Publicité slide

    Afrique du Sud : une révolution ?

    • Messages : 640
    • Remerciements reçus 79

    peterka a créé le sujet : Afrique du Sud : une révolution ?

    Préambule
    La dernière dégustation de vin sud-africains « bien nés » à laquelle j’avais participé remonte à près de vingt ans dans la foulée de la sélection d’un vin « maison », donc de bas de gamme, pour une chaîne de négociants. A l’époque, les vins bon marché, techniquement impeccables et faciles d’accès, étaient légion mais les crus plus ambitieux encore relativement méconnus. Un seul domaine parmi ceux dégustés en cette fin de siècle passé, était vraiment sorti du lot : Hamilton Russell.
    Les choses auraient pu en rester là si un article récent publié dans la revue Vinum n’avait suscité ma curiosité. Cet article traitait d’une révolution viticole dans le Swartland initiée par une poignée de jeunes domaines bientôt suivis par d’autres projets novateurs dans les régions plus fraîches du pays (Elgin et Walker Bay) encore relativement sous-exploitées. Cette « Swartland Revolution », dont l’esprit est né il y a 20 ans, a été enterrée officiellement fin 2015 pour laisser place à une autre association : la SIP (The Swartland Independent Producers), plus large, mais qui reprend le même objectif de donner une identité propre et forte à leur région par une conception commune du vin représentatif de leur « terroir unique » (« swartlandness »)
    C’était donc l’occasion d’en savoir plus et de se faire une première idée, concrète, le verre en main et sans en tirer évidemment la moindre conclusion générale.
    Mais auparavant, il est sans doute utile de fixer grossièrement le cadre géographique du pays. Des informations détaillées sont disponibles sur le site « Wines of South Africa » ICI(www.wosa.co.za) et plus particulièrement dans les e-books y publiés.

    Les régions


    Pour agrandir : cliquez ici carte

    On dénombre officiellement 6 entités géographiques (« geographical units » ex. Western Cape), 4 « regions » (ex. Coastal Region), 27 « districts » (ex. Stellenbosch , Walker Bay ,...) et 77 « wards » (ex. Simonsberg, Hemel en Aarde Valley,…). Mais la hiérarchie n’est pas toujours aussi claire qu’il n’y paraît (pour parler comme un gestionnaire de base de données, il y a des familles sans enfants et des orphelins à tous les niveaux…).
    Toutefois, il semble clair que seule l’entité « Western Cape » a vraiment de l’intérêt. D’ailleurs, la toute grosse majorité des « vins d’appellation » y est produite.

    Dégustation 1ère partie.

    CR:
    On commencera par les rouges

    1. Saffraan 2014 – Mount Abora (Swartland)

    Premier nez très expressif de fraise écrasée et de fleurs qui évolue vite vers les épices, le tabac, le lard pour enfin révéler des notes d’âtre froid. Derrière tout cela, des notes de pierre chaude. En bouche, c’est juteux, délicat, acidulé avec un beau fruit rémanent et de petits tanins pointus. Belle entrée en matière qui arrive à s’approcher de son objectif : donner fraîcheur et texture de pinot noir à un cinsault du Swartland.

    2. LAM Pinotage 2013 – Lammershoek (Swartland)


    Ce vin avait un peu le même objectif sauf qu’il s’agit ici de pinotage. Ce projet de l’œnologue de l’époque (Craig Hawkins), qui voulait aussi le positionner en entrée de gamme (comme toute la « ligne » LAM), a été aujourd’hui abandonné par l’équipe actuelle de Lammershoek .
    La robe est très claire légèrement trouble. Le nez s’ouvre sur les fruits rouges macérés (fraise, groseille) tout en demeurant assez discret. Beaucoup de finesse en bouche mais aussi un peu de gaz qui n’était pas perceptible à l’ouverture de la bouteille. De stylé à l’ouverture 3 h auparavant, le vin devient vite désagréable à l’aération avec des amers verts marqués et peu sympathiques en fin de bouche et des senteurs de plâtre mouillé au nez à J+1. Je ne sais trop comment interpréter cette évolution… Aucun plaisir…

    3. Pinotage 2014 – Kanonkop (Stellenbosch)

    Un des domaines historiques et un pinotage considéré partout comme emblématique…
    Le contraste avec le précédent est évidemment saisissant. La couleur est très sombre. Le bouquet expressif, fruité (plutôt sur les fruits noirs), très épicé, avec des notes de chocolat et de fumée. Une petite note lactée aussi. La bouche est dense, juteuse et présente un équilibre impeccable. Les tanins sont mûrs, assez riches et l’élevage parfaitement intégré même s’il demeure assez perceptible. Bonne longueur. L’ensemble apparaît comme assez « technique » mais dans le bon sens du terme.

    4. Syrah 2014 – Intellego (Swartland)


    Le « winemaker » a fait ses classes chez Lammershoek et a lancé son propre domaine en 2009 en achetant des raisins à quelques producteurs locaux de confiance. Les 360 bouteilles initiales se sont multipliées mais l’esprit « vin de garage » demeure.
    Le bouquet est marqué par le café froid, le genévrier et le chocolat amer. A l’ouverture de la bouteille, on se trouve face à une syrah fuselée, acidulée, voire tendue mais avec un ensemble relativement dissocié. L’aération (24 h, il est vrai) n’a rien arrangé. Comme pour le LAM, un perlant déplaisant s’est installé de même qu’une amertume dure et une méchante rétro de caoutchouc brûlé. ED sans doute...

    5. Savage Red 2014 – Savage Wines (Cape Town)

    Duncan Savage (oenologue du réputé domaine Cape Point) a lancé son projet personnel en 2009 avec l’aide de son père et celle de Rosa Kruger, dénicheuse patentée de vieilles vignes. L’objectif est de produire des vins de terroir élégants avec le moins d’intervention possible et sans bois neuf.

    Assemblage de syrah (2/3), grenache, cinsault et tinta barocca.

    Robe de pinot. Bouquet d’intensité moyenne sur les fruits rouges et les herbes aromatiques avec des notes de pierre à fusil et de café froid. La bouche est très élégante avec des tanins veloutés. C’est frais, précis, élégant à défaut d’une grande ampleur. Un peu d’amertume en fin de bouche sans que cela ne soit dérangeant.

    6. Red Blend 2014 – Badenhorst (Swartland)

    La famille Badenhorst était « dans le vin » depuis plusieurs générations sans être elle-même propriétaire d’un domaine jusqu’à ce que Adi saute le pas en acquérant une terre de 60 ha avec de vieilles vignes en 2008. Il est évidemment devenu membre des associations « Swartland Revolution » dont il est un des initiateurs et «Swartland Independance » qui soufflent un vent novateur sur la viticulture locale.

    Assemblage de syrah (pas loin de 60 %), grenache, cinsault et tinta barocca.

    Le bouquet, bien ouvert, exprime des senteurs de fruits noirs, mûrs, d’épices, de garrigue et de fumée avec des nuances de menthol et de thé. Bien qu’il ne manque pas de jus et de fraîcheur, l’ensemble se montre globalement serré, de type « monobloc ». Les tanins sont gras mais un peu végétaux. On a une grosse matière contrebalaçant une note presque acidulée qui finalement n’arrive pas à donner de l’élan. Du potentiel.

    7. Syrah 2015 – Mullineux (Swartland)

    La famille Mullineux est partie prenante de la révolution du Swatland depuis le début. Chris et Andrea ont travaillé au domaine Fable Mountain avant de s’établir dans leurs propres installations en 2007 avec l’aide d’investisseurs. Depuis peu, ils ont lancé le projet de vinifier séparément leurs différents terroirs avec le cépage qui y est le plus adapté sans négliger les deux cuvées de base, dont cette syrah et l’assemblage white blend, dégustée également (voir plus loin)

    Robe presque noire. Bouquet expressif et complexe, sensuel sur les fruits noirs bien mûrs (mûre, cassis), le pruneau, le caramel (speculoos) avec de subtiles notes florales qui lui donne une petite touche féminine. La bouche est précise, concentrée, puissante et très élégante. Le fruit croquant, les tanins bien mûrs et veloutés. Syrah un peu atypique mais de grande classe. Très belle bouteille.

    8. Night Sky 2013 – Fable Mountain (Tulbagh)

    Le domaine est né en 2000 sous le nom de « Tulbagh Montain Vineyards » au pied de la montagne éponyme avec des vignes nettement plus en altitude que le Swartland ce qui permet d’obtenir de la finesse mais engendre d’autres défis en matière de viticulture. Au départ des Mullineux, de nouveaux investissements en 2010 ont permis d’asseoir encore davantage la renommée de ce domaine, rebaptisé « Fable Mountain », dans une région qui, elle, l’est nettement moins.
    Derrière un élevage encore perceptible mais de qualité, on dénote de jolis arômes de fruits rouges compotés, de pierre chaude et d’herbes aromatiques avec des effluves légères de poivre rose et de thé au jasmin. La bouche est d’une grande élégance, fondue et déliée mais aussi très bien dessinée. Les tanins sont fins et mûrs structurant une matière en demi-corps où l’alcool ne se ressent pas du tout. Très jolie bouteille à la personnalité affirmée.

    9. Sequillo Red 2014 – Sequillo Vineyards (Swartland)

    Sequillo est un projet animé par Eben Sadie et un de ses amis entre 2003 et 2014. Il avait pour but de restituer, principalement au travers de deux vin (un blanc et un rouge), l’ADN du Swartland de la manière la plus naturelle possible (en évitant les excès d’alcool, d’extraction et d’élevage). Cet objectif demeure dans la tête d’Eben Sadie mais a pris aujourd’hui une autre tournure : « Old Vines Series ». La bouteille dégustée est donc la dernière produite.

    Assemblage de cinsault, syrah et tinta barocca

    Bouquet épanoui de fruits mûrs (sureau, cassis, mûre, cerise), un peu compotés, de réglisse et de thé noir. La bouche se montre charnue et fraîche. Les tanins sont somptueusement fondants. C’est juteux velouté et concentré sans être compact. Longue finale réglissée et légèrement mentholée. Excellent et peut-être même mieux…

    10. Syrah Clonal Selection 2013 – Kershaw (Elgin)

    Quand un Master of Wine décide de franchir le Rubicon… et de produire son vin : c’est la démarche effectuée en 2012 par Richard Kershaw. Outre le fait qu’il a choisi une région au potentiel encore sous-exploité, il se donne comme objectif l’adéquation optimale cépage / terroir en sélectionnant les clones les plus adaptés.
    Bouquet dense, au boisé fin et fruit éclatant. Du tabac noir. Un côté fumé / lardé évoque le Rhône nord mais les senteurs de laurier et de romarin nous envoie plus au sud. Son éloquence se manifeste en bouche par sa densité et son amplitude. Très beaux tanins mûrs et grande longueur sur la fraîcheur. Un poil de sucrosité lui donne un charme intermittent mais globalement, c’est très sérieux et peut-être même un peu trop à ce stade. Gros potentiel. Excellent.

    Et maintenant, les blancs...

    11. Sauvignon Reserve 2016 – Vergelegen (Stellenbosch)

    Très clair, presque argenté. Un premier nez sur le fond de veau fait vite place aux senteurs assez intenses d’agrumes mûrs (pamplemousse) et de fleurs (tilleul, rose) sur lesquelles flottent des nuances de menthol et de pierre à fusil. La bouche est nette, fraîche et bien équilibrée. Une légère pointe de résiduel s’ajoute à la rondeur de l’ensemble qui se prolonge bien en bouche. Joli sauvignon mûr qui n’est pas trop variétal.

    12. The Francophile Chenin Blanc 2015 – The Liberator (Stellenbosch)


    The liberator est en projet de Richard Kelley MW qui s’est donné comme mission de « sauver » quelques vieilles parcelles de vignes d’une future extinction et de les mettre en valeur à des prix raisonnables. Il en choisit quelques unes chaque année pour, ensuite, faire vinifier le raisin au domaine Morgenzon. Chaque « épisode » est en quelque sorte unique.
    Bouquet expressif sur les agrumes et les fruits blancs mûrs (poire, pêche, mirabelle), le tout sur un fond salin et iodé. En bouche, c’est rond, fruité et désaltérant. Equilibre parfait pour un ensemble simple mais savoureux.

    13. Bowed Head Chenin Blanc 2014 – Graham Beck (Paarl)

    Le domaine est établi dans la région de Robertson et est davantage connu pour ses vins mousseux. Cette cuvée est un peu une exception dans une gamme classique et fournie. A noter que la génitrice de cette cuvée, Erika Obermeyer, a depuis lors quitté l’entreprise pour monter son propre domaine, « Erika O ».
    Bouquet puissant, mûr sur les fruits à noyau (pêche, abricot), le melon, le miel. Discret au nez, l’élevage se manifeste plus en bouche avec un boisé sucré assez insistant mais pas excessif non plus car bien compensé par la fraîcheur et l’ampleur de l’ensemble où le fruit ne se cache pas.

    14. One Man Band White 2015 – Iona (Elgin)

    Iona est le deuxième domaine à s’être installé dans la région d’Elgin au début de ce siècle. C’est dire si on peut encore le considérer comme un pionnier. Les vignes ont été plantées sur un haut plateau à 3 kms de l’océan et bénéficient d’un micro-climat particulier.

    Assemblage de 60% sémillon et 40% sauvignon.

    Bouquet complexe sur les agrumes (pamplemousse rose, citron confit), les fruits blancs et le caillou ; des notes florales et de menthol complètent le tableau. Bouche très fraîche, vive mais avec une ampleur certaine et du gras. Longue finale légèrement miellée avec un retour insidieux de l’acidité en arrière-plan.

    15. White Blend Old Vines 2015 – Mullineux (Swartland)

    Assemblage à base de vieilles vignes de chenin (pour 75%) complété par la clairette, le viognier et un peu de sémillon et grenache.

    Le nez reste assez fermé mais on distingue des senteurs de coing, de fruits blancs avec du grillé, un peu de caramel et de pierre chaude. La bouche est pleine et dense dès l’attaque et manifeste un très bel équilibre où le fruit refait surface derrière un élevage très discret. Belle persistance avec une touche d’amertume noble et un côté salin qui tiennent bien le vin. Très belle bouteille.

    16. White Blend 2015 – Badenhorst (Swartland)

    Il s’agit d’un assemblage “improbable” de 10 cépages : chenin, roussane, clairette, verdelho, grenache gris, grenache blanc, marsanne, viognier, sémillon et palomino (par ordre d’importance).

    Le vin est bien plus expressif que le précédent dans un profil aromatique similaire : fruits blancs (poire, pêche), grillé léger, fumée, miel avec aussi une petite touche végétale qui ajoute à sa complexité. Superbe volume de bouche. C’est ample, frais, concentré avec un fruit magnifique.

    17. Cartology 2015 – Alheit (Western Cape)

    Le jeune couple Alheit s’est établi en 2010 au fond de la vallée Hemel en Aarde mais leurs cuvées proviennent parfois d’autres secteurs ou en sont des assemblages. En cela, ils suivent leur philosophie de travail : « un grand vin naît à 99% à la vigne et 1% à la cave », et donc, il s’agit de chercher le meilleur raisin là où il se trouve.

    Assemblage de chenin (86%) provenant du Swartland et de l’olifants River ainsi que de vieux sémillons (14%) provenant du Franschhoek. Ceci explique l'appellation générique "Western Cape"

    Bouquet net et précis, floral (aubépine), minéral (craie) et fruité agrumes et fruits blancs. Très élégant. La bouche confirme cette belle impression : équilibre magistral, fraîcheur, concentration, longueur. Tout y est avec un cachet certain. Certains dégustateurs évoquent un beau GC de Chablis. Remarquable et coup de cœur en ce qui me concerne.

    18. Skurfberg Chenin Blanc 2016 – Sadie Old Vines Series (Olifant’s River)


    Eben Sadie est le moteur de cette dite révolution vinicole dans le Swartland, initialement avec son propre domaine où les deux vins produits (Palladius et Collumella) sont devenus des icônes, ensuite au travers de différents projets dont le dernier « Old Vines Series » (« Ouwingerdreeks » en afrikaans) consiste à vinifier une dizaine de cuvées de très vieilles vignes dénichées aux quatre coins du Swartland, de l’Olifants River voire d’ailleurs. En naît ainsi une série de vins d’auteur clairement positionnés en haut de gamme mais dont les racines sont bien ancrées dans le terroir.
    Très beau nez riche et expressif sur le coing mûr, les agrumes confits (citron, pamplemousse), la poire fraîche et le miel avec quelques effluves plus florales (seringat). La bouche est impressionnante : compacte, concentrée, puissante avec un « délié » étonnant. Grande longueur. C’est plus en puissance et en rondeur que le cartology, plus classe, mais tout aussi remarquable. Second coup de cœur pour ma part.

    Cette découverte de quelques (nouveaux) vins sud-africains restera dans les mémoires de plusieurs participants et augure bien d’un deuxième session à venir prochainement.

    Pierre
    #1
    Les utilisateur(s) suivant ont remercié: oliv, Eric B, hyllos, jean-luc javaux, Robert75, Moriendi, LADIDE78, bibi64, H. Seldon, ols, poucmabon, Fred974, Frisette, jd-krasaki, jclqu, the_ej, papa31, Jullux, DaGau

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 4572
    • Remerciements reçus 135

    ols a répondu au sujet : Afrique du Sud : une révolution ?

    Eiiihh ! Superbe :woohoo:
    Des paysages magnifiques et des vins en plus, qui invite au voyage !
    Big and good job, bravo (tu)
    #2

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 3608
    • Remerciements reçus 501

    Frisette a répondu au sujet : Afrique du Sud : une révolution ?

    Superbe travail! (tu)
    Félicitations

    Flo (Florian)
    LPV Forez
    #3

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 3812
    • Remerciements reçus 425

    LADIDE78 a répondu au sujet : Afrique du Sud : une révolution ?

    Pierre
    je me joint aux autres passionnés , pour te féliciter , pour ce superbe travail , serait tu sur les traces de Napoléon 1er , tout le monde sait que son vin rouge préféré était le Chambertin , mais son vin blanc préféré était un vin du cap , Le Grand Constance , il en dégusta quelques verres en fin de vie sur l ile de Saint hélene Est ce que tu as eu l occasion de déguster les vins de ce domaine ?
    www.lefigaro.fr/cult...
    Quelques extraits retrouvés ci et la , concernant ce vin
    Le vin de Constance est sans doute l’un des vins mythiques les plus méconnus au monde. À l’époque il était considéré parmi les meilleurs vins produits. L’histoire de ce vin légendaire remonte au 17e siècle alors que Simon Van der Stel, deuxième gouverneur du Cap, implanta son propre vignoble. Des analyses révélèrent que le site convoité, en face de la False Bay, offrait de loin le meilleur potentiel pour produire des vins d’exceptions.

    Au 18e et 19e siècle, le vin de Constance jouit d’une réputation exceptionnelle. L’aristocratie anglaise et française s’affrontait pour obtenir ce précieux breuvage. Napoléon Bonaparte en consommait tous les jours pour soulager sa solitude pendant son exil sur l’île Saint-Hélène. Au milieu du 19e siècle, nous retrouvons dans la littérature et la poésie des références au vin de Constance. Dans le dernier roman de Charles Dickens, le Mystère d’Edwin, l’auteur parle du « soulagement qu’apportait un verre de Constance et un biscuit maison ». De son côté, Baudelaire compare les charmes de l’être aimé aux plaisirs de la nuit et du vin de Constance.

    Napoléon
    Source : www.kleinconstantia.com
    « Je préfère au constance, à l’opium, au nuits,
    L’élixir de ta bouche où l’amour se pavane;
    Quand vers toi mes désirs partent en caravane,
    Tes yeux sont la citerne où boivent mes ennuis. »

    – Charles Baudelaire

    didier

    Mal- voyant depuis 27 ans et passionné de vins comme vous tous
    #4

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 6969
    • Remerciements reçus 318

    hyllos a répondu au sujet : Afrique du Sud : une révolution ?

    J’en ai goûté quelques uns mais je dois dire que ça fait déjà quelques années que j’ai remarqué une nette évolution vers le mieux.

    Par contre les classiques disponibles en France depuis longtemps comme Kanonkopf semblent bien confirmer la petite estime dans laquelle je les tiens, je trouve que c’est un domaine qui a stagné...

    40 : défaut ou mauvais ; 40-50 : insuffisant ; 60-70 : buvable à bon ; 70-80 : bon à très bon ; 80-90 : très bon à excellent ; 90-100 : excellent à exceptionnel.
    www.wineops.fi
    #5

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 8744
    • Remerciements reçus 257

    jean-luc javaux a répondu au sujet : Afrique du Sud : une révolution ?

    Bravo Pierre pour la soirée et le superbe CR.
    Désolé de ne pas avoir pu venir... et de ne pas avoir pu découvrir ces vins que je ne connais pas.

    jlj
    #6

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 640
    • Remerciements reçus 79

    peterka a répondu au sujet : Afrique du Sud : une révolution ?

    Merci pour vos retours positifs à tous !

    Didier, sans l'avoir jamais goûté, je connais la réputation de ce vin de Constance mais c'était clairement hors thème et de plus, il n'est pas donné...

    Pierre
    #7
    Les utilisateur(s) suivant ont remercié: LADIDE78

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 640
    • Remerciements reçus 79

    peterka a répondu au sujet : Afrique du Sud : une révolution ?

    @ols
    Oui, je ne suis jamais allé sur place mais toutes les personnes que je connais qui ont eu ce plaisir en sont revenues éblouies...

    Pierre
    #8

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 407
    • Remerciements reçus 1

    Robert75 a répondu au sujet : Afrique du Sud : une révolution ?

    Superbe comte-rendu en effet et je partage l'enthousiasme pour certains vins que je connais:

    Richard Kershaw : superbe chardonnay qui n'est malheureusement pas décrit ici
    Sequillo rouge : que je connais sur les millésimes 2009 et 2010 et 2011 en blanc, tous de très haut niveau, pas du tout tyés nouveau-monde, si cela veut encore dire quelque chose
    Mullineux : les cuvées mono parcellaires de syrah sont exceptionnelles (mais à 80 euros elles peuvent) : "iron syrah", tout en longueur et en finesse, superbe pureté et "Schist syrah", à l'inverse, un énorme volume, charnue, hyper-gourmande...

    Mon blog : sersmoiuncoupdevin.b...

    Thierry
    #9

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 49
    • Remerciements reçus 0

    raffi a répondu au sujet : Afrique du Sud : une révolution ?

    Bonjour Pierre,

    Bravo pour cette déguste et le CR. Je reviens de 4 ans en Afrique du Sud et je connais bien ces vins et la plupart des vignerons (ils sont de passage de temps en temps en France). Si vous en refaites une, je suis partant pour contribuer des quilles.

    Raffi
    #10

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    Modérateurs: GildasPBAESMartinezVougeotjean-luc javauxCédric42120
    Temps de génération de la page : 0.141 secondes

    Connexion

    Publicité 1

    Utilisateurs en ligne

    • Utilisateurs en ligne: 61
    • Utilisateurs hors-ligne: 1,899
    • Invités: 1,557

    L´abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération

    © 2017 Lapassionduvin.com. Tous droits réservés.