Bienvenue! Identification Créer un nouveau profil
lapassionlogo1
 
Home Qui sommes-nous ? Nos archives La charte Forum Recherche Liens amicaux Millésimes Mail

Ch de Roquefort Robrum Obs...

Envoyé par hervé74 
Ch de Roquefort Robrum Obs...
lundi 18 novembre 2002 12:48:37
...curum 1999.

Un ami sommelier m'a longtemps parlé de ce vin et j'ai toujours reporté mon "apprentissage". La sortie de la RVF de ce mois m'a poussé à  le goûter (pavé sur le 2000 en vin découverte).

Quel superbe vin. Un nez sur le fruit qui se complexifie vers les épices, la cannelle, la terre. On retrouve cette bouche complexe sans être surchargée. Le fruit noir et mûr s'impose en attaque avant de laisser la place au poivre, aux épices, au cuir et à  la terre. La structure est superbe, puissante, les tannins sont élégants même s'ils ne sont pas encore fondus. La longueur est impressionante, et le potentiel semble important (10/15 ans). J'en garni ma cave de quelques jumelles en remerciant mon ami pour cette découverte et en attendant le 2000.
Re: Ch de Roquefort Robrum Obs...
lundi 18 novembre 2002 13:20:53
Tout est bon chez eux, de la simple cuvée "Gueule de loup" en passant par "Les Mûre" très bon rapport qualité prix.
Il y a aussi la cuvée "La Pourpre" mais je ne l'ai pas encore gouté .
Re: Ch de Roquefort Robrum Obs...
lundi 24 février 2003 13:24:35
Très bon également le blanc cuvée "les Genêts". A mes yeux ce domaine est sans doute ce qui se fait de mieux actuellement dans l'appellation Côtes de Provence. Vins à  la fois puissants et élégants, gardant de la fraîcheur et sans boisés extravagants. Attention quand même : les deux cuvées de rouge "haut de gamme" La Pourpre et Robrum Obscurum sont chères par rapport aux autres vins de l'appellation (environ 20 à  25 Euros à  la propriété) ce qui les placent au niveau de prix des vins du Domaine Richaume, également très bons mais dans un style plus "international" (beau boisé élégant mais marqué).

Ph. Barret
Ch de Roquefort Robrum Obscurum 99
jeudi 03 avril 2003 12:43:02
Je vais apporter ma petite pierre à  l'édifice, en même temps qu'un petit bémol aux commentaire élogieux qui ont été déjà  faits sur ce vin.
Disons que j'ai été moyennement emballé!

Cette bouteille, issue de VV de grenache, carignan et mourvèdre, m'a été offerte par Bénédicte Tissot lors de mon dernier passage dans leur caveau en Arbois, ce vin faisant partie de leur sélection de "vins des copains" que l'on peut découvrir là -bas (ils sont vraiment très ouverts, ces Jurassiens!).

Un vin très extrait, à  la couleur violine. Les touches boisées que l'on sent de prime au nez et en bouche s'estompent rapidement pour laisser parler un fruit très (trop?) mûr, légèrement épicé avec une petite pointe d'amertume et un peu d'astringence en finale. Les tanins sont très fins, et le boisé, de qualité, prêt à  se fondre.
Tout en reconnaissant son gros potentiel, j'avoue être gêné par ce côté très mûr, limite écoeurant, qui alourdit considérablement le vin.
A attendre, c'est certain, mais je lui ai préféré l'élégance du Pradeaux 96, malgré ses imperfections.

Olif
Re: Ch de Roquefort Robrum Obs...
jeudi 05 juin 2003 23:27:01
Bu récemment le VDP 100% grenache du domaine de Roquefort en 2000, très beau, moins lourd et plus finement travaillé.

Les Mures 2001, qui présente beaucoup descaractéristiques du Robrum, a necessité une longue oxygénation.(bbb)
Re: Ch de Roquefort Robrum Obs...
lundi 22 décembre 2003 14:19:45
Je viens de boire à  midi sur une belle poularde fermière le Robruym Obscurum 2000 du Château de Roquefort (carafé 1h seulement). Je confirme tout le bien que je pense de ce vin (malgré un prix que je pense excessif). Il n'y a aucun motif d'écÅ“urement dans ce vin au contraire marqué par une belle fraîcheur (terroir en altitude). Il a presque un côté bourguignon, ce qui est rare en Provence. Tout en possédant une belle matière mûre mais sans excès et des arômes sudistes.
Je passe demain à  la propriété. Si j'ai le temps de déguster, je vous parlerai de mes impressions.

Ph.B.
Re: Ch de Roquefort Robrum Obs...
samedi 26 juin 2004 21:48:39
Château de Roquefort - Les Mures 2001

Nez charmeur et parfumé, plein, sur des grappes entières de fruits rouges mais avec aussi des notes d'un boisé assez fin et élégant. Bouche charnue, chaleureuse. Tannins massifs, imposants qui se civilisent lentement dans le verre. Belle matière, belle amplitude et amertume présente. C'est une excellente entrée en matière. Mais la finale dépasse tout cela avec un fruité net et dévastateur! La groseille, la framboise et surtout la mure sauvage. J'ai la sensation de cueillir les baies en temps réel. Rarement cuvée n'a portée aussi bien son nom! Et cela dure de longs instants. Très joli vin.



Jean-Claude
Re: Ch de Roquefort Robrum Obs...
dimanche 16 juillet 2006 09:35:56
avatar
Château de Roquefort Cuvée Robrum Obscurum 2001
J'ai ouvert ma première bouteille de 2001 samedi soir. Je persiste et signe : on a affaire à un grand vin de Provence. Il n'y a rien de tapageur et de bêtement séduisant dans ce vin. C'est de la fraîcheur, de la finesse et une belle matière tendue, construite autour d'une ligne portée par une belle acidité et aux arômes complexes bien qu'encore nettement trop jeune. Un vin "digeste" malgré ses 14° revendiqués et qui a mis en relief toute la lourdeur du Gauby Vieilles Vignes 2000 qui suivait, épais, un peu écœurant (syrah du sud... winking smiley ). Robrum Obscurum est composé de vieux grenache (60 ans) et carignan et de mourvèdre un peu plus jeune.
Après cette première bouteille j'ai décidé d'en ouvrir deux autres dans un an et le reste dans trois ans (et... d'acheter du 2004 !)


Philippe
Re: Ch de Roquefort Robrum Obscurum
samedi 01 septembre 2007 22:30:49
avatar
Deuxième bouteille ouverte du Château de Roquefort, Cuvée Robrum Obscurum 2001 et encore plus de plaisir que la première fois. Le vin commence à se fondre dans une matière riche mais délicate, joliment parfumée de touches fruitées nettes et pures. Ça me fait penser à un beau châteauneuf du pape (il en a les cépages et.... le prix !). Pour moi, cette cuvée dans ce millésime est tout simplement le plus beau côtes de provence jamais dégusté. J'ouvrirai les 4 bouteilles qui me restent au fil des années à venir et je pense qu'elles se bonifieront sensiblement.

Philippe
Château de Roquefort Corail 2006
dimanche 30 septembre 2007 20:20:51
avatar
Château de Roquefort Corail 2006

Un très bon Côtes de Provence rosé et une expérience rigolote.
Ouvert sur un Poulet Tandoori, gratin de pommes de terre.
Bouchon Nomacorc étampé.
Ayant servi ce vin au mariage de mon frère, j'en avais surtout conservé le souvenir d'un CO2 important à l'ouverture. Et c'est peu de dire que cette bouteille a confirmé cette impression ! spinning smiley sticking its tongue out Que je vous raconte cette anecdote avant de passer aux commentaires de dégustation proprement dits.
Bon, j'ouvre, je goûte et confirmation d'un perlant excessif. Je me décide donc à secouer un peu la bouteille afin d'évacuer le trop plein de CO2. Je rebouche, 2/3 retournements de bouteilles et là, PCHHHITTTT, un trait de rosé traverse le salon sur 3 mètres !! grinning smiley OUAOUH!! Un vrai champion sur un podium de F1 smiling smiley
En étudiant la question au microscope atomique, je me suis rendu compte que j'avais traversé le bouchon synthétique sur 1 millimètre et que c'est par ce minuscule trou que le jet est passé. Curieuse expérience non ?!

Revenons au vin une fois dans le verre.
Robe rose framboise assez foncée, aux reflets brillants.
Très beau nez sur les fruits rouges (framboise, groseille) avec des entournures poivrées qui lui apportent de la longueur.
Bon, la première attaque reste déséquilibrée par ce perlant en excés dont il sera difficile de se débarrasser (la prochaine, je la carafe). Une fois l'ensemble apaisé, ce vin ne joue clairement pas sur les registres de la rondeur et de la puissance facile.
Belle élégance en bouche toujours sur les petits fruits rouges avec une acidité assez forte qui lui apporte de la fraîcheur. Aucune sucrosité perceptible et la matière cristalline me font alors penser à un compromis entre un beau vin blanc et un rouge léger.
Très bel accord sur la viande et sans aucun doute sur les poissons nobles.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 01/01/10 20:13 par oliv.
Château de Roquefort Les Genêts 2006
vendredi 05 octobre 2007 21:21:32
avatar
Château de Roquefort Les Genêts 2006


Côtes de Provence Blanc. Bouchon identique à celui du Rosé Corail.
Je vous laisse lire la très élégante "contre" étiquette, un modèle du genre pour moi, informative, concise, sans faire de retape et qui évite les banalités d'usage style grand vin, blabla, élévé en fût de chêne blabla.



Robe jaune paille très claire et parfaitement limpide. Les photos rendent un trouble dû à la buée sur le verre dû choc thermique à la sortie du frigo.

Premiez nez assez fermé, le vin est un peu froid. Va s'ouvrir sur des notes typiques du vermentino, sur la poire et les fruits blancs. Au réchauffemment, les arômes deviennent follement appétissant.
En bouche, l'ensemble est plus austère. La matière grasse et l'acidité équilibrée sont véritablement splendides. En gros, le toucher de bouche est magistral. En revanche, au point de vue arômatique, l'ensemble est un peu serré, étriqué . Soit ce nez enjoleur appelle des promesses de parfums non tenus en bouche, soit un petit peu d'aération lui aurait été bénéfique. Les arômes de fruits blancs sont là mais ont tendance à s'effacer rapidement, sans pour autant que la colonne vertébrale de ce vin ne s'effondre. En gros, ce vin démarre fort mais reste bloqué avant d'atteindre son altitude de croisère et permettre au passager de profiter du voyage. spinning smiley sticking its tongue out
A revoir.
Après une cuvée Les Mûres 2001 magnifique, de bons blancs et rosés à tarifs honnêtes, ce domaine va définitivement rester dans mes adresses à suivre. thumbs down





Modifié 1 fois. Dernière modification le 25/10/08 23:52 par oliv.
Re: Château de Roquefort Les Genêts 2006
dimanche 20 janvier 2008 23:38:07
Bonsoir,

Les Genêts 2006
Vin blanc qui représente 10% de la production du Château de Roquefort.
Le nez exhale des notes florales très vives de fleurs d’amandier et de violette, d’herbes aromatiques (puisque nous sommes en Provence, la tentation est grande de penser au thym et à la farigoule !),et de fleurs des champs, avec leur cortège d’arômes miellés.
La bouche est grasseyante, évidemment mellifluente. Goût de frangipane à la liqueur de rose et de violette. De légers amers toutefois, par l’apparition de l’amande de la noix ou du brou.

Les Mûres 2003 (Grenache, Carignan, Syrah, Cabernet et cinsault)
La Cuvée tient son nom des mûriers qui entourent les vignes.
Savante alchimie de cinq cépages et magnum opus d’un vin qui présente des similarités avec Les Genêts : éclosion de violettes, de roses, en épiphanie plus vive de flaveurs de fruits confiturés (groseilles…). Notes animales.
La bouche magnifie des amers de pamplemousse cuit (si tant est qu’on les aime) et, à l’inverse de la coupe amère dont les bords sont enduits de miel, l’appât gustatif de ce millésime se trouve plutôt dans le sucré du cassis et du bonbon à la violette qu’elle finit par répandre. De fait, le vin décline des aigre-doux qu’il serait plaisant d’associer à des festivités culinaires provençales qui associent olive et citron confit.

Les mûres 2004
La robe se veut sombre, le nez diffuse les caractéristiques plus marquées encore des plantes aromatiques qui dévident l’écheveau de la réglisse, à travers la trame d’odeurs plus terriennes et plus herbeuses du salsifis et du radis noir. D’ailleurs, celles-ci donnent en fin de bouche une acidité très marquante, bouche qui pourtant s’est régalée de fruits compotés.
Le vin est arrivé à maturité.

Les mûres 2005
Le nez est vif et flatteur, mais il « renarde » un peu. En fait, il met en exergue des odeurs de fourrure, que vont suivre des notes d’airelle, de menthe, puis d’eucalyptus pour soumettre un léger camphré.
La bouche est envahissante de chaleur, et les lèvres trempent dans l’écume de confiture de cerise et de cassis, agrémentée de parfum de thym et de laurier-sauce. Même finale, étonnamment vive et ragaillardissante par son acidité.

Rubrum Obscurum 2001 (en magnum)
Nom de la cuvée qui me plaît beaucoup pour le principe : transcription latine de « rouge sombre… » en référence à la couleur effectivement presque noire de la robe.

Le nez est enjôleur, sur le fruit (fraise, framboise) et marqué d’impressions florales (rose) et épicées (baie rose). Un petit côté vinaigre balsamique. Il est à bouche que veux-tu de fraises et d’épices (cumin) et procure une immense sensation de chaleur pour rappeler en finale une très forte acidité. Les paysages rudes et ensoleillés de Giono se dessinent dans le verre…

Rubrum Obscurum 2004
Le nez développe de façon plus ample les caractéristiques des vins précédents (herbes aromatiques – romarin – fraise, poivre et baie rose). La bouche déploie l’éventail pâtissier de la frangipane, de l’amande amère, emprunte les accents sudistes de la réglisse, se termine magistralement sur des tannins fondus et souples. Beaucoup moins d’acidité dans ce millésime.

Rosé Corail 2007 (Grenache, Syrah, Cinsault, Carignan, Vermentino, Clairette)
Le nez nous transporte au-delà de la Méditerranée pour retrouver les odeurs du loukoum à la rose et à la menthe, le citron frais et confit. Puis plus au sud de l’Afrique encore, avec l’ananas. La bouche est très fraîche, vive et confirme l’orientalité annoncée du nez. Du pamplemousse rose en finale pour un doux-amer au poivre de Setchouan. Originalité et prouesse dans un rosé de Provence qui donne envie de relire les poésies de Mistral !

Isabelle
Re: Château de Roquefort Les Genêts 2006
lundi 10 mars 2008 22:29:59
avatar
Château de Roquefort - Les Mûres - Côtes de Provence - 2004



Rien à redire sur le bouchon, impeccable.
La robe est encore très jeune, violacée, brillante, quasi luisante. Très léger dépôt visible au travers de la bouteille.
Le nez est muet, fermé de chez fermé et il faut un sacré coup de poignet pour arriver à lui décrocher quelques notes de framboise.
Je passe le tout en carafe en espérant une petite ouverture.
Sur 2 jours, ce vins restera assez mutique, ce qui m'inquiète un peu en l'état et au lu du commentaire d'Isabelle qui a jugé ce vin comme prêt à boire, il y a 2 mois.
L'attaque est, elle aussi, peu aromatique, quelques minces notes de fruits rouges transparaissent, un chouia d'olive noir en milieu de bouche mais rien de bien évident.
Une seule chose sauve ce vin et ma dégustation : une très belle acidité qui crée une jolie fraicheur, un équilibre que je qualifierai d'acidulé et qui est somme toute, bien agréable.
Mais ça fait un peu juste pour créer l'enthousiasme...
A revoir en espérant mieux !





Château de Roquefort Les Genêts 2007
mardi 22 juillet 2008 09:45:24
Le vin délivre d’entrée des arômes de fruits blancs très appétissants que l’on retrouve en bouche. Finale fraîche. Un bémol, à mon goût, ce vin est plus fait pour l’apéritif que pour la table car manquant un peu de matière, de densité.
Il reste très séduisant quand même.

Cordialement,
Patrice T
Re: Château de Roquefort La Pourpre 2000
mercredi 30 juillet 2008 08:37:57
avatar
Château de Roquefort La Pourpre 2000

CE vin semble un peu méconnu sur LPV, puisque je n'ai trouvé aucun CR le concernant. Il s'agit d'une cuvée produite à un peu plus de 6000 bt, et 300 ou 400 magnums. Comme le dit la contre étiquette, la particularité de ce vin est qu'il est issu de Syrah et Carignan vinifiés en même temps (dans la même cuve) et à parfaite maturité. Les proportions ne sont pas mentionnées. Le vin est élevé en demi-muids et non-filtré. Les vendanges eurent lieu les 5-6 octobre pour la Syrah, et le 9 pour le Carignan. Ce vin est un vin de garde, lit-on encore. En tout cas voilà une contre-étiquette utile, ce qui est rarement le cas!

La robe est encore rouge rubis très foncée, brillante, aucune trace d'évolution. Le nez est d'abord un peu réduit mais s'ouvre assez rapidement dans le verre. Des arômes de violette et d'eucalyptus accompagnent un nez de fruits rouges intense. EN bouche la matière est dense et soyeuse, le fruit s'exprime sur toute la longueur (belle par ailleurs) et la finale est épicée. Tout cela porté par une acidité qui me semble très forte, mais qui ne me dérange pas. Cela dit je serais curieux de savoir si d'autres la trouveraient "excessive".

J'ai adoré ce vin, comme à chaque fois que je l'ai bu (6 fois depuis fin 2002).

Je pense que ce vin est encore très jeune, et je serais curieux de le goûter encore dans 5 ans et dans 10 ans. D'autres LPViens connaissent-ils ce vin?

Bonne journée,

JC
Re: Château de Roquefort La Pourpre 2000
mercredi 30 juillet 2008 20:04:29
avatar
Merci JC pour ce splendide CR sur une cuvée dont j'ignorais l'existence.thumbs down
Re: Château de Roquefort La Pourpre 2000
mercredi 30 juillet 2008 22:59:47
avatar
Merci Oliv. Et en plus l'étiquette est magnifique. La mienne est trop abîmée, mais je vais essayer de la trouver.

A+

JC
Re: Château de Roquefort La Pourpre 2000
mercredi 30 juillet 2008 23:21:56
avatar
J'aime également beaucoup les étiquettes pleines de précisions utiles pour l'amateur curieux.
A noter que Raimond de Villeneuve a totalement revu le graphisme de ses étiquettes pour une gamme dorénavant très moderne.


Re: Château de Roquefort La Pourpre 2000
jeudi 31 juillet 2008 10:01:05
avatar
Bouteille terminée le lendemain: décidément, quel beau vin!

A la sortie du frigo, les arômes de fruit sautaient déjà au nez. Je laisse la bouteille se réchauffer lentement puis je regoûte. Un vin exhubérant et structuré. Toujours ces fruits rouges, la violette, l'eucalyptus, une finale légèrement épicée, beaucoup de longueur et de fraicheur. L'acidité me paraît moins forte que la veille.

Je vais essayer d'en racheter qqs flacons pour faire vieillir.

A+

JC
Domaine de Roquefort
mercredi 13 août 2008 11:32:46
avatar
Domaine de Roquefort, Clairette, Vin de Pays des Bouches du Rhône, 2006, 11,5%, 750 ml
100% Clairette blanche.



Bouchon Nomacorc.
Le vin est légèrement perlant à l’ouverture.
La robe est jaune pâle.
Le nez est moyennement intense, simple, sur la fleur.
La bouche est fraiche, belle matière avec une acidité appropriée.
Très bien.
Finale assez persistante.
Très bon vin d’apéro.

Corail de Roquefort, Côtes-de-Provence, 2007, 13%, 750 ml
Grenache, Syrah, Cinsault, Carignan, Vermentino, Clairette



Le bouchon Nomacorc est noir.
Comme le blanc, ce vin est légèrement perlant à l’ouverture.
La robe est d’un beau rose limpide et brillant.
Le nez est très beau, j’adore.
Difficile à décrire (groseille ?)
La bouche confirme le nez.
Elle est bien charnue avec une belle acidité qui porte le vin et lui donne sa légèreté.
Très agréable.
Finale très persistante.

Plus qu’un vin d’apéro, je pense qu’il s’accordera très bien sur de la nourriture de type provençale ou indienne.

Château de Roquefort, Rubrum Obscurum, Côtes-de-Provence, 2004, 14%, 750 ml
Grenache, Carignan, Mourvèdre.



Le bouchon est à peine imbibé.
La robe est sombre, violacée, limpide.
Le nez est superbe, intense, sur la fraise/framboise.
Pas un nez élégant, plutôt bourru mais « généreux ».
La bouche est très fraiche, riche.
Les tannins sont là en quantité mais soyeux.
Très très bien
La finale est longue et riche.

Ce vin a un côté bourru très prononcé mais il est « généreux ».
La première fois que je bois un Côtes-de Provence aussi bon.

Stéph
Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum.

Cliquer ici pour vous connecter

Connecté(e)s(191)

Anonymes: 173
Record de membres connectés: 90 le mercredi 13 mars 2013 17:44:39
Record d'anonymes connectés: 936 le mardi 20 novembre 2012 19:04:22
    -L´abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération Classement de sites - Inscrivez le vôtre! hit-parade © www.lapassionduvin.com, 2006