Bienvenue! Identification Créer un nouveau profil
lapassionlogo1
 
Home Qui sommes-nous ? Nos archives La charte Forum Recherche Liens amicaux Millésimes Mail

Les amis, c'est la vie !

Envoyé par oliv 
Re: Les amis, c'est la vie !
jeudi 23 février 2012 13:17:02
Erreur, j'ai beaucoup plus de Languedoc que de Loire... au moins 4 ou 5 fois plus! grinning smiley

Al

Arboussas écrivait:
-------------------------------------------------------
> > >
> T'es pas encore assez mûr... quoi que ça commence
> à venir là ! cool smiley
>
> A priori, c'est les vignes du Clos des Tremblay.
> Je me rencarderai.
>
> Alain, j'arrive pas à croire que t'as plus de
> Loire que de Languedoc dans ta cave ! grinning smiley
Re: Les amis, c'est la vie !
jeudi 23 février 2012 17:35:08
avatar
Hello à tous,
Je vois que je ne suis pas le seul à saliver devant les oeufs meurettes... cool smiley Bande de gourmands !

Après enquête et interrogatoire poussé de la direction de l'établissement qui essayait de me faire gober que ça se faisait tout seul, je peux révéler que...
Faut juste 30 ans d'expérience sur la question, des dizaines d'essais au millimètre, une belle bouteille de Bourgogne et...... 8 heures de réduction à micro frémissements ! eye popping smiley
Ben oui, la cuisine familiale (qualificatif usité par le chef Al', encore un qui est atteint de "modestivite aigue" winking smiley), ça comporte pas d'azote, de siphon ni de gélifiant mais son ingrédient premier restera toujours... le temps !

Merci à Michel pour les précisions sur le cépage du Côtes du Jura.

Concernant le superbe Moulin à Vent, je ne serais pas étonné qu'à l'époque les raisins issus du Clos rejoignissent la cuvée de Moulin à Vent.
La contre étiquette indique tout de même des vignes âgées de plus de 70 ans !
J'espère pouvoir vous en dire plus bientôt.



Quant à la question de Fred sur la couleur rose du Mont d'Or, elle est stricto d'origine !
D'expérience, le Vacherin se pare d'une croute souvent jaune paille, parfois crème et plus rarement saumonée comme c'était le cas ici.
J'ignore s'il l'on peut considérer la couleur de la croute comme un indicateur fiable mais au vu du résultat absolument fantastique, ça pourrait être pratique !
Je pense surtout que la qualité provient du travail exemplaire de la maison Michelin sur ses fromages jurassiens.

PS1 : Jean Luc, merci de ton soutien. Pars pas trop loin, je vais en avoir besoin. drinking smiley
PS2 : Philou me fait trainer de ces casseroles...
grinning smiley



Modifié 2 fois. Dernière modification le 23/02/12 21:55 par oliv.
Re: Les amis, c'est la vie !
dimanche 26 février 2012 12:16:50
avatar
Session d'hiver et variée : une horizontale de Châteauneufs 1990 !



Au dessus du Château Rayas



Nous sommes de retour d'une magnifique journée ensoleillée dans le vignoble et de visites au Clos des Cailloux et au Domaine Pierre André.
Le parisien que je suis découvrait pour la première fois la région de Châteauneuf et ses différents sols, bien plus diversifiés que les seuls galets roulés implantés dans l'imaginaire collectif, et ses vieux pieds de grenache, sorte de mains énormes faisant irruption du sol comme pour capter l'azur.

Avoir l'opportunité de profiter du savoir discret et pointu de mes régionaux de l'étape était une occasion à ne pas manquer !
Al', en bon pédagogue expert, avait prévu l'interro fourchette afin de capitaliser ces moments d'éducation.
Il allait s'agir de passer de la théorie à la pratique en nous confrontant à une superbe horizontale sur le beau millésime 1990.

En bon cancre de radiateur niveau vins sudistes, j'avais pris du renfort en plaçant pas trop loin de moi une tête d'ampoule méridionale, le premier d'la classe des degrés, notre Agnan du grenache, je veux bien entendu parler de mon ami Enzo !
Vous constaterez rapidement qu'il me reste du boulot pour rattraper notre Étoile du Sud ! spinning smiley sticking its tongue out

Encore une fois, je me dois de saluer, au delà de la magnifique générosité de nos hôtes, la qualité des accords mets et vins qui nous furent proposés.
La mise en valeur de grandes bouteilles ne peut se dissocier de plats à même de porter leurs qualités.
Savoir ne pas trop en faire, limiter les goûts et les textures à leur plus stricte qualité et simplicité est un art que nos amis maitrisent avec beaucoup de talent !

Plusieurs générations sont réunies autour de la table dans une joyeuse ambiance dont l'amitié constitue le liant !

Avant de vous infliger mes inexpérimentées impressions de fillettes et celles bien plus PACAphilement correctes de notre Enzo, un petit mot sur le protocole mis en place sur cette dégustation.
L'intégralité des Châteauneufs a été bue en semi-aveugle, nous connaitrons donc les vins mais pas l'ordre dans laquelle ils nous seront proposés.
Les bouteilles avaient été masquées, mélangées par une main innocente puis notées et servies en carafe.

Donc place au jugement de chacun...

