Bienvenue! Identification Créer un nouveau profil
lapassionlogo1
 
Home Qui sommes-nous ? Nos archives La charte Forum Recherche Liens amicaux Millésimes Mail

vins autrichiens

Envoyé par zygomar 
Re: vins autrichiens
jeudi 23 octobre 2008 00:00:11
avatar
Bonsoir,

Je ne connais personnellement aucun de ces vins mais bon, comme personne ne répond, je peux fournir quelques indications générales.

Concernant les rouges, tu as trois zweigelt et un blaufränkisch. Le zweigelt donne des vins ronds, charnus et fruités alors que le blaufränkisch est plus structuré et transmet souvent la minéralité des terroirs sur lequel il pousse.
Comme les zweigelt sont des cuvées d'entrée de gamme, je pense que tu peux les ouvrir dès maintenant. Des trois c'est sans doute Umathum qui aura le plus de potentiel et Bründlmayer (pas confondre avec Willi) le moins.
Le blaufränkisch peut être attendu - le domaine dit "à boire entre entre 2008 et 2013 -; le Hochacker est un lieu-dit (cru) et il s'agit ici de vieilles vignes. J'en ai goûté d'autres producteurs et il s'agissait chaque fois de bouteilles d'une petite garde qui tenaient bien la route mais qui étaient accessibles jeunes.

Pour les blancs, les muskateller secs sont à boire jeunes (un peu comme les muscats alsaciens) et ne gagnent rien à vieillir.
Le roter traminer du lieu-dit Steintal est un vin qui a normalement du potentiel (je connais le pinot gris Saziani du même domaine et le traminer est vinifié dans le même esprit) donc une dizaine d'années ne lui fera pas peur. Attention, il risque d'y avoir un peu de sucre résiduel sur cette cuvée. Qualitativement, c'est sans doute le meilleur vin de la série et peut-être le seul qui va vraiment se bonifier sur quelques années.

Je ne peux absolument rien dire du TBA; chaque viticulteur du coin en fait un peu et il y a tellement de paramètres qu'il m'est impossible de donner une indication (mais, vu que c'est un liquoreux, il n'y a aucune urgence à l'ouvrir)

Note également qu' en Autriche (comme en Bourgogne), le prénom est souvent de rigueur. Il y a plusieurs Bründlmayer (là, j'ai le prénom), mais aussi au moins 2 Heinrich (je suppose que ton vin vient du domaine Gernot Heinrich) et au moins 2 Nittnaus (je suppose qu'il s'agit ici de Hans & Christine Nittnaus ?)

Pierre
Re: vins autrichiens
vendredi 24 octobre 2008 10:51:10
Merci Pierre pour tes réponses et conseils.
Tu sembles bien connaitre les vins de ce pays.
Ils correspondent à l'idée que je m'étais faite de ces bouteilles (achetées sur place par un ami totalement néophyte en matière de vins).
J'ai gouté récemment un Zweigelt 2006 dont je n'ai pas retenu les références mais qui ressemblait à un beaujolais type Morgon avec des aromes un peu typés animal.Curieux vin qui avait pas mal surpris les dégustateurs.S'agissait il d'une déviance ou plutôt d'une caractéristique de ce cépage.?Moi j'avais bien aimé sur une terrine de gibier.
Le roter traminer (traminer rouge littéralement ?) est il un cépage autochtone ou est il apparenté au gewurztraminer ou encore a autre chose?
Idem pour le muskateller (parent des muscats francais?) que je gouterai certainement dans les prochaines semaines
Quand au TBA quel est le cépage de vin?Pas d'indication sur la bouteille.

Didier
Re: vins autrichiens
vendredi 24 octobre 2008 19:45:17
Debut de semaine j'avais une dégustation de vins d'Autriche du cepage "Blaufränkisch". Je n'ai pas noté les références mais je peux dire que pour le prix ( entre 8 et 30 euros), il y avait du bon, surtout dans la gamme moyenne vers 12-13 euros.
De mémoire, je n'avais jamais bu du vin autrichien et encore moins le cépage blaufränkisch. Je vais certainement un de ces jours acheter quelques bouteilles, les dégustér et vous informer plus précisément.
Re: vins autrichiens
vendredi 24 octobre 2008 21:07:38
avatar
Bonsoir Didier,

Concernant le zweigelt, je ne suis pas vraiment surpris de ce que tu as ressenti dans la mesure où j'en ai bu plusieurs qui présentaient un côté assez surmaturé du fruit tout en n'ayant pas une structure tannique également mûre pour contrebalancer. Est-ce ce que tu appelles "animal", difficile de savoir...et le profil gustatif pourrait, à la limite, être une sorte de mix entre merlot et gamay de terroir chaud (s'il fallait vraiment faire des comparaisons avec des cépages plus connus); donc morgon, peut-être, mais à dire vrai, je n'ai plus goûté de morgon depuis longtemps winking smiley,
Mais quand tu parles de deviance, tu penses peut-être plutôt au côté animal provenant d'un aléa de vinif ?
Difficile de confirmer ou d'infirmer ton idée, en tout cas. Le mieux est d'ouvrir une autre bouteille et de voir si tu retrouves les mêmes impressions.winking smiley

Le roter traminer est le savagnin rose (donc, en France, connu également sous le nom de klevner de heiligenstein). Gustativement et aromatiquement, il joue en effet dans des registres similaires au gewürztraminer mais en bien plus retenu.
Le (weisser- ou gelber-) muskateller est normalement identique au muscat blanc à petit grains.

Le TBA doit son appellation à la teneur en sucres des jus (moûts) (168 Oechsle au moins) et la présence de botrytis, non aux cépages utilisés. La région du Neusiedlersee est très propice à la production de ce type de vin.
Chez Hans et Anita Nittnaus, il s'agirait de chardonnay et weissburgunder (pinot blanc) pour le TBA premium 2001, mais ils font d'autres cuvées (à base de chardonnay, welschriesling, sämling88, weissburgunder en assemblage ou non). Je n'ai pas la composition du 2006. (source : voir leur site internet)

Pierre
Re: vins autrichiens
dimanche 26 octobre 2008 13:08:12
J'arrive quelque peu en retard sur ce topic, je confirme donc les propos de Peterka.

Le Zweigelt d'Heinrich (Gernot, étiquette noire et blanche - Johann, rouge et noire) et le Blaufränkisch Hochhäcker de Weninger sont de parfaits représentants de ces cépages autrichiens.

Petit conseil pour tous ceux qui ont ou auront l'occasion d'acquérir du vin autrichien, préconisez le millésime 2006 pour tous les blancs de la Wachau et de la Kamptal ainsi que pour tous les rouges du Burgenland (notamment les Pannobile qui sont généralement présents sur les grands salons vinicoles).

Pour le Roter Traminer, ne pas hésiter à le garder 5-6 ans voir plus. Le déguster seul ou en accompagnement d'un plat asiatique ou d'un plateau de fromage assez relevé.

Pour le TBA, soit l'ouvrir á Noel pour se faire une idée du potentiel des vins liquoreux autrichiens, soit l'oublier dans un coin de la cave!

Le GV "leicht&trocken" de Wieninger et le ZW de Bründlmayer sont à boire jeunes, en apéritif par exemple.

Bon dimanche à tous et bonne fête nationale aux autrichiens smileys with beer
Re: vins autrichiens
mardi 04 novembre 2008 08:32:11
Smaragd et Peterka,

Merci pour vos conseils de garde et et dégustation.Je ne manquerai pas de faire un petit CR lorsque j'ouvrirai ces bouteilles

Didier
Re: vins autrichiens
jeudi 20 novembre 2008 16:11:13
Bu lundi passé: cuvée Oxhoft (Zweigelt, Cabernet et ?) de Braunstein, dégusté à l'aveugle dans un mélange de vins français (Troplong Mondot 1999)italiens, espagnols (Clos Mogador 2002).
Surprise: la majorité des 14 participants ont préféré le Oxhoft, personne n'a reconnu l'origine autrichienne...
QQ connait-il ce producteur qui m'était completement inconnue ?
Re: vins autrichiens
vendredi 21 novembre 2008 01:54:41
avatar
Bonsoir

Pas étonnant qu'il vous ait plu, le Burgenland produit d'excellentes cuvées en rouge qui sont égales en qualité à ce qu'on peut trouver en France ou en Italie. Elles méritent certainement d'être découvertes car, sauf exceptions, les prix ne sont pas encore trop élevés.
En outre, Birgit Braunstein compte parmi les valeurs sûres de l'endroit et dispose d'un très bon terroir.

Voici les renseignements que j'ai sur ce vin.

L'Oxhoft est la meilleure cuvée du domaine (la seule en assemblage, je pense) à base de blaufränkisch, cabernet sauvignon et zweigelt. Je ne connais pas la proportion de chacun.
Les fermentations s'effectuent en cuves inox avec une macération longue (plus d'un mois).
Elevage de 24 mois en barriques de chêne français. Je ne connais pas non plus la proportion de fût neuf...mais il ne m'étonnerait pas qu'elle soit assez importante.
C'est une sélection qualitative parmi toute la production du millésime, pas une sélection sur base du terroir (ou d'un vignoble déterminé).

Pierre
Re: vins autrichiens
vendredi 21 novembre 2008 08:29:07
Merci pour ces renseignements. Cette soirée-là, les vins autrichiens ont gagné beaucoup d'adeptes, c'est vraiment étonnant qu'ils ne sont pas encore bien conus.
En ce qui me concerne, je compte à m'investir beaucoup plus, tant en rouge qu'en blanc, car les prix vont certainement augmenter. Il semble en plus que pas mal de vins autrichiens sont faits pour une longue garde (dont la cuvée Oxhoft).
Re: vins autrichiens
samedi 22 novembre 2008 16:05:38
avatar
Bonjour

Peu connu il faut dire d'une part du fait de la petitesse de la production, d'autre part du fait de la crise de 85 qui a plombé les exportations.

J'ai eu malheureusement hier 3 mauvaises bouteilles de suite (dont 2 du fait d'une mauvaise conservation) : un Zweigelt et un Spätlese (bouchonné) de chez Nekowitsch et un Blaufränkisch de chez Feiler-Artinger... vraiment dommage. L'honneur a été sauvé par un GV de Jurtschitsch et partiellement par une deuxième de Feiler-Artinger. Hélas, elle est passée après plusieurs grands vins Français et Italiens et de fait a paru bien terne (ce qui est tout à fait normal vu que c'est un vin simple).

Pour ce qui est de la garde, je dirais qu'ils ont toutes les qualités requises et notamment la plus important : l'acidité. En tout cas, jusqu'à présent, j'ai noté un potentiel de garde impressionnant sur tout ce que j'ai en cave... évidemment en tête, les TBA et autre Ruster Ausbruch. J'ai souvenir d'une magnifique bouteille de Blaufränkisch Marienthal 1996 chez Triebaumer l'an passé.

Bonne journée
vins autrichiens
dimanche 07 décembre 2008 21:49:31
avatar
Quelques vins d’Autriche goutés récemment dans des conditions peu propices aux analyses fouillées (portes ouvertes chez cavistes). Les quelques (premiers) 2007 goûtés laissent apparaître des vins bien structurés au bon potentiel mais avec moins de fruit et de richesse que 2006 (principalement en ce qui concerne les grüner veltliner). Mais impossible évidemment de tirer des conclusions générales sur un si petit nombre d’échantillons...
Note : mes préférés sont marquésd’une étoile.

Grüner Veltliner

Senfterberger Piri 2006 – Nigl (Kremstal) – 15,50 EUR
Nez explosif sur l’ananas, les fruits de la passion avec une touche florale. Expressif également en bouche, demi-corps. Elancé et fruité. Belle longueur fraîche. Immédiat et d’approche facile.
Senfterberger Piri 2007 – Nigl (Kremstal) – 15,50 EUR
Beaucoup plus réservé avec une belle colonne vertébrale et une finale finement épicée. Doit être attendu mais potentiel vraisemblable même s’il sera sans doute plus sévère que le 2006.
Difficile à apprécier aujourd’hui
Alte Reben 2006 – Nigl (Kremstal) – 21,00 EUR
Une grande maturité de fruit se dégage dès le premier nez (mangue, melon, abricot). Confirmation en bouche où le gras s’allie à une touche de surmaturité (raisin de corinthe) tout en étant bien contrebalancé par la minéralité et l’acidité sous-jacentes. Vin riche avec une très belle longueur. Marti Nigl m’a confié qu’il avait été récolté au niveau auslese mais vinifié en sec. *
Privat 2005 - Nigl (Kremstal) – 23,80 EUR
Structure dans la ligne du précédent avec un peu moins de richesse exotique mais davantage de minéralité. Touche fumée. Du gras et de la tension. Un classique.
Kammerner Renner 2007 – Schloss Gobelsburg (Kamptal) – 16,00 EUR
Déjà expressif au nez, sur la poire, les fruits jaunes mûrs. On retrouve cette belle maturité en bouche avec un équilibre gras / fraîcheur idéal pour le rendre facile à boire dès maintenant. Sans angles et assez féminin.
Rotes Tor Federspiel 2007 – Hirtzberger (Wachau) – 16,00 EUR
Arômes encore peu développés de pomme mûre, d’abricot et de miel. Contrairement à ce que l’on attendait, il fait preuve en bouche d’un structure bien nette avec beaucoup d’élan et de fraîcheur (pamplemousse, pomme verte). Concentration. Minéralité discrète. De la distinction.
J’aime beaucoup ce style. *
Schön Smaragd 2006 – Högl (Wachau) – 26,70 EUR
Nez actuellement assez fermé plutôt de type végétal et empyreumatique (herbes aromatiques, tabac blond) avec un peu d’abricot. Gras, puissant et plein en bouche. Soutenu par une très belle acidité mûre. Minéral et poivré en finale. Grande longueur. Très belle bouteille issue d’une parcelle caillouteuse, fraîche et très pauvre, en haut de coteau. *

Riesling

Senfterberger Piri 2006 – Nigl (Kremstal) – 23,40 EUR
Nez assez ouvert, minéral et végétal à la fois, un peu austère. En revanche, la bouche fait valoir un gras et une maturité que l’on ne soupçonnais pas. Acidité bien intégrée et belle finale fraîche. La concentration se cache derrière une certaine délicatesse.
Privat 2006 - Nigl (Kremstal) – 35,30 EUR
Comme pour le grüner veltliner « Alte Reben », la maturité de la vendange saute au nez (fruits jaunes, mandarine), touche florale. Richesse et complexité en bouche avec une belle structure. Equilibre magistral et beau retour de minéralité en fin de bouche. Grand riesling qui vaut son prix. *
Riesling 2007 – Schnabl (Weinviertel Westlich) – 11,50 EUR
Vin bio. Nez très pur sur les agrumes. La bouche bien mûre est de type léger avec beaucoup de douceur et un certain manque de charpente qui est assez atypique pour le cépage. Son charme délicat et sa fraîcheur le rendent très accessible aujourd’hui.
Oberhauser Smaragd 2007 – F.X. Pichler (Wachau) – 25,00 EUR
Nez profond et déjà expressif sur les agrumes (pamplemousse, mandarine), l’ananas et la pêche blanche. Concentré et complexe mais assez austère en bouche. Très belle charpente avec une fine acidité et une finale minérale. Longueur moyenne. Doit vieillir. Beau potentiel.
Steinmassel 2005 – Willi Bründlmayer (Kamptal) – 18,00 EUR
Vin bloqué aromatiquement qui aurait mérité une aération longue. Attaque carbonique. On devine beaucoup de finesse derrière une structure racée et un fruit citronné, épicé qui laisse augurer d’un futur agréable.
Schütt Smaragd 2003 – Knoll (Wachau) – 32,00 EUR
Bouquet de fruits jaunes très mûrs (ananas confit, abricot), miel de fleurs, avec des nuances minérales et fumées discrètes. Riche en bouche, du volume avec une minéralité impressionnante (et non pétrolée) mais une acidité (basse) tellement couverte qu’elle fait apparaître l’ensemble un peu mou alors que la longueur aromatique est très belle. Vin déconcertant qui plaira aux amateurs de riesling plus élégants et délicats que structurés.

Chardonnay

Darscho 2006 – Velich (Burgenland-Neusiedlersee) – 26,60 EUR
Nez très réservé où l’on devine les fruits blancs et des nuances végétales agréables. En bouche, il reste sur la structure avec une fine touche boisée, de la concentration et de la fraîcheur. Très équilibré et assez minéral en finale. Vin de repas qui doit évoluer aromatiquement.
Tiglat 2006 – Velich (Burgenland-Neusiedlersee) – 46,90 EUR
Nez tout aussi discret mais on sent déjà le surcroît de maturité et de densité (vigne de 50 ans) et on est plus sur les fruits jaunes et les herbes aromatiques. Beaucoup de fond en bouche avec une belle minéralité. Elégant et plein. Boisé imperceptible. Très belle longueur. Loin de son optimum bien entendu. Son manque d’emphase actuel le dessert mais le potentiel est bien présent.

Blaufränkisch

Blaufränkisch 2007 – Moric (Burgenland) – 16,90 EUR
Vin simple avec un joli fruit presque primeur. Juteux mais manque de concentration. Beaucoup trop cher.
Blaufränkisch 2005 – Krutzler (Burgenland) – 13,00 EUR
Entrée de gamme de ce domaine. Nez discret sur le cassis et la gelée de fruit. Finement structuré en bouche mais manquant un peu de fond et de charme en l’état.
Neckenmarkter 2006 – Moric (Burgenland) – 30,70 EUR
Fruits rouges mûrs au nez ; beaucoup de fraîcheur en bouche, souple. Concentration très moyenne. Finale nette. Encore une fois beaucoup trop cher.
Lutzmannsburg Alte Reben - Moric (Burgenland) – 60,80 EUR
Vignes agées de 40 à 90 ans sur des coteaux très caillouteux (une partie d’origine volcanique)
On dégustera quatre millésimes différents : 2006, 2005, 2003 et 2001.
Les quatre se différencient davantage par leur âge (plus d’évolution donc davantage de fondu et de présence aromatique) que par leur constitution de base.
Nez de petits fruits mûrs (cerise, fraise cuite), de ronces, ajoutant avec les années le tabac blond et le cuir. Intensité moyenne. Les bouches démontrent une matière discrète mais présente avec des tannins finement extraits et une magnifique élégance. Finale longue. Le 2001 est particulièrement réussi et fait penser à un très beau côte de nuits par sa texture. Le 2006 devrait suivre la même trace. 2005 (un peu plus austère) et 2003 (plus juteux et plus riche mais moins fin) m’ont paru un peu en retrait.
Profil assez atypique mais intéressant du cépage. Et on peut toujours se poser la question du prix même si on est en présence de très belles bouteilles...
Reihburg 2002 – Schiefer (Burgenland) – 45,00 EUR
Issu de l’Eisenberg coteau orienté SSE à la frontière hongroise riche en fer. Parcelle située dans une partie plus lourde de ce vignoble.
L’origine se manifeste immédiatement avec ses notes minérales, de sous-bois, de thé noir et de menthol associées aux fruits noirs. Grande finesse et personnalité affirmée en bouche. Déjà fondu avec une belle matière concentrée sous-jacente . Longueur entêtante. Aucun « tape à l’oeil » mais un « sérieux » qui impressionne. *
Szapari 2003 – Schiefer (Burgenland) – 23,50 EUR
Même provenance sur une partie plus pauvre du coteau. Nez très fermé où l’on devine les fruits rouges et un léger boisé (chicorée torréfiée). Même nuances minérales que le Reihburg sur une bouche très élancée de concentration moyenne. En revanche, retour du fruit en finale et belle longueur.

Autres cépages & assemblages - blancs

To 2006 – Velich (Burgenland-Neusiedlersee) – 14,00 EUR
Assemblage de chardonnay, welschriesling et sauvignon
Vin d’entrée de gamme bien fait mais qui n’accroche pas. Somme toute assez banal.
Zierfandler Mandel-Höh 2006 – Stadlmann (Thermenregion) – 20,00 EUR
100% zierfandler
D’abord réservé, il s’ouvre à l’aération sur la pêche, l’amande grillée, l’ananas confit et le tabac blond. Mûr (voire surmûri), dense et ample en bouche tout en restant parfaitement sec. Une touche du fumée et une minéralité inattendue s’associent à une fine amertume pour soutenir la fin de bouche. Grande longueur et potentiel certain. *
Weissburgunder Kleedorf 2006 – Hammerschmidt (Kremstal) – 13,50 EUR
100% pinot blanc
Fruité (pêche blanche, raisin,..) et floral. Demi-corps avec un léger perlant à l’attaque. Tendu mais peu développé aromatiquement. Finale minérale. Moins directement accessible que les pinots blancs alsaciens. Mérite un peu de garde pour s’exprimer.
Seewinkel Beerenauslese 2006 – Velich (Neusiedlersee) – 17,15 EUR (37,5 cl)
Assemblage de chardonnay, welschriesling et bouvier
Jus de concentration très moyenne avec le sucre à l’avant-plan ce qui le rend un peu doucereux. Néanmoins beaucoup de finesse. Pourrait devenir plus attractif lorsqu’il aura « digéré ses sucres ».
Schoschto Beerenauslese 2005 – Velich (Neusiedlersee) – 19,40 EUR (37,5 cl)
Assemblage de chardonnay, sauvignon et welschriesling
Nez bien plus complexe (abricot sec, écorce d’orange, épices douces). Magnifique compromis en bouche entre puissance, maturité et fraîcheur. Sucre très bien intégré. plutôt de type surmûri que botrytisé. Grande longueur.

Autres cépages & assemblages - rouges

Pannobile 2006 – Judith Beck (Neusiedlersee-Burgenland) – 23,50 EUR
Assemblage de zweigelt, blaufränkisch et saint-laurent.
Bouquet encore empreint de son élevage avec des nuances balsamiques et vanillées puis fruits noirs mûrs. Beaucoup d’élégance en bouche avec une matière mûre qui confère une belle présence à l’ensemble. Demi- corps bien équilibré. Finale longue, torréfiée et vanillée. Doit encore se fondre. *

Pierre
Re: vins autrichiens
lundi 15 décembre 2008 16:04:38
avatar
A DIDIERV

Je sais ma réponse tardive mais je n'avais pas vu votre liste de vins. Comme j'en connais certains, je vous donne mon avis...

Les 6 premiers vins sont à boire immédiatement. Ce ne sont pas des vins de garde.

Le 7 est d'un excellent propriétaire (problème, il y a plusieurs Nittnaus...) et compte tenu que c'est un TBA, sans doute au minimum une bonne dizaine d'année de vie.

++
Re: vins autrichiens
mercredi 28 janvier 2009 14:20:11
Bonjour,

J'ai dégusté hier mon premier Gruner Veltliner. J'avais entendu de très bonnes choses sur ce cépage et donc me suis lancé avec:

Salomon Undhof, Groovey, Gruner Veltliner 2007. Ce vin vient de la région de Niederosterreich (il me semble?!!?) et est Qualitatswein Trocken.
Un vin assez bizarre je dois avouer mais pas déplaisant. Déguster avec un wok, le vin ne faisait qu'appuyer les épices (au lieu de les contenir) apportant une touche amère et salé au final. En bouche le vin est très poivré et présente des saveurs de pommes.

Mon marchant local vend cinq ou six références d'un producteur autrichien nommé Huber. Quelqu'un connait-il ce domaine?

Bien à vous

Pierre
Vins autrichiens
mercredi 28 janvier 2009 17:34:31
avatar
Quelques bouteilles dégustées (au restaurant) lors de mon dernier voyage en Autriche.
Les notes ont été retranscrites de mémoire dans la soirée suivant le(s) repas.

Saint Laurent Goldberg 2004 – Birgit Braunstein (Purbach – Neudsiedlersee/Hügelland)
100 % Saint Laurent - Terroir calcaro-schisteux à forte teneur en fer – Vinification en tank inox – Elevage 12 mois en foudre. Prix au domaine entre 10 et 15 EUR

Robe sombre (rubis presque noir). Nez très profond sur la violette, le nougat, la cerise noire.
L’attaque est « enveloppante » avec des tannins crêmeux bien fondus donnant juste ce qu’il faut de charpente à un fruit ample, bien prégnant, sur la cerise et la prune mûre. Une touche de menthol et d’anis ajoute un surcroît de fraîcheur. Les notes de bois s’imposent en peu plus en finale tout en demeurant bien intégrées. Belle longueur. Très accessible aujourd’hui.

Kreuzjoch 2006 – Josef Wurzinger (Tadten – Neusiedlersee)
Assemblage zweigelt, blaufränkisch, merlot, cabernet sauvignon, saint-laurent. Terroir de fine argile brune sur cailloutis. Elevage en barrique. Prix au domaine entre 10 et 15 EUR.

Belle robe grenat. Encore très marqué par l’élevage (moka, coco) puis fruits confits et des notes beaucoup plus épicées que le Goldberg.
Beaucoup de finesse à l’attaque. Les tannins sont bien polissés et soutiennent une matière dense et mûre dont on pressent la future complexité. Davantage de fruits rouges et de fond que le Goldberg. Plus « masculin » mais avec une très élégante finale. Excellent vin en devenir.

Grüner Veltliner Gebling 2007 – Sepp Moser (Rohrendorf – DAC Kremstal)
100% grüner veltliner – Domaine en bio-dynamie – Terroir de loess en coteau pentu – Vinification inox et mise précoce. Prix au domaine 9,50 EUR.

Robe claire. Beaucoup de fraîcheur au nez sur les agrumes mûrs avec des notes florales. Evolue ensuite sur un côté plus épicé (cardamome).
Attaque très droite. Bouche longiligne et fruitée. Nette et pure, mais sans grande complexité ni large envergure. Vin de plaisir immédiat avec une fraîcheur désaltérante mais qui ne possède ni le gras ni la minéralité que l’on pourrait attendre de ce type de vin. Néanmoins très plaisant à table.

Riesling Von Den Terrassen 2007 – Sepp Moser (Rohrendorf – DAC Kremstal)
100% riesling – Domaine en bio-dynamie (Demeter) – Terroir de loess et roche calcaire primaire en décomposition – Vinification inox. Prix au domaine 9,50 EUR.

Jaune vert cristallin. Nez ouvert et précis sur le citron et des senteurs plus végétales. A l’aération évolution vers le pamplemousse, la menthe et la mandarine.
Attaque très nette, très fruitée. Elancé en bouche avec un peu de gas qui disparaît vite pour laisser poindre une belle minéralité. Structure enrobée mais verticale. La finale est plutôt tendre avec un peu d’amertume. Très jolie bouteille bien plus intéressante que le grüner veltliner.

Roter Veltliner Riesmein 2007 – Stephan Mehofer / Neudeggerhof (Neudegg – Wagram)
100% roter veltliner – Culture bio – Terroir de loess – Vinification inox. Prix au domaine environ 8 EUR.

Jaune vert. D’abord discret, le vin s’ouvre dans la demi-heure sur des notes d’agrumes (pamplemousse puis orange), d’ananas confit et de mirabelle. Ensuite la minéralité s’installe à leur côté.
Ferme en bouche avec une belle minéralité épicée. Plein voire presque tannique mais avec une belle finesse malgré tout. Un peu de gas pour soutenir le tout.
Longueur moyenne. Peut (et doit sans doute) évoluer.
Intéressante découverte que ce cépage.

Riesling Smaragd 2006 – Paul Stierschneider Urbanushof (Oberloiben – Wachau)
100% riesling. Pas d’autres infos, hélas. Très petit domaine(5 Ha)

Nez assez expressif d’abord minéral et épicé puis évolution vers le miel et l’écorce d’orange.
Attaque ronde et pleine. Très étoffé en bouche avec une minéralité omniprésente et une acidité assez basse pour un riesling (d’ailleurs, à l’aveugle, on aurait pu le prendre pour un grüner veltliner...).
Beaucoup de maturité et d’ampleur avec un fruit qui ressort en fin de bouche.
Longue finale.
Vin à la personnalité affirmée très marqué terroir par sa densité, son minéral, ses épices.
Pas l’égal des tout meilleurs en complexité et puissance mais jolie bouteille.

Pierre
Re: vins autrichiens
mercredi 28 janvier 2009 17:40:32
avatar
Bonjour Pierre,

Je vois ton message en postant le mien...d’où ces quelques infos « périphériques ».

Le grüner veltliner présente parfois / souvent des notes poivrées associées à la pomme mûre. C'est donc assez typique du cépage.
Je pense que les notes salées et amères pourraient provenir de l'association avec le met; simple hypothèse toutefois...

Cela dit, je ne connais pas ce vin ni ce producteur sis à Stein a.d. Donau (Kremstal - Niederösterreich effectivement).
J'ai toutefois consulté ma documentation et voilà ce qu'en dit le guide Falstaff qui est une référence en Autriche :
"Jaune vert clair. Au nez, senteurs fraîches de pommes jaunes, d'herbes aromatiques douces avec une touche d'ananas. En bouche, juteux sur la poire mûre avec une fine acidité. Déjà très accessible. Vin de soif sans complication". Pour ceux qui aiment les notes : 87/100.
C'est une entrée de gamme donc plutôt vin de type variétal que de type "terroir".
Plus d'info sur le site (en allemand ou anglais : www.salomonwines.at).
Ce vin n'est pas repris dans leur production habituelle, donc il s'agit sans doute d'une cuvée élaborée exceptionnellement en 2007...

Quant à Huber, je ne connais pas non plus mais il y a des chances qu'il y en ait plusieurs (patronyme assez courant). Donc, prénom de rigueur...

Pierre
Re: vins autrichiens
mardi 03 février 2009 14:06:51
Bonjour Pierre,

Merci pour ces précisions. Tu as l'air de bien t'y connaitre en vins autrichiens. Je me perds encore en lisant les étiquettes! Mais ça va venir doucement.
Suite à la dégustation du précédent Grüner, entrée de gamme (bien vu!) je suis passé à la vitesse supérieure en ouvrant un autre Gruner d'un différent calibre (en terme de prix aussi!).

2006 Markus Huber, Grüner Veltliner "Berg", Traisental

Le nez est complexe, très aromatique et vibrant présentant des arômes de pommes et poires avec épices. Le vin a beaucoup de corps et est puissant. En bouche, les épices s'entremêlent et disparaissent doucement laissant place à une superbe finale de poire séchée. Incroyable. Délicieux! Je pense qu'un vin comme celui-ci peut se garder facilement 10ans..

Un vin totalement différent que le Salomon Groovey. C'est impressionnant. Le premier était très léger, celui-ci est un monstre.
Vivement conseillé.

Pierre
Re: vins autrichiens
mardi 03 février 2009 19:32:59
Bonsoir,

Heureuse surprise d'entendre parler de Markus Huber sur un forum francophone. En effet, le domaine ne se trouve pas dans une région des plus connues pour les vins en dehors d'Autriche. Le Traisental est une région "satellite" de la Wachau se situant au sud de Krems. Bien que très jeune, il fait beaucoup parler de lui dans la presse autrichienne qui le considère comme une révélation à suivre car il semble pouvoir tirer de son terroir des vins d'une qualité égale aux meilleurs de Kremstal et Kamptal (Gobelsburg, Nigl par ex.).

Pour revenir au Grüner Veltliner, oui c'est un monstre de concentration, et d'alcool à plus de 14°, mais c'est une caractéristique commune à beaucoup de GV et Riesling en 2006, reconnue comme étant une année exceptionnelle ici en Autriche.
Berg est sa "cuvée" haut de gamme, élevée en barrique bois. Côté longévité, j'essaie de me tenir éloigné de ma dernière bouteille ... En attendant, j'ai repris du 2007 qui devrait être un peu moins concentré. La rançon du succès : de 18€ pour le 2006 on passe à 23 pour le 2007. On rejoint donc les prix des Nigl et autres Gobelsburg.

Si vous avez l'occasion de goûter aussi le Riesling Berg, ne pas hésiter !

Cdt,
Fred
Re: vins autrichiens
mardi 03 février 2009 20:00:13
avatar
Bonsoir Pierre

Merci pour ce retour et les commentaires sur un vin de ce domaine que je ne connais pas du tout.
Je suis heureux, mais pas surpris, que cela t'ait plu car on se trouve manisfestement devant un des tout bons GV d'Autriche.
Si tu veux plus de renseignements et que tu lis un peu l'allemand, le site du domaine est très complet avec des fiches techniques sur tous les vins dans plusieurs millésimes (www.weingut-huber.at).
Quant à Falstaff, il cote le 2007 à 95 (une des meilleures notes du millésime). A mon avis, le 2006 est de ce niveau car c'est un très grand millésime GV en autriche (vins racés et riches à la fois).
Tu as bien fait de céder à ta curiosité car, plus j'en déguste, plus je me fais plaisir avec ce cépage rendant bien les caractéristiques de son terroir.
Je te souhaite d'autres découvertes de ce genre (et fais nous en part !)

Pierre
Re: vins autrichiens
jeudi 05 février 2009 00:23:50
Bonsoir,

Quel potentiel en Autriche! J'ouvre mes premières bouteilles et suis sur d'être loin d'ouvrir les dernières.
Merci Pierre et Fred pour vos commentaires.
Les vins autrichiens semblent effectivement assez chers. Mon shop local vend le Riesling Berg pour 25€.. Que faire ? ... smiling smiley
Je lis très très peu d'allemand et n'ai jamais mis les pieds en Autriche mais cela pourrait changer rapidement!

Bien à vous,

Pierre
Re: vins autrichiens
jeudi 05 février 2009 21:11:33
avatar
Pierre

Effectivement, c'est un souci sad smiley

Quelques domaines ont une vente en ligne mais souvent limitée à l'Autriche et l'Allemagne, sans doute par défaut (pousser plus loin ?).
Des cavistes autrichiens ont également une vente internet.
Il faudrait voir s'ils livrent en France / Suisse / Belgique / Luxembourg (je ne sais pas où tu es) et vérifier que les frais de port ne vont pas plomber le total qui ne serait ainsi pas plus favorable. En lisant ton post, j'ai eu envie de découvrir ce Berg et je l'ai trouvé en Belgique à 23,50 EUR chez un caviste dont je n'avais jamais entendu parler !!

La meilleure des solutions reste cependant l'achat sur place si l'on veut un prix plus favorable, encore faut-il pouvoir le faire, ce qui n'est pas évident non plus...

Mais, malgré les prix élevés, il faut relativiser et bien voir ce que l'on a dans le verre (ailleurs) pour le (même) prix : je ne suis pas sûr que le rapport soit si défavorable que cela...

Pierre



Modifié 1 fois. Dernière modification le 05/02/09 21:14 par peterka.
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent publier dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter

En ligne(208)

Anonymes: 195
Record de membres connectés: 90 le mercredi 13 mars 2013 17:44:39
Record d'anonymes connectés: 936 le mardi 20 novembre 2012 19:04:22
    -L´abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération

© www.lapassionduvin.com, 2006