Publicité slide

    CR: Le Noël 2017 du LPV Léman

    • Messages : 1730
    • Remerciements reçus 135

    chrisdu74 a créé le sujet : CR: Le Noël 2017 du LPV Léman

    CR: Le Noël 2017 du LPV Léman

    L’équipe au quasi-complet s’est comme d’habitude rendue disponible pour la séance spéciale fin d’année du LPV Léman. Grosse ambiance, décibels et bonne humeur , pas besoin de crier sa joie les gars ::fz:: )

    C’est Régis qui a été nominé volontaire pour l’ordonnancement. Encore un excellent repas concocté par le chef du Barto à Annemasse, la cuisson des viandes, gaarglll trop bon… dommage pour une fois qu’il y avait plusieurs sauces (légèrement) crémées, excellentes au demeurant mais pas forcément sympas pour certains vins.

    C’est parti, les habituelles bulles sont réparties en 2 bouteilles comme un préambule à l’orgie qui va suivre :


    Champagne C.Bouchard “Roses de Jeanne” Blancs de blancs

    Nez brioché, plutôt rond ; bulle fine et intense, un peu dure (pinot majoritaire ? arf… ) . Bouche sèche et tendue, à la fois sec (acidité) et tendre, très léger dosage ?
    TB


    Champagne Dom Pérignon 1990

    Robe doré foncé ; très léger bouchon au nez et surtout du caramel voire crème de café, ça évoque la liqueur Bailey. On retrouve tout ça en bouche, bulle fine, il y a de la matière et peut-être de la complexité mais le café/caramel domine tout (y compris le petit goût de bouchon qu’il faut vraiment chercher ce qui n’est pas plus mal). Peu d’intérêt pour moi dans ce vin qui est trop vieux, surprise à la découverte de l’étiquette. Mon voisin de table qui a tout de suite jeté son verre fait mine d’en redemander à la découverte de l’étiquette…. Naan j’déconne…



    Sur une brochette de St Jacques

    Meursault Genévrières 2010 dom. Jobard

    Nez boisé et beau fruité orange, le tout un peu «brut» . On retrouve ce fruit et les notes d’élevage dès l’attaque en bouche, la trame acide se déroule jusqu’à la finale salivante
    TB mais trop léger sur la crème du plat


    Corton Charlemagne 2010 Rapet

    Gouté en premier au vu du nez fermé qui dégage à peine quelques notes d’agrumes. L’attaque en bouche reste sur le même registre peu aromatique, douce et acide à la fois, salin, un peu chaleureux en fin de bouche et toujours peu expressif ; étonnant pour un corton charlemagne par rapport à mes expériences précédentes
    B


    Meursault 1er cru La Goutte d’Or 1996 JM Gaunoux

    Nez de vieux vin légèrement oxydé, notes de caramel. L’attaque en bouche est plate puis progressivement l’acidité se met en place ainsi qu’une aromatique avenante. Très belle finale salivante sur des notes de jus d’orange
    TB mais déclin/oxydation en cours



    Sur un maki de saumon fumé (farce à base de petit légumes et philadelphia)


    Rangen de Thann , Saint Théobald 2013 dom. Schoffit

    Nez sur les fruits exotiques, fruits de la passion +++ et orange aussi. Bouche en finesse et acidité, toujours le fruit de la passion, salin, sec et peu alcoolisé, certains y voient un riesling de Mosel
    TB


    Rangen de Thann Riesling Clos Saint Urbain 2007 Zind Humbrecht

    Nez minéral avec un peu de fruit derrière . Bouche pareil, du caillou et un peu de fruit derrière, intense, très intense mais puissant et austère.

    Ça n’a pas plu, certains qui connaissent la cuvée suggèrent un problème de bouteille. C’est mon 2ème essai avec ce vin dont je vais finir par admettre que mon lot a un problème. Autant la première (LPV suisse 2016) était hyper austère mais droite, laissant plus penser à un style (je découvrais le Rangen) , autant celle-là laissait entrevoir un fruit sympathique à l’ouverture ; gardée ouverte depuis le matin dans la porte du frigo, elle était encore bien fruitée à 17heures avant de partir, un joli fruit sur l’orange qui rappelait le très beau Windsbuhl 08. Je me refusais à enterrer mon vin lors de la soirée mais le lendemain, le gros fond de bouteille (c’est un signe , en général les bouteilles reviennent rarement du fond de la table, Bajul si tu nous lis… )était carrément oxydé.
    RIP NN Bouteille achetée chez un caviste à la sortie et conservé en cave climatisée depuis , je suis véner’….

    [ J’en ai ouvert une nouvelle pendant les fêtes sur ma langouste au beurre d’agrumes du réveillon et exactement la même chose sans aération excessive préalable ; un peu de fruit mais à l’aveugle je serais parti sur un vin nature mal ouillé…. terroir ou daube ? alors vraiment j’attends que Mr Ki m’en fasse goûter une des siennes pour me faire une idée ]


    Pouilly Fumé Silex 2006 Daguenau

    Nez de buis qui signe un sauvignon mais sur un fond minéral, on est loin du variétal vulgaire ici. L’attaque en bouche est douce avec une légère rondeur qui enrobe une trame acide longue et complexe. Je pense à un beau Cotat encore jeune (cf dégustation LPV suisse de nov 2016) ; d’autres disent Daguenau et ils ont raison mais les rares fois où j’en ai gouté c’était beaucoup plus sec et tendu, austère. Gagnerait peut être à attendre encore un peu mais il y a du vin dans le verre en tout cas.
    EXC


    On attaque la viande, T-bone de veau (rhaah lovely) sauce crème (edit... je relis le menu qui disait "sauce foie gras")

    L’accord avec la crème suggère un blanc (je rêve d’une sauce morilles vin jaune et d’un château chalon…) mais nous sommes une assemblée de buveurs de rouges alors Régis a coupé la poire en 2 :


    Alsace Mambourg 2011 JM Deiss complantation pinot et autres cépages si je ne m'abuse

    Autant le 2010 m’avait laissé indifférent il y a 2 ou 3 ans, autant ce 2011 mérite l’intérêt : Bouche fruitée, douceur qui supplante l’acidité sous-jacente, léger boisé vanillé mais pas outrancier, un vin frétillant, acidulé (ça picote) mais puissant en même temps ; la finale révèle un peu de rondeur et d’alcool toutefois
    TB


    IGT Toscana Tignanello 2007 Antinori 80% sangiovese, 15% Cabernet Sauvignon, 5% Cabernet Franc

    Nez difficile à décrire, je dirais un style puissant et sudiste vs le style fruité/boisé d’un bordeaux mais n’ai pas de description plus précise à proposer.
    La bouche est fluide et riche avec un mélange de fruit et d’austérité qui évoquerait des cépages bordelais au contraire du nez. Astringence notable mais ça s’efface sur la viande
    TB+


    Barolo 2007 E.Altare

    Nez sur les fruits acides; bouche fine et fluide avec alcool et tannins en fin de bouche. Pas de gras, paraît austère et maigre sur la crème, ben oui sauce à la crème, pas de miracle…
    Un peu plus tard, un peu réchauffé et sans crème ça retrouve un peu de suavité proche d'une précédente dégustation quand je l’avais déjà gouté très gras, aux tannins enrobés et étiré par sa trame acide


    A ce stade du repas, on se sent plutôt bien et on pourrait se déconcentrer mais arrive le 2ème plat, (civet) de chevreuil et une nouvelle triplette de vins :

    Pommard Epenots 1er cru 2012 dom. Vaudoisey Creusefond

    Nez sur les fruits compotés, fraise écrasée, prune, très intéressant (et surprenant pour un bourgogne) . Bouche acide et boisée, trop fluide vs la promesse du nez.
    J’ai noté quand même excellent mais avec un borborygme gribouillé derrière…


    Corton Renardes grand cru 2001 dom. Marius Delarche

    Nez peu expressif, plus acide, légèrement poussiéreux. Bouche plus fondue, fruits rouges sur trame acide en finesse avec une texture lâche qui évoquerait l’Enclos de la Terrasse d’Elise.
    Notes de vieux bois qui évoquent un âge plus avancé que ne suggère la bouche, peut-être une pointe de liège qui parasite mais en même temps, il a déjà 16 ans comme on peut le constater à la découverte de l’étiquette
    EXC


    IGP Alpilles Dom de TREVALLON 2012

    Robe très dense, nez de fruits frais, plus acide aussi que le 1er. Bouche plus fruitée, tannique, astringent, très astringent, acidité marquée (je pense à un sicilien de l’Etna)
    TB++ encore jeune d’évidence mais déjà goutable par rapport au 2011 cadenassé servi il y a 2 ans


    On arrive au fromage et c’est là que le crime organoleptique est commis ! Les bordolâtres grattent 2 bouteilles dans la dernière ligne droite et nous sortent fièrement


    Saint-Emilion ch. Belair 1995

    On pardonnera parce que c’est très bon, c’est excellent même ! Nez topissime de fruit doux et fondu. La bouche n’est pas en reste, du velours ! ça sent le beau merlot à maturité
    Quoi ? seulement 2 plats de viande ce soir ? qu’on m’amène une côte de bœuf sur le champ !


    Saint Julien ch. Leoville Barton 1996

    Alors là on pardonnera pas, c’est vraiment trop gâché (emoticone du gourmand énervé). Du jus de cabernet, sûrement un beau vin sur un gigot d’agneau (quoi ? seulement 2 plats de viandes ? qu’on m’amène… comique de répétition… ) mais c’est d’une austérité à toute épreuve ; ceci dit c’est en progrès depuis la dernière fois (afters de la verticale de Certan de May de Certan en 2013 ?) mais Jérôme, déconne pas, faut encore attendre, et par pitié, pas sur le fromage


    Un petit blanc quand même pour sauver les meubles mais là je sature vraiment, trop de vins, même crachés

    Sancerre Les romains 2014 dom. Fouassier

    Nez fruité et floral. Bouche très fine un peu marquée par l’alcool et l’amertume mais ça reste floral et ça devait être pas mal. Pas identifié le sancerre en tout cas


