Publicité slide

    Michel Bettane: du tac au tac!

    • Messages : 210
    • Remerciements reçus 9

    LPV a créé le sujet : Michel Bettane: du tac au tac!

    - Quel nom donneriez-vous au métier que vous exercez ?
    Critique de vin

    - Comment votre passion vous a-t-elle conduit à  devenir professionnel ? Y a-t-il eu des circonstances, des personnes clés, des rencontres déterminantes, des chances, des opportunités ? Depuis quand vivez-vous de ce professionnalisme ?
    Le hasard et l'Académie du Vin fondée par Steven Spurrier .

    - Qu'est-ce qui différencie un professionnel d'un amateur pointu, aussi pointu soit-il ?
    Rien .

    - Vous avez une formation d'enseignant, je crois : ne regrettez-vous pas d'avoir changé de voie ?
    Non

    - Quels sont les aspects de votre métier que vous adorez ?
    Vieillir avec les vins qu'on a vu naître.

    - Et ceux que vous abhorrez ?
    L'utilisation commerciale et spéculative de ce que j'écris.

    - Quels sont vos millésimes bordelais préférés et selon vous pourquoi ont-ils votre préférence ?
    1959 car il est à  point .

    - Pouvez-vous répondre à  cette même question au sujet des vins de Bourgogne ?
    1959 car il est à  point et je ne veux pas vous exciter en disant 1865.

    - Pouvez-vous nommer pour chacune des grandes régions classiques un vin (dans un millésime précis) qui représente selon vous l'expression quasi idéale de son appellation ? (disons pour Bordeaux Rive droite, puis Rive Gauche, Côte de Nuits et Côte de Beaune, Rhône Nord et Rhône sud, Loire ?
    Il n'y a jamais d'expression idéale d'une appellation mais d'un type de vin qui est le phantasme personnel de chaque dégustateur.

    - Des régions émergent actuellement et progressent qualitativement : selon vous quelle est celle qui possède le plus gros potentiel, et comment la voyez-vous évoluer ?
    Le grand Sud-Ouest .

    - Si je me réfère à  votre classement des domaines, les plus grands vins sont aujourd'hui une exclusivité des régions « dites classiques » : Bordelais, Bourgogne et Rhône. (avec, il est vrai, deux domaines d'Alsace qui se hissent au firmament). Pensez-vous que cette suprématie fera long feu ou que certains domaines de régions émergentes pourront se hisser à  ce niveau ?
    Non !

    - Quelle définition donneriez vous au terme « grand vin » ?
    Cela s'éprouve et ne se définit pas.

    - Certains affirment que les vins de Bourgogne ne gagnent pas à  vieillir plus de 10 ans. Qu'en pensez-vous ?
    C'est une ânerie !

    - Quand on déguste des dizaines d'échantillons à  la suite, n'accordant que quelques secondes, au mieux quelques minutes à  une bouteille, n'y a-t-il pas le risque de passer à  côté d'un vin qui aurait demandé plus d'aération, par exemple ?
    Oui

    - Et l'ordre des vins dans une dégustation ne risque-t-il pas de desservir certains ?
    Oui

    - S'il paraît évident que votre statut de professionnel permet de penser que vous avez une connaissance assez complète du vignoble français et de la typicité de chaque cru. Cependant n'est-il pas illusoire de penser que l'on puisse avoir une connaissance exhaustive ? Cela n'est-il pas un écueil parfois ?
    L'exhaustivité est une illusion et un danger.

    - Comment définiriez-vous la notion de terroir ?
    Je sors mon revolver quand j'entends ce mot et je tire à  vue sur tous ceux qui cachent leur routine derrière lui !

    - Pensez-vous que des grands terroirs sont encore sous exploités et non exploités, et si oui, lesquels ?
    Non même si un peu plus d'argent et de moyens dans la Loire ne ferait pas de mal.

    - Comment vous situez-vous dans le débat entre techniciens forcenés et naturalistes entêtés ; est-il raisonnable de penser que le non interventionnisme peu générer des grands vins ?
    Le non interventionnisme systématique engendre la barbarie sous couvert de la civilisation.

    - Le débat existe avec le millésime 2003 : peut-on faire de grands vins si par exemple l'équilibre et notamment l'acidité a été corrigée ?
    Oui si l'on a acidifié seulement si c'était nécessaire (par exemple un rouge à  4 ou plus de PH ou un blanc à  moins de 3 grammes d'acidité par litre !).

    - Quel regard avez-vous sur la culture biologique ?
    Sympathique

    - Et sur la biodynamie ?
    Sympathique

    - Aujourd'hui, on parle de rendement, avec souvent une course à  celui qui affiche les plus bas pour vanter les qualités de son vin ? Que pensez-vous de cette corrélation rendement/qualité ?
    Elle est évidente mais un rendement trop bas n'est pas non plus recommandable !

    - Que pensez-vous de l'évolution des techniques de vinification. : osmose inverse, microbullage, usage de la barrique, concentrateurs, congélation, etc.
    Les progrès d'aujourd'hui seront la tradition de demain : n'accusons pas la technique des travers de ceux qui en abusent !

    - Certains domaines, notamment outre atlantique optent pour des bouchons synthétiques : Croyez-vous qu'à  terme, le liège va disparaître ?
    Je le souhaite pour 80 % des vins de la planète qui n'en n'ont nullement besoin. Pour l'élite de nos vins on n'a jamais rien trouvé de mieux (et hélas aussi de pire) que le liège.

    - Madame Lecouty dans la dernière RVF soulève les problèmes de l'échantillonnage ?
    En tant que dégustateur, quelle est votre opinion et votre attitude face à  ce problème qu'il est difficile de nier ?
    Je ne suis pas un gendarme mais j'ai une bonne mémoire et je sais faire des recoupements et je n'apprécie pas plus qu'un autre qu'on se fiche de moi !

    - On évoque parfois de gros écarts entre bouteilles dus à  des mises différentes : Un domaine Bordelais de 80 hectares a-t-il les moyens techniques de réaliser une seule mise ?
    Non à  ma connaissance sauf Latour avec son nouveau cuvier.

    - A l'opposé certains vignerons qui ont des petites productions effectuent une mise directe au fût : pensez-vous que les différents lots peuvent porter le même nom quand on sait les différences pouvant exister d'un fût à  l'autre ?
    Oui. C'est la vie !

    - Quand vous jugez un vin, comment faites vous la part de vos goûts personnels et de la qualité intrinsèque du vin ? Peut-on faire abstraction de ses goûts personnels ?
    Non

    - Quelle est l'appellation qui correspond le plus à  vos goûts personnels ?
    Question idiote

    - Pouvez-vous citer les 5 plus beaux souvenirs de dégustation ?
    Id.

    - Y a-t-il une bouteille que vous n'avez jamais bue et dont vous rêvez ?
    Id.

    - Quel est le cépage blanc que vous préférez ?
    Id mais j'aime d'amour le riesling

    - Quel est le cépage rouge que vous préférez ?
    Id mais je déteste et de haine le Carignan ;

    - Que pensez-vous des prix exorbitants atteints par certaines bouteilles ?
    Je n'y peux rien !

    - On vous oppose souvent à  Robert Parker : est-ce agaçant ou flatteur ?
    C'est le dernier de mes soucis.

    - Que pensez-vous de Parker et de son rôle ? Est-il tant qu'on le dit un baromètre tarifaire ?
    C'est un grand bonhomme et un vieil ami.

    - Que pensez-vous de l'influence d'un commentaire sur un prix ?
    Je ne contrôle rien ni ne désire rien contrôler

    - Nous avons souvent débattu de la notation : pensez-vous sincèrement que le consommateur moyen qui utilise votre guide possède suffisamment de connaissances pour relativiser cette notation ?
    S'il ne le peut tant pis pour lui.

    - Pouvez vous donner clairement les critères pris en compte pour cette relativisation de la note ?
    Le note n'est qu'un indice de préférence : je mets ma meilleure note au vin que je préfère et ma moins bonne au vin que j'aime le moins : tout dépend du contexte, tout varie et j'aime ça.

    - Vous avez fait deux fois allusion aux forums de discussion sur le vin dans vos éditoriaux et par deux fois de façon assez négative ; cependant vous les parcourez souvent, en tout cas LPV et vous intervenez parfois. Comment considérez-vous ces forums ?
    J'aurais aimé qu'ils existent dans ma jeunesse.

    - Ne risquent-ils pas à  terme de devenir une sorte de concurrence pour les guides et les revues ?
    Ils peuvent toujours y rêver.

    - Qu'aimeriez-vous ajouter pour les lecteurs de LPV que ce questionnaire n'évoque pas : coup de calcaire, coup de blues ou coup de cÅ“ur ?
    Aimez ce que buvez comme dirait l'ami Rabelais et oubliez qui vous êtes quand vous buvez ! MB

    LPV
    #1

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    Modérateurs: GildasPBAESMartinezVougeotjean-luc javauxCédric42120
    Temps de génération de la page : 0.086 secondes

    Connexion

    Publicité 1

    Utilisateurs en ligne

    • Utilisateurs en ligne: 55
    • Utilisateurs hors-ligne: 20,756
    • Invités: 1,124

    L´abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération

    © 2017 Lapassionduvin.com. Tous droits réservés.