En piste ! Ramassage des copies dans 4 heures ! smiling bouncing smiley




Vieux ceps de Grenache chez Pierre André






Canapés au crabe, boudins blanc, abricots sec
Domaine Georges Vernay, Condrieu, Coteau de Vernon, 2008

Oliv
La robe est claire, assez peu teintée.
Le nez est fin, floral avec des notes de guimauve un peu entêtantes.
La bouche attaque sur une acidité très tranchante qu'une matière de demi corps peine à équilibrer.
Alors que le nez pouvait aiguiller vers le cépage (bravo Nico), la bouche tendue m'en éloigne irrésistiblement...
Si j'apprécie la tension dans le vin, je lui reproche toutefois un manque de concentration qui crée un certain déséquilibre.
L'aromatique finement savonneuse et la chaleur en finale me gênent également.
Toujours pas convaincu par un Condrieu... Y arriverais-je un jour ?
Peut être sur un des beaux 2010 goûtés il y a peu au domaine ?


Laurent
Nez beurré, floral, d’abricot et pâtissier à l’aération.
La bouche possède un joli gras et une acidité assez élevée, c’est frais, salivant, mais c’est en finale que ça se gâte avec une amertume élevée, le vin tombant un peu trop. Ça reste très buvable mais surement pas à la hauteur de étiquette et vraiment surprenant pour l’appellation en raison de l’acidité. Effet millésime surement.
Bien +.

***





Calamars à la Provençale
1- Bois de Boursan, Châteauneuf du Pape, 2008 & 2- Vincent Dauvissat, Chablis Grand Cru, Les Clos, 2003



Bois de Boursan, Châteauneuf du Pape, 2008

Oliv
La robe est très claire.
Le nez est floral, résolument solaire, sur la pêche et des notes de bonbon acidulé. Je ressens aussi des vapeurs d'alcools.
La bouche est jolie, assez grasse mais pas replète, avec un beau volume.
Une belle acidité soutient bien le vin, lui évitant tout effet de mollesse.
La finale est en revanche très courte.
Un joli vin !


Laurent
Nez avec un peu d’acétate amylique et de réduction.
L’aération apportera une côté métallique, de poire au sirop, de prune à l’eau de vie dans un ensemble pas très net.
La bouche est propre, de bon équilibre, assez grasse, de belle ampleur et assez puissante. Longueur finale correcte soutenue par une acidité présente. Dommage pour le nez.
Bien +.

***


Vincent Dauvissat, Chablis Grand Cru, Les Clos, 2003

Oliv
Le nez est splendide, complexe, sur une réduction très fine qui s'exprime sur des notes de léger grillé qui enrobe un ensemble floral.
L'aération révèlera des arômes plus miellés et classiquement chablisien.
L'attaque en bouche est incroyable de gras, la perception est limite huileuse. Le vin ne semble pas manquer d'équilibre, j'ai l'impression que la matière masque en l'état un équilibre que le vieillissement pourrait bien voir réapparaitre.
Aromatiquement, le vin est assez peu expressif, sur sa concentration de texture.
La finale est en revanche très longue même si elle manque de précision.
Je parie sur une grande bouteille d'avenir !

Laurent
Nez au départ de boite de sardine, de grillé que l’aération dans le verre fera rapidement et totalement disparaître, signe d’une réduction fugace. Ce sont ensuite de jolies notes de fruits jaunes, une touche vanillée puis des notes pralinées qui vont s’exprimer de façon intense.
La bouche est ultra grasse, presque huileuse, sans aucune sensation alcooleuse ni lourdeur. C’est d’un gros volume, très large avec une longue finale anisée. Un joli vin de table à attendre encore un moment car encore un peu monobloc en comparaison de Vaillon ou Forest du même millésime.
Très Bien.

***


Laurent commence son festival.
Deux coups de nez et un coup de langue et il nous sort:
"Chablis d'un millésime chaud."
"Dauvissat 2003 ?"
"Les Clos ?"
Mince, il attaque fort l'animal !

Les calamars sont délicieusement fondants et répondent très bien à l'équilibre du Châteauneuf !



***




Foie gras mi cuit, chutney aux épices
1- Château Montredon, 1990 & Domaine Les Goubert, Gigondas, cuvée Florence, 1990


Château Montredon

Oliv
La robe est légèrement tuilée, sur une concentration modérée.
Le nez est somptueux, sur des notes tertiaires d'une grande complexité, sur la feuille morte, le cèdre, les épices douces, une pointe fumée.
La bouche est remarquable, juteuse et vivifiante, sur un équilibre délicieusement plein et frais.
L'aromatique est ébouriffante, en droite ligne de celle du nez. La qualité du toucher de bouche et des tanins est littéralement délectable.
Le vin est d'une absolue buvabilité et longueur, sur une très grande fraicheur.
La très grande classe ! J'adooooooore ! thumbs downthumbs down

Laurent
Nez typique de Châteauneuf évolué et très complexe sur les bois exotique, de bois de santal, d’épices orientales, de figue, de feuilles mortes, de poivre, de viande grillée, de menthe poivrée. Grand nez.
La bouche est fondue, glycérinée, d’une grande finesse et toujours d’un gros volume. C’est chaleureux mais d'un grand équilibre sudiste, salivant avec une longue finale. La classe.
Excellent.

***



BAAAAAAAM !
J'ai le nez dans le verre, bien concentré à siroter ce bijou qu'un énorme bruit résonne dans la pièce !
Mon espérance de vie vient de se réduire de quelques secondes...
Oh mince, y'en a un qui est tombé de sa chaise ? Quelqu'un a pété un verre ? eye popping smiley

Ah non, c'est juste notre Lolo qui vient de taper du poing sur la table en hululant un désormais mythique...


Aaaaaaaah, putain que c'est bon ! Vive le Sud !spinning smiley sticking its tongue out


On va avoir du mal à le tenir ! grinning smiley



***



Domaine Les Goubert, Gigondas, cuvée Florence

Oliv
La robe est concentrée et légèrement trouble.
Le nez est puissant et manque de finesse, sur des notes de caramel au lait, d'eucalyptus et de champignon frais.
La bouche est massive, lourde avec un côté strict. La matière est large mais n'est pas bien équilibrée par une acidité importante.
Les tanins sur la finale sont assez asséchants.
Le vin manque d'évidence, il semble un peu excessif, forcé.
Peu de plaisir sur cette bouteille trop massive pour mon palais.


Laurent
Nez élevé, de noix de coco, une pointe de noix, fumé, puis sur les épices à l’aération.
La bouche est grasse, riche avec un peu de sucrosité, plus jeune que le vin précédent et d’un bel équilibre. La finale est de longueur correcte sur la prune. Dommage que le nez soit un peu trop élevé, pas mal.
Bien ++.


***



Grosse tatane pour l'Oliv sur le premier vin, un vrai bijou d'équilibre et de complexité.
L'accord avec le délicieux foie gras se déroule sans anicroches, le chutney jouant un rôle de passerelle absolument remarquable !
Al' était inquiet, il ne fallait pas ! spinning smiley sticking its tongue out



***




Poêlée de pieds de mouton
1- Château de Beaucastel, 1990 & 2- Henri Bonneau, Réserve des Célestins, 1990


Château de Beaucastel

Oliv
La robe est belle, sur une très légère évolution.
Le nez est beau, indéniablement sudiste par son côté épicé, sur des notes de fraise, de cannelle et une pointe chaleureuse.
La bouche est d'une grande suavité, sur une qualité de tanins remarquable.
Je ressens un joli fruit et toujours des épices, aucune pointe liégeuse avant que le casse pied du bout de la table ne me mette un doute.
En revanche, je suis un peu perturbé par la charge alcoolique sur la finale.
Mon palais de fillette commence son festival... eye rolling smiley
Très beau vin !

Laurent
Nez de bois exotique, d’épices douces avec une touche de réduction, puis sur la confiture de figue. Joli nez.
La bouche possède un beau volume, chaleureux, évolué, un peu trop, glycériné aux tannins très enrobés avec une note terreuse. Une bouteille évoluée, agréable mais pas au niveau des deux précédentes bues.
Bien ++/ Très Bien.

***



Henri Bonneau, Réserve des Célestins

Oliv
La robe est assez peu extraite mais encore très jeune.
Le nez est animal, sur des notes de fourrure, avec une pointe mentholée.
La bouche est jeune, bien équilibrée, construite autour d'une acidité élevée qui étire le vin.
Le vin est concentré mais me semble manquer de complexité en l'état.
La finale est encore un peu serrée.
Bon vin mais je ne vibre pas.


Laurent
Nez animal, de musc, de cuir.
La bouche est suave et d’une grande douceur tactile, très gourmande et salivante avec une longue finale acidulée.
bon, dommage que le nez soit si monolithique.
Très Bien +.

***



Les deux vins se lovent dans la texture fondante et croquante des pieds de mouton qui mettent parfaitement en valeur leur aromatique épicée.
Les tanins du Bonneau ont toutefois tendance à prendre le dessus !
On enchaine !



***




Civet de sanglier & tagliatelles
1- Château Rayas, 1990 & 2- Domaine du Caillou, 1990


Château Rayas

Oliv
La robe est peu extraite, sur un rosé tirant vers le tuilé.
Le nez est complexe, sur les épices douces, le jus de viande, le coulis de fraise mais je ressens également beaucoup d'alcool.
La bouche est juteuse, d'une suavité énorme, presque douce. Les arômes sont jeunes, sur la figue fraiche et les tanins gras et bien intégrés.
En revanche, je suis fortement déstabilisé par un alcool que je trouve marquant.
Très bon vin mais ouiiiiiiin, pourquoi ne suis-je pas accroché au lustre ? confused smiley
Robe légère, suavité, fraise au sucre... je suis pourtant sûr que ce vin est le Rayas.
En mon fort intérieur, j'ai l'impression de passer un peu à côté d'un mythe...


Laurent
1- Nez complexe de noix, d’épices orientales, de bois exotique, avec beaucoup de profondeur qui évolue sur les fraises aux épices, la prune, le coing, les agrumes, un côté fumé, la confiture de cerise. Grand nez.
La bouche est riche, gourmande, d’une jeunesse insolente (je lui aurais donné 10 ans), d’un gros volume, chaleureuse et dense. Grande longueur finale pour ce vin immense dont la bouche ne présente pas encore d’arômes tertiaires et qui est à la hauteur de sa réputation et fait honneur à l’appellation. Fond de verre sur la cerise et la fraise.
Excellent +.

***



Oliv et les vins du Sud, c'est pas gagné ! confused smiley




Alors que Laurent nous assène un second et retentissant BAM qui fait trembler la table et que tous les copains couinent de plaisir, moi, je suis en train de m'engueuler avec mon satané palais de fillette qui fait son fâcheux ! T'ain, tu vas pas me lâcher maintenant !?!

(Oui certains donnent un p'tit nom et causent à leur stouquette Popol pour se motiver dans les moments d'intimité difficiles, moi, c'est avec mon palais Norbert que je communique pour le motiver un peu, cet animal !moody smiley ).

Rien à faire, y'a l'alcoolophobie rampante de Norby qui m'empêche de totalement profiter de ce vin qui me semble trop chaleureux.

Dans mon esprit LPVien, apparait l'image menaçante d'un tonneau de goudron et d'un sac de plumes.....
Vais-je tortiller du fion et rectifier mon CR pour éviter les ennuis ou tenter d'assumer les handicaps d'un palais de fillette légendaire ?

Allez, assumons... spinning smiley sticking its tongue out


***


Domaine du Caillou

Oliv
La robe est assez évoluée, avec une légère turbidité.
Le nez est complexe, marqué par des notes animales, quelque chose qui m'évoque l'ovomaltine.
Je ressens encore quelques vapeurs d'alcool...
La bouche est très belle, suave et douce, bien sous-tendue par une nette acidité.
La vin a de la largeur mais je lui trouve un équilibre qui me satisfait plus que sur son prédécesseur, peut être grâce à des tanins plus saillants qui apportent à mon goût de l'énergie en bouche.
La finale est longue, sur des goûts sanguins plutôt virils.
Très beau vin !


Laurent
2- Nez animal, d’épices avec une touche végétale de vendange entière mais quelque peu monolithique.
La bouche est riche, d’une grande douceur tactile et d’un gros volume. C’est glycériné et apporte beaucoup de plaisir malgré son passage derrière Rayas avec une longue finale sur les épices et les fruits secs.
Très Bien +.

***



Bon, ça va encore renâcler du côté du chef (encore un qui subit une modestivite aigüe winking smiley) mais le civet de sanglier rejoint les petits bijoux patrimoniaux dont j'ai régulièrement pu me délecter en ces lieux et dont cette rubrique témoigne.
Le plat et sa sauce diaboliquement délectable s'accorde remarquablement bien avec la virilité du Clos du Cailloux.

Mais je ne vais pas refaire le coup de la casserole tous les soirs, ce serait pécher ! cool smiley


***




Civet de sanglier & tagliatelles
Château La Nerthe, 1990

Oliv
La robe est roussie.
Le nez est peu avenant, sur des notes de fruits cuits qui virent sur le bouillon Kub.
La bouche confirme que ce vin a mal vieilli, présentant des notes de beurre rance et un ensemble assez décharné.
Le seul vin de la série qui m'ait vraiment déplu.

Laurent
Nez métallique, de jus de viande avec une touche vanillée signe d’un élevage encore sensible que des notes de yaourt viennent compléter.
La bouche est lactée sur les yaourts aux fruits vite écœurants. Une bouteille peu agréable.
Moyen.

***


Maître Al' ramasse les copies !

Bilan personnel de cette exceptionnelle série sur des vins que je connais très mal :


J'ai indéniablement du mal avec la charge alcoolique des Châteauneufs !




Si l'ensemble était d'un très haut niveau, seul la Nerthe ayant véritablement déçu, mes suffrages vont sans conteste possible au Montredon, exceptionnel d'équilibre et de noblesse!

Notre Lolo a la banane accroché aux oreilles, on sent la zénitude du gars totalement en phase avec son élément et qui maitrise son sujet.

Bon, c'est pas tout ça mais reste quelques petites choses sérieuses à affronter : les fromages ! smiling bouncing smiley

Al', constatant que ses invités ont le rouge aux joues mais encore de la réserve, me propose de venir choisir une dernière bouteille avec lui.
Sachant que le repas de demain midi sera résolument jurassien, nous nous orientons plutôt vers un Bourgogne.
J'ai bien quelques égoïstes envies qui me viennent (spinning smiley sticking its tongue out) mais au vu des perturbateurs présents autour de la table, évitons les incidents...
Une bouteille croise mon regard. Quelque chose me dit qu'il y a un coup à jouer...cool smiley


***



Comté vieux, Cusiè tabac, Testun al Barolo, Tomme cerronnée, Morbier, Mimolette Vieille, Fourme de Valcivières
Maison Verget, Chablis Grand Cru, Valmur, 1996

Oliv
La robe est évoluée, sur un doré puisant.
Le nez ne peut cacher une oxydation assez nette par ses notes de noix qui enrobent un ensemble mi grillé, mi café froid.
La bouche est à la fois riche de texture et sur une tension assez importante. Malheureusement, l'ensemble est dissocié et termine limite plat.
Un vin fatigué.

Laurent
Nez évolué et tertiaire de morille, de beurre rance, de crème fraiche qui me dirige directement vers le jura.
La bouche est riche et de bel équilibre. C’est assez puissant avec une acidité élevée sur des arômes oxydatifs qui passent très bien avec l’énorme plateau de fromage. La levée de la chaussette est une surprise, impossible d’imaginer un Chablis et heureusement que le vin a été bu avec les fromages. Bien ++.


***



Il y avait un indéniable coup à jouer sur ce vin : voir si un vin à l'oxydation non voulue pouvait tromper des palais aguerris en brouillant un peu les cartes.
Ce même vin servi au début du repas aurait vraisemblablement été inéluctablement rejeté.
Sur le phénoménal plateau de fromages (message perso aux convives : vous commencez à trop aimer le Cusiè, ça devient embêtant cette affaire !), le vin a réussi à s'en tirer.
Je pense que l'acidité du millésime a permis une illusion d'oxydatif jurassien qu'on ne pourrait pas véritablement retrouver sur un bourgogne en prémox, souvent plat et affadi par le défaut du vieillissement prématuré.

De la modestie à avoir face aux vins et ses mystères et de la nécessité d'accords préalablement bien pensés, comme notre Alain en est expert !





Omelette norvégienne et H2O




Le repas se termine dans les rires et le bonheur d'être ensemble.
J'ai les poils du nez roussis mais j'ai survécu !

Mais demain, c'est repas Jura avec Poulet au Vin Jaune au menu ! smiling bouncing smiley

Vais-je me refaire la cerise et Laurent pincer du nez ? Une affaire à suivre... spinning smiley sticking its tongue out
OIiv






Crédit photos:
[www.flickr.com]




Modifié 5 fois. Dernière modification le 26/02/12 16:03 par oliv.
Re: Les amis, c'est la vie !
dimanche 26 février 2012 12:51:41
avatar
quelle poilade encore oliv à te lire, du grand art.thumbs down

contrairement à la réputation d'extra terrestre sudiste qu'oliv voudrait me faire endosser, je tiens juste à remettre les choses à leur place et préciser que sur les 7 bouteilles de 90, je n'ai retrouvé que mes deux préférées ce soir là (mont-redon et rayas) alors même que j'avais tous les noms sous le nez. ça remet les egos à leur juste place...smiling smiley

Je pense que l'acidité du millésime a permis une illusion d'oxydatif jurassien qu'on ne pourrait pas véritablement retrouver sur un bourgogne en prémox, souvent plat et affadi par le défaut du vieillissement prématuré.

je partage à 100%, tu as tout dis.

Un grand plaisir que cette soirée, à la hauteur de mes attentes grâce à Alain et même si j'aurais aimé reboire beaucastel à son niveau et boire célestins à un niveau un peu plus élevé.
Re: Les amis, c'est la vie !
dimanche 26 février 2012 13:24:58
Afin de rendre plus scientifique cette horizontale... je signale - qu'avec peut-être les p'tits coup d'oeil inévitables winking smiley sur les copies des meilleurs - les résultats d'ensemble ont été plus qu'homogènes :

10 convives /12 ont mis Rayas en tête et certains l'ont reconnu.

11 convives / 12 ont mis Mt Redon dans les 2 premiers mais personne ne l'a reconnu.

9 convives /12 ont mis Rayas et Mont Redon dans leur doublé.

6 convives / 12 ont fait de Rayas, Mont Redon et Célestins le tiercé gagnant... dans l'ordre, plus une dans le désordre mais comme elle aime bien la Réserve des célestins...

Personne n'a fait mieux que 3 vins reconnus / 7 (la liste était fournie), de quoi donner le moral aux "petits nouveaux...".

Al
Re: Les amis, c'est la vie !
dimanche 26 février 2012 13:26:08
avatar
Superbe série avec des "90" d'anthologie.

Tu t'y feras,Oliv,à la puissance des vins du Sud.

Allez,je m'y colle... winking smiley



jlj
Re: Les amis, c'est la vie !
dimanche 26 février 2012 14:11:05
avatar
La moitié quand même qui a le tiercé dans l'ordre!
Chapeau bas ,Messieurs.
Et cet Enzo,une bête de concours en puissance...
Mais il doit apprendre à pas taper sur la table... cool smiley

jlj
Re: Les amis, c'est la vie !
dimanche 26 février 2012 15:38:15
avatar
11 convives / 12 ont mis Mt Redon dans les 2 premiers mais personne ne l'a reconnu.

Ah non Alain, je m'insurge, je n'en ai retrouvé que 2, mais il y avait mont-redon dedans smiling smiley
Re: Les amis, c'est la vie !
dimanche 26 février 2012 23:29:24
avatar
Un grand merci à l’Oliv (et à Laurent) pour avoir pris le temps de relater avec la passion et l’humour qui le caractérise, ces nouvelles aventures en terre Vauclusienne. C’est toujours un grand plaisir de lire et relire ce fil qui regorge de tous les bons moments que nous avons partagé chez notre maitre à tous, le modeste et génial Alain thumbs down

Chacun de ces épisodes nous apporta son lot de réjouissances et de grands moments, mais j’ai le sentiment que ce dernier (et notamment la soirée de "gala" ) fut l’un des plus intenses que nous ayons passés. Je le mettrai peut-être sur le compte de la thématique choisi ou du fait que j’ai pu, pour cette fois, venir en famille. Il doit y avoir un peu de ça bien sûr, mais surtout je pense que nous avions fermement décidé de laisser au vestiaire tous nos soucis et tracas quotidiens pour vivre l’instant présent le plus intensément possible. Et sur ce point, laisse moi te dire, Alain, que tu es une véritable leçon de vie et de courage pour nous (sans oublier Fio et Laulau bien sûr). Nous sommes à la fois très heureux et très admiratif de t’avoir vu en si grande forme et d’avoir ainsi pu donner de notre maximum pour essayer de nous montrer digne de toi, de ton (votre !) dévouement, de ta patience. Quoi qu’il arrive, ce sont des moments gravés à jamais, que personne ne pourra plus jamais nous reprendre. Je m’estime très chanceux d’avoir le privilège de les vivre avec vous (et de le revivre encore grâce à Oliv).

Alain, Monique, très humblement, merci pour tout cela...

---

Pour revenir à des choses plus terre à terre : la dégustation. Je n’ai pas pris de note sur les vins (j’étais en mode "relâche" avant les trois jours de Vinisud qui m’attendaient), mais voici quelques impressions toutes personnelles.

En n°1, Château Rayas évidement : Grand dans tous les sens du terme, profond, complexe, intense, puissant mais contenu (aucune trace d’alcool !) et avec une capacité à évoluer dans le verre d’une manière qui semblait infinie (du moins jusqu'à ce que le verre soit vide, ce qui arriva bien trop vite !). Une bouteille mythique ayant crânement tenue son rang. Sa singularité a permis de le reconnaitre quasiment par tous sauf… le seul l’ayant déjà dégusté ! (C’est ballot mon chaton…grinning smiley)

En n°2, Château de Montredon : un petit rayas en quelque sorte, ce soir là. Fin, soyeux, sapide, totalement enrobé, épanoui, d’une grande fraicheur et avec lui aussi une large palette aromatique. Une belle découverte pour un domaine que je connaissais si peu. J’en avais fait le pirate, situé en Rhône Nord.

Mon n°3 revient au pirate, le domaine des Goubert : toujours un peu empreint par des notes d’élevages au nez, le temps semble avoir fait son œuvre sur une matière polissée, aimable, assez convenue mais de bonne composition. Il a sans doute souffert de son « duel » avec le Montredon.

La médaille en chocolat (si on peut dire sur un vieux grenache tongue sticking out smiley) revient au Reserve des Célestins. Un peu brouillon (notes animales), fouillu, avec un fruit en retrait et des tanins toujours serrés. Pas vraiment charmeur malgré sa constitution.

J’ai moyennement aimé (voir pas du tout pour la Nerthe) les trois autres vins.

Enfin, si je devais faire un classement des vins du week end, le formidable Janin 1990 viendrait s’intercaler entre Rayas et Montredon, ainsi que le très classique Charmes Chambertin de Rousseau 93 à la suite du Montredon.

Coté blanc, ayant échappé (par impératif familial) au JFCD du dimanche midi, on va dire que c’était moins pire que d’habitude… (Al’ on t’aime !!!).

Encore merci Alain pour nous permettre à nous, jeunes palais insolents et désinvoltes cool smiley, de toucher du doigt de si belles bouteilles.

Vivement la prochaine !

PS : Enzo, ce n’est pas Rayas et Bonneau que tu retrouvé plutôt ?eye rolling smiley

----------------------------
Nicolas Bon - www.vin-terre-net.com
Re: Les amis, c'est la vie !
lundi 27 février 2012 08:51:13
avatar
Enzo, ce n’est pas Rayas et Bonneau que tu retrouvé plutôt ?

non non, pas retrouvé le Bonneau que j'ai confondu avec le clos du caillou (même notes animales au nez, mais si j'ai hésité smiling smiley )
Re: Les amis, c'est la vie !
lundi 27 février 2012 19:14:24
avatar
Chapeau bas messieurs...thumbs down

Thibault




Un homme qui ne boit que de l'eau a un secret à cacher à ses semblables...
Re: Les amis, c'est la vie !
lundi 27 février 2012 19:19:28
Bonjour,

A mon tour d'essayer de faire aussi bien.
Tout d'abord comme Pelusse, merci beaucoup à vous deux, Alain et Monique, pour votre gentillesse, votre générosité, votre simplicité et dans mon cas, pour une nuitée de plus qui m'a bien sauvée la vie....
Ces moments sont riches et nous vivons à chaque fois ces parenthèses temporelles avec délectation.

Je n'ai pas pris de notes durant ce we, sauf pour cette magnifique session de châteauneuf-du-pape 1990.

Je dirai juste un petit mot sur le Rousseau Charmes-Chambertin 1993, servi à l'aveugle.
Au nez ca me plait, c'est évolué, ca pinote, sur des notes florales, profondes, ca en dit long....
J'aime et je le dis, et là j'entends notre hôte dire "ca ne m'étonne pas de toi"....
De suite, je saisi l'indice et comprends que nous sommes chez mon chouchou bourguignon...
Cependant en bouche c'est un peu plus "massif" (toute proportion gardée tout de même), c'est plein.
Les tanins sont fondus et nous avons une belle longueur.
J'ai aimé ce vin, mais je n'ai pas retrouvé toute la dentelle que j'aime chez Rousseau, j'attribue cela au cru.



Le lendemain, après une belle balade à Châteauneuf-du-pape, histoire de bien savoir de quoi on parle...

Domaine Vernay Condrieu Coteau de Vernon 2008
Nez assez aromatique, sur des notes d'abricots et patissières. En règle générale ce genre de nez me rebute, mais ce n'est pas le cas, je trouve ca assez fin.
En bouche j'apprécie le gras qui est parfaitement balancé par de l'acidité. C'est bien mais pas mon truc, ce qui confirme que Condrieu n'est pas mon dada....

Bois de Boursan Châteauneuf-du-pape Blanc 2008
Nez assez discret. Assez gras et mûr en bouche, avec un peu d'alcool. Fine amertume en finale.
Bien.

Dauvissat Les Clos 2003
Pour moi au nez, je retrouve des similitudes avec Coche. En bouche c'est très gras et puissant, avec beaucoup de matière mais cela manque cruellement d'acidité.
Le vin se développe et gagne en profondeur sur les calamars (au passage, qu'est ce que j'aime ca....). C'est très bon mais la richesse du millésime est vraiment présente. Je vais attendre les miens.

Mont-Redon Châteauneuf-du-Pape 1990
Ca commençe fort! Le nez est complexe, sur des fraises écrasées, les griottes avec un élevage fondu. C'est très élégant.
En bouche ca vibre. C'est tendu et droit, sur des notes de tabac et très bien équilibré.
Excellent.

Domaine Les Goubert Cuvée Florence 1990
Nez plus concentré, plus dense. En bouche on a beaucoup de matière, et beaucoup d'elevage (trop à mon gout).
Asséchant.

Domaine de Beaucastel Chateauneuf-du-Pape 1990
Le nez est fin et discret, avec des touches salines. Bouche assez tendue avec pas mal d'acidité.
Le vin prend du volume avec l'aération. Ca me plait, il y a un peu d'alcool mais ce n'est pas trop génant.
Bien ++.

Henri Bonneau Châteauneuf-du-Pape Célestins 1990
Le nez est assez floral et mûr. La bouche est pleine et mure avec un alcool assez présent. On a une bonne acidité en finale.
C'est bien.

Rayas Châteauneuf-du-Pape1990
Je commence à sentir les effets des divers breuvages. Mais là ca cause très sérieux au premier coup de nez.
Je vous livre tel quel mon commentaire :
"Nez de tapenade, olive, agrume. C'est grand, c'est tendu, très beau, équilibré. Splendide. C'est énorme à chaque gorgée.
Autant d'émotion que le Chambertin 1993 de Rousseau gouté au même endroit il y a quelques années."
Je n'ai pas eu envie de décrire en détail ce vin, c'était simplement magique. J'ai été émue.
La carafe est de mon côté.... c'est parfait.

Clos du Caillou Châteauneuf-du-Pape 1990
Faut se remettre en selle, après cette grande émotion...
Je suis passée à côté, je l'ai trouvé trop mûr, trop de bois et assez déséquilibré.

La Nerthe Châteauneuf-du-Pape 1990
Pour moi le vin est oxydé au nez, et cela se confirme en bouche.

Merci pour ce grand moment.
On parle des vins c'est bien, mais rendons hommage à la cuisine, qui est fantastique à chaque fois.
C'est une expérience unique.

Sur ce, je vais me coucher et je ne me relèverai que 30h plus tard.....
Merci les amis de m'avoir supportée le dimanche, merci à nos hôtes de m'avoir gardée au chaud une nuit de plus et à mon mari qui a assuré, à chaque minute.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 27/02/12 22:14 par Cam-ille.
Re: Les amis, c'est la vie !
lundi 27 février 2012 19:24:42
avatar
30 heures pour récupérer....

Y'a pas à dire:les Chateauneuf,ça tape dur!
Je comprends mieux que le frêle palais nordiste d'Oliv ait accusé le coup. winking smiley
(je retire le goudron et les plumes)

jlj
Re: Les amis, c'est la vie !
lundi 27 février 2012 20:40:37
avatar
Bon Camille c'est bien, je vois que tu as récupéré de ta sale gastro, merci pour ton commentaire complémentaire sur ce super WE.
Re: Les amis, c'est la vie !
lundi 27 février 2012 22:09:33
avatar
sympa votre CR... ça me fait baver.... par contre, c'est bois de bourSAN
Re: Les amis, c'est la vie !
lundi 27 février 2012 22:14:30
Merci c'est corrigé.
Re: Les amis, c'est la vie !
jeudi 01 mars 2012 19:05:47
avatar
Session d'hiver et variée : Le Vin Jaune est de sortie !






Le gastrotourisme est une activité ardue qui laisse parfois des traces chez les jeunes débutants...
La nuit s'est mal passée, nous avons perdu un convive en route ! sad smiley

Au frontispice de l'établissement qui nous accueille sont inscrits ces mots divins :
Abondance de rabasses appelle le Rayas

Mais un certain Fernand R., célèbre philosophe expert en choses rhôdaniennes drôlatiques, avait pourtant prévenu :
Abus de Rayas, colle à la paillasse, grenache tu recracheras sinon tu trépasseras. !tongue sticking out smiley


Avec sollicitude et afin d'épargner à notre amie alitée le cauchemar de la récurrence de senteurs voluptueuses émanant de la cuisine, je décide qu'il sera de mon devoir de faire un sort aussi goulu que définitif au bijou de Poulet au Vin Jaune & Morilles qui nous est proposé par le Chef Al' !

Mais c'est vraiment pour rendre service, hein ? Allez pas croire que je me sacrifie comme ça autrement que par devoir ! cool smiley

A taaaaable !
Oliv





Sandre de Branges à l'unilatérale
Domaine Michel Bouzereau, Meursault, Les Tessons, 2004
Domaine Jean François Coche Dury, Meursault, Chevalières, 1999



Bouzereau, Les Tessons

Oliv
La robe est sur un léger doré.
Le nez est marqué par des notes végétales de gentiane, un beurré peu net et des notes minérales.
La bouche est stricte, très tendue et à la fois doucâtre, à la limite du manque de matière et de l’âcreté.
Le vin manque de chair et de netteté aromatique.
Le poisson lui permet de se rééquilibrer un peu mais ça manque de gourmandise et de plaisir.
Pas facile !

Laurent
Nez beurré très marqué, poussiéreux et assez écœurant.
La bouche est grasse, beurrée, très évoluée avec une acidité correcte mais qui manque toutefois de ressort avec un côté doucereux et une finale amère. Moyen.



Coche Dury, Chevalières

Oliv
La robe est d'un beau doré.
Et BAM !!
Ben oui, quoi, y'a pas de raison qu'il y ait que le Lolo qui ait le droit de distribuer des taloches atomiques ! grinning smiley
Ah nom di djiou, ce que j'aime ces nez là, tout en réduction fine, en sésame grillé et en notes minérales.
Ça commence à renâcler dans le virage des cochophobes et je hurle à la passation des verres !
La bouche est..... superbe, tout à fait en phase avec ce que je commence à connaitre du domaine, c'est à dire cette incroyable capacité à proposer une acidité forte fantastiquement contenue par une matière puissante !
Ce vin est tout simplement... délicieux ! Ouvert, plein, sur une tension parfaitement équilibrée par une matière pleine et sans aucun point de faiblesse tout au long de sa présence en bouche, je me régale !
Me revient en mémoire le Perrières bu deux fois à cette table. Le Chevalières a indéniablement un air de famille, les gènes et la morphologie sont les mêmes, la carrure et la très grande classe en moins.
Un grand vin de plaisir, immédiat, parlant, brillant dans sa simplicité. thumbs downthumbs down

L'accord avec le sandre est d'une totale évidence. Mes affreux ayant l'extrême gentillesse d'avoir mauvais goût et la générosité de ne pas s'acharner à tenter de se prouver le contraire, je peux me délecter de ce vin tout au long du repas !
Et je peux vous dire qu'il formera un partenaire de table remarquable également avec le plat qui suit...



Laurent
Nez réduit de sésame, de cacahuète grillée, fumé. C’est assez monolithique et peu avenant.
La bouche possède une attaque avec la même aromatique mais est bien équilibrée et possède une jolie rondeur et de la délicatesse dans un bon volume d’ensemble. Le vin est peu tendu et peu puissant mais possède une fine acidité qui lui évite toute lourdeur. Longue finale toujours marquée aromatiquement. C’est bon.
Bien ++/Très Bien.




C'est pas encore aujourd'hui que ma cochophilie va en prendre un coup !
Ouf, je respire, après la fessée reçue sur le Rayas 90 d'hier soir, je récupère ma réputation de buveur d'étiquettes.
C'est que j'y tiens ! grinning smiley




***




Poulet au Vin Jaune et aux morilles
Stéphane Tissot, Arbois, Vin Jaune, 1999
Michel Tissot, Chateau Chalon, 1999


Stéphane Tissot

Oliv
La robe est sur un doré profond.
Le nez est puissant, sur des notes de noix, de fruits secs et de curry. L'ensemble est concentré et assez massif.
La bouche attaque sur une jolie maturité. Le vin possède un gros volume bien élancé par une belle acidité.
L'aromatique est en l'état très typée oxydative, la noix et le curry s'exprimant à fond.
Le vin a tendance à prendre le pas sur le plat, la garde devrait lui permettre de gagner en complexité.
Beau vin !

Laurent
Nez de noix et de curry.
La bouche est aussi sur la noix avec de la rondeur et un bel équilibre sans alcool qui ressort. Dommage que la noix soit encore trop présente pour moi mais l’accord avec le plateau de fromage s’effectue bien.
Bien.


Michel Tissot

Oliv
La robe est sur un doré clair.
Le nez est fin, sur la noix verte et un très léger végétal. L'ensemble n'est pas très expressif.
La bouche est en deux temps. Son attaque est... inexistante, le vin parait creux et dilué jusqu'au milieu de bouche.
Tout à coup, l'aromatique se réveille d'une manière très étonnante pour prendre son envol sur une finale remarquable de finesse et de saveur.
Le vin répond remarquablement au plat, sa légèreté s'accordant parfaitement avec la douceur de la crème et ses parfums diaboliques.
Délicieux accord ! thumbs down


Laurent
Nez de noix, d’herbes aromatiques.
La bouche est sur la brou de noix, très sèche, astringente même dans un volume un peu faible. Pas d’alcool proéminent mais pas très long. Pas mon truc. Assez Bien.

***



Florilège des fromages du week end (1er service cool smiley)


Le plateau de fromages de compétition se réduit à vue d'oeil...
Le Stéphane Tissot se refait sérieusement la cerise sur le Vieux Comté et le Petit Saint Point.
Mais le fond de Coche que je m'empresse d'engloutir supplante sans même peiner les deux oxydatifs, par son équilibre et sa puissance effilée.

Je lévite, je me pâme, je suis aux anges !



***



"Putain, génial ! " - Oliv, les oscars de la gastronomie ! smiling bouncing smiley




Monique et Alain nous ont encore offert un week end d'exception !
Par la qualité de leur cuisine et la grandeur des vins qui nous sont proposés bien sûr mais peut être plus encore par la tendresse bienveillante avec laquelle ils nous accueillent et supportent nos chamailleries indisciplinées de sales gosses très gâtés !

Chacun reprend la route, la boite à bonheurs lestée de ces nouveaux souvenirs.
Rendez-vous est pris pour cet été.
Aucun doute que ça va faire long !

De grosses bises à toutes et tous,
Oliv, impatient d'y être

Re: Les amis, c'est la vie !
jeudi 01 mars 2012 19:12:24
avatar
C'est Laurent qui m'inquiète là...
M'a pas l'air enthousiaste dans ses notes!
Accuserait-il le coup à son tour???
cool smiley

jlj
Re: Les amis, c'est la vie !
jeudi 01 mars 2012 19:21:02
avatar
Aucun souci à avoir pour l'Enzo, il est pas comme les vins, lui est inoxydable ! grinning smiley

Les Jura oxydatifs et lui, c'est une vieille histoire !
Il fait des efforts mais faut pas croire au Père Noël non plus...

Oliv
Re: Les amis, c'est la vie !
jeudi 01 mars 2012 19:34:47
avatar
Bon, là, il faut qu'on parle, c'est un peu pénible, tes CR à des heures aussi proches des repas, ça donne faim, et l'assiette à venir semble toute pâle, à côté. grinning smiley

Bravo, sinon, pour ces CR en forme d'anthologie (à quand le livre?), et pour ces week end qui respirent le gai savoir vivre et la convivialité, c'est beau!

Mathieu
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent publier dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter

En ligne(27)

Identifiés 1: Garos113
Anonymes: 26
Record de membres connectés: 90 le mercredi 13 mars 2013 17:44:39
Record d'anonymes connectés: 936 le mardi 20 novembre 2012 19:04:22
    -L´abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération

© www.lapassionduvin.com, 2006