Nous avons 1067 invités et 74 inscrits en ligne

Les amis, c'est la vie !

  • Messages : 2731
  • Remerciements reçus 38

Go6s a répondu au sujet : Les amis, c'est la vie !

Impec, merci Oliv pour ces instants de partage

Gaultier (62)......................Amateur de vins liquoreux rares ou hors-normes !
#1141

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5343
  • Remerciements reçus 2115

Frisette a répondu au sujet : Les amis, c'est la vie !

Très beau témoignage et encore une belle série, en particulier ce Chave 98, que nous avons eu l'occasion de goûter entre foréziens il y a déjà 2 ans et que je met dans mon panthéon des grands vins que j'aurai eu l'occasion de croiser.
En aparté, Albi et sa cathédrale, entre autre, ont l'air vraiment magnifique.

Flo (Florian) LPV Forez
#1142

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 81748
  • Remerciements reçus 7161

oliv a répondu au sujet : Les amis, c'est la vie !

La confrontation entre les deux rhône nord était absolument passionnante à boire et à vivre, illustrant combien deux styles différents peuvent offrir un plaisir énorme, laissant le dégustateur libre de ses faveurs en fonction de ses goûts personnels sans que le vin y perde en niveau pour autant.

Albi est un vrai bijou à l'architecture remarquablement originale à laquelle la brique apporte une chaleur rare sur les constructions gothiques.
#1143

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 17831
  • Remerciements reçus 2640

Eric B a répondu au sujet : Les amis, c'est la vie !

Pour ceux que ça intéresse, j'avais fait un gros diaporama sur Albi il y a quelques années :

www.boiremanger.net/...

Quelques heures après avoir pris ces photos, j'avais passé 6 heures à déguster avec Bertrand le Guern (juste tous les deux, peut-être une trentaine de bouteilles...)

Eric
Mon blog
#1144

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19950
  • Remerciements reçus 667

enzo daviolo a répondu au sujet : Les amis, c'est la vie !

Le mascarello 08 était vraiment somptueux, digne d'un grand chambolle pour son élégance aromatique et son côté suave en bouche. peu puissant mais quel harmonie dans ce vin! (tu)
#1145
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 17831
  • Remerciements reçus 2640

Eric B a répondu au sujet : Les amis, c'est la vie !

Le Monprivato est une cuvée particulière ?

Eric
Mon blog
#1146

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 21
  • Remerciements reçus 0

Djcomix a répondu au sujet : Les amis, c'est la vie !

Merci pour se témoignage plus que positif !
Les photos sont très jolies et certaines bouteilles m'ont fait de l'oeil comme le Chave ou le La !
j'ai quelques flacon de 1998 (année de naissance de mon plus jeun garçon) et je ne sais pas encore quand le boire avec lui.
Bonne journée à toutes et à tous !

Et je vais voir de ce pas les photos d'Eric.
#1147

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 81748
  • Remerciements reçus 7161

oliv a répondu au sujet : Les amis, c'est la vie !

Eric B écrit: Le Monprivato est une cuvée particulière ?


Le domaine est l'un des rares (2 ?) exploitants sur le cru Monprivato et je me demande s'il n'est pas le seul à l'étiqueter.
Il existe une Riserva.

Pour plus d'infos sur l'histoire du projet:

www.mascarello1881.c...
morrellwinebar.com/b...
#1148

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 481
  • Remerciements reçus 258

Med a répondu au sujet : Les amis, c'est la vie !

Et là, dans une scène pas croyable que si elle apparaissait dans un film, on la trouverait surjouée , je passe à peine la barrière de péage de Fleury que le ciel s'éteint et qu'il se met à flotter !
Et quelques kms plus loin, s'ils nous avaient épargné jusque là sur la route comme dans le verre, y'a plus de doute, on est rentrés : les bouchons sont de sortie !
Bon, ben ça y est, aucun doute... on est rentré... :unsure:


Je compatis sincèrement Oliv.
A chaque retour de vacances (et ce pendant 7 longues années), on avait les larmes aux yeux quand on voyait se profiler au loin l'immense péage de Saint Arnoult...

Merci encore pour ces compte-rendus !

Enzo...



Médéric
#1149
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, enzo daviolo

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 426
  • Remerciements reçus 241

lucas_mir a répondu au sujet : Les amis, c'est la vie !

[Mode chauvin on]
Pardi que c'est beau, Albi! Et cette cathédrale, à nulle autre pareille: quasiment un château-fort, imposant, austère presque en dépit de la chaleur de ses briques... mais dont l'intérieur, intégralement peint, flamboyant, contraste terriblement avec l'extérieur, et la rend si unique...
Et puis, Toulouse-Lautrec qui aura offert à tous les amateurs de vin ce bon mot: "Je boirai du lait quand les vaches brouteront du raisin."
[Mode chauvin off]
Si d'autres lpviens envisagent une visite, je serai ravi de pouvoir donner des tuyaux, et pourquoi pas les croiser!
Cordialement
Lucas
#1150
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Frisette

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 81748
  • Remerciements reçus 7161

oliv a répondu au sujet : Les amis, c'est la vie !

mais dont l'intérieur, intégralement peint, flamboyant, contraste terriblement avec l'extérieur, et la rend si unique...


J'ai été sidéré d'apprendre que les sublimes peintures qui ornent la nef sont telles qu'à l'origine et n'ont jamais été restaurées !

#1151
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 17831
  • Remerciements reçus 2640

Eric B a répondu au sujet : Les amis, c'est la vie !

Ce qui est encore plus fou, c'est de savoir que TOUTES les églises de l'époque étaient peintes, intérieurement comme extérieurement (enfin, pas Albi, j'imagine).

Sainte-Cécile d'Albi est l'un de mes plus gros chocs architecturaux de mon existence.

Eric
Mon blog
#1152

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 426
  • Remerciements reçus 241

lucas_mir a répondu au sujet : Les amis, c'est la vie !

N'en jetez plus!!! Il va y avoir un flot massif de touristes, le gaillac va s'écouler par palettes vers la Chine, la Russie et les States, et, suivant la bonne vieille loi du marché, les prix vont flamber ;)
Et ma cave va me rendre imposable sur la fortune (si ça ne fait pas trop vieux monde, et que ça existe encore!) comme un vieil allocataire bourguignon XD
M'enfin, peut-être!?!
La prochaine, Oliv, préviens qu'on te reçoive dignement ;)
#1153

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 310
  • Remerciements reçus 8

Nono le Tonneau a répondu au sujet : Les amis, c'est la vie !

"Oliv
Bouche imbibé à 80% avec une petite saillie qui a dû un jour laisser passer une goutte"

Tu m'étonnes qu'après tout ça tu as la bouche imbibé à 80% !! ;)

Très belle sélection en tout cas et toujours le même plaisir à te lire

Arnaud - LPV Vaucluse
#1154

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3291
  • Remerciements reçus 202

whogshrog43 a répondu au sujet : Les amis, c'est la vie !

De très belles lectures sur ce fil, merci pour ces beaux moments.

Amicalement.
Nico
___________________________
Longue vie aux mangeurs d'étoiles...
20* : les vins de rêve / De 19,5 à 18* : les vins exceptionnels / De 17,5 à 16*: les vins excellents / De 15,5 à 13,5* : les bons vins / De 13 à 11,5* : les vins corrects / 11* et moins : les vins médiocres *A...
#1155

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 81748
  • Remerciements reçus 7161

oliv a répondu au sujet : Les amis, c'est la vie !

Les amis, c'est la vie !

Réveillon à Corconne



Ah de djiou, moi j'vous l'dis, ils savent pas la chance qu'ils ont les gens du Sud !

Alors que Paris est écrasé depuis des semaines d'une grisaille mouillée et cotonneuse et que les feuilles qui tombent des arbres sont aussi lourdes qu'une éponge pendant la vaisselle, c'est avec l'espoir de retrouver le soleil que nous prenons la route vers Pélusse et l'Enzo afin d'essayer de rajouter ensemble quelques belles lignes à ce feuilleton des Alamis qui nous est si cher à tous.

Et comme d'habitude, c'est après des centaines de kms, s'enfilant Chablis, Beaune, Lyon sous une purée de pois et frôlant de ne pas terminer l'année en vie après un coup de patin en mode Starsky afin d'éviter un carton de brouillard, que le ciel semble se déchirer en passant le champignon violet de la Drôme !
Mince, du bleu ? Ca existe encore, cette couleur ?
On avait presque oublié combien la lumière du Sud fait du bien au moral, un peu comme si vous viviez dans une pièce fermée dont on ouvre enfin les volets pour laisser le soleil vous irradier les os !

Et la route, tout le monde le sait, c'est comme la misère, elle est moins pénible au soleil...
Nous voilà donc arrivés à Corconne où je découvre une Sylvie rayonnante et un Pélusse tout raccourci des entournures, plus sec encore que la saucisse d'Enzo !
Eh oh, y'a un complot en route pour me foutre des complexes ou quoi ?
On avait dit qu'on vieillissait ensemble ! Vous pourriez faire des efforts pour suivre, mince... 8-x

Va falloir que je consulte Etienne Klein ou mon bon Dr Javaux afin qu'ils m'expliquent un truc.
Car comment que ça se fait que pendant que je prends des courbes à un rythme proportionnel à celui des verticales que je descends, il semble que ce soit strictement l'inverse pour Edlinger-Pélusse pendant que lui les grimpent ? ::zinzin::
Enfin, bref, moi qui comptais sur la solidarité des amis pour terminer l'année, va encore falloir aller chercher ailleurs des copains compréhensifs !

Bon, c'est pas tout ça mais le repas du soir va pas se préparer tout seul.
Comme toujours dans cette auberge ouverte dans une méthodologie qui a fait les preuves de sa convivialité, chacun est chargé de sa part d'appro et de son petit bout de frichti !
Et quand on a des caveurs du niveau de Vincent, des fouineurs du niveau d'Enzo, des glaneurs du niveau de Sylvie, des pâtissiers du niveau de Fio, pas besoin de vous dire qu'on angoisse pas trop sur la qualité du repas à venir ni de son bilan carbone !
Même l'huile d'olive est faite maison et a moins de 2 kms au compteur...

Allez, en piste... ::fz::






Champagne Drappier, Brut Nature



Oliv
Robe légèrement dorée au train de bulles vif.
Joli nez précis et plein de fruit, sur la peau d'orange qui s'enroule dans un côté finement oxydatif, sur les fruits secs. Ensemble causant et très plaisant.
Bouche très bien positionnée, sur un équilibre agréable entre une belle ampleur et maturité et une acidité salivante et fraîche qui porte et relance le vin.
Alliée à une matière bien présente et à sa franchise de goûts, très en phase avec le nez, la bulle chatouillante très sympa porte une finale toute en finesse et en gourmandise.
Très bien.

Enzo
Nez frais sur les agrumes et plutôt sur la finesse.
La bouche parait jeune, assez douce et de bon volume. La maturité laisse penser à un certain dosage bien qu’il n’en soit rien.
Finale assez persistante pour ce champagne de qualité.
Très Bien.




Foie gras et truffes de Corconne




Domaine Seppi Landmann, Riesling Grand Cru Zinnkoepfle Vendanges Tardives, 1998



Oliv
Robe vieil or.
Nez somptueux, sur un bouquet flamboyant et ultra complexe aux accents allemands, sur des notes mentholées, le tabac, le citron vert, le thé Earl Grey, la crème au beurre. Un vrai feu d'artifice d'une totale élégance !
Bouche agréable, d'un bel équilibre entre une sucrosité légère et une belle acidité.
Le vin est un peu moins intense au niveau de sa présence et de son impact qu'au niveau de sa complexité aromatique mais déroule un côté paisible et confortable jusque dans une finale d'une très belle persistance.
Excellent.

Enzo
Nez très fin et pur sur des notes mentholées, exotiques, de citron vert, de cire, de miel. C’est à la fois éclatant de pureté et lisibilité et particulièrement complexe. Superbe nez.
La bouche n’est pas en reste, elle est aérienne, d’un grand équilibre gourmand sans aucune sensation d’alcool à la manière d’un kabinett allemand.
Le sucre fondu n’obère en rien la salivation générale jusque dans la finale très longue sur les agrumes, l’exotique et le mielleux. Une magnifique bouteille à point.
Très Bien +/Excellent.




Crevettes marinées citron/gingembre



Domaine Albert Boxler, Alsace Riesling Grand Cru Sommerberg Cuvée D, 2008



Oliv
Robe d'un doré léger.
Nez racé, fin et frais, sur le citron confit, de très délicates notes minérales à peine pétrolées qui tranchent dans un exotisme fruité très léger.
Bouche géniale de tonus et de motricité, sur une propulsion acide magnifique (qui décolle pépère Enzo de son siège :whistle: ) et qu'équilibre une matière remarquable de corps et de densité.
Le vin reste encore très jeune niveau évolution aromatique, sur un côté froid (minéral et citronné) qui me convient tout à fait.
La finale est splendide de fraîcheur et d'ampleur.
Superbe ! Et accord parfait sur les crevettes marinées !

Enzo
Nez mûr, mielleux, terpénique, sur les agrumes et exotique. Joli.
La bouche possède une grosse acidité dès l’attaque typique du millésime, on salive beaucoup.
Ceci est bien compensé par une maturité de fruit réelle sur des notes exotiques.
Belle finale longue. Ne pas servir trop frais pour trouver un point d’équilibre idéal.
Très Bien (+).


Domaine Edmond Vatan, Sancerre, Clos La Néore, 2005



Oliv
Robe sur un jaune paille léger.
Nez banal et qui se vautre dans le primaire pénible de son cépage, sur le bourgeon de cassis et la groseille à maquereau.
L'accord avec les plats va produire deux lectures très différentes du vin en bouche.
Sur les crevettes marinées, l'attaque est large, d'une épaisseur visqueuse mais la structure semble plate, sans énergie et le vin abimé par d'affreux amers végétaux.
Changement de style sur les supions où le vin se réveille et gagne en équilibre et comme en tension.
Mais son aromatique trop primaire pèse trop sur le plaisir possible.
Décevant, comme tout sauvignon qui sauvignonne à l'excès.

Enzo
Nez particulièrement variétal de sauvignon sur le cassis, la groseille à maquereau, puis le citron et un trait végétal.
La bouche est grasse, phénomène accentué par l’effet de séquence après le Boxler, de beau volume, bien équilibrée mais riche et manquant quelque peu de relief et d’énergie à ce stade.
Le plaisir à table s’est effectué sur des supions au lard là où des crevettes marinées l’ont desservi.
Bien ++/Très Bien.



Supions, courgettes & chorizo



Anne et Jean-François Ganevat, Côtes du Jura, Champs Poids, 2015



Oliv
Robe jaune paille d'une forte turbidité.
Nez moche comme tout, réduit vasouillard et fermentaire, sur la gueuze et des notes fruitées (pomme reinette, citron) qui vont et viennent selon le mouvement du verre.
Bouche ultra tendue, à la limite de la raideur même si dotée d'une certaine puissance.
Mais je lui trouve trop de bizarreries, entre une certaine amertume et des goûts peu nets pour y prendre un plaisir réel.
Sur des huîtres, peut-être ?

Enzo
Nez réduit, de gueuze, assez nature, de pomme, citron évoluant sur le citron confit.
La bouche est très libre également avec une grosse acidité bien soutenue toutefois par un joli gras et de la salivation.
C’est digeste, pas très dense et finit un peu ferme mais ça évolue bien à l’air pour devenir agréable à table.
Bien ++.




Sandre au beurre blanc

Pêché par Vincent, cuit à la perfection par Ingrid. Un vrai bonheur !
Le roi des poissons de rivière a encore frappé !




Domaine Joseph Voillot, Volnay 1er cru Champans, 1969



Oliv
Bouchon vraisemblablement pas d'origine et imbibé légèrement.
Robe évoluée, sur un orangé qui tire sur le marron.
Joli nez fin et élégant, sur la noisette, la trompette de la mort, les fruits rouges séchés, des notes torréfiées.
Bouche à la jolie attaque souple et juteuse agréable mais qu'une acidité assez forte vient un peu grignoter à l'excès.
Le vin est frais, pas très complexe mais d'une jolie présence et élégance, avec encore du fruit qui lui apporte un charme certain.
Finale un peu stricte peut être mais qui apporte du plaisir et ne fait absolument pas son âge.
Bien à très bien.

Enzo
Nez très fin, délicat, floral, sur la truffe, le pot pourri et des notes encore fruitées de cerise matinées d’une touche de terre humide. Très agréable.
La bouche est glissante, gourmande, délicate et tout de même assez fluide. Par contre le fruit est bien présent, l’équilibre remarquable et on prend un vrai plaisir à siroter ce vin de 15/20 ans d’âge.
Comment ça presque 50 ans ?


Domaine Jules Desjourneys, Moulin à Vent, 2010



Oliv
Robe jeune et profonde, sur un violet presque impénétrable.
Nez riche et mat, un peu brouillon, sur de puissantes senteurs réglissées (zan, bonbon Florent) mais aussi des notes plus imprécises, sur la tomate séchée, l'encre de seiche, un côté plastique vernis qui chatouille.
Bouche puissante et très concentrée, d'une densité énorme assez difficile à appréhender pour un petit pdf comme moi car tout semble assez extrême dans ce vin, la matière comme les tannins.
Finale peu amène car d'une forme de raideur froide qui doit impérativement se détendre pour gagner en accessibilité.
Pas de plaisir en l'état.
Il y a du vin. Mais trop pour moi actuellement.
A attendre (mais combien de temps pour révéler la possible licorne sous le mammouth ?).

Enzo
Nez de menthe poivrée, d’épices, de fruits noirs, de fruits compotés également, de zan, de framboise. Joli nez même si peu éclatant.
La bouche est pleine, possède de super tannins. C’est concentré avec une charge tannique forte, juteux dans un beau volume mentholé.
L’ampleur en bouche est significative, l’acidité du millésime élevée, le gros jus est encore bien jeune et demande à se fondre pour gommer une certaine austérité finale. Rendez-vous dans 10 ans.
Très bien.




Filet de boeuf Aubrac, écrasée de pomme de terre à la truffe, cèpes de Lozère, girolles à la crème, roquette du jardin

Les truffes et les girolles = cueillette Vincent
Les cèpes = cueillette Enzo
La roquette = cueillette Sylvie et Marilou (rien à voir avec l'herbe à chat qu'on vous vend un sachet !)
Bilan carbone : quetchi.
Effet plaisir : maxi ! :jump:




Domaine Jean-Michel Gérin, Côte Rôtie, Les Grandes Places, 2001



Oliv
Robe grenat claire, avec une certaine évolution.
Nez sur le cuir, l'olive noir, des notes de café froid mais aussi un côté animal assez présent.
Bouche avec du volume mais aussi un côté raide austère par son acidité haute et des tanins un peu secs. L'ensemble est un peu froid d'expression et manque de générosité à mon goût.
Finale ferme mais d'une bonne tenue.
Bien.

