Nous avons 1652 invités et 67 inscrits en ligne

Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande, Pauillac

  • Messages : 9695
  • Remerciements reçus 1422

Réponse de claudius sur le sujet Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande 2002

CR: Pichon Lalande 2002 versus Léoville Barton 2002


pour accompagner le barbecue d'hier ma main s'est portée sur 2 bt du millésime 2002
je dois avoir bu + d'une dizaine de Pichon Lalande 2002, vin que j'ai toujours beaucoup aimé et que je considère comme faisant partie du quintette de tête de ce millésime: Palmer, Vieux Château Certan, Cos d'Estournel et Mouton. (je n'ai pas goûté Latour)
Tout de suite après ouverture des bt la tannicité du Pichon Lalande me surprend ... je laisse les 2 verres dans la cuisine ...
un peu plus tard j'entends une voix dans la cuisine " je préfère le Léoville Barton" ... et en fait je pourrais terminer ce post ici ...
en re-goûtant je suis bien obligé de lui donner raison, le Léoville Barton se présente sous un meilleur jour sur un beau fruit mûr avec une pointe de douceur agréable et des tanins mieux incorporés dans la matière, je suis tout à fait certain qu'à l'aveugle je les aurai confondus !
Pichon Longueville qui avant cette dégustation m'avait toujours séduit par sa finesse de texture et son élégance présente des tanins marqués, dominant toute la 2ème partie de bouche, lui conférant une rusticité déplaisante.


Ayant de la peine à croire ma perception ;)
je me suis demandé si j'avais involontairement secoué la bt,
s'il s'agissait d'une bt défectueuse,
ou pire,
si le fruit en se rétractant avec l'âge ne laissait pas trop de place aux tannins ?
:?
mystère

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Jean-Loup Guerrin, Damien72, Fredimen
22 Mai 2020 12:32 #691
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4910
  • Remerciements reçus 954
CR: Pichon Longueville Comtesse de Lalande, Pauillac 1982

Bouteille ouverte et épaulée 5h avant le service. Niveau bas goulot, bouchon totalement imbibé qui est parti en miette à l'ouverture.

Nez sur la griotte, le cuir, une pointe de cèdre et la boite à cigare. Très élégant.

La bouche m'a fait penser à un vieux Chambolle. C'est tout en dentelle. Délicatesse est le maître mot aussi. Le touché est soyeux, doucereux. Le vin est follement sensuel et féminin. La matière est fine mais s'étire à l'infinie dans une sensation d'harmonie et de plénitude avec une belle trame diaphane. Belle finale délicate sur les fleurs séchées avec une longueur déliée tout en délicatesse.

Ce vin m'a donné la sensation d'une belle femme qui danse derrière un voile. Excellent certes, mais j'en attendais plus je dois dire au vu des CR magnifiques que j'ai lu en salivant. Il manque un peu de profondeur et un zeste de matière en plus pour faire décoller l'ensemble vers les sommets. Au vu de l'état du bouchon, je n'exclus pas qu'il ait altéré la qualité du jus.

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Yves Zermatten, M@nuel, Olivier Mottard, PBAES, Jean-Paul B., Jean-Loup Guerrin, Vaudésir, romu, FlavFirst, Fredimen
05 Juil 2020 15:23 #692
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2301
  • Remerciements reçus 49
Le bouchon est imbibé, je pense que le vin est forcément altéré ...
Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout, telle est souvent la question après d'aussi longues années .....
C'est toujours rageant ! Bon, dans ton cas, le vin est malgré tout d'un certain niveau c'est déjà ça .... Mais pratiquement certain que ce n'est pas le meilleur Comtesse 82 possible. Hélas ...
05 Juil 2020 19:47 #693

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4910
  • Remerciements reçus 954
Oui absolument, on était proche de la coulure je pense...
05 Juil 2020 20:05 #694

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 7269
  • Remerciements reçus 6196

Réponse de Jean-Loup Guerrin sur le sujet Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande, Pauillac

Au vu de l'état du bouchon, je n'exclus pas qu'il ait altéré la qualité du jus.

Il va vite falloir trouver une bonne occasion avec le fiston pour goûter à la 24ème et dernière bouteille de son millésime...

Jean-Loup
05 Juil 2020 20:19 #695

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3585
  • Remerciements reçus 1232
CR: Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande, Pauillac, 1990

Bouteille acquise il y a quelques mois, ouverte au débotté vendredi au sortir de cave, en l'honneur d'un couple de voisins en province, devenus des amis proches, couple merveilleux et fringant de 87 et 89 ans !

Le bouchon a été massacré par une machine infernale, un tire-bouchon électrique que mon voisin voulait essayer. Le limonadier eut bien du mal à extraire le reste et le dernier quart du bouchon est resté dans la bouteille. On a transvasé le vin dans une carafe (à eau) improvisée. Les verres sont communs (standards), donc la dégustation n'est pas analytique, mais l'important est ailleurs, c'est le plaisir du partage qui importe.

Ce vin de trente ans offre un nez très joli de fruits, framboise, cassis, avec de jolies notes fumées, d'épices. Silence, je vois l'émotion et le plaisir de ce couple qui aime les bons vins. Ils savent que c'est plutôt une belle étiquette, je les ai juste prévenus que c'est un Pauillac, mais ils perçoivent surtout que le vin est bon.
La bouche est délicate, les tannins fondus, une longueur respectable et le vin nous a tous plu, encore fringant.
Je regouterai une bouteille avant la fin d'année, car les commentaires sur ce vin sont très critiques le plus souvent, alors que j'ai pris beaucoup de plaisir sur cette bouteille, classique, délicieuse. Dans un autre cadre, plus propice à l'analyse, j'aurais peut-être été plus sévère ?
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Yves Zermatten, PBAES, matlebat, Jean-Loup Guerrin, FlavFirst, Fredimen, Bug
26 Juil 2020 10:14 #696

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3358
  • Remerciements reçus 367
Salut phil,

> Je regouterai une bouteille avant la fin d'année, car les commentaires sur ce vin sont très critiques le plus souvent, alors que j'ai pris beaucoup de plaisir sur cette bouteille, classique, délicieuse. Dans un autre cadre, plus propice à l'analyse, j'aurais peut-être été plus sévère ?

Ce n'est pas dit
Car mais les critiques sur ce vin sont de l'ordre d'un manque de concentration, puissance, ...
Et la description que tu fais de ce vin sont sur le fruit, délicatesse, ...
Débat PDF / Couillu bien connu ;-)

NB : n'ayant pas gouté ce vin depuis longtemps, je n'ai pas d'avis.
Francois // chaque avis est subjectif et la somme des subjectivités fait une objectivité (F Mauss)
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou
26 Juil 2020 10:54 #697

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 7269
  • Remerciements reçus 6196

Réponse de Jean-Loup Guerrin sur le sujet Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande, Pauillac, 1990

Les verres sont communs, donc la dégustation n'est pas analytique, mais l'important est ailleurs, c'est le plaisir du partage qui importe.

J'ai d'abord cru que vous aviez partagé les verres ! :dash:

Jean-Loup
26 Juil 2020 11:42 #698

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9695
  • Remerciements reçus 1422
CR: à propos de Pichon Comtesse 1982

Au vu de l'état du bouchon, je n'exclus pas qu'il ait altéré la qualité du jus.


cela d'un côté et de l'autre PComtesse est un rive gauche à très forte proportion de merlot qui vieillit donc plus rapidement que les cab sauf. Thierry Debaisieux qui en a bu de nombreuses bt se questionnait déjà il y a quelques années en se demandant si le vin n'avait pas déjà vu son apogée et se trouvait sur la pente descendante ...

pers. je rechercherais maintenant plutôt des magnums
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Benoit Hardy
26 Juil 2020 12:11 #699

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4910
  • Remerciements reçus 954
Fort possible Claudius. Même si je fais encore figure de pèlerin sur Bordeaux, ta réflexion amène la suivante:

J’ai bu la comtesse 1996 qui était un beau vin totalement à point en comparaison d’autres Bordeaux sur le même millésime qui me ne me semblaient pas complètement délié.

Cela étant, sur 1982, Las Cases n’a pas encore livré tous ses secrets alors que c’est aussi un rive gauche. De mes maigres connaissances, la part d’encepagement sur ces 2 domaines ne varie pas de plus de 10% d’écart mais je ne sais ce que cela donne dans l’assemblage.
26 Juil 2020 13:31 #700

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 7269
  • Remerciements reçus 6196

Réponse de Jean-Loup Guerrin sur le sujet Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande, Pauillac, 1982

Claudius a fait remarquer :

Thierry Debaisieux qui en a bu de nombreuses bt se questionnait déjà il y a quelques années en se demandant si le vin n'avait pas déjà vu son apogée et se trouvait sur la pente descendante ...

J'en ai bu 23 bouteilles (c'est assez exceptionnel mais j'en avais acheté 24 pour la naissance du fiston) et cela a toujours été un ravissement. J'ai fait quatre CR sur cette cuvée depuis mon inscription à LPV en 2010 et c'est vrai que le dernier date de 2015 : j'espère que les cinq dernières années n'ont pas été les années de trop mais j'ai du mal à le croire sauf problème de bouchon.
D'ailleurs le château, que j'avais interrogé, préconisait un changement de bouchon après 30 ans, opération gratuite. Mais il fallait leur fournir une bouteille pour compléter les autres et je n'en avais plus assez !

Jean-Loup
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: claudius
26 Juil 2020 13:58 #701

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 225
  • Remerciements reçus 361
CR: Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande, Pauillac, 1990

Niveau bas goulot, bouchon presque totalement imbibé dont l'exfiltration aura demandé pas mal d'efforts pour ne rien laisser passer dans la quille ^^
La robe est d'un beau rouge rubis, assez sombre, avec un disque clair sur le pourtour.

A l'ouverture le nez, peu disert, évoque un peu le tabac et le fruit, mais après deux heures d'épaulage il cause d'avantage.
Le tabac se renforce et une odeur de boîte à cigare assez douce (mais pas douceureuse) lui tient compagnie. Le cuir ainsi qu'un discret côté viandé font également leur apparition, tandis que le fruit persiste bien (cassis, mûres ?)
La bouche manque un peu de la densité habituelle mais garde une texture agréable. C'est fin, avec une acidité très discrète sur les petites baies. On retrouve le tabac et dans une moindre mesure le cuir et les épices (madame a noté du cacao). La finale est légèrement amère et curieusement encore un peu astringente.

Par certains aspects le vin paraît encore jeune, mais par d'autres déclinant.
Le lendemain midi, le reste de bouteille n'a pratiquement pas bougé si ce n'est que l'astringence a disparu.
B/B+
Laurent
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, Jean-Loup Guerrin, FlavFirst, Fredimen
20 Sep 2020 15:03 #702

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 63
  • Remerciements reçus 191
CR: Pichon Comtesse de Lalande 1986

Bouchon qui part d'un seul coup. Bon niveau.
La robe est assez foncée avec de légers reflets orangés.
Le vin se distingue d'abord par des arômes très aristocratiques : boite à cigares, cèdre, puis des fruits rouges. Superbe bouquet de Pauillac.
En bouche, le vin est majestueux, avec des tannins présents mais pas envahissants.
Beaucoup de matière en bouche.
La seule réserve est un manque de complexité et de longueur.
Bref, un très beau quand vin quand même qui se livre plus le premier jour que les jours suivants.

Cordialement,
Benoit
jbl
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: claudius, PtitPhilou, Jean-Loup Guerrin, Fredimen
29 Sep 2020 20:23 #703

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 596
  • Remerciements reçus 290

CR: Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande, Pauillac, 1990

Niveau bas goulot, bouchon presque totalement imbibé dont l'exfiltration aura demandé pas mal d'efforts pour ne rien laisser passer dans la quille ^^
La robe est d'un beau rouge rubis, assez sombre, avec un disque clair sur le pourtour.

A l'ouverture le nez, peu disert, évoque un peu le tabac et le fruit, mais après deux heures d'épaulage il cause d'avantage.
Le tabac se renforce et une odeur de boîte à cigare assez douce (mais pas douceureuse) lui tient compagnie. Le cuir ainsi qu'un discret côté viandé font également leur apparition, tandis que le fruit persiste bien (cassis, mûres ?)
La bouche manque un peu de la densité habituelle mais garde une texture agréable. C'est fin, avec une acidité très discrète sur les petites baies. On retrouve le tabac et dans une moindre mesure le cuir et les épices (madame a noté du cacao). La finale est légèrement amère et curieusement encore un peu astringente.

Par certains aspects le vin paraît encore jeune, mais par d'autres déclinant.
Le lendemain midi, le reste de bouteille n'a pratiquement pas bougé si ce n'est que l'astringence a disparu.
B/B+


A titre de comparaison j'ai des Mouton 90
Qui ont toujours eu ce manque de densité par rapport au 89
They're BACK !!!!!!!!!
29 Sep 2020 21:09 #704

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 8183
  • Remerciements reçus 729
Attention aux conditions de conservation, je n'achète plus JAMAIS de niveaux bas goulot...

ça parait idiot comme ça, mais ça veut dire que le vin qui était dans la bouteille est sorti, et il n'a qu'un chemin : le bouchon... et ce foutu bouchon une fois que le chemin est fait, bah le vin a été en contact avec l'air, donc oxydation et tutti-quanti...
un producteur (certan de may à l'époque) m'avait dit qu'une bouteille bas goulot avait 80% de chances de ne pas être ce qu'elle "aurait du être" et m'a à l'époque "donné" un certan de may 1996, un des plus grands bordeaux de ma vie...
donc perso je fais hyper-gaffe aux niveaux et autres signes de coulures qui me font galoper comme à mes 20 ans (qui s'éloignent) ;)
frédéric Gautier, passionné
membre de poids de LPV haute-normandie ...
fgsuperfred.canalblog.com
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Alex, daniel.gureghian, Benoit Hardy, Bug
02 Oct 2020 19:10 #705

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6748
  • Remerciements reçus 1179

Réponse de Yves Zermatten sur le sujet Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande, Pauillac, 1990

on l 'a sûrement déjà dit de nombreuses fois sur LPV : Mouton et Pichon Comtesse sont deux propriétés qui ont raté leur 1990. J'ai le souvenir d'une horizontale de 90 où ils ont fini en bas de classement. en revanche, il y avait notamment un Phélan-Ségur 90 magnifique.
Yves Zermatten
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: claudius, PtitPhilou
02 Oct 2020 23:14 #706

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 4910
  • Remerciements reçus 954

Réponse de Benoit Hardy sur le sujet Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande, Pauillac

Bas goulot pour un 1990 c’est un peu compliqué en effet, j’ai des 1982 qui sont bas goulots...
03 Oct 2020 00:20 #707

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3585
  • Remerciements reçus 1232

on l 'a sûrement déjà dit de nombreuses fois sur LPV : Mouton et Pichon Comtesse sont deux propriétés qui ont raté leur 1990. J'ai le souvenir d'une horizontale de 90 où ils ont fini en bas de classement. en revanche, il y avait notamment un Phélan-Ségur 90 magnifique.


Yves, effectivement, tu l'as écrit à plusieurs reprises et pourtant ça m'a échappé quand j'ai acquis quelques bouteilles il y a quelques mois. Celle que j'ai ouverte cet été m'a toutefois rassuré, ce n'est pas mauvais (bon niveau dans la bouteille), mais probablement pas au niveau des meilleurs crus de 1990 certes, je n'ai pas ton expérience.
03 Oct 2020 05:52 #708

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6748
  • Remerciements reçus 1179

Réponse de Yves Zermatten sur le sujet Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande, Pauillac, 1990

j'avais acheté Pichon-Comtesse 90 et il doit il m'en rester une bouteille, je vais l'ouvrir prochainement. Depuis la dernière bouteille ouverte il y a bien longtemps, le vin a peut-être changé, à l'instar de mes goûts :)
Yves Zermatten
03 Oct 2020 10:16 #709

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6748
  • Remerciements reçus 1179

Réponse de Yves Zermatten sur le sujet CR: Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande 2002

CR: Pichon Lalande 2002 versus Léoville Barton 2002


pour accompagner le barbecue d'hier ma main s'est portée sur 2 bt du millésime 2002
je dois avoir bu + d'une dizaine de Pichon Lalande 2002, vin que j'ai toujours beaucoup aimé et que je considère comme faisant partie du quintette de tête de ce millésime: Palmer, Vieux Château Certan, Cos d'Estournel et Mouton. (je n'ai pas goûté Latour)
Tout de suite après ouverture des bt la tannicité du Pichon Lalande me surprend ... je laisse les 2 verres dans la cuisine ...
un peu plus tard j'entends une voix dans la cuisine " je préfère le Léoville Barton" ... et en fait je pourrais terminer ce post ici ...
en re-goûtant je suis bien obligé de lui donner raison, le Léoville Barton se présente sous un meilleur jour sur un beau fruit mûr avec une pointe de douceur agréable et des tanins mieux incorporés dans la matière, je suis tout à fait certain qu'à l'aveugle je les aurai confondus !
Pichon Longueville qui avant cette dégustation m'avait toujours séduit par sa finesse de texture et son élégance présente des tanins marqués, dominant toute la 2ème partie de bouche, lui conférant une rusticité déplaisante.


Ayant de la peine à croire ma perception ;)
je me suis demandé si j'avais involontairement secoué la bt,
s'il s'agissait d'une bt défectueuse,
ou pire,
si le fruit en se rétractant avec l'âge ne laissait pas trop de place aux tannins ?
:?
mystère






même impression que Claude sur ce CR: Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande 2002

Nez évolué, encore du fruit, c’est assez peu expressif, sévère et pas très pauillacais. Si la matière est encore fruitée, ce vin a perdu beaucoup de ce qui avait fait son charme autrefois et que Claude décrit très bien ci-dessus : c'est moins suave, moins précis, moins crémeux, et élégant. Les tannins sont moins enrobés et trop anguleux. Tout l'éclat du vin que nous avions beaucoup aimé s'est terni.

Déception. Boire. 87

Yves Zermatten
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, dfried, Jean-Loup Guerrin, Fredimen
15 Oct 2020 16:21 #710
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 7269
  • Remerciements reçus 6196
CR: Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande – Pauillac - 1982



Et voici déjà ma dernière bouteille… :X
C’est très certainement la bouteille que j’ai acheté dans la plus grande quantité (24 !) de toute ma vie et je ne suis pas trop mal tombé, surtout que je n’y connaissais rien à l’époque. :?
Mais c’était pour une grande occasion : la naissance de mon fils ainé !

Le CR de Tarkan de début juillet m’avait alerté, alors que ma précédente dégustation remontait à septembre 2014. J’en avais donc informé mon fils et avons profité de bonnes circonstances ce samedi : un petit comité avec sa femme et la mienne, de bonnes nouvelles à fêter, c’est décidé on ouvre ! :)!

Bon, c’est vite dit mais plus long à faire. La bouteille a été mise en position verticale à H – 48. Inspection rapide : le niveau est bas goulot, comme pour la précédente, c’est bon signe ! :)
À H – 3, me rappelant quelques sueurs froides avec les bouchons de certaines de ses grandes sœurs, je m’arme d’un tire-bouchon sommelier et d’un bilame. Je commence par décoller le bouchon de la paroi du goulot avec le bilame puis attaque le bouchon le plus verticalement et le plus doucement possible… Il vient assez facilement mais se casse en deux… :dash: Je comprendrai ensuite pourquoi : le bouchon était imbibé aux trois quarts et c’est à l’interface des deux zones qu’il s’est cassé. Mais le fait qu’il ne soit pas entièrement imbibé comme celui de la bouteille de Tarkan me rassure car c’est un point positif. :DD
Conseil de guerre avec mon fils : comment venir à bout de ce vilain sans endommager le précieux liquide ? On décide de poursuivre avec le tire-bouchon sommelier mais en l’attaquant légèrement en biais. Je laisse mon fils à la manœuvre : après tout, il a certaines affinités avec cette bouteille ! %tchin
Cela a dû durer une à deux minutes mais j’ai eu une impression de trois fois plus… Je vois mon fils transpirer… Il m’explique qu’il doit se concentrer pour exercer un effort vers le haut tout en le limitant par un effort légèrement plus faible de sens opposé… Vous suivez, les mécaniciens ? ::zinzin::
Et, oh miracle, la deuxième partie sort quasiment entière, en tout cas sa partie inférieure, ce qui est le plus important ! (tu)




Bravo au fiston qui du coup a droit au centilitre prélevé pour épauler très légèrement le vin. Pas de défaut (2ème ouf de soulagement) et un vin qu’il m’annonce très prometteur. :jump:
Pendant que nous trimons, ma tendre et douce nous concocte une entrée et un plat choisis spécialement pour mettre en valeur ce trésor. Nous y reviendrons… :miam:

Après une balade dans cette belle ville de Bourges pour nous mettre en appétit, nous voici directement à table. Oui, pas d’apéritif afin de se concentrer sur ce qui doit être le clou de ces retrouvailles. Je sers donc un premier verre juste avant l’arrivée de l’entrée, le vin devant être à 16 ou 17° C.


La robe arbore un grenat intense, pas d’une limpidité parfaite mais pas trouble non plus. Les reflets sur le bord du disque sont bien tuilés mais aucunement inquiétants, ni roussis, ni acajou.



Le premier nez est déjà bien expressif et il va rapidement s’intensifier et s’affirmer à l‘aération et au réchauffement dans le verre. C’est d’abord sa finesse qui frappe, avec des arômes tertiaires de toute beauté. Puis la complexité olfactive se déploie en jouant sur toute la gamme d’une belle partition : le sous-bois, le tabac et le cuir noble titillent nos narines puis le bois précieux et une touche fumée agrémentent nos sensations, sans oublier des fruits noirs compotés dominés par la prune. Ce nez est envoutant !
La bouche lui rend la pareille en mariant concentration et élégance. D’un remarquable équilibre, l’ensemble évoque un accomplissement quasiment parfait. Une grande fraîcheur répond à la belle ampleur, les tanins se révèlent à la fois denses, distingués et patinés. L’aromatique évoque une certaine aristocratie par son austérité classieuse, celle-ci étant plus de classe qu’austère. ;) Enfin la belle allonge étirée et sereine est couronnée par une finale goûteuse au beau fruité compoté avec une légère salinité qui ressort étonnamment.
Un vin magnifique qui va de soie ! ::turn::
Excellent +(+)


Flan forestier aux champignons (cèpes, bolets, shitakés) : un plat raffiné aux saveurs subtiles

Le mariage est superbe (4+ / 5) car le plat donne au vin encore plus d’ampleur et de profondeur, sans oublier un remarquable accord aromatique.



Epaule d’agneau façon méchoui et légumes d’automne rôtis : quel fondant et quels parfums !

Le plat s’est accordé à merveille avec le vin, réalisant une symbiose de textures, à la fois denses et fondantes, et le vin montrant encore plus de race.


Un grand moment partagé en famille ! oo, oo, oo,

Jean-Loup
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Yves Zermatten, claudius, PtitPhilou, Olivier Mottard, dfried, PBAES, Alex, monta, mgtusi, Gibus, bibi64, Benoit Hardy, Vaudésir, supervedro, Agnès C, starbuck, leteckel, LLDA, AgrippA, FlavFirst, Dag, Damien72, Torsten
24 Oct 2020 19:14 #711
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 7269
  • Remerciements reçus 6196

Réponse de Jean-Loup Guerrin sur le sujet Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande – Pauillac - 1982

Je ne résiste pas à citer Bob qui a quasiment toujours noté ce vin 100 / 100, depuis sa naissance (celle du vin, pas de Bob ;)).
Voici ce qu'il écrivait en septembre 2002 :

J'attends toujours que ce vin, que j'ai dégusté une demi-douzaine de fois en 2002, commence à décliner. Prodigieux depuis sa toute petite enfance, il s'impose incontestablement, dans ce millésime grandiose, comme l'un des crus les plus séduisants, à la fois pour les sens et l'intellect. D'un grenat-prune encore dense et sombre, tirant sur le pourpre, il dégage un bouquet spectaculaire, mêlant des senteurs de crème de cassis à des nuances de prune, de vanille, de cerise et de fumé. Tout à la fois corsé, opulent et charnu, très épais, il regorge littéralement de fruit, de gras et d'alcool. Luxuriant, du fait de sa faible acidité, il est aussi séduisant que peut l'être Pichon-Lalande - voire tous les grands bordeaux. Sa longévité m'a surpris, et, bien que je ne pense pas qu'il montre de sitôt des signes de déclin (comme des teintes ambrées ou un fruité desséché), je ne tenterais pas le diable, sachant qu'il a déjà plus de vingt ans d'âge. A boire jusqu'en 2012.



Jean-Loup
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, mgtusi
24 Oct 2020 19:36 #712

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 6265
  • Remerciements reçus 2278
CR: Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande, Pauillac, 1986
niveau et bouchon parfaits, avec même un étonnant effet succion vers le bas d'une tranche de 3mm de bouchon, bouchon auparavant connement cassé du fait d'une faute technique du préposé... Cela aura au moins prouvé une étanchéité à toute épreuve

Nez très jeune sur le cassis frais, un peu de menthol et de tabac en cherchant bien. C'est net, pur mais vraiment pas complexe pour un sou et ce que ce soit le midi ou le soir. Si on veut être plus positif, il avait gardé toute sa netteté le soir malgré l'après-midi en vidange.
Bouche comprimée à l'ouverture avec des tannins un poil féroces. Les 2h d'aération auront permis de civiliser tout cela pour donner un ensemble d'un équilibre parfait avec une matière plus fondue mais d'une droiture certaine. Le volume, le toucher, la précision, tout est très beau mais on est plus dans la contemplation que dans l'adhésion pleine du fait de ce manque de complexité aromatique.
Finale d'une très bonne persistance, sans concession à l'image du reste !

Superbe pour la bouche mais gros regret sur l'aromatique que j'aurais aimée plus complexe pour évité cette austèrité++ même à table. Si 86 donne ça en ce moment, je vais mettre de côté les 96 pour fêter les 10 ans de maison de retraite...

Marc
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, oliv, Olivier Mottard, bertou, Jean-Loup Guerrin, Benoit Hardy, vivienladuche, condorcet, supervedro, Damien72, Fredimen, Torsten
07 Déc 2020 18:20 #713
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3011
  • Remerciements reçus 2528

Réponse de bertou sur le sujet CR: Réserve de Pichon Longueville - Pauillac 2017

Bu lors de cette dégustation.

CR: Réserve de Pichon Longueville - Pauillac 2017
Bonne intensité, net avec un joli fruit sur le cassis, prune, léger végétal sur la tige de tomate. Gros boisé toasté pas des plus fins, mais ok.
Bouche charnue, avec une fine fermeté, beaux tanins même si un poil rustique. Boisé bien sur le toast. Longueur moyenne.
Bien -.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, Fredimen
16 Déc 2020 22:04 #714

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3585
  • Remerciements reçus 1232
CR: Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande, Pauillac, 1990

Joli bouchon, pas trop marqué.
Bouteille ouverte sans préparation spéciale.
Vin servi dans des Fine Beaujolais de Schott Zwiesel.

Robe grenat, brillante, légèrement évoluée.
Nez parfumé, sur le poivron, les épices, cassis, fruits noirs. Léger fumé et pointe réglissée rafraîchissante.
Bouche aux tannins soyeux, vin au bel équilibre, à la longueur très correcte et doté d'un bon volume. Finale cohérente avec le nez.
Une bouteille qui est très méritante et qui a apporté beaucoup de plaisir aux commensaux.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, Alex, bertou, Jean-Loup Guerrin, vivienladuche, condorcet, Fredimen, Bug
17 Déc 2020 21:35 #715

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 426
  • Remerciements reçus 37
ce millésime est tres faible dans ce domaine pour un 1990
18 Déc 2020 08:09 #716

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3585
  • Remerciements reçus 1232
Bonjour, je le sais, et pourtant, sincèrement, je déguste des Bordeaux depuis plus de vingt ans, avec quelques éclipses, aussi ai-je pesté contre moi et ma bêtise d'avoir acquis en début d'année quelques bouteilles de 1990 et pas des millésimes comme 1982 ou plus récents comme 1996.
Pourtant, gare aux pétitions de principe, car les deux bouteilles de ce millésime décrié pour ce domaine, a priori, millésime raté, que j'ai ouvertes depuis juillet m'ont offert du plaisir et aucune sensation de verdeur ou de creux en milieu de bouche ou en finale. Pourtant je me suis méfié. Mais rien qui ne me déchausse les dents.
Je crois, par contre, qu'il ne sert à rien de passer en carafe ce vin et de trop aérer/préparer ce 1990, qui est juste bon dès l'ouverture de la bouteille, en tout cas pour mes deux rencontres récentes. Il m'en reste d'ailleurs.
Objectivement, le vin bu n'est pas "grand", mais très bon, à maturité. On a sifflé la bouteille à trois lors d'un repas, précédé par un bon Champagne.
J'attends plus des Forts de Latour du même millésime que je vais bientôt ouvrir. Car ce fut une belle claque il y a une quinzaine d'années lors d'une soirée avec les fameux "Déciens parisiens" 1ère génération (bon, plutôt à Villiers le Bel en réalité). Ce Comtesse 1990 aurait certainement souffert en face d'un Forts de Latour voire d'un Las Cases, etc. Quoique ?

Comme quoi, la (mauvaise) réputation et la théorie, il vaut mieux tester par soi-même, in "verro" veritas, sans idée préconçue. Je n’exclus pas avoir eu de la chance ou ne pas être aussi exigeant que certains LPViens, moins talentueux suis-je, je le concède volontiers. C'est aussi peut-être la raison qui vous fait dire que ce millésime est raté dans ce domaine, je reconnais me poser la question de mes capacités de dégustateur.

Belle journée à tous.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: claudius, Jean-Loup Guerrin, bibi64, leteckel, ProfesseurDubis, Damien72, Kiravi
18 Déc 2020 10:34 #717

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2080
  • Remerciements reçus 2795

'' ce millésime est tres faible dans ce domaine pour un 1990 ''


Pas trouvé tes CR...mais j'ai dû mal chercher :whistle:
ArnoulD avec un D comme Dusse
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: PtitPhilou, Alex, bibi64, ProfesseurDubis, Vutu1986
18 Déc 2020 20:38 #718

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3817
  • Remerciements reçus 3655
CR: Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande 2001

Ce midi pour accompagner une côte de mon boeuf croisé angus, j'ouvre cette bouteille.
Cela faisait un moment que j'attendais la bonne occasion et ce fût le cas.

Sitôt ouverte, sitôt goutée pendant que la viande commence à cuire sur la plancha.
Le nez est expressif sur le cassis, le tabac blond avec des premières notes de sous-bois qui annoncent un début de transition.
Vous me direz que c'est normal, le vin arrive doucement vers ses vingt ans, âge à partir duquel les grands Bordeaux commencent à donner leur meilleur.
La bouche est une caresse, les tannins sont soyeux.
Le vin est ample et délicat. Il n'est pas trop puissant mais tient parfaitement tête au morceau de viande.
Je devrais plutôt dire qu'il se marie à merveille avec cette pièce noble qui attendait depuis trop longtemps dans le congélateur.
Mais merde avec tous ces confinements, reconfinements et restrictions en tout genre, je ne vais pas laisser mes meilleurs morceaux de viande s'oxyder comme un vin blanc de la Côte de Beaune en attendant de pouvoir les partager avec des gens qu'on m'interdit de voir !

j'ai là un grand Pauillac dans mon verre, tout ce que j'aime dans les grands Bordeaux.
J'imagine que cette Comtesse 2001 commence à atteindre son plateau de maturité et qu'elle pourra y rester pour un long moment.

Je me suis fais la remarque que je trouvais ce 2001 plus prêt à boire ou à minima moins marqué par l'élevage que le 98 que j'ai dégusté il n'y a pas si longtemps.
Bertou l'avait déjà constaté dans une vertigineuse verticale

Si la comtesse de Pauillac est souvent critiquée pour son manque de régularité, je peux garantir qu'à mon goût, ce 2001 est un grand vin.
Sylvain
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Olivier Mottard, bertou, Moriendi, Jean-Loup Guerrin, bibi64, leteckel, Damien72
20 Déc 2020 16:21 #719

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2530
  • Remerciements reçus 2322
Bonjour à tous,

CR: Château Pichon Comtesse de Lalande 1989

Là encore exceptionnel bouteille. Peut-être la plus belle du WE.

Un nez de Pauillac alliant la classe et la gourmandise. Cassis mûr, compoté, notes sous-bois, champignon noble (cèpe grillé), puis épice et boite à cigare, un fond de tabac blond et de fumé.

Bouche superlative, charpentée, concentré de tanins soyeux, veloutés, diablement séduisant. Cela tient sur la structure et la puissance, jusque dans la finale avec une persistance incroyable.
Exceptionnel 98 (19). Longtemps que je n'avais bu un Bordeaux de ce calibre.

Amicalement, Matthieu
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard, tht, Jean-Loup Guerrin, Benoit Hardy, Vaudésir, supervedro, Papé, starbuck, FlavFirst, Dag
28 Mar 2021 17:09 #720

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck