Nous avons 1585 invités et 82 inscrits en ligne

Domaine Gérard Schueller et Fils

  • Messages : 953
  • Remerciements reçus 1

hédoniste a répondu au sujet : CR: SCHUELLER gewurztraminer 2004

CR: Gewurztraminer Schueller 2004.
Nez: Fruits exotiques, ananas, épices douces, petit côté fumé et fraîcheur perceptible.
Bouche : Attaque sèche (pas négatif) puis viennent les fruits, ensuite les épices. Belle acidité mais finale courte.
Il a parfaitement rempli son rôle en accompagnant un wok.
Un gew sec comme il en existe peu.
J'ai bien aimé.

Marc Lotin
Il ne faut pas toujours tout s'autoriser...mais ne jamais rien s'interdire.
#61

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2269
  • Remerciements reçus 0

20sang a répondu au sujet : CR: Schueller Pinot noir LN 012 2001

CR: Schueller Pinot noir LN 012 2001
Que du bonheur (pour moi en tout cas, d'autres allant d'un léger doute au rejet pur et simple) : un nez splendide où le raisin s'exprime vraiment dans toutes ses composantes (la peau, la pulpe...), floral grâce à un raisin pas totalement égrappé (et chez Bruno on egrappe à la main ; je l'ai fait).
La bouche (la robe est totalement trouble évidemment mais on s'en fout) me séduit particulièrement par son naturel mais aussi sa minéralité (2001 oblige) et sa rigueur. Déconcertante pour Antoine qui partageait cette bouteille avec moi.
J'avais ouvert simultanément un Chambolle 1999 de Ch. Roumier mais mlhaureusement il était superbement bouchonné :(

«Un homme se doit de croire en quelque chose... Moi, je crois que je vais boire un autre verre !»
#62

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1582
  • Remerciements reçus 809

herve2 a répondu au sujet : Riesling Eichberg VT 1996

Petite question sur ce vin : ce goute-t-il sec et gras et accompagnerait-il convenablement un coq au Riesling ?? Je n'en possède que deux bouteilles et le plat devant être servi à 14 personnes, je n'ai pas de cartouche d'essai.

Merci de vos avis.

Hervé
#63

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 3578
  • Remerciements reçus 1200

PtitPhilou a répondu au sujet : Re: SCHUELLER

'tain, Bob, j'ai pas vu ton coq au riesling vendredi. Heureusement qu'on voit kamême tes bouteilles B)
#64

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1582
  • Remerciements reçus 809

herve2 a répondu au sujet : Re: SCHUELLER

Chut !!! Je suis là incognito !!! Le goudron et les plumes, ça ne me va pas du tout au teint !!!

Hervé
#65

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 26094
  • Remerciements reçus 918

Luc Javaux a répondu au sujet : CR: Domaine Gérard Schueller

CR:

Bouteilles dégustées avec le CDR-LPV Belgique dans une série de riesling 2001 relatée [size=large]ici[/size] :

Domaine Gérard Schueller - Riesling Bildstoecklé 2001

Olivier Mottard - 12/20 : Nous changeons de registre avec ce vin à la robe ambrée qui délivre des arômes auxquels je suis peu habitué sur un Riesling : miel, pain d’épice, gingembre et fruits jaunes mûrs. On retrouve en bouche les mêmes caractéristiques qu’au nez dans un corps massif à la limite de l’opulence avec aussi des accents de coing. La longueur est moyenne.
Luc Javaux - 15,5/20 : La robe est d'une intensité beaucoup plus profonde, grasse, aux reflets or légèrement évolués. Le nez fait beaucoup parler de lui pour son caractère atypique sur le pain d'épices, les fruits blancs très mûrs, le miel, avec un peu d'encaustique et de caramel. Pas vraiment oxydatif non plus car le nez ne fera que s'améliorer et s'affiner à l'aération. Et comme aucune des caractéristiques variétales du riesling ne saute aux narines, c'est incontestablement déconcertant et déstabilisant. L'attaque en bouche se montre grasse, puissante, volumineuse, laisserait même craindre un peu de mollesse si l'acidité de faisait pas un retour en force dans une finale de très belle longueur. Un vin à ne pas mettre entre toutes les lèvres, qui demande assurément un peu d'air pour affiner sa palette aromatique, mais quelle bouche !
Alfonso - 14,5/20 : Le nez présente une signature peu conventionnelle… Mon premier réflexe a été de noter sur ma feuille réduction, limite oxydation. A l’agitation, on est plus sur les épices douces, le caramel. C’est atypique mais charmeur. En bouche, le vin a beaucoup de rondeur et un beau volume. La finale est assez longue. Un vin qui mérite la table (ça tombe bien, je suis un bon mangeur…)

Domaine Gérard Schueller - Riesling Grand Cru Pfersigberg 2001

Olivier Mottard - 15,5/20 : Tiens revoilà le petit frère du vin n°2 ! Même robe ambrée. Un nez confit de miel et de figue. La bouche me convainc davantage car la structure est plus équilibrée. J’aime la longue finale à la juste acidité avec un retour gourmand sur des notes de pain d’épice. C’est assez appétant.
Luc Javaux - 16/20 : Avec un air de parenté indiscutable avec son compagnon d'écurie, il ne peut renier être issu de la mouvance "nature", ce qui me fait dire que le "formatage" ne se loge pas toujours forcément là où certains veulent la voir... Cela étant dit, certains semblent déjà s'habituer à l'absence de notes variétales, à ces notes de pain d'épices et à la grande maturité qui se dégagent du profil aromatique. En bouche, il se démarque du Bildstoecklé par son caractère plus sec et plus tendu, avec moins de gras, mais un équilibre remarquable et une longueur qui ne l'est pas moins. Très beau, une fois encore, et ce qui ne gâche rien, je constate que pour une fois Olivier est d'accord avec moi !
Alfonso - 14/20 : Un lien entre les échantillons 2 et 7 est évident ! Le nez est sur le miel, pain d’épice et des touches de caramel un peu envahissant. La bouche confirme l’originalité de ce vin. Je l'apprécie énormément car rondeur, complexité sont en rendez-vous. J’aurais du le noter plus.

Luc
#66

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2774
  • Remerciements reçus 6

Patrick Bottcher a répondu au sujet : CR: Domaine Gérard Schueller Verre est dans le Fruit - Pfersigberg - 2004

CR: Le Verre est dans le Fruit - Pfersigberg - 2004

Aborder un vin issu de la biodynamie sur un grand terroir et "déclassé" lors de sa présentation mérite à la fois intérêt et objectivité... C'est donc sur cette base que j'ai attaqué la bestiole.
Dès qu'on porte le verre au nez, on est frappé par les notes minérales (silex, pierre à fusil) très concentrées alliées à un fumé très intérressant. Ensuite, on se retrouve comme attiré, pour plonger à la recherche de tout ce que ce nez peut encore offrir... et l'on est de plus en plus frappé par la profondeur ou apparaissent notes d'agrumes verts (annonciatrices d'acidité) mais aussi florales (camomille, fleurs séchées) auxquelles viennent encore s'ajouter une légère perception de résine.
En bouche, la miinéralité domine, portée par une très forte acidité sur le citron et le coing. Bien que le tout forme un équilibre un peu tiré vers l'acidité citrique, rien ne fait penser à un manque d'équilibre, le vin est droit, profond, d'une belle finesse, sans présence alcooleuse ou amertume. Tout cela génère une énorme longueur.
Si vous aimez le riesling variétal au citron mûr arrondi par un peu de résiduel, passez votre chemin... mais si les vins profonds, tendus par l'acidité avec leur côté "nature" vous tentent, cette bouteille est pour vous.
Je ne commenterai pas non plus le déclassement mais vous m'avez compris, je pense....

