Publicité slide

    C. et P. Breton - Bourgueil et Chinon

    • Messages : 6236
    • Remerciements reçus 0

    chinbourg a répondu au sujet : Re: C. et P. Breton - Bourgueil Perrières 2003

    big écrivait:
    > chinbourg écrivait:
    >
    >
    > > Décidément...
    > > Comparer Perrières à un Bordeaux........
    > >
    > > Perrières est caractérisée par la finesse et
    > > l'élégance de ses tanins.
    > >
    > > Avec l'ami Jull, nous allons essayer de monter
    > une
    > > dégustation de ce beau terroir (Breton, Blot,
    > > Pitault-Landry, Delanoue,...)
    >
    >
    > Jérôme Delanoue?

    De mémoire, Guy Delanoue.

    Laurent L
    #31

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 2805
    • Remerciements reçus 0

    Patrick Bottcher a répondu au sujet : Re: C. et P. Breton - Visite au domaine

    8-) Ce post est extrait d'un sujet plus global que vous trouverez ICI
    [/center] Domaine Breton – Les Galichets 8 rue du Peu Muleau 37140 Restigné TEL : +33 (0)2 47 97 30 41 Web : www.domainebreton.net [b]Historique, culture et élevage[/b] Bien que sa famille soit installée depuis des générations au domaine des Galichets, c’est sous la houlette de Pierre, secondé par Catherine, son épouse, que le domaine se métamorphose vers une refusion avec la nature. Certifié bio des 1989, il passe en biodynamie en 1997, n’ayant en Loire que comme rares prédécesseurs des gens comme Nicolas Joly ou Mark Angely. Moins radicaux que ce dernier, nos hôtes des Galichets s’inscrivent dans la volonté de rester dans l’AOC. Tout en fuyant l’utilisation des intrants, ils respectent des rendements faibles de 25 à 40 hl/ha (sauf pour les jeunes vignes (50)), vendangent manuellement, ne vinifient qu’en présence de levures indigènes, ne filtrent pas leurs vins et procèdent à des sulfitages faibles voire nuls comme sur la cuvée Nuits d’Ivresse. [center][img=http://www.bottcher.be/vinum/images/loire/breton03.jpg][/center] Les sols sont labourés environ quatre fois par an jusqu’à la fin juin que ce soit sur les terroirs de graviers destinés aux vins plus légers ou argilo-calcaire pour les vins de garde. Pierre semble farouchement opposé à toute forme d’enherbement , arguant que, sur ses sols bien filtrants, cela ne peut que tasser les sols les privant à la fois d’eau et d’oxygène, concurrençant ainsi la vigne et nuisant à la prolifération des levures indigènes. Il admet toutefois que ses terroirs, peu pentus se prêtent particulièrement à l’absence d’enherbement, le risque d’érosion par les pluies étant limité. [center][img=http://www.bottcher.be/vinum/images/loire/breton02.jpg][/center] Se définissant clairement comme des artisans, Catherine et Pierre y associent, une démarche clairement intellectuelle, ouverte largement à toutes les formes de l’art, que ce soit par le travail des étiquettes ou par l’ambiance des jardins. Bien que les parcelles ancestrales sont à Bourgueil, Catherine, par ses origines, à apporté des vignes à Vouvray et le vignoble s’est étendu de parcelles en bordure de Vienne, à Chinon, réunissant ainsi, aux dires des propriétaires, l’esprit, la lumière et les terroirs de Loire. Les vins sont produits selon trois axes « appel à déboucher » pour les vins de soif, « appel à partager » pour les vins classiques et « appel à la dive bouteille » pour les vins de grande garde. Selon cette classification ils proposent dans les différentes appellations les cuvées suivantes : Appel à déboucher (vins créatifs, et spontanés récréatifs pour improviser un moment de détente) : • Avis de Vin Fort – Bourgueil - graviers • Trinch ! – Bourgueil – jeunes vignes sur graviers • Dilletante(s) – Bourgueil (graviers) et Vouvray (argiles siliceux) Appel à partager (vins inscrits dans l’histoire de la Loire, désaltérants, gourmands, fidèles au personnage du cabernet franc) : • Les Galichets – Bourgueil - vieilles vignes sur graviers • Beaumont – Chinon – vieilles vignes sur sols argilo-calcaires • Nuits d’ivresse – Bourgueil – vieilles vignes sur sols argilo-calcaires – pas de soufre Appel de la dive bouteille (vins des plus beaux terroirs, des plus beaux ceps longuement élevés en cave pour s’épanouir sur le temps) : • Clos Sénéchal – Bourgueil- sols argilo-calcaires • Clos St Louand – Chinon – sols argilo-calcaires • Les Perrières – Bourgueil – sols argilo-calcaires Avant de parler des vins dégustés, je tiens à remercier l’accueil de Pierre tout en finesse, en profondeur et en simplicité, fier de la devise « prendre le temps de Loire, c’est prendre le temps de boire », devise si bien illustrée par le poster qu’ils offrent aux visiteurs passionnés dont vous trouverez l’image