Publicité slide

    normal Vignobles et évolutions climatiques

    • Messages : 17460
    • Remerciements reçus 203

    Jérôme Pérez a créé le sujet : Vignobles et évolutions climatiques

    Va-t-on assister à un bouleversement de la vitiviniculture dans les années à venir qui sera dû aux changements climatiques et notamment au phénomène de l’augmentation de la température ?
    Entre évolutions et modifications majeures, tout est affaire de prévisions, basses ou hautes, optimistes, pessimistes, mais il est très clair que la hausse des températures amorcée au milieu du XXième siècle et qui s’est accentuée brutalement à partir du milieu des années 1980 aura des conséquences sur la cartographie des vignobles, ainsi que sur les caractéristiques de ceux existants.
    Entre disparition de certains vignobles, naissance d’autres, évolution de l’encépagement de certaines zones, modification de l’échelle des crus, il semble intéressant de se pencher sur cette question.

    Les prévisions d’augmentation de la température, entre 1,1 et 6,4 degrés à la fin du XXIième par rapport aux années 1980/1999 ont cette amplitude liée strictement à l’évolution de l’émission des gaz à effet de serre et dépend donc directement des politiques mises en œuvre mondialement.
    Dans cette incertitude, une chose est certaine cependant : l’augmentation des températures sera plus importante sur les terres émergées aux latitudes élevées de l’hémisphère nord. Quant à l’évolution des précipitations, c’est encore plus flou, même s’il y a consensus sur une forte diminution dans les régions méditerranéennes.
    Deux autres éléments à prendre en compte dans la modification future de la cartographie et de la caractéristique des vignobles sont celles liées à des facteurs technico-commerciaux (possibilité de faire pousser de la vigne partout dans la mesure d’un apport scientifique et technologique) et à l’évolution de la législation (comme par exemple la libéralisation de plantation de certains cépages à l’horizon 2011) qui pourrait localement produire des modifications notables. Mais ces deux facteurs ne seront pas pris en compte dans cette étude.

    La vigne propice à la production de vin (vitis vinifera en Europe et les variétés américaines et asiatiques) se développent dans des conditions optimales et qualitatives dans des régions qui possèdent une moyenne annuelle des températures comprise entre 10 et 20 degrés. (cf. travaux de Jean Ribéreau-Gayon et Emile Pénaud 1971). Cela correspond pour l’hémisphère nord très schématiquement à une bande s’étageant entre le 30ième te le 50ième parallèle et entre le 30ième et 40ième pour l’hémisphère sud. Cela doit cependant être relativisé par l’effet de l’altitude de certains vignobles qui leur permet de rentrer dans ces limites de température, même s’ils sont hors de ces « bandes » géographiques. (Comme par exemples certains vignobles argentins, cf. l’article de Claude sur Yacochuya).

    Dans l’hémisphère nord, le gradient de température de 1 degré se traduit par une différence en latitude de 200 kilomètres et 150 mètres en altitude. Si l’on retient cette loi, la géographie des vignobles, au regard des prévisions de modifications climatologiques, va être modifiée à la fois par une expansion dans certaines zones et un retrait dans d’autres.
    En prenant une hypothèse d’une hausse de 5 degrés à l’horizon 2100 par rapport à la moyenne de la fin du XXième selon les modèles du GIEC (groupe intergouvernemental d’Experts sur l’évolution du climat – 2007), la limite de la culture de la vigne pourrait se déplacer de 1000 kilomètres vers le nord, repoussant ainsi celle-ci vers les 60ième parallèles, d’autant plus que le réchauffement de ces zones pourrait être bien plus important que celui de la moyenne mondiale.
    Ce mouvement s’est déjà amorcé en fait si on se réfère aux travaux de Grégory Jones (2007) avec un transfert de l’ordre d’une centaine de kilomètre en moyenne depuis le milieu du XXième siècle. (Angleterre, Belgique, sud de la Hollande, Tasmanie, certaines zones de Nouvelle Zélande).

    De la même façon, il est légitime d’envisager une remontée en altitude de la limite de la culture de la vigne de 700 à 800 mètres. Mais cela risque de favoriser l’émergence de vignobles de grande qualité, par des caractéristiques propres aux zones de montagne, comme par exemple une forte amplitude thermique journalière entre minima et maxima, une excellente insolation due à la pente, etc.
    Cela pourrait bien aussi, dans un futur proche, modifier la structure de la hiérarchisation des crus à l’intérieur d’une même zone, comme par exemple en Bourgogne avec l’étagement des crus.

    Si la hausse des températures permettra une expansion vers le nord (dans l’hémisphère nord), il est à prévoir une disparition de vignobles situés à la limite chaude actuelle. Et paradoxalement, si la vigne est une plante méditerranéenne, on peut penser que sa culture ne sera plus possible dans son domaine originel à moyenne échéance. Les vignoble méditerranéens, mais aussi californiens de Nappa et Sonoma, comme certains autres d’Afrique du Sud et d’Australie sont donc menacés : trop forte température, déficit hydrique et absence de dormance hivernale en serait les principales causes. Le vignoble pourrait être réduit dans ces zones à quelques aires côtières ou d’altitude. (Mais cela ne tient pas compte bien entendu d’innovations technique ou de modification de la législation comme l’autorisation en France de l’irrigation ou de l’arrosage).
    De la même façon, loin de l’adoucissement climatique de l’océan, les vignobles continentaux seraient menacés, devenus trop chauds et trop secs.

    Voilà donc rapidement résumés les enjeux majeurs des années à venir pour les vignobles, questions qui ne pourront être occultées : nous allons forcément vivre des changements. Les projections de cette étude sont certes pessimistes, établies à partir d’une modification de 5 degrés, mais ce n’est cependant pas le scénario le plus catastrophique.
    D’autres questions restent posées, comme la modification de l’encépagement des appellations, la modification de la typicité, l’émergence de nouveaux crus très qualitatifs et la baisse de qualité de certains autres.
    Il peut paraître étonnant, voire choquant, que devant l’imminence de ces changements peu de réflexions, peu de travaux, peu de prises de conscience et de position des principaux acteurs ne s’initient : il en va hélas toujours de même face aux grands enjeux : il n’y a qu’à voir comment le monde réagit face au problème énergétique ou face à la déforestation : tant qu’il y a à tirer, tirons …

    Jérôme Pérez
    #1

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 9820
    • Remerciements reçus 81

    claudius a répondu au sujet : Re: vignobles et évolutions climatiques

    réchauffement? ... 2009 doit être la 1ère année où l'on pouvait produire du vin de glace dans le sud de l'Europe ;)
    #2

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 81738
    • Remerciements reçus 830

    oliv a répondu au sujet : Re: vignobles et évolutions climatiques

    Sais-tu, Jérôme, si des autorisation d'irrigation sont à l'étude dans les zones méditerranéennes de production?
    Je sais que sur Bandol et la zone provençale, le réchauffement climatique commence à inquiéter sérieusement les viticulteurs.

    Je me permets de remonter dans cette rubrique parfaitement appropriée quelques sujets postés dans la revue de presse.

    La Napa Valley face au réchauffement climatique en vidéo
    Surveillance météo sur les vignes.
    Bouleversements climatiques et viticulture en Californie
    L'irrigation en Napa Valley
    De l'influence des changements climatiques sur la production de vin.
    Les allocations d'irrigation drastiquement réduites en Californie !
    De l'eau dans le vin ou des problèmes de droits d'irrigation aux USA !
    #3

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 1372
    • Remerciements reçus 8

    jlcc a répondu au sujet : Re: vignobles et évolutions climatiques

    Jérôme,

    C'est effectivement "Une vérité qui dérange", mais je crois que le changement de nos crus ne sera pas le phénomène qui nous touchera le plus... D'autres évolutions climatiques seront plus directement pénibles, et après tout la syrah s'acclimatera peut-être bien en Bourgogne et le grenache en Côte rôtie ?
    J'ai été frappé par les propos d'Al Gore dans son film, indiquant qu'aucune étude scientifique ne met en doute l'impact de l'augmentation des gaz à effet de serre sur le réchauffement climatique, alors qu'une moitié des articles "grand public" émet des doutes quant à son impact. Oui il faut rappeler cette vérité essentielle, mais il y aura d'autres conséquences plus directes dans nos vies quotidiennes. La culture de la vigne s'adaptera, mais il sera quand même plus facile de réaliser de nouvelles plantations que de voir disparaitre des vignobles historiques, c'est certain. "A long terme on est tous morts" disait Keynes, il est pourtant possible que le futur raccourcisse !...
    #4

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 17460
    • Remerciements reçus 203

    Jérôme Pérez a répondu au sujet : Re: vignobles et évolutions climatiques

    Jean Louis,

    si effectivement d'autres enjeux bien plus cruciaux sont à négocier, nous sommes ici sur LPV et ce que j'indique concerne les vignobles: cela ne veut pas dire que nous n'avons pas à nous inquiéter d'autres conséquences plus fâcheuses sur d'autres tribunes.

    Jérôme Pérez
    #5

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 17460
    • Remerciements reçus 203

    Jérôme Pérez a répondu au sujet : Re: vignobles et évolutions climatiques

    dans les zones méditerranéennes, certains vignerons arrose (microgouttage), mais choisissent de produire en vin de table ou vin de pays (voir Colombette, par exemple).

    Jérôme Pérez
    #6

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 680
    • Remerciements reçus 0

    didier michaud a répondu au sujet : Re: vignobles et évolutions climatiques

    Jérôme Pérez écrivait:
    > dans les zones méditerranéennes, certains
    > vignerons arrose (microgouttage), mais choisissent
    > de produire en vin de table ou vin de pays (voir
    > Colombette, par exemple).

    Pour peu que ce soit prévu par les textes de l'AOC, il est désormais possible d'irriguer en appellation, si c'est demandé par l'organisme de gestion.

    www.legifrance.gouv....

    Didier
    #7

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 10283
    • Remerciements reçus 1

    Anthony a répondu au sujet : Re: vignobles et évolutions climatiques

    Un sujet vaste et complexe, ou il y aura plus de suppositions que de certitudes.

    De mon cote, j'ai entendu dire que la fonte des glaces aux Pôles aurait pour conséquence une plus grande proportion d'eau dans les pays ou nous visons, que ce soit au niveau des lacs ou des pluies. Donc a priori, le besoin d'irriguer ne devrait pas être.

    Anthony
    #8

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 17460
    • Remerciements reçus 203

    Jérôme Pérez a répondu au sujet : Re: vignobles et évolutions climatiques

    cela ne tient pas pour le domaine méditerranéen, Anthony.

    Jérôme Pérez
    #9

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 10283
    • Remerciements reçus 1

    Anthony a répondu au sujet : Re: vignobles et évolutions climatiques

    Jerome,

    en es-tu si sur ? En ce qui me concerne, ce ne sont que des suppositions.

    Anthony
    #10

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 17460
    • Remerciements reçus 203

    Jérôme Pérez a répondu au sujet : Re: vignobles et évolutions climatiques

    Quant à l’évolution des précipitations, c’est encore plus flou, même s’il y a consensus sur une forte diminution dans les régions méditerranéennes.

    mes sources :
    GIEC bilan 2007
    agence européenne de l'environnement
    Garcia de Cortazar Atauri, 2007, "adaptation du modèle STICS à la vigne, utilisation dans le cadre d'une étude sur l'impact du changement climatique à l'échelle de la France, thèse de doctorat, ENSA de Montpellier
    Historiens et Géographes, octobre novembre 2008 (n° 404)

    Jérôme Pérez
    #11

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 5602
    • Remerciements reçus 34

    Martinez a répondu au sujet : Re: vignobles et évolutions climatiques

    D'abord, je trouve que Jérôme a raison de mettre en avant ce problème.

    En effet, c'est un problème majeur dans la mesure où il est déjà réel, complexe et dont il est impossible aujourd'hui d'imaginer les conséquences exactes pour le futur. Qui peut donner les conséquences futures avec certitudes ? Personne.

    j'en veux pour preuve : ' Les prévisions d’augmentation de la température, entre 1,1 et 6,4 degrés à la fin du XXIième par rapport aux années 1980/1999 ont cette amplitude liée strictement à l’évolution de l’émission des gaz à effet de serre et dépend donc directement des politiques mises en œuvre mondialement.'

    Entre 1,1 et 6,4 !!!! Il y a un monde entre la prévision basse et la prévision haute, et encore 'un monde' est un euphémisme dans la mesure où les conséquence doivent être liées à l'augmentation des températures de façon exponentielle.

    Ceci expliquant donc l'inertie des principaux acteurs.

    Comment peut-on vouloir que les acteurs prennent des décisions coûteuses en corélation avec une hypothèse de +5° et qui risquent de s'avérer inutiles, insuffisantes si la rélalité future devient +1° ou + 6°, voire - 1° ( sait-on jamais ).

    'J'ai été frappé par les propos d'Al Gore dans son film, indiquant qu'aucune étude scientifique ne met en doute l'impact de l'augmentation des gaz à effet de serre sur le réchauffement climatique, alors qu'une moitié des articles "grand public" émet des doutes quant à son impact.'

    Al Gore est un politique qui fait fortune avec ce thème-là.
    Aucune étude ne peut mettre en doute cet impact puisqu'il s'agit tout simplement d'une propriété basique de ce gaz. Dire cela, c'est comme dire que le gaz CO2 occupe tout l'espace qui lui est mis à disposition. Par contre dire quelles sont les causes exactes du réchauffement climatique est plus difficile !

    Ensuite, ce n'est pas parce que la moyenne des températures sera de + 5° que cela va se jouer forcément entre la fin de l'hiver et le début de l'automne.

    C'est pourquoi avant de me prononcer, j'attends de voir.

    par contre, sur l'arrosage, j'espère qu'on attendra pas 50 ans pour autoriser cela. Que je sache, l'eau qui sort des tuyaux est la même que celle qui tombe des nuages et POUR UNE FOIS que les autorités peuvent permettre d'améliorer la qualité sans que l'on ait besoin du tout chimique .......................................!!!

    Jmm

    Jmm
    #12

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 17460
    • Remerciements reçus 203

    Jérôme Pérez a répondu au sujet : Re: vignobles et évolutions climatiques

    Jmm, ce ne sera pas 1,1 degré, c'est déjà trop tard. Il n'y a qu'à voir ce que sont devenues les actions prévues par le Grenelle de l'environnement.
    Ce ne sera sans doute pas 5 degrés, espérons le. Tablons sur 3 / 3.5 si on réagit efficacement.
    Pour ce qui concerne le pb qui nous intéresse dans cette étude, cella ne change pas réellement les conséquences : elles ne sont minorées que de 500 km en latitude et de 350 mètres en altitude. Mais néanmoins, les bouleversements seront bien réels.

    J'ai repéré de belles zones de schiste dans les Pyrénées ...

    Et si je me méfie du catastrophisme à tout va, je me méfie aussi du "attention à ne pas se faire avoir par le catastrophisme".
    L'attentisme en la matière ne me paraît pas être la bonne solution.

    Jérôme Pérez
    #13

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 5602
    • Remerciements reçus 34

    Martinez a répondu au sujet : Re: vignobles et évolutions climatiques

    'J'ai repéré de belles zones de schiste dans les Pyrénées ... '(:D

    'L'attentisme en la matière ne me paraît pas être la bonne solution.'

    J'aimerais moi aussi que l'on aille plus vite mais en même temps je souhaiterais de la précision pour éviter des effets pervers toujours possibles.

    L'incitation au développement des énergies vertes doit servir d'exemple.

    Jmm

    Jmm
    #14

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 81738
    • Remerciements reçus 830

    oliv a répondu au sujet : Re: vignobles et évolutions climatiques

    Jérôme Pérez écrivait:
    > Quant à l’évolution des précipitations, c’est
    > encore plus flou, même s’il y a consensus sur une
    > forte diminution dans les régions
    > méditerranéennes.
    >
    > mes sources :
    > GIEC bilan 2007
    > agence européenne de l'environnement
    > Garcia de Cortazar Atauri, 2007, "adaptation du
    > modèle STICS à la vigne, utilisation dans le cadre
    > d'une étude sur l'impact du changement climatique
    > à l'échelle de la France, thèse de doctorat, ENSA
    > de Montpellier


    Pour alimenter le débat.
    www.cefe.cnrs.fr/fe/...
    #15

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 383
    • Remerciements reçus 2

    toubi a répondu au sujet : Re: vignobles et évolutions climatiques


    _________________________________________________________
    "Live and let live"
    #16

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 1979
    • Remerciements reçus 0

    Flo a répondu au sujet : Re: vignobles et évolutions climatiques

    Le danger, c'est que le grand public confond climat et météo...

    On en arrive à des inepties, comme ce sondage Figaro avant hier : Croyez-vous encore au réchauffement climatique ?
    Comme si on parlait d'un veau d'or...

    Oui, il peut encore faire localement plus froid l'année prochaine... et même l'année d'après... ce n'est qu'en moyenne, dans le temps et dans l'espace, que l'on observera ce réchauffement climatique.

    Et ce réchauffement s'accompagnera très vraissemblablement d'une hausse de la fréquence et de l'amplitude des phénomènes extrêmes (sécheresse, pluies, etc...).

    En revanche il est très difficile de prédire à quoi ressemblera le climat en France dans 50 ou 100 ans...
    Il pourrait même faire plus froid ! (en particulier en fonction du niveau de perturbation de la circulation thermohaline des océans).
    Ce qui ne doit absolument pas nous empêcher de nous préparer aux différents scénarios possibles !

    Florian
    #17

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 90
    • Remerciements reçus 0

    Albert Zegels a répondu au sujet : Re: vignobles et évolutions climatiques

    Bonjour.

    De nombreux spécialistes se sont déjà intéressés à cette question de la liaison de la vigne et du vin aux changements climatiques.
    Vous pouvez déjà trouver une première référence ici .

    Il s'agit d'un sujet passionnant. Voici le lien vers le site des congressistes. Il est en espagnol et en anglais. ici .

    Bonne lecture.
    #18

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 2319
    • Remerciements reçus 0

    gerardmansoif a répondu au sujet : Re: vignobles et évolutions climatiques

    Bonsoir à tous,

    Jérôme met le doigt là où cela fait mal. La prise de conscience a déjà peut – être eue lieu dans un pays méditerranéen qu’est l’Espagne.

    J’ai eu la chance d’être reçu au Mas Martinet le 31/12/2008 par Mr PEREZ, responsable. Cette personne, professeur de biologie humaine à la faculté, a créé un système particulier qui l’a mis en pratique dans son domaine.

    Ce projet est une savante équation entre l’étude et le suivi de ses vignes pendant plusieurs décennies, la recherche, la météorologie et la mise au point d’un concept que je qualifierai d’unique.

    Le vignoble de Mas Martinet est équipé par un système de goutte à goutte qui est régulé par les données météo relevées dans les parcelles schisteuses et qui sont renvoyées comme données dans un programme informatique qui va procéder à leurs analyses.

    Ces analyses permettront d’irriguer au plus juste les vignes puisque ces dernières sont équipées de sondes hygrométriques implantées dans le sol. L’eau envoyée à été préalablement collectée dans des bassins de rétention lors de pluies.

    Le tout fonctionne à l’énergie solaire.

    Il est en train de développer un système analogue en Egypte, d’après lui, le viognier ferait des merveilles ! Un Condrieu pharaonique.B)-

    Je ferai un CR des vins dégustés dans la rubrique ad hoc.

    Je vous mets le lien du domaine pour ceux qui lisent l’espagnol :

    www.masmartinet-ass....

    La certitude tue, le doute te préserve.
    #19

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 7235
    • Remerciements reçus 2

    Yves Zermatten a répondu au sujet : Re: vignobles et évolutions climatiques

    quelques articles intéressants sous ce lien : contreinfo.info/rubr...

    Yves Zermatten
    #20

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 81738
    • Remerciements reçus 830

    oliv a répondu au sujet : Re: vignobles et évolutions climatiques

    Jérôme Pérez écrit: De la même façon, il est légitime d’envisager une remontée en altitude de la limite de la culture de la vigne de 700 à 800 mètres.


    Illustration en Espagne.

    www.elperiodico.com/...
    #21

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 9820
    • Remerciements reçus 81

    claudius a répondu au sujet : Re: vignobles et évolutions climatiques

    dans la NZZ ... désolé en allemand

    ici

    trad.: les scénarios climatiques utilisés pour définir une politique ne peuvent que partiellement prédire comment sera l'avenir. Les modèles ne sont pas parfait et nous n'avons qu'une connaissance limitée de certains éléments secondaires comme par exemple l'état des océans. Les modèles restent cependant indispensables. L'auteur qui travaille au célèbre centre de recherche sur le climat de Hambourg, nous dit ce que les modèles peuvent et ce qu'ils ne peuvent pas.
    #22

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 81738
    • Remerciements reçus 830

    oliv a répondu au sujet : Re: vignobles et évolutions climatiques

    Vin et CO2
    Une récente étude portugaise vient de démontrer l’absence d’effet notable de concentrations élevées en CO2 sur la qualité de raisins et de vin

    www.spectrosciences....
    #23

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 1372
    • Remerciements reçus 8

    jlcc a répondu au sujet : Re: vignobles et évolutions climatiques

    Martinez,

    Tu dis "Que je sache, l'eau qui sort des tuyaux est la même que celle qui tombe des nuages"... ce qui est un raccourci saisissant. Effectivement, dans les deux cas c'est H2O, mais il semblerait que la composition chimique varie un peu après que l'eau soit tombée sur terre, et encore plus quand on la distribue dans un réseau. Irriger ou laisser la pluie faire son oeuvre n'est pas du tout la même chose, et pour dire un gros mot certains estiment que cela dénature le terroir, mais je n'ai pas d'avis personnel si ce n'est que verser un liquide qui n'est plus neutre d'un point de vue chimique doit avoir une incidence. Si j'ai un avis en fait :D !

    Après dire "C'est pourquoi avant de me prononcer, j'attends de voir" risque de te mener droit dans le mur, parce que si tu vois quelque chose ce sera trop tard :S
    #24

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 5602
    • Remerciements reçus 34

    Martinez a répondu au sujet : Re: vignobles et évolutions climatiques

    Moi, je raisonne simplement sur le coup :

    On me parle de stress hydrique et on me dit que ce n'est pas terrible pour la vigne,pour la maturation.

    Peut-on alors l'éviter simplement ? Oui, en faisant sortir de l'eau d'un tuyau quand il le faut évidement.

    Certains vins du millésime 2003, n'auraient-ils pas été un peu plus équilibrés avec un peu d'H2O ?

    Jmm

    Jmm
    #25

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 26980
    • Remerciements reçus 159

    Luc Javaux a répondu au sujet : Re: vignobles et évolutions climatiques

    Effectivement, dans les deux cas c'est H2O, mais il semblerait que la composition chimique varie un peu après que l'eau soit tombée sur terre, et encore plus quand on la distribue dans un réseau. Irriger ou laisser la pluie faire son oeuvre n'est pas du tout la même chose, et pour dire un gros mot certains estiment que cela dénature le terroir, mais je n'ai pas d'avis personnel si ce n'est que verser un liquide qui n'est plus neutre d'un point de vue chimique doit avoir une incidence.

    Merci Jean-Louis, j'ai bien ri... :D
    Pas le temps d'expliquer pourquoi maintenant, mais tu ne perds rien pour attendre...;)

    Luc
    #26

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 26980
    • Remerciements reçus 159

    Luc Javaux a répondu au sujet : Re: vignobles et évolutions climatiques

    Me revoici...

    D'accord pour dire que la composition de l'eau de pluie est différente de la composition de l'eau de distribution.
    Le problème c'est qu'en lisant ton commentaire, on a l'impression que l'eau de pluie, c'est "mieux", que l'eau de pluie c'est bénéfique (forcément puisque c'est naturel), alors que l'eau de distribution c'est mauvais (forcément puisqu'elle a été traitée à de multiples reprises).
    Sauf qui si l'eau de pluie n'est en général pas potable, ce n'est pas pour rien...
    En effet, elle est en général acide (dans certaines régions elle même très acide), riche en sulfates, ammonium et nitrates, sans parler des métaux lourds et bien entendu des pesticides, présents à des concentrations qui peuvent parfois être importantes, jusqu'à plus de 200 fois supérieure à la limite autorisée pour l'eau potable...
    Je ne suis donc pas totalement certain qu'on puisse considérer l'eau de pluie comme un liquide neutre du point de vue chimique. A mon avis, je dirais même que l'eau de distribution est bien souvent plus "neutre" chimiquement que l'eau de pluie.

    Luc
    #27

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 680
    • Remerciements reçus 0

    didier michaud a répondu au sujet : Re: vignobles et évolutions climatiques

    Luc Javaux écrivait:
    > A mon avis, je
    > dirais même que l'eau de distribution est bien
    > souvent plus "neutre" chimiquement que l'eau de
    > pluie.

    Exact, et le gros problème serait de savoir ce qui se passerait si ces ressources en eau, réservées habituellement en premier lieu à la consommation domestique et aux cultures de première nécessité dans l'alimentation humaine, devaient être mise à mal par des prélèvements supplémentaires.

    Déjà à l'heure actuelle se pose ici un problème d'augmentation de la salinité des eaux; nous avons un des forages de mesure à quelques centaines de mètres de la maison dont les résultats sont assez inquiétants (10 g/l), je n'ose imaginer ce qui se passerait dans un futur plus ou moins éloigné si les vignes devaient être irriguées...

    La baisse de la nappe éocène au cours de ces 50 dernières années pourrait être à
    l’origine de l’augmentation de la salinité observée sur quelques points du Médoc.


    www.sage-nappes33.or...

    Et ne parlons pas de régions où le problème des ressources en eau est encore plus sensible.

    Didier
    #28

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 1372
    • Remerciements reçus 8

    jlcc a répondu au sujet : Re: vignobles et évolutions climatiques

    Luc,

    C'est forcément pas la même chose.
    On a des eaux au robinet qui contiennent une quantité importante de calcaire, au point qu'on a un adoucisseur pour éviter de trop entartrer toutes sortes d'appareils. J'ai la faiblesse de penser que si je mets une eau chargée en calcaire sur un terrain granitique je change un peu les choses non ?
    Bon dimanche
    #29

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 26980
    • Remerciements reçus 159

    Luc Javaux a répondu au sujet : Re: vignobles et évolutions climatiques

    Jean-Louis,

    Je n'ai pas dit que c'était la même chose, il faut me relire...

    Bon dimanche à toi aussi.

    Luc
    #30

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    Modérateurs: GildasPBAESMartinezVougeotjean-luc javauxCédric42120
    Temps de génération de la page : 0.266 secondes

    Connexion

    Publicité 1

    Utilisateurs en ligne

    • Utilisateurs en ligne: 32
    • Utilisateurs hors-ligne: 20,680
    • Invités: 979

    L´abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération

    © 2017 Lapassionduvin.com. Tous droits réservés.