Nous avons 799 invités et 12 inscrits en ligne

Château Cheval Blanc 1996

  • Messages : 26011
  • Remerciements reçus 799

Luc Javaux a répondu au sujet : Re: Château Cheval Blanc 1966, Saint-Emilion 1er GCC

Et ils demandent combien pour ce genre de reconditionnement ?

Luc
#391

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 17741
  • Remerciements reçus 1523

mgtusi a répondu au sujet : Re: Cheval Blanc

Sans avoir examiné les bouteilles, comment peux tu être certain qu'elles aient réellement été reconditionnées ?

Lorsque c'est le cas, c'est indiqué sur l'étiquette.

Michel
#392

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 11451
  • Remerciements reçus 1521

jean-luc javaux a répondu au sujet : Re: Château Cheval Blanc 1966, Saint-Emilion 1er GCC

C'est quand même dommage de devoir se rejeter vers " une certaine émotion due à son grand âge " pour trouver le plaisir qui devrait venir de la dégustation.
Il me semble que Cheval Blanc 1966 devrait être de meilleure qualité que "aimable, intéressant,ou honorable"...

jlj
#393

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 394
  • Remerciements reçus 0

Griffon a répondu au sujet : Re: Cheval Blanc

J'ai fait confiance au vendeur, un négociant de Saint-Emilion à qui j'achète des vins régulièrement. Je ne pense pas qu'il ait vu les bouteilles après les avoir récupérées puisque la caisse était intacte et n'avait pas été ouverte depuis la sortie des chais de la propriété. Le reconditionnement était attesté par la lecture d'un email de la propriété au négociant, et l'état de la caisse, des capsules et des étiquettes ne laisse aucun doute quant à la réalité de ce "reconditionnement" (qui tient plus du maquillage que du reconditionnement en fait...). En matière de coût, je ne crois pas que la propriété ait facturé l'opération (ce qui serait bien le moins étant donné le résultat).

Pour le tire-bouchon, mon fidèle screwpull ne m'a jamais posé de problèmes, y compris avec de vieux bouchons, mais peut-être devrais-je en effet songer à m'équiper d'un bi-lame.

"Le rôle du terrain dans l'élaboration d'un grand cru ne va guère au-delà de celui de la matière dans l'élaboration d'une œuvre d'art" Roger Dion
#394

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 394
  • Remerciements reçus 0

Griffon a répondu au sujet : Re: Château Cheval Blanc 1966, Saint-Emilion 1er GCC

jean-luc javaux écrivait:
> C'est quand même dommage de devoir se rejeter vers
> " une certaine émotion due à son grand âge
> " pour trouver le plaisir qui devrait venir de la
> dégustation.
> Il me semble que Cheval Blanc 1966 devrait être de
> meilleure qualité que "aimable, intéressant,ou
> honorable"...
>
> jlj

C'est aussi mon point de vue. Disons que c'est l'approche de la consolation...

Cela étant, c'était tout de même une agréable surprise dans la mesure où je m'attendais à ce que le vin soit complètement mort étant donné le niveau et l'état du bouchon.

"Le rôle du terrain dans l'élaboration d'un grand cru ne va guère au-delà de celui de la matière dans l'élaboration d'une œuvre d'art" Roger Dion
#395

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 17741
  • Remerciements reçus 1523

mgtusi a répondu au sujet : Re: Cheval Blanc

Normalement (*), Cheval Blanc 66 est une grande bouteille : vin de garde, millésime plutôt réputé.

(*) Banane ça commence par un B, normalement ça commence par un N

Michel
#396

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 14168
  • Remerciements reçus 8

François Audouze a répondu au sujet : Re: Château Cheval Blanc 1966, Saint-Emilion 1er GCC

L'opération du château était un rhabillage, et pas un reconditionnement.
Est-ce que la capsule était neuve ou ancienne. Car si elle était neuve, c'est curieux que le vin ait fui.

J'ai bu le 1966 dans une fantastique verticale de Cheval Blanc dont voici l'une des séries :

Cheval Blanc 1966, 1964, 1962, 1961, 1959. Le 1966 un le nez d’un vin qui a été ouvert trop récemment. L’alcool apparaît en premier. La couleur semble évoluée. Le 1964 a une odeur poussiéreuse. Ce pourrait être le verre. Le 1962 un a nez charmant mais le plat est servi, ce qui change les appréciations. Le nez du 1961 est ouvert, et le 1959 a une très charmante odeur, charmante avec le plat. Le 1966 est un vin très confortable. Le 1964 est très grand et j’écris de nouveau très grand. Le 1962 est plus limité. Le 1961 est un grand vin, mais ne correspond pas à ce que je connais ni à sa réputation. Il manque de panache et de rayonnement. Le 1959 mérite le respect. C’est un grand vin avec une longueur infinie. A ce stade, je classe : 1959 – 1964 – 1966 – 1961 – 1962. La position du 1961 montre qu’il devait y avoir un problème avec cette bouteille. Le 1966 est manifestement un vin très agréable. C’est un vin de plaisir, pas sophistiqué mais confortable. Le 1964 est grand, beau, magnifique. Le 1962 n’a pas le niveau des autres. Le 1961 montre une plus grande densité que les autres, mais n’est pas un vin de plaisir en ce moment. Le 1959 est un vin parfait, immense. Il a tout ce qu’on pourrait souhaiter d’un Cheval Blanc. Bipin fait des commentaires sur un aspect du goût de Cheval Blanc qui est le bonbon. Ma remarque personnelle est que tous les vins que nous avons de la décennie des 50 furent de vrais champions. Mon classement final confirme celui que je fis en premier : 1959 – 1964 – 1966 – 1961 – 1962.

On peut dire paradoxalement, et c'est mon sentiment forgé par l'expérience, que le 1966 ayant gardé son bouchon d'origine et non reconditionné aura été très probablement meilleur que s'il avait été reconditionné avec mise à niveau, car le reconditionnement change l'air avec lequel le vin vit, et change le goût.


Cordialement,
François Audouze
#397

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 394
  • Remerciements reçus 0

Griffon a répondu au sujet : Re: Cheval Blanc

Votre commentaire semble rejoindre mon impression: "Un vin de plaisir, pas sophistiqué mais confortable". Bref, un vin sympathique mais pas grand qui n'est en tout cas pas à la hauteur de l'idée que je m'en faisais. La capsule était bien neuve, mais le bouchon celui d'origine.

"Le rôle du terrain dans l'élaboration d'un grand cru ne va guère au-delà de celui de la matière dans l'élaboration d'une œuvre d'art" Roger Dion
#398

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1216
  • Remerciements reçus 23

Julien Ko a répondu au sujet : Re: Cheval Blanc

Griffon,

En général pour reconditionner le niveau dans une bouteille il faut en sacrifier une afin de remettre le niveau dans les autres.
Chose que font rarement les négociants car les bouteilles sont goûtées et si le vin est passé on ne te reconditionne rien. Donc perte sèche.
Pour ta bouteille, à mon avis le négociant a demandé un ré-habillage étiquette et capsule uniquement.

Julien
#399

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 394
  • Remerciements reçus 0

Griffon a répondu au sujet : Re: Cheval Blanc

Les échanges d'emails, entre le négociant et la propriété, que j'ai pu consulter sans avoir à trop insister, mentionnent clairement un reconditionnement. Le négociant était lui aussi persuadé que les vins étaient reconditionnés, et non "rhabillés" (et les photos d'avant "reconditionnement" montrent des capsules et étiquettes en assez bon état pour un vin de cet âge, qui ne nécessitaient clairement pas un changement, à la différence des bouchons et des niveaux), puisque c'est bien un reconditionnement qu'il avait sollicité et que la propriété avait accepté d'effectuer.

"Le rôle du terrain dans l'élaboration d'un grand cru ne va guère au-delà de celui de la matière dans l'élaboration d'une œuvre d'art" Roger Dion
#400

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 26011
  • Remerciements reçus 799

Luc Javaux a répondu au sujet : Re: Cheval Blanc

C'est quoi un vin confortable ?
Un vin avec lequel on s'assied sur la qualité et le plaisir ?
Un vin qui, pour se le procurer, nécessite un portefeuille confortable ?
Un peu des deux ?