Ah oui, une fois de plus, merci à LaurentM pour la découverte...

Patrick Böttcher
VinsLibres.net
#67

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1564
  • Remerciements reçus 9

alfonso a répondu au sujet : Re: Domaine Gérard Schueller

moi, avec Shueller, je m'y perds!
ça serait l'équivalent du riesling grand cru ce "fruit est dans le verre"?

Bon Patrick, tu n'arranges pas mes affaires car tu m'as déjà donné envie de gouter Stoeffler, j'avais dans la tête d'acheter des 2001 Pfersigberg voici que tu me fait saliver avec ces 2004!

Par ailleurs, je ne me bats pas pour avoir raison, puisque j'ai raison...;) L.J.
#68

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 1354
  • Remerciements reçus 1

LaurentM a répondu au sujet : Re: Domaine Gérard Schueller

Le verre est dans le fruit, c'est le terroir de Grand Cru Pfersigberg mais déclassé (en 2003 et 2004).
Attention il y a aussi la cuvée Pfersigberg H, déclassée en Riesling simple en 2004.

vous suivez ;-)

@+

Laurent - Caviste
Mes blogs Vinature et
BrutdeCrayon
#69

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 8431
  • Remerciements reçus 24

Anthony a répondu au sujet : Re: Domaine Gérard Schueller

Au lu de ton CR, rien ne semble indiquer un manquer de typicité qui justifierait le déclassement.

Ils lui ont trouvé (un manque de) quoi les commissions d'agrément à ce vin ??

Anthony
#70

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2774
  • Remerciements reçus 6

Patrick Bottcher a répondu au sujet : Re: Domaine Gérard Schueller

Je pense bien qu'il s'agissait de concentration, mais au vu des perceptions que l'on a maintenant ca parait étonnant. En tout cas, ca été le cas un an plus tard avec le Kirchberg de Barr de Stoeffler, et au vu de posts de dégustateurs alasciens indignés, il y a de quoi se poser des questions....
Peut-on imaginer que l'on juge un vin dans sa qualité d'exprimer les aromes variétaux ?
Tu me diras que, dans mon CR, le citron est un des aromes variétaux du riesling... oui mais il s'agit alors d'un citron mûr, fruité... Ici c'est vrai qu'on en a mais il est présent sur des notes très vertes liées à l'acidité qui fusionnent avec le aromes les plus dominants : les notes minérales (galets calcaire, de grès et de granit). Je suis persuadé que lors de son agrément, c'est ce côté surminéral qui a été reproché
Mais..., Anthony, je suis certain que LaurentM aura des élements plus techniques à t'apporter pour expliquer (mais non cautionner) ces 2 déclassements.

Patrick Böttcher
VinsLibres.net
#71

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2269
  • Remerciements reçus 0

20sang a répondu au sujet : Re: Domaine Gérard Schueller

en 2004 quasiment aucun vin agrée à sa "juste" place chez Bruno d'où des edelzwicker avec un R ou un G pour identifier le cépage.
Des GC vendus en générique etc

et avant hier 1 régal partagé avec un copain (moi j'avais déjà goûté donc pas surpris) :
"naturellement refusé" vin de table de France (donc pas de bouteille alsacienne)

c'est donc un vin issu de .... (un cépage qu'on trouve aussi en Bourgogne sous le nom de Beurot), du millésime ... (enfin vous devinez) élevé sur ses lies d'origine pendant 40 mois après un développement de voile.

Evidemment à Arbois il aurait obtenu l'agrément (:P) mais que c'est bon. Et peu importe la notion de typicité chère à certains ; il est typique de la liberté d'expression de son "créateur". Et de toutes façons ce vin a sa personnalité propre et n'est pas un ersatz de Jura. Son origine lui donne sa singularité.
Et puis si les jurassiens ont souhaité qu'on les reconnaisse pour leurs vins ouillés pourquoi ailleurs ne laisserait-on pas aux vignerons le droit de ne pas le faire.
Et ça réussit bien aux Alsace si l'on en juge par l'avis émis sur ce site sur un Sylvaner issu d'un élevage semblable (avis que je partage puisque je connais la cuvée en question)

Et pour rester dans le ton d'un message que j'ai lu précédemment, je précise que je suis obligé de dire du bien de ce vin puisque le vigneron est un copain et que c'est lui qui m'a offert cette bouteille.

«Un homme se doit de croire en quelque chose... Moi, je crois que je vais boire un autre verre !»
#72

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2269
  • Remerciements reçus 0

20sang a répondu au sujet : Re: Domaine Gérard Schueller

plusieurs fois qu'on lui reproche un manque de structure et de matière.... on croit rêver.
C'est juste un autre nom pour manque de SR et des notes flatteuses que l'on recherche dans las vins d'alsace actuels.

«Un homme se doit de croire en quelque chose... Moi, je crois que je vais boire un autre verre !»
#73

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 26094
  • Remerciements reçus 918

Luc Javaux a répondu au sujet : CR: Le Domaine du mois : Domaine Gérard Schueller

CR:

Beaucoup de vins différents produits ici, vous excuserez donc le caractère parfois un peu désordonné de ce message, qui sied finalement assez bien à l'image du domaine... ;)
Merci à tous ceux qui ont participé !
La visite sur place - Auteur : Gildas

Le domaine est logé à Husseren-les-Châteaux, situé à quelques pas au sud de Colmar, sur un petit mont qui se trouve être le plus élevé des villages de la route des vins d'Alsace.
Bruno Schueller est à la tête du domaine Gérard Schueller Père & Fils depuis qu'il est en âge de conduire une voiture, soit depuis qu'il a 18 ans. 10 hectares de vignes composent le domaine dont quelques uns de grands crus : l'Eichberg et le Pfersigberg, tous deux recensés sur la commune de Eiguisheim, tout à côté de Husseren.
Bruno ne vinifie pas pour faire des bêtes de courses prêtes à participer aux Concours des Vins de Colmar : en effet, rares ne sont pas les millésimes où il ne connaît pas son lot de désillusions, la faute à des petits problèmes d'agréments dû à un manque de typicité... enfin ça dépend pour qui !! Globalement, ses vins possèdent un équilibre hors-normes et une très grande richesse. Le vin ne reçoit que très peu voire pas de souffre du tout durant l'élevage et un très léger sulfitage à la mise.

Nous pouvons commencer la dégustation. Vous pensiez être assis confortablement dans une petite chaise, le verre posé sur une belle table en chêne ?? Non, non : c'est au coeur des installations, tout près de la chaine d'embouteillage et des foudres que ça se passe, au plus près des caisses, palettes de bouteilles et du chariot élévateur (ces deux derniers éléments étant pour le moins très important, vous le constaterez plus tard). Ceux qui travaillent dans les laboratoires pharmaceutiques et qui manipulent le programme "5S" pourraient bien y perdre leur Latin ! C'est dans un bazar savamment organisé par Bruno que nous rejoignons Olif qui a fait le voyage depuis sa Franche-Comté, amateur de vins naturels qu'il est tout comme nous !