    Et sur le dessert, on continue joyeusement,


    Sauternes ch. Rieussec 1999

    Grosse liqueur, ça safrane à mort ( au nez et en bouche) et je reconnais instantanément ce vin que Jérôme nous a déjà offert il y a 5 ans. Bouche fraîche, étirée, sucrée mais pas massive; aromatique marquée par l’orange amère et le safran. C’était bon en 2012 et finalement heureusement qu’on n’a pas eu la fin du monde annoncée parce que là ça s’est amélioré. Phil Du, t’aurais dû venir avec ton petit survêtement rouge :-())
    EXC


    Petite Arvine du Valais AOC flétri sur souche Sous l’escalier 2000 dom du Mont d’Or

    Plus de sucre perceptible mais aussi plus acide, grande longueur, fruits exotiques et un peu de safran aussi….


    Mes notes s’arrêtent là, il neige et je dois rentrer. Heureusement ça tient à peine sur la route et il n’y a pas grand monde. Demain, marathon de spinning, gaaargl…. (3h c’était dur …. )
    Merci pour cette session et ces apports les gars, à l’année prochaine en 2018 !!

    Chris d'U
    #1
    Les utilisateur(s) suivant ont remercié: claudius, oliv, Sylv1, Jean-Bernard, Vougeot, mgtusi, bonaye, LADIDE78, Vaudésir, Frisette, starbuck, leteckel

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 1682
    • Remerciements reçus 284

    starbuck a répondu au sujet : Le Noël 2017 du LPV Léman

    Les 2010 chez Rapet semblent s'être refermés (idem avec Sous Frétille)
    Je garde un très grand souvenir de ce Corton Charlemagne plus jeune

    Sylvain
    #2

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 9967
    • Remerciements reçus 149

    claudius a répondu au sujet : Le Noël 2017 du LPV Léman

    marrant les différences de perception, j'ai à nouveau ouvert un Léoville Barton 1996 au mois de décembre, pour moi un vin à point qui a rejoint son apogée
    #3

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 3807
    • Remerciements reçus 425

    LADIDE78 a répondu au sujet : Le Noël 2017 du LPV Léman

    Merci Christophe
    pour ton CR , bien vu de la part de Régis pour l accord avec le Mambourg , le vin c est apparemment bien présenté , je pense que l accord met / vin adouci la puissance de ce vin , j ai gouté un 2013 dernierement , la salivation était vraiment forte , puissante , mais pas désagréable , je suis curieux de voir ce que donne cette cuvée au bout de 10 ans . Je pense qu il n y a que des pinots dans la composition de cette cuvée ( a voir ) :)
    didier

    Mal- voyant depuis 27 ans et passionné de vins comme vous tous
    #4

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 1730
    • Remerciements reçus 135

    chrisdu74 a répondu au sujet : Le Noël 2017 du LPV Léman

    Merci pour vos commentaires (tu)

    Claude, je force un peu le trait pour le Barton, ça doit commencer à bien se boire sur un plat adapté mais c'est encore loin de l'apogée à mon goût de gérontophile es Bordeaux (Le Cos 91 de Noël était merveilleux à cet égard)

    Chris d'U
    #5

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 3608
    • Remerciements reçus 501

    Frisette a répondu au sujet : Le Noël 2017 du LPV Léman

    LADIDE78 écrit: Je pense qu il n y a que des pinots dans la composition de cette cuvée ( a voir ) :)


    A priori, tu as raison: selon 1jour1vin , il s'agit de Pinot Gris, Pinot Blanc, Pinot Noir et Pinot Meunier: Bien vu! (sans mauvais jeu de mot ;) )

    Flo (Florian)
    LPV Forez
    #6

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 60
    • Remerciements reçus 1

    olivierp a répondu au sujet : Le Noël 2017 du LPV Léman

    Hello Chris, et merci pour tes compte-rendus. Sympa de se remémorer les vins qu'on a pû boire grâce à tes écrits :)
    je vais te décevoir mais contrairement à ce que je pensais je n'ai plus de 2007 Riesling Rangen de Zind mais voici ma note de dégustation de mai 2012:
    "Golden yellow colour, some legs. Med intensity of white flowers, acacias, honey wax and some petroly aromas. High acidity, med+ alcohol, full bodied with med+ intensity of flavours (see nose + peach and yellow apple) and Med+ length.
    Outstanding bottle of Riesling, great balance, excellent complexity and interest...LOVED it!"
    Tu me pardonneras l'anglais mais je sortais de mes révisions du diplome du WSET à l'époque.
    Je te confirme que ta bouteille (ton lot on dirait) est quelque peu déviant.
    Olivier Ki
    #7

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javaux
    Temps de génération de la page : 0.134 secondes

    Connexion

    Publicité 1

    Utilisateurs en ligne

    • Utilisateurs en ligne: 20
    • Utilisateurs hors-ligne: 1,937
    • Invités: 1,206

    L´abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération

    © 2017 Lapassionduvin.com. Tous droits réservés.