Luc
#401

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 394
  • Remerciements reçus 0

Griffon a répondu au sujet : Re: Cheval Blanc

Selon mon lexique franco-audouzien, la notion de "vin confortable" peut évoquer plusieurs choses:

- Un vin d'une qualité modeste dont l'étiquette est célèbre
- Un vin connu d'une qualité modeste dont le propriétaire déjeune/dîne régulièrement avec François
- Un vin inaccessible au commun des mortels que l'on présente comme modeste pour permettre au lecteur de prendre la mesure de la très relative munificence audouzienne
- Un vin mort depuis longtemps que l'on ressuscite par des incantations vaudouziennes selon une méthode (©) basée sur les travaux du remarquable Emile Coué
- Un vin agréable mais sur le déclin, qui a perdu en chemin une bonne partie de ses qualités organoleptiques

Pour ma part je l'ai entendu comme la dernière proposition, mais ai pris les précautions d'usage en nuançant cette interprétation. C'est que les voies de François sont parfois impénétrables...

"Le rôle du terrain dans l'élaboration d'un grand cru ne va guère au-delà de celui de la matière dans l'élaboration d'une œuvre d'art" Roger Dion
#402

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2522
  • Remerciements reçus 2

oenopol a répondu au sujet : Re: Cheval Blanc

Ca sonne chez moi comme plutôt large, limite confit, manquant de tension mais agréable car fondu:D

Amicalement,
Paul
#403

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 7
  • Remerciements reçus 0

MAXIMAS a répondu au sujet : CR: Petit Cheval 2003

CR: Petit Cheval 2003

Bu il y à 3 jours lors d'une bonne belle soirée avec mon club.
Simple un ouverture de deux heures sans carafage.
Couleur qui commence légèrement à être évoluée.
Nez magnifique, belle profondeur.
En bouche, c'est vraiment impressionnant. Grand profondeur aromatique, beau volume, alchimie du goût renversante, longueur du même niveau... un grand bordeaux!!!
Suivant mon humble expérience, je mets 18,5, 19/20.
Mon club à été unanime sur ce vin: l'un des plus beaux qu'ils aient dégusté.
Je n'ai jamais goûté de cheval blanc, mais quand je vois le niveau de cette bouteille, j'en attends beaucoup
#404

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 237
  • Remerciements reçus 0

Lolo Vino a répondu au sujet : CR: Cheval Blanc 1974

CR: Cheval Blanc 1974
Niveau impeccable pour une bouteille de 40 ans! Le bouchon, par contre,est parti en miettes et a dû être extrait morceau par morceau.

Exellente surprise que ce vin que je regardais d'un oeil un peu suspicieux: belle couleur rubis tuilée, nez sur le cuir, le sous-bois et le cassis, prenant une précision impressionnante après une demie heure (quelle classe: l'impression d'ouvrir une vieille armoire en chêne dans laquelle on a stocké du cassis et des champignons fais). En bouche, c'est velouté: une caresse. Mais bien équilibré, en demi-corps et encore frais. La finale est très agreeable (à défaut de longue) et finit sur une note épicée.

Beau vin, excellente surprise
#405

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 14168
  • Remerciements reçus 8

François Audouze a répondu au sujet : Re: Cheval Blanc 1974

J'ai eu pour ce réveillon le même sentiment avec Pétrus 1974 délicat, élégant, velouté et truffé, qui profite bien d'une année petite car son discours est très lisible.
Lui aussi avait le niveau dans le goulot, mais le bouchon est sorti entier. Un vin vraiment agréable à boire et qui n'est pas du tout handicapé par ce millésime.
C'est juste la puissance qui manque, mais pas le message.


Cordialement,
François Audouze
#406

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2120
  • Remerciements reçus 740

matlebat a répondu au sujet : CR: Cheval Blanc 1985

Bonjour à tous,

Ce mois de juillet se vit comme une douce approche des vacances avec quelques dates clés bien fêtées ! Donc on commence par cette joli ballade romantique avec Sylvia en Cheval Blanc.



Saint Emilion, Château Cheval Blanc 1985 : Un nez plutôt discret après 12H d'aération (à l'ouverture très marquée animal), de cerise noire, note kirchée, puis léger pruneaux, pointe épice réglisse voir vanille, fond de vieux cuir classe, d'encre pointe animale puis fumé. La bouche est charpentée, large à l'attaque, tanins soyeux, amples, pas super denses, mais une belle structure, droite, sur la cerise noire, le pruneaux, pointe kirch, note épice réglisse, un peu de vanille et ce fond de cuir classe, d'encre et léger fumé. La finale est ronde, limite souple, un poil alcool, puissant, la structure tient l'ensemble et très belle persistance (c'est là qu'on voit le 1er Cru A) de cerise, pointe pruneaux, note encre et ce fond de vieux cuir classe. Excellent 93 (17) mais une aromatique pas hyper complexe assez monobloc, un peu alcoolleux a l'ouverture, très animal, pas une matière d'une grande finesse, manque de précision et délicatesse et mais on n'a pas non plus la puissance et complexité qui pourrait compenser pour en faire un vin exceptionnel... par contre très belle et longue persistance. On n'est pas déçu globalement d'un point de vue dégustation mais à ce prix là.... ;-) !

Amicalement, Matthieu
#407

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 93
  • Remerciements reçus 0

Xach a répondu au sujet : CR: Château Cheval Blanc 1985 - St Emilion

CR: Château Cheval Blanc 1985 - St Emilion

Bouteille ouverte et épaulée 4h avant le repas. A 4h le nez n'est pas très marqué, au départ sur le clafoutis aux fruits rouges avec de la vanille bien présente, le sous-bois et le cuir, quelques temps plus tard il commence à se marquer et à monter sur le fumé, les épices, la truffe, la boîte à tabac, le cuir se renforce.

Robe tuilée sans excès pour 30 ans ; en bouche on est assez stable sur l'ensemble de la dégustation, sur le sous-bois, les fruits rouges, des touches de chocolat, un peu de réglisse.
Touché de bouche agréable mais pas exceptionnel ; la structure est encore là mais visiblement en bout de course, cela étant suffisante pour la matière qui reste, que j'ai trouvé un peu insuffisante. Ca manquait de puissance à mon goût pour mettre en avant de (très) beaux arômes tertiaires quoique manquant un peu de complexité (des restes de secondaire auraient sans doute été un plus).
Finale d'une longueur correcte, sans plus.

Vin qui a à mon goût a clairement passé son apogée, de 5 ou 10 ans sans doute, qui reste en tout état de cause très (très) plaisant.

TRES BIEN (mais j'espérais mieux vu le pedigree ;-) )

Xavier
#408

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 14168
  • Remerciements reçus 8

François Audouze a répondu au sujet : Château Cheval Blanc 1985 - St Emilion

Témoignage très intéressant de Xavier.
1985 est une année plaisante, mais qui n'a pas encore donné le meilleur d'elle-même.
Je crois contrairement à Xavier que 1985 sera encore meilleure dans dix à vingt ans.
C'est une année qui est loin d'avoir fini sa vie et qui surprendra dans le futur.
Pour moi c'est une année "encore jeune" et pas une année "déjà vieille".

Voici deux témoignages assez dissemblables, dépendant de l’atmosphère, du mode de dégustation et de la bouteille :

Cheval Blanc 1985 bu en 2011 :
Le Château Cheval Blanc 1985 est servi aux quelques tables où Luc a regroupé ses amis amateurs de vins. Quel cadeau ! Le nez est superbe. On sent la richesse, la complexité, l'exubérance, la force. Instantanément, on s'installe au plus haut niveau. La bouche est belle, mais je dois dire moins impressionnante que le nez quand on boit le vin seul. C'est avec la selle d'agneau rôtie magnifiquement exécutée que le vin prend son envol. Il a tout : charme, élégance, complexité, précision, des aspects de truffes, de réglisse, d'anis. Sa longueur est grande et élégante. Sa densité est superbe. C'est une des plus belles réussites de sa décennie. Un vin pour lequel on ne se pose pas la question de savoir s'il mérite sa place dans la hiérarchie des vins de Bordeaux, car il est au sommet.

Cheval Blanc 1985 bu en 2007 :
Première série : Cheval Blanc 1988, 1985, 1979, 1978, 1975, 1971, 1970. Le nez du 1985 est plus fluide, plus discret, signifiant un vin plus délicat. Le 1985 montre une certaine évolution. Un peu fatigué, il réclame un plat. Il est assez intéressant, mais probablement trop strict. Le 1985 est comme un bon élève, classique mais pas surprenant; le 1979 est plutôt beau pour l’année. Il est sec mais pour mon palais il est meilleur que le 1985.

je souhaite à Xavier d'en trouver une comme celle que j'ai bue en 2011.


Cordialement,
François Audouze
#409

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2120
  • Remerciements reçus 740

matlebat a répondu au sujet : Re: Cheval Blanc

Bonjour Xavier,

Nous sommes assez proche sur notre ressenti de ce Cheval Blanc 85.
François, je serai très heureux de le gouter comme toi mais au vue de la mienne, j'ai des doutes sur la précision et la densité. Et a mon avis, les années supplémentaires n'y changeront rien...
Amicalement, Matthieu
#410

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 8006
  • Remerciements reçus 153

FGsuperfred a répondu au sujet : Re: Cheval Blanc

je ne vois pas trop comment un vin sur le déclin peut s'améliorer, désolé...8-)
un peu comme si on regardait un papy de 88 ans en lui disant que le temps va améliorer son état de santé...

frédéric Gautier, passionné
membre de poids de LPV haute-normandie ...
fgsuperfred.canalblog.com
#411

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2120
  • Remerciements reçus 740

matlebat a répondu au sujet : Re: Cheval Blanc

Fred, j'aime bien la comparaison :-) !
#412

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 128
  • Remerciements reçus 1

laurent78 a répondu au sujet : CR: Saint-Emilion de Cheval Blanc 2005

Bonjour,

Bu hier soir lors d'un diner avec des amis : le saint Emilion de Cheval Blanc 2005.

Je ne connaissais pas l'existence de ce vin, que le château ne met pas à la vente, mais ne donne qu'à ses clients les plus importants.

Au delà du côté sympa de se dire qu'on goute à un vin rare et peu accessible, voici quelques commentaires :

- Robe assez sombre, pas vraiment de trace d'évolution
- Nez très avenant, expressif, charmeur, avec un touche de maturité mais sans lourdeur ni confiture
- Bouche cohérente avec le nez, les tanins sont parfaitement intégrés (nous craignions qu'ouvrir ce 2005 10 ans plus tard ne soit bien trop tôt, ce n'est pas le cas). Du fruit noir, quelques aromes de terre et de forêt discrets. Une belle longueur. C'est droit, équilibré, bien fait.

Bref, un fort joli vin, qui me réconcilierait presque avec les vins de bordeaux ;-)

Laurent

"C'est dans la cave que se trouve l'âme d'une maison"
#413

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 225
  • Remerciements reçus 0

Tiresias a répondu au sujet : CR: Château Cheval Blanc 1953

Pourquoi écrit-on des CR? En ce qui me concerne et comme beaucoup je présume, derrière ce partage d'information il y a ce double objectif, progresser dans l'exercice de la dégustation en se forcant à poser des mots pour décrire ce qui relève souvent de la sensation. Et d'autre part renvoyer (bien modestement) l’ascenseur à la communauté LPVienne dont la richesse vient justement de la pluralité des avis sur de très nombreuses bouteilles et millésimes.
Se pose pourtant la question de la légitimé, auquel je n'échappe pas régulièrement (oserais-je même dire que c'est de pire en pire, tant plus j'avance et plus je réalise mes insuffisances?).
Or dans ce cas, comment penser que son avis vaut quelque chose quand on n'est ni très familier de ce genre de vin (c'est même la première dégustation d'un CB en ce qui me concerne!) ni des millésimes très anciens. Et les éventuels possesseurs de cette bouteille n'attendent certainement pas mon avis pour l'ouvrir (du moins je l'espère ;)).

Car si l'on peut se dire que dans les magazines automobiles on aime toujours lire les essais des Ferrari ou des Aston Martin, quel crédit accorder si l'on confie l'article à un jeune conducteur qui vient de passer son permis sur une Clio diesel?
Alors, écrire pour se vanter un peu comme on poste des photos de ces vacances sur Facebook pour faire la chasse aux likes?

Si j'écris ce laborieux préambule, c'est que je me suis (un peu trop) sérieusement posé la questions de la pertinence d'un CR pour cette bouteille.
Mais après tout il ne s'agit que de vin et que d'un commentaire parmi des dizaines de milliers d'autres, alors pourquoi pas du moment que l'on pense avoir quelque chose à en dire.

CR: Cheval Blanc 1953 donc:

La robe fait clairement son age, et malgré le niveau bas le nez rassure et semble d'ores et déjà bien vivant à l'ouverture, ne demandant qu'à s’éveiller pleinement après plus de 6 décennies de sommeil. Patience.

Difficile une fois de plus d'aborder la dégustation sans a priori. Pour limiter (un peu) le biais, les 2 autres personnes avec qui je partageais cette bouteille dégustaient néanmoins leur premier verre à l'aveugle.
Pas forcément loquace devant le bel ovni (objet vinique non identifié), les langues se délient progressivement au fur et à mesure des gorgées. Bon, on est d'accord, "c'est assez fabuleux".

Comment ne pas verser dans l'emphase alors? D'abord ce nez envoûtant, sur le tabac, le sous-bois, un fin boisé, et ces arômes de pruneaux presque vieux Porto qui pourtant ne donne pas l'impression d'un vin oxydé ni même fatigué grâce à une insolente fraîcheur.
On se retrouve vite avec une liste à la Flaubert, où pourtant rien ne se chevauche malgré la complexité évidente.

En bouche derrière la finesse de l'attaque, le cabernet affirme sa présence, notamment dans des tanins incroyablement affirmés mais d'une folle élégance, avant une finale interminable, florale et presque mentholée.
Moi qui craignait un vin décharné j'ai du mal à seulement admettre qu'il puisse être en phase descendante tant son message reste vibrant et évident.

Un Grand Vin indéniablement mais qu'il serait illusoire et surtout présomptueux de vouloir noter et décrire en le dissociant de l'émotion qui a entouré sa dégustation.
Grand Moment, et tant pis pour l'excès de lyrisme.

Mickaël
LPV Paname
#414

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1383
  • Remerciements reçus 207

jclqu a répondu au sujet : Château Cheval Blanc 1953

Tiresias écrivait:
> Car si l'on peut se dire que dans les magazines
> automobiles on aime toujours lire les essais des
> Ferrari ou des Aston Martin, quel crédit accorder
> si l'on confie l'article à un jeune conducteur qui
> vient de passer son permis sur une Clio diesel?

Merci pour le CR ;)

J'aime bien l'analogie que tu cites, mais justement, on peut accorder autant de crédit au "pro" qui est habitué aux grosses cylinfrée et peut se montrer parfois trop critique enveres de belles motorisations, alors que le conducteur de la Clio diesel, c'est le plus souvent de lui dont on se sent proche, et quand il est débordé par l'emphase que lui procure la plaisir de ce qu'il pilote, c'en est presque plus excitant et énervant quand il prend son pied, parce qu'on se dit "alors moi aussi je peux le faire" !

JC
LPV Lutèce
#415

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5267
  • Remerciements reçus 2056

Frisette a répondu au sujet : Re: Cheval Blanc

Merci Michaël pour ce compte-rendu! Je crois qu'il faut se décomplexer, ton descriptif est très intéressant et à bien évidemment toute sa place ici! Bravo en tout cas, et merci pour ce partage.

Flo (Florian) LPV Forez
#416

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 14168
  • Remerciements reçus 8

François Audouze a répondu au sujet : Re: Cheval Blanc

Tirésias,
Bravo pour ton CR, bravo pour sa spontanéité et son humilité.

J'ai bu le 1953 dans une série assez marathon : Cheval Blanc 1955, 1953, 1952, 1937, 1934. Marathon car il y avait beaucoup d'autres séries.
De ce fait les commentaires sur chaque vin sont succincts. J'ai noté :
Le 1953 a une odeur fantastique...
Le 1955 est un grand vin, mais pas autant que le 1952. Le 1953 est un grand vin, dans la même ligue que le 55 et le 52....

et mon classement final de la série a été : 1952 – 1955 – 1953 – 1934 – 1937.

Avec ce commentaire : La décennie 50 réussit actuellement pour Cheval Blanc.

