Nous avons 756 invités et 11 inscrits en ligne

Quelques vins pour le réveillon du nouvel an

  • Messages : 354
  • Remerciements reçus 237

Moriendi a créé le sujet : Quelques vins pour le réveillon du nouvel an

Voici un petit compte-rendu des vins bus lors de mon réveillon du nouvel an en compagnie de soiffards d'amis. C’est assez éclectique avec quelques vrais moments de plaisir.

Lundi 30 à déjeuner
Maison Guigal – Côtes-du-Rhône 2004 (magnum)
Plat : magrets de canard
Lundi midi, c’est magrets de canard et justement un magnum du Côtes-du-Rhône de Guigal traînait par là. Son propriétaire exprime quelques craintes quant à la qualité du contenu mais la dégustation le rassure. Le vin est très souple, aucun tannin ne dépasse, ce qui me réjouit car je trouve cette cuvée parfois un peu abrupte pour mon palais. Des fruits noirs, quelques arômes confits et la bouteille se boit toute seule.

Domaine Chamonard – Fleurie La Madone 2015
Plat : magrets de canard
Le Guigal ayant un goût de trop peu, ce Fleurie est promptement débouché pour prendre sa succession : robe rubis, nez de fruits rouges, arômes similaires en bouche, le vin est gouleyant, simple mais pas trop et se boit lui aussi très facilement.

Lundi 30 à dîner
La soirée de lundi devient une spéciale Sancerre avec pas moins de trois vins différents et trois expressions du sauvignon fort différentes.

Domaine du Pré Semelé – Sancerre 2016
Plat : apéritif et saumon fumé
Bouteille bue en apéritif et finie sur du saumon fumé. Belle robe claire, nez sur les fruits blancs essentiellement. En bouche, le vin se montre vif avec des arômes dominants de pomme et de poire, assez inhabituels me semble-t-il, et une finale plus classiquement sur les agrumes. C’est bon et gourmand à défaut d’être très complexe.

Domaine Gérard Boulay – Sancerre Clos de Beaujeu 2013
Plat : saumon fumé
Net saut qualitatif avec ce très beau vin ! Robe claire avec des reflets verts, nez puissant sur les agrumes. La bouche est vive, gourmande, avec toujours des agrumes : citron et pamplemousse, mais aussi un côté floral. Le vin est bon et ne verse jamais dans la caricature. Bel équilibre, finale assez longue et bon accord sur le saumon fumé. Un des meilleurs vin du réveillon. A noter que j’avais bu sa grande sœur voilà un an et que le vin s’était montré bien moins expressif à l’époque.

Domaine Pascal Cotat – Sancerre Les Monts Damnés 2016
Plat : saumon fumé et fromages
C’était ma première rencontre avec un vin de ce domaine et j’ai été plutôt désarçonné ! Robe claire avec des reflets verts, nez sur les fruits jaunes et blancs avec une impression de sucrosité. En bouche, le vin se goûte comme un chenin : plus large que long, ample, avec une dominante florale, une acidité sous-jacente malgré une douceur qui me surprend. J’en suis venu à me demander s’il y avait des sucres résiduels dans ce flacon. Accord pas top avec le saumon fumé, meilleur sur les fromages. Je n’ai pas été convaincu par ce vin.

Domaine de Trévallon – IGP des Alpilles 2013
Plat : filet de biche en croûte et pommes dauphines
Sur un excellent filet de biche en croûte, il fallait du vin avec du répondant mais aussi de la finesse : Trévallon s’imposait ! Enfin disons surtout que je voulais faire découvrir le domaine à mes amis.

La robe est sombre, le nez est déroutant avec des arômes qui jaillissent en désordre hors du verre : fruits rouges et noirs, un peu de poivre, de cigare… La bouche est puissante mais pas agressive, avec un équilibre très bordelais sur un côté strict qui ne se livre pas facilement. Le vin me semble un peu sur la retenue, comme s’il refusait de lâcher les chevaux alors qu’on sent bien que ça piaffe derrière. A noter que sur les deux bouteilles ouvertes, l’une était d’un accès un peu plus immédiat que l’autre. En me relisant, je réalise que ce CR donne l’impression d’un vin pas très intéressant : il n’en est rien, tout le monde a apprécié mais quelques années de cave lui feront certainement du bien.

Mardi 31 au déjeuner
On décide de faire (relativement) sobre histoire de ne pas se pourrir l’estomac pour le soir.

Domaine Le Soula – vin des Fenouillèdes 2012 blanc
Plat : boudins blancs à la truffe et aux cèpes et pommes caramélisées
Encore un domaine que je souhaitais faire découvrir à mes amis ! J’escomptais un vin assez ample et complexe avec des fruits jaunes et un rien d’amertume pour souligner le goût du boudin. L’accord a marché à peu près si ce n’est que ce 2012 a fait preuve de plus de tension et de vivacité que je ne l’escomptais. Beau vin néanmoins sur les fruits blancs mûrs et quelques épices et une finale assez longue et vive.

Bénédicte et Stéphane Tissot – Arbois 2004
Plat : fromages
Bouteille oubliée en cave par notre hôte qui l'a débouchée sur le plateau de fromages et son comté de 24 mois. La robe fait évoluée, tirant sur l’or. Le nez trahit le savagnin avec ses arômes de noix dominants. La bouche est assez douce et manque de peps : le vin déroule sa partition légèrement oxydative sur un mode paresseux. Pas mauvais mais clairement sur la pente descendante.

Mardi 31 au dîner

Champagne Lombard – Brut nature blanc de blancs
Plat : hors d’œuvres divers
C'était ma première rencontre avec cette maison de Champagne peu connue me semble-t-il. La robe est finement dorée, le train de bulles est très actif. Le nez est peu causant. En bouche, on sent bien les bulles et pas grand-chose d’autre : le vin est plutôt mutique, offrant de vagues arômes de pomme et de fruits jaunes mais il faut se concentrer pour les percevoir. Déception générale.

Domaine Camin Larredya – Jurançon Au Capceu 2017
Plat : foie gras
Ce sont les divers commentaires élogieux lus sur LPV qui m’ont donné envie de découvrir ce domaine. Donc : merci les copains !

La bouteille est belle, la robe aussi, d’un très bel ambré. Le nez est très expressif sur les fruits exotiques. En bouche, c’est l’équilibre entre la suavité des arômes de fruits et la vivacité qui marque : le vin rebondit sur le palais en déposant à chaque fois des arômes de mangue, de mandarine, de miel. C’est très gai et très séducteur. Gros succès autour de la table !

Domaine Morey-Coffinet – Chassagne-Montrachet 1er cru Clos Saint-Jean 2012
Plat : chapon farci aux gésiers confits et pommes
Pour le chapon farci, je voulais un rouge suave comme un coucher de soleil, bien élevé comme une marquise et gourmand comme un confiseur. Dans l’ensemble, ce Chassagne a bien répondu au cahier des charges avec une belle robe d’un rubis intense et un nez ouvert et charmeur sur les fruits rouges. La bouche est enlevée avec une pointe de verdeur qui, malgré une ouverture précoce, en a gêné certains. Mais la gourmandise et la finesse de ce Chassagne ont finalement emporté les suffrages !

Voilà, nous sommes en 2020, j’en profite pour adresser mes vœux de bonheur et de soiffitude à tous les LPViens avant d’embrayer sur un janvier sec !
Je plaisante hein, pas taper ! ::out::

“Ce matin, après avoir entendu un astronome parler de milliards de soleils, j'ai renoncé à faire ma toilette : à quoi bon se laver encore ?” - Cioran // Serge
#1
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, dfried, Gibus, chrisdu74, Jean-Loup Guerrin, LADIDE78, bibi64, f.aubin, 4fingers, Frisette, starbuck, leteckel, Kiravi, Garfield

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck