Nous avons 2319 invités et 60 inscrits en ligne

Domaine Philippe Charlopin-Parizot, Gevrey-Chambertin

  • Guest
  • Portrait de Guest Auteur du sujet
  • Visiteur
  • Invité
DOMAINE PHILIPPE CHARLOPIN-PARIZOT



Domaine Philippe Charlopin-Parizot
18 Route de Dijon
21220 Gevrey-Chambertin
Mobile : +33 (0)6 24 71 12 05
Mail : charlopin.philippe21@orange. fr

www.domaine-charlopi...





Bonjour,

Je ne suis pas un grand connaisseur de Bourgogne, mais un grand amateur...
Je n'arrive pas encore à déterminer mes préférences, ni à me retrouver parmi les différents (et très nombreux et complexes), climats... Comme beaucoup, je me réfère aux guides ou aux cavistes...

Et je me suis trouver mon producteur (actuellement!)... Et c'est Charlopin.

J'ai du Chambolle-Musigny 1995 et 1999, du Gervrey-Chambertin villages (vieilles-vignes et la justice en 1995, 1996 et 1999)... J'ai ouvert ce WE un Chambolle-Musigny 1995...
Superbe, à  son apogée.
En fait j'ai toujours du mal à  dire si un Bourgogne se bonifiera ou pas.
Un nez renversant de fruit et de sous-bois. Très fin, puissant, très long... Tout ce que j'aime en Bourgogne.

Mes questions: Avez-vous des expériences avec ce producteur ?
En particulier avec les vins ci-dessus ?

J'ai lu qu'il est à  son meilleur niveau seulement depuis 1994.
Or, j'ai la possibilité d'acquérir quelques bouteilles de 1990, 1991 et 1992.
Me les conseillez-vous ? Que valent les blancs ?

Merci

Cordialement
Lec

PS : J'avais du Marsannay 1998 et 1999.
J'en ai plus. Il était d'un rapport qualité/prix exceptionnel, ce qui est suffisamment rare en Bourgogne pour être souligné.
31 Mar 2003 12:41 #1
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest Auteur du sujet
  • Visiteur
  • Invité

Réponse de Guest sur le sujet Re: Philippe Charlopin

Je ne connais ce domaine que depuis le millésime 1996, et depuis lors, j'en achète tous les ans (Gevrey VV et Marsannay en Montchenevoy). De temps en temps je craque pour quelques bouteilles de Grands Crus (Charmes-Chambertin, Chambertin, Clos Saint-Denis, Clos Vougeot, Echezeaux) qui reposent encore tranquillement en cave. Ne pas oublier le Bourgogne Cuvée Prestige, de très bon rapport qualité-prix.
Certains reprocheront sans doute aux vins de ce domaine une extraction importante et un boisé excessif, de jouer davantage sur la puissance que sur la finesse, mais il me semble que les derniers millésimes montrent une nette amélioration de ce point de vue. Le fruit est toujours éclatant et mûr, la matière riche, l'équilibre et la longueur superbes quel que soit le millésime. Je manque de recul pour évaluer le potentiel de vieillissement de ces vins, certains m'ayant signalé que les millésimes plus anciens avaient tendance à  sécher, mais vu la qualité des derniers millésimes goûtés, j'ai néanmoins une grande confiance pour leur avenir.

Luc
31 Mar 2003 15:25 #2

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest Auteur du sujet
  • Visiteur
  • Invité

Réponse de Guest sur le sujet Re: Philippe Charlopin

Merci...

Por infos, le Chambolle-Musigny 95 était boisé certe, mais très intégré, et ne dominait nullement...

J'ai aussi bu un Clos St Denis 91 l'an dernier...il est vrai qu'il me semblait un peu court, un tantinet décharné, mais tout de même très agréable.

Cordialement
31 Mar 2003 17:22 #3

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 668
  • Remerciements reçus 0

Réponse de thierryl sur le sujet Re: Philippe Charlopin

Salut,

Il y a quelques temps j'ai fait une dégustation de Marsannays de chez Régis Bouvier, Huguenot et Charlopin.

Le moins que l'on puisse dire est que Charlopin propose des Marsannays sur-extraits, noirs et puissants, assez boisés: de très bons Côtes du Rhône avec le bois en plus...:-)

Ceux-ci n'avaient rien à  voir avec le style proposé par les autres viticulteurs, style assez rustique mais ne manquant pas de finesse, à  mon avis bien plus typiques de l'appellation.

En d'autres termes, les dégustateurs présents étaient tous un peu déçu par les vins de Charlopin qui ont finalement peu de personnalité (difficile de reconnaître à  l'aveugle un Marsannay de Charlopin) de style très à  la mode (extraction et puissance au détriment de la finesse et typicité...).

Pour ma part, si je veux de la puissance et beaucoup de fruits je prendrais volontier un CDR Sud (que j'aime beaucoup d'ailleurs) mais je ne rechercherais pas ce style en Bourgogne...

Cela dit ces vins sont bien faits, le seul problème étant à  mon sens que l'on pourrait certainement les faire partout et que cela se fait au détriment de la diversité des styles (et donc des goûts...).