Ces Cheval Blanc anciens donnent beaucoup de plaisir. Au total de cette dégustation nous avons bu 34 millésimes et j'ai écrit :

Ma conclusion est que la décennie 50 a fait les plus authentiques Cheval Blanc qui allient élégance et finesse et sont maintenant au sommet de leur art. Et la décennie 40 a créé, pour les meilleures années, des vins qui sont les plus extrêmes, les plus fous, les plus extravagants.


Cordialement,
François Audouze
#417

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2
  • Remerciements reçus 0

HerBak a répondu au sujet : Cheval Blanc 2003

Bonjour,

Je suis vos discussions depuis quelques temps et il est venu pour moi le temps de poser ma première question.

Ma cave est composée à 80% de Bourgogne/Rhône et je n'ai qu'une faible connaissance des Bordeaux.

J'ai plusieurs flacons que je pensais sympas mais un ami m'a dit que Cheval Blanc 2003 était un carnage et qu'il fallait le boire rapidement.

Je m'attendais plutôt à une garde de l'ordre de 20 ans pour ma part...

Doit-il être bu rapidement ?

Merci par avance pour votre aide !

HB
#418

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 14168
  • Remerciements reçus 8

François Audouze a répondu au sujet : Re: Cheval Blanc 2003

HerBak

Voici le Cheval Blanc 2003 bu en novembre 2007 dans une comparaison de millésimes proches.
beaucoup de choses se sont passées depuis 2007 mais ça peut donner des indications

Cheval Blanc 2004, 2003, 2001, 2000. En sentant le 2004, on voit que nous changeons complètement d’époque. Le nez est pur, sympathique. Le nez du 2003 est plus concentré, plus intense. Le nez du 2001 est plus souple, plus voluptueux. Le nez du 2000 est velouté, élégant mais aussi puissant. C’est le nez le plus distingué. En bouche, le 2004 est déjà un grand vin. Il est très bon, mais la palette aromatique n’est pas très large. Le final est beau. Le bois est élégant. J’ai une impression très positive de ce jeune vin. Le 2003 est plutôt monolithique et simplifié. Malgré les écarts de réputations, je suis plus en faveur du 2004 que du 2003, qui ne me semble pas, au vu des bouteilles servies, aussi bien construit. Le 2001 est élégant, très pur, avec une puissance suffisante. Il est très fruits noirs, et astringent. Le 2000 est un immense vin. Il n’est pas vraiment dans le style Cheval Blanc. Il est équilibré, doux et serein, avec du cacao et du bois tropical. Ce vin deviendra un très grand vin.
Classer est très difficile. Pour le plaisir pur, j’hésite entre : 00 – 04 – 01 – 03 et 00 – 01 – 04 – 03. Le 03 est trop simplifié et osseux
.


Cordialement,
François Audouze
#419

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 481
  • Remerciements reçus 3

tipat07 a répondu au sujet : CR: Cheval Blanc 1986

Salut à tous,

Je suis heureux de reprendre "ma plume" pour un petit CR, car cela fait longtemps... mais quand le vin est Grand il faut le dire !
J'ai donc eu le plaisir de boire il y a peu de temps ce CR: Cheval Blanc 1986; à la robe il ne parait avoir que 15/20 ans pas plus et parait donc assez peu évolué pour un Bordeaux, sa robe est encore profonde et pas du tout tuilée... Au nez, c'est très ouverts et généreux; il y a du Tabac blond, la boite a cigars et des épices douces (cannelle avec plus d'ouverture) , un peu de fruits bien murs et une touche de boisé discrète. En bouche, le touché est fabuleux, du velours et une finesse élégante, c'est complexe sur l'ensemble des parfums avec une matiere carressante et douce, l'équiliobre est parfait et la finale épatant; Quel pieds !
Pour moi, c'est à la hauteur de mes attentes. Je crois que c'est parmis les beaux bordeaux que j'ai eu le plaisir de gouter (las cases 82, 89, 90, Lynch Bages 89, 90, La Conseillante 89, Gruaud Larose 86 pourne citer que ceux-là.).
Merci beaucoup Joël...

Patrice D

"Déguster un vin, c'est garder la tête froide en laissant son coeur s'emballer" Enrico Bernardo.
#420

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck