Bienvenue! Identification Créer un nouveau profil
lapassionlogo1
 
Home Qui sommes-nous ? Nos archives La charte Forum Recherche Liens amicaux Millésimes Mail

Domaine Louis Carillon

Envoyé par Luc Javaux 
Domaine Louis Carillon
lundi 28 février 2005 17:12:33
avatar
Copié-collé des notes de dégustation du club toulousain In Vino Veritas :



Une visite rapide entre deux mises en bouteille. Le domaine est connu pour ses Puligny racés, pleins et élégants. Cette définition vaut pour les 2003, moins marqués par le millésime que chez d'autres producteurs (notamment le domaine Leflaive). Les cuvées des Perrières et des Referts sont remarquables de densité et de profondeur.



Domaine Louis Carillon - Puligny-Montrachet 2003 (assemblé en cuve)

Notes : DS13,5 - PC13/13,5

Le nez est élégant, la bouche moyennement intense, marquée par une acidité saillante dans le contexte du millésime, peu intégrée.



Domaine Louis Carillon - Puligny-Montrachet premier cru "Champ Canet" 2003 (assemblé en cuve)

Notes : DS14,5 - PC15/15,5

Nez séducteur, floral et minéral. La matière possède du fond, une belle race.



Domaine Louis Carillon - Puligny-Montrachet premier cru "Les Combettes" 2003 (assemblé en cuve)

Notes : DS14 - PC14

Ces vignes encore assez jeunes (plantées en 1992) ont donné un vin gras, ouvert, sans l'intensité ni la minéralité du Champ Canet.



Domaine Louis Carillon - Puligny-Montrachet premier cru "Les Perrières" 2003 (assemblé en cuve)

Notes : DS15,5 - PC16/16,5

Le nez se montre riche, miellé, grillé. La matière est dense, encore austère mais harmonieusement proportionnée; son assise et sa longueur minérale sont remarquables.



Domaine Louis Carillon - Puligny-Montrachet premier cru "Les Referts" 2003 (assemblé en cuve)

Notes : DS15 - PC16,5

Nez fermé, pur, beurré, terrien (mousse des bois, minéralité). Beaucoup de volume et de poigne en bouche, comme dans les Perrières. La longue finale est si minérale qu'elle paraît saline. Vin complet.



Domaine Louis Carillon - Bienvenues Batard-Montrachet 2003 (assemblé en cuve)

Notes : DS15 - PC16,5/17

Minéral, pur, dense, assez vif, d'une longueur supérieure aux premiers crus. Son expression est encore fort discrète.



Domaine Louis Carillon - Mercurey (rouge) 2003 (assemblé en cuve)

Notes : DS13 - PC13

Le fruit évoquant la cerise noire est assez frais, net. La bouche est vive, drue, sans lourdeur.



Domaine Louis Carillon - Saint-Aubin premier cru "Les Pitangerets" (rouge) 2003 (assemblé en cuve)

Notes : DS13,5 - PC15

Couleur plus claire. Nez plus fin, plus nuancé. La bouche est délicate, charmeuse, structurée par des tannins fins.

Re: Domaine Louis Carillon
mardi 01 mars 2005 13:37:55
avatar
Pourriez-vous me donner une idée des prix, départ propriété, des cuvées que vous avez dégustées ?

Cordialement,

Olivier
Utilisateur anonyme
Re: Domaine Louis Carillon
mardi 02 août 2005 13:59:18
Puligny-Montrachet 1er cru Perrières Louis Carillon 1998 : juin 2005
JP16 – PP17 - LG16,5

Le nez décline des notes variées : boisé vanillé, citron, ananas, verveine. L’aération et le réchauffement dans le verre amplifient nettement l’olfaction avec des notes de mousseron et de miel. Bouche expressive, ample, fine, pure, dotée d’une légère sensation tannique. Ce vin devrait être formidable dans quelque temps (boisé fondu, acidité garante de longévité).


Ma cuisine, à Beaune, pour 80 euros sur table si mon souvenir est bon.




Modifié 1 fois. Dernière modification le 14/04/06 16:59 par ganesh.
Utilisateur anonyme
Re: Domaine Louis Carillon - grandioses 2004
vendredi 14 avril 2006 17:01:35
Domaine Louis Carillon - synthèse assurée par Jacques Prandi

La dégustation est assurée par Monsieur Louis Carillon, qui a maintenant passé la main à ses fils pour la conduite de domaine. Elle se passe dans le cuvier, au niveau du sol, puisque le niveau élevé de la nappe phréatique interdit toute cave enterrée sur la commune de Puligny-Montrachet.
Le domaine couvre environ 12 hectares, la majorité des vignes est sur la commune de Puligny-Montrachet, avec des parcelles à Chassagne-Montrachet, Saint-Aubin et Mercurey. Il produit aussi des vins rouges que nous n’avons pas goutés.
Sur Puligny, le domaine dispose d’un beau patrimoine de vignes en premiers crus et s’attache à faire ressortir les caractères propres de chaque terroir : village, premiers crus Les Combettes, Champ Canet, Les Perrières et Les Referts. Une petite parcelle de 12 ares sur le Bienvenues-Batard-Montrachet constitue la seule vigne du domaine en grand cru.
Nous avons gouté toute la gamme de Puligny-Montrachet blancs du millésime 2004, assemblés en cuve, juste avant la mise en bouteille.

D’une façon générale, les vins présentent une bonne concentration, sont très peu marqués par le bois, et sont frais et élégants. La gamme est très homogène et de haut niveau. Du village au grand cru, la diversité des terroirs ressort parfaitement à la dégustation.


Vins dégustés :
Puligny-Montrachet – Domaine Louis Carillon – 2004 (en cuve) :
JP15,5 - PP15 - LG15,5

Robe paille très claire. Le nez présente une trace de réduction, puis s’ouvre sur des notes florales et fraîches, l’intensité est moyenne mais le nez est très élégant. La bouche exprime un beau fruit soutenu par une belle minéralité. Le vin est frais, assez rond, dense et très pur. Une très belle expression pour un vin de village.

Puligny-Montrachet 1er cru Les Combettes – Domaine Louis Carillon – 2004 (en cuve) :
JP16 – PP16 - LG16,5

Le nez est floral, avec un fruit blanc plus mûr et une pointe de grillé, il reste frais et élégant. En bouche, on retrouve du fruit, un boisé plus sensible, du gras et une belle minéralité. Le vin est plus riche, plus long et plus puissant mais manque un peu d’élan en finale.

Puligny-Montrachet 1er cru Champ Canet – Domaine Louis Carillon – 2004 (en cuve) :
JP16,5 – PP17 - LG16

Toujours une robe pâle et brillante. Le nez est très fin avec un beau fruit mûr (poire, pêche blanche), des notes florales et un léger grillé,. La bouche est plus ample et plus grasse, le vin est puissant et large, mais la minéralité s’impose en fin de bouche, la finale est fraîche et tonique.

Puligny-Montrachet 1er cru Les Perrières – Domaine Louis Carillon – 2004 (en cuve) :
JP17 – PP17 - LG17

Des notes florales, rehaussées d’une pointe de miel et de fruits blancs signent un nez particulièrement fin et complexe. La bouche est droite, longue, et soutenue par une forte minéralité. Le vin est plus bâti sur la longueur et la profondeur que le précédent, il se termine sur une finale fraîche. Superbe vin, élégant et d’un équilibre parfait.

Puligny-Montrachet 1er cru Les Referts – Domaine Louis Carillon – 2004 (en cuve) :
JP17 – PP17 - LG17

Verveine, herbes fraîches et grande finesse signent le nez. La bouche est plus massive, avec de la rondeur, des agrumes et des notes beurrées, la minéralité est un peu en retrait. Le vin est profond et très long,, mais, malgré sa concentration, il reste frais. Dans un registre différent du précédent, un peu moins élégant et plus massif, le vin est toutefois très réussi. Un peu tourné vers Meursault comme son terroir ?

Bienvenues-Bâtard-Montrachet – Domaine Louis Carillon – 2004 (en cuve) :
JP18,5 – PP18,5 - LG18,5

Le nez est très aérien, on retrouve des notes d’herbes fraîches, verveine, foin, très douces, mêlées à des fruits (poire, agrumes) et une fine minéralité. Pas une trace de bois malgré les 50% de fûts neufs. Le nez est très complexe, cristallin et d’une finesse superlative. L’attaque en bouche est douce, puis le vin prend beaucoup d’ampleur (on retrouve la poire et l’orange) avant de s’étirer en longueur sur une minéralité crayeuse. C’est très long et puissant tout en restant d’une grande élégance. La finale est tendue et fraîche. Un des sommets de notre voyage !




Modifié 1 fois. Dernière modification le 14/04/06 18:27 par ganesh.
Re: Domaine Louis Carillon - grandioses 2004
vendredi 14 avril 2006 17:31:29
avatar
Puligny-Montrachet 1er cru Les Combettes – Domaine Louis Carillon – 2004 (en cuve) :
JP16 – PP16 - LG16,5
Le nez est floral, avec un fruit blanc plus mûr et une pointe de grillé, il reste frais et élégant. En bouche, on retrouve du fruit, un boisé plus sensible, du gras et une belle minéralité. Le vin est plus riche, plus long et plus puissant mais manque un peu d’élan en finale.

Cette cuvée est issue de jeunes vignes : ceci explique cela .
Utilisateur anonyme
Re: Domaine Louis Carillon - grandioses 2004
vendredi 14 avril 2006 17:35:11
Et oui, Charles, il s'agit en effet de jeunes vignes comme l'a précisé Pierre Citerne ...



Modifié 1 fois. Dernière modification le 14/04/06 18:26 par ganesh.
Re: Domaine Louis Carillon - grandioses 2004
vendredi 14 avril 2006 19:13:15
avatar
La logique voudrait , lorsque les vignes seront à maturité , que la cuvée soit présentée juste avant BBMt .
Cette parcelle de BBMt , qui jouxte celle du Domaine Leflaive , a été replantée en 1959 . Elle a mon âge ... je souhaiterais vieillir aussi bien qu'elle !
Utilisateur anonyme
Re: Domaine Louis Carillon - grandioses 2004
vendredi 14 avril 2006 19:16:41
A bientôt pour se régaler du BBM Leflaive 2000 (à l'aveugle ou non) winking smiley
Verticale Bienvenues Bâtard Montrachet Carillon
lundi 19 juin 2006 15:17:02
Dégustation réalisée le 16 mai 2006 au restaurant de l'hôtel "Le France", tenu par l'excellent Jérôme Brochot à Montceau les Mines, récemment étoilé (l'an dernier), avec une assemblée d'amateurs étoffée par la présence de M. Tupinier, et surtout des frères Carillon qui nous ont appris énormément de choses concernant leurs vins, leurs terroirs et les conditions rencontrée dans chaque millésimes, les virages pris par la propriété, le vécu en somme, irremplaçable, du vigneron, qui permet de mieux comprendre et vivre ces vins.
Encore un grand merci à Gaby, organisateur de cette bien belle soirée.

Mise en bouche:Confit de filet de boeuf charolais (miam!!!) , accompagné d'une marinière de bulots et d'une vinaigrette d'herbes liée à la purée d'artichauds.
avec un Puligny village 2004 du domaine, (carafé environ 2 heures avant): marqué par un très bel équilibre, de la finesse, avec du corps quand même et une belle fraîcheur, "très Puligny", disent un certain nombre des présents. Je ne pourrais que confirmer, mais je ne pense pas avoir une expérience suffisante des Puligny d'autres domaines pour pouvoir me le permettre

Le Millésime a été difficile, un peu "enfant terrible", sauvé (et comment!) par les 3 dernières semaines.

Première série: 3 millésimes récents: BBM 2001, 2002 et 2003

1/ 2003: Robe brillante, pâle jeune, nez expressif, fruits mûrs, pain, fleurs, le boisé ressort. En bouche on sent un peu le bois, l'attaque est puissante, riche mais il est fermé, la finale est un peu courte. Un peu chaud.
Un des pires millésimes pour les frères Carillon, avec de grosses pertes dues au gel au mois davril, et des vendanges commencées le 26 août (au lieu de mi septembre en moyenne) et qui se sont déroulée de 6h30 le matin à midi, donc compliquées.

2/ 2002:robe un peu plus jaune, brillante, nez fermé, frais, matière importante, attaque plus ronde, belle mâche, finale fraiche et longue, très équilibré et très prometteur (se développe et se révèle ensuite, mais sans doute pas le temps de s'exprimer complètement malgré l'attente) mais très reservé, excellent potentiel . dépassera sans doute le 2001.

3/ 2001 : robe jaune, brillante, nez expressif, minéral, très harmonieux, profond, complexe.En bouche, attaque pleine, milieu de bouche riche, de la mâche, très belle expression. Un vin de haut niveau, facile (plus que le 2002) et donnant beaucoup de plaisir actuellement.

Ces vins nous ont ensuite permis d'accompagner l'entrée: Une déclinaison de homard en 3 façons: la queue rôtie avec des agrumes (un bonheur avec le 2001), les pinces en nems (excellent, très bien avec le 2003) et une bisque aux fèves avec le reste de la bête (le 2002 était le mieux avec, mais accord difficile car la bisque est très puissante)

Deuxième série: BBM 2000, 1999 et 1996

4/ 2000 : robe brillante, jaune, nez brioché, vanillé. En bouche, attaque moyenne, puis se développe, finale intermédiaire, un peu dissocié, pas vraiment en place ce jour là. Un peu déroutant

5/ 1999: Robe semblable à celle du 2002, (nettement plus jeune que le 2000), plus éclatante, avec encore des reflets verts. Nez frais, expressif, marqué par des notes de tabac (un peu monolithique) et de pierre à fusil. Bouche puissante, riche, belle mâche finale moyennement longue. Ce vin se développera par la suite, de belle manière. Un très beau vin.

6/ 1996: Robe jaune paille, nez riche, très mûr, et des notes très présentes de confiture de lait. En bouche, attaque ronde et large, corps serré, peu expressif, acidité présente, une pointe d'amertume ressort en finale. Un vin étonnant par son nez très mûrs et sa bouche qui se remarque par sa fraîcheur.

Nous avons ensuite dégusté avec ces vins un filet de veau aux morilles accompagné de pointes d'asperges vertes et d'une purée de pommes de terre.

Troisième "série" (il est tout seul... heureusement pour les autres smiling smiley ): Le 1992. Là je frémit, c'est mon millésime préféré (actuellement) en blancs de la côte de beaune... Et bien je peux vous dire que, même en attendant beaucoup d'un vin, on peut ne pas être déçu (a priori positif? winking smiley je n'en sais rien et je m'en moque, quel vin!)

Robe dorée, limpide, nez ouvert, très complexe, ample et fin. En bouche l'attaque est très ample, une très belle complexité, de la mâche et beaucoup de gras, mais un superbe équilibre quand même, avec ensuite une finale interminable et d'une très belle fraîcheur. Un vin magnifique!

Il a ensuite mené un combat (si si!) de haut vol avec le fromage, un roquefort, de nouveau en 3 façon, sur un toast aux noisettes, dans un cylindre de mâche aux topinambours et en crème, en "millefeuille" entre des fines galettes de sucre cristallisé. Superbe, mais le vin y perd un peu. (l'ayant heureusement dégusté longuement avant).

Quatrième série: Les millésimes 1991,1990 et 1988.

8/ 1991: Robe dorée, nez limite surmûr, pas très expressif par rapport à d'autres du même âge, assez fruité. Une attaque ronde, du corps, aimable, une pointe d'amertume en finale, un peu fruité également. Un vin de dessert ,rappelant pour certains les vins d'Alsace (pas assez de référence ce jour là pour pouvoir juger). Un bon vin qui sait rester équilibré.

9/ 1990: Robe dorée, nez discret au début, mais se développe à l'aération
(pourtant carafé 2 ou 3 heures avant) et devient profond, très agréable. L'attaque en bouche est ample, du gras, beaucoup de longueur, encore serré. Un potentiel nettement supérieur au 1991, mais une expression ce jour qui ne l'est pas.

10/ 1988: Robe dorée, nez plus ouvert que le 1990, des fruits bien mûrs. L'attaque est ronde, mais la bouche plus mince que les deux autres, et une finale un peu trop fraîche. Reste équilibré, mais un peu mince.

Ces vins ont accompagné le dessert: Pain d'épices aux fruits secs, accompagné d'une glace aux épices et d'une petite sauce, également aux épices. Bel accord avec le 1991.

Dernière "série": le 1976(aurait dû être le dernier, mais certains, dont moi, ont poussé le vice jusqu'à ouvrir les bouteilles "de secours", qui n'avaient pas servi...)

Une belle robe jaune or, un nez mûr avec des notes de rancio, qui s'estompent à l'aération, et d'eau de vie, chaleureux, légèrement sucré. En bouche, attaque sur l'alcool, puis le côté oxydatif ressort, très sec au départ puis un peu plus gras avec l'aération, bonne persistance. Assez atypique. Les frères Carillon (qui avaient très gentiment apporté cette bouteille et quelques bouteilles "de secours" au cas où) en ont profité pour nous faire toucher du doigt ce qu'était pour eux le style du millésime 1976: Chaleureux au nez, mais sec en bouche.
Un vin de méditation, je pense.

Par la suite, nous avons dégusté les 1997 (classique, je l'aurait placé avec des millésimes comme 1999,2001, 2002, sans doute un peu inférieur) et 1994 ( dans mes souvenirs un vin prêt à boire, d'une expression assez classique également).

Magnifique soirée! Nous attendions peut-être davantage de certaines bouteilles, mais le niveau général est haut, et de toute façon je pense pouvoir dire que tout le monde a beaucoup appris ce soir là.

Nous étions passé auparavant au domaine pour déguster le millésime 2004 au domaine, ce qui me permet de confirmer ce qui a déjà été dit, c'est-à-dire que le millésime est superbement réussi au domaine. Je pense d'ailleurs que, de façon générale, le millésime 2004 est un beau millésime de blanc en Côte de Beaune.

Pierre
Utilisateur anonyme
Re: Verticale Bienvenues Bâtard Montrachet Carillon
lundi 19 juin 2006 15:28:41
Rare série en effet ...

Récemment bu à grand niveau : BBM 2000 et BBM 2004 (18,5/20)


Je note au passage un réussi BBM 1996.
Re: Domaine Louis Carillon
lundi 19 juin 2006 17:16:48
Je pense effectivement que le 2004 doit être magnifique (mais il attendra patiemment en cave) vu le niveau moyen du millésime au domaine. Le 2000 se présentait assez mal ce jour là, ravi de voir qu'il s'est montré superbe en d'autres occasions.

Cordialement,

Pierre




Modifié 1 fois. Dernière modification le 19/06/06 17:17 par vetshow.
Re: Domaine Louis Carillon
lundi 19 juin 2006 17:35:09
avatar
Pierre ,

Grand souvenir du BBM Carillon 2001 plus défini et plus immédiatement élégant que le BBM Leflaive 2001 bu en comparaison à l'aveugle . Cela dit , les 2 vins étaient si jeunes et avec un tel potentiel que tout jugement doit être relativisé !

Il serait passionnant dans 7 ou 8 ans de comparer BBM Carillon 2001 et 2002 , mais les bouteilles sont si rares qu'il sera préférable de les boire séparément !

Jacques Carillon est un homme discret qui en 3 mots vous dresse un portrait lumineux d'un vin . J'admire cette économie .

Re: Domaine Louis Carillon
lundi 19 juin 2006 22:58:37
Charlesv

Je suis tout à fait d'accord avec toi sur Jacques Carillon, mais quand il dit plus de 3 mot c'est encore mieux il est vraiment passionnant. Son frère, qui est plutôt dans les vignes et très rarement en cave (et généralement on l'entend peu ou pas lorsque c'est le cas), a été assiégé de questions, et ses réponses (concernant son travail et son ressenti) ont été bues par la quasi totalités des gens présents. Voilà 2 vignerons qui devraient faire école, il ne font pas de bruit, mais se maintiennent au plus haut niveau de leur appellation avec une régularité et une humilité qui forcent le respect.
Pour les millésimes dégustés, inutile, je crois, de préciser lequel a eu ma préférence grinning smiley (pour ceux qui n'ont pas suivi: 1992 hot smiley )
Utilisateur anonyme
Re: Domaine Louis Carillon
mardi 20 juin 2006 09:44:36
Charles,


Les 2 BBM de Leflaive et Carillon bus ensemble étaient du millésime 2000 (pas 2001) !
Re: Domaine Louis Carillon
mardi 20 juin 2006 10:14:24
avatar
Non Laurent !

J'évoquais un autre repas avec deux BBM 2001 ... d'un niveau , pour les 2 vins , supérieur aux deux BBM 2000 ... surtout chez Leflaive !
Utilisateur anonyme
Re: Domaine Louis Carillon
mardi 20 juin 2006 10:25:08
Oups, désolé ...

Pas goûté Carillon sur 99 ...

Côté lefalive, le BM 99 et le CM 99 attendent patiemment leur heure (2010 ?)
Re: Puligny-Montrachet 2004
lundi 20 novembre 2006 21:05:53
avatar
Un vin dégusté au restaurant La Cabotte à Nuits.

Puligny-Montrachet 2004

Une robe or pâle.
Un nez d'abord sur des notes végétales qui évolue à l'aération sur des notes fruitées.
La bouche est souple, avec une belle tension dans un bel équilibre et une longueur qui s'affinera tout au long du repas.
Un beau 2004.

Cordialement,

Olivier
Re: Domaine Louis Carillon
lundi 20 novembre 2006 22:59:15
PULIGNY MONTRACHET 1er cru "Les Perrières" 1996:

Belle robe jaune dorée, d'un bel éclat; très beau nez beurré, brioché, minéral, fruit bien mûr; bouche grasse, puissante et harmonieuse, superbe équilibre avec une bonne acidité et une grande longueur; ce vin (servi à l' aveugle) m' évoque un Puligny 1996, j' opte pour un premier cru "les combettes" de Sauzet...pas si loin, vraiment un très beau chardonnay, noté 17+ il y a 2 jours...

CHRISTOPHE

" le vin doit rester un plaisir et non devenir un besoin ...même si parfois, on a besoin de se faire plaisir! "
Utilisateur anonyme
Re: Domaine Louis Carillon
mercredi 22 novembre 2006 12:12:59
CJ,


Je note encore un beau Beaune blanc 1996 ...
Re: Domaine Louis Carillon
dimanche 28 janvier 2007 13:19:20
PULIGNY MONTRACHET 1er cru "Les Perrières" 1997.

Robe dorée qui laisse penser à une certaine évolution du vin.
Un nez peu expressif, légèrement floral et rancioté.
La bouche confirme ces impressions, le ranciot est très présent il n'y a plus de fruit. Le vin est clairement sur la descente. Il a fait l'unanimité contre lui.
Ce millésime n'est pas grand, mais je suis très surpris de l'évolution prise par ce vin. Un problème de bouteille peut être?
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent publier dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter

En ligne(190)

Anonymes: 166
Record de membres connectés: 90 le mercredi 13 mars 2013 17:44:39
Record d'anonymes connectés: 936 le mardi 20 novembre 2012 19:04:22
    -L´abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération

© www.lapassionduvin.com, 2006