Enzo
Nez sudiste, d’herbes aromatiques, d’épices, d’olive noire avec un trait vert et une note animale.
La bouche est fraiche mais toujours avec un caractère sudiste. C’est riche, avec des amers présents, dans un beau volume et une certaine gourmandise.
On salive, l’acidité est perceptible mais il me manque un peu de détente ou d’harmonie pour prendre un gros pied. Finale sur les agrumes.
Très Bien.




Comté vieux, Mont d'Or Michelin, Mottais sur feuilles, St Marcelin, Morbier, Brie truffé, Brillat Savarin




Donnafugata, Passito di Pantelleria, Ben Ryé, 2015
37.5cl



Oliv
Robe ambrée.
Nez gigantesque, énorme, monumental, à en devenir entêtant tellement il est puissant !
Vous sautent immédiatement au visage des senteurs incroyables de confiture d'abricot pour les uns, de pêche au sirop ou de pâte de coing pour les autres, avec un peu de verveine et de thé.
L'attaque de bouche pose une liqueur importante d'une sucrosité forte mais qui parvient à éviter l’empâtement grâce à une belle acidité.
Les goûts sont aussi précis et riches que les senteurs et participent au charme brillant de ce vin dessert.
Je lui trouve en revanche une charge alcoolique importante qui vaporise un peu la finale.
Très bien. Mais un vin moins équilibré que le superbe 2009 bu avec les PACAs.

Enzo
Nez exubérant sur la confiture de poire, la marmelade d’abricot, la figue fraiche, le sirop de pèche avec un peu de volatile perceptible. Ultra ouvert et intense, presque trop.
La bouche est riche, très sucrée mais comme toujours avec cette cuvée, d’un grand équilibre qui ne fatigue pas, même en fin de repas.
L’acidité est bien présente et les notes de figolu sur la longue finale sont démoniaques. Un must.
Très Bien +.



Gâteau praliné façon Fio, salade de fruit du père Noël de la Réunion





Beaunané !

Un énorme merci à tous pour cette magnifique soirée qui s'est terminée tard dans le matin.
Que 2019 vous apporte la santé et plein de petits bonheurs et de grands moments de plaisirs.
Vivement la prochaine !

Les amis, c'est la vie !

Oliv
#1156
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, PBAES, Gildas, Jean-Paul B., Sylv1, Eric B, Galinsky, enzo daviolo, Axone35, jean-luc javaux, Marc C, sideway, podyak, Jean-Loup Guerrin, tonioaja, Fred974, sebus, Med, GAET, starbuck, leteckel, david84, Damien72, ClémentQ

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5119
  • Remerciements reçus 1339

Olivier Mottard a répondu au sujet : Les amis, c'est la vie !

Une fois de plus, superbe récit !
Tenez-vous forts en 2019 mais je constate que l’année a débuté en fanfare!

Olivier
#1157

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1561
  • Remerciements reçus 1165

leteckel a répondu au sujet : Les amis, c'est la vie !

Comté vieux, Mont d'Or Michelin, Mottais sur feuilles, St Félicien, Morbier, Brie truffé, Brillat Savarin

Superbe CR, comme d'hab Oliv' (tu)
3 fromages Doubs/ Jura sur 7, z'aviez invité un Franc-Comtois ???
Le Mont d'Or de chez Michelin, c'est juste une dinguerie :jump: (le dernier apporté lors de nos "casse croute" LPV FC a été dégommé en - de 10 mn).

Arnould.
#1158
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: enzo daviolo

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 81748
  • Remerciements reçus 7161

oliv a répondu au sujet : Les amis, c'est la vie !

Le Mont d'Or de chez Michelin, c'est juste une dinguerie :jump: (le dernier apporté lors de nos "casse croute" LPV FC a été dégommé en - de 10 mn).


Les fromages apportés par Laurent (qui s'en est souvenu ce coup-ci :evil: :whistle:), en provenance d'un MOF, M. Vergne, sont toujours d'une qualité remarquable.

Mais dans la qualité, c'est comme les vins, il y a l'excellent. Et il y a l'exceptionnel.
Et là, force est de constater que le Mont d'Or Michelin, c'est une vraie œuvre d'art !
#1159
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: enzo daviolo, Fred974, LoneWD

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 81748
  • Remerciements reçus 7161

oliv a répondu au sujet : Les amis, c'est la vie !

Voyage(s) au bout de l'enfer !




Les amis, c'est la vie..............
Mouais...

Ben oui, c'est facile à proclamer, ce genre de coup d'clairon, ça roucoule aux oreilles comme le titre d'une série télé et ça ferait chouette à graver au frontispice de sa cave ou de son tombeau.
Mais moi, j'vous l'dis aussi, les amis, c'est la plaie au moins autant que l'enfer, c'est les autres !

Tous les ans, la bande de punks à chien me fait l'même coup avec une régularité qu'on croirait calquée sur l'arrivée des vins primeurs.
C'est qu'ils le savent pourtant, ces machins là que le premier week-end de novembre, j'ai le stress du Lac de Côme, des cravates oubliées, de digérer le risotto de Villa d'Este et d'encaisser les libations de prestige endimanché comme un pingouin pas super.
Vous croyiez qu'ils en tiendraient compte, ces machins là ?!
Ben non, impitoyables devant l'effort à consentir et sans concession pour la charge à mobiliser, faut toujours qu'il me colle une repasse derrière.

"Euh, les potos, je peux pas, j'ai 12 Ausone, 22 DRC, trois kgs de truffes au caviar et piscine au Cristal..."
Pas besoin de vous dire que ce genre de réponses risquerait de voir Arlette Laguillier débarquer sur mon pallier pour me faire rejouer les pianistes chez Lucky Luke ou les bardes chez Uderzo !
Et comme je suis faible et corruptible du haut ventre, malgré le mot du médecin qui trouve que j'ai le noyau qui se ratatine de plus en plus, à chaque fois, je cède ! ::oups::

Faut-il que je les aime cette bande d'affreux pour les laisser m'imposer un tel régime...
Mais ouf, si banane en vue il y a, avec eux, c'est jamais dans les verres mais accrochée aux oreilles qu'on les envisage.
Et faut bien ça pour me motiver car non content des menaces, ces salauds-là ont sorti la grosse artillerie. Et appelé du renfort...
Clou du voyage supposé et du cercueil redouté : une horizontale de Beaujolais 2009, en présence de grands vignerons...






J'vous dis pas ce qu'ils m'ont mis, j'ai le râtelier qui en tremble encore...
Et dans mon cas, pas seulement que parce que, comme toujours, on s'est bien fendu la gueule...

Donc à peine le temps de remiser mon (seul) costard au placard et de constater que ma (presque seule) cravate possède la dignité d'une vieille chaussette après la campagne de Russie, c'est r'parti mon kiki pour reprendre la route !

Me disant qu'il était peut-être sage de faire le plein de douceurs avant d'attaquer les hostilités, je m'étais quand même prévu un petit tour de France de sécurité auprès des amis de Philippe le Hardi... :whistle:
Ayant une lame à affuter et n'ayant pas eu le bonheur de revoir mes copains Chambriard cette année à Cernobbio, la première soirée étape se passera donc à Thiers, en espérant que le Philippe ne se sera pas trop énervé sur le tire-bouchon.
Cet homme-là est un dangereux, j'ai un jour failli y perdre un bon copain à coups de générosités, de Vernay et de rab' de Porto..........

Bon, faudra quand même que je signale aux types de l'autoroute que coller des travaux à 300 mètres de la sortie de péage, c'est un peu comme fermer le tunnel à un bout. Forcément, à un moment, ça coince et ça s'empile !
C'est donc avec... deux heures de retard au compteur que je rejoins mon Philippe en plein entrainement de gym, dans ces moments de bénévolat si important pour la jeunesse, de ces instants de formation comme je les ai si longtemps connus et qui vous blindent à vie sur les plaisirs et les ingratitudes de donner gratuitement de votre temps aux autres.
Ça me permettra de voir après deux Tsukahara et trois tours de barre fixe en double saut périlleux arrière corps tendu en sortie que l'homme reste affuté... comme un Chambriard ! :/:

Il est temps de rejoindre la maison, Nicole nous attend pour passer à table !
 

MiaM!



Soirée étape en pays ami


Champagne Pierre Gimonnet & Fils, Brut cuvée Gastronome, 2009



Joli nez pur et net, avec du fruit (pomme reinette) et un charme certain
Bouche à l'attaque franche, sur une certaine richesse confortable bien tenue par une acidité parfaite.
L'ensemble s'exprime avec du volume et une véritable gourmandise, mobilisée par une jolie vivacité de bulles.
Finale facile et d'une belle persistance.
Vraiment très bon, dans un registre assez large.


Domaine Marc Colin, Chassagne-Montrachet 1er cru Les Vides Bourses, 2005



Robe jaune paille.
Nez brillantissime de classique et d'expression, précis et net, sur un grillé génial sans une once de vulgarité qui laisse s'exprimer de superbes notes de fleurs blanches. La classe !
La bouche est très agréable mais un peu en dessous de ces promesses de monument car marquée de la richesse du millésime, avec un petit poids de matière qui pèse sur la trame du vin que j'aurais adoré goûter plus en tension.
Le vin reste néanmoins très bien équilibré et délicat de goûts, offrant une finale très agréable.
Très bien.


Château Pavie Macquin, Saint-Émilion 1er grand cru classé, 2008



Robe bordeaux marron.
Nez moche car fatigué, sur d'évidentes notes oxydatives qui rappellent celles d'un Porto.
La bouche est lourde et alcooleuse, avec de la sucrosité et aucune élégance.
On croirait un vieux Châteauneuf flingué.
Paix à son âme !

En fin de repas, Philippe me tend un verre ! Encore ?

La robe est sombre et violacée.
Le nez est capiteux mais jeune, sur les fruits noirs, un léger pruneau, d'évidentes notes de chocolat noir.
La bouche est riche, massive sans être lourde mais d'une concentration assez compliquée à apprécier en l'état par son énorme densité et également par sa chaleur certaine et ses tannins qui pointent sur la finale.
Pas du tout sûr que ce mammouth se dégrossisse sans sécher à la garde.

Et encore une fois, comment avoir des certitudes face à un vin quand on voit ces deux bouteilles aux bouchons parfaits d'apparence achetées en même temps et stockées dans une cave idéale évoluer de manière si différente... :dash:


Château Figeac,  Saint-Émilion 1er grand cru classé, 1995



Bouchon parfait.
Belle robe bordeaux avec une légère évolution sur le disque.
Nez sur un végétal poivronné marqué, un peu trop à mon goût car il prend le pas sur un fruit noir encore très jeune.
Bouche déliée et pointue, grand écart de structure et d'acidité après le Pavie Macquin, avec une certaine tenue et allonge notamment grâce à une structure délicate et à des tanins bien fondus.
Mais je bloque quand même un peu trop sur cette aromatique à l'ancienne pour prendre un réel plaisir.
Bien.


Domaine Lécheneaut, Nuits-Saint-Georges 1er cru Les Pruliers, 2010



Robe grenat bleutée d'une grande jeunesse.
Beau nez qui pinote à souhait, sur de belles senteurs de fruits de bois enrobées dans des notes finement boisées, entre la fumée et les épices.
Bouche toute jeune encore mais parfaitement équilibrée, conciliant volume et rythme avec beaucoup de précision. L'aromatique reste encore très primaire et évolue beaucoup au fur et à mesure de sa présence dans le verre.
Finale avec de la densité tannique mais également un beau jus franc et de l'allonge qui laissent serein pour la garde.
A attendre avec plaisir !
Très bien.


Château du Breuil, Coteaux du Layon Beaulieu Orantium, 1995



Robe nettement cuivrée, presque acajou.
Beau nez riche et ample, sur le miel, la poire tapée, des notes presque muscatées.
Bouche épaisse mais mobile à la fois grâce à une belle acidité qui rafraichit l'ensemble.
Finale safranée à la liqueur franche sans collant et d'une belle complexité.
Très bien.




Un énorme merci à Nicole et Philippe pour cette soirée étape entre amis.
J'en connais un qui attend avec impatience de venir chercher son cadeau de soixantenaire !

Je ne pouvais pas repartir de Thiers sans deux demis Saint Nectaire et quatre quarts de bleu d'Auvergne.
Et comme fallait bien assurer d'avoir de quoi couper tout ça autrement qu'à la cuillère, j'ai augmenté ma collection de quelques belles lames supplémentaires...
Les tentations dans la boutique Chambriard sont pour l'amateur de couteaux assez semblables au passage à la Cave d'Ali Baba pour le passionné de vins...
Rester sage est une intention louable qui vire très vite au défi !




La relève est assurée ! oo,
Quelques créations de Pierre-Alexis, 3ème génération de Chambriard



A très très vite, les amis, quand la forge sera relancée.
Et bien avant si vous vous risquez à la capitale.
Amitiés,
Oliv
#1160
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Paul B., Sylv1, tht, monta, Vougeot, aquablue, enzo daviolo, jean-luc javaux, Gibus, sideway, bassaler, podyak, Jean-Loup Guerrin, bibi64, vivienladuche, 4fingers, sebus, Med, starbuck, leteckel, Damien72, éricH

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 81748
  • Remerciements reçus 7161

oliv a répondu au sujet : Les amis, c'est la vie !

Voyage(s) au bout de l'enfer suite...




Ouh !
Mais faudrait quand même pas que je traine pour rejoindre le Vaucluse, moi...
Robert et Monique m'attendent après l'heure de la sieste.

A peine le contact mis que mon téléphone s'ébroue !
L'Enzo ? Qu'est ce qu'il veut, l'animal ?
"- Allo ? T'es pas déjà en train de déboucher tes 2009 pour après-demain, toi, j'espère ?
- Oliv ? T'as pris tes chaines car on annonce de la neige !"

:O!

La neige, c'était la grosse blague entre les Alamis, le mythe datant d'une session sur les hauteurs du Forez, dans ce bled perché duquel Pélusse tient sa renommée et qui nous avait vu arriver sous la tempête, Alain pestant comme pas permis comme si on l'avait embarqué au fin fond de la Sibérie !

"- Ouais, déconne pas, je décolle à peine de Thiers et j'ai une alerte au pneu dégonflé depuis déjà 30 bornes !"
- Mais j'déconne pas, la météo a mis la Drôme en alerte rouge, traine pas !
- T'inquiète pas, je suis en route, ça passera..."

Ben les copains, c'est passé... mais j'ai bien cru que j'allais trépasser ! :dash:
Des flocons de la taille d'une bouse de vache tombent du ciel et collent à la route en quelques minutes, la voie de gauche devient blanche et impraticable, les camions jouent à pousse-toi que j'm'y mette pour finir par bloquer la moitié de la route...
Oh fan, heureusement que j'ai deux siflars, du claquos pour un régiment et 3 couteaux aussi bien affutés qu'Usain Bolt avant la finale.
Et de quoi tenir un siège niveau hydratation !
Je me pèlerai peut-être le jonc si je dois passer la nuit là. Mais j'mourrai pas d'inanition ! zX






Il m'aura fallu 2 bonnes heures pour faire 60 pauvres kms et sortir du merdier ! Avec deux/trois glissades à m'en faire serrer les fesses...
C'est donc avec près du triple du temps dans les dents que je rejoins mon Robert à l'heure de l'apéro quand j'avais plutôt annoncé mon arrivée à l'heure du goûter.
Mais qu'importe les contraintes, le bonheur, ça se mérite !
L'essentiel, c'est d'être là.

A table !





Domaine Coche-Dury, Meursault Les Rougeots, 2013



Robe jaune paille très peu teintée.
Très beau nez élégant et ouvert, sur de belles senteurs fruitées, sur les agrumes, la mandarine, des notes florales et un grillé minéral très fin.
Bouche délicieusement mobile sur le palais, avec une belle attaque acide qui propulse une matière franche au corps gras et franc.
Finale longue et salivante à souhait, scintillante et précise de goûts.
Très bien+.

Le fond de bouteille partagé le lendemain n'aura pas bougé, réjouissant même la bande des cochophobes !
Comme quoi, tout arrive !



Domaine Coche-Dury, Corton Charlemagne, 2009



Robe légèrement bouton d'or.
Nez bien moins causant que le Rougeots, presque d'un certain mutisme, avec une expression légèrement crémeuse.
L'attaque est marquante par son volume important qui tapisse immédiatement le palais, sur une largeur glycérinée sans lourdeur mais dont on s'accorde tous les trois à trouver qu'elle manque un peu de tension pour l'étirer et l’accélérer.
L'ensemble est posé, assez facile mais n'a pas le brio du Rougeots, plus rythmé et crépitant sur la langue.
La finale est en revanche très longue et langoureuse, d'une vraie profondeur.
Très bien.

Bon, celui-là, le lendemain, il s'est pris la raclée habituelle, avec sortie de noms d'oiseaux.
Manquait plus que la fameuse boîte de sardine et je m'retrouvais au temps des grandes heures...



Domaine Armand Rousseau, Chambertin Clos de Bèze, 2002



Robe vermillon avec un net tuilé.
Beau nez au bouquet évolué, en limite de tertiaire pour un pinot à mon goût, quand le fruit commence à s'éteindre pour exprimer des notes de pot pourri, de terre humide, de tabac.
Bouche magnifiquement équilibrée, sur une suavité parfaitement lovée dans une acidité franche et une texture de taffetas de toute grande classe.
Bu sur un pigeon rôti aux lentilles vertes, l'accord est littéralement magique et fusionnel, sur un jeu de texture et de goûts qui renforce la subtilité du plat comme du vin.
Finale absolument délicieuse, sur un déroulé soyeux d'une insigne noblesse.
Un vin à point sur cette bouteille.
Excellent.




Aaaaaaaaah, ça fait du bien la sécurité des copains de bon goût !
Un moment pareil avec les classiques de la maison Alamis, que voulez-vous, pour un inquiet comme moi qui craint les brutalités qui s'annoncent avec mes tronches en biais, ça rassure... :whistle:

Pétard, là, ce fut dur de repartir, les copains... Triloulou XXL au moment de décoller...
Car Robert et Monique, c'est 40 ans d'Alamitié donc pas besoin de vous dire que quand on se voit, des anecdotes et des souvenirs, on en a se raconter à décrocher la lune jusqu'au bout du bout de la nuit.
Mais ça nous remonte aussi à tous les trois pas mal de nostalgie...
Heureusement qu'on a la griserie joyeuse quand on partage ces noms qui nous évoquent tant de chose !
L'émotion d'accord mais manquerait plus qu'on finisse en pleurnichant, tiens !!
Même passées, les grandes heures méritent toujours qu'on se les remémorent pour raviver la mémoire de ceux qui ne sont plus.

Au moment de prendre la route et alors que j'ai la clé sur le contact, Robert me rattrape pour me tendre une bouteille !
"Oliv, elle était pour toi celle-là, depuis un bon moment.
Je sais que c'est ton année de naissance. J'ai jamais osé l'ouvrir car je ne sais pas ce que ça vaut mais c'est une des premières bouteilles qu'on a achetées ensemble avec Alain quand on est allé dans le Jura."

:unsure: oo, :unsure:

Ah di djiou, là, je fais mon possible pas tomber une larme quand même, là ! Je la claquerai plus tard, un peu plus loin au coin de la rue...
Car derrière cette bouteille et ce geste, il y a tout ce qui a fait mon histoire avec Alain, les valeurs de l'amitié, la générosité, le partage, une certaine idée de l'existence et qui a passé les générations.
Et savoir que pour des gens comme Al', comme Robert, comme mes affreux qui m'invitent encore alors qu'ils savent que je serai le fâcheux du week-end, non seulement, tout ça, bien entendu, ça compte mais ça me change la vie.

Allez zou, mon Robert, faut que j'y aille, la radio indique d'inquiétants soucis sur la Drôme et l'Ardèche et comme j'ai eu la bonne idée de dire à la patronne d'arriver à Valence et pas à Avignon, je suis bon pour me refarcir la traversée du Pôle Nord en sens inverse de la route parcourue hier...
Un grand merci à tous les deux pour votre accueil !
On se revoit très vite pour ta livraison.

Mais comme les copains ont réservé le gîte en plein Vercors, quelque chose me dit que je ne suis pas à la fin de mon voyage au bout de l'enfer...

Oliv
#1161
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, dfried, PBAES, docadn, Jean-Paul B., Sylv1, tht, Vougeot, totolouga, aquablue, enzo daviolo, Axone35, jean-luc javaux, sideway, peterka, bassaler, podyak, Jean-Loup Guerrin, LADIDE78, bibi64, Vaudésir, vivienladuche, Val59, 4fingers, Agnès C, Fred974, sebus, Frisette, Med, GAET, starbuck, leteckel, david84, Damien72, éricH

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 5343
  • Remerciements reçus 2115

Frisette a répondu au sujet : Les amis, c'est la vie !

Encore un superbe récit ! Je vois bien à peu près quand tu es passé pas loin du Forez pour descendre dans le sud...c'est vrai que ça en a mis un bon pejat de neige!!!:DD :DD :DD

Sinon, concernant Pavie Macquin 2008, tu me rassures pas des masses, là tout de suite...

Flo (Florian) LPV Forez
#1162

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1285
  • Remerciements reçus 197

GAET a répondu au sujet : Les amis, c'est la vie !

Bonjour Oliv,

Si tu as la passion du couteau, il faut venir à NONTRON (Pays ou il fait bon vivre ou Pays de l'homme) au début du mois d’Août il y a la fête du couteau !::fz::
Sachant que le Nontron serait l'un des plus vieux couteau de France.
Cordialement
Gaëtan
#1163
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 81748
  • Remerciements reçus 7161

oliv a répondu au sujet : Les amis, c'est la vie !

Ne me tente pas, malheureux ! J'ai été mordu par le Bobosse, autrement plus expert que moi sur le sujet de la coutellerie.
Et il a l'enthousiasme contagieux, l'animal !

Mes finances n'avaient pourtant pas besoin d'une passion supplémentaire.

Donc si jamais vous êtes fan de montres de luxe, de voitures de course ou de fèves de galettes, merci de m'éviter, il semble que je sois terriblement influençable aux belles choses et aux belles personnes.
#1164

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 81748
  • Remerciements reçus 7161

oliv a répondu au sujet : Les amis, c'est la vie !

Voyage(s) au bout de l'enfer suite...



Le Vercors sous la neige


Je vous passe les détails de l'autoroute fermée suite aux arbres à dégager et aux camions bloqués depuis la veille et des joies des chemins de traverse qui, s'ils m'ont permis une bucolique balade dans les terroirs de Châteauneuf et des Côtes du Rhône, m'ont quand même mis encore une fois un retard XXL dans le cornet !

Et pour ajouter à ma sérénité, allez retrouver votre douce, patiente comme une murène avant le repas du soir, dans une gare de province au parking étouffé sous 30cms de neige et par 0° quand y'a plus un portable qui passe car les lignes sont tombées au sol !?
Oh punaise, c'est un truc à risquer de finir célibataire, un voyage pareil !

:O! 8-x

Ouf !
Une demie douzaine de tours sur le parking plus tard, je récupère la chef frigorifiée mais tolérante et nous rejoignons le Diois dans un brouillard à couper au couteau !
Oui, je sais, ça tombe bien, si vous avez bien suivi, j'en ai depuis peu plusieurs dans mes bagages!
Mais face à cet horizon blanc sur blanc à déprimer Jean Louis Etienne, pas sûr que j'en fasse grand chose !

Après un passage par Die pour assurer le ravitaillement de la bande de lascards qui arrivent après l'école, c'est entre chien et loup que nous arrivons au gîte ! Aucun réseau qui passe ? Super, ça en déconnectera certains, même si les mômes risquent de dîner d'une soupe à la grimace...
L'Enzo débarque svelte et buriné comme un mafieux calabrais, sourire carnassier accroché aux oreilles et le coffre chargé de la gamelle du soir ! Rien qu'à l'odeur, j'ai faim... Car Fio aux manettes, soirée de compét !
Mon beau ténébreux Pélusse arrive une heure plus tard, sec comme un poids chiche avant la cuisson. Non content d'avoir le sourire d'un Bonobo, voilà qu'il en affiche le physique et les capacités de grimpe !
Aux arbres, hein, me faites pas dire ce que je n'ai pas dit... :whistle:

Ooooooooh mais c'est quoi cette affaire !
Manque plus que le Chuiche et son tee shirt noir moulant taille jeune fille qui ramène sa langue fourchue demain et j'vais encore me faire traiter de Grobelix tout le week end par ce trio de cure dents !
Car ici, c'est pas comme ailleurs, quand le gars de 100 kgs cause, ceux de 60 la ramènent trois fois plus !

Sont suspects, ces gars là... aimer le vin et garder une pareille ligne, doit y avoir un truc !
Quand je vous dis que le gamay, c'est aussi corrosif que les sucs gastriques de la bestiole du Nostromo !
Forcément, à la longue, ça se remarque sur le tour de taille...

Bon, ben puisqu'on en cause, moi, j'ai faim !
On passe à table pour une petite dernière avant la compét' ?

MiaM!






Weingut Dönnhoff, Riesling Hermannshöhle GG, 2012



Robe cristalline à peine teintée.
Nez puissant et encore primaire, compromis d'un pétrolé naphte assez net et de fines notes d'agrumes et de fruits exotiques.
Attaque marquée d'un perlant envahissant et un peu gênant car il crée un effet vulgaire. Une fois dégazé, le vin prend de l'ampleur, sur une attaque à la sucrosité un peu trop présente encore mais qui s'enroule dans une grosse acidité et surtout dans une matière puissante, avec des amers un peu insistants sur la finale.
J'ai trouvé que ce vin n'était absolument pas en place, en particulier par rapport au somptueux 2013 que j'ai croisé à Villa d'Este.
A attendre.


Domaine Pierre André, Châteauneuf du Pape, 2010



Robe grenat sombre sans excès de noirceur.
Très beau nez plein et précis, assumant son sud avec talent, sur de belles senteurs d'orange sanguine, de fruits noirs frais, avec un côté voluptueux très agréable.
Bouche d'une impeccable construction, sur une belle matière ample mais sans aucun excès, sur une forme de tempérance pleine et séveuse accélérée par une très belle acidité. Les tannins sont enrobés, présents mais très bien intégrés.
Et la finale d'une belle allonge et encore toute jeune peut laisser serein pour l'avenir.
Une très belle bouteille, au point d'évolution en totale cohérence avec son âge.
Très bien+ et sûrement grand un jour !


Domaine de la Grange des Pères, 2001



Robe grenat brique avec une nette évolution mais aussi une certaine profondeur.
Bon, ben pas la peine de vous chanter Ramona, c'est comme d'habitude !
Pélusse a à peine mis le nez dans l'verre qu'on a le droit à son monumental "Oh coooonnasssseuuuuuuu ! " avec l'accent des cigales à rendre sourd une chèvre du Rove, marqueur quasi inéluctable qu'il y a une Grange dans le verre !
Et force est de constater que non content de rarement se tromper, l'animal ne monte au trapèze pour faire des loopings aux lustres qu'avec raison !
Le nez est brillant par ses notes d'orange sanguine, ses parfums de thé noir, de pot pourri, sa générosité et son bouquet complexe au point d'évolution parfait.
Mais c'est la bouche qui est littéralement grandissime, acmé géniale et voluptueuse d'un vin qui concilie velouté et moelleux de texture à une fraîcheur et une buvabilité extrêmes, sur un équilibre parfait entre corps, acidité et tanins fondus, sur des goûts délicieux d'agrumes, de tabac, de fruits rouges, de fleurs séchées.
La finale est tout simplement irrésistible de plaisir et d'évidence jouissive.
Un grand vin, synthétique et immédiat, capable de transcender toute divergence de palais comme de géographie !
Du bonheur liquide !
Exceptionnel ! oo, (tu)





Je vous la fais courte...
Tout le monde a bien dormi et une petite balade matinale a réouvert les appétits !
En tout cas le mien....

Donc on y retourne en attendant l'Affreux en chef et nos copains vignerons.


Les bouteilles du midi



Domaine Jean-Claude Bessin, Chablis 1er cru Fourchaume, 2012

Robe jaune gris vert.
Joli nez pur assez serré, sur un compromis minéral et floral très chablisien mais un peu entre deux âges pour réellement s'exprimer.
Bouche là encore toute en jeunesse, sur un certain volume qui exprime une belle maturité et une jolie acidité salivante qui apporte rythme et tension.
Le vin est bien positionné mais semble bien jeune à mon palais (pas à l'aveugle), devant encore gagner en fondu, complexité et harmonie.
Jolie finale franche à l'équilibre impeccable.
Très bien.


Domaine Matrot, Meursault Charmes 1er cru, 2012

Robe sur un doré suspect.
Nez inquiétant, sur la vieille pomme.
Bouche qui confirme l'oxydation...
Ras le bol !

Moi qui voulais tenter le coup d'un Meursault sans trop de bois pour éviter les quolibets, c'est pas avec cette bouteille que je vais redresser la cote du secteur chez la bande de hyènes hurlantes...
J'en ai pris plein les dents !



Domaine du Pégau, Châteauneuf-du-Pape cuvée réservée, 1998

Robe brique profonde à cœur mais claire sur l'extérieur du disque.
Beau nez plein, sur le cacao épicé, les fruits rouges, le thé.
Bouche riche mais à la belle texture souple et tapissante, sur un toucher gras, de très beaux goûts qui concilient fruit et évolution.
Finale fondue et suave, avec toutefois une certaine chaleur.
Parfaitement à point.
Très bon.


Domaine du Prieuré Saint Christophe, Mondeuse Prestige, 2004

Robe grenat bleutée très claire.
Joli nez fin et précis, compromis de notes de fruits noirs frais (myrtille) et d'un fin résiné poivré très agréable.
La bouche me convient nettement moins, par son déficit de chair et cette amertume finale qu'Alain identifiait toujours par un "goût d'ardoise" et que je repère assez souvent à l'aveugle.
Les qualités de goûts, sur une jolie aromatique en pleine phase avec les notes d'aiguilles de pin et de fruits noirs du nez ne suffisent à m'apporter du plaisir.
Finale amère, avec un creux qui confine à la sévérité.
Pas fan.




Bon, ben voilà, j'crois que ça y est, j'ai mangé mon pain blanc !
:unsure: ::oups::

Bandeau rouge bien serré sur le front, une balle chargée dans le barillet...
J'entends les Doors dans le lointain....

Place au moment tant redouté.........

This is the end........ my only friend, the end....... :oops:



#1165
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, dfried, PBAES, Jean-Paul B., tht, Eric B, aquablue, enzo daviolo, jean-luc javaux, peterka, podyak, Jean-Loup Guerrin, TIMO, vivienladuche, condorcet, f.aubin, 4fingers, Fred974, sebus, GAET, starbuck, leteckel, Damien72, ysildur, éricH, Yoannc

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1253
  • Remerciements reçus 343

Krabb a répondu au sujet : Les amis, c'est la vie !

Comment dire... je suis rassuré que le Meursault oxydé soit sorti dans le sud :DD
#1166

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 81748
  • Remerciements reçus 7161

oliv a répondu au sujet : Les amis, c'est la vie !

Voyage(s) au bout de l'enfer suite...





La grande horizontale de Beaujolais 2009


Je vous jure que je n'en mène pas large...

Car depuis le départ d'Alain, non content de me retrouver dans une solitude absolue à défendre chèrement ma peau de vicieux président du fan club de Philippe le Hardi (y'a débat entre le Gal' et Marc pour savoir qui prend le trône), entre mes vins de scierie et mes immaturités de palais accointées au verjus, je prends cher à chaque sortie !

Mais là, angoisse: j'apprends que le trio d'affreux a convoqué du renfort !
Et pas de la demie molle en plus...
Car Morgon arrive en force avec d'un côté du sandwich, le fringant JMB, le seul type au monde capable de vocaliser à en couper le sifflet au père Herbin, et de l'autre le taiseux DB, le seul type au monde capable de faire passer Pélusse pour une Castafiore...
Va pas falloir que je la ramène trop si je veux pas finir en pâté entre les tranches, moi !
Tout le monde se doutera que pour parfaire ce menu de qualité, mon cornichon d'Enzo traine évidemment pas bien loin...

Ohhhh mais ça sent l'écartèlement en place de Grève ou j'y connais rien en supplices, moi...





Et comme ça suffisait pas, voilà qu'on tape à la porte !
Damned, Dieu sur Terre enrobé dans une jovialité magnifique, Le Robert Michel est là, entouré de ses apôtres cornassiens, Guillaume Gilles et le couple Lionnet !

Nan mais vous m'imaginez, moi et mes fragilités légendaires face à une paire de beaujoleux que rien que quand ils te serrent la main, tu sens qu’ils ont tiré de la vigne depuis l'âge de 5 ans et que tu comptes tes doigts pour vérifier qu'il en manque pas deux...
Et que comme ça suffisait pas, 20 minutes plus tard, deux générations et demi d'institution du Rhône qui mangent du tanin de granit depuis tout petits, débarquent en renfort... ?

Ajoutez le trio de zigomars, excités comme une bande de clebs avant la chasse au renard et aboyant à tout vent et vous comprendrez qu'il y a vraiment des jours où j'me demande ce que je suis venu faire là, moi !
Va quand même falloir un jour que je consulte afin de vérifier avec le docteur Ribouldingue si j'ai pas un p'tit côté maso mal digéré qui traîne dans le subconscient...
Car faut-il que je les aime, cette smala de guignols pour supporter tout ça...

Euh, rassurez-moi, les copains, vous les avez prévenus quand même nos vignerons, que ma seule présence fâcheuse peut faire tourner les vins plus vite que les ailes du Moulin de Romanèche une nuit d'ouragan ?
Parce que ok, le gamay, c'est costaud mais j'ai connu des loups-garous sous la lune moins flippants que moi face au danger...
Vous, normalement, vous savez ?
Mais eux..............

C'est donc en me faisant tout petit (et dieu sait que c'est pas facile) que je prends courageusement la dernière place libre à table...
Ce coup-là, c'est sûr, ils l'ont fait exprès...
Car v'là que je suis placé dans le virage des furieux : Enzo à ma gauche (toujours, c'est par principe il parait), Jean Marc à ma droite. Et Dieu sur Terre en face de moi.........
:O!

Euh, Bibiche, t'es sûr, tu veux pas goûter ? J'te laisse ma place si tu veux, je peux aller préparer la tortore et surveiller les gamins...
Nan ?
Bon, ben, y'a plus qu'à, alors !

Siouplait, même si Dieu est à ma table, priez quand même pour moi, quelque chose me dit que je vais en avoir besoin..

En piste !



::oups::





Ordre aléatoire, semi-aveugle, 17 cuvées 2009
Tous les vins ont été ouverts 6h00.



Clos de La Roilette, Fleurie, La Griffe du Marquis, 2009
Magnum, pas à l'aveugle (c'est mon apport donc marqué d'indignité, je suppose)



Enzo
Nez mûr sur la cerise, ouvert et assez fin dans un ensemble frais très agréable.
La bouche est également fraîche avec un peu de volatile mais salivante et de beau volume. Si la finale est un peu ardente, je ne perçois pas de bois aromatiquement, juste des tannins plus fermes en finale. Bien ++/Très Bien.

Oliv
Robe grenat sombre.
Nez mat et chaud, sur les fruits noirs épicés, une volatile assez présente et une petite pointe phénolée, sur l'encre.
Bouche ferme, à la fois dotée d'une matière assez riche mais un peu cisaillée par une acidité présente accentuée par la volatile, sur une aromatique qui manque de charme.
Finale sévère, pointue et un peu sèche, avec des tanins présents.


Domaine Louis Claude Desvignes, Morgon, Les Impénitents, 2009



Enzo
Joli nez frais, mentholé, sur les agrumes.
La bouche possède également beaucoup de fraîcheur, elle est salivante mais de densité moyenne, l’ensemble étant assez aérien et glissant. Il me fait plus penser à la structure de certains Fleurie. Ça manque un peu de fond mais ça reste bon. Bien ++.

Oliv
Robe profonde sans évolution
Nez sur une petite réduction qui n'écrase pas le fruit, avec des notes de pneu qui répondent à de jolies senteurs de fruits rouges et une petite note boisée.
Beau volume sur l'attaque avec une texture pleine et tapissante bien portée par une acidité haute mais bien intégrée.
Manque un peu de complexité aromatique en l'état, avec une sensation de fermeture et de refus de se livrer vraiment.
Mais l'équilibre est là et la finale presque capiteuse aux beaux tanins gras laisse serein pour l'avenir.
Bien à très bien.
Mais à attendre.


Clos de Mez, Fleurie, 2009



Enzo
Nez fermé au départ puis développant de jolies senteurs mentholées, de thé noir dans un ensemble mûr.
La bouche est assez dense, plutôt austère de par une grosse acidité et des tannins encore fermes.
C’est marqué vendange entière et encore particulièrement jeune. Besoin de temps.
Bien ++/Très Bien.

Oliv
Robe beaucoup plus claire, moins concentrée.
Nez nettement plus évoluée, avec des notes tertiaires très épicées, sur les fleurs séchées.
Bouche fluide et souple, sur un déroulé fin et agréable, sur un compromis matière acidité agréable.
Finale plus stricte, avec l'apparition de tanins secs et d'une dissociation de l'acidité qui devient un peu mordante et fait perdre beaucoup de charme en cassant l'équilibre.
Un vin qui m'a demi plus.
Pas sûr qu'il s'améliore à la garde.


Château Thivin, Côte de Brouilly, Godefroy, 2009



Enzo
Nez très ouvert sur la menthe fraîche, les fruits noirs, une note de vendange entière dans un ensemble séveux.
La bouche est riche avec un enrobage important et ultra gourmande. Seuls les tannins nombreux et encore jeunes affermissent l’ensemble. Longueur correcte et joli fond de verre.
Très bon. D’autres ont moins aimé.
Très Bien.

Oliv
Robe violacée assez légère.
Nez ouvert, sur le cassis frais, le cacao, le chocolat blanc, une pointe résineuse et une certaine volatile.
Belle bouche juteuse et ample, sur un chouette équilibre entre douceur et acidité dans un ensemble d'une grande franchise, avec tenue et gourmandise.
Le vin s'ouvre sur une finale avec de l'allonge et une fraîcheur portée par une volatile pointue et de beaux tanins bien présents.
Très bien.


Clos de la Roilette, Fleurie, cuvée Tardive, 2009



Enzo
Nez d’agrumes, frais, fin.
La bouche est superbe, gourmande, juteuse, suave et très précise. On salive beaucoup, il y a du vin et c’est très long avec un chouette fond de verre sur les épices douces.
Très Bien +.

Oliv
Robe grenat clair.
Nez désagréable, sur un végétal qui appuie sur un fruit bizarre qui me rappelle le nebbiolo, sur un compromis fruits rouges et presque exotique (fruit de la passion) avec des notes gastriques.
Bouche nerveuse et racée, d'un parfait équilibre entre plénitude de matière, sur un point de maturité avenant et une trame pleine de sève et d'annonce portée par une belle acidité.
Belle finale déliée et précise, efficace et accessible.
Bien+


Château du Moulin à Vent, Moulin à Vent, Champ de Cour, 2009



Enzo
Nez mat, noir, profond, mentholé et épicé.
La bouche est riche avec des tannins encore jeunes qui accrochent, on sent un élevage ambitieux (trop ?). Du coup c’est plutôt austère mais bien constitué avec une finale de bonne longueur. Surement à attendre. Bien ++/très Bien.

Oliv
Robe sur un léger violet.
Nez riche et comprimé, sur des notes balsamiques très présentes, sur le chocolat noir, les épices plus que le fruit.
Bouche brute voir brutale, d'une densité impénétrable au plaisir en l'état par son côté ferme.
Finale tannique et froide.
Je passe.

Euh, je sens mon pdf qui commence à se plaindre...


Domaine de la Grand’Cour, Fleurie, Clos de la Grand Cour, 2009



Enzo
Nez explosif de vendange entière, sur le pot pourri, les agrumes, complexe, façon Reynaud. Un des plus beaux nez de la série.
Malheureusement la bouche n’est pas au niveau même si le vin régale quand même. C’est glissant, assez léger et surtout trop évolué bien que très gourmand. Ne pas tarder à boire c’est à son optimum.
Très Bien.

Oliv
Robe tuilée très claire.
Nez évolué mais très élégant, sur les fruits rouges, le poivre, le bouton de rose.
L'attaque de bouche est assez stricte, sur une acidité haute qui prend un peu le pas sur une matière de demi corps.
Le très joli croquant de fruit, sur le pot pourri, le jus de canneberge et les épices apporte en revanche une grande précision gourmande.
Le vin manque un peu de puissance et de fond pour être grand, notamment sur la finale mais son élégance me convient parfaitement.
Très bien.


Domaine Diochon, Moulin à Vent, Vieilles Vignes, 2009



Enzo
Nez noir, profond, mentholé et très frais, jeune.
La bouche est juteuse avec une légère perception boisée tannique mais un très bel équilibre, de la salivation et une finale longue et fraîche pour ce vin encore bien jeune (trop).
Très Bien (+).

Oliv
Robe grenat violacée
Nez sur le caramel au lait qui pèse sur le fruit, avec une volatile assez présente.
Bouche pleine, sur une grosse structure riche, tant en matière qu'en acidité, laissant une sensation de densité sur le palais.
Cette forme de fermeté semble toutefois être de la vinosité pour un vin qui semble entre deux âges mais néanmoins équilibré, avec de la concentration et de l'ampleur.
Une bouteille parée pour la longue garde.

Ça commence à crisser dans les virages...


Domaine Pascal Granger, Juliénas, Cuvée Spéciale, 2009



Enzo
Nez assez surmûr, pas très précis avec des notes de tapenade, de tomate séchée, comme fatigué.
La bouche est amère, sur la cerise amère, assez glissante, en limite d’oxydation avec un coté confit marqué, bref tout ce qui me fait penser à une bouteille ED. Confirmation à la levée de la chaussette, connaissant bien la cuvée. Dommage.

Oliv
Robe à l'évolution tuilée sur l'extérieur du disque.
Nez un peu usée, sur la figue, le pruneau, l'ovomaltine.
Bouche avec du jus mais sur une aromatique fatiguée, sur le viandox avec un côté à la fois fuyant et asséchant sur la finale.
Aucun plaisir possible.

Z'êtes sûrs qu'il y a pas des patates à peler ou un minot à changer ?
Non parce que si vous avez besoin d'un coup de main, je suis là, hein...



Domaine Jean-Marc Burgaud, Morgon, Les Charmes, 2009



Enzo
Nez évolué, délicat, très fin sur le pot pourri. Superbe.
La bouche est pleine, juteuse aux tannins fondus dans un ensemble qui fait diablement saliver. L’équilibre est diabolique, la gourmandise à son paroxysme et c’est très long. Des Morgon de ce niveau j’en reveux. Délicieux. J’aurais juré un grand Fleurie.
Très Bien +/Excellent.

Oliv
Robe grenat marquée d'une légère évolution brique.
Nez sur une petite réduction (pneu) et de jolies senteurs de coulis de fruits noirs.
Bouche élancée, à la fois juteuse et droite, d'un très bon volume et trame qui concilie avec talent une densité fraîche très agréable et une vraie présence sans excès d'extraction.
Finale longue, sur des tanins marqués.
Très bien.


Domaine Janin, Moulin à Vent, Clos du Tremblay, 2009



Enzo
Nez précis et délicat sur des arômes floraux, d’orange sanguine, d’encens dans un ensemble très complexe. Magnifique nez.
La bouche est dense dense encore, presque massive et riche. Un très bel équilibre la porte mais le vin est encore clairement à attendre. Évolution très favorable à l’aération. Avenir radieux.
Très Bien +.

Oliv
Un vin que j'ai goûté en deux temps.
Très mal sur la première passe où sa puissance m'a écrasé le palais.
Nettement mieux une fois le vin réchauffé dans le verre où il prend alors de l'enrobage et du confort de bouche, révélant un enrobage plus agréable.
En l'état, c'est du brut de décoffrage mais la matière première reste équilibrée et laisse de l'espoir pour l'avenir.
A revoir à la longue garde.

J'ose plus sourire, j'ai les dents qui saignent et un renard qui me pousse dans le dos...


Domaine Daniel Bouland, Chiroubles, 2009



Enzo
Nez très parfumé duquel je ne perçois pas de déviance contrairement à certains autres dégustateurs.
C’est en bouche qu’une très légère pointe liégeuse s’aperçoit malheureusement. Malheureusement car la bouche semble super bien équilibrée et juteuse, à revoir donc. ED

Oliv
Robe grenat claire.
Nez agréable, avec une petite réduction, des fruits noirs frais et une pointe de cacao.
Bouche douce à la petite suavité délicieusement agréable et réconfortante après cette série d'upercut dans mes gencives de fillette, sur une matière délicate au petit confit charnu et aux jolis goûts croquants.
Finale juteuse, pleine de fraîcheur, sur de jolis goûts de cerises.
Très bien !

Et là, c'est le drame !
Pourquoi faut toujours qu'il y ait une tronche en biais hypersensible au goût de bouchon qui doive hululer au TCA à l'autre bout de la table, envoyant comme un vent mauvais au milieu d'une traversée qui s'annonçait pourtant bien sympathique !
Alors que tout le monde cherche et trouve un défaut, je fais mon possible pour me faire petit... Tout tout petit...
Mais comme la nature a décidé que c'était plus dur pour moi que pour le quidam lambda, l'interrogation ne manque pas de fuser "Oliv, on t'entend pas ?"
"Euh, les copains, c'est normal que jusqu'ici, ce soit le vin (supposé) bouchonné que j'préfère ?"
Grand éclat de rire autour de la table ! Et bonjour le moment de solitude.......

Mais euuuuuuuuuuh !
Alain, reviens ! :unsure:



Domaine Georges Viornery, Côte de Brouilly, Vieilles Vignes, 2009



Enzo
Nez très mûr, exubérant, ouvert, sur de jolies notes de fraise.
La bouche est suave, dense sur des tannins magnifiques enrobés de parfum de cerise. On perçoit curieusement une note d’élevage aussi mais le jus est énorme et long sur la cerise mûre. Délicieuse et à l’aube de sa maturité.
Très Bien +/Excellent.

Oliv
Robe violacée bleutée.
Nez riche et ouvert, sur des notes fumées et de belles senteurs nettes de fruits des bois.
Bouche énorme, sur un volume impactant et une densité évidente mais sans brutalité pour autant. Le vin affiche une concentration naturelle certaine et une évidente jeunesse, déroulant une texture riche et des tanins encore très présents.
Là, rien à dire, celle-là, je réserve ma place pour la recroiser dans 10 ans et peut-être encore plus dans 20 !
Très bien pour quand j'serai grand.


