on continue…
    je note quelques minuscules bulles accrochées aux parois du verre.
    Le nez est assez semblable à la famille chambertin que nous venons de gouter.
    En bouche je lui trouve un coté ferreux et une acidité bienveillante, se mêlant aux arômes de fruits rouges.
    C’estCR: FONSALETTE 1986 – T-BIEN -
    un pirate qui m’a pris à l’abordage sans que je ne le vois venir…(mais en fin de repas…nous avions pour beaucoup baissé la garde)

    Et pour finir
    Pierre, nous sort une petite fiole…d’un liquide qui ressemble à un élixir…
    la couleur d’un whisky single malt de 12 ans d’âge
    Le nez de ABRICOT, coing, fruit de la passion et fraise…l’un d’entre nous annonce : c’est du punch !!>:D<
    C’est doux sans être trop sucré…l'acidité apporte l'équilibre face au sucre..
    C’est CR:Moscatelle du Cap vert CHA PASSITO – BIEN +

    VIVE LES SOIREES OFF...et Encore… !!!X(

    merci encore à tous pour les bons canons...les bons mots...la bonne humeur...:)-D
    c'est dans ces cas là que je me dis que la vie est une fête !!

    LaurentB - LPV Lyon
    #1

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 676
    • Remerciements reçus 154

    Laurent Chénier a répondu au sujet : Re: LPV Lyon joue à la roulette bourguignonne

    Je constate une seconde fois que je ne devrais manquer les soirées LPV sous aucun prétexte, quitte à se fâcher avec madame :X
    Bravo pour cette p..... de série !!!

    Laurent
    #2

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 8441
    • Remerciements reçus 22

    Anthony a répondu au sujet : Re: LPV Lyon joue à la roulette bourguignonne

    Sacré niveau et belle dégustation !

    Anthony
    #3

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 288
    • Remerciements reçus 24

    xiaohouzi a répondu au sujet : Re: LPV Lyon joue à la roulette bourguignonne

    rrrrrr, j'aurais du me faire porter pâle au boulot, surtout pour la série de rouges.:(
    #4

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 831
    • Remerciements reçus 0

    La Vie est une Fête a répondu au sujet : Re: LPV Lyon joue à la roulette bourguignonne

    en ce qui me concerne j'ai loupé la sortie chez JM BURGAUD...
    mais une âme charitable postera peut être un CR...
    je voudrais au moins avoir un retour sur le 78 (mon millésime)
    merci

    Laurent
    #5

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 61
    • Remerciements reçus 0

    Sigerson a répondu au sujet : Re: LPV Lyon joue à la roulette bourguignonne

    Encore une belle - très belle - soirée avec les camarades du groupe LPV Lyon. Comme une rencontre par mois ne semble pas contenter certains ;) des dégustations "off" sont désormais programmées. Et comme en Avignon au mois juillet, le Off dépasse souvent le In.

    J'ai vraiment été épaté par les vins blancs proposés.

    Meursault 1er cru Perrières 2006 Albert GRIVAULT. Nez très fin sur la poire et l'amande. Fleurs blanches à l'aération. Gras et rond en bouche. Très gourmand. Très bien

    Corton-Charlemagne 2006 Olivier LEFLAIVE. Nez plus ouvert que le précédent, plus "chardonnay". Entrée en bouche légèrement pétillante ce qui apporte une fraicheur certaine. L'élevage est encore présent. Sans doute excellent dans quelques années. Très bien.

    Meursault 2005 ROULOT (je n'ai, moi aussi, pas noté le terroir). Nez plus fumé. En bouche, c'est plus tendu que les deux premiers blancs. Belle acidité en finale. Mais c'est finalement moins mon style. La aussi, quelques années de garde supplémentaires feront sans doute le plus grand bien à ce vin. Bien

    Chassagne-Montrachet 1er cru les Caillerets 2002 DUPERRIER-ADAM. Nez bien plus marqué par les agrumes. Beau volume en bouche. Ca tapisse parfaitement le palais. Légère amertume en finale mais je trouve ça très agréable. Belle longueur. Pour moi la plus belle bouteille de la soirée en blanc et pourtant pas l'étiquette la plus réputée. Très bien +

    Nous passons aux rouges.

    Beaune 1er cru des Hospices de Beaune 2002 cuvée Guigone de salins. Nez "lourd" et puissant sur le cassis. La bouche ne m'emballe pas. Finale acide et alcooleuse. Difficile à apprécier. Assez Bien -

    Musigny Jacques PRIEUR 1990. La robe est très très sombre. C'est de l'encre. Le premier nez est assez déstabilisant presque terreux. Non ça ne peut pas être un bourgogne. C'est très rond en bouche avec une pointe alcooleuse en finale. Le nez se précise de minute en minute. Ca devient assez envoûtant. Et comme l'indiquait plus haut Laurent, ça change tout le temps. Les fruits rouges laissent la place à des notes florales. En bouche la finale alcooleuse semble avoir disparu. Quelle complexité. Et quelle puissance. Excellent

    Pour moi, la soirée s'arrête là B) Je n'ai plus pris de notes trop occupé à suivre les variations du Musigny que j'ai mis de côté.

    Chambertin 97 Pierre DAMOY. Très bien -

    Mazis-Chambertin 1995 Dominique LAURENT. Très bien -

    Fonsalette 1986... Je ne sais plus. Car comme le faissait remarquer avec justesse Laurent : "Moins on recrache, plus on dit de conneries".

    Jean-Pierre - LPV Lyon -
    #6

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 413
    • Remerciements reçus 13

    Médéric a répondu au sujet : Re: LPV Lyon joue à la roulette bourguignonne

    Bonjour à tous,

    A mon tour de vous conter notre Roulette Bourguignonne. Nous étions neufs participants (dont 8 buveurs) réunis dans notre QG habituel : le restaurant Vignes et Gourmandises dont nous ne louerons jamais assez la sympathie de l'accueil de Sébastien et la qualité de ses mets. Ils nous avait concoté pour l'occasion le menu suivant :
    - Tartare de tomate-jambon cru-fêta, crème à la betterave et glace à la carotte et au gingembre
    - Pavé de lieu aux aromates, spaghetti au basilic et champignons de Paris poêlés
    - Quasi de veau rôti, jus à la moutarde violette
    - Brillat-savarin
    - Tarte aux pêches jaunes sur base de frangipane

    Voici mes impressions sur les vins dégustés :

    Vin blanc N°1 :
    La robe est plutôt claire avec des reflets verts. Le nez m’évoque la pomme. En bouche, je ressens une très belle minéralité, beaucoup de tension qui porte bien une finale saline qui s’étire. C’est un très bon vin, racé : ça part fort ! J’adore cette minéralité qui m’a conduit à l’aveugle à pencher pour un Puligny… raté ! Très Bien +
    Meursault 1er Cru « Perrières » 2006, domaine Albert Grivault
    Cette parcelle est réputée pour sa minéralité en raison de son sol argilo-calcaire : cela s’est bien ressenti et cette caractéristique a pris le dessus sur la « mollesse » présumée du millésime.
    Vin blanc N°2 :
    La robe est jaune claire, soutenue, assez uniforme, très grasse. Contrairement à mes camarades, je trouve le nez peu expressif. En bouche, je suis d’abord gêné par un léger perlant. Puis c’est une certaine noblesse que l’on distingue dans ce vin que j’imaginais vraiment très jeune. La finale est d’une bonne longueur. Léger sentiment de frustration finalement car on perçoit un grand terroir mais qui ne se livre pas totalement. A revoir dans cinq ans, au minimum ! Bien +
    Corton-Charlemagne 2006, Olivier Leflaive
    Vin blanc N°3 :
    La robe est d’un bel or soutenu. Le nez est d’abord difficilement définissable, imprécis. Puis à l’aération, je perçois des notes de pierre à fusil. L’amplitude est superlative et le vin tapisse entièrement la bouche. D’abord assez rond, il est ensuite relativement puissant et s’achève sur une finale tendue et racée. J’aime beaucoup même si j’ai l’impression qu’un carafage encore plus long (malgré 1h45 de carafe au moment de la dégustation) lui aurait été bénéfique. Très Bien
    Meursault « Les Luchets » 2005, domaine Roulot
    Cette bouteille était promise à LPV Lyon suite à l’expérience bouchonnée lors de la soirée Meursault/Gigondas. Ce vin se laisse encore difficilement approcher et pourrait (devrait ?) encore être attendu.
    Vin blanc N°4 :
    La robe est dorée, plus foncée, plus évoluée. Le premier nez m’évoque la crème pâtissière. La bouche est elle aussi volumineuse et beaucoup de choses s’y passent. Je retrouve le côté lacté souligné par Laurent mais il y a aussi du gras et encore un peu d’acidité, ce qui rend l’équilibre magistral. La longueur en bouche n’a rien à envier à celle de ses prédécesseurs. Ce vin semble à parfaite maturité. Très Bien +
    Chassagne-Montrachet 1er Cru « Caillerets » 2002, SCEA Duperrier-Adam
    [size=small]Le film plastique destiné à protéger l'étiquette n'a pas été retiré...[/size]
    Conclusion sur les blancs :
    Quelle belle série ! Le niveau fut élevé et les vins dans un style que j’apprécie vraiment. La meilleure série de blancs de LPV Lyon ? Le dernier vin dégusté démontre que la patience peut être généreusement récompensée…

    Vin rouge N°1 :
    La robe est sombre, grenat avec des reflets très légèrement orangés. Le nez est expressif sur les fruits rouges bien mûrs mais on reconnait péniblement le pinot : on dirait qu’il a eu chaud. La bouche est très puissante et manque de finesse en raison de son acidité marquée en finale. Il y a tout de même un beau fruit, mains c’est tout… NN
    Beaune 1er Cru, cuvée « Guigone de Salins » 2002, Hospices de Beaune (André Goichot)
    Quelle surprise pour moi qui ai dégusté ce vin quatre jours auparavant. Il s’était montré fin et délicat, avec un nez très aérien, parfaitement typique de son appellation… Je l’ai ouvert à mon arrivée au restaurant soit 2h30 avant et épaulé. Il avait donc subi la même préparation que la bouteille dégsutée quelques jours plus tôt. Et le plus surprenant, c’est qu’à l’ouverture, il était identique au souvenir que j’en avais. L’aération l’aurait-il ouvert le vendredi puis tué le mardi ? Incompréhension totale !
    A regoûter cependant car il me reste deux bouteilles. Mais en l’état, je suis déçu !
    Vin rouge N°2 :
    La robe est sombre, mais légèrement trouble. Le disque est tuilé et le vin vraiment très gras sur les parois du verre. Le bouquet est d’une grande profondeur : je ressens un côté fumé mais également quelques épices. Ce nez est élégant et envoûtant. Je ne me lasse pas de humer les arômes qui s’échappent du verre même s’il m’est difficile de tous les nommer avec précision. La bouche est magistrale : elle mêle à la fois une finesse et une délicatesse des plus nobles tout en conservant une puissance et une concentration assez surprenantes (effet millésime ?). Ce vin est soyeux, subtil, vraiment très long ! Il y a de la magie dans ce breuvage et dans cet instant de dégustation. A ce jour le plus grand Bourgogne que j’ai pu boire ! Il pourrait sans doute vieillir encore un peu mais il est déjà parfait en l’état. Il n’a bien sûr plus la fougue de la jeunesse mais a acquis au fil du temps une stature imposante. Excellent +
    Musigny 1990, domaine Jacques Prieur
    Je dois préciser que contrairement à mes camarades, je n’ai pas bu ce vin à l’aveugle car Damien m’avait sollicité pour savoir comment préparer la bouteille. J’ai la naïveté de penser que je n’ai pas été influencé par l’étiquette car j’ai fait tout au long de la dégustation un véritable effort d’objectivité… Mais quelle claque !
    Vin rouge N°3 :
    La robe est d’un rouge plus clair, tout comme le disque qui tend plus sur le rouge. Le nez est très beau dans un registre plutôt évolué avec notamment des notes viandées. En bouche, la matière est imposante : je qualifierais ce vin de masculin même s’il semble assez digeste. La longueur est impressionnante. Il s’agit assurément d’un autre gros calibre ! Excellent
    Chambertin 1997, Pierre Damoy
    Vin rouge N°4 :
    La robe est vraiment noire avec quelques reflets rouges très foncés. Le premier nez est très discret et ne m’emballe guère. Le second nez est en revanche précis sur la cerise, très concentré. La bouche est plus fine que celle de son prédécesseur, bien fruitée avec un peu moins de puissance. C’est un vin plus féminin, sensuel. Vraiment très bon ! Très Bien +
    Mazis-Chambertin 1995, Dominique Laurent
    Vin rouge N°5 :
    La robe est sombre, avec des reflets rouge sang. Le nez présente un arôme pétrolé d’abord, puis assez bourguignon. La bouche évoque le souvenir de notes de garrigues et de pruneau. La finale est amer, voire astringente. Ce vin est sur le déclin : il est à boire. Assez Bien +
    Côtes-du-Rhône « Fonsalette » 1986
    Comme nous sommes tous deux nés cette année-là, Damien a eu la gentillesse de me laisser le fond de bouteille qui restait et que j’ai terminé le lendemain soir. Le vin s’était amélioré : il a gagné en rondeur et en toucher de bouche. Un arôme très présent de cannelle est également apparu au nez. Je l’aurais noté : Bien

    Conclusion sur les rouges :
    Les blancs avaient mis la barre très haut et les rouges étaient largement au niveau (à part le mien :X). Superbe série qui démontre, s’il en était nécessaire, que la Bourgogne produit de très grands vins !

    Vin de dessert :
    La robe est très ambrée, orangée. Le nez est très frais sur la mandarine, le coing et le jus de fruit multivitaminé (bien que ce qualificatif soit peu académique). La bouche m’évoque immédiatement la tarte tatin mais aussi l’abricot. L’équilibre est absolument parfait pour mon palais mais la longueur est moyenne. Très Bien
    Chã Passito de la région Fogo du Cap Vert, produit par les Viticultores de Chã das Caldeiras
    Assemblage : 100% Moscatell
    Superbe découverte !
    Conclusion :
    Fantastique soirée qui donnera certainement des regrets aux malheureux absents… Merci à tous !

    Médéric - LPV Lyon
    "Le vin est un professeur de goût, il est le libérateur de l'esprit et l'illuminateur de l'intelligence." (Paul Claudel)
    #7

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 831
    • Remerciements reçus 0

    La Vie est une Fête a répondu au sujet : Re: LPV Lyon joue à la roulette bourguignonne

    Mederic

    merci pour les nouveaux commentaires...

    je voudrais juste peut être aborder le sujet de la moutarde...violette (à base de mou de raisin) et non à la violette...enfin je crois avoir retenu ces explication de sébastien...

    et ensuite ...Où SONT LES PHOTOS ???? tu nous la joue Paparazzi perso hein !!!

    he bien je crois que cela va finir par nous frustrer...frustration que nous pourrions te rendre en te laissant juste (généreusement) deux gobelets pour les prochaines sessions !!

    hhhhhaaaa....la bourgogne....mes plus belles émotions...et aussi mes plus belles déceptions...pour le coup la roulette nous a gatée !!!

    LaurentB
    #8

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 413
    • Remerciements reçus 13

    Médéric a répondu au sujet : Re: LPV Lyon joue à la roulette bourguignonne

    Salut Laurent,

    Voilà : c'est chose faite !

    Pour tout te dire, j'avais complètement oublié ces photos... Elles sont d'ailleurs de qualité moyenne car elles ont été prises avec un iPhone d'une part, et la luminosité des lieux ne se prête guère à la photographie d'autre part...

    Médéric - LPV Lyon
    "Le vin est un professeur de goût, il est le libérateur de l'esprit et l'illuminateur de l'intelligence." (Paul Claudel)
    #9

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 831
    • Remerciements reçus 0

    La Vie est une Fête a répondu au sujet : Re: LPV Lyon joue à la roulette bourguignonne

    t'as eu peur des gobelets ...???>:D<

    ça a de suite l'air plus festif avec des photos...:)-D

    merci pour tes efforts...donc nous avons identifié à ce stade ...

    Jean-Pierre: statisticien d'élite !!!
    Méderic: Papparazzi oenographile ...
    LaurentC : brillant bibliographe à ses heures ...(mais si le ptit book génial sur les vins dégustés lors de la prmière session BORDEAUX ) c'est là que j'ai rejoint le groupe..je brillais pas !! je me suis dis c'est de dingues ces mecs !!

    nous élargirons en fonction des compétences de chacun ...(à découvrir)

    laurentB
    #10

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    Modérateurs: Cédric42120GildasPBAESstarbuckMartinezVougeotjean-luc javaux