principale ci-dessous. [center][img=http://www.bottcher.be/vinum/images/loire/breton04.jpg][/center] [b]Dégustation[/b] [b]Bourgueil La Dilettante 2008[/b] Vin vinifié en macération carbonique ; terroir de graviers ; 10 euros Le vin est fait en rouge dans l’esprit d’un rosé avec un petit plus. La robe est claire, le nez totalement sur les fruits rouges. En bouche, il y a clairement plus de fraicheur que de corps, le vin a été fait pour le plaisir de la soif, avec tout de même une légère charge tannique qui donne un peu de relief par rapport à un simple rosé. A réserver aux viandes blanches ou aux grillades de poisson, avec un grand maximum de deux ans de garde. [b]Assez Bien[/b] [b]Bourgueil Les Galichets 2007[/b] Fermentation conventionnelle ; terroirs de graviers ; 10 euros Le nom Galichet vient de galiche, pierre à silex charriée par la rivière. Par rapport au vin précédent, on retrouve une vinification conventionnelle tout en voulant obtenir un vin de plaisir à boire assez rapidement. On retrouve au nez et en bouche les fruits rouges du précédent mais avec plus de croquant et nettement plus de relief tannique sans avoir une matière asséchante. Cela reste très souple en finale avec une belle impression de finesse, mais tout de même avec une légère impression de manque de longueur. A garder maximum 3 ans et à placer entre amis sur un beau barbecue ou de la charcuterie fine. [b]Bien[/b] [b]Bourgueil Clos Sénéchal 2007[/b] Fermentation conventionnelle ; terroir argilo-calcaire ; élevage assez court (12-13 mois) ; 12 euros Comme décrit plus haut, ce vin est fait pour avoir de la structure et une garde de 4 à 5 ans. Le nez est à nouveau sur le fruit et la bouche propose du relief par ses tanins plus marqués mais aussi de la douceur, de l’onctuosité. Cette structure légère est à associer au millésime proche de 2002 pour son manque d’ensolleiment estival. La fraicheur et le croquant sont, eux, toujours au rendez-vous. A conserver 3 à 5 ans et à servir après un carafage d’une heure. [b]Bien +[/b] [center][img=http://www.bottcher.be/vinum/images/loire/breton05.jpg][/center] [b]Bourgueil Nuits d’Ivresse 2007[/b] Vin issu de deux parcelles (Grands Monts et Musardières) ; vinification traditionnelle totalement sans soufre jusqu’à la mise en bouteille comprise ; terroir argilo-calcaire ; 12 euros La robe est très dense et le nez démarre en force sur le fruit puis apporte des notes florales et de la minéralité. Globalement, c’est très aérien, vivant, sans le moindre atome de notes variétales. En bouche c’est l’explosion de tension (sans aigreur) et de fruit croquant avec une énorme longueur. On prend vraiment son pied ! Il s’agit ici du vin au sommet de l’esprit de ses créateurs où la conservation des levures indigènes est un des objectifs. Le vin se veut toutefois fragile mais permet une bonne conservation de 5 à 6 ans si la chaleur est évitée. [b]Superbe[/b] [b]Chinon Beaumont 2006[/b] Vinification et élevage (20 mois) traditionnels ; vieilles vignes (40 ans) sur terroir argilo-calcaire ; 10 euros La robe est nettement plus sombre. Au nez, on pourrait s’attendre à des accents plus floraux mais ici, on est frappé par le côté sanguin bien arrondi par les fruits rouges. En bouche confirmation de cette structure avec des tanins moins doux que prévu. C’est encore un peu fermé, austère mais la minéralité est bien présente et rend le vin très prometteur. Un 2006 intéressant avec une garde potentielle de 2 à 3 ans. [b]Bien[/b] [center][img=http://www.bottcher.be/vinum/images/loire/breton06.jpg][/center] [b]Bourgueil Les Perrières 2006[/b] Vinification traditionnelle et élevage long (30 mois) ; les plus vieilles vignes du domaine (70 ans) sur un terroir argilo-calcaire ; 16 euros La robe est sombre à souhait et le nez très intense, puissant, sur le fruit et la minéralité mais la complexité de la palette aromatique est fantastique. En bouche une acidité intense emporte le fruit vers une très belle longueur avec des tanins assez secs. Un vin profond sur le terroir. Grande garde au programme. [b]Très bien +[/b] [b]Vouvray La Dilettante 2008[/b] Pressurage doux et vinification lente en barrique ; pas de malo ; terroir argilo-siliceux ; 4g de résiduel ; 10 euros Le nez est riche en arômes citriques avec beaucoup de minéralité. La bouche, très puissante est encore un peu dissociée entre l’acidité bien présente et le fruit . Tout cela est compensé par la minéralité du terroir. A garder 5 à 10 ans sans nulle hésitation et à consommer sur des viandes blanches ou des poissons riches. Un seul mot pour ce vin, dada de Catherine : [b]Splendide[/b][img=http://www.bottcher.be/vinum/images/loire/breton01.jpg]

    Domaine Breton – Les Galichets
    8 rue du Peu Muleau
    37140 Restigné
    TEL : +33 (0)2 47 97 30 41
    Web : www.domainebreton.net

    Historique, culture et élevage

    Bien que sa famille soit installée depuis des générations au domaine des Galichets, c’est sous la houlette de Pierre, secondé par Catherine, son épouse, que le domaine se métamorphose vers une refusion avec la nature. Certifié bio des 1989, il passe en biodynamie en 1997, n’ayant en Loire que comme rares prédécesseurs des gens comme Nicolas Joly ou Mark Angely. Moins radicaux que ce dernier, nos hôtes des Galichets s’inscrivent dans la volonté de rester dans l’AOC. Tout en fuyant l’utilisation des intrants, ils respectent des rendements faibles de 25 à 40 hl/ha (sauf pour les jeunes vignes (50)), vendangent manuellement, ne vinifient qu’en présence de levures indigènes, ne filtrent pas leurs vins et procèdent à des sulfitages faibles voire nuls comme sur la cuvée Nuits d’Ivresse.
    [/center] Les sols sont labourés environ quatre fois par an jusqu’à la fin juin que ce soit sur les terroirs de graviers destinés aux vins plus légers ou argilo-calcaire pour les vins de garde. Pierre semble farouchement opposé à toute forme d’enherbement , arguant que, sur ses sols bien filtrants, cela ne peut que tasser les sols les privant à la fois d’eau et d’oxygène, concurrençant ainsi la vigne et nuisant à la prolifération des levures indigènes. Il admet toutefois que ses terroirs, peu pentus se prêtent particulièrement à l’absence d’enherbement, le risque d’érosion par les pluies étant limité. [center][img=http://www.bottcher.be/vinum/images/loire/breton02.jpg][/center] Se définissant clairement comme des artisans, Catherine et Pierre y associent, une démarche clairement intellectuelle, ouverte largement à toutes les formes de l’art, que ce soit par le travail des étiquettes ou par l’ambiance des jardins. Bien que les parcelles ancestrales sont à Bourgueil, Catherine, par ses origines, à apporté des vignes à Vouvray et le vignoble s’est étendu de parcelles en bordure de Vienne, à Chinon, réunissant ainsi, aux dires des propriétaires, l’esprit, la lumière et les terroirs de Loire. Les vins sont produits selon trois axes « appel à déboucher » pour les vins de soif, « appel à partager » pour les vins classiques et « appel à la dive bouteille » pour les vins de grande garde. Selon cette classification ils proposent dans les différentes appellations les cuvées suivantes : Appel à déboucher (vins créatifs, et spontanés récréatifs pour improviser un moment de détente) : • Avis de Vin Fort – Bourgueil - graviers • Trinch ! – Bourgueil – jeunes vignes sur graviers • Dilletante(s) – Bourgueil (graviers) et Vouvray (argiles siliceux) Appel à partager (vins inscrits dans l’histoire de la Loire, désaltérants, gourmands, fidèles au personnage du cabernet franc) : • Les Galichets – Bourgueil - vieilles vignes sur graviers • Beaumont – Chinon – vieilles vignes sur sols argilo-calcaires • Nuits d’ivresse – Bourgueil – vieilles vignes sur sols argilo-calcaires – pas de soufre Appel de la dive bouteille (vins des plus beaux terroirs, des plus beaux ceps longuement élevés en cave pour s’épanouir sur le temps) : • Clos Sénéchal – Bourgueil- sols argilo-calcaires • Clos St Louand – Chinon – sols argilo-calcaires • Les Perrières – Bourgueil – sols argilo-calcaires Avant de parler des vins dégustés, je tiens à remercier l’accueil de Pierre tout en finesse, en profondeur et en simplicité, fier de la devise « prendre le temps de Loire, c’est prendre le temps de boire », devise si bien illustrée par le poster qu’ils offrent aux visiteurs passionnés dont vous trouverez l’image principale ci-dessous. [center][img=http://www.bottcher.be/vinum/images/loire/breton04.jpg][/center] [b]Dégustation[/b] [b]Bourgueil La Dilettante 2008[/b] Vin vinifié en macération carbonique ; terroir de graviers ; 10 euros Le vin est fait en rouge dans l’esprit d’un rosé avec un petit plus. La robe est claire, le nez totalement sur les fruits rouges. En bouche, il y a clairement plus de fraicheur que de corps, le vin a été fait pour le plaisir de la soif, avec tout de même une légère charge tannique qui donne un peu de relief par rapport à un simple rosé. A réserver aux viandes blanches ou aux grillades de poisson, avec un grand maximum de deux ans de garde. [b]Assez Bien[/b] [b]Bourgueil Les Galichets 2007[/b] Fermentation conventionnelle ; terroirs de graviers ; 10 euros Le nom Galichet vient de galiche, pierre à silex charriée par la rivière. Par rapport au vin précédent, on retrouve une vinification conventionnelle tout en voulant obtenir un vin de plaisir à boire assez rapidement. On retrouve au nez et en bouche les fruits rouges du précédent mais avec plus de croquant et nettement plus de relief tannique sans avoir une matière asséchante. Cela reste très souple en finale avec une belle impression de finesse, mais tout de même avec une légère impression de manque de longueur. A garder maximum 3 ans et à placer entre amis sur un beau barbecue ou de la charcuterie fine. [b]Bien[/b] [b]Bourgueil Clos Sénéchal 2007[/b] Fermentation conventionnelle ; terroir argilo-calcaire ; élevage assez court (12-13 mois) ; 12 euros Comme décrit plus haut, ce vin est fait pour avoir de la structure et une garde de 4 à 5 ans. Le nez est à nouveau sur le fruit et la bouche propose du relief par ses tanins plus marqués mais aussi de la douceur, de l’onctuosité. Cette structure légère est à associer au millésime proche de 2002 pour son manque d’ensolleiment estival. La fraicheur et le croquant sont, eux, toujours au rendez-vous. A conserver 3 à 5 ans et à servir après un carafage d’une heure. [b]Bien +[/b] [center][img=http://www.bottcher.be/vinum/images/loire/breton05.jpg][/center] [b]Bourgueil Nuits d’Ivresse 2007[/b] Vin issu de deux parcelles (Grands Monts et Musardières) ; vinification traditionnelle totalement sans soufre jusqu’à la mise en bouteille comprise ; terroir argilo-calcaire ; 12 euros La robe est très dense et le nez démarre en force sur le fruit puis apporte des notes florales et de la minéralité. Globalement, c’est très aérien, vivant, sans le moindre atome de notes variétales. En bouche c’est l’explosion de tension (sans aigreur) et de fruit croquant avec une énorme longueur. On prend vraiment son pied ! Il s’agit ici du vin au sommet de l’esprit de ses créateurs où la conservation des levures indigènes est un des objectifs. Le vin se veut toutefois fragile mais permet une bonne conservation de 5 à 6 ans si la chaleur est évitée. [b]Superbe[/b] [b]Chinon Beaumont 2006[/b] Vinification et élevage (20 mois) traditionnels ; vieilles vignes (40 ans) sur terroir argilo-calcaire ; 10 euros La robe est nettement plus sombre. Au nez, on pourrait s’attendre à des accents plus floraux mais ici, on est frappé par le côté sanguin bien arrondi par les fruits rouges. En bouche confirmation de cette structure avec des tanins moins doux que prévu. C’est encore un peu fermé, austère mais la minéralité est bien présente et rend le vin très prometteur. Un 2006 intéressant avec une garde potentielle de 2 à 3 ans. [b]Bien[/b] [center][img=http://www.bottcher.be/vinum/images/loire/breton06.jpg][/center] [b]Bourgueil Les Perrières 2006[/b] Vinification traditionnelle et élevage long (30 mois) ; les plus vieilles vignes du domaine (70 ans) sur un terroir argilo-calcaire ; 16 euros La robe est sombre à souhait et le nez très intense, puissant, sur le fruit et la minéralité mais la complexité de la palette aromatique est fantastique. En bouche une acidité intense emporte le fruit vers une très belle longueur avec des tanins assez secs. Un vin profond sur le terroir. Grande garde au programme. [b]Très bien +[/b] [b]Vouvray La Dilettante 2008[/b] Pressurage doux et vinification lente en barrique ; pas de malo ; terroir argilo-siliceux ; 4g de résiduel ; 10 euros Le nez est riche en arômes citriques avec beaucoup de minéralité. La bouche, très puissante est encore un peu dissociée entre l’acidité bien présente et le fruit . Tout cela est compensé par la minéralité du terroir. A garder 5 à 10 ans sans nulle hésitation et à consommer sur des viandes blanches ou des poissons riches. Un seul mot pour ce vin, dada de Catherine : [b]Splendide[/b][img=http://www.bottcher.be/vinum/images/loire/breton03.jpg]

    Les sols sont labourés environ quatre fois par an jusqu’à la fin juin que ce soit sur les terroirs de graviers destinés aux vins plus légers ou argilo-calcaire pour les vins de garde. Pierre semble farouchement opposé à toute forme d’enherbement , arguant que, sur ses sols bien filtrants, cela ne peut que tasser les sols les privant à la fois d’eau et d’oxygène, concurrençant ainsi la vigne et nuisant à la prolifération des levures indigènes. Il admet toutefois que ses terroirs, peu pentus se prêtent particulièrement à l’absence d’enherbement, le risque d’érosion par les pluies étant limité.
    [/center] Se définissant clairement comme des artisans, Catherine et Pierre y associent, une démarche clairement intellectuelle, ouverte largement à toutes les formes de l’art, que ce soit par le travail des étiquettes ou par l’ambiance des jardins. Bien que les parcelles ancestrales sont à Bourgueil, Catherine, par ses origines, à apporté des vignes à Vouvray et le vignoble s’est étendu de parcelles en bordure de Vienne, à Chinon, réunissant ainsi, aux dires des propriétaires, l’esprit, la lumière et les terroirs de Loire. Les vins sont produits selon trois axes « appel à déboucher » pour les vins de soif, « appel à partager » pour les vins classiques et « appel à la dive bouteille » pour les vins de grande garde. Selon cette classification ils proposent dans les différentes appellations les cuvées suivantes : Appel à déboucher (vins créatifs, et spontanés récréatifs pour improviser un moment de détente) : • Avis de Vin Fort – Bourgueil - graviers • Trinch ! – Bourgueil – jeunes vignes sur graviers • Dilletante(s) – Bourgueil (graviers) et Vouvray (argiles siliceux) Appel à partager (vins inscrits dans l’histoire de la Loire, désaltérants, gourmands, fidèles au personnage du cabernet franc) : • Les Galichets – Bourgueil - vieilles vignes sur graviers • Beaumont – Chinon – vieilles vignes sur sols argilo-calcaires • Nuits d’ivresse – Bourgueil – vieilles vignes sur sols argilo-calcaires – pas de soufre Appel de la dive bouteille (vins des plus beaux terroirs, des plus beaux ceps longuement élevés en cave pour s’épanouir sur le temps) : • Clos Sénéchal – Bourgueil- sols argilo-calcaires • Clos St Louand – Chinon – sols argilo-calcaires • Les Perrières – Bourgueil – sols argilo-calcaires Avant de parler des vins dégustés, je tiens à remercier l’accueil de Pierre tout en finesse, en profondeur et en simplicité, fier de la devise « prendre le temps de Loire, c’est prendre le temps de boire », devise si bien illustrée par le poster qu’ils offrent aux visiteurs passionnés dont vous trouverez l’image principale ci-dessous. [center][img=http://www.bottcher.be/vinum/images/loire/breton04.jpg][/center] [b]Dégustation[/b] [b]Bourgueil La Dilettante 2008[/b] Vin vinifié en macération carbonique ; terroir de graviers ; 10 euros Le vin est fait en rouge dans l’esprit d’un rosé avec un petit plus. La robe est claire, le nez totalement sur les fruits rouges. En bouche, il y a clairement plus de fraicheur que de corps, le vin a été fait pour le plaisir de la soif, avec tout de même une légère charge tannique qui donne un peu de relief par rapport à un simple rosé. A réserver aux viandes blanches ou aux grillades de poisson, avec un grand maximum de deux ans de garde. [b]Assez Bien[/b] [b]Bourgueil Les Galichets 2007[/b] Fermentation conventionnelle ; terroirs de graviers ; 10 euros Le nom Galichet vient de galiche, pierre à silex charriée par la rivière. Par rapport au vin précédent, on retrouve une vinification conventionnelle tout en voulant obtenir un vin de plaisir à boire assez rapidement. On retrouve au nez et en bouche les fruits rouges du précédent mais avec plus de croquant et nettement plus de relief tannique sans avoir une matière asséchante. Cela reste très souple en finale avec une belle impression de finesse, mais tout de même avec une légère impression de manque de longueur. A garder maximum 3 ans et à placer entre amis sur un beau barbecue ou de la charcuterie fine. [b]Bien[/b] [b]Bourgueil Clos Sénéchal 2007[/b] Fermentation conventionnelle ; terroir argilo-calcaire ; élevage assez court (12-13 mois) ; 12 euros Comme décrit plus haut, ce vin est fait pour avoir de la structure et une garde de 4 à 5 ans. Le nez est à nouveau sur le fruit et la bouche propose du relief par ses tanins plus marqués mais aussi de la douceur, de l’onctuosité. Cette structure légère est à associer au millésime proche de 2002 pour son manque d’ensolleiment estival. La fraicheur et le croquant sont, eux, toujours au rendez-vous. A conserver 3 à 5 ans et à servir après un carafage d’une heure. [b]Bien +[/b] [center][img=http://www.bottcher.be/vinum/images/loire/breton05.jpg][/center] [b]Bourgueil Nuits d’Ivresse 2007[/b] Vin issu de deux parcelles (Grands Monts et Musardières) ; vinification traditionnelle totalement sans soufre jusqu’à la mise en bouteille comprise ; terroir argilo-calcaire ; 12 euros La robe est très dense et le nez démarre en force sur le fruit puis apporte des notes florales et de la minéralité. Globalement, c’est très aérien, vivant, sans le moindre atome de notes variétales. En bouche c’est l’explosion de tension (sans aigreur) et de fruit croquant avec une énorme longueur. On prend vraiment son pied ! Il s’agit ici du vin au sommet de l’esprit de ses créateurs où la conservation des levures indigènes est un des objectifs. Le vin se veut toutefois fragile mais permet une bonne conservation de 5 à 6 ans si la chaleur est évitée. [b]Superbe[/b] [b]Chinon Beaumont 2006[/b] Vinification et élevage (20 mois) traditionnels ; vieilles vignes (40 ans) sur terroir argilo-calcaire ; 10 euros La robe est nettement plus sombre. Au nez, on pourrait s’attendre à des accents plus floraux mais ici, on est frappé par le côté sanguin bien arrondi par les fruits rouges. En bouche confirmation de cette structure avec des tanins moins doux que prévu. C’est encore un peu fermé, austère mais la minéralité est bien présente et rend le vin très prometteur. Un 2006 intéressant avec une garde potentielle de 2 à 3 ans. [b]Bien[/b] [center][img=http://www.bottcher.be/vinum/images/loire/breton06.jpg][/center] [b]Bourgueil Les Perrières 2006[/b] Vinification traditionnelle et élevage long (30 mois) ; les plus vieilles vignes du domaine (70 ans) sur un terroir argilo-calcaire ; 16 euros La robe est sombre à souhait et le nez très intense, puissant, sur le fruit et la minéralité mais la complexité de la palette aromatique est fantastique. En bouche une acidité intense emporte le fruit vers une très belle longueur avec des tanins assez secs. Un vin profond sur le terroir. Grande garde au programme. [b]Très bien +[/b] [b]Vouvray La Dilettante 2008[/b] Pressurage doux et vinification lente en barrique ; pas de malo ; terroir argilo-siliceux ; 4g de résiduel ; 10 euros Le nez est riche en arômes citriques avec beaucoup de minéralité. La bouche, très puissante est encore un peu dissociée entre l’acidité bien présente et le fruit . Tout cela est compensé par la minéralité du terroir. A garder 5 à 10 ans sans nulle hésitation et à consommer sur des viandes blanches ou des poissons riches. Un seul mot pour ce vin, dada de Catherine : [b]Splendide[/b][img=http://www.bottcher.be/vinum/images/loire/breton02.jpg]

    Se définissant clairement comme des artisans, Catherine et Pierre y associent, une démarche clairement intellectuelle, ouverte largement à toutes les formes de l’art, que ce soit par le travail des étiquettes ou par l’ambiance des jardins.
    Bien que les parcelles ancestrales sont à Bourgueil, Catherine, par ses origines, à apporté des vignes à Vouvray et le vignoble s’est étendu de parcelles en bordure de Vienne, à Chinon, réunissant ainsi, aux dires des propriétaires, l’esprit, la lumière et les terroirs de Loire.
    Les vins sont produits selon trois axes « appel à déboucher » pour les vins de soif, « appel à partager » pour les vins classiques et « appel à la dive bouteille » pour les vins de grande garde.
    Selon cette classification ils proposent dans les différentes appellations les cuvées suivantes :

    Appel à déboucher (vins créatifs, et spontanés récréatifs pour improviser un moment de détente) :

    • Avis de Vin Fort – Bourgueil - graviers
    • Trinch ! – Bourgueil – jeunes vignes sur graviers
    • Dilletante(s) – Bourgueil (graviers) et Vouvray (argiles siliceux)

    Appel à partager (vins inscrits dans l’histoire de la Loire, désaltérants, gourmands, fidèles au personnage du cabernet franc) :

    • Les Galichets – Bourgueil - vieilles vignes sur graviers
    • Beaumont – Chinon – vieilles vignes sur sols argilo-calcaires
    • Nuits d’ivresse – Bourgueil – vieilles vignes sur sols argilo-calcaires – pas de soufre

    Appel de la dive bouteille (vins des plus beaux terroirs, des plus beaux ceps longuement élevés en cave pour s’épanouir sur le temps) :

    • Clos Sénéchal – Bourgueil- sols argilo-calcaires
    • Clos St Louand – Chinon – sols argilo-calcaires
    • Les Perrières – Bourgueil – sols argilo-calcaires

    Avant de parler des vins dégustés, je tiens à remercier l’accueil de Pierre tout en finesse, en profondeur et en simplicité, fier de la devise « prendre le temps de Loire, c’est prendre le temps de boire », devise si bien illustrée par le poster qu’ils offrent aux visiteurs passionnés dont vous trouverez l’image principale ci-dessous.
    [/center] [b]Dégustation[/b] [b]Bourgueil La Dilettante 2008[/b] Vin vinifié en macération carbonique ; terroir de graviers ; 10 euros Le vin est fait en rouge dans l’esprit d’un rosé avec un petit plus. La robe est claire, le nez totalement sur les fruits rouges. En bouche, il y a clairement plus de fraicheur que de corps, le vin a été fait pour le plaisir de la soif, avec tout de même une légère charge tannique qui donne un peu de relief par rapport à un simple rosé. A réserver aux viandes blanches ou aux grillades de poisson, avec un grand maximum de deux ans de garde. [b]Assez Bien[/b] [b]Bourgueil Les Galichets 2007[/b] Fermentation conventionnelle ; terroirs de graviers ; 10 euros Le nom Galichet vient de galiche, pierre à silex charriée par la rivière. Par rapport au vin précédent, on retrouve une vinification conventionnelle tout en voulant obtenir un vin de plaisir à boire assez rapidement. On retrouve au nez et en bouche les fruits rouges du précédent mais avec plus de croquant et nettement plus de relief tannique sans avoir une matière asséchante. Cela reste très souple en finale avec une belle impression de finesse, mais tout de même avec une légère impression de manque de longueur. A garder maximum 3 ans et à placer entre amis sur un beau barbecue ou de la charcuterie fine. [b]Bien[/b] [b]Bourgueil Clos Sénéchal 2007[/b] Fermentation conventionnelle ; terroir argilo-calcaire ; élevage assez court (12-13 mois) ; 12 euros Comme décrit plus haut, ce vin est fait pour avoir de la structure et une garde de 4 à 5 ans. Le nez est à nouveau sur le fruit et la bouche propose du relief par ses tanins plus marqués mais aussi de la douceur, de l’onctuosité. Cette structure légère est à associer au millésime proche de 2002 pour son manque d’ensolleiment estival. La fraicheur et le croquant sont, eux, toujours au rendez-vous. A conserver 3 à 5 ans et à servir après un carafage d’une heure. [b]Bien +[/b] [center][img=http://www.bottcher.be/vinum/images/loire/breton05.jpg][/center] [b]Bourgueil Nuits d’Ivresse 2007[/b] Vin issu de deux parcelles (Grands Monts et Musardières) ; vinification traditionnelle totalement sans soufre jusqu’à la mise en bouteille comprise ; terroir argilo-calcaire ; 12 euros La robe est très dense et le nez démarre en force sur le fruit puis apporte des notes florales et de la minéralité. Globalement, c’est très aérien, vivant, sans le moindre atome de notes variétales. En bouche c’est l’explosion de tension (sans aigreur) et de fruit croquant avec une énorme longueur. On prend vraiment son pied ! Il s’agit ici du vin au sommet de l’esprit de ses créateurs où la conservation des levures indigènes est un des objectifs. Le vin se veut toutefois fragile mais permet une bonne conservation de 5 à 6 ans si la chaleur est évitée. [b]Superbe[/b] [b]Chinon Beaumont 2006[/b] Vinification et élevage (20 mois) traditionnels ; vieilles vignes (40 ans) sur terroir argilo-calcaire ; 10 euros La robe est nettement plus sombre. Au nez, on pourrait s’attendre à des accents plus floraux mais ici, on est frappé par le côté sanguin bien arrondi par les fruits rouges. En bouche confirmation de cette structure avec des tanins moins doux que prévu. C’est encore un peu fermé, austère mais la minéralité est bien présente et rend le vin très prometteur. Un 2006 intéressant avec une garde potentielle de 2 à 3 ans. [b]Bien[/b] [center][img=http://www.bottcher.be/vinum/images/loire/breton06.jpg][/center] [b]Bourgueil Les Perrières 2006[/b] Vinification traditionnelle et élevage long (30 mois) ; les plus vieilles vignes du domaine (70 ans) sur un terroir argilo-calcaire ; 16 euros La robe est sombre à souhait et le nez très intense, puissant, sur le fruit et la minéralité mais la complexité de la palette aromatique est fantastique. En bouche une acidité intense emporte le fruit vers une très belle longueur avec des tanins assez secs. Un vin profond sur le terroir. Grande garde au programme. [b]Très bien +[/b] [b]Vouvray La Dilettante 2008[/b] Pressurage doux et vinification lente en barrique ; pas de malo ; terroir argilo-siliceux ; 4g de résiduel ; 10 euros Le nez est riche en arômes citriques avec beaucoup de minéralité. La bouche, très puissante est encore un peu dissociée entre l’acidité bien présente et le fruit . Tout cela est compensé par la minéralité du terroir. A garder 5 à 10 ans sans nulle hésitation et à consommer sur des viandes blanches ou des poissons riches. Un seul mot pour ce vin, dada de Catherine : [b]Splendide[/b][img=http://www.bottcher.be/vinum/images/loire/breton04.jpg]

    Dégustation

    Bourgueil La Dilettante 2008

    Vin vinifié en macération carbonique ; terroir de graviers ; 10 euros

    Le vin est fait en rouge dans l’esprit d’un rosé avec un petit plus. La robe est claire, le nez totalement sur les fruits rouges. En bouche, il y a clairement plus de fraicheur que de corps, le vin a été fait pour le plaisir de la soif, avec tout de même une légère charge tannique qui donne un peu de relief par rapport à un simple rosé. A réserver aux viandes blanches ou aux grillades de poisson, avec un grand maximum de deux ans de garde. Assez Bien

    Bourgueil Les Galichets 2007

    Fermentation conventionnelle ; terroirs de graviers ; 10 euros

    Le nom Galichet vient de galiche, pierre à silex charriée par la rivière. Par rapport au vin précédent, on retrouve une vinification conventionnelle tout en voulant obtenir un vin de plaisir à boire assez rapidement. On retrouve au nez et en bouche les fruits rouges du précédent mais avec plus de croquant et nettement plus de relief tannique sans avoir une matière asséchante. Cela reste très souple en finale avec une belle impression de finesse, mais tout de même avec une légère impression de manque de longueur. A garder maximum 3 ans et à placer entre amis sur un beau barbecue ou de la charcuterie fine. Bien

    Bourgueil Clos Sénéchal 2007

    Fermentation conventionnelle ; terroir argilo-calcaire ; élevage assez court (12-13 mois) ; 12 euros

    Comme décrit plus haut, ce vin est fait pour avoir de la structure et une garde de 4 à 5 ans.
    Le nez est à nouveau sur le fruit et la bouche propose du relief par ses tanins plus marqués mais aussi de la douceur, de l’onctuosité. Cette structure légère est à associer au millésime proche de 2002 pour son manque d’ensolleiment estival. La fraicheur et le croquant sont, eux, toujours au rendez-vous. A conserver 3 à 5 ans et à servir après un carafage d’une heure. Bien +
    [/center] [b]Bourgueil Nuits d’Ivresse 2007[/b] Vin issu de deux parcelles (Grands Monts et Musardières) ; vinification traditionnelle totalement sans soufre jusqu’à la mise en bouteille comprise ; terroir argilo-calcaire ; 12 euros La robe est très dense et le nez démarre en force sur le fruit puis apporte des notes florales et de la minéralité. Globalement, c’est très aérien, vivant, sans le moindre atome de notes variétales. En bouche c’est l’explosion de tension (sans aigreur) et de fruit croquant avec une énorme longueur. On prend vraiment son pied ! Il s’agit ici du vin au sommet de l’esprit de ses créateurs où la conservation des levures indigènes est un des objectifs. Le vin se veut toutefois fragile mais permet une bonne conservation de 5 à 6 ans si la chaleur est évitée. [b]Superbe[/b] [b]Chinon Beaumont 2006[/b] Vinification et élevage (20 mois) traditionnels ; vieilles vignes (40 ans) sur terroir argilo-calcaire ; 10 euros La robe est nettement plus sombre. Au nez, on pourrait s’attendre à des accents plus floraux mais ici, on est frappé par le côté sanguin bien arrondi par les fruits rouges. En bouche confirmation de cette structure avec des tanins moins doux que prévu. C’est encore un peu fermé, austère mais la minéralité est bien présente et rend le vin très prometteur. Un 2006 intéressant avec une garde potentielle de 2 à 3 ans. [b]Bien[/b] [center][img=http://www.bottcher.be/vinum/images/loire/breton06.jpg][/center] [b]Bourgueil Les Perrières 2006[/b] Vinification traditionnelle et élevage long (30 mois) ; les plus vieilles vignes du domaine (70 ans) sur un terroir argilo-calcaire ; 16 euros La robe est sombre à souhait et le nez très intense, puissant, sur le fruit et la minéralité mais la complexité de la palette aromatique est fantastique. En bouche une acidité intense emporte le fruit vers une très belle longueur avec des tanins assez secs. Un vin profond sur le terroir. Grande garde au programme. [b]Très bien +[/b] [b]Vouvray La Dilettante 2008[/b] Pressurage doux et vinification lente en barrique ; pas de malo ; terroir argilo-siliceux ; 4g de résiduel ; 10 euros Le nez est riche en arômes citriques avec beaucoup de minéralité. La bouche, très puissante est encore un peu dissociée entre l’acidité bien présente et le fruit . Tout cela est compensé par la minéralité du terroir. A garder 5 à 10 ans sans nulle hésitation et à consommer sur des viandes blanches ou des poissons riches. Un seul mot pour ce vin, dada de Catherine : [b]Splendide[/b][img=http://www.bottcher.be/vinum/images/loire/breton05.jpg]

    Bourgueil Nuits d’Ivresse 2007

    Vin issu de deux parcelles (Grands Monts et Musardières) ; vinification traditionnelle totalement sans soufre jusqu’à la mise en bouteille comprise ; terroir argilo-calcaire ; 12 euros

    La robe est très dense et le nez démarre en force sur le fruit puis apporte des notes florales et de la minéralité. Globalement, c’est très aérien, vivant, sans le moindre atome de notes variétales. En bouche c’est l’explosion de tension (sans aigreur) et de fruit croquant avec une énorme longueur. On prend vraiment son pied ! Il s’agit ici du vin au sommet de l’esprit de ses créateurs où la conservation des levures indigènes est un des objectifs. Le vin se veut toutefois fragile mais permet une bonne conservation de 5 à 6 ans si la chaleur est évitée. Superbe

    Chinon Beaumont 2006

    Vinification et élevage (20 mois) traditionnels ; vieilles vignes (40 ans) sur terroir argilo-calcaire ; 10 euros

    La robe est nettement plus sombre. Au nez, on pourrait s’attendre à des accents plus floraux mais ici, on est frappé par le côté sanguin bien arrondi par les fruits rouges. En bouche confirmation de cette structure avec des tanins moins doux que prévu. C’est encore un peu fermé, austère mais la minéralité est bien présente et rend le vin très prometteur. Un 2006 intéressant avec une garde potentielle de 2 à 3 ans. Bien
    [/center] [b]Bourgueil Les Perrières 2006[/b] Vinification traditionnelle et élevage long (30 mois) ; les plus vieilles vignes du domaine (70 ans) sur un terroir argilo-calcaire ; 16 euros La robe est sombre à souhait et le nez très intense, puissant, sur le fruit et la minéralité mais la complexité de la palette aromatique est fantastique. En bouche une acidité intense emporte le fruit vers une très belle longueur avec des tanins assez secs. Un vin profond sur le terroir. Grande garde au programme. [b]Très bien +[/b] [b]Vouvray La Dilettante 2008[/b] Pressurage doux et vinification lente en barrique ; pas de malo ; terroir argilo-siliceux ; 4g de résiduel ; 10 euros Le nez est riche en arômes citriques avec beaucoup de minéralité. La bouche, très puissante est encore un peu dissociée entre l’acidité bien présente et le fruit . Tout cela est compensé par la minéralité du terroir. A garder 5 à 10 ans sans nulle hésitation et à consommer sur des viandes blanches ou des poissons riches. Un seul mot pour ce vin, dada de Catherine : [b]Splendide[/b][img=http://www.bottcher.be/vinum/images/loire/breton06.jpg]

    Bourgueil Les Perrières 2006

    Vinification traditionnelle et élevage long (30 mois) ; les plus vieilles vignes du domaine (70 ans) sur un terroir argilo-calcaire ; 16 euros

    La robe est sombre à souhait et le nez très intense, puissant, sur le fruit et la minéralité mais la complexité de la palette aromatique est fantastique. En bouche une acidité intense emporte le fruit vers une très belle longueur avec des tanins assez secs. Un vin profond sur le terroir. Grande garde au programme. Très bien +

    Vouvray La Dilettante 2008

    Pressurage doux et vinification lente en barrique ; pas de malo ; terroir argilo-siliceux ; 4g de résiduel ; 10 euros

    Le nez est riche en arômes citriques avec beaucoup de minéralité. La bouche, très puissante est encore un peu dissociée entre l’acidité bien présente et le fruit . Tout cela est compensé par la minéralité du terroir. A garder 5 à 10 ans sans nulle hésitation et à consommer sur des viandes blanches ou des poissons riches. Un seul mot pour ce vin, dada de Catherine : Splendide

    Patrick Böttcher
    VinsLibres.net
    #32

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 895
    • Remerciements reçus 0

    emmane777 a répondu au sujet : Re: C. et P. Breton - Chinon "Les Picasses" 2000

    Catherine et Pierre Breton - Chinon " Les Picasses" 2000

    Robe rubis, limpide

    Nez sur d'intenses notes végétales, toutes en finesse ; menthol et fleurs blanches surtout.
    En bouche on retrouve des arômes intenses et complexes avec ce côté végétal, surtout mentholé, dominant ; mais l'on sent par dessous, subtilement, des notes de fruits rouges, avec une touche de sous-bois, voire des notes alimentaires (caramel). La complexité aromatique est saisissante.
    La structure du vin se situe sur un équilibre onctuosité/acidité parfait, les tanins étant très discrets, avec une très bonne longueur en bouche.

    Vin au total plutôt impressionnant par sa finesse et sa charge aromatique ; à côté nous avons dégusté un Château Carbonnieux (Pessac Léognan) 2003 plus que classique et ô combien pâle à côté de ce Chinon ( à sa décharge on l'a bu probablement trop jeune).
    Cette bouteille m'a réconcilié avec les rouges de Loire, et m'a conforté sur mes opinions concernant la viticulture biologique.

    Emmanuel
    #33

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 29
    • Remerciements reçus 0

    Francois R a répondu au sujet : Re: C. et P. Breton - Chinon "Les Picasses" 2004

    J'ai dégusté ce vin à deux reprises récemment.

    Résultat:une grande déception... Un nez très très animal, dur, fermé; et une bouche relativement sèche et sans charme. Bilan: la bouteille est repartie à moitié pleine.
    Lors de ma précédente expérience, un carafage "musclé" de 2h n'y avait rien changé.
    Alors question: avez vous déjà eu ces problèmes?

    Cela fait maintenant 7 ans que je goute régulièrement les vins du domaine, et je dois avouer qu'en général, je les apprécie toujours beaucoup jeune (Nuit D'Ivresse ou Clos Sénéchal particulièrement), mais que j'ai déjà eu à plusieurs reprises des exemples de bouteilles déviantes de ce genre (sur le clos Sénéchal aussi, entre autres).Je me souviens d'ailleurs d'avoir dégusté avec Pierre Breton lui même au Salon des Caves Particulières à Paris une bouteille pas très nette, ce qu'il avait lui même reconnu en ouvrant immédiatement une autre bouteille!

    Un dosage en SO2 particulièrement léger serait-il responsable? Je précise que les vins sont conservés dans une cave à 15°....

    Merci pour vos infos,

    François.
    #34

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 895
    • Remerciements reçus 0

    emmane777 a répondu au sujet : Re: C. et P. Breton - Bourgueil et Chinon

    Je ne sais si çà a valeur de réponse pertinente, mais mon ami qui m'a fait déguster les picasses 2000 avait failli jeter toutes ses bouteilles quelques années auparavant, les jugeant imbuvables ; en les regoûtant, il a tout simplement été "estomaqué" . Ces vins doivent être très instables dans leur évolution, de par leur mode de fabrication.
    Peut être y a-t-il aussi un effet millésime..

    Emmanuel
    #35

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 29
    • Remerciements reçus 0

    Francois R a répondu au sujet : Re: C. et P. Breton - Bourgueil et Chinon

    merci pour cette info.
    je me souviens aussi de certaines bouteilles achetées chez un caviste parisien, dont la tenue était assez aléatoire de son propre aveu, car selon lui la canicule de 2003 avait fait monter la température de sa cave et du coup, certaines "déviations" étaient apparues.

    F
    #36

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 6236
    • Remerciements reçus 0

    chinbourg a répondu au sujet : Re: C. et P. Breton - Chinon "Les Picasses" 2004

    François,
    si tu as l'habitude de Nuit D'Ivresse ou Clos Sénéchal, là, avec les Picasses tu changes de registre...(joli coteau argilo-calcaire, secteur de beaumont, vieilles vignes, souvent très coloré, des tanins et une minéralité qui donnent une belle mache...)
    J'adore cette cuvée, 2004 est un millésime ligérien, il lui faudra du temps pour se patiner.
    Long carafage ou longue garde (10 ans).
    Cette cuvée disparait, le domaine a perdu le fermage...
    Après, personne n'est à l'abri d'une bouteille moins en forme ou contaminée par le bouchon...

    Laurent L
    #37

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 1980
    • Remerciements reçus 0

    Flo a répondu au sujet : Re: C. et P. Breton - Chinon "Les Picasses" 2004

    Cette cuvée disparait, le domaine a perdu le fermage...

    Il me semble même que la parcelle disparaît (arrachage des vignes)... C'est en tous cas le souvenir que j'ai d'une discussion avec Catherine Breton.
    A vérifier, je ne suis pas sûr de moi à 100%.

    Florian
    #38

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 6236
    • Remerciements reçus 0

    chinbourg a répondu au sujet : Re: C. et P. Breton - Chinon "Les Picasses" 2004

    Florian,
    Il faudra que j'y passe pour voir...;)

    Laurent L
    #39

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 953
    • Remerciements reçus 7

    jull a répondu au sujet : Re: C. et P. Breton - Bourgueil et Chinon

    Et en meme temps tu vois pour nous organiser cette horizontale Perrieres...

    Jull
    #40

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 6236
    • Remerciements reçus 0

    chinbourg a répondu au sujet : Re: C. et P. Breton - Bourgueil et Chinon

    Julien, dès la rentrée je m'y consacre...

    Laurent L
    #41

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 6236
    • Remerciements reçus 0

    chinbourg a répondu au sujet : Re: C. et P. Breton - Bourgueil et Chinon

    Suite à l'arrêt de la cuvée les Picasses, les Breton ont trouvé une autre solution, ils se sont associés avec Pelletier, sur un joli terroir de Chinon, le Clos Saint Louand.(tu)

    Laurent L
    #42

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 955
    • Remerciements reçus 0

    hédoniste a répondu au sujet : Re: C. et P. Breton - Bourgueil et Chinon

    Breton La Dilettante 2008

    En rentrant du travail, quoi de mieux qu'un petit verre de blanc pour se remettre d'aplomb...

    Bouteille ouverte depuis 24 heures, elle présente une belle robe jaune claire.
    Le nez est sur le citrique, l'acidité, la poire, les fruits jaunes mûrs/fruité.
    La bouche est structurée, on retrouve la poire, le fruité.
    L'acidité porte le vin mais n'empêche pas une certaine rondeur.
    La finale se partage entre fruit et acidité.
    Un bien beau vin qui a encore de (nombreux) beaux jours devant lui.
    Je pense que je vais mettre mes autres bouteilles de côté pour quelques temps.

    Marc Lotin
    Il ne faut pas toujours tout s'autoriser...mais ne jamais rien s'interdire.
    #43

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 4554
    • Remerciements reçus 33

    aquablue a répondu au sujet : Re: C. et P. Breton - Bourgueil et Chinon

    2ème bouteille de Bourgueil La Dilettante 2007 bue ce soir. La première a été bu cet été et je retrouve malheureusement le même défaut que la première..

    Robe rouge clair un chouia trouble..
    Nez: repoussant sur la fiente de poule puissance 12 !! J'ai ouvert, laissé reposer, agité, pour l'instant rien n'y fait. Et j'avais eu le même problème en Juillet.. J'essaie de ne pas sentir quand je bois mais c'est compliqué...
    Bouche: Heureusement super intéressante, c'est très fruit sur des notes de framboises et de fruits rouges acidulés, d'une extrème buvabilité... Belle fraicheur.. Le type même du vin très "facile" d'accès, que je vois parfaitement sur quelques grillades l'été servi un peu frais.

    En conclusion, un vin d'une AOC que je ne connais que peu, qui me séduit pas son coté friand mais alors, si on pouvait éviter ce type de désagrément au niveau nez, on serait encore plus heureux !!! B)

    Arnaud..

    PS: [size=small]ce post n'a pas pour objet de relancer une énième polémique bio, non bio...[/size]
    #44

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 6236
    • Remerciements reçus 0

    chinbourg a répondu au sujet : Re: C. et P. Breton - Bourgueil et Chinon

    Arnaud point de polémique en vue...
    Le vin est juste réduit...
    C'est un vin de soif qui n'est nullement représentatif de son AOC.

    Laurent L
    #45

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 4554
    • Remerciements reçus 33

    aquablue a répondu au sujet : Re: C. et P. Breton - Bourgueil et Chinon

    OK laurent, je ne vais pas te contredire sur les bourgueil ;)
    #46

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 382
    • Remerciements reçus 0

    rahan a répondu au sujet : CR: C. et P. Breton - Bourgueil et Chinon - Les galichets 2007

    CR: C. et P. Breton - Bourgueil et Chinon - Les galichets 2007

    première rencontre avec un vin de ces vignerons, sur les conseils de mon caviste

    pour faire simple : un nez sur la cerise suivi d'une explosion de fruits rouge en bouche, la matière est bien présente mais elle est souple, les tanins sont très fins, le tout apporte une grande fraîcheur : c'est gouleyant

    bref j'ai adoré, on est à des années lumières de ce que j'ai pu goûté auparavent en bourgueil, et pourtant j'en ai bu qui étaient loin d'être mauvais

    très bien ++

    seul petit bémol mais je m'en doutais, l'accord avec le magret de canard .... c'est pas la symbiose ;)

    geoffrey
    #47

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 398
    • Remerciements reçus 0

    Mickey a répondu au sujet : Re: C. et P. Breton - Bourgueil et Chinon

    Neophyte dans cette region, un amis ma ramené une bouteille de ce domaine. Son nom, "epaule jetté" 2007.

    Amateur de vins d'Alsace avant tout il me tarde de me lancer sur cette tres belle region qui n'est pas uniquement composé de chateaux.
    Chenin et Riesling, apres tout, ca se ressemble, et c'est d'ailleurs assez sympa de pouvoir faire des degustations ou les deux cepages se retrouvent.

    Vif, gras, rond, quelques notes florales, un peu d'acidité au final. Bref tres simple, qui m'a bien plus.

    Pour plus d'infos :

    www.domainebreton.net

    Mickey

    PS: Drole de retrouver Patrick.B que je suis en Alsace, dans cette rubrique(Riesling-chenin quand tu nous tiens!) avec un beau reportage,encore une fois, un peu plus haut.
    #48

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 955
    • Remerciements reçus 0

    hédoniste a répondu au sujet : Re: C. et P. Breton - Bourgueil et Chinon

    La Dilettante 2008

    Beau vin frais, fruits blancs (poire), floral, belle acidité, équilibré et belle finale.
    Par rapport à ma dernière dégustation, je trouve le vin moins rond et plus tranchant.
    Ce qui n'est pas négatif car le vin est plus précis. Ces quelques mois de bouteille lui ont fait du bien selon moi.

    Marc Lotin
    Il ne faut pas toujours tout s'autoriser...mais ne jamais rien s'interdire.
    #49

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 955
    • Remerciements reçus 0

    hédoniste a répondu au sujet : Re: C. et P. Breton - Bourgueil et Chinon

    Pas pu résister, j'ai ouvert ma dernière bouteille de Dilettante 2008.
    Trop bon souvenir de la bouteille de la semaine passée.
    Ce vin glisse tout seul et il se résume en seul mot : excellent.
    Seul défaut : j'en ai plus ! ;)

    Marc Lotin
    Il ne faut pas toujours tout s'autoriser...mais ne jamais rien s'interdire.
    #50

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 955
    • Remerciements reçus 0

    hédoniste a répondu au sujet : Re: C. et P. Breton - Bourgueil et Chinon

    A noter que 24 heures d'aération fait du bien au vin, il est plus ample, plus libéré.

    Marc Lotin
    Il ne faut pas toujours tout s'autoriser...mais ne jamais rien s'interdire.
    #51

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 799
    • Remerciements reçus 0

    christian11 a répondu au sujet : La Dilettante 2008 C. et P. Breton

    La Dilettante 2008 chenin sec
    bu dans un bar a vin il y a quelques jours (sans prise de notes)

    le nez va être très vivant tout au long de la bouteille , avec des fleurs blanches qui restent derrière l'ananas et des fruits confits.
    la bouche est superbe avec une tension qui procure un coté tranchant , limpide et gourmand à la fois.
    léger coté râpeux du coing par moment pour un équilibre parfait

    une très belle bouteille.

    ;)
    #52

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 1980
    • Remerciements reçus 0

    Flo a répondu au sujet : La Dilettante 2008 C. et P. Breton

    Je rejoins l'avis de Christian.

    Une très belle bouteille, mais déroutante !
    Un Vouvray à part, très mûr, sur des notes de fruit exotique, qui présente beaucoup de gras (compensé certes par une superbe acidité).
    Un style très différent de ce que j'ai goûté récemment (Foreau & Co). Maturité plus poussée ? Bâtonnage appuyé ?
    J'aime beaucoup en tous cas.
    Je me demande comment cet ovni va vieillir.

    Florian
    #53

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 5018
    • Remerciements reçus 190

    Marc C a répondu au sujet : Re: La Dilettante 2008 C. et P. Breton

    Flo écrit: Un style très différent de ce que j'ai goûté récemment (Foreau & Co)


    Je dirais même plus diamétralement opposé ;)
    Mais c'est très bon!

    Marc
    #54

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 1980
    • Remerciements reçus 0

    Flo a répondu au sujet : Re: La Dilettante 2008 C. et P. Breton

    D'aucuns l'auraient même placé en Languedoc à l'aveugle. (:P)(:D

    Mais non, je ne dénoncerai pas...

    Florian
    #55

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 19640
    • Remerciements reçus 82

    enzo daviolo a répondu au sujet : Re: La Dilettante 2008 C. et P. Breton

    "D'aucuns l'auraient même placé en Languedoc à l'aveugle."

    des noms...:) genre roc d'anglade?
    #56

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 5018
    • Remerciements reçus 190

    Marc C a répondu au sujet : Re: La Dilettante 2008 C. et P. Breton

    Flo écrit: D'aucuns l'auraient même placé en Languedoc à l'aveugle.


    :D bah ce qui était sûr c'est que c'était un blanc du Sud, [size=x-small]du Sud de Chablis quoi :P[/size]

    Marc
    #57

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 895
    • Remerciements reçus 0

    emmane777 a répondu au sujet : Re: La Dilettante 2008 C. et P. Breton

    La dilettante 2008

    Dégustée dès ouverture, une bouteille fraiche et agréable ; à ce stade, en l'état je noterais volontiers bien . C'est écrit, voilà. Je me sens plus léger. La laisser respirer aurait peut-être apporté plus de dimensions.

    Emmanuel
    #58

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 1980
    • Remerciements reçus 0

    Flo a répondu au sujet : Re: La Dilettante 2008 C. et P. Breton

    Pour ma part, sur les 4 bouteilles bues à ce jour, je n'ai jamais vu d'amélioration franche avec l'aération.
    Les fonds de bouteille, le lendemain ou surlendemain, présentaient un peu moins de tonus.

    Florian
    #59

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 895
    • Remerciements reçus 0

    emmane777 a répondu au sujet : Re: C. et P. Breton - Bourgueil et Chinon

    Merci pour ces précisions..

    Emmanuel
    #60

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javaux
    Temps de génération de la page : 0.179 secondes

    Connexion

    Publicité 1

    Utilisateurs en ligne

    • Utilisateurs en ligne: 12
    • Utilisateurs hors-ligne: 20,797
    • Invités: 570

    L´abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération

    © 2017 Lapassionduvin.com. Tous droits réservés.