Domaine Chignard, Fleurie, Les Moriers, 2009



Enzo
Nez sur le cacao, le menthol avec une légère évolution très parfumée.
La bouche est pleine, très parfumée, juteuse et d’un grand équilibre. La suavité est énorme et la finale très longue pour ce vin grandiose. Finale sur l’encens. Énorme surprise que de voir ce vin à ce niveau.
Excellent.

Oliv
Robe bleutée violacée.
Nez mat, sur les fruits noirs avec une petite pointe d'acétate.
Bouche sur un beau jus franc portée par une acidité haute dans un équilibre réussi d'une grande évidence et fraîcheur.
Finale toute en trame et en allonge, sur des petits tanins encore présents.
Plutôt très bien même si j'aurais aimé le voir plus ouvert aromatiquement.


Domaine Jean-Marc Burgaud, Morgon, James, 2009



Enzo
Nez évolué de kirsch, cacao et agrumes.La bouche est volumineuse avec une certaine vivacité et beaucoup de vin. C’est droit, propre, assez gourmand mais encore très jeune. On devine un potentiel plaisir bien plus important à l’avenir.
Très Bien.

Oliv
Robe grenat.
Nez terne, au fruit éteint, comme un peu fatigué.
Bouche rude et raide, ferme, à la fois saillante par son acidité et sèche par ses tanins.
Aïe !

Nos amis de Cornas en face de moi me voient récupérer mes dents sur la table pendant que les z'affreux habitués à mes grimaces d'enfer sont pétés de rire !
Méfiez-vous de vos amis, je l'ai toujours dit...



Domaine Jules Desjourneys, Fleurie, 2009



Enzo
Joli nez évolué sur des notes de grenadine dans un ensemble peu ouvert.La bouche possède une forte volatile limite acétique qui gâche un peu le plaisir d’une belle matière salivante. Too much sur cette bouteille. Décevant.
Bien.

Oliv
Robe grenat bleuté.
Nez discret, un peu muet, sur de petites notes de fruits rouges mais marqué par le vernis à ongle.
Bouche stridente de volatile, cisaillante et ardente en finale.
J'en peux plus.....

Oui ben arrêtez de ricaner, bande de tortionnaires !
C'est facile de s'moquer des faibles...



Domaine La Gran’Cour, Fleurie, Vieilles Vignes, 2009



Enzo
Nez ouvert sur le pot pourri mais également une note peu propre de pomme blette.La bouche est glissante, très glouglou, facile mais sans grand intérêt. Finale rétro sur la pomme blette pas agréable.
Assez Bien.

Oliv
Robe grenat clair, presque rubis.
Nez étonnante, totalement différente de tous les autres vins, avec un petit côté Reynaud, sur les fruits rouges poivrés, la menthe, des notes un peu moins avenantes, entre la grenade blette et le vomito.
Bouche souple, facile, sans beaucoup de volume mais sur une forme de déroulé franc et simple qui me réconforte après le tabassage des deux Tyson précédents.
Finale en revanche trop creuse et fuyante pour mériter plus de superlatifs.
Bien.


Domaine Daniel Bouland, Morgon, Vieilles Vignes, 2009



Enzo
Nez bien mûr, frais, sur les agrumes, précis.Très belle bouche juteuse, assez fondue et particulièrement gourmande dans un gros volume d’ensemble. Équilibre idéal avec beaucoup de persistance finale. Gros vin et gros plaisir. Ça ira loin.
Très Bien +/Excellent.

Oliv
Robe grenat foncé sans évolution.
Nez droit et concentré, sur les fruits noirs (myrtille) et les épices légères. L'ensemble semble tout jeune.
Bouche à la construction impeccable entre une matière puissance toute en plénitude et offrant un déroulé franc grâce à une belle acidité mûre parfaitement intégrée.
Les tanins encore bien présents sont de grande qualité et participent à lui donner du rythme et de l'allonge.
Finale enrobée, juteuse et sur une richesse qui semble parfaitement maitrisée, avec un grand potentiel.
Très bien.



Debriefing avec Jean-Marc Burgaud et Daniel Bouland





Enzo
Difficile de ressortir un top 3 dans un niveau d’ensemble que j’ai trouvé très élevé, avec juste 3 ou 4 bouteilles qui furent décevantes (hors ED).
1. Fleurie Chignard Les Moriers
2. Morgon Burgaud Les Charmes, Côtes de Brouilly Viornery VV et Morgon Bouland VV ex aequo

Oliv
Je ne sais pas si c'est la présence de Robert car c'était pas gagné. Mais miracle, j'ai survécu ! ::oups::

Et en toute franchise, même si j'ai frôlé la sortie de route et failli appeler le SAMU deux ou trois fois sous l'hilarité générale, je craignais de morfler plus que ça !
Allez savoir si le gamay, c’est pas comme le piment.
Les premières fois, on veut mourir car on croit qu’on avalé Satan.
Pis un jour, sans qu’on s’en rende compte, on ne peut plus s’en passer.

Donc premier bilan: zénitude absolue pour les possesseurs de 2009.
Globalement, ces vins m'ont tous semblé très jeunes, avec un considérable potentiel d'amélioration, que ce soit aromatiquement avec pas mal de vins discrets ou plus encore au niveau détente de texture où la majorité d'entre méritaient encore de polir et harmoniser leur puissance de constitution
Second bilan: c'est quand même sacrément passionnant d'écouter les discussions entre les ressentis des vignerons (dont carrément les créateurs de certains vins ) et les impressions de ceux qui les adorent (les vins ?) depuis des années.

Derrière le ton blagueur des réflexes entre bande d'apaches et les caisses rajoutées ici, j'espère très sincèrement qu'aucun des vignerons présents autour de la table n'aura pris pour un manque de respect ce qui s'avère souvent être une réalité de palais étayée par des dizaines de dégustation à l'aveugle entre nous.
On ne changera peut-être pas le sens des rayures sur le zèbre de nos goûts respectifs.
Mais on ne pourra pas m'accuser en tout cas de ne pas faire l’efforts d’essayer.

Et même si ça ne devait jamais arriver totalement, l'assurance que me restera toujours le plaisir de vivre entouré de cette bande d'amis géniaux capables de réunir autour de leur smala et d'une belle table garnie de nouveaux amis aussi géniaux qu'eux, sincèrement, ça n'a pas de prix !




C'est bon, Oliv, tu peux poser le flingue !



Mouais, ben le danger avec Dieu, des vignerons et des fanatiques, c'est que quand y'en a plus, y'en a encore...
Manquerait plus qu’Enzo marche sur l’eau, tiens !

On y retourne ! ::zinzin::

Oliv
#1167
Pièces jointes :
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, dfried, Gildas, Jean-Paul B., Sylv1, monta, Eric B, legui, enzo daviolo, Marc C, sideway, peterka, HERBEY 99, chrisdu74, Jean-Loup Guerrin, bibi64, TIMO, Vaudésir, DUROCHER, vivienladuche, H. Seldon, 4fingers, Agnès C, Fred974, sebus, Frisette, Med, GAET, leteckel, vvigne, faka, éricH, Lionel73, Garfield

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3624
  • Remerciements reçus 44

totolouga a répondu au sujet : Les amis, c'est la vie !

WHOUHAHOU OLIV!!!! Tu t'es mis au Bojo!!!! Bravo à Robert et Laurent....:unsure:

Je dois bien avoir un magnum, qui traine au fond de ma cave, je te le garde!

Bravo pour tes CRs toujours aussi sympas à lire. J'avais fait une longue pause LPV, mais ça fait plaisir de reprendre la lecture et de voir toujours les piliers présents!
Il faut absolument que l'on se fasse une dégustation l'an prochain. Bises.

Raphael (Singapour) à l'aise dans tous les milieux mais n'appartenant à aucun
#1168

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 147
  • Remerciements reçus 32

monta a répondu au sujet : Les amis, c'est la vie !

+1 Raph!
Merci à Oliv effectivement pour sa prose toujours délectable et rafraîchissante comme un beaujo primeur...
Un petit tour en Ardèche la semaine passée m'avait mis la puce à l'oreille de cette belle dégustation (Ludovic m'en avait touché deux mots lors de mon pèlerinage au domaine...mais pas Enzo....trop rapidement croisé à Cornas le vendredi soir et encore une fois bien accompagné).
Franck.
#1169

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 19950
  • Remerciements reçus 667

enzo daviolo a répondu au sujet : Les amis, c'est la vie !

content de t'avoir croisé Franck, trop rapidement en effet. ;)

Oliv, t'es vraiment unique, quel talent!
je ne parle pas de ton palais dont tout le monde sait qu'il est en toile emeri ::turn:: mais de ce talent de conteur humoristique, sorte de mélange d'Audiard et de Tanguy Pastureau mâtiné d'Averell, unique pour captiver et faire travailler les zygomatiques. Bravo et merci.

Sur cette dégustation, finalement je m'attendais à plus de grand écart sur les descriptifs et je vois qu'à part quelques souffrances avec le duo tannins/acidité que tu supportes mal, tu as plutôt apprécié pas mal de vins, et finalement ce sont bien les goûts qui ressortent avant tout. je suis persuadé que dans 5 ans, la révélation débutera! ::dance:: :DD
Vive les vrais bojo, achetez les avant qu'ils soient inaccessibles comme les voisins plus au nord!
#1170
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck