Nous avons 525 invités et 12 inscrits en ligne

Dobogó, Tokaj

  • Jérôme Pérez
  • Portrait de Jérôme Pérez Auteur du sujet
  • Hors Ligne
  • Administrateur
  • Messages : 17951
  • Remerciements reçus 1802

Jérôme Pérez a créé le sujet : Dobogó, Tokaj

Dobogó Winery

H-3910 Tokaj, Dózsa György út 1.
Tél +36 (47) 552 147 / +36 (30) 576 9736
dobogotokaj@t-online. hu



www.dobogo.hu





Mais d’où vient ce drôle de nom ? Un nom sonore assurément : Dobogo c’est à la fois le bruit de la cavalcade du cheval et le son des pas sur l’estrade du maître. On peut aussi imaginer que ce mot est associé aux battements du cœur, à ce qu’il y a de vital en lui, mais renvoyant aussi à la passion et il en faut pour faire du vin à Tokaj. Le lieu lui-même est passionnant, pas son histoire, son particularisme, ses traditions, sa beauté. C’est aujourd’hui donc aussi le nom de cette Pince hongroise, réputée à juste titre, notamment, pour ses vins secs de Tokaj, à base de Furmint.
https://lh3.googleusercontent.com/ItX1kB5x-B__1DDA_BdQWgJg6wz0wal6I2-fOFHwAMM=w889-h667-no

On peut avancer sans se tromper que l’arrivée sur l’exploitation d’Attila Domokos en 2003 aux côtés d’Izabelle Zwack a marqué un tournant dans la qualité des vins du domaine. (créé en 2001)
Ce nom « Zwack » qui lui aussi claque comme une percussion est connu par les amateurs de liqueur du monde entier puisque c’est cette famille qui est à la tête de la fameuse liqueur Unicum.
https://lh3.googleusercontent.com/jhyngJBmLs3ZE4KC9xyx0f8g1I4dczwdZSoqgsg7HoQ=w501-h667-no
Attila Domokos

Dobogo exploite5 hectares dans différents terroirs autour de Mad, dont le fameux Szent Tamas, fameux du reste parce que c’est aussi le plus grand individualisé.
A noter, la particularité de ce domaine qui a planté du Pinot Noir, nous y reviendrons.
Les vins sont fermentés et élevés en barriques sans sulfitage avant la mise en bouteille : le CO2 produit par les différentes phases de vinification permettant de protéger le vin. Cette façon de faire nécessite une hygiène et une chasse à l’oxydation très poussée et Attila Domokos est de ce point de vue très scrupuleux. Les vins sont élevés de 12 à 18 mois : c’est la dégustation qui dicte les choix, le pragmatisme est de mise, autant qu’une attention très poussée, très haute couture, aux vins.
C’est ce pragmatisme et cette volonté de ne rien laisser au hasard qui dicte la production qui varie de 12000 à 30000 bouteilles par an. Les rendements sont fixés à un kilogramme de raisin par pied : il est plus réaliste de prendre cette unité de mesure parce que les densités de plantation sont très variables : de 4500 à 7500 pieds par hectare.
Un soin très minutieux est apporté à chaque lot après la mise en bouteille par des vérifications régulières et méticuleuses afin de détecter le moindre problème sur les bouteilles (couleur, niveau, etc …) Les vins sont conservés six mois après la mise avant d’être distribuées sur le marché.
https://lh3.googleusercontent.com/q5uqHz2wvtghAJXOEFvoWKksZwFtp5c48yvBqLWF82s=w889-h667-no
ordre, rigueur et soin

Les vins dégustés :

CR: Dobogo

Furmint 2014 : embouteille récent. Belle pureté au nez notes de fruits blancs, de poire, notamment. C4est plus floral en bouche avec aussi des saveurs d’amande. Bel équilibre et belle netteté pour ce vin long et pur. (2014 a été une année très difficile à Tokaj)

Furmint 2013 : un vin plus complexe pour ce premier millésime vinifié sans SO2. A la fois foral et fruité, c’est un vin svelte en bouche, doté d’une très belle élégance et d’une très belle longueur. Très bien.

Pinot Noir 2013 : vin issu de vignes jeunes. Premier millésime produit. La robe est un peu évoluée. Si le nez est joli et fin, sur les petits fruits acidulés, la bouche déçoit, mince, presque oxydée et courte.

Satobbi 2012 : Tokaji Edes : 70 Gr de résiduel. Le nez manque de netteté pour ce vin tendre, sur des saveurs de poire. Bof ! Mais pour 5 euros ….

Mylitta : Tokaj 2012 (110 GR de SR, 7 gr d’acidité) : notes de miel, de poire, un peu amylique. En bouche, c’est riche avec un bon équilibre. Correct

Sattobi 5 puttonyos 2003 : joli nez, typé, épicé et écorce d’orange. Long, vif et élancé. On ne boude pas son plaisir pour 13 euros, c’est très correct malgré une note lactée de l’élevage. Très bon rapport qualité prix.

Dobogo 6 puttonyos 2011 : un peu réduit à l’ouverture, ce vin évolue bien à l’aération. Très riche en bouche, il ne possède pas moins une fine acidité bien enrobée. Un style puissant.

Dobogo 6 puttonyos 2007 : millésime caniculaire qui transparaît dans le vin. Très beau nez bien balancé entre bois et fruit avec cette note fumée qu’on retrouve dans beaucoup de vins du domaine. Ce boisé demande à se fondre encore en bouche. L’acidité est moins marquée la finale s’étire sur des notes de fleur d’oranger.

Dobogo, Eszencia 2010 : beau rancio au nez. Vin énorme sur le miel et l’abricot, très grande longueur, bien entendu. (550 gr de résiduel)

En conclusion, je dois avouer ma préférence pour les secs de ce domaine qui présente des furmints de grande qualité. Le style des aszus de Dobogo (uniquement produit en 6 puttonyos) me semble devoir progresser en précision dans l’élevage et sans doute se positionne sur des équilibres plus lourds que ceux que j’apprécie le plus. Le reste de la gamme, produit sous d’autres noms de gamme (Sattobi et Mylitta) sont de bons rapports qualités prix et de bonnes introductions aux vins de Tokaj, mais ne sont sans doute pas ce que l’mateur averti recherchera en priorité.
Une valeur sûre, donc, pour les vins secs, production qui se développe à Tokaj.
https://lh3.googleusercontent.com/pYRBqYObMK2tsi_3HVQE2tIrrOjzCrEEM-MjuvgIUBE=w501-h667-no

Jérôme Pérez
#1
Pièces jointes :

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2682
  • Remerciements reçus 1105

bertou a répondu au sujet : CR: Dobogó - Tokaji Aszú 6 Puttonyos 2006

Bu lors de cette soirée.

CR: Dobogó - Tokaji Aszú 6 Puttonyos 2006
Couleur orangée plutôt profonde.
Nez intense et net. C'est une explosion de fruits confits sur l'abricot sec, la marmelade d'orange amère, pâte de coing, pointe de botrytis sur le grillé, massepain. Il y a des épices douces comme la cannelle et la cardamome. De fines notes de zeste d'orange, pointe de mandarine. Le botrytis est peu marqué et il souligne un fruit d'une superbe qualité.
Bouche assez puissante avec beaucoup de sucre, cela tapisse le palais, mais c'est rincé très rapidement par une acidité dantesque à faire pâlir un Riesling de Moselle allemande. Du coup, on se retrouve sur un équilibre que j'adore, c'est presque aérien et pourtant, il y a du poids vu le sucre et une superbe concentration. C'est intense en bouche et cela reste très longuement en finale. Cette dernière est fraîche, nette et dotée d'un joli côté salin qui contrebalance un peu l'acidité.
Excellent +.
#2
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Olivier Mottard

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: Cédric42120Gildasjean-luc javauxMartinezPBAESVougeotstarbuck