Nous avons 1449 invités et 31 inscrits en ligne

CR: Bilan des fêtes de fin d'année 2020

  • Frisette
  • Portrait de Frisette Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Utilisateur
  • Enregistré
  • Messages : 6261
  • Remerciements reçus 4051

CR: Bilan des fêtes de fin d'année 2020 a été créé par Frisette

CR: Bilan des fêtes de fin d'année 2020


Il est désormais l'heure de clore cette année 2020...Quel drôle de nom d'ailleurs: 2000 vins...et bien on en aura été loin...Bref, comme je pense la plupart d'entre nous, j'étais heureux de pouvoir tourner une page, qui aura été particulièrement chargée et éprouvante pour moi. J'ai donc décidé, sur plusieurs repas, en cercle très restreint évidemment, d'ouvrir des bouteilles sympas d'autant que, ironie du sort depuis 39 ans, mon anniversaire tombe cette année encore pile poil entre Noël et la Saint Sylvestre! Elles sont listées dans leur ordre de dégustation.

Pierre Gimonnet, Champagne 1er Cru, Oenophile, Brut Nature, 2012
Ouverture immédiate
Robe jaune légèrement dorée à reflets gris, bulle fine. Nez fumé/grillé, sur les fruits à coque et l’amande. La bouche est assez vive, avec une matière de demi-corps mais à la densité correcte provoquant une sensation de richesse mêlée à un certain classicisme. La bulle est moyennement impactante, relativement délicate. On retrouve l’amande, les fruits à coque, un espèce de grillé/fumé mettant en relief de fins amers sur une finale de moyenne longueur. Il fait le job à l’apéritif sans problème. Cuvée très sympathique. Très Bien (16/20)

Domaine Joblot, Givry 1er Cru, En Veau, 2017
Ouverture 1 heure
Robe jaune très claire. Nez coco/vanillé très boisé, masquant tout fruit. La bouche est de moyenne corpulence, très ronde, avec un joli gras mais dont les marqueurs globaux d’élevage sont encore beaucoup trop prégnants. D’ailleurs, l’aération met toujours en avant ce boisé/vanillé/coco, même si le temps laisse apparaître timidement quelques notes de citron. La finale est relativement courte. Très sphérique, facile d’accès de par le côté démonstratif et maquillé pour le non initié. Il lui faudra du temps pour digérer cet élevage un peu ambitieux. Néanmoins, ça fonctionne bien avec des queues de langoustes. Bien – (14,75/20) car j’en attendais un peu plus et ne le pensais pas si élevé.

Château Carbonnieux, Pessac Léognan, Grand Cru Classé des Graves, 2005
Carafage 3 heures.
Robe dense, noire, assez opaque, avec un disque qui commence à se tuiler légèrement. On a un nez très fumé/graphite, cendré et baies noires. La bouche est onctueuse, avec un volume assez sphérique dans lequel les tanins sont très fins. On retrouve ce côté fumé/cendré, avec des notes de fruits noirs (cerise, mûre…). Un vin assez enveloppant qui commence à s’aborder assez facilement. La longueur est satisfaisante, assez bon accord avec un tournedos rossini. Plutôt une bonne surprise, en particulier sur ce millésime 2005, pour ce vin que je n’ai pas trouvé au final très fermé. Très Bien + (16,25/20)

***

Les Vins de Vienne, IGP Collines Rhodaniennes, Taburnum, 2016
Ouverture immédiate
Robe vieil or me faisant craindre d'emblée un début de prémox. Le nez est complexe, mais sur un équilibre évolué: raisin de corinthe, miel, fruits secs, fond caramel/vanille/noix de macadamia, complété par des notes tourbées, de pain d'épice et légèrement pétroleuse. C'est complexe. La bouche se présente avec un équilibre sur le fil mêlant un joli gras à une acidité, pas encore dissociée, mais dont on sent qu'elle en prendra prochainement le chemin. L'aromatique est complexe et retrouve les mêmes éléments qu'au nez, ce qui procure un minimum de plaisir. La finale est un peu chaleureuse, de moyenne longueur, épicée et un peu tourbée. Au total, un vin à boire immédiatement, mais un prémox semble évident. Pour l'instant buvable mais pour combien de temps encore??? Une relative déception. Assez Bien à Bien (14,5/20)

***

Domaine Jean Paul et Benoît Droin, Chablis Grand Cru Grenouille, 2011
Ouverture 1 heure
La robe est jaune claire. Le nez est très citron vert/agrumes et kiwi. La bouche est pleine, volumineuse, très tendue, effilée et très dense avec une empreinte calcaire assez conséquente. La longueur est conséquente, la finale est un tout petit peu chaleureuse et réglissée, mais d’une grande tonicité. Excellent + (17,25/20)

Domaine Michel Bouzereau, Meursault 1er Cru, Perrières, 2011
Ouverture 1h30
Robe légèrement plus foncée que le Droin. On a un nez sur les agrumes, le citron jaune avec un côté légèrement fumé. La bouche présente une belle tension finement enrobée par un très léger gras qui enrobe cette jolie matière presque tannique. On retrouve une belle marque pierreuse/calcaire. Belle longueur et très dense. Il paraît assez jeune mais peut évidemment se garder encore longtemps. On notera un retour sur le raisin vert et quelques amers grillés encore à fondre. Excellent (17/20)

Guigal, Condrieu, La Doriane, 2016
Ouverture immédiate
La robe est jaune d’or. Le nez est pâtissier, sur la tarte citron meringuée, avec une grosse empreinte florale (jasmin, violette). La bouche est impactante, grasse, très volumineuse, très ronde, sans grosse acidité, mais avec toujours cette aromatique très florale, en particulier de violette, parfaitement exécutée. La longueur est conséquente, avec un équilibre magistral porté sur l’amertume, qui le rend étonnamment frais et au total, digeste, ce qui est un tour de force au vu de sa constitution. Excellent – (16,75/20)

Domaine Montcalmès, Terrasses du Larzac, 2016
Ouverture immédiate
Robe grenat sombre, violine, assez opaque. Nez assez frais, sur des baies rouges acidulées mûres, enrobé par de fines effluves lactées. La bouche est assez souple, directe, suave et très gourmande, proposant un ensemble très facile, relativement digeste. Les tanins sont très fins, légèrement gras, donnant une matière agréable, de volume correct accompagné d’une acidité présente mais parfaitement maîtrisée, dans un registre presque confortable : il me semble même avoir repris un peu de volume par rapport à la première bouteille ouverte il y a un an. On retrouve une aromatique relativement fraîche sur les baies rouges (framboise, groseille), avec un côté sudiste sur la garrigue et le thym assez facilement identifiable. ¨Pas hyper long ni complexe, mais très immédiat. Très Bien + (16,25/20)

***

Michel Chevré, Saumur, Clos de l’Ecotard, 2016
Robe jaune claire. Nez assez neutre. La bouche est vive, plutôt sur une aromatique citronnée, puis « sauvignonneuse » (buis, bourgeon de cassis…). La bouche est de construction assez simple mais assez efficace dans un style apéritif, avec un fond crayeux légèrement salin. La finale est assez modeste. Ni très long, ni très volumineux, ni très complexe, il manque un peu d’émoi, de complexité, de gourmandise et de franchise. Bien + (15,25/20)

Domaine Yves Gangloff, Saint Joseph, 2017
La robe est violine opaque, très dense. Le nez est magnifique, de baies noires, d’épices avec un fin nuage lacté. La bouche est dense, charnue, volumineuse, avec un très beau toucher de bouche confortable, marqué par des tanins très doux et légèrement gras, donnant une impression de velouté exquis. On retrouve des épices, du poivre, de la violette, un mix de fruits rouges et noirs souligné par un fond mentholé très léger. La longueur est assez importante, c’est d’une gourmandise absolue. Excellent + (17,25/20)

***

Bouteilles de l'année de naissance de chacun des petits enfants de mes parents.

Domaine Morey Coffinet, Chassagne Montrachet 1er Cru, Blanchot Dessus, 2013
2 heures d’ouverture
La robe est or claire, un peu dorée me faisant douter sur un début d’oxydation prématurée. Le nez est initialement assez neutre et réservé. L’aération retrouve un fond boisé, finement grillé, sur la noisette. Le doute du prémox est levé à l’aération car on retrouve un volume très dense et ample, donnant une bouche pleine d’énergie. L’aromatique en bouche est relativement discrète, on est plus sur un vin de texture au beau volume, mais dans une période probablement un peu fermée. Très grande longueur, avec un fin boisé finement grillé en finale. A attendre à mon avis car il y a de la longueur, il y a de la matière et de la densité. Très Bien à Excellent (16,5/20)

Pierre Jean Villa, Saint Joseph, Préface, 2019
On a une robe rouge carmin. Le nez est très facile sur les baies rouges et le yaourt petit suisse à la framboise. La bouche est ronde, de demi-corps sans masse tannique perceptible, légèrement grasse avec toujours ce côté petit suisse enveloppant, complété par des notes de cassis et de baies rouges. C’est très velouté et facile à boire. La finale est de moyenne longueur. Simple, jeune mais gourmand et efficace. Très Bien + (16,25/20)

Domaine de la Pousse d’Or, Volnay 1er Cru, Clos des 60 Ouvrées, 2016
La robe est grenat rubis. Le nez est précis sur la cerise mais assez monolithique. La bouche est puissante, dense, bien définie autour d’une belle cerise croquante. Les tanins se font encore un peu anguleux même s’ils sont globalement empreints d’une belle finesse. On sent une matière assez cylindrique, dense et tonique, portée par une belle acidité motrice emmenant cet ensemble relativement loin, dans un élan de classicisme, voire de légère austérité procuré par une légère pointe végétale apportant un fond assez frais. La finale est assez longue et se conclue sur un retour sur le gravier humide et de belles notes de graphite. A attendre impérativement (NB : je ne me rappelais plus avoir bu un exemplaire précédent il y a 3 mois …) Très Bien + (16,25/20)

***

Domaine du Vissoux, Moulin à Vent, Les 3 Roches, 2015
Ouverture immédiate.
La robe est grenat foncée. On a un nez de myrtille, de fruits bleus, de fumé, un peu d’hémoglobine et de baies rouges. C’est assez complexe. La bouche est dense et charnue, relativement veloutée, avec de petits tanins très poudreux. C’est un ensemble assez facile à boire, très gourmand, de joli volume. Relativement long, la finale est un peu caillouteuse, pierreux, sur le minéral, avec un retour sur la myrtille et le fumé. Très Bien + (16,25/20)

***

Domaine Jean Claude Ramonet, Chassagne Montrachet 1er Cru, Boudriotte, 2015
Robe grenat cerise/rubis. Nez très précis sur la cerise et la framboise. La bouche est dense, charnue et pleine, avec des tanins très enrobés, très finement gras, sans aucune aspérité, donnant un touché de bouche de très haut niveau. On a une matière complètement déliée, c’est un vrai régal. Le vin est cylindrique, mais toujours tonique, sans avoir une once de lourdeur ni de chaleur, c’est frais tout en étant élégant et bien constitué. L’aromatique mêle un beau fruité primaire et pur à une belle intensité florale (pivoine). La finale est de belle longueur. On a donc un ensemble très noble et très pur. A garder sans aucun doute mais déjà irrésistible. Il paraît que l’on va chez Ramonet pour les blancs et que l’on y reste pour les rouges. Je veux bien croire ce dicton. Excellent (17/20).
A noter également que sur l'étiquette est marqué élevé et vinifié au domaine: il me semble qu'il s'agit de la même problématique que celle évoquée récemment sur un Meursault Coche Dury

***

Château Simone, Palette, 2011
Ouverture 1 heure
Robe or claire. Nez très beau et puissant, de fleurs blanches et surtout herbacé, à type de chlorophylle, de fenouil, de gentiane, d’anis. La bouche, très cylindrique, présente un gros volume, mobile, sur une matière glycérinée, assez grasse et ronde, tendue par une acidité motrice qui propulse ce vin assez loin. On retrouve cette aromatique herbacée et mentholée, assez fraîche. La finale est longue et impactante. Très beau vin de gastronomie, en pleine forme et pour longtemps. Excellent + (17,25/20)

***

Ermitage du Pic Saint Loup, Pic Saint Loup, Guilhem Gaucelm, 2015
Ouverture 1 heure
Robe grenat foncée. On a un nez d’emblée expressif, puissant, sur la garrigue, le thym, le romarin, avec de belles notes d’oranges sanguines, de baies rouges et un soupçon d’hémoglobine, mais sans note de volatile que l’on peut parfois trouver sur les cuvées du domaine. La bouche est de gros volume, confortable, dense mais avec un côté un peu molletonné et épais, que l’on ne retrouvait pas sur le millésime 2016. On retrouve ces arômes fruités primaires de baies rouges et noires bien définis, de poivre et de plantes aromatiques sudistes, d’orange sanguine. La finale est longue et s’affine sur une belle acidité motrice, évitant tout excès de lourdeur ou de chaleur du millésime. Ensemble très complet, bien bâti, tonique et frais dans un registre relativement riche. Excellent (17/20)


C'est tout pour aujourd'hui, et c'est déjà pas mal!!!

Flo (Florian) LPV Forez
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, Alain Hinant, Jean-Paul B., dt, Jean-Bernard, didierv, Gibus, sideway, whogshrog43, Nathenri, Jean-Loup Guerrin, LADIDE78, bibi64, Vaudésir, DUROCHER, FloLevBen, vivienladuche, supervedro, f.aubin, IH1456, starbuck, leteckel, jd-krasaki, ysildur, vvigne, éricH, Kiravi, Lionel73, Garfield, Vesale, JeanRX
04 Jan 2021 21:30 #1

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2588
  • Remerciements reçus 2418

Réponse de jd-krasaki sur le sujet Bilan des fêtes de fin d'année 2020

Bouteilles de l'année de naissance de chacun des petits enfants de mes parents.
Le joli prétexte B)

Pas grand chose en dessous de très bien, c'est une chouette série !

JD | Lutèce
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Frisette
04 Jan 2021 22:05 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 84858
  • Remerciements reçus 11404

Réponse de oliv sur le sujet Bilan des fêtes de fin d'année 2020

A noter également que sur l'étiquette est marqué élevé et vinifié au domaine: il me semble qu'il s'agit de la même problématique que celle évoquée récemment sur un Meursault Coche Dury


Hervé a parfaitement expliqué dans le fil ci-dessous le motif de cet étiquetage consécutif à la reprise par Jean Claude Ramonet des vignes appartenant à son frère Noël.

www.lapassionduvin.c...
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Frisette
04 Jan 2021 22:12 #3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck