Publicité slide

    Domaine Dirler-Cadé

    • Messages : 287
    • Remerciements reçus 0

    Winer Jammer a créé le sujet : Domaine Dirler-Cadé

    Domaine Dirler-Cadé

    13, rue d'Issenheim
    68500 Bergholtz
    Tél : +33 3 89 76 91 00
    dirler-cade(at)terre-net.fr



    dirler-cade.com/




    Et si on ouvrait une rubrique sur ce domaine ?
    Voici mes expériences:

    CR: Riesling Kessler 1985
    Relativement faible au nez, le vin exprime toute sa personnalité dans une bouche exceptionnelle de puissance, de longueur et de maintien, avec des saveurs d'amande et de végétal d'une grande élégance ; à  l'aveugle c'était sans hésitation ni complexe un Corton Charlemagne de belle facture. (2004)

    CR: Gewurztraminer Saering 1985
    Nez séduisant sur le pamplemousse, laissant une impression de pureté et de légèreté ; vin élégant et fin, toujours sur l'agrume puis vers le litchi, avec toujours ce côté aérien. (2004)

    CR: Gewurztraminer Spiegel 1985
    Nez assez semblable au précédent, mais le vin, tout en étant vraiment très bon, est ici plus simple en bouche. (2004)

    Avez-vous dégusté les vins plus récents de ce domaine ?

    Winer

    La Pomerol Attitude
    winerjammer.site.voi...
    #1

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 4779
    • Remerciements reçus 71

    Olivier Mottard a répondu au sujet : CR: Dirler

    Winer,

    Je connais ce domaine depuis quelques années.
    CR:
    Pour des millésimes plus récents, je suis passé à  la cave en mars 2004 et j'ai dégusté la gamme complète et quelques millésimes plus anciens.

    2002 est un sans faute, dans tous les cépages.
    Il fallait malheureusement faire un choix.
    Mes "coups de coeur" :

    Sylvaner V.V. : très beau vin fruité avec une ampleur rare pour ce cépage.
    Riesling GC Kessler : nez très élégant, minéralité dense et grande longueur.
    Muscat et Muscat GC Saering : beaucoup de finesse et de complexité, belle acidité et beaucoup de longueur.
    Gewurztraminer GC Spiegel SGN (1997) : incontestablement, ce vin est bâti sur la finesse et l'élégance. Sucres résiduels parfaitement intégrés. Longueur et élégance. Superbe !
    Riesling GC Saering VT (1998) : grands agrumes au nez dans une bouche encore minérale, légèrement fumée. A nouveau le sucre rédiduel est parfaitement intégré. Longueur superbe. A table ! (bbb)

    Je suis un fan de ce domaine et depuis longtemps.
    Visite prévue prochainement pour le millésime 2003.

    Cordialement,

    Olivier
    #2

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Guest
    • Portrait de Guest

    Guest a répondu au sujet : Re: Dirler

    Olivier,

    De mémoire, il me semble que le Bettane & Desseauve 04 ou 05 affirme que les vins produits par Dirler deviennent de plus en plus secs.
    Avez-vous constaté cette évolution ?

    Cordialement

    Michel
    #3

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 4779
    • Remerciements reçus 71

    Olivier Mottard a répondu au sujet : Re: Dirler

    Michel,

    Je ne parlerais pas de "sécheresse" mais plutôt de l'identité des terroirs qui confèrent de l'élégance et de la minéralité.
    Et M. Dirler ne se prive pas de les mettre en évidence.

    Dans certaines cuvées, il y a aussi du sucre résiduel mais qui est intégré.

    C'est vrai que la dégustation ne fera jamais ressortir des bouches très grasses ou des finales peut-être plus douces que chez les confrères.

    Je reconnais volontiers que ce sont des vins à  la minéralité sans concession mais jamais maigres et capables de vieillir harmonieusement.

    C'est aussi un choix personnel du vigneron qui ne souhaite pas laisser trop de sucre résiduel dans ces vins.

    En vin jeune, la tension (surtout sur les cuvées de Riesling) peut être déroutante et dérangeante.
    Les Gewurztraminer sont par contre probablement aromatiquement moins développés en vin jeune que d'autres cuvées alsaciennes mais sont toujours très élégants.
    Le Tokay Pinot Gris est à  la fois suave et élégant aussi.
    La cuvée de Sylbaner V.V. est, pour moi, toujours très impressionnante par sa constitution.

    Sur les VT et les SGN, c'est aussi l'élégance et la minéralité qui sont mises en valeur mais les sucres résiduels sont forcément plus présents.

    J'avoue aussi préférer ce type de vin en Alsace mais c'est mon goût.

    Jusqu'à  présent, ce sont des vins qui ont toujours bien évolué au vieillissement et qui sont avant tout destinés à  la table.
    #4

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 4779
    • Remerciements reçus 71

    Olivier Mottard a répondu au sujet : Re: Dirler

    Michel,

    En complément d'infos, le domaine est en Biodynamie depuis 1998.
    Elle s'étend au fur et à  mesure des millésimes aux terroirs du domaine.

    Le côté "de plus en plus sec" en est peut-être une conséquence.

    Mais à  l'époque ou le papa Dirler vinifiait, le profil des vins était peu ou prou déjà  le même.

    Ah oui, les muscats (simple ou en GC) sont superbes aussi.
    Début d'année, mme Dirler m'a fait déguster un Muscat GC Spiegel de 1985 : déconcertant (je n'ai rien reconnu au nez !) mais néanmoins parfaitement évolué et conservé.

    Je vais normalement sur place ce 11/12. Je me réjouis de découvrir ce type de vinification sur les caniculaires 2003 ! ;)

    Cordialement,

    Olivier
    #5

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Guest
    • Portrait de Guest

    Guest a répondu au sujet : Re: Dirler

    Olivier

    Je te remercie pour ces informations. J'étais passé chez Dirler il y a quelques années, lors de mon dernier séjour en Alsace. J'avais acquis notamment six bouteilles d'un Riesling Spiegel effectivement d'une grande élégance et d'une grande minéralité. Probablement bu trop tôt ! Bien différent d'un Riesling comme le GC Clos Saint-Imer d' Ernest Burn, plus rond, moins minéral, avec davantage de sucres résiduels. Du moins me semble-t-il !
    Lors de mon passage, Dirler, tres accueillant avait ouvert (pas à  notre intention, mais nous en profitâmes), un Kessler de plus de quinze ans d'âge. 1982 ? Quelle finesse ! Quelle race ! Je ne pouvais imaginer qu'un Riesling pouvait aussi bien vieillir.

    Cordialement

    Michel
    #6

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 4779
    • Remerciements reçus 71

    Olivier Mottard a répondu au sujet : Re: Dirler

    Michel,

    Je connais aussi le Domaine E. Burn et je partage ton analyse sur les vins.

    Dans leur style, ils sont également très beaux et avec un sucre résiduel maîtrisé.

    C'est vrai aussi pour les Riesling (un des plus grand cépage en blanc à  mon avis ;)) de chez Dirler.

    Je pense qu'ils commencent à  se livrer après 3 ou 5 ans selon les millésimes et qu'en vin jeune ils se livrent moins.

    Mais il y a une belle récompense pour les (im)patients ! :)

    Cordialement,

    Olivier
    #7

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 4779
    • Remerciements reçus 71

    Olivier Mottard a répondu au sujet : CR:Domaine Dirler - Riesling Spiegel Grand cru 1999

    Goûté ce WE par mon compère de dégustation. (bbb)

    CR: Riesling Spiegel Grand cru 1999 de chez Dirler

    Robe très fraîche avec de légers reflets vert.
    Le nez est tout aussi frais, avec des arômes de pamplemousse, légèrement citronné, un peu d'hydrocarbure et surtout beaucoup de finesse.
    L'entrée de bouche est très ronde (sucre résiduel ?), la fraîcheur vient par la suite et enveloppe cette onctuosité pour finir sur un très bel équilibre d'un grand vin tout en finesse et sans lourdeur.

    Cordialement,

    Olivier
    #8

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 4779
    • Remerciements reçus 71

    Olivier Mottard a répondu au sujet : CR:Visite au domaine Dirler

    Visite au domaine ce 11/12/2004.
    CR:
    Jean DIRLER a épousé Ludivine CADE et a pris la succession de son père, Jean-Pierre DIRLER.
    Cependant, ce dernier reste bel et bien présent et actif ! Jean DIRLER se concentre sur le vignoble et la vinification.
    Jean-Pierre DIRLER continue de recevoir les clients au caveau de dégustation, épaulé par son épouse et sa belle-fille et à  surveiller l'entrée de tous les raisins de la récolte. En 2004, notamment au pressurage.
    Il a dégusté tous les moûts afin de vérifier leur tenue et de conseiller son fils Jean.
    Ainsi, il détermine le temps de débourbage, le soutirage, le passage en grand foudre, etc …
    Pour lui, même si toutes les analyses chimiques aident le viticulteur, rien ne vaut la dégustation pour se faire son opinion et confirmer les décisions.
    C'est toujours dans ce sens, en se basant très majoritairement sur leur dégustation, que M. DIRLER et son fils mènent leur vinification.
    Rien ne remplacera cet empirisme, selon notre hôte.

    Le millésime 2003 a été caniculaire et ils ont décidé de réacidifier certaines cuvées de manière très légère.
    2003 a donné des vins déjà  très agréables pour certaines cuvées et, pour d'autres, des vins qui seront prêts à  être dégustés d'ici 2 à  3 ans maximum.

    2004 a été plus problématique : mois d'août pluvieux, rattrapé par un mois de septembre sec et ensoleillé mais il faudra trier dans toutes les cuvées.

    M. DIRLER estime qu'un millésime ne se dévoile qu'après 2 ou 3 ans. Avant, il est difficile de le cerner et de connaître son potentiel (bon ou mauvais).
    Il cite à  titre d'exemple le millésime 1996, encensé par la presse un peu partout dès sa naissance.
    Jean-Pierre DIRLER estime, quant à  lui, que la qualité du millésime est loin d'être avérée et pas seulement en Alsace.
    En rouge, dans le Bordelais et en Bourgogne notamment, il estime que ce millésime n'est pas aussi exceptionnel qu'annoncé et il recommande une surveillance des vins par la dégustation.

    L'explication avancée : 1996 est un millésime à  13 lunes, donc long, froid et avec une maturité qui a mis beaucoup de temps à  venir.
    En conséquence, les vins sont pourvus d'une acidité pas tout à  fait mûre ce qui explique les arômes lactiques et de cire apparaissant en dégustation.

    Le domaine est en biodynamie depuis 1998 et le mode de culture s'étend petit à  petit à  l'ensemble des parcelles.
    Dans le compte-rendu, les vins avec un astérisque (*) sont issus de l'agriculture en biodynamie.
    Le domaine recherche une vinification « en sec » mais laisse des sucres résiduels sur les cuvées de Gewurztraminer.

    M. DIRLER nous reçoit au caveau.

    Pinot Noir 2003 : un vin à  la couleur soutenue, au nez très frais et très fruité (fruits rouges). Une bouche très gourmande, finissant sur une belle acidité.

    Pinot Noir Cuvée Ludivine 2003 : un vin élevé en barrique, actuellement moins expressif que son frère élevé en cuve. Le boisé est marqué en bouche et le fruité, bien que présent, plus discret. Attendre quelques années pour que le boisé de l'élevage s'intègre.

    Pinot Réserve 2002 : nez frais, vin fruité et bien typé. Le vin « pour les moules » selon M. DIRLER.

    Pinot Cépage Pinot Noir, vinifié en barriques 2002 : un nez où l'on retrouve les arômes du pinot noir dans une bouche fruitée et de belle longueur.

    Sylvaner Cuvée Vieilles Vignes 2003 : une cuvée très fruitée au nez (fruits blancs), avec une bouche ample et fraîche. Très belle ampleur pour une « simple » cuvée de Sylvaner.

    Sylvaner Cuvée Vieilles Vignes 2001 : un nez fruité plus ouvert, agrémenté de fruits secs. Bouche complexe et fraîche. On peut commencer à  le déguster. Excellent rapport Q/P.

    Muscat Grand Cru Saering 2003 * : nez très fin, bien typé, mais moins exubérant qu'un muscat de plaine. On sent une cuvée toute en retenue qui évoluera vers beaucoup d'élégance.

    Riesling 2001 : belle typicité du cépage dans un vin avec une minéralité “pointue”. A maturité.

    Riesling Belzbrunnen * 2003 : le « Belzbrunnen » est un terroir situé juste sous le grand cru Kessler. Vin de très belle tenue à  la bouche grasse avec une très belle acidité en finale. Très grand équilibre.

    Riesling Belzbrunnen * 2001: une belle cuvée sur les agrumes. Très belle bouche corpulente finissant sur une minéralité élégante. Très beau vin, déjà  ouvert.

    Riesling Grand Cru Kessler 2002 : le terroir apparaît au travers du vin. Nez moins ouvert que sur les cuvées de Riesling précédentes. Bouche opulente, minéralité intégrée mais présente.

    Riesling Grand Cru Kessler *2003 : très belle expression du terroir et du cépage (agrumes) dans une cuvée influencée par le millésime caniculaire mais ayant gardé beaucoup de minéralité et de fraîcheur. Très belle ampleur. Excellent.

    Tokay-Pinot Gris Cuvée Grès 2002 : un très beau vin où le cépage s'exprime avec un très beau corps et beaucoup d'élégance. La finale est révélée par une fraîcheur bienvenue. En fait, il s'agit du GC Saering déclassé.

    Tokay-Pinot Gris Réserve 2003 : un vin opulent et épicé dans un bel équilibre.

    Tokay-Pinot Gris Schimberg 2003 * : un lieu-dit mettant en évidence le côté miellé/fumé du cépage. Bel équilibre pour ce vin ample et séducteur.

    Tokay-Pinot Gris Schwarzberg 2003 * : un tokay élancé et ample.

    Tokay-Pinot Gris Grand Cru Saering 2003 : beaucoup d'élégance dans cette cuvée où le terroir imprime sa marque. Le sucre résiduel est parfaitement intégré et le corps du vin s'impose avec une belle fraîcheur sur sa finale. Superbe.

    Gewurztraminer Bux 2003 * : un gewurztraminer très exubérant proposant une cuvée très mûre. Un vin d'apéritif.

    Gewurztraminer Grand Cru Saering 2002 * : un vin aux arômes très élégants dans une bouche parfaitement équilibrée malgré le sucre résiduel.

    Gewurztraminer Grand Cru Kitterlé 2002 : un grand nez, élégant, marqué par le litchi. Une bouche à  nouveau très fraîche avec un très bel équilibre.

    Gewurztraminer Grand Cru Kessler 2003 * : le nez est proche dans la définition de ses arômes du vin précédent avec une élégante touche épicée. La bouche est grasse, avec un superbe fruit terminant sur une belle acidité naturelle. Grande longueur. Très belle expression.

    Gewurztraminer Grand Cru Spiegel Vendanges Tardives 2000 : toute l'aristocratie de l'adéquation cépage/terroir. Un vin à  l'équilibre souverain, avec beaucoup de fraîcheur. Une longueur à  la fois élégante et fruitée. Superbe.

    Tokay-Pinot Gris Grand Cru Kessler, Sélection de Grains Nobles 2000 : une SGN pétrie d'élégance mais néanmoins avec beaucoup d'ampleur et une définition exemplaire du terroir. De beaux raisins botrytisés donnant un vin à  l'équilibre aérien et à  la longueur interminable.
    Le sommet de la dégustation avec la cuvée Gewurztraminer VT.

    Le domaine a réussi le défi de maintenir beaucoup de fraîcheur dans les cuvées du millésime 2003.
    Des cuvées de base aux cuvées VT ou SGN, en passant par tous les grands crus (Kitterlé, Saering, Spiegel et Kessler), la gamme offrent de très beaux rapport Q/P dans des vins toujours équilibrés, incontestablement vinifiés pour la gastronomie.

    Pour l'anecdote, Jean-Pierre DIRLER organise régulièrement ce qu'il appelle des « déjeuners de dégustation ».
    Il invite 15 à  20 personnes autour d'un plat afin de découvrir le meilleur accord mets/vins.
    Lors de la dernière « réunion », pas moins de 12 vins ont été testés.

    C'est bien en pensant à  la table que les DIRLER vinifient leur terroir.
    Pourvu que ça dure !

    Cordialement,

    Olivier
    #9

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 287
    • Remerciements reçus 0

    Winer Jammer a répondu au sujet : Re: Dirler

    Merci pour toutes ces infos )
    Les millésimes récents valent donc autant le coup que les anciens, donc.

    Y a plus qu'à  ...)

    Winer

    La Pomerol Attitude
    winerjammer.site.voi...
    #10

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 4779
    • Remerciements reçus 71

    Olivier Mottard a répondu au sujet : Re: Dirler

    Winer,

    Beau 1998 dégusté récemment, de même que 2001.
    #11

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 2906
    • Remerciements reçus 0

    bouhi a répondu au sujet : Re: Dirler

    Olivier,

    Peux tu me donner la ville où officie Dirler et me donner une idée des tarifs ?
    (ou un site Web...)

    (notamment pour le Tokay PG et le pinot)

    François
    #12

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 4779
    • Remerciements reçus 71

    Olivier Mottard a répondu au sujet : Re: Dirler

    François,

    Adresse : rue d'Issenheim 13 à  Bergholtz (entre 30 et 40 kms au sud de Colmar,juste à  côté de Guebwiller).
    Tél. : 03 89 76 91 00
    Fax : 03 89 76 85 97
    E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    TPG "Cuvée grès" : 8,80€
    TPG Saering GC : 13,60€
    TPG Kessler GC SGN : 39,50€ (50 cl)

    Pinot noir, vinifié en blanc : 9,00€, de mémoire car j'ai pas acheté.
    Pinot blanc : 7,00€
    Pinot noir : +/- 9,00€, j'ai pas acheté non plus. Le pinot noir en barrique doit tourner aux alentours de 11-12,00€.

    Si tu leur rends visite, c'est en principe sans rendez-vous. Sois pas pressé car M. Dirler fait en général déguster toute sa gamme !

    Si tu souhaites d'autres renseignements, n'hésite pas.

    Cordialement,

    Olivier
    #13

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Guest
    • Portrait de Guest

    Guest a répondu au sujet : Re: Dirler

    Olivier,

    Un grand merci pour tes commentaires de dégustation. Je pense y retourner d'ici quelques mois.
    Un commentaire personnel: j'ai beaucoup de mal à  prendre au sérieux l'histoire des 13 lunes.

    Michel
    #14

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 4779
    • Remerciements reçus 71

    Olivier Mottard a répondu au sujet : Re: Dirler

    Michel,

    Tu peux effectivement y aller sans à  priori. Il y a de beaux rapports Q/P dans toute la gamme.

    Pour l'histoire des 13 lunes, c'est sans doute un "précepte" de la biodynamie. Je t'avoue ne pas y connaître grand chose dans le domaine mis à  part ce qu'on en lit.

    Par contre, il nous a fait comprendre par là  que la maturité du millésime 1996 a été longue à  atteindre, que la météo n'a peut-être pas été aussi favorable qu'on le pense généralement.

    Sur ce point, et en fonction de mon expérience personnelle sur certaines cuvées dégustées (et pas seulement en Alsace), je ne peux pas lui donner tort, notamment en ce qui concerne l'acidité pas mûre.

    Cordialement,

    Olivier
    #15

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 27141
    • Remerciements reçus 277

    Luc Javaux a répondu au sujet : Re: Dirler

    365 jours dans une année, un cycle lunaire c'est 28 jours si je ne me trompe pas...
    365 divisé par 28, à  peu de choses près, ça fait 13...
    Donc, des millésimes à  13 lunes, il doit y en avoir un paquet, non ?

    Luc
    #16

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Guest
    • Portrait de Guest

    Guest a répondu au sujet : Re: Dirler

    Luc tu sais bien que la lune ne suit pas le calendrier…
    si on a une "pleine lune" le 30 decembre 1996 par exemple et une le 2 janvier 1998 elles ne "comptent pas pour l'année 1997 (exemple) tu vois donc bien pourquoi il n'y a pas tant d'années de "13 lunes"…
    si je ne m'abuse après 1996 ce fut 2002 (fraiche et pluvieuse…) mais je dis ça vraiment à  la légère… et j'avoue que je ne suis pas convaincu de l'importance du phénomène… mais tant mieux si certains le sont (idem pour ceux qui ne le sont pas)

    vincent (très au cul Monique avant les fêtes…)

    Message edité (20-12-2004 14:18)
    #17

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 27141
    • Remerciements reçus 277

    Luc Javaux a répondu au sujet : Re: Dirler

    Vincent,

    Tu as raison, mon raisonnement ne tient pas la route...
    Je me suis donc rapidement renseigné sur les dates de pleine lune de ces 15 dernières années, et voilà  ce que ça donne :
    De 1989 à  2004, il y a 6 années à  13 lunes : 1990, 1993, 1996, 1999, 2001 et 2004. Tout cela en comptant du 1er janvier au 31 décembre de chaque année. Nos amis biodynamiciens comptent peut-être d'une autre manière (d'une vendange à  l'autre par exemple), mais cela ne changera pas grand chose au fait qu'il y a en moyenne un millésime à  13 lunes tous les 3 millésimes. Je doute vraiment qu'on puisse trouver des caractéristiques communes à  chacun de ceux-ci...

    Luc
    #18

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Guest
    • Portrait de Guest

    Guest a répondu au sujet : Re: Dirler

    Chez Dirler on ne parle pas uniquement de biodynamie (il ne m'en a pas soufflé un mot) mais aussi de .... terroir

    Sans rire, je lui ai rendu visite il y a presque deux ans déjà  (le temps passe si vite), j'ai rencontré le père (le fils étant dans les vignes!) qui de fait m'a fait dégusté toute la gamme, et elle est impressionante! Discussion très intéressante sur les terroirs, Saering, Kessler et Kitterlé vins et cartes à  l'appui, didactique et passionnant!
    La comparaison de ces 3 grands crus est plus qu'une bonne entrée au monde des grands crus d'Alsace, avec l'avantage d'une même philosophie à  la vigne et en cave.

    Les vins sont parfois un peu trop techniques, la prise de risque étant limitée en cave (il exporte beaucoup), mais c'est en général très très bon. L'élégance aromatique de Riesling saering en fait mon préféré, le sylvaner est souvent un exemple!

    J'aurais voulu distribuer certains de ces vins, mais ils le sont déjà  en Belgique et Jean-Pierre ne voulait pas faire d'infidélité, ce que je respecte. Il m'avait conseillé de constacter ce caviste pour une autorisation, mais je ne l'ai pas fait. J'ai trouvé aussi bien et mieux depuis, mais j'y retournerai pour le plaisir de la rencontre (et de la dégustation).

    Je rêve d'une dégustation horizontale de quelques grands crus Riesling à  leur apogée (quel millésime et quand??), c'est sûr, il y aura un Dirler parmi eux

    A+

    Laurent M
    #19

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Guest
    • Portrait de Guest

    Guest a répondu au sujet : Re: Dirler

    "Les vins sont parfois un peu trop techniques, la prise de risque étant limitée en cave"
    ouf quelqu'un l'a dit avant moi… je me contenterai d'abonder dans ce sens
    #20

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Guest
    • Portrait de Guest

    Guest a répondu au sujet : Re: Dirler

    Vincent, Laurent,

    Pouvez-vous définir ce que vous entendez par "trop technique?

    Laurent,

    Pourrais-tu expliquer en quoi selon toi les vins de Dirler sont plus "techniques" que ceux de Schaetzel ou de Stoeffler.

    Je vous en remercie.

    Cordialement

    Michel
    #21

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 4779
    • Remerciements reçus 71

    Olivier Mottard a répondu au sujet : Re: Dirler

    Michel,

    Je suis heureux que tu aies posé cette question parce que la réponse est intéressante.

    J'attends encore par ailleurs de Vincent une idée ou un court CR de ce qu'est un Pinot Noir Alsacien de 20 ans.

    Cordialement,

    Olivier
    #22

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Guest
    • Portrait de Guest

    Guest a répondu au sujet : Re: Dirler

    Salut Olivier et Michel,
    enfin le temps entre deux grands festins de répondre à  votre question.

    Je rappelle que je distribue certains vins de Schaetzel et Stoeffler (d'où probablement la comparaison de Michel). Pas ceux de Dirler, mais je n'hésiterais pas longtemps pour ses grands crus Saering que j'aime beaucoup et comme je l'ai dit plus haut, il est très intéressant de comparer les grands crus de la maison pour saisir les différences de terroir. J'essaierai donc de rester objectif.

    J'ai eu l'occasion de déguster régulièrement du Dirler à  l'extérieur, et j'en ai également en cave. J'ai le sentiment de boire des vins très bien faits mais qui manquent parfois d'éclat aromatique ou de complexité, parfois un peu serrés (la tension dont vous parler?) ou dissociés en bouche (ici l'exemple que j'ai en tête est le Spiegel), contrairement à  ceux de Schaetzel dans lesquels je retrouve beaucoup plus de profondeur et d'unité.

    C'est mon sentiment, pas une vérité, une question de goût peut-être ! Est-ce dû à  la technique en cave (filtration, sulfitage) je n'en suis pas sûr. Apparemment, selon vos dires il réacidifie quand nécessaire.

    Il faudrait déguster un vin avant et après filtration (et encore, il y a filtration et filtration) pour se faire une idée de son impact, idem pour le " avec " et " moins " de soufre (le tout sans soufre c'est encore différent). Toute proportion gardée, je l'ai fait sur mes vins de fruits, depuis je ne les filtre plus et je ne soufre presque plus (je souffre aussi beaucoup moins le lendemain!) J'ai aussi fait des ajouts de sulfite dans les vins, cela se perçoit! Je le referai lors de mes modules de dégustation l'année prochaine.

    Je n'ai pas encore eu le temps de discuter beaucoup avec Vincent Stoeffler et ne connaît donc pas assez ses pratiques en cave. On peut trouver certains de ses vins un peu techniques, et j'ai aussi l'impression qu'il pourrait aller beaucoup plus loin quand on goûte certaines très bonnes cuvées. Mais pour cette qualité, les prix sont angéliques. Encore moins techniques, ceux qui ont dégusté les Schueller (ou Frick) auront probablement compris la différence car c'est plus flagrant à  la dégustation. Cela se traduit parfois par des petites " déviations " ou " atypicité " aromatiques, mais on a un sentiment (à  nouveau) de naturel et on touche aussi plus souvent à  mon avis au grand vin de caractère.

    Je reconnais que pour confirmer ces sentiments, il faudrait y aller en dégustation aveugle, mais en tout cas, cela ne tiendrait qu'à  moi, les contre étiquettes seraient beaucoup plus remplies de ce genre d'informations !

    Enfin avec Dirler et les autres cités ici, on est quand même dans le premier peloton!

    J'espère avoir un répondu quelque peu à  votre question

    Amicalement

    Laurent M
    #23

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Guest
    • Portrait de Guest

    Guest a répondu au sujet : Re: Dirler

    Laurent,

    Merci pour ta réponse!

    Joyeux Noêl et bonne Saint-Sylvestre!

    Michel
    #24

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Guest
    • Portrait de Guest

    Guest a répondu au sujet : Re: Dirler

    c'est tellement bien exprimé par Laurent

    (bbb)
    #25

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 4779
    • Remerciements reçus 71

    Olivier Mottard a répondu au sujet : Re: Dirler

    Merci pour ta réponse Laurent.

    Meilleurs voeux pour l'an nouveau.

    Cordialement,

    Olivier
    #26

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 287
    • Remerciements reçus 0

    Winer Jammer a répondu au sujet : CR: Dirler Cade riesling Kessler 88

    Bu ce jour un CR: Dirler riesling Kessler 88:

    Très forte ressemblance avec le 85 relaté dans le premier post de ce thème, plus ouvert au nez sur des notes d'amande un peu beurrées rappelant la bourgogne ; bouche puissante et d'une grande tenue, minérale en même temps que charnue, évoquant aussi les grands Côte de Beaune ; il semble inaltérable.

    chouette, j'en ai encore 2.

    Winer

    La Pomerol Attitude
    winerjammer.site.voi...
    #27

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 4779
    • Remerciements reçus 71

    Olivier Mottard a répondu au sujet : CR:Re: Dirler

    CR:Riesling Grand Crû "Kessler" Cuvée Cécile 2002[/u]

    Robe : or pâle, limpide et brillante.
    Nez : sur des arômes d'agrumes (pamplemousse) et de citron confit. Elégant. Petite touche fumée et florale.
    Bouche : belle attaque onctueuse, puis le terroir imprime une certaine rectitude avec une finale marquée par une acidité intégrée et élégante.
    De la longueur et de l'équilibre.

    Cordialement,

    Olivier
    #28

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Messages : 1357
    • Remerciements reçus 1

    LaurentM a répondu au sujet : CR: Dirler GC Muscat Saering 2001

    Bonjour,
    CR: Dirler GC Muscat Saering 2001
    Bu lors de l'anniversaire de ma petite Eve née en 2001 bien sûr et avec des asperges mousseline classique de chez classique, en plus j'adore les (bons!) muscats (secs!).

    La robe est très brillante (critère de qualité non?;-) et le nez adorable, complètement sur la fleur de sureau, je cours chercher mon vin de sureau pour comparer ;-), un peu de rose et d'agrumes ensuite.
    En bouche, c'est très sec, élégant mais il manque un peu de profondeur si on compare à Schueller par exemple.
    Très bon quand même, mais l'accord ne m'a pas ébloui, je trouve cela bien mais j'ai parfois l'impression qu'il pourrait y avoir mieux que le muscat avec les asperges.

    A+

    Laurent M

    Laurent - Caviste
    Mes blogs Vinature et
    BrutdeCrayon
    #29

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    • Guest
    • Portrait de Guest

    Guest a répondu au sujet : Re: Dirler

    En Alsace je trouve que le pinot blznc fait souvent mieux l'affaire... et je me suis régalé déja avec un savagnin de Puffeney avec des asperges (mais chaudes avec une sauce crème -pas plus de détail sur la recette parce que ça fait 10 ans-)
    #30

    Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

    Modérateurs: GildasPBAESMartinezCédric42120Vougeotjean-luc javaux
    Temps de génération de la page : 0.211 secondes

    Connexion

    Publicité 1

    Utilisateurs en ligne

    • Utilisateurs en ligne: 66
    • Utilisateurs hors-ligne: 1,887
    • Invités: 1,834

    L´abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération

    © 2017 Lapassionduvin.com. Tous droits réservés.