Si néanmoins vous aimez ce style, je vous conseille Geantet-Pansiot pour des Gevrey-Chambertin: beaucoup de fruits confiturés et très enrobés. A nouveau des vins bien faits mais où la puissance se développe au détriment de la finesse et de la typicité...

Bonnes dégustations.
Thierry.
Bonnes dégustations.
01 Avr 2003 09:38 #4

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest Auteur du sujet
  • Visiteur
  • Invité

Réponse de Guest sur le sujet Re: Philippe Charlopin

J'attendais ce type de réaction sur les vins de Charlopin, je l'avais d'ailleurs annoncé dans mon premier post. Je pense tout de même qu'il s'agit d'un procès un peu facile, qui est toujours le même finalement, et qui concerne beaucoup de viticulteurs ambitieux de diverses régions, qui désirent produire des vins à  base de raisin mûrs, ce qui permet une extraction un peu plus importante que la moyenne, et qui supportent également un élevage en fûts (en partie ou 100 %) neufs que certains vins décharnés ne supporteraient pas. Il est certain que le Marsannay en Montchenevoy de Charlopin doit démarquer dans une dégustation en compagnie de certains vins de la même appellation, bien que je ne connaisse pas les vins de Bouvier et Huguenot qui sont peut-être excellents. Les derniers millésimes que j'ai dégustés ne sont en aucun cas noirs ou exagérément boisés. Ils possèdent un fruit il est vrai assez exubérant, ils sont certes puissants mais ne manquent à  mon avis pas de finesse et sont surtout d'un grand équilibre et d'une grande longueur. La comparaison avec un vin du rhône me paraît totalement inappropriée, tant les différences sont majeures entre les deux régions, mais j'ai bien relevé là  une note d'humour de votre part.
Quant à  l'absence de typicité, c'est un argument qui est beaucoup trop souvent employé à  mon goût, et qui est souvent là  pour tenter d'excuser les défauts inhérents à  la majorité de la production bourguignonne ou d'autres régions d'ailleurs. Vous croyez qu'on pourrait faire ce genre de vins partout ? J'admire alors le sens du sacrifice des nombreux vignerons qui ne parviennent pas à  vendre leur vin (alors qu'il y a une recette toute simple : extraire beaucoup et boiser à  outrance) et qui préfèrent produire des vins "typiques", mais malheureusement souvent imbuvables et donc invendables.
Comme je vous l'ai dit, je ne sais pas comment ces vins vont se comporter au long vieillissement, mais ce que je sais, c'est qu'un vin décharné, maigrelet, acide et mal équilibré au départ, comme le sont beaucoup de bourgognes de bas ou moyen de gamme, sera mauvais jeunes et le restera. Les vins de Charlopin ont au moins l'avantage d'être des vins gourmands, donnant énormément de plaisir dans leur jeunesse, et qui dans les derniers millésimes du moins, ne cessent de gagner en finesse sans rien perdre de leur puissance. C'est la définition pour moi du grand vin.

Luc
01 Avr 2003 12:48 #5

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 668
  • Remerciements reçus 0

Réponse de thierryl sur le sujet Re: Philippe Charlopin

Salut Luc,

Content de ne pas avoir déçu vos attentes et merci d'avoir relevé l'humour…:-)

Pour ce qui est des vins médiocres qui revendiquent une typicité nous sommes tout à  fait d'accord et ce n'est évidemment pas à  ceux-là  auxquels je pensais.

Sinon, il est vrai que le Marsannay de Charlopin s'est fort démarqué dans la dégustation de par son style exubérant: on aime ou on aime pas ou on aime un peu en se disant que ce n'est pas un Marsannay (ce qui est mon avis). Si on me pose la question de savoir à  quoi doit ressembler du Marsannay, je dirais que pour moi un Marsannay doit goûter le Marsannay…

En d'autres termes, je voudrais avoir des vins d'un style tel que le Marsannay ne ressemble en rien à  un Gevrey ni à  un Fixin…et de même dans un maximum d'appellations afin de pouvoir avoir une réelle diversité de goûts et de styles. C'est ma définition de la typicité et cela comprend aussi la longueur, l'équilibre et un beau bouquet de la part de ces vins…

Mais ce n'est que mon avis et ma recherche personnelle en matière de vins (je dois d'ailleurs encore beaucoup apprendre!), je peux très bien comprendre que d'autres aient des goûts et une démarche différente.

Bonnes dégustations.
Thierry.
Bonnes dégustations.
01 Avr 2003 13:35 #6

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest Auteur du sujet
  • Visiteur
  • Invité

Réponse de Guest sur le sujet Re: Philippe Charlopin

Thierry,

A mon tour de vous remercier d'avoir répondu présent au débat que j'attendais sur ce producteur, ceci permettra je l'espère d'animer un peu la section Bourgogne qui est, avouons-le, un peu morne par rapport à  beaucoup d'autres. J'apprécie beaucoup de plus votre style cordial.

Vous dites : "Si on me pose la question de savoir à  quoi doit ressembler du Marsannay, je dirais que pour moi un Marsannay doit goûter le Marsannay…"
Je pense qu'un certain Lapalisse n'aurait pas dit mieux... et Cyrano aurait sans doute rajouté : "C'est un peu court jeune homme..." :-)
Personnellement, je ne sais pas à  quoi doit ressembler un Marsannay (j'espère que vous nous donnerez des éclaircissements sur ce point...), mais je sais ce que j'attends d'un vin, c'est essentiellement qu'il me donne du plaisir (on peut avoir des plaisirs simples ou des plaisirs un peu plus sophistiqués, l'essentiel reste qu'il y ait du plaisir), et incontestablement, en vin jeune du moins, les vins de Charlopin me donnent ce que je demande.
Même si on peut dire qu'il y a un style Charlopin qui fait que les vins de sa gamme possèdent des points communs, comme une sorte de marque de fabrique, il n'en reste pas moins que son Marsannay est très différent de son Gevrey Vieilles Vignes par exemple, pour parler des deux vins que je connais le mieux, et je suis certain que les grands connaisseurs des vins de Bourgogne (dont je ne fais pas partie...) n'auraient aucune difficulté à  situer ses vins à  l'aveugle parmi les différentes communes de la Côte de Nuits.
J'entends souvent dire que la recherche d'un fruité mûr, d'une extraction poussée et d'un élevage en fûts gomme complètement l'effet du terroir. C'est peut-être en partie (mais en partie seulement) vrai en vin très jeune, mais je doute qu'un grand terroir ne prenne pas le dessus au bout de quelques années de vieillissement en bouteille. Les experts de la région pourraient sans doute nous en dire plus.

Pour vous donner un autre exemple, j'ai déjà  servi à  pas mal d'amateurs de vin différentes cuvées de Moulin à  Vent du Château des Jacques. Tous ont trouvé que ces vins étaient magnifiques, aucun n'a reconnu ni l'appellation, ni même la région du Beaujolais, encore moins le cépage (et il y avait pourtant une ou deux "pointures" en matière de dégustation dans le lot...). Ces vins doivent donc être considérés comme "atypiques" selon vos critères, mais est-ce réellement un défaut quand on connaît la qualité moyenne des vins produits dans cette région? Je suis convaincu que les différents terroirs de Moulin à  Vent se révèleront au vieillissement mais, en attendant, quel plaisir dès maintenant !

Amicalement,

Luc
01 Avr 2003 16:27 #7

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 668
  • Remerciements reçus 0

Réponse de thierryl sur le sujet Re: Philippe Charlopin

Salut Luc,

Je n'ai pas eu le temps de retrouver mes notes de dégustation mais voici l'impression globale que je peux avoir sur les Marsannays.

Pour moi, ce sont des vins plutôt puissants avec une bonne structure acide, un peu rustiques dans lesquels le fruit est certes présent mais plutôt en finesse et souvent accompagné de quelques notes animales et/ou épicées (en gros, avec mes notes ça serait plus précis…): je ne me souviens pas vraiment d'un fruit éclatant et charnu (sauf pour ceux de Charlopin…).

Charlopin fait des Marsannays à  mon avis beaucoup plus sur le fruit avec une structure beaucoup plus ronde, c'est peut-être plus gourmand mais pour moi ça ne ressemble pas vraiment à  du Marsannay…

Maintenant, il faut dire que je trouve que les vins bourguignons sont parmi les plus fascinants mais aussi les plus difficiles à  comprendre et cerner, dès lors mes termes peuvent bien sûr être partiellement inexacts ou imprécis (faut que je goûte beaucoup plus!): le mieux à  mon sens pour saisir cette "typicité" (dans le sens que je lui donne…) est de goûter plusieurs vins de la même appellation mais de viticulteurs différents (je suis à  peu près certain depuis lors de pouvoir reconnaître à  l'aveugle un Marsannay, sauf si c'est dans un style de ceux de Charlopin…).

Donc, il me semble évident que pour pouvoir cerner une appellation il faut avoir goûté plusieurs vins de cette appellation, alors des points communs se dégagent (dans les bons comme dans les mauvais vins d'ailleurs) et parfois pour un viticulteur ces points communs font défauts où n'apparaissent que très amoindris au profit d'autres qualités: ça peut être bon mais ce n'est pas un vin à  mon sens typique de l'appellation…

Bon c'est peut-être pas tout à  fait clair et un peu simplifié, le mieux c'est d'en goûter une dizaine de différents bons viticulteurs, moi je trouve ça intéressant.

Et enfin, je suis bien conscient qu'il y a d'autres personnes beaucoup mieux qualifiées que moi pour parler de ce sujet...

Bonnes dégustations.
Thierry.
Bonnes dégustations.
04 Avr 2003 11:39 #8

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest Auteur du sujet
  • Visiteur
  • Invité

Réponse de Guest sur le sujet Re: Philippe Charlopin

Le pb est qu'à  Marsannay les terres ne possèdent pas une grande unité et qu'il faut avoir déguster les trois grands secteurs de l'AOC régulièrement pour s'en rendre compte.

Charlopin produit par ex. le sien dans la zone nord de l'appellation sur une terre bien exposée et constituée d'un sol de gravier . la couche argileuse est plus profonde et les vins y puisent un caractère suave, souple et élégant qui rappelle par bien des côtés certains vins de l'AOC Côte de Nuits village positionnés vers Comblanchien.Tel est le cas sur le plan aromatique des vins de Geantet, Roty et Naddef. Les vins d'Olivier Guyot "en Boivins" dans le même secteur ont un grain de terre plus froide,et sont plus minéraux.
Mais les plus beaux terroirs de l'appellation se trouvent je pense en son centre avec les Favières et les climats adjacents. Ils possèdent une complexité supérieure qui les rapproche beaucoup des meilleurs terroirs de village de la Côte de Brochon ( Dérée, Veleys, Champs, Jeunes rois etc...). Ce ne sont pas du tout des vins rustiques car ils développent des tannins très fins et un bouquet exhubérant de mûre et de fruits noirs.

Du côté de Brochon le lieux dit champs perdrix donne des vins plus vifs et de structure tendue, il se compare aux vins des dessus de Morey et à  la partie supérieure haute du vignoble de Fixin/Fixey orienté au levant : Les Hervelets.

Mais tout ceci reste théorique et il faut impérativement déguster chez Audouin( fantastiques Favières) , Coillot( Favières), Bernard Bouvier, Bruno Clair( Clos Saint jacques, Echezeaux),Naddef,Pataille ( Le jeune qui monte)et Guyot ( Boivins et autres...) pour comprendre que le vignoble progresse et n'a pas livrer toute ses potentialités.

S'il fallait le décrire à  son meilleur je dirais un vin élégant et friand à  la minéralité marquée et à  la grande capacité de maturation... Une sorte de croisement entre la trame souple et fruitée de certains Morey/Gevrey et à  la rectitude des terres nordistes des Nuits de Premeaux et Côtes de Nuits de Comblanchien. Un futur village de dimension majeure cela ne fait aucun doute. Surtout avec les locomotives qu'il possède en son sein : Pataille, Bouvier, Clair, Coillot, Audouin, Guyot, Martin Bart... une génération exceptionnelle en terme de rigueur et de motivation. Et puis les prix sont angéliques.
04 Avr 2003 12:30 #9

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 668
  • Remerciements reçus 0

Réponse de thierryl sur le sujet Re: Philippe Charlopin

Salut,

Oui Patrick, c'est exactement ce que je voulais dire...:-))))

Plus sérieusement, merci pour ces précisions, en fait j'avais goûté des marsannays sur plusieurs lieux-dits dont Champs-Perdrix mais hélas je n'ai pas encore pu goûter un Favières...

En tout cas, aucun des lieu-dits goûtés ne présentaient un bouquet exhubérant de fruits noirs exceptés les marsannays de Charlopin (En -Montchenevoy). De plus en comparaison, ceux-ci se distinguaient aussi par une acidité perceptible beaucoup plus basse ce qui après les autres vins les rendaient un peu "lourds"...

Bonnes dégustations.
Thierry.
Bonnes dégustations.
04 Avr 2003 14:58 #10

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest Auteur du sujet
  • Visiteur
  • Invité

Réponse de Guest sur le sujet Re: Philippe Charlopin

Car Charlopin coupe très mûr et élève avec un joli % de bois neuf , ce qui est très rarement le cas dans ces contrées.Mais le temps nivellera ces différences. Il me semble - mais je n'en suis pas certain-que je t'avais signalé que ce vin était assez différent des autres dans son esprit.
04 Avr 2003 16:11 #11

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 26095
  • Remerciements reçus 945

Réponse de Luc Javaux sur le sujet CR: Quelques Charlopin 1999

CR:

Dans le cadre de mon club de dégustation, petit tour d'horizon hier soir des vins de Charlopin dans le millésime 1999, avec 5 vins d'appellation Villages.

Domaine Philippe Charlopin - Marsannay En Montchenevoy 1999 : La robe est brillante, de belle intensité, aux reflets violets. Le nez est très expressif, assez exubérant même, sur les fruits noirs très mûrs, la cerise, le cuir, les épices et des notes empyreumatiques. En bouche, l'attaque est fraîche, mais l'acidité est supplantée en fin de bouche par une finale un peu chaleureuse. Cela devrait s'améliorer et se fondre d'ici un an ou deux. La longueur est moyenne. Ce vin devrait bien évoluer dans les cinq ans qui viennent s'il parvient à  dompter son alcool. Bon rapport qualité-prix. (7,8-7,9/10)

Domaine Philippe Charlopin - Chambolle-Musigny 1999 : La robe est similaire au précédent, un peu moins soutenue tout de même. Le nez est magnifique, moins exubérant que le précédant mais tout en finesse. La violette est très présente, avec les fruits rouges (fraise et framboise), la cerise, le cuir, des notes empyreumatiques légères et un boisé un peu plus présent mais bien intégré sur la poudre de riz. En bouche, l'impression de finesse se confirme avec une merveilleuse texture de tannins, un équilibre superbe et plus fondu que le précédent, une très belle longueur. Superbe vin, le meilleur de la soirée pour moi, en tous cas le plus fin. Il a 5 à  10 ans devant lui et se situe à  un niveau exceptionnel pour une appellation villages. (8,7-8,5/10)

Domaine Philippe Charlopin - Morey-Saint-Denis 1999 : La robe est similaire à  celle du Marsannay. Très beau nez bien mûr, ouvert et complexe, un peu sanguin, sur la mûre, la cerise, la prune, la violette, la réglisse, la poudre de riz, les notes empyreumatiques et minérales. Belle fraîcheur en attaque de bouche, tannins un peu plus présents, malheureusement un peu chaleureux en finale à  mon sens, mais cela ne gêne pas la plupart des autres dégustateurs. Belle longueur également pour ce vin qui a encore un beau potentiel de garde. (7,8-8,1/10)

Domaine Philippe Charlopin - Vosne-Romanée 1999 : La robe est la plus soutenue et la plus jeune de la soirée. Très beau nez sur les fruits rouges (fraise), la cerise, la pivoine, des notes minérales plus présentes de même qu'un boisé légèrement plus prononcé apportant des arômes vanillés qui restent néanmoins assez discrets, laissant le fruit à  l'avant-plan. En bouche, l'alcool se montre plus discret, les tannins dictant encore leur loi à  ce stade. On retrouve en même temps la finesse au nez du Chambolle et une puissance considérable en bouche. Superbe longueur pour un vin qui mérite d'être attendu quelques années pour que les tannins se fondent et qui a sans doute le plus gros potentiel de garde de la soirée. (8,4-8,5/10)

Domaine Philippe Charlopin - Gevrey-Chambertin Vieilles Vignes 1999 : Robe un peu moins soutenue que le précédent, mais tout aussi jeune. Le nez est encore un peu sur la réserve, offrant des arômes sanguins, des fruits rouges (framboise), des notes de champignons et d'épices, avec un boisé plus discret que les deux précédents. En bouche, le vin montre un volume impressionnant, un très bel équilibre avec des tannins un peu plus sages que le précédent et une très belle longueur. Vin splendide, qui a au moins dix ans devant lui, au même niveau qualitatif élevé que le Chambolle-Musigny et le Vosne-Romanée, niveau qu'on aimerait plus souvent rencontrer dans les vins d'appellation villages. (8,5-8,5/10)

Tous ces vins possèdent indéniablement un style commun, à  savoir qu'ils sont très mûrs, assez extraits, avec des robes d'une belle intensité, assez inhabituelles dans la région. J'avais la crainte que ce style prenne le pas sur le terroir et qu'on se retrouve avec cinq vins similaires. Manifestement, il n'en est rien, et même si on retrouve la "patte" Charlopin dans tous les vins, la typicité de chaque village me semble bien respectée et ne fera sans doute que s'accentuer au vieillissement. Personnellement, des vins de cette qualité et de ce niveau de maturité, j'en redemande, surtout qu'il s'agissait ici de 5 vins du niveau d'appellation Villages. Pour information, un Nuits-Saint-Georges Villages 1999 de Gouges (qui n'est tout de même pas le premier venu...) servi par la suite ne s'est pas montré du tout à  son avantage, étant nettement plus acide, vert et dilué en comparaison avec les vins de Charlopin. Un style plus classique sans doute, mais à  mon avis nettement moins agréable en dégustation.

Luc
21 Jui 2003 13:06 #12

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 26095
  • Remerciements reçus 945
CR: Domaine Philippe Charlopin - Gevrey Chambertin Vieilles Vignes 1997

Coup de coeur général de la soirée d'hier, ce vin a récolté l'unanimité des suffrages alors qu'il était tout de même en bonne compagnie avec le Nuits Saint Georges 1er Cru Les Saint Georges de Gouges dans le même millésime. Ce dernier, que j'avais servi après le gevrey (au vu de son pedigree plus avantageux et d'une précédente dégustation où il s'était montré à  son avantage il y a 2 ou 3 ans), s'est montré bien terne hier soir, fermé, austère, nettement moins mûr et moins complexe que le vin de Charlopin.
Celui-ci présente une robe un peu plus soutenue de ce qu'on attend en général d'un bourgogne rouge, d'une jeunesse éclatante. Le nez est très expressif, presque explosif, sur les fruits rouges très mûrs, des notes empyreumatiques, du cuir, des épices. La bouche confirme la sensation de vin à  parfaite maturité, ayant su garder une belle fraîcheur. Les tannins commencent à  se fondre harmonieusement à  cet ensemble corsé et opulent, l'équilibre est superbe comme la longueur.
Grand vin qui démontre qu'on peut faire de très belles choses en bourgogne, même en appellation villages.

Luc
12 Juil 2003 19:26 #13

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2308
  • Remerciements reçus 77

Réponse de jeanclaude sur le sujet CR: Domaine Philippe Charlopin, Vosne Romanée 1997

CR: Domaine Philippe Charlopin, Vosne Romanée 1997

Belle robe soutenue, profonde et intense. Une couleur que je ne trouve pas commune aux Bourgognes que j'ai pu déguster jusqu'à  présent. Longues et larges larmes à  la surface du verre. Au nez, sur des notes de cuir et de viande animale, un boisé léger se dégage. Très expressif, c'est une première sensation fort agréable d'un vin mûr, raffiné et complexe. En bouche, la puissance est assez nette. Gros volume, large amplitude. On retrouve ces notes de cuir, de viande et aussi quelques fruits rouges, la myrtille, ou encore des notes florales, la violette. Les tannins sont prononcés dés l'attaque mais se marient bien avec la sensation de puissance que développe le vin. Beaucoup de rondeur et de souplesse avec toutefois un léger manque de finesse et une finale assez courte, très fruité mais courte avec une matière qui semble s'évaporer peu à  peu. Un retour de la myrtille très sympa termine la partition mais, il manque un "je-ne-sais-quoi" à  ce vin pour me séduire tout à  fait.
14 Fév 2004 11:23 #14

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 26095
  • Remerciements reçus 945
CR: Domaine Philippe Charlopin - Marsannay en Montchenevoy 2000

La robe est d'intensité moyenne, avec des reflets rubis. Le nez présente un beau fruité sur la framboise et la cerise à  l'alcool, avec une petite touche florale et épicée. En bouche, il y a du volume, un équilibre que certains trouveraient sans doute un peu mou pour un Bourgogne, mais qui me conviendrait parfaitement s'il n'y avait cette toute petite sensation de chaleur en finale. Le toucher est lisse, sans aspérités, les tannins sont présents mais d'une belle finesse, la longueur est d'un bon niveau. Beau vin pour le millésime, de type gros bébé joufflu, à  mon avis à  boire sur son éclat actuel.

Luc
19 Juil 2004 23:23 #15

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 26095
  • Remerciements reçus 945

Réponse de Luc Javaux sur le sujet CR: Domaine Philippe Charlopin - Charmes-Chambertin

CR: Deux millésimes de Charmes Chambertin de ce producteur dégustés en moins de deux semaines, cela valait bien un petit compte-rendu...

Domaine Philippe Charlopin - Charmes-Chambertin 1999

Tout d'abord un copié-collé du compte-rendu d'Olif : "A l'aveugle, sa robe sombre et son premier nez m'entraîneraient presque vers le Roussillon, du fait d'un côté très mûr, presque solaire. Du bois, très fin et grillé, il y en a aussi, puis le pinot noir se révèle enfin, avec ses notes fruitées denses, un peu terreuses. La structure est imposante, volumineuse, à  la trame encore un peu serrée mais non dénuée de charme, qui devrait avoir beaucoup de choses à  raconter dans les prochaines années. Probablement plus Charlopin que Charmes-Chambertin, mais c'est très bon et très bien fait!"
Ce 1999 se présente effectivement sous un jour un peu austère, dans un style mûr et extrait (sans être surextrait...) avec un élevage pas encore totalement fondu, mais j'ai grande confiance dans sa future très bonne évolution tant l'équilibre et la longueur sont sans reproches. A noter qu'Olif a reconnu à  l'aveugle le producteur avant le cépage et le terroir. Je n'en tirerai aucune conclusion hâtive...(bbb)

Domaine Philippe Charlopin - Charmes-Chambertin 2002

La robe est moins intense que celle du 1999, plus classiquement bourguignonne. Le nez est d'une élégance folle, sur les petits fruits rouges bien mûrs, les épices, un joli côté floral et une belle minéralité. La bouche est d'une finesse superlative, avec un soyeux de texture remarquable, un équilibre parfait et une très grande longueur. Waow !!!
Incontestablement, il fournit à  ce stade plus de plaisir que le 1999, mais qui sait ce qu'il en sera dans dix ou vingt ans ?

Luc
24 Oct 2004 17:00 #16

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6748
  • Remerciements reçus 1179

Réponse de Yves Zermatten sur le sujet CR: Domaine Philippe Charlopin, Charmes-Chambertin 1999

Luc

ce post me rappelle que je n'ai pas écrit de CR: sur le Charmes-Chambertin 1999 bu chez toi.

Je me souviens d'un nez dominé par un boisé un peu (trop) flatteur, moderne, sur un beau fruit et des notes de réglisse. La bouche se caractèrise surtout par son équilibre majestueux, ses tannins doux et son acidité bien intégrés, de même que l'acidité. Il coule en bouche comme du velours et la finale a de l'allonge. En revanche, personnellement, je n'ai pas eu le sentiment d'austérité et surtout, je n'ai pas trouvé que la structure était énorme, au contraire, je l'ai presque trouvé un peu "mou" (si j'ose dire) derrière la masse fruitée. Ce vin demande à  mon avis encore du temps pour développer la profondeur que l'on attend d'un vin issu de cette appellation.

amicalement

Yves
Yves Zermatten
24 Oct 2004 20:24 #17

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2896
  • Remerciements reçus 3
A mon avis, c'est tout simplement parce qu'il est plus Charlopin que Charmes Chambertin! Mais, c'est quand même bon!(aaa)

Olif
24 Oct 2004 20:51 #18

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 592
  • Remerciements reçus 5

Réponse de EricD sur le sujet CR: Domaine Philippe Charlopin

CR: Marsannay, En Montchenevoy 1999
J'ai été un peu déçu par ce vin, un peu trop mou à  mon goût. Il a du charme, certes, mais il lui manque un peu de caractère pour me plaire. Son déficit en acidité est étonnant...pour un Bourgogne ! Il est, je pense, à  maturité et ne gagnera plus à  vieillir.

CR: Chambolle-Musigny 1999
Il a ce que le Marsannay n'a pas, ce qui est somme toute normal vu la différence de prix entre les deux. Il est magistralement équilibré, avec un fruit brillant et une finesse très Chambolle. A boire avec plaisir sur les 5 années à  venir.
01 Fév 2005 09:56 #19

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest Auteur du sujet
  • Visiteur
  • Invité

Réponse de Guest sur le sujet CR: Domaine Philippe Charlopin, Marsannay 1996

CR: Marsannay 1996

Lorsque je dine dans le célèbre restaurant de ma ville je prends régulièrement ce vin toujours délicieux d'année en année (et abordable!)
Toutefois en juillet dernier lors de mon dernier passage, le vin semblait déjà  en perte de vitesse très nette :perte du fruit , sans acquis compensatoire!
Est ce du à  cette surextraction que certains lui reprochent tant ?

De toutes façons, la prochaine fois je changerai de vin!

Cordialement,
Raymond
02 Fév 2005 21:00 #20

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 26095
  • Remerciements reçus 945
CR: Philippe Charlopin - Gevrey-Chambertin Vieilles Vignes 1998

La robe est intense et encore jeune, avec des reflets rubis. Le nez est très mûr, fruité, sanguin, encore un peu trop boisé peut-être. En bouche, la puissance est patente, mais le vin n'en est pas déséquilibré pour autant, conservant une belle acidité. La finale est malheureusement marquée par des tannins de chêne un peu trop présents, signe que l'élevage a sans doute été un peu trop appuyé sur cette cuvée. Il me semble que les derniers millésimes ont montré un net progrès en ce sens. Mieux vaut peut-être de ne pas trop traîner à boire ce millésime, j'ai un peu peur que le boisé ne finisse par l'assécher définitivement. Une petite déception.

Luc
10 Avr 2005 16:31 #21

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • milleret
  • Hors Ligne
  • Cet utilisateur est bloqué
  • Enregistré
  • Messages : 2652
  • Remerciements reçus 114

Réponse de milleret sur le sujet Re: Domaine Philippe Charlopin

Cette dégustation confirme ce que nous avions ressenti à la dégustation des 98 au domaine ...je n'avais pas donné suite pour un achat futur ..un élevage très certainement trop marqué pour les appellations villages .
10 Avr 2005 16:37 #22

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1072
  • Remerciements reçus 379

Réponse de yr sur le sujet Re: 98 ?? Alors il faut que je regoute..

Bonjour à tous.

Je lis avec interet vos interventions car j'avais moi-même gouté deux exemplaires de ce domaine en millésime 1998: Gevrey "La Justice" et aussi le Marsannay.

Je les avais trouvé très durs, marqués parl'élevage et pour faire bref pas passionnants.

Alors une question: Pour me réconcilier avec ce domaine en restant en Village et premiers crus que me conseillez vous (si vous avez une idée de tarifs en magasin merci de me donner l'addition SVP).

Merci d'avance. YR
13 Avr 2005 14:43 #23

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 26095
  • Remerciements reçus 945

Réponse de Luc Javaux sur le sujet Re: 98 ?? Alors il faut que je regoute..

Les 2002 si vous en trouvez encore...

J'ai acheté du Marsannay, Gevrey VV, Gevrey Les Evocelles, Chambolle Musigny, Charmes-Chambertin, Chambertin, et Bonnes Mares pour des prix allant de 15 € pour le Marsannay à pas très loin de 80 € pour le Chambertin.

Luc
13 Avr 2005 18:10 #24

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1072
  • Remerciements reçus 379

Réponse de yr sur le sujet Re: Domaine Philippe Charlopin

Ok pour le teuyau...On retentera le coup avec les 02 donc.Peut-être les Zévocelles si j'en trouve car je commence à bien le connaitre ce petit bout de terrain.

Ca doit pouvoir se trouver sur Lutèce..Le seul truc qui m'arrête un peu c'est le futur infanticide que je vais commettre, mais bon, il faut bien se faire une idée tout de même non ??

Merci.

YR
13 Avr 2005 23:02 #25

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • milleret
  • Hors Ligne
  • Cet utilisateur est bloqué
  • Enregistré
  • Messages : 2652
  • Remerciements reçus 114

Réponse de milleret sur le sujet Re: Domaine Philippe Charlopin

yr a écrit:
> ..Le seul
> truc qui m'arrête un peu c'est le futur
> infanticide que je vais commettre, mais bon, il
> faut bien se faire une idée tout de même non ??
>
Suite à notre soirée sur les Bourgognes 2002 , je ne le pense pas ...ces vins se présentent bien , contrairement au millésime 99 à la même époque ...je retrouve une belle fraicheur dans ce millésime et tu peux donc ouvrir un village ...nous avons dégusté un super Chambolle du domaine de la Vougeraie , un remarquable Volnay "caillerets du domaine de la Pousse d'Or', et même le Gevrey V V de S Esmonin n'était pas trop fermé ...

ps : il faudra faire vite pour faire ses derniers achats sur ce millésime 2002 en Bourgogne , car les bons domaines sont à stock " 0"...
14 Avr 2005 10:17 #26

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 26095
  • Remerciements reçus 945
CR: Domaine Philippe Charlopin - Gevrey-Chambertin Les Evocelles 2003

J'ai été piocher dans ma caisse panachée de 12 villages 2003 de Charlopin, en commençant par cet Evocelles dont mon caviste m'a dit le plus grand bien. Et le moins qu'on puisse dire c'est qu'il n'a pas tort le bougre !
La robe est intense, aux reflets violets. Le nez est très mûr, avec un boisé perceptible mais de grande classe, qui laisse s'exprimer le caractère floral de cette belle bouteille. Malgré sa haute maturité, son caractère a su rester bourguignon et ne nous égare pas comme d'autres 2003 de la région vers le Rhône sud.
La bouche est elle aussi remarquable, avec une acidité très bien conservée, un équilibre qui, s'il n'est pas l'archétype de l'équilibre septentrional, n'en est pas moins très réussi, avec un soyeux de texture et une longueur que j'ai rarement pu observer à ce niveau d'appellation. Superbe ! Et tellement top-méga-slurp actuellement qu'il m'est difficile d'imaginer qu'elle puisse être un jour meilleure qu'aujourd'hui... Je sens que cette caisse de 12 ne fera pas long feu.

Luc
28 Aoû 2005 21:26 #27

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 26095
  • Remerciements reçus 945

Réponse de Luc Javaux sur le sujet CR: Domaine Philippe Charlopin : les 2003

CR: Après un Gevrey-Chambertin Les Evocelles 2003 succulent, j'avais hâte de déguster les 3 autres villages 2003 que je possède en cave. C'est chose faite !
Les Gevrey-Chambertin Vieilles Vignes 2003, Chambolle Musigny 2003 et Morey Saint-Denis 2003 n'ont pas résisté bien longtemps à mes assauts hédonistes. Et s'il y a bien des vins qu'on peut qualifier d'hédonistes, c'est ceux-ci ! Un fruité très mûr sans être confituré, un boisé discret, une fraîcheur étonnante, un côté floral, épicé et minéral qui ne fait pas défaut, de l'ampleur, un très bel équilibre, un superbe soyeux de texture et une longueur qui ne l'est pas moins. Pas de notes de cerise à l'eau-de-vie, aucune dureté dans les tannins, Philippe Charlopin semble avoir parfaitement évité les pièges du millésime. Selon mon caviste, le fait qu'il ait vendangé beaucoup plus tard que la majorité de ses confrères n'y est sans doute pas étranger. Certes, le millésime marque les vins, et il n'est pas certain du tout qu'à l'aveugle je ne me serais pas orienté vers un vignoble plus méridional, voire, pourquoi pas, une belle syrah du Languedoc-Roussillon ; il me serais également très difficile à ce stade de dire avec précision ce qui différencie ces quatre bouteilles, tant les points commune sont flagrants. Peut-être que dans quelques années les différences seront plus marquées et que le terroir reprendra le dessus, mais on ne peut pas dire que pour l'instant ce soit lui qui détermine principalement les caractéristiques de ces vins.
Pour ma part, c'est un coup de coeur général et je vous invite à tenter de vous procurer quelques exemplaires de ces magnifiques bouteilles.

Luc
04 Sep 2005 20:29 #28

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest Auteur du sujet
  • Visiteur
  • Invité

Réponse de Guest sur le sujet Re: Domaine Philippe Charlopin : les 2003

Seulement de la moins chère puisqu'elles se valent toutes ;)
04 Sep 2005 20:34 #29

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 26095
  • Remerciements reçus 945

Réponse de Luc Javaux sur le sujet CR: Domaine Philippe Charlopin : Echezeaux 1998

CR: Domaine Philippe Charlopin : Echezeaux 1998

Dégusté pour la première fois hier soir, cet Echezeaux s'est montré sous un très beau jour, avec un magnifique fruité bien mûr, mais surtout une ampleur et une qualité de texture remarquable, soyeuse, ainsi qu'une grande longueur. Il a éclipsé sans aucune discussion les deux vins de Bordeaux qui le précédaient (Carruades de Lafite 1996 et Lagrange 1995). Pour plus de complexité, il faudra cependant attendre quelques années supplémentaires.

Luc
15 Oct 2005 11:54 #30

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: Cédric42120GildasPBAESstarbuckMartinezVougeotjean-luc javaux