Pinot Noir 2007 : le tout est vinifié sans un gramme de soufre. La bouche est encore un peu ferme, mais quel beau breuvage ! Jolies épices sur un fruit bien évident. Bien.

Pinot Noir 2007 "LN012" : celui-ci est un 100 % "0" soufre. Avenir radieux pour ce vin à la grande classe et qui possède un corps croquant malgré des tanins encore un peu fermes, mais de belle qualité. Magnifique structure.

Les rouges possèdent une belle densité et sève. Rarement des pinots noirs d'Alsace ne nous avaient autant emballés. Et encore, nous n'avons pas eu la chance de tremper nos lèvres dans la cuvée "le Chant des Oiseaux" ! Il faut dire que la production est inférieure à une pièce par an.
Les blancs

Sylvaner 2007 : matière serrée et dense, vin complet, assez aromatique.

Pinot Blanc 2007 : dire qu'il s'agit d'un vin d'entrée de gamme, ça tient la route ! Droit et tendu, totalement sec, on l'imagine dignement accompagner un repas. Très Bien.

Pinot Blanc 2007 "III KL" (avec Auxerrois) : un peu plus confit, plus encaustique aussi avec une pointe de botrytis. Bien.

Riesling 2007 "cuvée Particulière" : peu typé Riesling avec des senteurs de banane, le jeunot offre un bouche droite et opulente. Bon.

Riesling 2007 "Bildstoecklé" : les sols calcaires de cette parcelle donnent de l'ampleur aux vins. Un classique du cépage avec ses notes salines, d'agrumes et de fruits blancs.

Riesling 2007 Grand Cru Pfersigberg : le fruit est évident sur une minéralité continue. Totalement sec, il possède finalement une certaine rondeur qui lui permet d'être avenant. 36 hl/ha. Bien.

Premier soubresaut de Bruno qui enfourche son chariot élévateur pour déplacer quelques caisses palettes. C'est presque au fond de la cave que ça se passe ! Il nous rapporte un Riesling 1999 "Bildstoecklé" : le nez est légèrement terpénique, la bouche est puissante, droite sur des saveurs encaustiques. Toujours pas un gramme de sucre résiduel.

Retour en cave, saut sur les caisses, attrapage à la volée d'un Riesling 1996 VT Grand Cru Eichberg : le temps a fait son oeuvre en patinant le nez qui est étonnamment sur la cacahuète. Jolie déclinaison sur des arômes miellés, mais toujours sans sucre.

Riesling 1997 Grand Cru Pfersigberg : 3 ans d'élevage sans soufre. Un vin plein, complet et qui mérite à lui tout seul de faire le Grand Chelem tant les arômes sont démultipliés avec encore une fois d'étonnantes saveurs de bananes. Superbe.

Muscat 2007 : ensemble floral, finale un brin asséchante.

"LPG 04" Vin de Table : Pinot Gris déclassé par "manque de maturité" ! De qui se moque-t-on quand on sait que ce vin est tout sauf immature ! Jolies saveurs de fruits blancs et secs. Magistral équilibre.

Pinot Gris 2007 "Réserve" : puissant et ferme, terminant par une amertume noble.

"LPG 05" Vin de Table : encore déclassé, un Pinot Gris qui offre une grande complexité sur l'encaustique, le raisin de Corinthe, le cèpe frais. Le nez paraissant sucré, mais finalement, la bouche est puissante et totalement sans sucre. L'équilibre est toujours aussi beau. Excellent.

Gewurztraminer 2007 "Cuvée Particulière" : pas très marqué Gewurzt, l'ensemble est avenant, presque charmeur. La bouche tendue est marquée à ce stade par la salinité et des arômes de rose.

Gewurztraminer 2006 : un accident de parcours ou plutôt un petit oubli de vendanger la parcelle. Du coup, ce sont 17,8° chevaux potentiels. Très mur évidemment, c'est surprenant de retrouver à ce stade un vin sucré tenu par une acidité assez élevée.

Gewurztraminer 2003 Grand Cru Eichberg : du gaz, salin et amer. Pas notre préféré.

Pas grave, Bruno retourne en cave jouer à l'équilibriste et attrape une autre bouteille au passage. Bruno n'est pas du genre à enfiler des perles avec les touristes. Son arme, le tire bouchon. La nouvelle cuvée s'appelle "Naturellement Refusé" "L2004" : vin au nom évocateur, le millésime également, cet autre recalé a été élevé 42 mois sur lie. Caractère incroyablement oxydatif, il présente finalement peu d'ampleur mais c'est la complexité qui fait son charme : noix et feuilles sèches, Corinthe. Bien en l'état, Magnifique pour le côté atypique qu'il représente.

Gewurztraminer 2005 "Bildstoecklé" : encore un peu de gaz, ses 150 grammes de SR passent comme une lettre à la Poste : arômes de litchis et de poires au sirop. Bon.
Les vins de Bruno Schueller ont une personnalité hors du commun. A des années lumières de ce qui ce fait sur les salons pour plaire aux communs des mortels qui aiment les vins ronds avec des sucres qui trainent, les vins possèdent une honnêteté sans faille, à l'image de son géniteur. Bruno est un homme attachant d'une rare générosité et qui en plus manie l'humour pour le plus grand plaisir d'entendre les instances de l'INAO se faire rembarrer dans leur "22" !
Gérard Schueller Père & Fils
1, rue Trois Châteaux
68420 Husseren-Les-Châteaux
+33 3 89 49 31 54
Les vins dégustés par les LPViens

Pinot blanc 2007

Dégustateur : Pierre Gröger
Nez très mûr de fruits jaunes (poire, mirabelle) devient presque exotique à l'aération (ananas, papaye). On trouve également des notes plus difficilement identifiables de pierre à fusil, d'amandes amères et de noisette fraîche. (+ également quelques arômes fermentaires liés à la jeunesse du vin).
La bouche est grasse et pleine avec une acidité droite et marquée qui tend le vin. L'impression globale est celle d'un vin sec avec une grosse matière.
Tout simplement un grand vin, plein, frais et désaltérant.
Bel accord avec une quiche lorraine.

Sylvaner 2007

Dégustateur : 20sang
Sylvaner 07 dégusté sur 3 jours pour percevoir son évolution. Une première chose ; il a besoin de temps et il est à son mieux le deuxième jour. Fruits blancs, un peu floral (sans doute certains y trouveront une pointe d'oxydation... pas moi. Sauf le 3ème jour très légèrement), bouche grasse mais finissant sur une belle fraicheur. Certains le trouveront déroutant, moi je lui trouve de la personnalité et c'est primordial pour moi. Rien de plus ennuyeux qu'un vin qui ressemble à celui du voisin (du voisin vigneron pas de mon voisin). En tout cas il est toujours vibrant après 3 jours ce qui montre qu'une vinif nature et une très faible protection en SO2 ne signifie pas toujours un vin qui s'écroule au bout de qqs heures. et ça coute 6.2 euros (au domaine).... une bagatelle !

Riesling Grand Cru Pfersigberg H 1999

Dégustateur : Patrick Bottcher

La robe est jaune claire avec des reflets verts et dorés. Le nez, très intense est marqué d’emblée par la minéralité et la complexité : on retrouve du fruit (citron et zestes de citron), des notes de camphre et de résine (comme dans beaucoup des rieslings goûtés) mais aussi de belles notes florales de lilas et d’acacia.
La bouche est marquée par la finesse et l’équilibre. L’acidité fine soutient bien la bouche à la fois en rondeur et en légèreté avec un beau fruit, bien présent (citron vert, pèche, poire). La finale est très belle sur la fraicheur et le fruit, sans la moindre trace d’alcool ou d’amertume. En plus tout cela paraît encore en pleine jeunesse et donc d’un avenir encore prometteur.
Très, très beau vin ! (17/20)

Riesling Pfersigberg Grand Cru 2001, cuvée "H"

Dégustateur : Anthony
Nez sur les agrumes, la pomme, avec une certaine richesse et douceur. Assez atypique de son cépage il me semble. Bouche pimpante, tout en longueur, portés par une belle acidité, et sur une finale goûteuse. Qualitatif mais sûrement atypique. La rob ne s'est pas troublée (on m'avait mis en garde contre cette particularité possible une fois le vin en verre).

Riesling Eichberg 2001

Dégustateur : Luc Javaux
La robe est brillante, d'un beau jaune or. Le nez, classique, marqué par des arômes d'agrumes (citron confit) et de gingembre, agrémentés de notes florales, ne laisse aucun doute quant au cépage qui est à l'origine de ce vin. La bouche, elle aussi plutôt classique pour le millésime, allie une superbe acidité à une grande richesse, avec même un peu de sucre résiduel, ce qui est plutôt inhabituel ici. Très bel équilibre et grande longueur finissent de me convaincre de la grande qualité de cette bouteille, qui est de plus d'une grande stabilité (un fond de bouteille oublié une semaine dans le frigo n'a pratiquement pas évolué). J'aime beaucoup, même si c'est très atypique... pour du Schueller ! ;)

Riesling « le verre est dans le fruit » 2003 (Grand Cru Pfersigberg déclassé)

Dégustateur : Patrick Bottcher
La robe est jaune dorée très claire. Au nez on a beaucoup d’intensité d’emblée avec pas mal d’évolution vers la minéralité et une grande complexité où les notes de camphre, de résine d’abord dominantes se côtoient ensuite à du fruit (poire, citron), du miel et de la violette à l’aération.
La bouche est marquée par un très bel équilibre. Bien que l’acidité ne soit pas très marquée, la minéralité compense en apportant beaucoup de fraicheur au fruit (pèche, raisin).
La finale est longue, un peu épicée sans l’impression d’alcool comme beaucoup de 2003.
Bien + (15,5/20)

Riesling « le verre est dans le fruit » 2004 (Grand Cru Pfersigberg déclassé)

Dégustateur : Patrick Bottcher
La robe est jaune dorée très claire. Le nez est moyennement intense, un peu fermé avec des notes de résine et de cire. A l’aération apparaissent des notes camphrées, de la menthe et un peu de fleurs séchées.
La bouche est tout en finesse, marquée par la minéralité mais je ne peux m’empêcher de lui trouver une certaine dilution avec un peu de gras venant de l’alcool. La finale assez fraiche ne s’impose pas très longtemps. J’ai eu l’impression de déjà mieux goûter ce vin précédemment ; ici, je reste sur ma fin.
Bien – (13,5/20)

Riesling « Le Bild » 2004 – Vin de Table

Dégustateur : Patrick Bottcher
La robe est jaune dorée claire. Le nez est assez intense, évolué, à la fois sur le fruit (pomme, amande) et le minéral (pierre à fusil, silex). Avec l’aération, l’intensité aromatique s’amplifie fortement avec une amande de plus en plus présente ainsi que l’apparition de notes florales.
La bouche est marquée par un très bel équilibre entre la fraicheur, le fruit (dominance de l’amande), la minéralité et petit côté gras qui arrondit très bien cette bouche.
La finale est très pure, toujours sur l’amande avec une belle longueur où une fine note alcoolique a tendance à venir s’immiscer. Encore quelques belles années devant lui
J’ai beaucoup aimé ce vin que j’ai plusieurs fois dégusté. Tout en pureté au nez, il apporte beaucoup de plaisir en bouche. Pourquoi donc a-t-il été déclassé ?
Très bien (16/20)

Dégustatrice : Iris
Beau Riesling, nez puissant, bouche pleine, coing, agrumes, bel équilibre, s'ouvre de plus en plus pendant le repas. Peut-être un peu moins d'acidité, que les Bildstoeckle des millésimes antérieurs (2001/2002), que j'ai en mémoire, mais un vrai plaisir.

Riesling H 2004 (GC Pfersigberg déclassé)

Dégustateur : Patrick Bottcher
La robe est jaune dorée claire avec une présence de légères particules en suspension.
Le nez est d'emblée très intense, complexe et évolué avec la marque du millésime qui exprime fort la minéralité du vin. Pierre, silex, pierre à fusil et quelques notes terpéniques (camphre) se bousculent au portillon. Tout cela est accompagné de belles notes florales (chèvrefeuille) et de fruits blancs (pèche). Globalement, on a ici un nez comme beaucoup de grands viticulteurs du bio peuvent nous offrir, mais qui par son intensité minérale pourra ne pas plaire à ceux qui n'en ont pas l'habitude, mais vous avez compris que j'adore...
La bouche est marquée par un bel équilibre où l'acidité apporte une fraicheur sans excès. On retrouve la salinité en bouche ainsi que le côté pèches blanches. On termine sur une assez belle longueur, sans assèchement.
Un très beau vin plein d'intérêt (Très bien - 16,5/20) qui m'a vraiment accroché au nez.

Riesling GC Pfersigberg 2005

Dégustateur : Patrick Bottcher
La robe est jaune doré plus soutenue que pour le 2004.
Le nez paraît au premier abord plus fermé que pour le 2004 mais s'ouvre ensuite sur des notes minérale (silex) et fruitées (citrique), ce dernier axe étant nettement plus dominateur. Une présence florale (iris), certes plus tenue que pour le 2004, est accompagnée d'une légère sensation d'alcool.
En bouche, l'acidité est d'emblée présente, plus droite que sur le 2004, mais rapidement elle s'équilibre avec un très beau fruit citrique et le côté gras, légèrement influencé par l'alcool que l'on retrouve ici aussi. Bien qu'encore fermé, on a un bel équilibre, on perçoit la concentration et la longueur donne à ce vin beaucoup de promesses de garde.
Le nez m'a toutefois moins impressionné que pour le 2004 et la petite présence d'alcool modère mon appréciation. Bien à Très bien (15,5/20) mais grande garde potentielle.

Riesling 2007 "Bildstoecklé"

Dégustateur : 20sang
Riesling 2007 "Bildstoecklé" lundi soir dans une ambiance plus festive que studieuse. Un vin ample, le terroir certes mais aussi l'année je pense. Plus horizontal que vertical pour l'instant du moins. Le nez est encore relativement peu expressif disons pas encore assez complexe plutôt. La bouche est puissante et saline, l'acidité (perçue) est relativement en deçà des "standards" habituels des rieslings de cette source.

VDT de France PG Naturellement refusé ( Pinot Gris 2004 issu du lieu dit Bildstoecklé élevé 40 mois sur lies)

Dégustateur : Pierre Gröger
Robe jaune soutenu, presque ambré.
Le nez est étonnant sur des notes d'amandes,de noisettes et figues qui évoluent à l'aération sur la poire, le beurre rance et l'eau de vie de Kirsch/Prune.
En bouche le vin est gras et puissant avec beaucoup de matière et d'extrait sec (presque tanique). La finale est longue et persiste sur les fruits secs et la poire au four. Superbe longueur ! Grand vin de voile!

Pinot Gris – Vin de Table 2004

Dégustateur : Patrick Bottcher
La robe est jaune ambrée, assez évoluée. Le nez est lui aussi très évolué avec beaucoup d’intensité où le fruit (coing) côtoie des notes minérales et lactiques qui confère au vin un côté fermentaire.
En bouche, l’acidité est très marquée avec le citrique qui domine. Cela déplace un peu l’équilibre mais apporte pas mal de fraicheur au fruit, bien présent lui aussi. On est très loin d’un vin variétal et la finale est agréable, par marquée pour un sou par l’alcool ou l’amertume.
Un beau vin de plaisir, à boire. Bien + (14,5/20)

Dégustateur : 20sang
Après un pinot blanc 07 (et PG naturellement refusé 04 et Sylvaner 07 en janvier) on a ouvert un autre PG de table 2004 mais pas élevé sous voile cette fois-ci.
Jaune doré nez mûr et un peu confit. Bouche grasse (sans trop) pas un gramme de SR ( ) finale étirée, aérienne (surtout pour ce cépage).
Du miam miam. Et bien sûr refusé à l'agrément. Comme ils ont épuisé le sempiternel "oxydé" (et ce vin ne l'est pas) les commissions d'agrément s'attaquent aux vins sans SR en appelant ça "manque de matière et de structure"... et pourtant ça ne manque pas.
Un pinot gris générique à 14° naturel et issu de rendements à 40 hectos/hectare... c'est forcément dilué.

Pinot Gris 2006

Dégustateur : Pierre Gröger
Belle robe jaune or. Le premier nez est légèrement volatile (vernis à ongle).L'aération apporte des notes de fruits jaunes surmuris, d'amandes grillées et de poire fermentée. L'ensemble est très aérien et dégage également de fines notes de gingembre et de citronnelle.
Le volume du vin remplit la bouche avec une matière mûre et riche.On reste néanmoins sur un vin sec doté d'une superbe acidité et d'une finale sur la réglisse et le gingembre.

Pinot Gris Réserve 2007

Dégustateur : 20sang
Très bon mais un peu déçu par rapport au 2004 (qui lui n'était que "vin de table" ; comme quoi l'avis des dégustations d'agrément) ; bouche puissante, grasse mais manquant un peu de fraicheur et surtout offrant une sensation alcooleuse que l'on perçoit rarement dans les vins de Bruno. Effet millésime ou bouteille encore jeune et qui a besoin de s'harmoniser.

Gewürztraminer Cuvée Particulière 2005

Dégustateur : Patrick Bottcher
La robe est vieil or assez clair. Le nez est à nouveau très intense, à la fois sur la jeunesse et l’exubérance avec des notes variétales de rose et de raisin de Corinthe mais aussi des notes plus évoluées marquées par la minéralité. Beaucoup de fraicheur se dégage de ce nez.
La bouche est quant à elle marquée à la limite de l’excès par l’acidité mais propose aussi un beau fruit croquant (très raisin de Corinthe, à nouveau) et une belle rondeur marquée par un peu de gras.
La finale est un peu courte avec un peu d’amertume. Un vin de plaisir, plutôt d’apéritif vu son acidité importante. Bien (14/20)

Pinot Noir Le Chant des Oiseaux 1997

Dégustateur : Anthony
robe trouble et évoluée. Nez de feuilles mortes, sans grande vie. Bizarre, même si intéressant. La bouche est fondue avec un soupçon de fruit résiduel et une finale acide. Bof bof.

Pinot Noir Cuvée Particulière 1997

Dégustateur : Anthony
robe trouble, très similaire au vin précédent. Nez plus vivant mais moins propre, avec quelques notes de laurier. La bouche pinote allègrement, gardant une certaine tension et se présentant bien. Le meilleur des 3 vins, même si rien n'a été exceptionnel, loin s'en faut.

Pinot Noir LN012 2004

Dégustateur : Alfonso
La robe est très trouble
Malgré des senteurs de fruits rouges (fraise), de bonbon acidulés et une aération musclée
Le nez est trop réduit, impossible d’en faire une bonne analyse.
La bouche est malheureusement très dissociée, c’est la limite entre le vin et le vinaigre.
Dommage !

Dégustateur : Olivier Mottard
La robe du vin est trouble.
Le nez apparaît réduit et une aération vigoureuse n’y changera pas grand-chose.
En bouche, je capitule définitivement.
Elle se révèle piquante avec une acidité très marquée et une longueur sans intérêt.
S’il faut préparer une salade pour une grillade, j’ai déjà le vinaigre approprié !

Dégustateur : Luc Javaux
L'examen de la robe, trouble, je dirais même très trouble, ne m'inquiète pas plus que cela, c'est tout de même un Pinot Noir de Schueller, et c'est plutôt le contraire qui aurait été étonnant. Le nez, au départ réduit sur des notes fumées, s'ouvre après aération sur les fruits rouges acidulés, mais reste très simple. A ce stade, je me dis encore que quelques heures de carafe auraient pu arranger le problème. En bouche, par contre, la situation me semble désespérée, avec un vin totalement dissocié, marqué par une acidité piquante, de type acétique, en attaque de bouche, et une finale alcooleuse, chaude, qui ôte définitivement l'envie d'en prendre une seconde gorgée. Un problème de bouteille, du moins je l'espère...

Pinot Noir Le Chant des Oiseaux 2004

Dégustatrice : Iris
couleur un peu trouble, nez sur une compote de fruits, en bouche malheureusement léger gout de bouchon, dommage, parce qu'il y a encore plein de fruit derrière, contrebalancer par une acidité un peu prononcé. En temps normal (et sans le gout du bouchon, j'aurais laissé s'aérer la bouteille, pour la gouter de nouveau le soir, mais là... dommage...

Pinot Noir 2007

Dégustateur : Pierre Gröger
Robe rubi très pâle, légère évolution vers le brun.
Au nez on distingue des parfums de viandes fumées, de cuir, de poivre, d'épices, de prunelles sauvage et de fraise des bois.
En bouche les tanins sont discrets et veloutés avec une sensation fraiche et gourmande. La finale est d'une incroyable longueur sur les épices et la réglisse.
Pas très profond en couleur, mais quelle longueur en bouche...Vraiment étonnant.

Voilà ! Pas moins de 45 commentaires de dégustation, de quoi se faire une idée sur le style de vins produits par le Domaine.
Je vous laisse digérer tout cela et attend vos remarques et commentaires avec intérêt.

Luc
#74

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2774
  • Remerciements reçus 6

Patrick Bottcher a répondu au sujet : Re: Le Domaine du mois : Domaine Gérard Schueller

Superbe boulot Luc... c'est exactement le genre d'article référence qui peut vraiment être utile à tout "randonneur" de la région d'Husseren...
Cette idée du domaine du mois est vraiment top (tu)(tu) (et c'est pas uniquement d'y avoir participé, loin de là... bien que ce fut avec plaisir!)

Patrick Böttcher
VinsLibres.net
#75

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 867
  • Remerciements reçus 0

bibibi0 a répondu au sujet : Re: Domaine Gérard Schueller et Fils

quel bosseur ce patrick:)
Je vois que le pinot noir lno12, a l'air cuit, dommage même si je ne m'intéresse pas beaucoup au pinot noir d'alsace.
Par contre ,je ne connais pas les vins du domaine, mais ça me donne envie de faire un petit passage a husseren lors de mon prochain périple en alsace.
Merci a vous pour ces cr.
Cordialement
#76

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 11
  • Remerciements reçus 0

gillougillou a répondu au sujet : Re: Domaine Gérard Schueller et Fils

Bonjour !

J'ai eu des pinots noirs du domaine qui sentaient l'encre, étonnant et d'apprèciations variées !

Habituel ?
#77

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 8431
  • Remerciements reçus 24

Anthony a répondu au sujet : Re: Le Domaine du mois : Domaine Gérard Schueller

Luc, merci pour cet énorme travail de compilation.

Mon caviste, qui a arrêté de commercialiser les vins de Schuller récemment, me disait qu'il avait moins eu de problèmes avec les rouges qu'avec les blancs. Cette dégustation semble amener une autre perspective, avec des rouges difficiles a comprendre, et des blancs avec du caractère et une raison de s'y intéresser.

Anthony
#78

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 9114
  • Remerciements reçus 487

RaymondM a répondu au sujet : Re: Le Domaine du mois : Domaine Gérard Schueller

Formidable travail de Luc.

Ne faudrait il pas immédiatement isoler cette compilation dans une nouvelle rubrique (emplacement et titre à déterminer ) pour que seuls les nouveaux CR puissent s'y rajouter , sans pollution aucune ?

Raymond
#79

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 8431
  • Remerciements reçus 24

Anthony a répondu au sujet : Re: Le Domaine du mois : Domaine Gérard Schueller

Raymond, ce serait contre l'esprit de rubrique décidé sur LPV ;)

Par contre nous allons le mettre a la une, a la place de Barral.

Anthony
#80

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • milleret jean luc
  • Hors Ligne
  • Cet utilisateur est bloqué
  • Messages : 3977
  • Remerciements reçus 2

milleret jean luc a répondu au sujet : Re: Le Domaine du mois : Domaine Gérard Schueller

""Mon caviste, qui a arrêté de commercialiser les vins de Schuller récemment, me disait qu'il avait moins eu de problèmes avec les rouges qu'avec les blancs.""

Ce même caviste me signalait que la cuvée de P N 97 " Chant des oiseaux " pouvait rivaliser avec un très beau Chambolle l J'avais retenu quelques btlles pour une soirée de notre club , mais Mr Muller avait oublié de remettre ces vins à un un ami de passage à la cave de Réverolle ( il avait très certainement changer d'avis sur une dernière dégustation de ce vin ....mais je suis pas mécontent d'avoir récupéré quelques bouteilles de Riesling GC Pfersigberg 2001 que nous dégusterons prochainement avec notre club ( soirée Riesling millésime 2001 ) .
#81

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 11
  • Remerciements reçus 0

gillougillou a répondu au sujet : Re: Domaine Gérard Schueller et Fils

gillougillou écrivait:
> Bonjour !
>
> J'ai eu des pinots noirs du domaine qui sentaient
> l'encre, étonnant et d'apprèciations variées !
>
> Habituel ?

Ma question n'est pas critique, j'ai bien le vin, mais curieuse.

Des remarques, infos, ect?

Gilles.:)
#82

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 801
  • Remerciements reçus 120

MB a répondu au sujet : Re: Domaine Gérard Schueller et Fils

Très beau post. Toujours très intéressant pour découvrir un domaine sans avoir la possibilité de goûter par soi-même.

Amicalement. Maxime (LPV Lyon 2 - Les Avinturiers)
#83

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18663
  • Remerciements reçus 3753

Eric B a répondu au sujet : CR: Domaine Gérard Schueller et Fils

CR: Ca tombe plutôt bien. Le QSCB a prévu cette année d'étudier 4 producteurs alsaciens. Nous avons déjà fait Kreydenweiss. Et en mars, c'était le tour de Gérard Schueller (étonnant, non?). Contrairement à un Zind Humbrecht qui fait l'unanimité autour de la qualité de ses vins, ce producteur a des thuriféraires et des opposants farouches. Cette soirée a donc permis de se faire une idée plus précise du "style Schueller". Comme dans les forums qui en causent ;) les différents vins ont divisé l'assemblée, des vins plaisant à certains et dérangeant les autres, et inversement. Ce qui sûr, que ce soit en bien ou en mal, aucun ne laisse indifférent.

Sylvaner 2007 : robe d'un or intense, quelques larmes. Nez sur le raisin confit, le miel, et une pointe de cidre qui ne fera que prendre de l'ampleur à l'aération. Bouche ronde, mûre, avec une acidité ascendante, et une volatile qui commence à s'installer. Finale assez puissante, mêlant les notes salines à la pomme en fermentation. Premier vin, première division du groupe. Ca plait plutôt à certains. Je n'aime pas franchement. Je lui mets la plus mauvaise note depuis que je participe aux soirées du club : 12,5/20.

Riesling cuvée particulière 2007 : nez très fin, sur les fruits jaunes mûrs. Bouche marquée par l'acidité et une légère ascescence. Finale également sur la pomme à cidre (mélange d'acidité et d'amertume). Un peu le grand frère du précédent, avec toutefois plus de volume et de puissance. Mais bof, pas mon truc.

Riesling Bildstoeckle 2007 : joli nez sur des notes de cire et d'aiguille de pin. Bouche ronde, charnue, gourmande, avec une fraîcheur revigorante. Finale salivante qui donne envie de se resservir. Un vin de soif au sens noble du terme. Un des vins qui m'a le plus plu dans la soirée (et avec de tel vin, je conçois le concept et la beauté d'un "vin nature" ) . 16/20

Riesling Pfersigberg 2007 : nez mûr, sur la pêche, les fruits confits et le miel (marront lorsqu'on pense que le cru s'appelle le "mont des pêchers" ). Bouche ample, marquée par une acidité doublée d'un perlant un poil agaçant. Sur un rosé, je trouve ça sympa. Dans un riesling, moins. Surtout lorsque je sens que le vin est intéressant et a des choses à dire. Finale de nouveau sur des notes de cidre. Mouais... 13,5/20

Riesling Eichberg 2005 : nez fumé, "pétroleux". Bouche puissante, tendue et moelleuse en même temps. Et toujours ce p... de gaz carbonique qui masque de belles choses. Belle finale, évoquant la rose et les épices. Y aurait pas eu le gaz, je lui mettais une très bonne note. Là, j'ai mis 15,5.

Pinot gris 2007 : nez sur la poire et le miel. Bouche ronde, moelleuse, (sur?)équilbrée par une acidité tranchante, étonnante pour un pinot gris. Finale un peu violente à mon goût. 14/20

Pinot gris réserve 2007 : nez d'abord sur la réduction, puis sur le raisin bien mûre, la poire et la cire d'abeille. Bouche fraîche, vivifiante, avec une acidité beaucoup plus fondue, plus harmonieuse que le vin précédent. Belle tension. Finale savoureuse. Deuxième beau vin de la soirée, alliant pureté et équilibre. 16/20

Pinot gris réserve 2003 : joli nez expressif sur les fruits confits, les épices, le miel. Bouche ronde, intense, tendue. La finale, un peu sucrée est légèrement déséquilibrée par l'alcool. On sent les 14° de la bête... 15,5/20

Gewüzrtraminer cuvée particulière 2007 : nez sur la rose et les fruits confits. Bouche vive, marquée par acidité droite, austère. Il n'a certes pas le côté exaspérément putassier de beaucoup de gewürz, mais faut pas pousser dans l'autre sens non plus. Manque de charme. 14,5/20

Gewüzrtraminer SGN 2002 : robe d'or liquide. Nez sur l'abricot, la bergamotte, les fruits confits. Bouche avenante, douce, suave, superbement équilibrée par une acidité magistrale. A la fois strict et sexy. Très beau vin à qui il manque peut-être un peu de subtilité et de profondeur pour atteindre la grandeur d'un Jebsal de Zind Humbrecht. Evidemment LE vin de la soirée. 17/20

C'est peu de dire que cette dégustation était déconcertante. Je ne suis jamais allé dans l'antre de ce créateur, mais on a tendance à se dire que ça manque de finition. Certaines oeuvres sont fulgurantes, impressionnantes par leur pureté. D'autres pourraient être si belles si elles n'étaient pas gâchées par un p'tit détail qui gâche tout. Et il y en a quelques unes dont on se demande ce qui a pu se passer pour en arriver là. Ceci dit, en faisant le tri, on trouve son bonheur, tout en espérant une régularité dans le lot des bouteilles choisies. Le rapport qualité/prix de la SGN est exceptionnel (32€ les 75 cl).

Eric
Mon blog
#84

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 2814
  • Remerciements reçus 455

Benji a répondu au sujet : Re: Domaine Gérard Schueller et Fils

Bonjour Eric,
merci pour le C-R. Ainsi, "ILS" sont parvenus a te faire mettre des notes ?!
Je te trouve un peu dur dans tes commentaires, en tout cas par rapport a mon impression du domaine. Mais je n'ai goute aucun de ces vins dans ces memes millesimes. On est la sur un domaine avec une personnalite pas exactement consensuelle...
Tes notes sont-elles en phase avec la moyenne des degustateurs du club?
Benji

Riesling Bildstoeckle 2007 : joli nez sur des notes de cire et d'aiguille de pin. Bouche ronde, charnue, gourmande, avec une fraîcheur revigorante. Finale salivante qui donne envie de se resservir. Un vin de soif au sens noble du terme. Un des vins qui m'a le plus plu dans la soirée (et avec de tel vin, je conçois le concept et la beauté d'un "vin nature" ) . 13/20
La note surprend par rapport au commentaire plutot laudatif ?!

Benji
#85

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18663
  • Remerciements reçus 3753

Eric B a répondu au sujet : Re: Domaine Gérard Schueller et Fils

merci pour le C-R. Ainsi, "ILS" sont parvenus a te faire mettre des notes ?!

Ben je suis obligé d'en mettre, dans ces soirées :D Et là c'est plus facile à faire puisqu'on a affaire à un seul producteur. Ca m'embête plus lorsqu'il faut hiérarchiser des vins fort dissemblables.

Pour le Bildstoeckle, je me suis trompé. J'ai repris la note du dessus. J'ai corrigé. J'ai mis un 16 (peut-être que c'était un peu moins, j'ai pas mes notes au bureau d'où j'écris maintenant).

Il y a eu des notes assez dissemblables et souvent des désaccords au niveau de chaque "paire" de vins. Certains préféraient le premier. D'autres le second. Rarement vu aussi peu de personnes d'accord.

Mon impression ne reflète que ce que j'ai bu dans cette soirée. J'ai adoré le 95 bu chez toi, et j'ai déjà bu auparavant l'R de rien ou le Verre est dans le fruit que j'avais beaucoup apprécié. Peut-être que les 2007 ne sont pas encore tout à fait en place...

Eric
Mon blog
#86

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest Auteur du sujet
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : Re: Domaine Gérard Schueller et Fils

Ça pour diviser le groupe, les vins de Gérard Schueller ont divisé !

Je fais partie des dégustateurs ayant aimé le style du vinificateur et la grande partie des vins du domaine.
Globalement ils sont des vins francs, droits, un peu stricts certes, mais cela n’est pas pour me déplaire… J’aime beaucoup la pureté de ces vins, la tension dont ils sont armés (surtout au niveau des rieslings) et je pense qu’ils sont loin de s’exprimer au mieux ; quelques années de cave devraient dévoiler de très belles choses…

Je vais tenter un petit commentaire plus détailler si j’ai un peu de temps, de manière à mieux cadrer et présenter mon point de vue.

Cordialement,
#87

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 26094
  • Remerciements reçus 918

Luc Javaux a répondu au sujet : Re: Domaine Gérard Schueller et Fils

Je vais tenter un petit commentaire plus détailler si j’ai un peu de temps, de manière à mieux cadrer et présenter mon point de vue.

Ce serait bien, en particulier pour expliciter ce que tu entends par pureté, parce que ce n'est pas le premier qualificatif qui me vient quand je pense aux vins de Schueller.

Luc
#88

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Guest
  • Portrait de Guest Auteur du sujet
  • Visiteur

Guest a répondu au sujet : CR: Domaine Gérard Schueller et Fils

Luc, c’est certainement parce que tu n’as pas dégusté les 2007... Dans la série des vins dégustée au QSCB décrite par Eric, les vins sont soient très droits et cristallins, soit sur un fruit étonnant car au style « fruit nature » évoquant la pureté à mon sens.
Quant à mes notes, tu me le demandes avec tellement de grâce que je ne saurais pas refuser, de plus, je suis certain que cela va encore ouvrir un débat des plus constructif en nous. Ou pas... :D

Voici mon sentiment :
CR:
-1- Sylvaner 2007
Un vin qui a partagé énormément la table (on ne savait pas encore que cela allait être général)
- La robe est assez sombre, couleur or, elle est limpide et brillante avec beaucoup de larmes.
- Le nez est d’une intensité aromatique importante, il est d’un fruité pur, offrant des arômes de raisins bien mûrs et d’abricots frais nullement pollués par une quelconque sensation manquant de naturelle.
- La bouche est fruité et très vive. Le dynamisme du vin est, je pense, le caractère qui causa la dichotomie des appréciations. De mon côté, j’apprécie fortement cette vivacité, elle apporte, mariée à une amertume manifeste, de la fraîcheur ainsi qu’une belle tenue à des fruits à la maturité poussée. L’abricot est retrouvé ainsi que la pomme caramélisée, j’aime le vin et suis très agréablement étonné par cette expression manquant de typicité (mais pas pour me déplaire).
Difficile de penser à un sylvaner à l’aveugle...
Noté 15/20

-2- Riesling cuvée particulière 2007
- La robe est brillante et limpide, les larmes là encore généreuses.
- Le nez est d’une intensité aromatique notable mais d’une élégance un peu en retrait. Le cru déploie des arômes fermentaires, lactés mais aussi des senteurs exotiques de banane et de citron composant un tout un peu… spécial...
- En bouche, le citron ressort mais l’amertume est trop présente offrant un caractère pas bien mûr, mal abouti au cru. Enfin la finale est d’une bonne longueur mais là encore sur une note malsaine de pourriture qui dérange quelque peu.
Comme le dit Eric : « Bof, pas mon truc »

-3- Riesling Bildstoeckle 2007
- La robe est un peu plus soutenue que pour le vin précédent, mais elle est toute aussi brillante et limpide.
- Le nez est élégant, on retrouve le côté pur et nature du fruit avec des parfums variés et intenses d’abricot frais, de pèche, de fenouil et de citron jaune.
- La bouche est à la fois dynamique et douce (sans aucun sucre, mais plutôt dans le sens de « savoureuse »). L’acidité est belle, l’équilibre manifeste, on perçoit une trame saline qui fait saliver et qui me plait. Le vin est cristallin, il présente une expression pure du riesling, sans les arômes d’essence que l’on peu lui trouver parfois, juste avec de la tension et du fruit.
Un vrai joli vin noté 15/20

-4- Riesling Pfersigberg 2007
- La robe est brillante, limpide et grasse.
- Le nez typé riesling offre des fragrances d’agrumes variés, avec notamment du pamplemousse et du citron jaune, relevés par des notes poivrées de gingembre frais et d’épices fines autres. D’une belle élégance et d’une complexité substantielle, le nez est typé, franc, net.
- La bouche est puissante sans aucune sensation fougueuse. Droit, cristallin, peut être un peu austère, le vin exhibe avec retenue un potentiel manifeste et une grande race. L’acidité est parfaitement bien dosée, contribuant à un équilibre tout aussi juste, remarquable. On retrouve dans ce cru la trame saline, salivante du riesling s’accordant à merveille à des saveurs citronnées.
Un grand vin au potentiel qui pour moi ne fait aucun doute.
Noté 16,5/20

-5- Riesling Eichberg 2005
- La robe est assez sombre, couleur or, elle est limpide est marquée par une certaine capillarité.
- Au nez, le vin dérange certains, d’autres y adhèrent patiemment. Je relève des parfums de noisettes grillées, des notes fumées et un fruit un peu en retrait malheureusement. Le vin présente des senteurs de réduction manifestes que je ne qualifierais pas de « pétroleuses ». Plus tard dans la soirée, mon point de vue se confirme ; le vin commence à délivrer des senteurs de rose et de fruits à chaires jaunes, il gagne en race et complexité, mais manque encore de noblesse pour qu’il soit question là de pureté.
- En bouche, un dégagement gazeux est largement relevé, rappelant la méthode allemande, cette légère effervescence s’estompe quelque peu, en même temps que les arômes plus nobles apparaissent. La pomme cuite, le citron et la trame saline sont retrouvés. Comme le soulève Eric, le vin est à la fois dynamique et moelleux (sans sucre, juste un caractère gourmand notable). Un vin mal servi, il aurait mérité au moins deux bonnes heures de mise en carafe.
Noté 15/20 avec un point d’interrogation en raison de l’évolution positive constatée au cours de son aération.

-6- Pinot Gris 2007
- Robe assez claire pour un pinot gris et par rapport aux vins précédents
- Le nez est d’une intensité aromatique correcte, un peu timide pour un pinot gris mais largement perceptible. Le vin présente des senteurs de fruits à chaire blanche, de miel et de lard fumé importantes et typées.
- En bouche, le fruit est beau, pur, marié à un sucre léger et à un dynamisme particulièrement plaisant (caractère souvent manquant aux vins issus de ce cépage). La finale présente une légère amertume qui va bien également et un côté floral amusant.
Un joli vin pour ma part, une expression du cépage que j’aime de par sa belle nervosité.
Noté 15,5/20

-7- Pinot gris réserve 2007
Vin que j’ai mal goûté, je le trouve particulièrement austère, fermé je pense. Je passe complètement à côté.

-8- Pinot gris réserve 2003
- La robe est jaune légèrement cuivrée, limpide.
- Le nez exhale des parfums de rose et de fruits à chaire blanche avec une certaine intensité.
- La bouche est sucrée, la rose s’exprime fortement donnant une certaine lourdeur au cru qui manque de fruit pour mon goût. Je trouve la finale un peu alcooleuse et éthérée.
Une expression du pinot gris que l’on retrouve parfois mais à laquelle je n’adhère pas, même si le vin ne présente pas de défaut majeur.
Noté 13,5/20

-9- Gewürztraminer cuvée particulière 2007
- La robe est limpide, brillante
- Le nez est exotique et franc, exhalant des arômes de fruits exotiques, de fruits confits et une pointe de rose que viennent relever quelques épices fines.
- En bouche, le vin est droit, minéral, d’un superbe dynamisme. C’est l’expression même du gewürztraminer que j’apprécie, moi qui ne suis pas un grand fan en général... Le sucre est très léger, il sera très certainement digéré suite à une garde adaptée ; le vin est puissant, parfaitement bien équilibré, juste, aucunement caricatural du cépage.
Un beau gewürztraminer noté 15/20

-10- Gewüzrtraminer SGN 2002
- La robe est comparable à celle d’un Sauternes d’un age avancé. Vieil or, sombre et à la capillarité fermement marquée.
- Le nez est intense, d’une grande richesse. Il exhale des senteurs gourmande de raisins de Corinthe, de gelée de coin et d’abricot sec faisant pensé à un pinot gris...
- La bouche est acidulée, le sucre n’est pas du tout écœurant, il est bien relevé par une acidité bienvenue et appréciable.
Un joli vin d’un rapport Q/P notoire. Noté 16/20

Benji, le 95 dégusté ensemble n’a pas de petit frère en 2007 et je trouve cela dommage car j’avais beaucoup apprécié ce vin malgré quelque défauts relevables, comme notamment la robe ultra trouble (mais paramètre n’entravant en rien la qualité gustative du vin). Les vins découverts lors de cette soirée sont secs, francs et dynamiques, mais ils demandent un passage en cave qui devraient les révéler je pense. ON verra cela plus tard et ensemble j’espère,

Cordialement,
#89

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Messages : 18663
  • Remerciements reçus 3753

Eric B a répondu au sujet : Re: Domaine Gérard Schueller et Fils

Cette dégustation confirme que nous avons tous des palais très différents. J'ai certes senti des acidités tranchantes, vivifiantes (souvent un peu trop, d'où un côté dérangeant) mais rien de cristallin comme j'ai pu le ressentir par exemple avec un Clos Saint Hune ou un riesling de Breuer. Peut-être ai-je le palais formaté. Peut-être ces vins sont bus trop jeunes. Peut-être auraient-ils dû être aérés longuement. Mais je les ai trouvés pour la plupart "brut de décoffrage". Cela donne du charme - voire du glamour - à certains vins. Mais je trouve d'autres "borderline". Et je peux comprendre le scepticisme des commissions d'agrément (qui ceci dit ont agréé l'ensemble des vins de la soirée, preuve qu'ils ne sont pas si fermés que ça).

Je comprends également pourquoi certains revendeurs de vin nature trouvent qu'il manque un "p'tit quelque chose" aux vins de Tirecul. C'est sûr que ça manque un peu de folie, à côté :D

Eric
Mon blog
#90

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javauxstarbuck